Incertitude et modèles mentaux : pourquoi le monde devient fou

Face à l’incertitude, les modèles actuels ne fonctionnent plus, et c’est ce qui nous rend fous.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Robina Weermeijer on Unsplash - https://unsplash.com/photos/so1L3jsdD3Y

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Incertitude et modèles mentaux : pourquoi le monde devient fou

Publié le 24 novembre 2020
- A +

Par Philippe Silberzahn.

Quiconque sort un peu la tête de son confinement ne peut être que frappé par la violence du débat public, quand il y a débat. Il semble que nous partagions de moins en moins de choses collectivement. Même des sujets qui faisaient autrefois relativement consensus, comme la laïcité, l’action de l’État ou les sapins de Noël, sont désormais l’objet de divisions profondes et il semble que pas un seul sujet, quelque trivial qu’il soit, n’échappe à une polémique.

Mais cette tension se ressent aussi au sein des organisations, grandes et petites, confrontées à des défis allant bien au-delà de la gestion d’une situation très incertaine et très complexe, dans laquelle personne n’arrive à se projeter. Face à l’incertitude, les modèles actuels ne fonctionnent plus, et c’est ce qui nous rend fous.

Modèles mentaux : nous voyons avec notre cerveau

Regardez bien l’image ci-dessous. Que voyez-vous ?

Notre cerveau a besoin de donner un sens à ce que nos yeux voient

Pour la plupart d’entre vous c’est assez évident : vous voyez un visage qui sourit. Vous voyez également trois oiseaux qui volent dans cette configuration si particulière. Vous voyez les deux à la fois. Et pourtant, vous savez qu’il n’y a pas de visage, juste des oiseaux ou plutôt une image représentant des oiseaux.

Que se passe-t-il ? Très simple : c’est votre cerveau qui fabrique cette image. À partir d’un flux transmis par vos yeux, c’est lui qui donne un sens à celui-ci. Conclusion : nous voyons avec le cerveau, pas avec les yeux.

La capacité de notre cerveau à donner un sens aux images transmises par les yeux vient de très loin. Il y a cinquante mille ans, lorsque nos ancêtres chassaient, il était très important pour eux d’identifier très vite si ce qui bougeait au loin était un ennemi ou un ami, ou quelque chose de comestible. Leur survie en dépendait. Nous avons donc développé une capacité extraordinaire de classification : dès que nous voyons quelque chose, notre cerveau le met dans une case.

Une fois la case identifiée, nous pouvons agir. Gibier ? Nous partons en chasse. Prédateur : peut-être est-il plus prudent de s’éclipser. Nous consacrons ainsi une très grande partie de notre capacité intellectuelle à ranger ce que nous voyons dans des cases. À chacune correspond une série de routines qui nous permet de gérer la situation identifiée et catégorisée de façon quasi automatique.

C’est important car la routine permet d’économiser notre énergie, ce qui est un facteur de survie. Lorsque nous nous levons pour aller faire un café, c’est à peine si nous pensons consciemment à la suite d’actions nécessaires. Il en va ainsi pour des milliers d’actions que nous effectuons chaque jour.

Face à l’inédit : panne de modèle

La difficulté survient lorsque ce que nous voyons ne correspond à aucune case. C’est l’événement inédit. Sans case, notre cerveau ne peut agir. L’inquiétude monte brusquement, notre survie est en jeu. Il faut créer une nouvelle case, mais sur quelle base ? Créer une nouvelle case, une nouvelle catégorie dans notre cerveau, demande du temps, qui requiert des expériences, dont certaines sont dangereuses : comment savoir si cette nouvelle baie est toxique ?

Dans le passé, le seul moyen de le savoir c’était qu’un membre de la tribu la goûte et qu’on attende le résultat. Le moyen de développer de nouvelles cases, c’est-à-dire ce que nous appelons aujourd’hui l’innovation, était dans le passé traité de manière statistique au niveau de la population : chaque année on perdait un certain nombre de membres de la tribu en essayant certaines choses. L’apprentissage, la création de nouvelles cases, se faisait au niveau collectif, avec un coût immédiat très important.

Face à ce coût envisagé, notre cerveau a développé une approche très efficace. Très réticent à prendre des risques et à dépenser de l’énergie inutilement, il fait ce qui semble naturel : il va forcer l’inédit dans une case connue. Ce que nous voyons là-bas n’est pas un chevreuil, mais ça y ressemble suffisamment, et donc nous allons le traiter comme un chevreuil.

Une fois l’inédit logé dans la case, nous revenons à l’état routinier normal, notre cerveau soulagé peut se reposer. Cette approche est très puissante, car elle permet de gérer la plupart des situations qui ne sont pas vraiment nouvelles. Nous sommes dans l’à peu près, nous augmentons ainsi notre capacité à gérer la diversité des situations qui se présentent à nous.

Mais évidemment, il arrive que l’inédit soit réellement inédit, et que le forcer dans une case existante constitue une erreur, car cela revient à ignorer ce qui le rend vraiment spécifique. Cela nous expose donc à un danger. Nous choisissons une mauvaise analogie.

Nous avons vu ce danger en février, lorsque des médecins nous ont expliqué que la Covid-19 n’était rien d’autre qu’une mauvaise grippe et qu’il ne fallait donc pas nous inquiéter. Il en est résulté un retard de réaction à l’épidémie, qui s’est traduit en pertes humaines sèches.

Face à l’incertitude, trouver la bonne analogie est l’une des choses les plus difficiles et dangereuses. Je recommande toujours à ceux qui s’essayent à l’exercice de bien noter, pour chaque analogie envisagée, les similitudes mais aussi les différences entre l’événement considéré et l’analogie envisagée.

Sans modèle, notre cerveau devient fou

L’important ici cependant, c’est le désarroi de notre cerveau lorsque l’inédit est observé car par définition, aucune case ne correspond à ce qui est observé et vécu. Nous observons et nous vivons une situation mais notre cerveau est incapable de lui donner un sens, de relier le fil des différents événements.

C’est comme un portrait impressionniste vu de trop près : plein de couleurs, plein de coups de pinceau, mais aucun motif n’émerge. Nous essayons, comme nous l’avons vu plus haut, de plaquer des cases connues sur cet inconnu, mais nous sentons bien que ça ne fonctionne pas. Case après case, nos explications échouent. L’inquiétude monte.

C’est ce qui, je crois, explique la folle situation que nous vivons en ce moment. Trop de nos certitudes volent en éclats. Des impensables deviennent notre quotidien. Nous en prenons peu à peu conscience. Nous sommes exaspérés par ceux de nos contemporains qui, eux, s’accrochent encore à leurs modèles. Eux sont exaspérés de notre scepticisme, car ils veulent encore y croire et savent confusément que s’ils lâchent prise, ils se retrouveront face à un grand vide, ce grand vide que nous qui avons déjà lâché, contemplons désormais. Et tout le monde devient fou. Incapable de mettre des mots sur ce que nous vivons, de créer de nouvelles cases, nous devenons agressifs.

J’ai déjà eu l’occasion de l’écrire il y a quelques mois, ce grand vide des modèles mentaux est extrêmement dangereux. Comme le faisait remarquer Clarissa Estès dans sa préface de l’ouvrage de Joseph Campbell consacré à la mythologie, Le Héros aux mille et un visages, ce ne sont pas des faits que veut notre esprit, mais des histoires. Sans histoire du monde, nous devenons fous. Or il ne peut y avoir d’histoire d’un monde qui se dissout ; il ne peut y avoir d’histoire que d’un monde qui se crée, mais cela prend du temps et surtout, ça ne se fait pas tout seul.

Et c’est là que réside le danger. Sans histoire du monde, notre cerveau se rabat sur les cases connues, c’est-à-dire sur les notions primaires de survie. C’est ce qui explique l’agressivité que nous vivons actuellement. Désespérément à la recherche d’une histoire, nous sommes à la merci d’aventuriers, de messies et de soldats de rencontre, un Adolf, un général, ou pire, un philosophe, qui nous proposera une histoire, un ensemble de modèles mentaux clés en main, à laquelle nous souscrirons avec soulagement. Muni d’une nouvelle case explicative, notre cerveau pourra enfin se calmer et reprendre ses routines.

Cette histoire sera complète : une cosmogonie pour expliquer pourquoi ce qui est est ainsi, un idéal à atteindre qui expliquera nos souffrances et nous fera oublier notre présent, des fautes à expier pour gagner le paradis, un ennemi à abattre qui soulagera notre mauvaise conscience, et nous serons repartis pour un tour.

Emparons-nous des modèles mentaux

Mais rien de cela n’est inéluctable, car cette histoire nous pouvons la créer nous-mêmes. C’est pour cela que la clé des modèles mentaux est si importante. Elle nous permet de décrypter les discours, de démonter des arguments mais surtout de reconstruire le sens que nous voulons donner à une époque de transformation profonde. Car le pire n’est jamais certain.

L’important dans une période de crise n’est pas la crise elle-même mais ce que nous en faisons.

Je ne veux mener aucune guerre contre le laid. Je ne veux pas accuser, je ne veux pas même accuser les accusateurs. Que détourner le regard soit mon unique négation ! Et, en tout et pour tout, et en grand : je veux, en n’importe quelle circonstance, n’être rien d’autre que quelqu’un qui dit oui.   –Nietzsche

Alors que faire ? C’est l’expérience de l’auteur de ces lignes que sortir la tête de la tranchée est risqué. L’erreur serait d’enfourcher son cheval blanc et d’attaquer de front les modèles mentaux nocifs qui pullulent, car la réaction de protection est toujours très forte. Rien n’est plus violent qu’un système qui meurt et qui se sent attaqué.

Peut-être faut-il s’inspirer du serment d’Hippocrate : avant tout ne pas nuire. Cela nécessite de développer une conscience de son action, ce qu’avec Béatrice Rousset dans notre ouvrage Stratégie modèle mental nous appelons exposer et tester nos modèles mentaux : dans quelle mesure mon action nourrit-elle la folie et la violence du monde, malgré mes bonnes intentions ?

Que pourrais-je faire autrement pour, au contraire, participer à la construction de quelque chose d’autre ? Peut-être faut-il, à rebours de Camus qui estimait que la révolte commençait lorsqu’un homme disait non, suivre Nietzsche et dire au contraire seulement oui ? Moins s’épuiser sur ce qui ne marche pas et qui va mourir, et concentrer son énergie sur ce qui marche, même si c’est petit, et le faire grandir ? En somme, être moins philosophes et davantage entrepreneurs ?

Sur le web

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Philippe Silberzahn touche probablement un point essentiel. À l’évidence, beaucoup de gens sont paumés, désorientés: ce que nous vivons depuis maintenant un an « ne fait pas sens », remet en question des certitudes profondément ancrées. L’avalanche d’informations discordantes et d’injonctions paradoxales n’arrange pas les choses.
    Les Français vivent depuis longtemps dans la conviction que « le gouvernement est gentil ». Ils se retrouvent aujourd’hui face à un gouvernement qui ment effrontément, accumule les décisions aberrantes et mène le pays à la ruine et à la servitude. Mais il y a un refus d’admettre cette évidence, qui ne colle pas avec le « modèle mental » du gentil État protecteur.
    J’ai été frappé, au cours des discussions que j’ai eu récemment, que les personnes lucides étaient souvent d’origine étrangère. Une infirmière d’origine roumaine m’a dit: « j’ai déjà vu une dictature, je sais ce que c’est ». Quand on a grandi sous Ceaucescu, on est moins enclin à croire que l’Etat veut toujours votre bien! On est moins « le nez sur la toile impressionniste », comme dit M. Silberzahn.
    Il est essentiel de rappeler à nos entourages que cette croyance en la bonté du pouvoir n’est, justement, qu’une croyance !

    • la bonté du pouvoir, le pouvoir n’est pas une personne..
      la croyance erronée est celle d’un interet collectif..pourtant nous les humains font société quand les interets convergent et valeurs , en excluant les « asociaux » mais aussi DEFONT des sociétés.. guerre civile.. la guerre civile est en soi un faiseur de société car la guerre est invivable et généré un interet partagé…le désir de paix.

      Alors Macron est il Ceausescu? … je m’en fous, les institution roumaines de l’époque ne sont pas celle de la France, tout comme trump, ce n’est pas le vrai sujet.

      « Macron  » et la derive liberticide de nos institutions valent -ils une guerre civile..?
      Macron est un être trop dérisoire justement à mes yeux pour justifier une révolution.. J’ai bien davantage peur de mes concitoyens que de macron.

      • et je ne suis pas d’accord ..l’incertitude..ce n’est pas maintenant, l’incertitude, c’est tout le temps..
        ça ne peut pas être le facteur causal ou l’explication.

  • « Incertitude et modèles mentaux »

    En fait, on sait depuis le début, depuis le Diamond Princess que le virus Sras nov2 est très modérément dangereux ( 1%) surtout pour les hommes très âgés.
    Il n’y a aucune incertitude. On sait ce qu’il faut faire, ce qu’il ne faut pas faire.
    L’état a failli, la France qui est le champion des prélèvements fiscaux, vivait sur une fiction d’en avoir pour son argent. On avait le meilleur système de santé du monde que le monde entier nous envie.

    Patatra! Le roi est nu.

    • L’état à toujours faillis, c’est pas une surprise , la surprise viendra le jour ou la population se prendra en mains. Pas pour tout de suite.

  • Vous avez raison sur l’inédit, difficile à cerner. Par exemple, ce gouvernement, je ne sais pas si je dois le mettre dans la case « dangereux », ou la case « insignifiant, seulement un mauvais moment à passer ».
    Par principe de précaution, j’aurais tendance à retenir la première option.

    • Ce qui est inédit pour les uns, suscite une analogie pour d’autres.
      La France est officiellement entrée en dictature.
      Preuve en est l’article 4 ter de la loi du 4/11/2020:
       » Par dérogation au premier alinéa de l’article 714 du code de procédure pénale, les personnes mises en examen, prévenues et accusées peuvent être affectées dans un établissement pour peines.
      Par dérogation aux dispositions du premier alinéa de l’article 717 du même code, les condamnés peuvent être incarcérés en maison d’arrêt, quel que soit le quantum de peine à subir.
      Les personnes condamnées et les personnes mises en examen, prévenues et accusées placées en détention provisoire peuvent, sans l’accord ou l’avis préalable des autorités judiciaires compétentes, être incarcérées ou transférées dans un établissement pénitentiaire à des fins de lutte contre l’épidémie de covid‑19. Il en est rendu compte immédiatement aux autorités judiciaires compétentes qui peuvent modifier les transferts décidés ou y mettre fin.
      Ces dispositions sont applicables jusqu’au 31 août 2021. »
      http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15t0494_texte-adopte-seance?fbclid=IwAR0GNc6OzuZDBhtLXstNGRQWoNrR01p7ZotyLfNjwpwLA26r24gYupaCIuc

      En clair: Cette loi adoptée permettra à la police de nous emprisonner sans passer par un juge sous prétexte de lutte contre la pandémie. Et cela, quelle que soit la gravité ou non de notre prétendu délit.
      Sans aucun jugement nous pourrons être « incarcéré ou transféré dans un établissement pénitentiaire à des fins de lutte contre l’épidémie de COVID »
      La pandémie est pour le monde aujourd’hui ce que fut l’incendie du Reichstag pour l’Allemagne

  • Je ne crois pas q’on puisse dire que « le monde devient fou ». La folie apparente des dirigeants occidentaux doit avoir une raison plus ou moins cachée:
    1) d’abord un système électoral qui amène au pouvoir des personnes de plus en plus incompétentes. Sous l’ancien régime, la compétence ou l’incompétence du roi tenait de la lotterie. La statistique habituelle s’appliquait: trois incompétents sur quatre (au moins). Mais désormais, c’est quatre sur quatre, le dernier faisant des efforts immenses pour être encore plus néfaste que le précédent.
    2) Une tendance qui ne date pas d’hier (cf. Platon) à penser que le monde est trop complexe pour laisser aux seuls citoyens ordinaires le soin de choisir leur chef. Il faut donc laisser aux seuls sachants, aux élites, le soins de mener le monde. La mondialisation conduit tout naturellement à vouloir une sorte de gouvernement mondial dirigé par les Soros & autres Hommes de Davos (ou les « anointed » selon Thomas Sowell).
    3) la poussée d’idéologies aussi malsaines les unes que les autres, à commencer par le RCA, le pata-socialisme, et désormais le virus qui effraie alors que ce n’est un méchante grippe qu’on utilise pour gouverner par la peur. Rien de plus facile pour faire faire n’importe quoi à tout un peuple que la peur, la peur de mourir.

  • Avec le recul et l’observation des chiffres de la mortalité générale, le Covid 19 était effectivement une mauvaise grippe.
    Qui aurait pu faure beaucoup moins de morts si des mesures adequates avaient été prises (et si l’on n’avait pas pris des mesures mortifères).
    Que, dans la panique instaurée par les médias, on n’ait pas accordé crédit à ces médecins qui avaient le recul que dinne la connaissance de l’épidémiologie, est compréhensible. Ce n’est plus le cas aujourd’hui.

    • Il est aujourd’hui évident pour quiconque s’est un peu renseigné que cette épidémie est gérée de façon à maximiser l’intérêt financier et politique de ses acteurs. Elle constitue une occasion unique de « faire passer » sans opposition les bases d’un monde dans lequel ils seront inattaquables.

  • Cet article est intéressant, mais je ne suis pas d’accord avec l’explication donnée par l’auteur : toute approche rationnelle s’accommode fort bien des incertitudes. Nous y sommes habitués par d’innombrables aspects de la vie quotidienne. La difficulté actuelle tient au fait que la plupart des gens ont renoncé à une approche rationnelle (fondée sur des faits, des observations) au profit de convictions, largement confortées par la presse. D’où, sur n’importe quel sujet, des querelles qui relèvent des guerres de religion.

  • « Pourquoi le monde devient fou ».
    Quand le roi mange avec ses doigts, les courtisans se doivent de l’imiter et mangent avec leurs doigt. Quand le roi devient fou, tout le monde est déclaré fou. Parole de courtisan. Dans la réalité de ce que nous vivons, les gens (qui qui sont le monde autour de nous) ne sont pas fous. Par contre, ils sont confrontés à des hommes de pouvoir qui en abusent pour tenter de les rendre fous. Les arguties de l’auteur de l’article tentent de banaliser la perversité du pouvoir pour l’étendre à ceux sur lesquels elle s’exerce, et c’est bien mal utiliser la science que s’en servir ainsi. Scientificités sans conscience n’est que ruine de l’âme.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Frank Shostak.

 

Dans de nombreuses cultures, le profit est considéré comme le résultat de l'exploitation d'individus par d'autres individus. Or, les profits n'ont rien à voir avec l'exploitation. Au contraire, ils reflètent les actions des entrepreneurs qui fournissent aux consommateurs, de la manière la plus efficace possible, des produits de valeur.

Pour qu'un entrepreneur réalise des bénéfices, il doit anticiper correctement les préférences des consommateurs, les prix futurs des produits et les prix futurs de... Poursuivre la lecture

Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a suggéré que les impôts sur  les bénéfices des entreprises soient utilisés pour rembourser la dette covid du pays :

Les entreprises vont rendre ce qu'elles ont réussi à obtenir grâce à la protection de l'État[...] c'est une solution juste et efficace qui mérite en tout cas d'être étudiée.

J’avoue que le propos m’a laissé pantois mais que je l’ai mis sur le compte de la fatigue.

Par contre le ministre a été impeccable en réaffirmant fermement qu’une dette devait être remboursée.Poursuivre la lecture

La grande distribution ferait-elle plus que l’État dans la défense du pouvoir d’achat des Français ?

En tout cas, une nouvelle étude de la Fondation Jean Jaurès indique que le poids des Leclerc, Carrefour et autres Monoprix pèse beaucoup plus lourd qu’on ne le pense, jusqu’à se substituer à l’État social économiquement, politiquement et culturellement.

Alors que les parlementaires viennent de voter la loi sur le pouvoir d’achat, les magasins Leclerc avaient dès mai dernier bloqué le prix de 120 produits de première nécessité jus... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles