Macron reconfine, la société française à nouveau bloquée

Pour la première fois, en régime d’exception sanitaire, la bureaucratie s’imagine vivre sans la société ou, au pire, la remplacer dans son fonctionnement essentiel.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Macron reconfine, la société française à nouveau bloquée

Publié le 29 octobre 2020
- A +

Par Frédéric Mas.

Emmanuel Macron a annoncé mercredi soir le retour du confinement sur l’ensemble du territoire français pour endiguer la circulation d’un virus désormais « hors de contrôle ».

Face à l’urgence sanitaire, l’État a donc décrété la fermeture des commerces et des entreprises jugées « non essentiels », a suspendu la liberté de circuler sans attestation et cela jusqu’à nouvel ordre.

Si les Français sont sages et se comportent en conformité avec les consignes sanitaires de l’exécutif, ils pourront espérer fêter Noël, ce qui n’est pour l’instant pas gagné. Selon Europe 1, le confinement pourrait durer jusqu’à 12 semaines.

Le nouveau régime sanitaire

En quelques mois, la physionomie de la domination étatique a évolué pour être à la fois plus absolue, plus intrusive, mais aussi mieux acceptée des populations. Le modèle social français a en quelque sorte dégénéré sans pour autant sortir d’une trajectoire historique qui remonte maintenant à des décennies, voire des siècles.

Le dernier essai historique de Jean-Philippe Feldman, Exception française, rend compte avec une rigueur systémique implacable de cette alliance hors du commun entre illibéralisme institutionnel, conservatisme culturel et irresponsabilité fiscale.

La dynamique est ancienne, mais à celle-ci s’est agrégée une nouvelle conception du bien commun, sanitaire et sécuritaire, qui est suffisamment acceptée par les populations pour que s’effacent à bas bruit les garanties légales et constitutionnelles de la règle de droit1.

La concentration de pouvoir au sommet s’accélère. L’organisation des pouvoirs fait de l’exécutif, qui est aussi la tête de l’administration, le centre absolu des décisions politiques et le grand organisateur de la vie économique et sociale du pays.

L’héritage de l’Ancien régime, le poids du monarchisme démocratique des institutions de la Ve république et les réformes qui n’ont fait qu’accentuer la position présidentielle sur le parlement, et l’autorité judiciaire mettent aujourd’hui à disposition une quantité de pouvoir au sommet qui lui permet de plier et faire plier tout un pays en fonction des préférences subjectives d’une poignée.

Le parlement aujourd’hui est la chambre d’enregistrement des initiatives de l’exécutif, et l’opposition, qui a été convoquée pour la forme la veille de la décision du souverain poncif Macron, fait de la figuration.

Aujourd’hui, la concentration de pouvoir au sommet est immense, et tout pouvoir rival, qu’il soit social ou institutionnel, quasiment sans freins. Le conseil de défense par temps d’urgence sanitaire concentre en son sein tout l’impensé monarchique du régime.

Le règne absolu de l’administration

Le règne absolu de l’administration et l’ignorance totale du fonctionnement de ce qui est dehors d’elle-même. Le confinement constitue en quelque sorte un stade dans le fantasme bureaucratique d’une société entièrement administrée, totalement séparée de sa direction d’experts qui non seulement peut fonctionner en autonomie complète, mais s’imagine être le premier moteur de son fonctionnement économique et social.

La bureaucratie s’imagine gestionnaire rationnelle d’une économie fondée sur les besoins, alors qu’elle n’existe que par l’impôt, c’est-à-dire l’exploitation fiscale de la société productive, et qu’elle n’en a qu’une connaissance parcellaire, voire faussée, autant par sa position que par son inculture économique fondamentale.

Quand Emmanuel Macron divise le monde des entreprises entre ce qui est essentiel ou non essentiel, quand il détruit l’activité des indépendants, des PME-PMI tout en autorisant le travail de bureau pour les autres, il ne fait que regarder le monde social qui l’entoure avec les lunettes de la haute fonction publique.

Quand il transforme et réglemente la vie privée en limitant les interactions humaines et les gestes les plus basiques au sein des foyers, il exporte l’ethos de la vie de bureau au sein des relations humaines les plus intimes. Pour la première fois, en régime d’exception sanitaire, la bureaucratie s’imagine vivre sans la société, ou au pire la remplacer dans son fonctionnement essentiel.

Les nouveaux experts

Le changement majeur, c’est l’évolution de l’expertise auxiliaire du pouvoir. Hier, avec l’invention du service public à la française au cours du XIXe siècle, c’était les administrateurs et les juristes qui occupaient la place de l’expertise publique.

Arbitre des décisions politiques, ils se pensaient comme une puissance neutre au-delà des partis et des intérêts particuliers, et c’est cet ethos particulier qui s’est transmis après-guerre au sein de la classe des hauts fonctionnaires qui forme l’armature institutionnelle et culturelle de la décision publique contemporaine.

Mais la défiance généralisée qui gangrène la République les a éjectés de leur piédestal. En régime sanitaire, ce sont désormais des médecins et des scientifiques triés sur le volet qui assurent la légitimité de l’expertise des Hommes de l’État. Sur les plateaux de télévision, sur les réseaux sociaux, à la radio, dans les administrations locales et nationales, c’est désormais à leur avis que la vie des autres citoyens est suspendue.

L’ensemble du pays est prié de régler son pas sur le fonctionnement de l’hôpital public, de suspendre son fonctionnement ordinaire au nom de recommandations qui valent aujourd’hui expression pure de la Raison pour les influenceurs et les décideurs.

C’est un cauchemar liberticide, anti-démocratique, et dont l’exceptionnalité est en train de devenir la norme pour faire face à une épidémie qu’on annonce effroyable sur tous les tons.

Seulement le monde d’après, avec son lot de faillites, de misère noire et de vies brisées par ce nouveau régime sanitaire, stade terminal du modèle social français, va aussi avoir son lot de victimes.

Derrière Emmanuel Macron, nous payons des années d’incurie des pouvoirs publics, de conservatisme bureaucratique, et d’incapacité à nous réformer.

  1. Effacement que tout le monde espère momentané, mais qui n’arrête pas de se prolonger depuis mars dernier.
Voir les commentaires (44)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (44)
  • Ils nous offrent 1984, offrons leur la grève . On verra très vite disparaitre cette idée imbécile que la fonction publique (éventuellement hors régalien) a la moindre utilité

  • Ceux qui, depuis des mois, exprimaient leur inquiétude devant l’avènement d’une dictature sanitaire voient leur vision de mettre en place jour après jour.
    Frédéric Mas a raison de mettre cet avènement en perspective: nous payons aujourd’hui les dérives d’un héritage culturel et de changements progressifs qui ont asphyxiés la société française.
    Il est troublant que ce passage brutal à un pur régime policier coïncide exactement avec la reprise des attentats islamistes – qu’il était facile de prévoir avec la re-publication des caricatures de Charlie Hebdo. La liberté française est ainsi attaquée sur deux fronts simultanés – le deuxième étant utilisé pour booster la vision du gentil « Etat protecteur » mise à mal par la dictature sanitaire.
    Le coup a été bien préparé…

  • Un tableau parfaitement de la situation en France et donc, particulièrement dramatique.

  • lire: un tableau parfaitement juste

  • Pour sauver Noël ? Mouarff…on nous bassine avec la laïcité et on met le pays à l’arrêt pour sauver Noël ???c ´est pour sauver les ACHATS de Noël pour faire rentrer la TVA et ainsi aggraver notre déficit commercial avec la Chine ,l’atelier du père Noël !

    • La République maçonnique ne va pas se gêner de nous priver de Noël.
      Ceux qui croient à un déconfinement au 1er décembre seront déçus… comme ils tombent de haut avec ce nouveau confinement

      • Je ne pensais franchement pas qu’ils auraient été assez débile pour confiner 2 fois, je me frotte les mains quand au résultat économique

  • Ce TEXTE DE L’ECRIVAIN BELGE MARC MOULIN ÉCRIT… EN 2003!!!!
    « Je nous vois déjà dans 20 ans. Tous enfermés chez nous. Claquemurés (j’adore ce verbe, et ce n’est pas tous les jours qu’on peut le sortir pour lui faire faire un petit tour). Les épidémies se seront multipliées: pneumopathie atypique, peste aviaire, et toutes les nouvelles maladies. Et l’unique manière d’y échapper sera de rester chez soi. (…) La vie de « nouveaux prisonniers » que nous mènerons alors sera non seulement préconisée, mais parfaitement possible, et même en grande partie très agréable. Grâce au télé-travail qui nous permettra de bosser à la maison tout en gardant les enfants (qui eux-mêmes suivront l’école en vidéo-conférence). Grâce à Internet qui nous épargnera bien des déplacements: on n’aura plus besoin ni de poster les lettres, ni d’acheter un journal «physique», ni d’aller faire la file dans les administrations. (…). Dans les rues, il ne restera plus que des chiens masqués qui font seuls leur petite promenade (pas de problème, sans voitures), et du personnel immigré sous-payé en combinaison étanche, qui s’occupera de l’entretien des sols et des arbres. D’autres s’occuperont de la livraison de notre caddy de commandes à domicile.
    Alors nous aurons enfin accompli le dessein de Big Brother. Nous serons des citoyens disciplinés, inoffensifs, confinés, désocialisés. Nous serons chacun dans notre boîte. Un immense contingent de «je», consommateurs inertes. Finie l’agitation. Finie la rue »
    (Vers la civilisation du couvre-feu 2003) .

  • Faut juste, et ça fait mal de le dire, que chacun face preuve d’un peu de civisme…civisme d’ailleurs je ne suis pas sûr que grand monde ne sache ce que cela signifie au XXI ième siecle…Masque , Gel , distance…C’est pourtant pas compliqué..!!!

    • Arrête un peu ta propagande, on ne peut jamais empêcher un virus de se propager, seulement se soigner contre, et c’est interdit en macronie.

      • il n’y a pas de traitement contre les virus …Un vaccin eventuellement , des traitements pour limiter les complications mais c’est tout..Après pour comprendre cela Binet dirait 80…Vous êtes un poil en dessous là…

        • Il y a plein d’anti viraux même pour la grippe sinon nous serions tous morts avant 40 ans. Le principal étant le système immunitaire, système pouvant être boosté facilement.. Le zinc, quelques vitamines, aspirine etc.. J’ai omis la chloroquine volontairement car d’autres molécules ont le même effet mais je ne veux pas voir les gendarmes du net devant ma porte, la vie sur internet étant très brève.

          • Il n’y a pas beaucoup d’antiviraux contre la grippe, justement.

            Les antiviraux sont des médicaments qui ont généralement beaucoup d’effets indésirables et sont, de fait, assez mal tolérés. Cela est dû à leurs mécanismes d’actions qui reposent, pour beaucoup, sur le blocage de la synthèse des acides nucléiques. Ceux qui sont plus ciblés sont extrêmement difficiles à mettre au point.

    • Et le civisme ne serait ce pas aussi d’utiliser à bon escient l’argent public pour avoir un pays qui fonctionne et qui peut faire face en cas de crise,surtout à ce niveau de prélèvements!

    • c’est quel pays déjà qui avait généralisé le port du masque bien avant nous et qui est toujours dans la merde?

    • tuer les entreprises c’est du civisme sans doute ??? Quand on ne peut plus travailler, comment mange-t-on ?

    • C’es bizarre en Suède , il ne se passe RIEN !

  • Un résumé de choc en 3’56″ » chrono sur ce qu’il faut faire et ne pas faire, par un urgentiste-réanimateur : https://www.youtube.com/watch?v=GdaULciBh5c&feature=emb_logo

  • C’est Macron qui edt « hors de contrôle » du peuple français, tétanisé par le discours médiatique fallacieux

  • « le confinement, stade terminal du modèle social français »

    Bien joué ! Punchline d’exception.

  • il y a 3 attestation différente dont une est valable 1 heure !!! , pour faire ses courses , aller chez le médecin ou faire du sport à 1 km de chez soi ….macron , ce clown débile, ne doit pas faire souvent ses courses ; ce type est vraiment à côté de ses pompes !!!

  • Le règne absolu de l’administration: ne pas oublier que notre premier ministre, inoubliable monsieur dé-confinement, a aussi participé au déclin de l’hôpital public. De 2005 à 2006, Jean Castex est le directeur de l’hospitalisation et de l’organisation des soins au ministère des Solidarités et de la Cohésion sociale, où il participe à l’introduction de la notion d’objectifs et de rentabilité dans l’hôpital et à une rationalisation des coûts dans le cadre du plan hôpital 2007, qui introduit notamment la tarification à l’activité (« T2A »).
    Il est ensuite directeur de cabinet de Xavier Bertrand au ministère de la Santé de 2006 à 2007, puis au ministère du Travail de 2007 à 2008. Voir Wikipédia.
    Alors que le SEUL problème posé par la covid 19 est le risque d’engorgement des services d’hospitalisation et de ré-animation, c’est une énorme responsabilité qui, curieusement, ne semble avoir attiré aucune attention particulière.

    • Que l’hôpital soit rentable ou à tout le moins à l’équilibre n’a rien de honteux en soi.
      Il est grand temps de sortir du logiciel qui dit public dit non rentable sinon gouffre abyssal.
      Cette crise met au grand jour pour le grand public que l’hôpital a besoin de réorganisation et de restructuration avec comme objectif le médical et le soin et n’est pas là pour absorber des cohortes d’administratifs avec des intitulés de postes et de services tous plus abracadabrantesques les uns que les autres.

  • De la dictature sanitaire à la dictature sanguinaire, il y a quelques pas que nos hommes politiques de franchir aisément.

  • Bonsoir à tous,
    je répète ce que j’ai déjà écrit dans un autre article, l’amélioration de l’espérance de vie vient de la progression de la connaissance scientifique qui a permis aux entreprises (privé) de développer des soins toujours meilleurs, ce système capitaliste tant décrié mais pourtant indispensable à la richesse nationale a permis de financer la santé. Pour rappel aujourd’hui un homme peut espérer vivre 80 années et 85 pour une femme en France, alors qu’au Congo 57, et sans entreprises et travailleurs(ses) du privé comment peut-on espérer garder un système de santé « performant ». On peut être inquiet car sans recettes fiscales, le systeme de santé s’écroulera.
    La conclusion est que le confinement va engendrer un monstre social sans commune mesure avec ce que produit le COVID => explosion sociale, pauvreté, délinquance, décrochage technologique toujours plus grand par rapport aux US et Asie.
    je suis en total accord avec l’auteur de l’article, on se dirige vers une société sans liberté => une dictature communiste.

  • Conclusion erronée qui ruine l’analyse !
    Ce n’est pas « derrière Macron, nous payons des années d’inertie », c’est « avec Macron nous payons des années.. ».
    Tant il est vrai que le sinistre pantin qu se croit Président des francais aura montré, des sa campagne électorale, le mépris souverain qu’il éprouvait pour son pays !
    Un tel niveau de traîtrise n’appelle qu’une seule sanction.

    • Oublions les 40-50 ans d e gestion débile et de suradministration qui sont passé, et prenons en nous à Macron, alors que ce n’est pas moins un incompétent que les autres…

  • Le triomphe de l’administration est la marque de fabrique de toute dictature communiste

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
législatives Macron
3
Sauvegarder cet article

Par Franck Arnaud Ndorukwigira.

 

La réalité est là, l’Afrique est la terre convoitée par les grandes puissances. La récente visite sur le continent de Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, et celle prochaine en août 2022 d’Antony Blinken, chef de la diplomatie américaine, en témoignent. Une convoitise d’ailleurs qui vient de conduire Emmanuel Macron en Afrique, pour combler le vide des relations entre la France et l’Afrique.

Sauf que la France y va par un chemin sinueux. En critiquant la soi-disant... Poursuivre la lecture

Les Jeux Olympiques devaient être une fête, une sorte de Coupe du monde 1998 bis destinée à faire briller la France et ses élites politiques à l’international. En quelques années de crises politique, sanitaire et économique, le projet pharaonique pour Paris s’est transformé en une épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête d’Anne Hidalgo et d’Emmanuel Macron.

Anne Hidalgo se consacre aux Jeux Olympiques avec application après sa déconvenue spectaculaire à l’élection présidentielle. Bien que réélue à la mairie de Paris en juin 2020... Poursuivre la lecture

Elle est revenue. Avec une vengeance.

L'inflation est remontée à des niveaux inconnus depuis quarante ans un peu partout dans le monde. À plus de 9 % en rythme annuel en juin au Royaume-Uni et aux États-Unis, presque 8 % en Allemagne. En France, elle ne dépasse pas encore 6 %, au plus haut depuis quand même trente-sept ans, mais sa dynamique peut la porter vers 10 % d’ici la fin de l’année.

 

Inflation : le rôle marginal de la guerre en Ukraine

Quelles sont les causes, et donc sans doute les responsabilités de cette... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles