Covid-19 : Knock gouverne la France

Les Knocks sont partout dans leur logique absurde. Ils peuplent le cabinet du bon docteur Véran, personnage en charge parait-il de la santé.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Phrenology By: Ryan Somma - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Covid-19 : Knock gouverne la France

Publié le 8 octobre 2020
- A +

Par Gérard-Michel Thermeau.

Knock, le terrible docteur Knock, gouverne désormais notre pays. Quand il écrivait sa fable satirique, Jules Romains n’imaginait certainement pas qu’un jour son personnage de fiction triompherait à ce point. Knock ou le triomphe de la médecine tel était en effet le titre de cette pièce fameuse créée le 15 décembre 1923.

Louis Jouvet qui avait imposé le personnage sur les planches devait l’incarner dans deux versions cinématographiques, réalisées par Roger Goupillières en 1933 et par Guy Lefranc en 1951. Cette dernière est visible sur Youtube.

La charité nous impose de ne pas nous attarder sur la dernière et calamiteuse adaptation sur les écrans affichant un Knock aussi « post-racial » que hors-sujet.

Knock apôtre de la médecine

Qui est Knock ? Comme le soulignent tous les commentateurs, rien moins que l’apôtre d’une nouvelle religion, la médecine. Non pas la médecine qui soigne mais la médecine qui assujettit la population. Knock est un charlatan qui se pare des attributs de la science.

Ayant acheté le cabinet d’un médecin de campagne sans clients faute de malades, Knock va transformer une paisible et saine population rurale en autant de malades qui s’ignorent.

Vous avez dit cas positifs ? « Ce n’est peut­-être pas encore très grave. Il était temps de vous soigner… » assure de sa voix métallique et impérieuse le bon docteur Knock.

Comment ? Vous dites que les testés positifs ne sont pas pour la plupart d’entre eux malades ? Et le bon docteur Knock de vous regarder derrière ses lunettes en soupirant : « Les gens bien portants sont des malades qui s’ignorent. »

Qu’importe que ça gratouille ou que ça chatouille

Que veut donc le bon docteur Knock ? « Ce que je veux avant tout c’est que les gens se soignent. » Il n’est pas question de laisser le mal s’éteindre, il faut le conserver.

Il est tant de signes qui peuvent annoncer la terrible Covid. Que ça gratouille ou que ça chatouille peu importe. Le principe de précaution est déjà posé.

Écoutons le bon docteur :

Malgré moi, quand je rencontre un visage, mon regard se jette, sans même que j’y pense, sur un tas de petits signes imperceptibles… la peau, la sclérotique, les pupilles, les capillaires, l’allure du souffle, le poil… que sais-je encore, et mon appareil à construire des diagnostics fonctionne tout seul. Il faudra que je me surveille…

Il rêvait déjà du confinement et bien au-delà :

La vérité, c’est que nous manquons tous d’audace, que personne, pas même moi, n’osera aller jusqu’au bout et mettre toute une population au lit, pour voir, pour voir !

Le bon docteur Veran digne successeur de Knock

Les Knocks sont partout dans leur logique absurde. Ils peuplent le cabinet du bon docteur Véran, personnage en charge parait-il de la santé. Dans sa grande sagesse, il vient de pondre un diktat, pardon un décret, qui durcit le protocole sanitaire dans les restaurants.

Depuis le 6 octobre, on s’efforce de tuer toute envie de prendre le moindre plaisir au restaurant :

Les clients devront veiller à porter leur masque dans les restaurants jusqu’au service du premier plat et à le remettre lors de leurs déplacements et entre les services.

Je présume que l’étape suivante sera l’obligation de remettre le masque entre chaque bouchée.

Le même diktat ministériel incite les établissements à limiter au maximum l’accès aux toilettes des clients. Non seulement on fait chier les gens mais on les empêche d’aller se soulager ensuite.

Le rêve de la dictature médicale

L’essentiel, surtout, est de ne pas sortir de la « crise sanitaire » : « Nous devons travailler à la conservation du malade » assurait Knock.

Knock règnait par la peur, une peur insidieuse. À notre époque qui n’accepte plus l’idée de la mort, son triomphe est aisé.

Knock rêvait de la dictature médicale, notre gouvernement l’a réalisé.

Il n’y a de vrai décidément que la médecine, peut-être aussi la politique, la finance et le sacerdoce.

La réalité est en train de dépasser la fiction.

Voir les commentaires (65)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (65)
  • Bizarre ! Bizarre !
    ….
    Je vous assure, mon cher cousin, vous avez dit bizarre !

  • Il apparait de plus en plus clair que le personnel politique et administratif a décidé de se protéger au maximum de tout procès qui pourrait lui être intenté pour son incompétence à répétition depuis le début de cette crise même au prix de l’effondrement économique, social et moral du pays.
    Autant je me dis que ces incompétents prétentieux mériterait de répondre de leurs bêtises et mensonges à répétition devant le Peuple Français, autant je me demande si la solution ne serait pas de leur voter une amnistie préventive afin qu’ils arrêtent de se protéger à notre détriment.

    • et il peuvent invoquer la sainte précaution et dire qu’ils y furent forcés..
      toujours plus de pouvoir..sur tout ..et de moins en moins de responsabilité..

      • Vous avez raison, un certains procès à Nuremberg ou la presque totalité des accusés avaient déclaré, qu’il avait été forcé de faire ce qu’ils ont fait

    • On ne peut leur en vouloir de chercher à se protéger, à protéger l’hôpital et, accessoirement, à nous protéger.
      En revanche, ne pas avoir tiré parti du répit estival pour étoffer les services de réa, face à une resucée de l’épidémie que le gvt prévoit depuis 6 mois, est criminel.
      On espère sans doute en haut lieu que la panoplie de mesures qui vont des restrictions au confinement sera suffisante pour éviter l’engorgement. Et si ce n’était pas le cas ?

    • Sauf erreur, toutes les plaintes à la CJR contre des fonctionnaires ont été déboutées. Magie du statut.

  • bah les politiques…je plains (mais pas trop) les membres du conseil scientifique …oui je sais vendus à big pharma ou autres..justement j’en doute..

  • Effectivement, Jules Romains ne pensait sans doute pas faire œuvre aussi visionnaire… Jouvet était glaçant dans ce film, la réalité que nous vivons aujourd’hui l’est tout autant. Renversement total: c’est la société qui est désormais priée d’adapter son fonctionnement au dimensionnement des hôpitaux et des services de soin intensif. La médecine est devenue le pivot autour duquel tourne tout le reste. Et le pouvoir de ceux qui contrôlent cette machine politico-médiatico-médicale est absolu.

  • Ajoutez à ce ministre en charge de notre chère santé, un ministre du climat qui va vous réguler la température de la maison et du jardin, le tout dans la plus grande bienveillance et avec évidemment l’appui de la science … Bonjour le totalitarisme.

    • et l’aimentation… et un superministre qui gère les contradictions…

      pour l’environnent il vaudrait mieux que vous soyez ..mort…pour le ministre de la santé par contre vous devez prolonger votre existence à tout prix..

    • Vous avez oublié le ministre en charge de l’alimentation qui choisit déjà vos repas et le ministre du logement qui interdit les cheminées et les baignoires.

    • « avec évidemment l’appui de la science » et de la maréchaussée.

    • Exactement et tout cela est bien inquiétant.

  • Surprenant. Je n’ai jamais constaté cela. Peut-être un problème informatique, j’en vois beaucoup en ce moment avec des publicités très difficiles à fermer.

  • Il me semble qu’en général, il suffit d’utiliser certains mots et la modération intervient.. sinon le site affiche des mises en garde circonstanciées, attention..insultes ou autre.

    et il ya la nécessité de respecter la loi sinon la décence …
    la diffamation passe…

    • J’ai noté également que, bizarrement, certain de mes billets ne « passaient » pas, alors même que si, et je le confesse, ils étaient orientés, ils restaient polis, en tous cas ils respectaient l’idée d’une parole libre dans un pays dit démocratique.

      • Aux derni-res nouvelles Contrepoints n’est pas un pays mais un espace privé qui se trouve dans un pays / s’adresse principalement aux habitants d’un pays.
        À ce titre, il est tenu de respecter la réglementation du pays en question, mais rien ne l’empêche de mettre en place des règles plus strictes. Il n’y a rien de contradictoire à se dire libéral et à décider que certains propos ou actes n’ont rien à faire chez soi, c’est la base de la propriété privée.

        • En ce qui concerne un espace privé, il s’agit plus d’une question de fair-play que d’un principe intangible.
          Un journal a le droit d’avoir une ligne éditoriale et à ce titre n’a pas à publier toutes les opinions.
          Pour ma part, j’estime de bonne guerre d’être ouvert dans la section commentaires, puisque cela n’implique aucune approbation de la part de la rédaction.
          Cependant, garantir des discussions courtoises peut demander de lourds efforts de la part d’une équipe de modération, avec les coûts associés.
          Pour ceux qui se plaignent de censure, tentez d’abord de reformuler vos propos.

  • Tellement vrai! Merci d’avoir identifié
    cette ressemblance! On nous abreuve de chiffres sans signification ( nombre de testés positifs) , on manipule les seuils ( définitions et valeurs mouvantes) pour aller dans ce sens.

  • Je n’avais pas songé à Knock et pourtant le rapprochement que vous faites entre la pièce de 1923 et celle qu’on nous joue en 2020 est assez saisissant, et nul besoin de forcer le trait en plus ! En même temps, dans une civilisation de vieux, peut-on vraiment être surpris que l’hérésie hygiéniste chère à Jules Verne ait littéralement mutée en totalitarisme hystérique ?

    • « L’hérésie hygiéniste » n’est pas répandue par les vieux, il me semble, mais par ceux qui sont pouvoir, quadras et quinquas dont les neurones semblent fonctionner au totalitarisme !

    • Ce ne sont pas les vieux qui imposent ce totalitarisme mais les quadras et quinquas aux manettes. Les vieux subissent!

  • Le docteur knock était un médecin libéral, il y en a des milliers comme lui exerçant actuellement, à but lucratif pas pour sauver l’humanité. Ils soignent juste ce qu’il faut pour que vous reveniez, pas clientèle, vulgaire, patientèlle.

    • Et quand vous vous en rendez compte, vous changez de médecin. Dans le système libéral tout est possible, y compris tomber sur un mauvais médecin mais également en changer.
      Dans le système collectiviste, ce même médecin est là, mais vous ne pouvez pas en changer, vous êtes assigné avec lui… Comme l’école dont vous dépendez dans le système collectiviste actuel, elle est pourrie cette école ? Ben vous y êtes rattaché, point. Pas de choix…..

      • Vous n’êtes pas français, quand on a un médecin on se le garde jusqu’à sa retraite, pas de choix, c’est déjà bien d’en avoir un, un monopole avec tous les inconvenients du monopole. Dans 10 ans, on cherchera la santé en faisant une prière, il n’y aura plus de médecins.

        • Forcément puisque nous ne sommes pas dans un système libéral. Il n’y a que dans un fonctionnement libéral que vous pouvez avoir profusion de médecins, pas dans un système collectiviste, avec numerus clausus et Sécu pour employeur.
          Je suis en France, dans une région qui attire les médecins je l’avoue (et les vieux lol).

    • @Avorton: Oui, il y a cette croyance qu’un médecin-salarié vous guéri à la première visite parce qu’il ne gagnera pas plus à vous faire revenir 2 fois.

      Pafô. S’il est bien payé.

  • En passant, d’après l’OMS, 10% de la population mondiale aurait été infectées par le SRAS-CoV-II…ce qui nous donne un grand total d’environ 1 million de personne décédées alors qu’elle portaient ce virus (sans pour autant que ce soit la cause première du décès) pour 760 millions de personnes infectées…soit un taux de létalité de l’ordre de 0.14%…du même ordre de grandeur que celui de la grippe saisonnière

    • Le principal risque n’est pas de décéder du covid, mais aux portes de l’hosto du fait de la saturation du système de santé. Nos politiciens craignent d’abord la situation où les familles de ceux qui seraient laissés sur le carreau se rendraient enfin compte que ce système est mal organisé, dimensionné, géré, et que c’est la faute du gouvernement. L’OMS, les décès, tout ça ne compte pas. L’agitation gouvernementale, en revanche, détourne l’attention.

      • Les politiciens sont directement responsables de la dégradation du système de santé. Comment expliquer que le nombre de places ouvertes en réanimation ait encore diminué par rapport à son niveau de 2019 ? Quand mettra-t-on le gouvernement face à ses responsabilités ?

      • C’est quand même bien scandaleux, on a confiné la population, on ferme les bars parce que l’hôpital public est à bout de souffle, à cause des réformes idiotes depuis les 35 heures, l’ARH et autres plan blanc, au lieu de laisser les soignants faire leur boulots et organiser leur travail comme ils l’entendent. Il y a eu des régions qui ont été très peu touchées par le COVID et c’était les mêmes décisions pour tous.

        • En effet, mais comme ceux qui se plaignent réclament bruyamment la réouverture des bars sans réclamer la réforme de l’hôpital, ou en criant que la crise est finie et qu’il faut revenir à la situation précédente, …

          • On va pas fermer les bars pendant des années. Il faut rester lucide, le confinement du printemps a été trop dur et trop prolongé. Le virus circule, il faut faire avec. En tout cas ce n’est pas à l’état de règlementer les relations sociales des gens. Que l’état abolisse l’état d’urgence. On ne peut pas avoir une suspension des libertés individuelles pendant plus de 15 jours.

            • Ben si, on peut, la preuve… Et pour contrer l’état qui nous l’impose, il faudrait éviter de se focaliser au degré zéro, et justement bien associer à l’abolition de l’état d’urgence les réformes et les responsabilités individuelles qui le rendraient sinon inutile, puisqu’il l’est déjà, du moins injustifié dans l’opinion.

              • En fait, à peu près tout le monde pense que c’est idiot de fermer les bars ou d’obliger au port du masque dehors. Mais personne ne pense non plus que laisser les bars ouverts ou les visages découverts à l’extérieur ne va améliorer non plus la situation. Ce sera sans effet. Donc en même temps que la réouverture des bars et l’abolition de l’obligation du masque en extérieur, proposez des mesures sensées. Il n’en manque pas dans l’organisation du système de santé et dans l’information sur les modes de contamination !

  • Ce parallèle serait presque drôle si il n’était malheureusement pas si vrai.
    Nous pouvons aussi me rapprocher de ce livre du Docteur Wrinckler : Les brutes en blanc.
    Quel mauvais signe des temps…

  • Le ministre et docteur Mr Véran et ses conseillers les « knocks » pratiqueraient-ils une médecine empirique

  • « Knock est un charlatan qui se pare des attributs de la science »
    Pas tout à fait d’accord, c’est un peu plus compliqué que ça. Certes, la motivation financière est très présente chez Knock. Le début de la pièce est clair là dessus.
    Mais le pire est que d’une certaine façon et peu à peu il se met à croire vraiment ce qu’il professe. Et c’est là qu’il est redoutable. Un fanatique est nettement plus dangereux qu’un escroc !
    PS – M. Thermeau, continuez à écrire ; c’est toujours un plaisir de vous lire.

    • Je me suis toujours posé la question si Knock est un escroc, ou tout simplement un hygiéniste de bonne foi. C’est la dérive de la médecine préventive où les gens vont chez le médecin pour se faire des bilans biologiques réitérés inutiles, son cholestérol, sa PSA etc..

      • Peut-être n’est il que cynique ? il encourage et exploite un aspect des gens assez difficile à définir : envie d’être malade, d’être courtiser, d’être plaint …

      • Je pense plutôt escroc, il s’enquiert surtout des revenus réguliers au début de la pièce et surtout il n’est pas du tout médecin de formation.

  • diffusé la peur d’une maladie, alors qu’avant ont avais pas peur d’être malade, pendant ce temps des milliers de gens meurent de faim, et la guerre continue. Penser a faire 1 minute de méditation pour la paix chaque jour.

    • Méditer pour la paix ? C’est vrai que comme les gens qui meurent de faim sont passés de milliards à des millions, puis à des milliers, la méditation a bien montré son efficacité contre la faim. Mais la guerre et la faim ne sont que difficilement comparables en pratique.

  • et pendant qu’on nous pompe l’air avec le covid , les malades du cancer voient leur chance de guérison diminuer, bousculé par l’épidémie ; le cancer tue 157000 personnes par an en France , le nombre de morts par le virus , à côté , c’est du pipi de chat ;véran a t’il seulement conscience de ce fait ?

  • Vivement que Véreux dégage rapidement. Oust, out.
    On aura alors un joli Knock-out.

  • Une partie de la France est entrée en résistance face à l’Etat obèse sanitaire. Bien lire la video jusqu’au bout, le gars a mis sa 12.7 en mode rafale et remet quelques pendules à l’heure.

    https://youtu.be/r1hOyShXHak

  • Criant de vérité!
    Sauf que je remplacerais « ce bon docteur Véran » en « ce maléfique docteur Véran ».

  • C’est exactement ça. Que ceux qui n’ont pas vu (ou lu, car la pièce a été couchée sur papier) Knock ou le Triomphe de la médecine le fassent, ils en apprendront beaucoup sur les dégâts que peut faire la déformation professionnelle, en l’occurrence des médecins ; sans parler du manque d’honnêteté de certains – pas tous, heureusement – qui les pousse à ne voir que la partie de la réalité qui les intéresse, et peut conduire à des mesures délirantes, totalement hors de proportion avec la réalité.

    Et en ce moment, les mesures délirantes se succèdent à un rythme de plus en plus élevé. Nous avons appris qu’au Québec comme dans la région de Melbourne, la police pouvait désormais débouler chez les particuliers pour contrôler le nombre de personnes présentes. Aujourd’hui, c’est l’Italie (du gauchiste Conte) qui rend le port du masque obligatoire partout dans l’espace public. Alors que les voix se multiplient pour rappeler que l’efficacité du masque n’est absolument pas prouvée dans ce type de cas de figure, surtout en extérieur ; et alors que le virus ne circule en réalité presque plus… vous avez dit folie ? Tout semble se passer comme si les gouvernements testaient la population et sa capacité à obéir sans réfléchir ni discuter ; en clair, comme s’ils préparaient la tyrannie. C’est effrayant. Le monde d’Orwell se met en place sous nos yeux.

  • Excellentissime.
    J’adore cet humour qui décrit une triste réalité de la France!

  • Véran c’est celui qui trouvait que les masques sont inutiles? Tout comme le gel, les tests, les respirateurs, les lits du secteur privé, etc… Et surtout soigner les personnes âgées qui tombaient comme des mouches dans les Epad?

    • Oui, celui là même qui a décidé de jeter dans la misère des centaines de milliers de Français pour sauver quelques retraités en Ehpad.

  • la bonne ville du sud de la France ou j’habite a commencé à imposer les masques en centre ville, ou les rues sont étroites, puis toute la ville. Hier, en plein après midi, places vides, une personne tous les 100m maxi. En centre ville, on croise des piétons à ai moins 5m les uns des autres. Va t- on attraper le viris en CROISANT quelqu’un ? Et on ferme les bars à 22h à Paris ou Marseille. Quid des restaurants universitaires et cantines bondés? 9e ne serait pas plutot la qu’il faudrait faire attention?

  • Le conflit d’intérêt est partout : plus vous êtes malade plus le pays est malade et plus les professions de santé et big pharma émargent et se remplissent les poches. Ils n’ont absolument aucun intérêt à ce que le pays soit bien portant ! ! ! Pour autant cela a a un coup nous dépensons déjà énormément pour notre santé La France est d’ailleurs championne du monde avec de piètres résultats quel gâchis humain et financier c’est à gerber
    Il faudrait tout revoir du sol au plafond

  • « Depuis le 6 octobre, on s’efforce de tuer toute envie de prendre le moindre plaisir au restaurant :

    Les clients devront veiller à porter leur masque dans les restaurants jusqu’au service du premier plat… »

    Sans commentaire…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Elle est revenue. Avec une vengeance.

L'inflation est remontée à des niveaux inconnus depuis quarante ans un peu partout dans le monde. À plus de 9 % en rythme annuel en juin au Royaume-Uni et aux États-Unis, presque 8 % en Allemagne. En France, elle ne dépasse pas encore 6 %, au plus haut depuis quand même trente-sept ans, mais sa dynamique peut la porter vers 10 % d’ici la fin de l’année.

 

Inflation : le rôle marginal de la guerre en Ukraine

Quelles sont les causes, et donc sans doute les responsabilités de cette... Poursuivre la lecture

Il y a quelques jours, on apprenait que l'université de Strasbourg décidait de fermer ses portes aux étudiants pendant deux semaines supplémentaires cet hiver, par souci d'économie. Le président de l'université à en effet précisé qu'il s'agirait d'« une troisième semaine de congés de Noël début janvier et [d']une semaine complète de cours en distanciel en février ».

Pendant que l'éducation est une fois encore reléguée au second plan, Élisabeth Borne nous apprend à gérer notre consommation énergétique : « La règle, c’est de chauffer à ... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore.

L'Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA) a annoncé la semaine dernière que les enfants de moins de 12 ans ne se verront plus proposer les vaccins Covid-19, à moins d'être estimés à haut risque.

La décision semble avoir irrité The Guardian, qui a cité plusieurs médecins l'ayant critiqué.

Tout en soulignant que les décès dus aux injections de vaccin covid sont rares, le professeur Christina Pagel, de l'University College London a déclaré au journal :

"Quand on sait qu'il existe un... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles