Coronavirus et contradictions : le virus qui rend fou

Toutes les contradictions politiques, médicales, numériques concernant le coronavirus vont-elles finit par nous rendre fous ?
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
crazy by mtnbikrrr(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Coronavirus et contradictions : le virus qui rend fou

Publié le 6 septembre 2020
- A +

Par Olivier Maurice.

Dans un monde où l’information n’a jamais été aussi présente et aussi accessible, il est proprement hallucinant de constater le décalage entre la perception et la réalité au sujet de l’épidémie de Covid.

Le chiffre qui représente sans doute le plus cette folie qui semble avoir envahi les populations est l’écart entre le nombre réel de décès imputés au Covid et les réponses obtenues lorsque l’on pose la question à un échantillon représentatif de la population : les Français pensent que l’épidémie a été 100 fois plus mortelle que dans la réalité, les Américains 225 fois et les Allemands détiennent le record. Selon eux, 300 fois plus de morts que les chiffres officiels.

Contradictions numériques

Un bon exemple de l’hystérie que l’avalanche de chiffres peut engendrer est le buzz créé par une petite phrase dans le rapport hebdomadaire du CDC, l’organisme central de santé américain :

« Pour 6 % des décès enregistrés, le Covid-19 était la seule cause mentionnée. Pour les décès pour lesquels il a été rapporté plusieurs causes associées au Covid-19, il était fait état en moyenne de 2,6 conditions ou causes de la mort. »

Cette petite phrase a fait couler des torrents d’encre. Bien sûr, elle ne signifie pas que seulement 6 % des personnes sont mortes du Covid et que 94 % sont mortes avec le Covid, mais plus prosaïquement que 6 % des certificats de décès ne comprenaient aucun détail sur l’état de santé des victimes.

Sauvé, la raison a fini par revenir ! Eh bien non. En fouillant le tableau, on se rend compte que les fameuses « co-morbidités » censées caractériser les fameuses « populations à risques » sont bien plus basses dans le tableau listant les causes de la mort que les pourcentages censés être présent dans la population…

Attention, une incohérence peut toujours en cacher une autre !

Chiffres inconsistants après faux espoir, on peut s’estimer heureux quand on entend deux commentaires tirant des conclusions diamétralement opposées à propos de chiffres identiques. Au moins on comprend tout de suite qu’au minimum une des deux est une grosse bêtise.

On ne peut que s’étonner ensuite de voir fleurir des explications totalement farfelues, comme cette théorie d’un complot organisé par Bill Gates, à base de nanoparticules et de puces RFID qui en est magnifique de poésie tellement elle est surréaliste.

Contradictions médicales

Mais il ne semble pas y avoir que la population dont le discernement ait été quelque peu altéré à force d’être balloté dans tous les sens. L’histoire des masques qui sont passés en quelques semaines de « totalement inutiles » à « obligatoires en toutes circonstances » illustre à la perfection la perte de repères qui semble avoir également frappé les autorités sanitaires.

Inutile de revenir sur les concours d’arguments sur l’efficacité (ou non) de l’hydroxy-chloroquine, ni sur la deuxième vague qui finira bien par se manifester un jour (ou pas), sur l’efficacité (ou non) du confinement, sur l’utilité (ou non) d’un vaccin, sur les spéculations apocalyptiques du nombre de victimes…

La foire d’empoigne qui a transformé le monde des savants et des sachants en affrontement de poissonniers rejette toute conclusion dans l’univers des divagations et des hypothèses.

Vient alors à l’esprit la phrase écrite par Molière dans L’Amour médecin : « Il ne faut jamais dire : une telle personne est morte d’une fièvre et d’une fluxion sur la poitrine, mais : elle est morte de quatre médecins et de deux apothicaires. »

Nous vivons dans un bien drôle de monde…

Contradictions politiques

Mais la palme de la divagation revient sans nul doute à ceux qui pensent indispensable de placer leur agenda politique pour expliquer toute cette déraison et pour lesquels il ne fait aucun doute que toutes ces bêtises sont le fait d’une bande d’illuminés cumulant tous les stéréotypes du genre : révisionnisme, démagogie, complotisme, populisme, etc.

Ces défenseurs de la raison face à l’obscurantisme semblent juste avoir oublié que le régime qui permet à chacun de s’exprimer à voix égale s’appelle la démocratie, régime politique dont ils déclarent être les seuls défenseurs face aux assauts… des mêmes illuminés qu’ils viennent de dénoncer deux secondes plus tôt.

On a plusieurs fois par jour envie de sortir un sifflet géant et de souffler dedans de toutes ses forces pour signifier la fin de la récré. Ou de se replier dans un coin de la pièce en pleurant et en priant pour que toute cette cacophonie s’arrête enfin.

Contradictions scientifiques

Il faut dire que même pour ceux qui sont plongés dans le sujet depuis des semaines, il est quasiment impossible de répondre raisonnablement à bon nombre de questions, et ce après six mois de matraquage médiatique et une avalanche de plus de 20 000 études scientifiques publiées sur le sujet.

Comment expliquer par exemple, qu’il y ait un rapport de 1 à 3 dans les chiffres de mortalité entre la Belgique et les Pays-Bas, alors qu’il n’existe pas vraiment au monde de pays plus proches et plus similaires en termes de géographie, de densité et de population ?

Les décroissants et les collapsologues doivent être aux anges avec cette situation : nous voilà quasiment revenus à l’aube de l’an 1000 ou à l’époque des grandes épidémies : la science et la technologie semblent avoir totalement disparu et les rites païens revenus au-devant de la scène. Bienvenue en terre inconnue !

Eh bien non : tout comme nos démocrates qui défendent la démocratie en voulant interdire tous les avis sauf les leurs, voilà que nos ermites médiatisés appellent à la décroissance en réclamant des plans de relance de la consommation et que nos anarchistes révolutionnaires findumondistes publient des tribunes pour soutenir les mesures liberticides du gouvernement afin de sauver notre civilisation !

Et dans la vraie vie ?

Heureusement, le monde réel continue de tourner.

Un petit tour sur Geodes une fois de temps en temps pour se rendre compte en quelques clics de la réelle progression de l’épidémie et de se faire une idée du risque encouru.

Un petit passage sur les réseaux sociaux pour se défouler tranquillement : un compte pour liker Laurent Alexandre et se moquer avec lui du professeur marseillais et un autre pour liker Didier Raoult ce héros et compiler les études et les graphiques. On ne sait jamais…

On regarde en rigolant passer les voitures de police conduites par des policiers discutant entre eux sans masques. On s’inscrit aux cours de sport pour l’année à venir. On passe son temps aux terrasses des cafés, vu que personne n’a encore trouvé de solution pour nous expliquer comment boire son verre le visage couvert…

On téléphone quand même de temps en temps à la cousine du voisin qui est infirmière à l’hôpital, histoire d’être sûr…

Psychose : perte de contact avec la réalité

Il faudrait peut-être interdire aux journalistes des chaines d’information de regarder des séries télé, en particulier The Walking Dead, Tchernobyl et The Handmaid’s Tale. Tout comme il devrait être interdit aux responsables politiques de dépenser l’argent qui ne leur appartient pas.

Le vrai monde, ce n’est pas cet univers virtuel dans lequel vit tout ce petit monde de politiciens et de médias qui, comme des enfants gâtés, hurlent en permanence pour prendre toute la place et pour que l’on s’intéresse à eux. Ce microcosme en mal d’amour et de reconnaissance devient de plus en plus aberrant au fur et à mesure que ses occupants perdent de plus en plus pied avec la réalité.

Le vrai monde va très bien : les supermarchés sont achalandés, le commerce électronique se développe même à toute vitesse. Les rues ne sont pas remplies de pillards anthropophages.

La psychose qui a envahi le pays ne provient pas du virus. Le mal couve depuis des années. L’obésité du complexe politico-médiatique est simplement entrée en phase 2 et a atteint le cerveau.

Le Covid est une maladie qui frappe plus gravement les patients âgés et atteints de multiples comorbidités, en particulier l’obésité.

L’État français est un patient obèse et âgé, atteint de multiples comorbidités. Le premier symptôme a été une forte fièvre, qui l’a conduit à mettre tout le pays en prison. Puis après une période de répit, vient l’asphyxie et la mise sous respirateur d’argent magique. Enfin se développent les multiples maladies chroniques qui rongent le malade depuis des années et pour lesquelles il a trop longtemps préféré les cataplasmes et l’homéopathie à la chirurgie.

Le virus ne rend pas fou, même si une trop grande exposition à la psychose paranoïaque qui ruisselle de partout peut parfois altérer le sens commun de quelques-uns.

 

Voir les commentaires (92)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (92)
  • Partant pourtant d’une véritable pathologie, le Covid restera comme le plus grand exemple de psychose collective avec la guerre des mondes d’Orson Welles.

    • vraiment?
      il ya eu d’autres phobies..mais désormais on a un principe de précaution..

    • On a eu auparavant le RCA pour tester la méthode. La similarité des moyens mis en oeuvre est frappante.

    • c’est surtout un outil pour nos politiques, outil qui leur permet de restreindre nos libertés, nous neutraliser par la peur et encore une fois nous emmerder au quotidien..

    • Page wikipédia sur la Guerre des Mondes :
      La mémoire collective a retenu que l’émission aurait causé un vent de panique à travers les États-Unis, des dizaines de milliers d’auditeurs croyant qu’il s’agissait d’un bulletin d’informations et qu’une attaque extraterrestre était en cours. Mais il s’agit d’une légende forgée par les journaux de l’époque et encore davantage exagérée au fil du temps.

  • bah…et la chimiophobie? par exemple..et l’urgence climatique, la catastrophe environnementale?
    c’est devenu la norme…
    une inondation? « une inondation sans précédent depuis 2016. ».
    il ya un narratif apocalyptique et une idéologie liberticide ..

    on note une chose …beaucoup d’engueulades ont lieu sur des mots..  » c’est une catastrophe ».. »non ce n’en est pas une ».. on cherche à nous imposer une subjectivité ..le pessimisme est obligatoire…

    • @jacques lemiere- « une inondation? « une inondation sans précédent depuis 2016. ».
      J’ai noté une expression qui fait du buzz sur les chaines TV : »hors du commun »

  • J’adore les 2 derniers paragraphes, analogie parfaite.

  • Libre à vous de vous interdire de penser que Bill Gates a des intentions funestes (mais il n’est pas le seul, ni sans doute le principal acteur).
    Pour incroyable que ce soit, ces intentions sont réelles et documentées depuis longtemps. Les idées eugénistes, voire génocidaires d’une certaine élite ne sont pas nouvelles non plus, elles étaient sur la place publique il y a un siècle. Robert mac Namara ne disait-il pas que face à l’augmentation de la population, « il ne faudrait pas se contenter de baisser les chiffres de la natalité, mais qu’il faudrait aussi augmenter ceux de la mortalité »?
    La réalité, c’est que tant de perversité est difficilement imaginable par des gens normaux.
    C’est un contrôle total des populations sous prétexte sanitaire qui se prépare. Les tests sont en cours
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/12/19/le-kenya-et-le-malawi-zones-test-pour-un-carnet-de-vaccination-injecte-sous-la-peau_6023461_3212.html

    • J’ai cependant bien apprécié la suite de votre article.
      Demandons-nous comment et pourquoi la puissance médiatique (qui entraîne derrière elle les decisions olitiques par ailleurs téléguidées en partie au niveau international) peut-elle générer une telle psychose. Et pourquoi les voix « raisonnables » ne se font pas entendre ou sont discréditées…
      On s’est bien moqué autrefois de la Pravda soviétique qui produisait un enfermement mental des populations (doublé il est vrai d’un enfermement physique). Quels sont les enfermements de l’Occident aujourd’hui? D’où viennent-ils? D’où vient la réalité fabriquée que nous martèlent les médias de propagande?

      • Une vidéo en complément qui conforte ce que vous dites sur la révision des chiffres. L’analyse qui suit est très instructive

        • tu regardes la courbe de mortalité..tu as une bonne estimation.. alors ensuite ok les co-morbidités..la cause de la mort, parfaitement « vrai »..

          on aura juste une diminution de la mortalité diffuse par la suite..car le virus a précipité certaines morts..

          s iil n’y aque 10% desmorts qu’on VOIT sur la courbe de surmortalité….alors les autres sont dus à quoi??????

          il y a une autre perspective..tu regardes l’espérance de vie..qui agrège.. le total pour obtenir un idée des années de vie perdues..

          mais bon sinon…

          • plus exactement on regardera l’espérance de vie et l’accroc du au covid..mais aussi à la lutte contre le covid bien sur..

          • La surmortalite générale est parfaitement ridicule, voire inexistante dans certains pays.
            Cela aurait été aussi le cas en France si on avait laissé les médecins soigner comme pour toute grippe. La grippe (les grippes en fait) est une maladie sérieuse pour laquelle on a jamais demandé aux gens de rester chez eux avec du Doliprane!

            • pour la grippe, c’est vaccin et gestion des symptomes me semble t il..je ne suis pas médecin..

            • La saturation hospitalière n’aurait pas été évitée sans mesures adéquates. Que le confinement soit une mauvaise réponse ne rend pas l’absence de réaction une bonne réponse !

            • Le traitement de la grippe reste quand même le doliprane et on fait generalement un arrêt maladie. La mortalité de la grippe est soit du à une hyperthermie maligne d’où l’interet du Doliprane, soit l’nvahissement massif du virus dans le poumon, facilitant la surinfection pulmonaire (interet de l’antibiothérapie). Le problème avec le Sars-Cov 2 : on ne connaissait pas l’étiopathogénicité du virus ! Pour info il n’y a pas eu d’études démontrant avec certitude l’efficacité du vaccin. La principale difficulté tient à la redaction des certificat de décés. Il est difficile de savoir si la mortalité des populations vaccinés sont moins importantes ue celles des non vaccinées

              • Je parlais de vaccin contre la grippe bien sur.

              • Personnellement j’ai jamais signé un certificat de décès avec cause principale grippale. J’ai eu l’honnêteté de marquer sd infectieux pulmonaire. En général je marque « fin de vie ».
                Les allemands ont 4 fois moins de morts, peut-être parce qu’il sont plus rigoureux.
                Mais si il y a eux que 8000 morts du covid, ce qui est possible, l’état français fera tout pour étouffer les chiffres.
                PS je suis sidéré de voir des commentaires sur CP et liborg qui manquent complétement de recul, qui prennent les éléments de langage du gouvernement sans discussion. Même chez les libéraux, la tentation de la servitude reste forte.

                • Je suis moi effaré de ce manichéisme omniprésent : covid ou pas covid sur le certificat de décès, la personne est morte est la question devrait être de savoir si on aurait pu l’éviter, éléments de langage gouvernementaux ou non, ce qui compte est ce qu’on fait (ou pas) et pourquoi et non la manière dont on en parle. Quand on en est à chercher à déterminer uniquement si son interlocuteur est du côté des maîtres ou de celui des esclaves, on soutient malgré soi la servitude. Je vous le dis sans retenue, comme si vous étiez le copain de mes 14 ans devenu pneumologue que vous êtes d’ailleurs peut-être, vous me semblez parfaitement à côté du problème.

                  • Si on aurait pu l’éviter ? Vaste question.
                    Je ne sais pas.
                    Comme je ne sais pas si le port du masque généralisé est utile, si le stay-at-home est utile, si les fermetures de frontières est utile.
                    Je voudrais juste que les intervenants soit moins catégoriques et puisse sortir de leur ornières mentales.
                    Je sais pour l’état, il faut agir, même pour imposer le masque dans des rues désertes. L’état a pris le pouvoir, la population veut que l’état les protège, l’état doit agir. Et le masque est bien commode pour lui, c’est pas lui qui paye, on peut facilement contrôler les récalcitrants, etc..

                    • @gillib
                      Seule la létalité est sans cesse évoquée et un aspect du problème reste éludé : celui évoqué par le PR RAOULT lors de ses interventions,à savoir ses inquiétudes quant à des séquelles insidieuses que provoquerait ce virus.
                      -Qu’en pensez vous ?
                      La peur est bien mauvaise conseillère et n’a jamais éloigné le danger,mais les fakes news et autres contradictions qui s’expriment constamment sur la toile ne doivent pas être source de désinformation.
                      Ci joint pour exemple un article en provenance d’une revue sérieuse peu susceptible de lire dans le marc de café !
                      https://www.sciencesetavenir.fr/sante/cerveau-et-psy/covid-19-et-cerveau_143483

                    • Bonjour LEONIDES
                      Je ne pense rien des séquelles du COVID. Déjà les malades âgés qui ont été en réanimation pendant plusieurs semaines doivent avoir des séquelles importantes; pertes musculaires, dégâts ORL secondaire à l’intubation, perte de capacité pulmonaire etc.. et ceux-ci sont toujours pour certains hospitalisés en rééducation.
                      Quant au effets neurologiques l’article de Jama (The Spectrum of Neurologic Disease in the Severe Acute Respiratory Syndrome Coronavirus 2 Pandemic Infection- 10 AV 2020) parle d’étude préliminaire.
                      Oui la peur est mauvaise conseillère et l’état a suréagit en mars et suréagit actuellement. Le pire est toujours possible, mais c’est pas avec une économie à genou que les médecins pourront aider les malades. On l’a vu avec le manque de masques pour le personnel soignant en début de l’épidemie.
                      Le pire est possible.. mais tout nous indique que les centaines de milliers de morts annoncés sont bien loin. Heureusement!

                    • @Gillib

                      Un grand merci pour votre lien particulièrement instructif.
                      « Le microbe n’est rien,le terrain est tout »:
                      Cette pensée de Louis Pasteur est bien d’actualité!

                    • Bonsoir Gillib,

                      Peut-être pourrait-on préciser « LES »états,car il n’aura échappé à personne qu’au niveau mondial une majorité d’états se sont impliqués pour lutter contre cette pandémie avec des moyens et des méthodes plus ou moins différentes ou radicales, dispensant pour certains un redoutable confinement.
                      Comment dès lors comprendre que l’ampleur exceptionnelle des actions mises en œuvre à l’unisson à l’échelle internationale, (possibles sources » d’ornières mentales »?),ne soit qu’un simple signe de surréaction DES états comme d’aucuns le prétendent ?

          • et on aura sans doute un autre phénomène une contribution positive à la mortalité diffuse car le covid 19 a alteré la santé des personne..le bilan exact est sans doute non mesurable.

    • Je vous signale quand même que Bill Gates a sauvé des millions de vie en Afrique avec sa fondation, alors l’accuser de vouloir exterminer les gens est plus que de la calomnie!

      • quand on a de l’argent on peut se permettre de se dorer sa petite image en distribuant un peu ( même si pour Bill GATES le » un peu » n’a pas la même valeur pour tout le monde) et se faisant valoir sauveur de l’humanité..vous oubliez pas un peu qu’a la base il a bâti sa fortune en volant un concept à autrui?

    • Je ne savais pas que les verts ( les soit disant écolos ) étaient formatés par Bill Gates !!!

  • Les politiciens ressentent d’abord le besoin de faire parler d’eux, et rien de tel pour ce faire que de prendre chaque jour une mesure en contradiction avec celles de la veille. Ainsi, la mémoire courte et sélective de l’électeur a sa dose de mesures qui lui plaisent, et relativise celles qui lui déplaisent.
    Entendu ce matin à la radio : la quatorzaine pourrait être réduite à 7 jours. Probablement parce que ceux auxquels elle est imposée ont déjà en moyenne 7 jours de contagiosité derrière eux… Ma conclusion est que nos dirigeants sont fous, celle de la plupart des gens est qu’ils se soucient enfin de ceux qui sont emm… par les mesures et aussi des supporters du PSG.

    • « prendre chaque jour une mesure en contradiction avec celles de la veille »

      Cela s’appelle noyer le poisson, et ça marche. Donc ce n’est peut⁻être pas totalement fortuit. Cela a parfaitement fonctionné avec l’information : à force d’études contradictoires, d’avis de spécialistes pédants, de conseils idiots, de statistiques bidon … on n’a plus aucune visibilité sur la réalité des choses.

      • Les injonctions contradictoires sont une méthode connue pour semer le chaos dans l’esprit des gens et prendre ou garder le pouvoir sur eux.

      • bon..changer d’avis, modifier les mesures…pourquoi pas;.. certaines incertitudes sont levées après tout…
        a priori les précautions sont en général inadaptées et principe oblige , excessives…

        on a surtout du mal à comprendre…

        les politiques ont au moins compétents en un truc..protéger leurs fesses..et ils ont compris une chose , c’est que NOUS aussi avons compris que la majeure partie des mesures vise à les « protéger » de toutes accusations..

        mais peut on échapper à un examen sur la société et ses continuelle recherche de « coupables » et les conséquences que cela entraine..

        • on est dans un monde où un cambrioleur peut porter plainte contre la personne qu’il vole  » il se défend trop »…. où des pompiers sont accusés de « trop mouiller ».

        • Oui, enfin passer de « le masque sert à rien » à « le masque est obligatoire sous peine de sanction », c’est plus « certaines incertitudes sont levées… », mais clairement du foutage de visage 🙂 (alors que la majorité des médecins recommandaient le port du masque dès le début ^^)

  • La « pandémie », on l’attendait depuis quelques années avec de précedentes alertes (SRAS, VIH, chikungunya, légionéllose ou autre – peu importe

    La crise économique, elle était inscrite dans notre dépendance à l’état et aux interactions sociales.

    Mais la psychose collective, qui l’a vu venir ? Pas moi. J’avais compris – par l’histoire – que la folie peut s’emparer des peuples en cas situation critique. Mais jamais je n’aurais imaginé au mois de mars (en plein pic épidémique – quand les gens se pressaient sans précautions pour s’arracher des packs de PQ) que 6 mois après la crise tout le monde circulerait masqué en contournant les autres à 5 mètres d’un œil méfiant.

    Oui, le monde est devenu fou. Et prenons garde au fait que cette histoire de masque (blanc immaculé pour les poltitchiens comme leur chemise, élégant à pois colorés pour les politichiennes comme leur corsage) n’est que la partie visible du délire. (Peut on en trouver avec une tête de mort ou une t… ?)

    • Vous pouvez laisser libre cours à vos talents artistiques sur votre masque…
      Sur le mien, j’ai écrit « mascarade »

    • « blanc immaculé pour les politichiens » : c’est juste que personne n’a osé leur expliquer que ça se met le blanc l’intérieur et le bleu à l’extérieur…

      • Et pourquoi donc, si il existe un sens cela voudrais dire que le virus ne ne peu aller que du blanc au bleu ou du bleu au blanc… Pour se protéger il faut donc le mettre l’envers

        • Le masque protège les autres …Vous un peu…(Si vous évitez de le tripoter toutes les 30 secondes)..Cela fait 6 mois qu’on le rabache…ça devient lourd…!!!!

          • que voulez vous…c’est binaire.. et désormais politisé..
            le port du masque, hors consideration quantitative sur son utilité d’ailleurs circonstancielles, relève normalement du civisme sinon de la politesse….c’est devenu un étendard..
            le masque basique arrête es postillons et c’est déjà pas rien…et lavons nous les mains..

            on a des arrivistes au pouvoir mais pour autant ce ne sont pas des boussoles qui indique le sud.Le vrai problème me semble être les médias car , globalement, on reçoit un volume énorme d’informations inutiles à la comprehension de l’épidémie mais visant à entretenir la peur..

          • Il est marqué sur les boîtes de masques: ne protège pas des virus…

            • en effet…mais , bien utilisés, ils diminuent la contagion…

            • Il y a plein de choses marquées sur les boites de masques, comme: n’a aucune utilité médicale. Le masque m’évite de postillonner sur mon prochain, et donc d’être responsable de son éventuelle maladie. Je n’ai pas besoin de savoir lire ce qui est écrit en chinois sur la boite pour prendre ma décision. Et je soupçonne même que si chacun prenait ses décisions de la même manière, les administrations qui font écrire des mentions obligatoires sur les boites seraient particulièrement en porte-à-faux.

              • et tout le monde comprenait l’intérêt au moins théorique de porter un masque pour éviter les postillons..

                • de l’utilité du masque aujourd’hui..en effet ça se discute..mais ce que j’ai du mal à saisir est la stratégie générale vis à vis de l’épidémie en général.. je comprends par contre la stratégie suédoise..

              • Quand le masque n’était pas encore obligatoire dans les grandes surfaces, je suis toujours allé faire mes courses sans masque, et sans avoir l’impression de risquer ma vie. Par contre j’ai un truc tout bête pour éviter de postillonner sur les autres: « je ferme ma G***le ». Je dis ça car quand je vois que les magasins sont un lieu de discussion de gens attroupés qui gênent la circulation et entravent l’accès à certains rayons, tout en se postillonnant à qui mieux mieux les uns sur les autres, je m’étonne aujourd’hui de l’intransigeance de certains vis à vis de ceux qui refusent le port du masque.

                • Quand le masque n’était pas encore obligatoire dans les grandes surfaces, j’ai aussi été irrité par les gens arrêtés pour discuter qui bloquaient tout. Mais surtout, je me suis trouvé aux caisses à proximité de personnes toussant à répétition et sans masque, sans vraiment pouvoir les éviter, et je me suis bien promis que je ne les imiterais pas.

          • Si vous dites vrai (ce qui reste à prouver après 6 mois de rabâchage), il va falloir nous expliquer à partir de quand il sera opportun de l’enlever, sachant que la mortalité reste extrêmement faible depuis 4 mois, et que les tests (positifs et faux positifs) signent une contamination à laquelle il est et sera très compliqué d’échapper !
            Ce qui ne dispense pas de protéger les personnes les plus fragiles.

            • C’est à vous de déterminer quand le mettre, notamment pour protéger les fragiles, et de le faire de manière que la transformation de votre choix sensé et raisonnable en obligation générale stupide apparaisse bien comme une idiotie étatique.

              • …pour protéger les fragiles que vous croisez

              • laissez tomber, ils sont prêts à suivre les gens qui vous obligent à les porter même si vous êtes tout seul avec personne a 500m à la ronde, c’est obligatoire on vous dit et faut obéir aux ordres de la dictature en place et rester infantilisé, ne prenez surtout pas vos responsabilités en commençant à douter ou à réfléchir, d’autres le font pour vous (et c’est pour votre bien) -humour inside- je précise parce que certains comprennent mal le sarcasme.

                • Ils sont prêts à suivre… En effet, c’est particulièrement décevant dans les commentaires ici, il n’ y a que des voix pour suivre ou pour marcher tout aussi bêtement en sens inverse, jamais pour décider eux-mêmes au cas par cas dans quelle direction aller.

                  • @MichelO
                    Noubliez pas les incivilités et autres agressions inacceptables de certains anti masques systématiques, heureusement minoritaires,mais qui ne peuvent être ignorées lorsqu’elles relèvent de l’application des lois.

                    • Oui, j’y pense, mais une incivilité est une incivilité, qu’elle soit rattachée à une loi, intelligente ou stupide, ne change pas grand chose, ni dans sa probabilité d’occurrence, ni dans sa « punition ».

                    • @MichelO

                      La probabilité d’occurrence d’une incivilité, première des stupidités, semble en rapport avec l’éducation et au besoin la punition.
                      Un internaute de CP ne faisait-il pas récemment remarquer à propos de certains désordres actuels, en comparaison des époques antérieures : »Comment en est-on arrivé là? » À méditer…….

      • si si sibeth leur a dit..^^

    • Euh… Dans ma petite ville du Sud c’était moins de 50% des passants ce samedi et principalement des personnes âgées, ce qui ne me frappe pas comme absurde. S’il y a psychose elle est peut-être réduite par le soleil.
      Pour les têtes de mort oui, j’en ai vu plusieurs au collège de mon minot 🙂

      • A partir du moment où on se souvient que le masque sert à protéger son interlocuteur, que ce soient des personnes âgées qui le portent montre une grande différence dans le sentiment de responsabilité suivant la génération. Rien de surprenant, mais rien de très positif quand même.

        • Vous protégez votre interlocuteur de quoi quand vous n’êtes pas malade?

          • Vous faites comment pour savoir que vous n’êtes pas malade ?

            • Une maladie, ce sont des symptômes, un examen clinique complété par des analyses. Nous avons des centaines ou des milliers de virus en permanence en nous, devons-nous nous isoler tout le temps? A tester des gens bien portants, on ne peut que trouver du coronavirus chez un certain nombre…
              Et une épidémie, ce sont des malades, parfois des morts. L’épidémie est terminée. Jusqu’à quand allez-vous porter un masque?
              Comprenez-vous qu’on veut introduire durablement une méfiance générale et des barrières entre les gens et que ça n’a rien à voir avec un problème sanitaire?

              • On est contagieux au moins deux jours avant d’être symptomatique, et il y a de nombreux cas où on n’est même pas symptomatique (la famille de mon ami brésilien, par exemple). Ca ne sont pas des éléments de propagande catastrophiste, mais c’est une malencontreuse réalité.

                • Comment savoir deux jours à l’avance si vous êtes contagieux? Contaminé peut-être en faisant le test nasal? ( à répéter toutes les deux heures si l’on veut être sûr?).
                  Expliquez nous donc comment a-t-on découvert et mesuré cet intervalle aussi précisément? Moi quand on me sort un chiffre, je demande toujours comment il a été obtenu. Pareil pour les %: pourcentage de quoi? Ben si, malheureusement c’est de la propagande catastrophiste!

                  • A priori, on a regardé qui avait contaminé qui, et si vous avez été contaminé par quelqu’un que vous n’avez pas revu alors qu’il n’a été symptomatique que deux jours après votre rencontre, la conclusion est assez claire. Douter de tout, c’est bien, douter de tout et n’importe quoi, c’est plutôt moins bien.

                    • Si l’on observe avec impartialité les conditions de la vie urbaine moderne, force est de constater qu’il est extrêmement difficile de compiler toutes les interactions avec tous les individus rencontrés dans les 48h précédent l’apparition des symptômes. Un peu comme dans une enquête policière, les témoignages sont extrêmement fragiles et altérés par le temps. Alors, si « ON » a regardé qui , où, quand et comment untel a été contaminé, et désigne sans l’ombre d’un doute un coupable, alors je dis « chapeau »! Sans douter de tout et n’importe quoi, il s’agit d’être conscient des limites d’un tel raisonnement, surtout, comme vous le savez sans doute, que les applications de traçage mises en place par le gouvernement ont fait un flop magistral, payé avec nos impôts! Donc oui, comme tout bon scientifique, je doute quand on prétend arriver à une conclusion claire après une « étude » reposant sur des méthodes aussi aléatoires.

                    • Je vous invite à réfléchir à cette blague que racontait un de mes copains, aujourd’hui grand ponte internet chez Microsoft:
                      Je suis un marin breton qui adore les sardines à l’huile. Mais j’ai du mal à les digérer… L’autre jour, je m’en achète une boite, et je m’offre une soirée sardines : une bouteille de rhum, une sardine, une bouteille de rhum, une sardine, … J’ai fini la boite, et pourtant c’était une grande, mais la nuit, j’ai été malaaade avec les sardines, vous pouvez pas savoir !

        • Je suis bien certain qu’en respirant normalement à l’air libre je ne mets personne en danger; je ne suis pas certain non plus que les hyper-prudents le soient toujours par altruisme / soient bien au courant pour le manque de protection personnelle.

          • Dehors, d’accord, ça ne sert à rien. Les personnes âgées que je connais le portent surtout parce que c’est malcommode à mettre et à enlever à tout instant, et elles ne se font pas d’illusions sur la protection personnelle que ça procure. Où elles se font des illusions, c’est à penser que si elles se montrent prudentes et soucieuses de ne pas contaminer autrui, l’état finira par leur faciliter la vie…

  • Laurent Lenormand
    6 septembre 2020 at 8 h 48 min

    Qu’il y ait une atmosphère de paranoïa et de délire collectif, c’est l’évidence. Qu’il faille s’en protéger par une saine prise de distance, ok. Mais je trouve l’article léger et proche du déni sur un certain nombre de choses. On trouve une myriade de théories parmi ceux qui s’indignent de ce qui se passe. Mais la censure à grande échelle sur les réseaux sociaux contre ceux qui défendent l’HCQ, c’est un fait. Les conflits d’intérêts massifs entre décideurs et industrie pharmaceutique, c’est un fait. La spirale coercitive de l’Etat alors que la situation sanitaire est normale, c’est un fait. L’état psychologique désastreux d’une bonne partie de la population, c’est un fait.
    Oui, « la vie continue ». Mais non, tout ne va pas bien. Et rester à l’écart en contemplant tout ça d’un œil ironique n’est pas une option défendable.

    • Je reste à l’écart en contemplant tout ça d’un œil ironique, et ça va très bien merci !

      D’accord, mes revenus viennent d’ailleurs…

      Hoppla !

  • De 15 jours en 15 jours, la fin du monde approche à grands pas. Tremblez braves citoyens français, ne rouspétez pas, ne manifestez pas, applaudissez LAREM, ses élus, son Président. Taisez vous, portez le masque…. le grand gouvernement des sachants, des premiers de cordée, des génies autoproclamés veille sur vous

  • comment boire son verre le visage couvert…

    Ah la paille courbée en plastique, c’est top 🙂

  • assez bien vu ; et tant que des  » journalistes  » utiliseront un vocabulaire qu’ils ne comprennent pas ( pas exemple le développement exponentiel de l’épidémie ???) nous aurons la transcription en forme de  » terreur  » auprès de la population !!! mais n’est-ce pas le but ultime poursuivi afin de museler ( masquer ) toute tentative de réflexion autonome ????

    • Pour museler des tentatives, il faudrait qu’il y en ait. La population se contente de se déterminer, réflexe et non réflexion, contre les mesures gouvernementales ou contre les excès tout aussi délirants des opposants aux mesures gouvernementales.

    • « le développement exponentiel de l’épidémie »
      Faites leur donc expliquer que c’est une courbe sigmoïde avec en tout point une exponentielle osculatrice, le lecteur comprendra mieux ?.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après la peste et toutes les pires pandémies qu’a pu connaître notre humanité, le monde a fini par revenir à la normale et continuer d’avancer. Les technologies sont passées par là, avec ce qu’elles représentent en termes de poids économique. Nul ne me contestera que de nombreux acteurs du secteur ont pu saisir dans cette pandémie une réelle opportunité de croissance… solutions pour le télétravail, solutions de surveillances de salariés, mise en place du click and collect, solutions sanitaire… solution de télétravail alternative : Netflix et ... Poursuivre la lecture

Une conférence de l’Institut Libéral, depuis la Suisse

Une conférence en ligne est organisée avec Mathieu Slama, qui est essayiste et enseigne la communication politique. Son nouveau livre Adieu la liberté a été publié le 20 janvier 2022, aux Presses de la Cité. La conférence en ligne aura lieu mardi 15 février, à 20 heures.

Pour Mathieu Slama, la crise de la Covid-19 a révélé un nouveau totalitarisme soft soucieux du safe. En cause, une gestion de crise cherchant non pas le bien commun, mais le bien-être de chaque ... Poursuivre la lecture

Par Christophe de Brouwer.

Il m’a été demandé d’aborder la problématique du port de masque dans des lieux non clos, en extérieur.

Je ne traiterai pas ici des autres gestes barrières (lavage des mains, distanciation, confinement, etc.).

Je voudrais aborder la question sous l’angle du risque.

Le risque se définit, sur le plan international, comme la probabilité d’un effet. En effet, le risque est la probabilité de contracter le covid, et le masque est un facteur du risque qui modifie, en la diminuant, la relation Sar... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles