Pas d’État de droit : zéro euro ! Macron vise la Pologne et la Hongrie

Le souhait de conditionner des aides européennes à l’État de droit par la France pourrait nous aliéner l’Europe centrale.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
rifle sight source https://unsplash.com/photos/z40srU0ugCk

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pas d’État de droit : zéro euro ! Macron vise la Pologne et la Hongrie

Publié le 22 juillet 2020
- A +

Par Alexandre Massaux.

Le président Macron aurait déclaré lors des discussions sur le budget européen : « pas d’État de droit, zéro euro » en visant la Pologne et la Hongrie.

Ces propos visaient principalement à s’attirer les faveurs du Frugal Four qui sont critiques envers les aides européennes qui seraient distribuées sans contreparties : la Pologne et la Hongrie étaient en effet les deux principaux États bénéficiaires nets du budget européen en 2018. Néanmoins, une telle approche peut vite devenir néfaste diplomatiquement.

Un risque de laisser le groupe de Visegrad aux mains de l’Allemagne

La France part avec un grand désavantage par rapport à l’Allemagne dans cette région. Cette dernière est très fortement liée à l’économie allemande. Qu’il s’agisse de la Pologne, de la République tchèque, de la Hongrie ou de la Slovaquie ; leurs échanges avec l’Allemagne représentent environ 25 % des exportations et des importations de ces pays. À l’inverse la France ne représente que 5 % des exportations et importations de ceux-ci.

L’écart entre le poids des deux économies dans les pays du groupe de Visegrad apparaît clairement. De plus, les mêmes données montrent que le commerce interne entre les pays du groupe est plus important que celui avec la France qui ne pèse au final que peu comparé à Berlin.

De ce fait, les critiques venant de Paris à l’encontre de Varsovie et de Budapest ne sont pas une source d’inquiétude pour ces derniers. Mais elles bloquent la possibilité pour la France de développer une diplomatie avec ces pays qui ont une capacité d’intervention dans les affaires européennes.

Les critiques sur l’État de droit : un phénomène désormais utilisé par les gouvernements hongrois et polonais

Plus problématique est le fait que les critiques sur l’État de droit n’ont pas affaibli le PiS en Pologne et le Fidesz en Hongrie. La récente réélection d’Andrej Duda à la présidence polonaise le démontre. On peut même se demander si de telles actions n’ont pas eu un effet de ralliement au drapeau et n’ont pas renforcé les partis incriminés au détriment de l’opposition.

Pire, la presse officielle des pays du groupe de Visegrad (et plus précisément de Pologne et de Hongrie) s’amuse à relever toutes les atteintes à l’État de droit en Occident et plus particulièrement en France, avec un pic d’attention sous la crise des Gilets jaunes.

Si cette stratégie est pour l’instant à destination de l’opinion publique interne de ses pays, il existe un risque qu’elle soit utilisée lors des débats européens si la pression sur le groupe de Visegrad devient plus forte.

La France doit être un pont entre les États européens plutôt qu’une donneuse de leçons

La situation actuelle de la France au sein de l’UE est délicate : elle a besoin d’aide économique de la part de l’UE, comme le groupe de Visegrad, mais sa gestion budgétaire et le fait d’avoir été plus impactée par la Covid lui laisse moins de latitude. Dès lors, elle n’est pas en position de force.

Il est préférable que la France joue la carte de l’apaisement plutôt que du conflit. Si le pays veut retrouver une place importante dans l’Europe, elle doit faire preuve de finesse et inspirer la cohésion, chose dont elle n’arrivera pas en critiquant le Frugal four et le groupe de Visegrad.

Voir les commentaires (51)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (51)
  • Entendre Macron donner des leçons sur l’état de droit est pathétique. A l’aune de l’enfumage et de l’inversion accusatoire, c’est un maître…
    Les accusations française et bruxelloise ne traduisent qu’une volonté de mise au pas de certains pays qui n’ont pas l’intention de sacrifie leurs particularités nationales sur l’autel européiste.
    La différence essentielle entre ces pays et le nôtre, c’est que là-bas, la volonté populaire est davantage respectée.

  • Voir E. Macron s’ériger en défenseur de l’Etat de droit est du plus haut comique…

  • Nous n’en sommes sans doute pas encore à l’absence totale d’État de droit, mais la Pologne et la Hongrie s’amusent de notre petit coq donneur de leçons qui, s’accaparant à toute occasion les pleins pouvoirs sans contrepoids, travaille à devenir un parfait autocrate. Il n’est nul besoin de droit d’ailleurs, il suffit de se prévaloir de la présidence pour que toutes les portes s’ouvrent, c’est ce que Benalla, entre autres, a su exploiter. Heureusement, il reste encore certaines commissions parlementaires qui dénoncent les excès (par exemple Ph. Bas et Ph. Sueur : http://www.senat.fr/compte-rendu-commissions/20190121/lois.html) .

  • Et il leur reproche quoi, leur politique migratoire leur refus d’importer des esclaves, étonnant vu ce qu’il se passe aux usa sur le sujet mais on n’est pas étonné, les socialistes ont besoin de troupes nombreuses pour vivre à leur crochets. L’Allemagne a peur de vieillir alors elle importe, la France… Le pays aux millions de chômeurs et d’assistés a perdu la guerre et doit suivre le vainqueur.

  • C’est marrant de voir un « criminel » donner des leçons aux autres…

  • Quel sabordage diplomatique. Ces pays ont toujours été proches et favorables à la France (nous sommes rentrés en guerre pour a Pologne, et nous avons laissé tombé les Tchèques avec lesquels nous avions un traité …).Que notre pays choisisse de leur tourner le dos en dit long sur l’état de décrépitude de notre pays.

    • En même temps, ces pays tournent le dos à l’Europe en s’alignant systématiquement sur les USA pour emmerder les Russes, achat d’armes, avions…

      • Parce qu’ils savent depuis 1938-39 qu’ils ne peuvent compter sur les européens pour les défendre contre l’impérialisme russe, surtout quand c’est en colonel du KGB qui dirige la Russie. Et mon cher Tigrou ils ne sont pas les seuls à acheter américain. En commençant par en haut: Norvège F35, Finlande F18, Danemark F35, Hollande F35, Grande Bretagne F35, Belgique F35, Suisse F18, Italie F35, Espagne F18, Portugal F16, Grèce F16.
        Pourquoi vous en prendre aux pays de l’est alors que vos voisins de l’UE en font autant. Ah et désolé de vous le dire mais le Rafale est dépassé, conçu il y a 30 ans dans les années 1980!

  • Primo – la France est vraiment mal placée pour donner des leçons de Droit aux autres pays ; nombreux ici le soulignent.
    Secundo – nous avions historiquement une relation forte avec certains pays d’Europe orientale, notamment la Pologne et la Roumanie. On est en train de tout gâcher avec nos rodomontades et notre incapacité à valoriser notre pays. On laisse un boulevard aux Allemands. Pathétique !
    Tertio – ces erreurs ne datent pas d’hier, mais Macron, avec son arrogance et son manque de culture historique, renforce terriblement ce trait. Et pas qu’avec l’Europe orientale. Il est détesté en Italie par exemple.

  • En 1918 la France a été à la pointe du dépècement de la Hongrie
    En 1938 elle a participé au dépècement de la Tchécoslovaquie

    L’acharnement de la France à détruire l’Autriche Hongrie en 1918 prive l’Europe d’un pays important qui aurait pu équilibrer le fameux – mais calamiteux – couple franco allemand On se de mande comment la France a encore des amis en Europe centrale

    • Le dépècement de la Hongrie en 1920, lors du traité de Trianon, le seul mot français que tous les hongrois connaissent pour le haïr, était dû à de multiples facteurs: d’abord la haine absolue de Clémenceau, qui ne devait pas bien connaître la géographie de l’europe centrale, vis à vis des Habsbourg; ensuite un journaliste anglais qui avait écrit un livre dans lequel il décrivait la façon dont les minorités (roumaines, slovaques et croates) étaient exploitées par les hongrois -comme quoi, rien de nouveau sous le soleil- ; enfin l’épisode sanglant des 100 jours de Béla Kuhn, juif hongrois responsable d’une révolution communiste sanglante en 1919 (comme si la guere n’avait pa suffi). Les vainqueurs avaient peur d’une avancée communiste jusq’aux portes de Vienne. Cent ans après, on voit, dans presque toutes les villes hongroises un monument représentant un torse de femme aux membres coupés, symbolisant la perte des deux-tiers du territoire et d’un peu moins des deux tiers de la population. Imaginez, en France la perte de tout ce qui serait au sud de la Loire pour avoir une idée du dépeçage.
      Peu de gens savent aujourd’hui que la ville de Lemberg (aujourd’hui Lvov en Ukraine) était la capitale de la Galicie, province de l’empire austro-hongrois, située au milieu de cette province. Certaines familles ont changé 4 fois de nationalité entre 1918 et 1946, sans jamais bouger d’un centimètre.

      • « Peu de gens savent aujourd’hui que la ville de Lemberg… »
        Et peu de gens savent que Lemberg est la ville de naissance de Ludwig von Mises, le grand économiste libéral du 20ème siècle, figure dominante de l’école « autrichienne » dont l’enseignement reste si pertinent.

      • Merci. Cela a été hélas le cas de mes grands parents. Et ils ont subi l’occupation nazie et les massacres massifs des Juifs et des élites polonaises puis le joug soviétique, la famine et le goulag.

      • Lvov était peuplé de polonais, j’ai une amie dont le père juif était de Lvov!

      • @gerald555 – Petit complément à votre tableau : Clemenceau (ainsi que l’ensemble de la classe politique française) a été fortement « travaillé » par les lobbys roumain, tchèque, polonais, serbe pendant toute la grande guerre (et même avant).
        De sorte que les vainqueurs avaient déjà imaginés le dépècement de l’Autriche-Hongrie avant la fin du conflit.

  • Nos dirigeants sont arrogants, ont un sérieux complexe de supériorité (non justifié) et sont finalement incompétents.
    Ne pas oublier que la France a déclaré la guerre à l’Allemagne en 1939 pour prétendument protéger la Pologne; que notre pays n’ait jamais intervenu en faveur de la Pologne qui s’est faite massacrer conjointement par les allemands et les soviets d’alors, mais à attendu 9 mois de se faire rentrer dedans par la Wehrmacht pour se faire balayer en 3 semaines (les dirigeants fuyant comme des rats à Vichy).
    A associer à l’impréparation et à la réaction des dirigeants actuels face à la guerre au virus : 3 fois plus de morts que l’Allemagne, 15 fois plus que… la Pologne.

  • Macron se croit très fort. la France à beaucoup à perdre si son comportement vis à vis des ex pays de l’Est ne change pas.
    Au final, l’Allemagne est et sera quand même la mieux placée pour commercer avec ces pays et avec … la France. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas essayer de gagner des parts de marché.

    • La France a historiquement toujours été plus tournée vers le sud que vers l’est. Ces pays sont, de toutes façons, maintenant inféodés aux USA.

      La France n’a donc absolument rien à gagner à être complaisante avec ces pays qui ne nous voient que comme des pourvoyeurs de fonds et qui ne nous respectent pas le moins du monde. Je mettrais une seule de ces nations à part : l’Estonie, qui est l’un de nos alliés les plus fiables malgré son manque de moyen.

      Mieux vaut, pour la France, financer quelques pays africains que financer quelques pays d’Europe de l’est. Elle a bien plus à y gagner.

      • Une explication historique quand même :
        Ces pays gardent un très mauvais souvenir de la France et de l’Europe de l’ouest durant la guerre et l’après-guerre tandis que les USA ont été un soutien fort quand ils le pouvaient et des adversaires actifs des communistes au moment ou Sartre et les « intellectuels » français les célébraient.
        La Pologne était prête à digérer l’abandon en rase campagne de 1939, les millions de cartouches et obus fabriqués par Pétain et la division SS « Charlemagne » qui a combattu sur leur territoire, mais le mépris, l’arrogance et les nombreuses insultes des socialistes Hollande puis Macron envers les gouvernements de « droite » n’ont pas été de nature à alimenter l’amitié et l’oubli.
        .
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Trahison_de_l%27Ouest

  • la bêtise n’a décidément pas de limite.

  • la France grande donneuse de leçon arrogante comme à son habitude va s’aliéner toute l’Europe du nord, macron avec son ego démesuré s’imagine qu’il va faire plier tout le monde, la suite promet d’être rigolotte.

  • La gestion par le gouvernement de l’épidémie de Covid19 a largement foulé aux pieds et continue de le faire les principes fondamentaux de notre constitution basée sur les droits de l’homme et du citoyen. De même, la volonté après la proclamation d’un ubuesque « état d’urgence sanitaire » qui permet n’importe quel décret liberticide, la volonté d »inscrire dans la Constitution « la lutte contre le réchauffement climatique », ne permettant ainsi plus aucun bemol sur la réalité dudit réchauffement est tout aussi liberticide. Toutes ces dérives sont en train d’installer en France un totalitarisme « soft » (mais de moins en moins) extrêmement inquiétant et qui, à tout le moins, devrait refroidir les ardeurs de Macron à incarner le Chevalier blanc de l’état de droit.

    • @gradzi
      Bonsoir,
      +1
       » état d’urgence sanitaire » qui permet n’importe quel décret liberticide, »
      Ne pas oublier l’état d’urgence terroriste permanent qui permet à un préfet (membre de l’Exécutif) de bafouer les Droits Fondamentaux de qui bon lui semble en lieu et place d’un Juge.

  • Que Macron ose reprocher le manque d’état de droit à la Pologne, alors qu’il y en a moins en France qui, rappelons le, n’a rien d’une démocratie et où il s’efforce de bafouer les libertés d’opinion et d’expression est plutôt fort de bonnet. Comme lui a dit la première ministre polonaise: lorsqu’il offrira aux français la même sécurité et croissance qu’on les polonais il pourra donner des leçons aux autres!

    • Les faits sont pourtant têtus. Sur le chemin de la démocratie, la France est bien plus proche de l’arrivée que la Pologne ou la Hongrie…

      • @Jérémy Lapurée
        Bonsoir,
        Il fut un temps où la FRance était dans le bon sens. Ce n’est plus le cas. Nous nous éloignons de la démocratie tous les jours un peu plus. (Au passage, tous les pays qui se revendiquent, ou se sont revendiqués, « République Démocratique » n’ont été ni l’une ni l’autre.)

      • Vous ne connaissez absolument rien de la Pologne alors comment pouvez vous dire une telle chose? Elle est plus démocratique que la France où un parti de plus de 20% n’a que quelques députés à l’assemblée, et aucun contre pouvoir n’existe! Sans parler des lois fake news et Avia, la censure dans la presse, etc…

        • Je vous invite à taper « indice de démocratie » sur votre moteur de recherche préféré.
          Un classement sur des bases objectives, c’est toujours préférable à une estimation pifométrique…

          • Cela ne veut rien dire. Vous êtes incapable de faire une analyse vous même? Je répète: il n’y a en France AUCUNE séparation des 3 pouvoirs, La justice aux ordres du gouvernement et le parlement une caisse d’enregistrement. Et même le 4e subventionné aux ordres. Les lois liberticides sur les fake news et Avia. Les plus de 20% d’électeurs qui n’ont que quelques députés. La télévision comme outil de propagande éhontée. Les dirigeants des grandes nommées par le président. Qu’est ce qu’il vous faut?
            Cela n’a RIEN de pifométrique comme vous dites, ce sont des FAITS!

            • Disons que je préfère m’en tenir à un classement objectif qu’à votre doigt mouillé.
              La France n’est pas le top en matière de démocratie (elle a longtemps été placée dans la catégorie des démocraties imparfaites) mais elle n’a pas à rougir face à la Pologne ou à la Hongrie, ne vous en déplaise.

          • Une des deux seul démocratie directe au monde, la Suisse, classée 10ème derrière des monarchies constitutionnelles ou le peuple n’a pas son mot à dire sur les lois et la fiscalité. La France classée 20ème alors que les « représentants » ont tous des sondages négatifs durant leur mandat et en plus devant les USA dont beaucoup d’état fond des référendums, ce classement est une vaste blague même si c’est un vague point de départ.
            Au moins on peut distinguer entre la Corée du Nord et l’Australie.

            • Proposez-en un autre… qui ne soit pas basé sur une échelle pifometrique !
              A défaut, partez vivre dans les pays vantés par Virgile, histoire de vous faire vraiment une idée de la réalité, et pas celle d’un citoyen français pas sorti de son trou qui croit que l’herbe est bien plus verte ailleurs.

              • En science on peut flinguer une théorie sans devoir en proposer une autre, ni déménager, ne soyez pas puérile.
                La monarchie constitutionnelle Norvégienne parfaite avec deux 10 c’est déjà limite, mais la France qui remonte dans le classement au moment ou elle flingue judiciairement un candidat, grenade des mains et bas des records d’abstention sur fond d’émeutes fini le tableau. « 83% des sondés considèrent que les responsables politiques prennent peu ou pas du tout en compte leur avis
                https://www.franceculture.fr/oeuvre/plus-rien-faire-plus-rien-foutre-la-vraie-crise-de-la-democratie-0
                .
                Andrzej Duda le président sortant de la « mauvaise démocratie » avait d’excellent sondages après un mandat de 5 ans et a recueilli 43,50% des voix au premier tour avec 69% de participation.
                Macron le président de « la bonne démocratie » avait 24,01 % des voix au premier tour et ses sondages sont exécrables comme ceux de son prédécesseur…
                .
                Le travail de « The Economist Group » n’est absolument pas sérieux.

          • Jeremy, quand vous utilisez plusieurs comptes veillez à ne pas mettre plusieurs votes négatifs en moins de 10mn sur des commentaires perdus dans un article qui date.
            Un peu de subtilité que diable !

  • Bah ! De toutes façons, ces pays n’ont rien à faire en Europe. On s’est réveillé un beau matin de mai 2004 avec une dizaine de pays en plus dans l’UE sans qu’on nous ait rien demandé… Procédé de voyous bureaucrates !

    • @Jérémy Lapurée
      Bonsoir,
      « Bah ! De toutes façons, ces pays n’ont rien à faire en Europe. On s’est réveillé un beau matin de mai 2004 avec une dizaine de pays en plus dans l’UE sans qu’on nous ait rien demandé…  »
      On s’est révéillé un matin en apprenant que le réprésentant de la France N. Sarkozy avait signé à Lisbone un document auquel nous avions dit clairement NON le 29 mai 2005 !
      « À la question « Approuvez-vous le projet de loi qui autorise la ratification du traité établissant une constitution pour l’Europe ? », le « non » recueille 54,68 % des suffrages exprimés.  » (https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9f%C3%A9rendum_fran%C3%A7ais_sur_le_trait%C3%A9_%C3%A9tablissant_une_constitution_pour_l%27Europe)
      Suffrages exprimés, 30% d’abstention, 730.000 votes blancs/nuls (2,5% des votants)
      J’aime beaucoup, en plus de l’entourloupe sarkozienne, ce qui suit : « e résultat surprend les commentateurs politiques1, les partisans du « oui » ayant bénéficié de 71 % des interventions dans les médias télévisés entre le 1er janvier et le 31 mars, à l’opposé des opinions exprimées sur Internet, majoritairement partisanes du « non ». »

      Du coup : « Procédé de voyous bureaucrates ! » comme vous dites.

    • Ne me dites pas que vous voulez le retour du mur ? Nous avons livré ces pays aux russes, ils ont connu les pires privations alors laissons les retrouver le « droit » chemin, juste un peu de patience…

      • 1. J’aurais aimé être prévenu. Par politesse.
        2. La politique d’élargissement à tout prix, véritable fuite en avant, est une catastrophe. A cause du nombre. A cause des divergences de points de vue (certains parlent de valeurs). Demain la Turquie et l’Albanie ? …

      • Le choix est donc entre leur payer à bouffer (la Pologne gratte plusieurs milliards de l’argent français et allemand, contributeurs nets, tous les ans) et construire un mur ?

  • Ceci prouve que notre président ne connaît pas grande chose à la diplomatie notamment envers les anciens pays communistes inféofés à l’ex union soviétique.
    En montrant du doigt accusateur ces pays qui ont pendant des décennies perdus leur fierté nationale, c’est encore les rendre plus nationaliste.
    De plus c’est vraiment petit de la part de Macron de s’attaquer toujours aux plus fragiles comme il le fait chez nous.
    C’est pour cela qu’il est si détesté dans son pays et hors de la France.
    Et son égo n’a pas de limite, au point qu’il fallu immédiatement se faire mousser sur TF1.
    Mais nous ne sommes pas dupes car ces milliards prêtés vont malheureusement fondre comme neige au soleil.
    RDV dans 3 mois ?

  • Les Polonais ou les Hongrois crèvent les yeux de leurs manifestants ?
    C’est fou, le rapport d’Amnesty parle des lois d’immigrations française, de l’homophobie, même de l’affaire Théo et pas un mot sur cette spécificité assez unique en Europe d’arracher des mains à coup de grenades.
    Directrice Amnesty France: Sylvie Brigot-Vilain.

  • « Pire, la presse officielle des pays du groupe de Visegrad (et plus précisément de Pologne et de Hongrie) s’amuse à relever toutes les atteintes à l’État de droit en Occident et plus particulièrement en France, avec un pic d’attention sous la crise des Gilets jaunes. »
    … Quid des manifestations interdites, mais finalement tolérées sans trop de LBD ? La presse officielle du groupe de Visegard a de quoi publier pendant plusieurs semaines.

  • Au moins dans ces pays, l’ont ne se fait pas enrichir culturellement à coup de mortier et de guet-apens aux pompiers. Alors les leçons sur l’état de droit…

  • L’ado attardé de l’Elysee à un gros problème avec les Polonais. Il s’est déjà fait remettre à sa place par le premier ministre pour avoir dit que les Polonais méritaient mieux comme dirigeants.

  • Souvenons-nous de ces quelques mots prononcés par le ministre polonais des affaires étrangères, il y a quelques mois, à l’attention de la France :

    « La France est l’homme malade de l’Europe, elle tire l’Europe vers le bas, alors que la Pologne en est un point lumineux ».

    « L’attaque terroriste prouve que quelque chose ne va pas en France, les protestations au cours des dernières semaines, le retrait du président Macron de la réforme de l’Etat, c’est triste »

    « Si en même temps, on donne des leçons à la Pologne, il y a quelque chose qui ne va pas. Il faut d’abord mettre de l’ordre dans son propre pays ».

    « Je pense qu’il y a une forte menace pour l’Etat de droit en France, au sens du respect du déficit des finances publiques ».

  • MACRON qui commente l’État de droit est comique, oui. Maintenant, il est urgent d’arrêter de donner des « aides sociales » à tous ces « pays mendiants ».

    Les mêmes causes donnent les mêmes effets. Les aides sociales à destination des individus donnant des parasites qui s’imaginent que tout leur est du, les aides sociales à destination des pays donnent les mêmes résultats. Cf. la Pologne … Que cette dernière aille donc mendier l’argent des américains.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

uerss
13
Sauvegarder cet article

La chute de l’UERSS

Article disponible en podcast ici.

 

De l'UE à l'UERSS

Il faut se remémorer l'UE libérale. Son histoire commence avec la communauté européenne du charbon et de l’acier en 1951. Son but figure dans le titre : créer une solidarité autour du charbon et de l’acier pour accroître les économies de chacun.

Cette vision libérale centrée sur l’économie est arrivée à son maximum avec Shengen en 1985 et l’ECU (ancêtre de l’euro) en 1979. L’UE voulait que l’argent, les citoyens, les entreprises et les idées circulent le plus li... Poursuivre la lecture

union européenne
3
Sauvegarder cet article

La gestion de la crise énergétique actuelle, la planification écologique, ou encore les récentes manifestations d’agriculteurs aux Pays-Bas posent de plus en plus la question du bien-fondé des politiques européennes. Si cela est particulièrement notable depuis la guerre en Ukraine, la plupart des pays européens subissent aujourd’hui les conséquences d’un système énergétique européen fragilisé depuis plusieurs années par des politiques expérimentales et des investissements dans des sources d’énergies peu fiables et résilientes.

L’engoue... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles