Les réseaux sociaux, le 5eme pouvoir

Les réseaux sociaux assument une sorte de cinquième pouvoir « brut », à côté de celui des médias et de la presse traditionnels.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Gérald Darmanin-2 By: Jacques Paquier - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les réseaux sociaux, le 5eme pouvoir

Publié le 9 juillet 2020
- A +

Par Frédéric Mas.

Depuis hier tournent en boucle sur les réseaux sociaux les images d’archives des tout nouveaux membres du gouvernement de Jean Castex. Roselyne Bachelot, Gérard Darmanin ou Éric Dupond-Moretti sont ramenés à leurs déclarations antérieures, déclarations qui aujourd’hui les mettent dans des positions parfois difficiles à assumer.

Les réseaux sociaux retiennent tout. Ils assument une sorte de travail de mémoire collective sauvage qui rend les volte-face des politiciens professionnels, la paresse des journalistes ou la complaisance des éditorialistes beaucoup plus suspects aux yeux des citoyens.

Des réseaux sociaux qui obligent à la responsabilité politique

C’est une petite révolution silencieuse dans notre pays. Les élites politiques et médiatiques semblaient insubmersibles, capables d’enquiller des décennies de carrière faites de renoncement, de complaisance et de promesses non tenues sans que l’opinion publique n’en sanctionne les conséquences désastreuses pour le fonctionnement des institutions ou la liberté de la presse.

Aujourd’hui, la moindre parole en l’air peut revenir sur le tapis et relativiser les déclarations, la main sur le cœur, des éternels jeunes premiers de la politique qui grenouillent dans le milieu depuis 30 ans.

Les réseaux sociaux assument une sorte de cinquième pouvoir « brut », à côté de celui des médias et de la presse traditionnels. Sans filtrage éditorial, les faits et les opinions se bousculent dans les groupes Facebook, les threads de twitter, les subreddits ou les vidéos youtube ou Tiktok.

Des réseaux sociaux nouveaux contre-pouvoirs

Le gouvernement cherche à imposer sa communication et ses éléments de langage pour contenir la crise des Gilets jaunes ou répondre aux violences policières ? Des centaines de vidéos et de photos se mettent à circuler sur internet. Emmanuel Macron cherche à éteindre l’incendie créé par sa gestion de la crise sanitaire ? Une recherche dans Google suffit à retrouver les déclarations, un autre clic suffit pour repartager les informations.

Dans l’air du temps et comme pour personnifier l’époque, Didier Raoult répondait ironiquement à un journaliste qui le cuisinait : « Je ne veux pas vous faire peine mais je nai pas besoin de vous pour dire ce que j’ai à dire. » De fait, sa chaîne Youtube et son compte Twitter, comme celles de centaines de nouvelles figures médiatiques, fonctionnent très bien sans le relais de l’ancien monde de la presse.

Ce bouillonnement d’informations n’est pas sans risque de manipulations, de complotisme, de passions basses ou de caricatures. Les gens peuvent changer d’avis. Isoler une parole ou deux pour stigmatiser telle ou telle position est aussi facile. Quelles que soient les critiques qu’on peut lui adresser, Sibeth N’diaye en a fait les frais au premier chef.

Les mouvements de foule sont aussi irrationnels et potentiellement dangereux que dans la vraie vie. Dans une affaire de viol Darmanin est ainsi présumé innocent devant la justice, mais demeure coupable devant celle des nouveaux médias.

Tout cela est-il vraiment nouveau ? Aucune source d’informations ne peut faire l’économie de la réflexion critique de l’individu. Ce qui est valable pour les réseaux sociaux et internet l’est aussi pour la presse traditionnelle.

La nouvelle fabrique de l’opinion publique

Dans une démocratie en crise, en proie aux doutes et aux tentations illibérales, la liberté qui circule sur les réseaux sociaux et internet est à la fois un formidable contre-pouvoir populaire et une menace permanente contre les formes libérales de la démocratie représentative.

Parce qu’elle est la nouvelle forge de l’opinion publique, opinion qui est à l’origine de la fabrication de nos lois communes comme l’avait vu Montesquieu, la vie des réseaux sociaux suscite la convoitise des influenceurs politiques et des législateurs qui cherchent à les mettre au pas.

Le quadrillage de l’opinion publique, qu’il vienne des plateformes ou du législateur, serait cependant une catastrophe : c’est à l’individu seul que doit incomber le soin et la responsabilité de choisir ses informations pour juger au mieux de la compétence de ses édiles.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Les archives télévisuelles sont disponibles (INA), mais effectivement, les internautes sont souvent plus prompts à ressortir les vidéos « compromettantes » que les journalistes dont ça devrait être le métier.

    Cela n’est-il pas du au fait que les médias traditionnels ne font plus correctement leur travail ? Qu’ils se contentent de reformuler a minima des dépêches d’agence, sans plus jamais pratiquer un travail d’analyse et de mise en abyme des faits ?

  • Macron est le nouvel Orphée. Celui d’Offenbach qui doit descendre aux enfers pour récupérer l’Eurydice (qu’il déteste) poussé par l’Opinion Publique.

    Ce qui m’amène à dire que le problème n’est pas nouveau mais qu’il explose à cause de la technologie et que l’équilibre des forces a simplement changé.

    Le destin du nouvel Orphée importe peu. L’humanité doit trouver une solution pour canaliser l’Opinion Publique par une meilleure éducation, en cessant de prendre les lycéens pour des c… et en cessant d’accentuer cette c. à des fins politiques.

  • C’est moi où l’intervention de Taubira est d’une abjection totale ?

    • Totale oui.
      On n’arrive pas au sommet de l’état républicain en distribuant des sucres d’orge.
      La nature du système fait en sorte que les qualités requises pour arriver à en gravir les échelons sont typiques des profils des sociopathes. Absence totale d’empathie, gros appétit pour la manipulation et le mensonge, un narcissisme de compétition et aussi une belle capacité à suinter la haine quand ils se sentent menacés…

      • Taubia émettant un jugement de déchet, probité, indigence et autres insultes ferait bien de se regarder devant son miroir et ce n’est pas celui-ci qui est sale !

  • 5eme pouvoir… Est-ce que le pouvoir se partage, il semblerait que non, ces pouvoirs médiatiques sont tous manipulés ou manipulateurs. Ce ne sont donc pas des contrepouvoirs mais les bras armes du pouvoir pour qu’aucune oreille ne dépasse, serrer les rangs Mrs les contribuables, vous aurez chacun votre part, la milice médiatique veille.

  • « Les élites politiques et médiatiques semblaient insubmersibles, capables d’enquiller des décennies de carrière faites de renoncement, de complaisance et de promesses non tenues sans que l’opinion publique n’en sanctionne les conséquences désastreuses pour le fonctionnement des institutions ou la liberté de la presse. »

    les réseaux sociaux n’y changent pas grand chose.

  • L’empressement de notre Président à museler le droit de parole sur le web illustre assez bien cette émergence,
    On se doit de souligner ce qui a été dit en commentaire sur le fait que le web fait aujourd’hui le travail des journalistes, lesquels n’ont que trop peu d’empressement (et de raisons) de le faire…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yannick Chatelain.

« Pour moi l’anonymat pratiqué sur les réseaux sociaux est une régression » déclarait Emmanuel de Wasqueriel, sur France Inter, précisant « qu’une démocratie, c’est avancer à visage découvert… » et « plutôt que de restreindre la liberté d’expression sur les réseaux sociaux, il faudrait obliger à la suppression de l’anonymat » ajoutant ainsi sa voix à un faux débat régulièrement relancé : la fin de l’usage du pseudonyme.

Pour rappel, cette thématique avait resurgi en octobre 2020  portée par des élus de pre... Poursuivre la lecture

Pour contrer la disparition des lecteurs de journaux, les médias postent depuis longtemps leurs articles sur leur site internet et développent des applications pour les smartphones. C’est ce dernier phénomène qui est au cœur d’une nouvelle bataille économique et juridique entre Apple et les éditeurs français.

 

La concurrence des contenus gratuits et « One-Shot »

Canal de désintermédiation, Internet est accusé depuis longtemps de détruire de la valeur pour les médias.

Ces derniers sont contraints de repenser leurs mo... Poursuivre la lecture

Par Dr. Lamzabi Siham[1.Professeur assistant chercheur  à l’institut superieur d’ingénierie et des affaires (ISGA) Rabat].

De nos jours, la notion de réseau est large, et recouvre au moins quatre champs disciplinaires :  l’ingénierie, l’économie, la gestion et la sociologie.

Alors pourquoi s’intéresser à ce domaine ?

Un réseau est une structure composée de nœuds, représentant généralement un individu, une  organisation, un routeur... et d’arêtes représentant les liens entre les nœuds. Les liens peuvent représenter différe... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles