Macron : enfin seul, enfin roi

Avec la nomination de Castex, voilà Emmanuel Macron enfin seul maître à bord d’un État qu’il souhaite dominateur et stratège de tout. Ça promet.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
macron_president_louvre by French Embassy in the U.S(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Macron : enfin seul, enfin roi

Publié le 6 juillet 2020
- A +

Par Nathalie MP Meyer.

Rappelez-vous : le 15 mai 2017, la nomination d’Édouard Philippe à Matignon avait dû être retardée de plusieurs heures. En cause, le choix de son directeur de cabinet.

Tout à l’ivresse de sa récente victoire présidentielle qui le poussait à se montrer plus jupitérien et plus maître des horloges que jamais, Emmanuel Macron pensait pouvoir placer facilement son ami et directeur de la CNAM Nicolas Revel auprès du futur Premier ministre. Mais ce dernier résiste et impose finalement son propre ami Benoît Ribadeau-Dumas.

La rupture entre les deux hommes était-elle déjà consommée en pointillés à ce moment-là, avant même que le quinquennat n’ait vraiment démarré ? Si l’arrivée au gouvernement d’Édouard Philippe flanqué de Le Maire et Darmanin a parfaitement joué son rôle d’arme de destruction massive de la droite, la suite de l’histoire n’a pas tardé à révéler les malentendus latents au sein du duo exécutif.

Rappelez-vous à nouveau : alors que le Premier ministre devait donner son traditionnel discours de politique générale à l’Assemblée nationale le 4 juillet 2017, Emmanuel Macron n’a pu s’empêcher de lui voler la vedette en prononçant la veille un long discours tout d’envolées philosophico-printanières devant le Parlement réuni en congrès à Versailles.

Comme si déjà il ne se résolvait pas à s’effacer devant les prérogatives du chef du gouvernement ; comme s’il voulait se placer définitivement en surplomb de tout et montrer urbi et orbi combien toute action entreprise ne sera jamais que l’expression de sa volonté et la conséquence du cap que lui, Président, ambitionne de donner à la France.

Mais de son côté, Édouard Philippe aussi veut exister, jusqu’à devenir la caricature désolante de la psycho-rigidité technocratique. Car c’est lui qui a eu soudain l’idée catastrophique et furieusement impopulaire dans la France « périphérique » d’imposer une baisse de la limitation de vitesse sur les routes secondaires de 90 à 80 km/h – mesure coercitive parfaitement inutile en matière de sécurité routière et complètement décalée au regard des réformes dont le pays a dramatiquement besoin depuis quarante ans.

C’est lui également qui s’est arc-bouté férocement sur le maintien de la hausse des taxes sur les carburants qui a achevé de précipiter la France dans la révolte des Gilets jaunes, y compris contre l’avis du Président qui avait prévu de revenir dessus dès son discours du 27 novembre 2018 sur la programmation pluriannuelle de l’énergie – hausses qui ont finalement été annulées une dizaine de jours plus tard, non sans nous offrir en prime un joli petit cafouillage supplémentaire entre Matignon et l’Élysée.

Emmanuel Macron voulait un exécutant docile et discipliné, un simple « collaborateur » comme disait Nicolas Sarkozy en parlant de son propre Premier ministre François Fillon, pas un importun par trop indépendant. Or malgré une bonne entente sur le « dépassement des clivages » entre la droite et la gauche et sur la place éminente et indépassable de l’État, Édouard Philippe persistait à suivre un cap gouvernemental pas totalement en phase avec celui du Président de la République.

Pas étonnant dès lors que la solution soit venue de Nicolas Sarkozy dont on ne doute guère qu’il maîtrise à fond tous les ressorts de l’hyper-présidence. Selon Les Indiscrets du journal Le Point du 11 juin dernier, l’ancien Président aurait conseillé à Emmanuel Macron de mettre la suppression du poste de Premier ministre au menu de son programme présidentiel pour 2022 et de nommer entretemps à Matignon un fidèle peu susceptible de lui faire de l’ombre.

Aussitôt suggéré, aussitôt fait par le Président et aussitôt accepté par le nouveau Premier ministre ! À peine nommé, Jean Castex choisissait comme par hasard Nicolas Revel comme directeur de cabinet et le soir même au 20 heures de TF1, il s’empressait d’assurer publiquement à Emmanuel Macron :

« Je ne suis pas ici pour prendre la lumière mais pour avoir des résultats. » (Jean Castex, TF1, 3 juillet 2020)

Autrement dit, outre qu’il n’a pas omis pas de dire qu’il était fils d’une institutrice du Gers et élu local d’un village de la France profonde, informations censées lui conférer une proximité populaire à laquelle sa formation d’énarque et son parcours purement administratif ne font pas spontanément penser, il se présente comme un pur technocrate dont la mission consiste uniquement à faire advenir la politique décidée par le Président.

Ainsi que je l’écrivais dans un portrait que je lui avais consacré alors qu’il venait d’être appelé à Matignon pour endosser le rôle de « Monsieur Déconfinement » (avril 2020), Jean Castex a d’abord été le « Monsieur Santé et Hospitalisation » de Xavier Bertrand, le « Monsieur Social » de Nicolas Sarkozy puis le « Monsieur Sports et JO » d’Emmanuel Macron. À l’instigation d’Édouard Philippe, il a même failli être aussi « Monsieur Intérieur » en remplacement de Gérard Collomb et « Monsieur SNCF » en remplacement de Guillaume Pepy.

Eh bien, le voici maintenant propulsé au rôle de confiance de « Monsieur Exécution » du président de la République. Un poste qui ne manquera pas de lui convenir parfaitement car Jean Castex se définit essentiellement comme un haut-fonctionnaire entièrement dévoué au service de l’État :

« J’ai été formé pour être serviteur de l’État donc lorsqu’on m’appelle je me dois d’être présent. »

Qui dit service de l’État dit évidemment État et qui dit Macron dit évidemment que tout le « penser printemps » que le Président a vanté tant et plus pendant sa campagne électorale et au début de son mandat ne peut que passer par notre triple État providence, stratège et nounou, certainement pas par les initiatives incontrôlées des individus forcément irresponsables qui composent la société.

À cet égard, le choix de Nicolas Revel comme directeur de cabinet poussé par Emmanuel Macron est particulièrement révélateur. Exactement comme Castex, quoique venant de la gauche alors que le nouveau Premier ministre vient de la droite, Revel, fils de Jean-François mais tellement différent, est un pur produit de l’ENA et de l’administration.

Directeur de cabinet de Bertrand Delanoë à la mairie de Paris puis Secrétaire général adjoint de l’Élysée en même temps qu’Emmanuel Macron entre 2012 et 2014 (mandat Hollande), il rejoint ensuite notre sublime Sécu comme directeur général de la Caisse nationale d’assurance-maladie (CNAM) où il s’active notamment à mettre en place le tiers-payant généralisé avec la ministre de la Santé de l’époque Marisol Touraine (PS).

Impossible de coller de plus près à notre modèle social puissamment collectiviste, puissamment déresponsabilisant et puissamment inefficace !

Dans la prétendue nouvelle étape du quinquennat qui se dessine ces jours-ci, c’est en réalité le Macron qui clamait à des entrepreneurs quelque peu abasourdis « votre amie, c’est l’Urssaf » que l’on retrouve.

Le Président a beaucoup parlé de nouveau monde et il a souvent dit qu’il croyait en l’innovation et à l’ambition personnelle, mais sa façon de vouloir nous rendre amicales les administrations qui n’ont d’autres fonctions que de prélever taxes et cotisations sur les forces productives du pays et celles qui ont pour mission de les dépenser selon les fins sociales du moment est la confirmation absolue qu’il s’inscrit totalement dans l’État dévorant que nous traînons depuis 1945, avec nulle idée d’en sortir. Du « gaullisme social », pour le dire comme Jean Castex sur TF1 vendredi soir, autrement dit dirigisme et dépenses publiques.

Avec l’annexion de Matignon réalisée sans avoir à changer la Constitution grâce à la docilité annoncée de Castex et Revel, voilà Emmanuel Macron enfin seul maître à bord d’un État qu’il souhaite dominateur et stratège de tout. Ça promet.

Sur le web

Voir les commentaires (27)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (27)
  • Premier couac, le discours de politique générale que devait prononcer le nouveau premier ministre cette semaine a été recalé après le 14 juillet, date à laquelle Macron va intervenir pour donner sa feuille de route royale.
    Que les choses soient bien claires, en France le roi dirige, Castex exécute, et Revel contrôle.
    Mais le roi est nu, c’est tout le problème.

  • Attendons de voir ce que ce nouveau gouvernement va donner, sans trop d’illusions hélas mais restons optimistes. Sur un malentendu, il y a peut-être moyen de conclure…
    La seule certitude est que nous allons encore devoir supporter pendant 2 ans les aussi grandiloquentes que creuses envolées lyriques de notre président qui, telle une Castafiore un peu pathétique, continuera obstinément à rire de se voir si beau en ce miroir. Et ça, ça va être long…

  • Le roi enfin seul…..mais non , il a élu Jean CASSE TETE….l’avenir est vraiment noir.

  • Roi, c’est vite dit, le parlement a encore son mot a dire, le choix des ministres va être très délicat et si les parlementaires ont encore un brin d’honneur… Il serait judicieux d’en faire profiter les français… Revivre le confinement grâce à la politique ecolo insensée que compte suivre ce futur gouvernement est promesse d’un désordre jamais vu en France.

  • La seule différence entre Macron et les précédents, c’est qu’il est capable de dire des paroles séduisantes pour les libéraux. Comme les actes sont à l’opposé, il faut en déduire qu’il ment avec encore plus d’aplomb que ses prédécesseurs.

  • … »voilà Emmanuel Macron enfin seul maitre à bord d’un État qu’il souhaite dominateur et stratège de tout ».
    Merci à Nathalie pour cette réflexion sur la réalité de l’exercice du pouvoir actuel et à venir dans une « République Française » en pleine décadence démocratique.
    Après la catastrophe du règne du Général BONAPARTE, voilà certainement la pire dérive autoritaire que la France ait connue; une véritable dérive à la Poutine!…

    • cela va peut-être accélérer les choses… ?

    • Laurent Lenormand
      6 juillet 2020 at 9 h 50 min

      À la différence majeure que Poutine a remis son pays en ordre de marche, lui.

    • Ben voyons ; Bonaparte, Poutine, pourquoi pas Chuck Norris ?

      Macron est une mauviette, élue par des mauviettes et quelques ‘pour cent’ d’égarés, ni plus ni moins.

      Et il doit faire gaffe où il met les pieds, on a vite fait de trébucher avec tous ces défroqués qui rampent autour de soi !

      Si quelqu’un éprouve le besoin d’affirmer son autorité, c’est qu’il l’a perdu depuis longtemps…

  • Une pensée émue pour J.F. Revel, qui n’aura pas à assister aux compromissions de sa servile engeance.

    Si, les chats peuvent faire des chiens…

  • Voilà ce que ça donne de laisser les manettes à un ado attardé.

  • Apparemment La politique qui a été menée par le premier ministre Édouard Philipe aurait été néfaste à la politique et à l’image du président E Macron, de nombreuses décisions aurait été prise sans l’accord du président , par exemple; l’autorisation donner aux CRS, Gendarmes, Bac de tirer sur les gilets jaunes ?

  • Roi? Non, saus si l’on ajoute « enfant » devant et »capricieux » derrière. Seul, oui, et cela ce n’est ni rassurant ni encourageant.

    • Jaune devant et marron derrière ? Il va changer de culotte, c’est promis… Mais restera culotté….

      • Seul.. Non, il y a maman, chirac aussi avait maman.. Le général itou. Pompidou faisait chambre à part et sarko.. Cocu mais content… Mitterand,.. Du mitterand, l’alcove.

  • Voilà plus de 10 ans qu’en France, chaque année, les impôts progressent plus vite que la VA en euros courants. Plus d’une décennie de progression des impôts systématiquement plus rapide que la VA, c’est du jamais vu dans l’histoire fiscale depuis 70 ans et c’est ce qui explique les révoltes des Français qui n’en peuvent plus. Même Mitterrand avait dû lâcher du lest après 5 ans de folie fiscale, sous la contrainte populaire, aboutissant à la première cohabitation. A l’époque, il n’y avait pas l’euro pour lui sauver la mise.

    Dans la droite ligne de Sarkozy et Hollande, Macron poursuit le pillage systématique du pays par l’Etat obèse. Avec la crise de la Covid qui vient se surajouter, ça va très mal finir.

    • C’est à dire..??? Si macron se plante et il est bien parti…Resteront les écolos ..Allez à 10 %..Les insoumis de Meluche à 11%…Les socialos à 6 %…La droite à 15% maxi…Le RN qui a toujours son socle à 25% selon la participation ..La REM à 20%..et le reste pour des petites listes…Marine passeraDonc l’échec de Macron c’est 5 ans d’extrème droite….

      • Marine ne passera jamais, elle ne le veut pas non plus. A moins d’une refonte des partis, on va avoir encore du LREM ou de l’écolo.
        J’étais content de voir le PS et LR s’effondrer en 2017, mais en final tous les nuls sont allés à LREM et aucun mouvement nouveau n’a émergé.

      • L’heureux élu est parfaitement indifférent tant qu’il n’abaisse pas les dépenses publiques de 400 milliards et le nombre de fonctionnaires des 3 FP d’un bon tiers, disons 40% des effectifs.

  • Notre roi mal élu n’est rien sans les 600 hauts fonctionnaires, tous mieux payés que lui, qui dirigent réellement le pays. En fait ces derniers lui donnent des hochets pour faire joujou avec et cet imbécile ne s’en rend peut-être même pas compte.

  • Tout autre que Macron aurait désigné son pire ennemi politique comme PM et aurait fait savoir qu’il lui accrodait les pleins pouvoirs.

    Mais bon ! Rastignac est tellement sur de lui et du redressement magique de la France qu’il ne peut supporter l’idée qu’on en attribue le mérite à un autre. Je suppose qu’il a prévu de marcher sur l’eau et de multiplier les pains pour le 14 juillet. Ses amis devraient peut-être lui expliquer qu’il a tout raté jusqu’à maintenant – mais encore faudrait-il qu’il ait des amis. On pourrait s’inquiéter de sa main mise sur le pouvoir, mais étant donné ses antécédents, difficile de croire qu’il puisse réussir même cela.

    Bien sur je peux me tromper et peut-être que dans 2 ans la France sera un monde idyllique dépollué plein de petits zoizeaux, où déambuleront les piétons heureux et aimables, ne manquant de s’excuser poliment quand par inadvertance ils auront tabassé un chauffeur de bus ou aplati une gendarmette. Dans ce cas j’irai me présenter de mon propre chef à l’usine Soleil Vert.

  • À la décharge de toute cette clique, le peuple français est très profondément royaliste et ne conçoit le pouvoir que pyramidal avec un « grand homme » à la tête. Les médias se comportent en courtisans qui discutent des potins et des princes de la cour, mais les Français ont aussi joué le jeu à fond.
    .
    Oui, la démocratie est confisquée, mais il faut quand même être deux pour un tango et s’il y a bien une seule responsabilité du peuple, c’est celle d’avoir accepté cette danse qui ne passerait absolument pas dans des pays avec une tradition de pouvoir horizontal comme l’Allemagne ou la Suisse.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

https://www.youtube.com/watch?reload=9&v=NRxWc1GbBqM

Ce 20 janvier, à l'occasion d'une conférence de presse le Premier ministre Jean Castex, a présenté aux côtés d'Olivier Véran un calendrier de levée des restrictions liées au covid. Néanmoins, comparé à  certains pays européens, cet allègement est faible et une vraie sortie de crise semble encore loin.

Levée de certaines restrictions

En matière de levée de restrictions, le calendrier est le suivant :

2 février : fin du télétravail obligatoire, des jauges dans les stade... Poursuivre la lecture
0
Sauvegarder cet article

C’est le 9 octobre 2021 qu’Édouard Philippe a officiellement lancé son propre parti, Horizons. L’ancien Premier ministre a présenté celui-ci comme étant destiné à favoriser la réélection d’Emmanuel Macron. Mais il semble que les critiques qu’il a émises concernant « la gestion de la dette et le probable report de la réforme des retraites » n’aient pas été appréciées par le président. Ainsi, Horizons a très vite été perçu comme une menace potentielle pour LREM.

La sanction ne s’est pas fait attendre : la récente proposition de Philippe ... Poursuivre la lecture

Ce 19 janvier, Emmanuel Macron a pris la parole au parlement européen pour faire un discours dans le cadre de la présidence européenne de la France.

Arrivé de Macron au parlement... pic.twitter.com/rBEkIdJfG6

— Esposito Corinne (@coconuts1315) January 19, 2022

Le propos s’est concentré sur les valeurs qu'il souhaite défendre. Il a été critiqué par les représentants français des groupes européens de l’opposition comme Jordan Bardella du RN, Yannick Jadot d'Europe Ecologie les Verts, François-Xa... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles