Les entreprises face à la démagogie du gratuit

Nous avons surpris une conversation entre un bon français et un individu suspect, manifestement éloigné des valeurs communes.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Gift By: Praveen - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les entreprises face à la démagogie du gratuit

Publié le 29 mai 2020
- A +

Par Hadrien Gournay.

Bon Français : Regardez comment se comportent lors de cette épidémie ces grandes entreprises capitalistes toujours assoiffées de profit  ! Toujours obsédées par le profit et incapables de la moindre solidarité. Ces firmes pharmaceutiques qui veulent gagner plein d’argent sur le vaccin dont on a besoin ! Cette grande distribution qui refuse obstinément de nous offrir des masques ! Et enfin ces compagnies d’assurance incapables de soutenir des entreprises à l’agonie. Qu’elles filent leur pognon ! Il faut une loi pour les obliger à fournir à la population les biens essentiels gratuits !

Individu suspect : Hé bien cela ne me paraîtrait pas souhaitable.

BF : Comment ça ?

IS : Cela ne me paraîtrait ni juste ni équitable.

BF : Expliquez-vous.

Première partie : le profit interdit

IS : Très bien. Prenons l’exemple des masques. Comparons si vous le voulez bien l’intérêt de la société et son appréciation morale de l’action de la grande distribution.

Classée dans l’ordre décroissant de leur contribution à l’intérêt de la société, les différentes options de la grande distribution sont les suivantes :
A Masques gratuits
B Masques Payants
C Pas de masques

Le classement de ces options en fonction de l’appréciation morale de la société est le suivant :
A Masques gratuits (en théorie car la grande distribution serait accusée de se faire de la pub).
C Pas de masques
B Masques payants

Alors que vendre des masques pour le profit est plus utile à la société que leur absence, celle-ci la condamne au contraire de l’abstention. Pourquoi condamner une initiative profitable à la société ? Cela ne me parait pas juste.

BF : Moui. Pour moi l’important est bien que nous ayons des masques gratuits.

IS : Mais justement ! Quelles conséquences peut avoir cette opposition entre l’intérêt de la société et son jugement sur les actions de la grande distribution ?

Dans les faits les masques ont été vendus à prix coutants. Cependant, que se passerait-il si la vente des masques est interdite, seule leur distribution gratuite étant autorisée ? Les optimistes espèreront que cette prohibition substituera la vente payante à la distribution gratuite. Les pessimistes craindront de voir la vente payante remplacée par le refus d’en distribuer.

Pour savoir qui a raison, il faut prendre en compte l’ordre d’utilité, là encore décroissant, pour les distributeurs. Il est le suivant :
B Masques payants
C Pas de masques
A Masques gratuits

En interdisant la vente des masques, on imposerait un choix entre C et A. La meilleure option pour les distributeurs est C : l’absence de masques. L’incohérence entre l’intérêt de la société et son appréciation morale aura abouti à la pire option pour la société.

BF : Très bien ! J’ai compris votre raisonnement. Mais alors que dites- vous de cela : au lieu de simplement interdire la vente payante des masques, moi je veux imposer leur distribution gratuite. Les problèmes que vous avez soulevés disparaissent. Il n’y plus d’incohérence morale puisque par exemple l’absence de masques est considérée de la même manière que les masques payants. Pour la même raison, la désincitation n’est plus possible parce que la firme n’a plus le choix de ne plus produire.

Deuxième partie : la gratuité imposée

IS : Les choses ne me paraissent pas si simples. Les conséquences néfastes pour la société sont moins visibles et moins immédiates, mais ne disparaissent pas pour autant.

BF : Et quelles seraient les conséquences de la gratuité imposée ?

IS : En premier lieu, pour s’assurer du respect de l’obligation de produire un bien donné, le gouvernement devra déterminer des quotas de production pour chaque société. Pourtant, il est impossible par exemple d’exiger d’une société pharmaceutique qu’elle trouve un vaccin. Comment alors vérifier qu’elle le cherche sérieusement ? En contrôlant ses investissements ? Le gouvernement serait contraint de mettre en place des procédures inquisitoriales. Il y aurait un coût très important pour la société en mesure d’inspections, et pour quels résultats ?

Par ailleurs, pour un secteur donné les effets du don obligatoire sont semblables à ceux de nouveaux impôts ou à celle des hausses d’impôts.

Tout d’abord, en portant atteinte aux profits des entreprises concernées, la gratuité diminue leurs réserves et leurs investissements futurs et in fine, la croissance future du pays qui adopte de telles mesures. Certes, je veux bien admettre que tant qu’elles ne sont pas multipliées, l’impact d’une seule mesure de ce genre est toutefois quasi-nul et peut sembler mineur au regard des bienfaits du don.

Ensuite et surtout, ces initiatives découragent les détenteurs de capitaux d’investir dans les secteurs visés. Or, elles touchent par nature les secteurs producteurs des biens dont la société estime avoir le besoin le plus urgent. Bien sûr, une obligation unique, comme les masques pour la grande distribution ou les centaines de millions d’euros pour le secteur de l’assurance, aura, là encore, un impact très faible de ce point de vue. Mais pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Pourquoi ne pas étendre à tous les vaccins la logique qui prévaut sur l’un d’eux ? Car les arguments avancés ici auraient la même valeur là ?

BF : En tout cas vous ne m’avez pas convaincu qu’il puisse y avoir une quelconque injustice dans une proposition qui consiste à réduire le superflu de quelques uns au profit de tous. La gratuité imposée est-elle juste ?

IS : J’y venais. Et pourquoi, ceux qui investissent dans un secteur d’utilité publique auraient-ils plus d’effort à fournir que ceux qui s’en abstiennent ?

BF : Hé bien parce c’est leur contrat. On n’apprend pas le respect des contrats dans le libéralisme ? Ceux qui se lancent dans ses activités en acceptent les contraintes et les obligations.

IS : Cet argument est faux pour deux raisons. Il faudrait d’abord que les propriétaires des entreprises concernées aient été prévenus de leurs obligations au moment de se lancer dans l’activité. Ensuite les lois imposées par l’État n’ont pas de caractère contractuel.

Pour le comprendre comparons deux situations.

Dans la première, je suis propriétaire d’un terrain que vous souhaitez utiliser pour une journée. Je vous dis « ce sera tant cher monsieur ».
Dans la deuxième, je vous dis que si vous vous rendez à Paris, vous me devrez telle somme en précisant qu’il y a bien un contrat de votre part puisque je vous aurai prévenu des conditions que vous aurez accepté en allant à Paris.

Le parallèle entre les deux situations est purement factice. La différence est que je suis propriétaire du terrain. De ce fait, je peux vous interdire ou vous autoriser à y pénétrer et dans ce cas, vous demander un prix en échange. En revanche, je ne suis pas propriétaire de Paris. Je ne peux pas vous interdire de vous y rendre et je ne peux pas conditionner le fait de vous y rendre à un paiement.

Or, les obligations étatiques sont dans cette catégorie dans la mesure où il n’appartient pas à l’État de décider arbitrairement si nous pouvons exercer ou non l’activité de notre choix. Il ne peut s’agir d’un droit que l’État pourrait exercer selon son bon plaisir mais tout au plus d’une mission soumise à des conditions très précises.

BF : Vous admettrez tout de même que tous les secteurs d’activité ont leurs propres contraintes. Il ne s’agit que de les soumettre à la loi commune.

IS : Désolé mais là non plus votre argument fondé sur l’égalité ou sur l’équité n’est pas recevable. D’abord, tous les secteurs ne sont pas égaux. Ce seront les entreprises se lançant dans les activités les plus vitales qui seront le plus touchées. Pourquoi les pénaliser et épargner les entreprises qui au contraire négligent ces activités vitales ? Ensuite, cela néglige le cas de ceux qui ne travaillent pas et qui ne contribuent pas, de fait à la richesse de la société, indépendamment de leur responsabilité dans cette situation.

BF : Mais enfin, que faites-vous de la nécessité ? Que vont devenir les personnes qui ne pourront pas se procurer de masques ou de vaccins etc. ? ou des entreprises en faillite ?

IS : Ce misérabilisme systématique est risible. Les Français ont dans leur grande majorité (en tout cas, tous ceux qui possèdent un téléphone portable), parfaitement les moyens de s’acheter des masques. C’est seulement dans le cas où une personne devrait choisir entre se soigner, se vêtir, se nourrir ou se loger, que la nécessité pourrait être invoquée. Mais dans ce cas pourquoi faire payer seulement certaines sociétés ? La meilleure solution est le financement par les impôts généraux. On passe d’une logique où un petit nombre paie pour tous à une logique où tous paient pour un petit nombre, avec une réduction des montants en question.

BF : Ah ! Je vois. Alors le contribuable serait mis à contribution au profit de ces sociétés qui n’auraient rien à faire sinon encaisser la monnaie !

IS : Vous oubliez que les propriétaires de ces sociétés sont des contribuables comme les autres et en tant que tels, ils sont également soumis à cet impôt.

BF : Mais ces sociétés seront indirectement bénéficiaires de la subvention et augmenteront leurs profits !

Mais si cette subvention est utile et légitime en raison du résultat qu’elle vise, n’est-il pas juste d’être récompensé pour sa contribution à un résultat juste et légitime ?

En réalité, ces dernières réflexions de ma part sont théoriques. Je ne crois pas qu’il y ait davantage de raisons de subventionner, même pour une minorité pauvre, les masques ou les vaccins que les chaussures que chacun porte. Pour les entreprises qui subissent le confinement, c’est une autre question.

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • claude henry de chasne
    29 mai 2020 at 6 h 48 min

    et le salaire et les retraites des fonctionnaires ce n’est pas un profit?

  • jacques lemiere
    29 mai 2020 at 6 h 56 min

    si vous expliquez..ils se dégonflent, ils se taisent ou vous insultent , vont plus loin et recommencent à dire les mêmes choses.

    ça vaut pour tous les sujets pour lesquels s’est formé un cercle de résonance.. vous avez une série d’assertions..supposée vraies..
    sur les quelles ils rebondissent..

    ce qui est inquiétant est qu’il semble que les gens m^me éduqués ne se rendent m^me pas compte qu’il s’agit à la base d’opinions. Même des gens éduqués une fois leur assertion démontrée fausse la posent comme vraie..car bah tout un tas d’autres assertions fausses connexes..

    et on commence à voir un pourrissement de la science par la politisation.. des tas de chercheurs qui mélangent allègrement opinions et faits.

  • Sur l’argument :
    « Par ailleurs, pour un secteur donné les effets du don obligatoire sont semblables à ceux de nouveaux impôts ou à celle des hausses d’impôts. »

    2 explications sont données dans le texte :
    – diminution des réserves, des investissements, et impact sur la croissance
    – découragement des détenteurs de capitaux pour ces secteurs

    Il y a une 3ème explication qui me paraît bien plus immédiate et évidente :
    Ces dons obligatoires, comme toute charge imposée ou tout prélèvement obligatoire sur les entreprises, se retrouve forcément dans les prix finaux, et ce sont donc les consommateurs qui les paieront, comme pour les impôts.
    Alors que les profits sont partagés selon les équilibres internes aux entreprises entre les actionnaires, les salaires, et les investissements, pour ce qui est des prix ils sont régulés uniquement par la concurrence.

    • C’est bien vrai, ça: Il y a une 3ème explication qui me paraît bien plus immédiate et évidente :
      Ces dons obligatoires, comme toute charge imposée ou tout prélèvement obligatoire sur les entreprises, se retrouve forcément dans les prix finaux, et ce sont donc les consommateurs qui les paieront, comme pour les impôts.

  • Esprit critique
    29 mai 2020 at 9 h 04 min

    Les masques totalement gratuit, c’est instantanément un budget de plusieurs milliards par an car il faut prévoir le ramassage de millions de masques par jour jetés n’importe ou !
    Un avantage certain ça créera des milliers d’emplois de fonctionnaires et de militants CGT.

  • epidermiquement
    29 mai 2020 at 19 h 05 min

    masque gratuit = irresponsabilité de l’usager.
    Comme il ne me coute rien, je le jette sans même m’en servir et j’en prends un autre si je crois en avoir envie et comme je n’en ai rien à faire, je le laisse au fond d’un placard….
    Voila pourquoi la sécu est en faillite à cause du nombre de boites de doliprane qui ont été prescrite sans réel besoin par des médecins qui voulaient se faire payer par la sécu une consultation qui n’a rien couté au soi-disant malade…..

  • En tout cas vous ne m’avez pas convaincu qu’il puisse y avoir une quelconque injustice dans une proposition qui consiste à réduire le superflu de quelques uns au profit de tous.

    Qu’est-ce que le superflu, et qui juge? L’un peut juger qu’un bien m’est superflu dans l’instant alors qu’il m’est vital sur la durée.

    En ne respectant nullement la propriété, on commet un crime.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lors de ses vœux, Bruno Le Maire a critiqué les industriels qui ont délocalisé sans justification. Ils manqueraient de patriotisme.

Monsieur le ministre de l’Économie, avec tout le respect que je vous dois, permettez-moi de vous rappeler ce que vous n’ignorez pas : si les entreprises industrielles délocalisent ce n’est pas, comme vous le dites, pour « gagner un centime par pièce » mais parce que depuis quarante ans, aucun gouvernement n’a mis en œuvre les réformes effectuées par nos voisins et que, concernant ce sujet, Nous attendons t... Poursuivre la lecture

Par James Garagnon. Un article de Mises.org

Le mois dernier, à l'occasion de la Journée mondiale de l'alimentation, le pape François nous a une fois de plus gratifiés de quelques paroles de sagesse économique en trois tweets, blâmant la libre entreprise et le capitalisme responsables de la persistance de la faim dans le monde :

The fight against hunger demands we overcome the cold logic of the market, which is greedily focused on mere economic profit and the reduction of food to a commodity, and strengtheni... Poursuivre la lecture

Par Brad Polumbo. Un article de la Foundation for Economic Education

En tant que chef de l'Église catholique, le Pape François est un leader religieux estimé et une icône mondiale. Mais un expert dans un domaine ne fait pas un expert dans un autre - et sa compréhension de l'économie laisse beaucoup à désirer, si l'on en croit ses dernières remarques.

Les déclarations du Pape François à l'occasion de la Journée mondiale de l'alimentation

Le Pape François a récemment fait une déclaration à l'occasion de la Journée mondiale de l'al... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles