Le système social français pèse sur la relance économique

Dépenses sociales les plus généreuses du monde en France ! Un atout, ou un poids, pour relancer l’économie ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Nsey Benajah on Unsplash - https://unsplash.com/photos/IIxoMowHjXE

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le système social français pèse sur la relance économique

Publié le 6 mai 2020
- A +

Par Vladimir Vodarevski.

L’Allemagne, encore l’Allemagne, toujours l’Allemagne, pays cité en exemple encore et toujours. Sur les réseaux sociaux circulait un post vantant l’efficacité du plan de soutien allemand à l’économie. Ce post mettait en valeur la simplicité de la demande d’aide et la rapidité du versement d’argent promis. A contrario, un post tout différent circulait à propos de la France. Il dénonçait la prime aux allocataires du RSA !

Autoflagellation française ? Peut-être. La France a elle aussi pris des mesures de chômage partiel. Elle a, en temps ordinaire, la dépense publique la plus importante de l’OCDE, qui s’élevait à 56 % du PIB en 2018, contre 44,6 % pour l’Allemagne, et 37,8 % pour les USA. La France est surtout championne des dépenses sociales. Selon l’OCDE, les dépenses sociales atteignaient 31,2 % du PIB en France en 2018, contre 25,1 % pour l’Allemagne, 18,7 % pour les USA, et 17,3 % pour le Canada.

La France a donc un système social très généreux. Mais est-il efficace ? Ce que soulignent les posts des réseaux sociaux, c’est l’efficacité allemande, qui est capable de réagir vite en cas de crise, et d’offrir un soutien au moins équivalent à la France à son économie et à son peuple.

France, pays de la pauvreté ?

En France, le taux de pauvreté s’élève à 36,9 %, aux USA à 26,8 %, et en Allemagne à 32,7 % (chiffres OCDE 2017). Il s’agit du taux de pauvreté monétaire à 50 %, c’est-à-dire qu’en France 36,9 % de la population a un revenu inférieur à 50 % du revenu médian. Le revenu médian sépare la population en deux parties.

La moitié de la population gagne plus que le revenu médian, la moitié gagne moins. On remarque donc que les USA ont un taux de pauvreté nettement inférieur à la France et à l’Allemagne. La France étant en tête.

La France compense par les dépenses sociales. Ainsi, après redistribution, le taux de pauvreté en France tombe à  8,1 % en 2017, aux USA ce taux descend à 17,8 % après redistribution, et à 10,4 % en Allemagne. La France est donc à la fois un pays qui a un fort taux de pauvreté, largement supérieur à celui des USA, et celui qui compense le plus par la redistribution.

L’Allemagne, et surtout les USA, ont un taux de pauvreté inférieur, et compensent moins.

La question se pose donc de l’efficacité de la politique française. Ne faudrait-il pas s’interroger sur les causes de la pauvreté, quand on voit la différence entre les États-Unis et la France, et s’inspirer des USA ? Bien sûr, après redistribution, le taux de pauvreté en France est inférieur à celui des USA. Mais, d’un point de vue humaniste, est-il préférable de vivre dans un pays où on peut gagner sa vie, comme aux USA, ou dans un pays où on doit compter sur l’assistanat, comme la France ?

Par ailleurs, on remarque que la France et l’Allemagne, un pays socialiste et un pays social-démocrate, ont des taux de pauvreté plus importants qu’un pays plus libre, les USA. On peut donc légitimement s’interroger sur l’État-providence. Est-il un moyen de sortir un pays de la pauvreté, ou ne l’enfonce-t-il pas dans la pauvreté ? La réponse est complexe.

De plus, la redistribution consiste à prendre aux uns pour donner aux autres. C’est-à-dire que l’on prend à la classe moyenne pour donner aux autres. Car c’est au sein de la classe moyenne, par son importance, que sont concentrés les revenus. Les 1 % les plus riches, même selon les calculs les plus larges de Piketty, sont incapables de financer 56 % de PIB de dépenses publiques (ou plutôt 53 % en comptant un emprunt annuel de 3 % du PIB environ, mais qui doit être remboursé). Or, la France vit un mouvement de la classe moyenne, les Gilets jaunes, qui a commencé par une révolte contre une taxe carbone.

À quel point les prélèvements deviennent-ils insupportables, et plombent-ils l’économie ?

Régulation contre réglementation

Le social en France, ce sont aussi des réglementations qui se disent protectrices. Par exemple, la législation et les réglementations sur le travail protègent le salarié contre le licenciement. Cependant, le chômage en France, ainsi que le sous-emploi, sont largement supérieurs à ce qu’il est dans des pays comme la Suisse, ou le Royaume-Uni par exemple, réputés moins réglementés. En Allemagne, la réglementation peut être complexe, mais elle s’adapte davantage aux entreprises qu’en France.

Par conséquent, une réglementation fournie n’est pas forcément protectrice socialement. Elle peut avoir l’effet inverse. La protection de l’emploi, c’est d’abord qu’il y ait de l’emploi.

La réglementation apparaît également dense dans les services sociaux, dont la santé. C’est ce qu’ont mis en valeur différents articles de l’IREF Europe. Par exemple, l’Iref souligne que : « Selon les chiffres de l’OCDE, 35,22 % des emplois hospitaliers en France ne sont pas médicaux ou paramédicaux, contre 24,3 % en Allemagne, une différence de 9 points. »

Dans un autre article, un ancien président de centre hospitalier témoigne de l’alourdissement des structures administratives en 40 ans.

Enfin, l’IREF fait une comparaison avec l’Allemagne, encore elle, en soulignant que dans ce pays, plus de 90 % des directeurs d’hôpitaux sont des managers, ce qui permet une plus grande adaptabilité et une plus grande réactivité. La Fondation IFRAP souligne également la complexité administrative du système de soins français par rapport au système allemand qui laisse plus de place à l’initiative dans la gestion, dans sa publication Société Civile d’avril 2015.

En France, on préfère réglementer, cherchant à prévoir toute situation, à encadrer au maximum, travailleurs, entreprises, services sociaux. En Allemagne, dans les hôpitaux, dans le monde du travail, dans l’économie, il y a davantage de liberté. Au final, qu’est-ce qu’un pays bien régulé ? Un pays qui réglemente, ou un pays qui laisse de la liberté, pour permettre l’adaptation des structures économiques et sociales ?

La réglementation n’est pas la régulation. L’efficacité sociale ne repose pas forcément sur la réglementation.

Malgré cette pléthore de réglementations administratives dans les hôpitaux, soulignons l’initiative personnelle du personnel soignant face aux malades. Dans une vidéo, le professeur Eric Raoult ( vers 18:00) met en avant comment les réanimateurs, en communiquant entre eux, ont pris des initiatives dans la prise en charge des malades. Face au patient, le serment d’Hippocrate s’impose.

L’économie, c’est du social

Des affirmations ont circulé dans divers articles. Il a été dit que l’Allemagne consacrait plus d’argent à la santé que la France. D’autres ont souligné que les dépenses de santé en pourcentage du PIB étaient identiques dans les deux pays, à 11,2 % du PIB (Chiffre 2018, OCDE, Panorama de la santé, 2019).

Les deux affirmations sont vraies. Les dépenses publiques en proportion du PIB sont identiques dans les deux pays. Mais l’Allemagne a un PIB par tête supérieur à la France, donc, une proportion identique signifie des dépenses supérieures par habitant.

Ce qui amène à une conclusion souvent oubliée en France : l’économie, c’est du social. Il faut d’abord penser à créer une économie forte. C’est l’économie de marché qui a permis l’émergence de la classe moyenne, et un progrès social sans précédent. C’est l’économie de marché qui permet de financer le social. Si le financement social devient trop lourd, si la réglementation sociale devient trop lourde, c’est la poule aux œufs d’or qui est tuée. À petit feu.

La première politique sociale, la plus importante, c’est de laisser l’économie de marché se développer, de l’entraver le moins possible. On le voit aussi aux USA avec un taux de pauvreté inférieur aux taux français et allemand avant redistribution, ainsi qu’avec un niveau de vie supérieur.

La relance

Ainsi, pour relancer l’économie, il faudra s’interroger sur notre système social, sur la redistribution, et sur la réglementation. Sans tabou, car plus de dépenses, et plus de réglementation, cela ne semble socialement pas pertinent si on regarde les faits. De même qu’il faudra s’interroger sur la gestion de nos systèmes sociaux.

La législation sociale, de même que la réglementation des organismes sociaux, peuvent être contre-productives, d’autant plus si elles plombent l’économie. Car, il ne faut surtout pas oublier que l’efficacité économique est la première des protections sociales.

Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • « En France, le taux de pauvreté s’élève à 36,9% »

    Il s’agit pour une bonne part de retraités qui n’ont d’autre revenu que leur retraite par répartition, résultat tout à la fois du manque d’incitation à s’assumer et du découragement fiscal de l’épargne productive. Le piège de l’Etat providence s’est refermé sur eux, les soumettant irrémédiablement à sa sujétion.

    Si jamais l’Etat providence fait faillite, par exemple à la suite d’une crise sanitaire majeure, leur situation sera dramatique.

    • et encore, on parle d’un taux de pauvreté relative (par rapport au revenu médian, qui n’est pas le même en France, Allemagne ou USA).

    • «le taux de pauvreté s’élève à 36,9 %, aux USA à 26,8 %» !!!
      Les États-Unis est un peu-beaucoup moins socialiste que la France … et le taux de pauvreté y est inférieur !
      Ne serait-ce que la manière de calculer soit différente et/ou que certain se complaise dans une certaine pauvreté ?
      Mais pauvreté avec i-phones dernier jus pour toute la famille, des écrans TV 80″ dans toute les pièces, et une Audi Q7 et une petite BMW série 5 comme seconde voiture…
      Ne faut-il pas limiter les aides sociales (RSA, par ex.) dans le temps -à 6 mois par périodes de 10 ans- et pour en bénéficier avoir cotisé pendant au moins 5 ans soi-même ou ses parents ?

      • L’iphone au rsa vous oubliez. Les seuls qui ressemblent à ceux que vous décrivez font du black ou vendent de la drogue.

        Pour le taux de pauvreté, tient-on compte du coût de la vie qui n’est pas le même en Suisse et en France?

        L’Ifrap avait suggéré de plafonner à 2000€ en comptant tous les revenus et donc les inclure dans l’impôt. Par ailleurs il suggérait de simplifier massivement le système d’aide en le recentrant sur la région.

  • Cette définition OCDE du taux de pauvreté est absurde: si tout le monde gagne la même somme, même pas assez pour manger, alors il y a zéro pauvre …

  • Notre vocabulaire lui-même traduit un poids. Le revenu médian ne « sépare pas la population en deux parties », il représente la valeur instantanée telle que ceux qui gagnent plus à ce moment soient en nombre égal à ceux qui gagnent moins. On s’en sortira quand chacun comprendra que ses propres actes définissent sa position par rapport à cette médiane, qui peut aussi monter vers des valeurs où il fait meilleur vivre, et cessera d’attendre du système social des compensations, aides en dessous et impôts en dessus. Comme si le niveau était statique défini pour toujours, et qu’il importait peu que la médiane baisse si chacun en était rapproché en gardant éternellement sa position relative aux autres.

  • En France ou reouvre les écoles pas pour enseigner mais pour permettre aux enfants de manger.. Pas tous, seulement les pauvres. On donne une prime aux beneficiaires du rsa, c’est à dire les gens englués dans le chômage… Sans doute pour qu’ils paient leurs dettes.. Pas idiot ça remplace la subvention directe aux banques…. Et on donne un masque de casseur au président…

  • « La France a donc un système social très généreux. Mais est-il efficace ? »
    A partir du moment ou il est financé par de la dette

    • « la dette sera payée par nos enfants »
      Seulement si ils le veulent bien. Eux auront le choix et la liberte d’émigrer.
      Par contre ceux déjà dans le système, famille, crédits etc. seront les vrais perdants.
      Et les retraite bien sûr.
      Si nos enfants ne veulent pas payer, qu’ils partent. Point.
      Si ils décident de rester, alors faudra banquer. Un max.

    • Il paraît que quelqu’un aurait dit « ça nous coûte un pognon de dingue pour très peu de résultats »,un peu de lucidité ,il faut passer aux actes maintenant.

    • « La France a un système social très généreux… »
      … qui consiste à spolier ceux qui réussissent, c’est-à-dire ceux qui se donnent de la peine !
      Ceux qui essayent de se recycler quand une filière décline?… le problème, en France, c’est que la formation continue n’est pas très valorisée… donc « ON » -l’Éducation Nationale- forme des directeurs et des chefs de n’importe quoi qui restent à attendre au RSA le boulot (mais pas trop, pas fatiguant, permettant de faire la fête tous les soirs) qui paye x fois 10000€ par mois !

    • Et c’est quoi l’efficacité d’un système qui consomme sans rien produire ?

  • Se baser sur un indicateur n’est satisfaisant et surtout introduit un biais.La mesure du niveau de vie est plus complexe que cela.Chacun puise les données qui vont dans le sens de ses idées

    Voir ce lien ,:
    http://ses.ens-lyon.fr/articles/les-indicateurs-de-developpement-du-pnud-47729

  • Distribuer du fric que tu empreintes, a rembourser par celui qui croit naïvement faire une affaire, c’est prendre les gens pour des c…..
    Mais si en plus ça se fait dans un système ou des parasites : Hauts fonctionnaires, administratifs, contrôleurs, etc … consomment 60 % du pognon en frais de fonctionnement, alors c’est la France

    • la france est comme un couple au RSA qui n’arrive pas a convaincre leurs gosses qu’ils n’ont pas un rond , car ceux ci pourraient les agresser
      donc ils temporisent et vendent les pneus de la voiture pour acheter de l’essence et un smartphone pour chaque gosse

  • Aux USA les 20% les plus pauvres sont plus riche que la classe moyenne européenne. Par leur pouvoir de consommation car a revenu égal ils ont plus de consommation possible.
    justfacts.com/news_poorest_americans_richer_than_europe

  • En plus l’Allamgne va consacrer 7 fois plus pour aider ses PME à sortir de la crise que la France… Cette dernière est bien partie pour auder surtout les grandes entreprises, laissant des miettes pour les autres (avec effet de com’ maximum cependant).
    Tout est une question d’allocation de moyens.

    • OUI, mais la France consacre (peut-être) aussi 7 fois plus pour gâter tous ceux qui attendent «ce qui tombe du ciel» !
      Pourquoi ¿toujours? favoriser ces salauds de patrons ?
      Il faut taxer toutes les entreprises à 100% des bénéfices et à 110% les salaires des chefs car ils planquent du fric !

  • Il y a plusieurs façons d’interpréter ces données. On pourrait aussi constater que la redistribution en France est plus efficace qu’en Allemagne et aux USA puisqu’elle permet de faire chuter le taux de pauvreté de 28.8 points contre 22.3 en Allemagne et 18.7 aux USA, soit 0.92 pt en moins par point de PIB en France contre 0.88 en Allemagne et 0.66 aux USA.

    Quoi qu’il en soit l’argument il faut produire avant de redistribuer ne tient pas parce que la redistribution d’une certaine façon rétroagit sur la taille du « gâteau » à partager https://sagesseliberale.home.blog/2019/09/16/eloge-de-la-redistribution/

    • La redistribution ne fait rien chuter du tout puisqu’elle crée d’abord la pauvreté avant de la subventionner. C’est précisément le cas des retraités, des malades ou des chômeurs préalablement désolvabilisés par les cotisations sociales, cotisations qui les empêchent d’épargner quand ils sont en activité.

      Si la France est le pays comptant le plus de pauvres avant redistribution, ce n’est pas par hasard. C’est le résultat de la spoliation des ressources par l’Etat obèse.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ainsi s’achève une saison 2021-2022 particulièrement confuse, pour ne pas dire pénible, sur le plan des idées politiques et économiques.

À une campagne présidentielle au cours de laquelle le candidat sortant n’a été challengé que par des concurrents pressés de mettre fin à son ultra-libéralisme, aussi fantasmé ce dernier soit-il, s’est ajouté un round législatif certes original puisque le président réélu a été privé de la majorité absolue, mais dont le résultat concret nous offre surtout le spectacle affligeant de partis politiques s’i... Poursuivre la lecture

Elle est revenue. Avec une vengeance.

L'inflation est remontée à des niveaux inconnus depuis quarante ans un peu partout dans le monde. À plus de 9 % en rythme annuel en juin au Royaume-Uni et aux États-Unis, presque 8 % en Allemagne. En France, elle ne dépasse pas encore 6 %, au plus haut depuis quand même trente-sept ans, mais sa dynamique peut la porter vers 10 % d’ici la fin de l’année.

 

Inflation : le rôle marginal de la guerre en Ukraine

Quelles sont les causes, et donc sans doute les responsabilités de cette... Poursuivre la lecture

Par Jesse Gill.

Si vous mettez un crabe dans un seau, il en sortira en rampant. Cependant, si vous mettez plusieurs crabes dans un seau, ils resteront tous à l'intérieur du seau. Si un crabe décide de sortir du seau, il sera ramené à l'intérieur par ses camarades.

 

La mentalité du crabe

On pense que le raisonnement des crabes qui ne laissent pas les autres s'échapper du seau peut être décrit comme "si je ne peux pas l'avoir, vous non plus". Même si cela a pour conséquence de les transformer en soupe de crabes, ils r... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles