En dépit des apparences, nous ne vivons pas dans une simulation

Retour sur les élucubrations dont nous ont gratifié nos responsables politiques en ce début d’année complètement déjanté.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by History in HD on Unsplash - https://unsplash.com/photos/cTz5-T7voqQ

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En dépit des apparences, nous ne vivons pas dans une simulation

Publié le 29 avril 2020
- A +

Par Nicolas Perrin. 

Après le confinement, la Fed qui annonce un quantitative easing « illimité », j’en passe et des pires, cette fois c’est sûr : 2020 sera une dinguerie totale jusqu’au 31 décembre. Retour sur les élucubrations dont nous ont gratifié nos responsables politiques en ce début d’année complètement déjanté.

Santé : vous reprendrez bien un p’tit coup de désinfectant ?

Commençons Outre-Atlantique avec une splendide divagation du POTUS. Le 23 avril, lors de sa conférence de presse sur l’épidémie, Donald Trump a une nouvelle fois montré que l’important en période de crise, c’est d’aller de l’avant.

« Je vois que le désinfectant l’élimine [le virus] en une minute. Une minute ! Et y a-t-il un moyen de faire quelque chose, par une injection à l’intérieur ou presque, un nettoyage ? Parce que vous voyez que [le virus] pénètre dans les poumons et qu’il y fait un énorme effet, il serait donc intéressant de vérifier cela. Il faudra faire appel à des médecins, mais cela me semble intéressant », a-t-il  déclaré sous le regard d’une Deborah Birx (coordinatrice pour le groupe de travail sur le coronavirus de la Maison Blanche) dépitée.

Évidemment, les commentateurs s’en sont donnés à cœur joie. On retiendra en particulier cet hilarant détournement de l’humoriste Sarah Cooper.

Devant le tollé général, Donald Trump a assuré deux jours plus tard qu’il s’agissait ni plus ni moins que d’une suggestion « sarcastique », avant de finir par prendre la mouche.

Vous aussi, vous avez du mal à faire confiance au Donald, sur ce coup-là ? Je ne sais pas vous mais mon hypothèse, ce serait plutôt que le POTUS s’est vexé lorsqu’il s’est rendu compte qu’il avait été devancé de près d’un mois par notre spécialiste nationale ès sarcasmes, j’ai bien sûr nommé la journaliste de Contexte, Diane de Fortanier.

Les médias ont fait tout un drame de cette histoire : mais est-ce bien pour les États-Unis qu’il faut s’inquiéter lorsque l’on voit comment se comporte notre propre personnel politique ?

En France aussi, on a des politiciens blagueurs !

Quand on y réfléchit, suggérer des recherches sur le nettoyage des poumons au désinfectant, c’est certes assez loufoque, mais c’est tout de même moins dangereux que cette déclaration de Jérôme Salomon.

Le directeur général de la Santé expliquait en effet le 18 mars que les masques étaient une denrée rare « et totalement inutile pour toute personne dans la rue », et que « pour les personnes qui circulent non-contaminées il n’y a pas de sens à porter ce masque lors des déplacements autorisés ».

Et notre croque-mort en chef de lui aussi faire machine arrière toutes… enfin un mois plus tard.

Pas d’évocation de « sarcasme » en l’occurrence mais un déni en bloc, dans la plus pure tradition de nos politiciens nationaux.

Mais assez parlé santé.

Économie : les déficits et les dettes publiques explosent, mais la situation reste sous contrôle (si, si)

Cela ne vous aura pas échappé, la dette mondiale continue de grimper. Au 31 décembre 2019, nous en étions à 322 % du PIB mondial contre 282 % en 2007, selon les chiffres de l’IIF. Depuis la dernière crise, c’est avant tout aux États que l’on doit grand bond en avant sur la falaise de la dette.

Outre-Atlantique, on est à 113 % du PIB, et le pays devrait bientôt dépasser la barre des 120 % d’endettement public qui avait été atteinte pendant la Seconde Guerre mondiale.

J’en profite pour rappeler une autre plaisanterie trumpienne qui date quant à elle de 2016.

Officiellement tout va bien cependant puisque la Fed, et à peu près toutes les banques centrales du monde, viennent de passer en mode all in.

Pour ce qui est de l’Europe, on continue également d’annoncer de nouveaux records à la différence notable que, sur le vieux continent, on fait dans la dentelle, s’il vous plaît.

C’est ainsi que le gouvernement italien vient de rendre publique la prévision budgétaire très ciselée que voilà :

Nous sommes donc en train de basculer dans l’ère des déficits budgétaires à deux chiffres et des dettes publiques à trois chiffres, mais nos gouvernements continuent de mettre des virgules à leurs prévisions.

Il faut croire qu’une partie de la population doit pouvoir être convaincue que les autorités publiques maîtrisent encore la situation…

Médias : toujours garder à l’esprit qu’eux aussi vous prennent pour des c***

Après les taux négatifs et le pétrole négatif, vous pensiez avoir tout vu ? Vous commenciez à trouver l’actualité insipide et vous n’aviez qu’une envie : tomber à nouveau de votre chaise grâce à une nouvelle encore plus hallucinante ?

BFMTV a relevé le défi le 23 avril.

À en croire le community manager de la chaîne d’information, le gouvernement va donc continuer de distribuer l’argent du contribuable à tout-va en ciblant cette fois-ci ceux qui s’adonnent aux joies de l’évasion fiscale tout en restant à l’intérieur du territoire national, ce qui n’a pas manqué de déclencher quelques picotements anaux chez les plus fiscalisés d’entre nous.

Et pourtant, en regardant la vidéo, on s’aperçoit que le présentateur évoque « le déblocage de 39 millions d’euros supplémentaires pour l’aide alimentaire aux plus modestes » et que c’est le journaliste qui choisit de profiter de ce sujet pour aborder le travail au noir. À aucun moment il n’est fait référence à quelque source officielle que ce soit qui instaurerait une subvention de 39 millions d’euros spécifiquement dédiée aux travailleurs au noir, même si certains fraudeurs vont inévitablement profiter de cette mesure. Ce n’est pas la même chose, et ça mérite d’être précisé.

BFMTV a donc joué la carte du buzz en titrant en mode Gorafi, ce qui est indigne d’un tel média.

Bref, la gestion de nos institutions et son traitement par les médias traditionnels est un sketch permanent, et la situation ne s’est pas arrangée en 2020.

Malheureusement, nous ne sommes pas dans une simulation.

Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • Concernant le discours de Trump, c’est sympa de se limiter aux quelques phrases citées par les CCP News Network et Twatter.

    Quand on replace la phrase dans son contexte – à savoir que Trump se demandait à voix haute s’il n’existait pas un traitement qui permette d’avoir un effet similaire à ce qui est utilisé en extérieur pour désinfecter les surfaces, un peu comme si on avalait une lampe UV ou qu’on prenait du désinfectant…bref, Trump essayait de parler d’un traitement développé par l’Université de Columbia en le simplifiant, probablement trop, et probablement pas correctement, montrant ainsi qu’il n’est pas un spécialiste de l’action de ce traitement et qu’il n’a probablement pas totalement compris ce qu’on lui expliquait quand on lui a parlé de ce traitement…il aurait juste mieux fait de se taire plutôt que d’essayer d’expliquer quelque chose qui le dépassait.

    Bref, les médias démocrates essaient de faire oublier que Pelosi fanfaronne devant son frigo à $24000 pendant que des millions d’américains dépendent de l’aide alimentaire…ou que Biden a beaucoup de casseroles, en lien notamment avec les affaire Epstein et Weinstein…

    • Oui parce que le chevelu et son mur mexicain n’a aucune casserole..!!!MDR

      • Je n’ai jamais dit qu’il n’en avait pas, mais elles ne sont certainement pas de même nature. Celles de Trump sont principalement fiscales (et donc morale pour la gauche)…celles de Biden sont à la fois fiscales, financières et humaines…pourquoi CNN supprime-t-elle des vidéos compromettantes pour Biden de ses archives ?
        Si vous voulez vivre dans un présent éternel, libre à vous…

        • Parce que le chevelu « humainement » parlant n’aurait rien à se reprocher..??? faut demander à sa très belle épouse toujours très souriante quand elle l’accompagne..!!!

  • Potus et bouche cousue…
    Rapporter des ragots des concierges newyorkaises, c’est pas beau du tout surtout que notre milliardaire bavard n’a pas dit de connerie, un antiviral est un désinfectant intérieur et les antibiotiques aussi….. Nos bavards à nous sont bien moins cohérents voir menteurs, surtout des dégonflés et en d’autres temps on les appeleraient des traîtres et des meurtriers en toute connaissance de cause

  • « Devant le tôlé général »

    Tollé, enfin !
    Rien à voir avec une tôle.

  • M. Trump s’est posé et a posé une question qui ne manque pas de pertinence mais qui a été , à dessein, déformée par les media américains et repris en choeur sans analyse aucune par les moutons français.

  • Le monde se divise en deux catégories : ceux qui prennent Trump pour un demeuré et ceux qui considère que si il est à la tête d’un empire immobilier et hôtelier mondial et président des usa, ce ne doit pas être par le fruit du hasard ou de la bêtise.
    Donc, Trump est beaucoup plus informé que l’auteur de cet article, qui se contente de reprendre à son compte les méconnaissances et les moqueries des organes de propagande du parti démocrate. Il existe une vingtaine de maladie traité par de l’injonction de h2o2 et il y a des sociétés en Israël et aux USA qui soigne le covid-19 avec des traitements UV. Le New York Times a ordonné la suppression des comptes Twitter et You tube d’une société aux USA qui développe cette pratique thérapeutique avec d’excellents résultats. Et le pompon c’est que ces deux réseaux dits sociaux se sont exécutés. Je ne mets volontairement aucun lien dans ce commentaire. Il eut fallu se renseigner avant de faire du Trump Bashing. Et comme il n’est pas du tout un spécialiste de ces aspects, il pose humblement des questions à son entourage soi disant expert, qui serait lui pour le coup bien plus à moquer, puisque ces membres ne sont pas du tout à la page.

  • Le pays dont le chef a démissionné sa ministre de la Santé en plein début d’épidémie,là où des décisions importantes auraient dû être prises ,pour remplacer un type à des élections municipales parce qu’il s »est filmé la bite ,devrait être plus humble vis à vis des erreurs d’autres chefs de gouvernement.

  • Je me rappelle d’un traitement contre un parasite qui était décrit comme un poison couplé à un désinfectant… Donc, non, je n’aurai pas pris cette question au sens littérale, mais symbolique.

    Un des façon de ne pas respecter la liberté d’expression, est justement de prendre littéralement les propos qu’on veut attaquer, en choisissant le sens et le contexte le plus dévoyé, et avec la plus grande gravité de celui qui veut dénoncer l’innommable.

    L’auteur aurait mieux fait de rester strictement dans un cadre nationale, ou européen.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

Article disponible en podcast ici.

Pénurie de blé, de pétrole, de gaz, de métaux ou d’huile, etc. Le tout avec une inflation de 5 % et une belle croissance de 0 %. Notre situation ressemble à l’Allemagne de 1920 avant l’hyperinflation…

L'Allemagne de 1920

Durant la Grande guerre, le gouvernement allemand a massivement émis de la monnaie pour financer sa guerre, soit par l’émission d’obligations, soit par la création du mark-papier à la place du mark-or, mettant fin à l’étalon-or.

Une fois sorti des poches de l’État, tout ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles