Le candidat démocrate à la présidence, Joe Biden, entre l’arbre et l’écorce.

Bernie Sanders apporte un soutien clair à Joe Biden, expliquant vouloir vaincre le président Trump, « le plus dangereux de l’histoire moderne » des États-Unis.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Joe Biden by Gage Skidmore (CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le candidat démocrate à la présidence, Joe Biden, entre l’arbre et l’écorce.

Publié le 14 avril 2020
- A +

Par Daniel Girard, depuis les États-Unis.

Maintenant que Bernie Sanders a donné son appui à Joe Biden, l’ex vice-président aura besoin des partisans du sénateur du Vermont pour vaincre Donald Trump. Mais cela demandera à Joe Biden de pivoter à gauche, ce qui va nuire à sa cause dans le Midwest.

Il n’aura fallu que quelque jours après la suspension de sa campagne à l’investiture démocrate pour que Bernie Sanders appuie son adversaire Joe Biden.

Bernie Sanders apporte un soutien clair à Joe Biden, expliquant vouloir vaincre le président Trump, « le plus dangereux de l’histoire moderne » des États-Unis.

La brièveté de cet intervalle est révélateur.

En juin 2016, alors qu’il était devenu clair que le sénateur du Vermont ne vaincrait pas Hillary Clinton, il a attendu plus d’un mois pour lui donner son appui. Un appui qui s’est fait dans une froideur qui n’a pas échappé à ses partisans enthousiastes. Ils ne se sont pas présentés à l’élection présidentielle de 2016 ou ont voté pour Donald Trump.

Joe Biden obtient certes l’appui de Bernie Sanders, mais cet appui a un prix. Les organisateurs des deux candidats ont été constamment en contact au cours des dernières semaines et l’ex-vice-président a déjà révélé certains compromis.

Il a accepté l’idée de hausser le salaire minimum à 15 dollars de l’heure au niveau fédéral, il prévoit d’étendre l’assurance-maladie publique pour les personnes âgées, le Medicare, en l’abaissant de l’âge minimum de 65 à 60 ans et il accepterait d’annuler le remboursement des prêts étudiants fédéraux pour les petits salariés. Mais rien n’a été annoncé sur l’environnement et la fiscalité.

La déception se perçoit déjà dans la position de cette secrétaire de presse de Bernie Sanders. Elle révèle qu’elle ne va pas appuyer Joe Biden.

Elle n’est pas la seule à s’attendre à plus de concessions de Joe Biden. La jeune représentante de l’État de New York, Alexandria Ocasio-Cortez, une étoile montante de l’aile gauche des démocrates, est déçue de ne pas avoir été contactée par Joe Biden. Elle l’avertit que lorsqu’ils discuteront, il devra s’attendre à de l’inconfort. L’atteinte des compromis se fait toujours dans l’inconfort dit-elle.

Alexandria Ocasio-Cortez incarne parfaitement l’aile gauche du Parti démocrate qui veut rassembler les minorités, les femmes, et combattre le patriarcat de l’Homme blanc. Cette frange que Donald Trump qualifie de Radical Left et qu’il aime attaquer sur Twitter.

Et c’est justement pour se distancier de cette frange radicale que l’establishment démocrate s’est rangé derrière Joe Biden. Les démocrates savent que les luttes électorales sont gagnées d’avance dans la majorité des États populeux des États-Unis ; que ce sont les batailles rangées dans les États ouvriers du Midwest qui scellent le sort de la présidence.

En 2016, Hillary Clinton a préféré des bains de foules en Californie plutôt que de faire campagne au Wisconsin et au Michigan. Elle a été balayée dans le rust belt par Donald Trump.

Joe Biden va probablement faire campagne différemment. Mais sa tâche sera difficile s’il doit défendre l’agenda identitaire des élites intellectuelles pendant que Donald Trump continue de parler aux ouvriers des combats qu’il mène pour eux contre la délocalisation et la concurrence commerciale insidieuse de la Chine.

Si les démocrates comptent seulement sur les dommages causés par la pandémie du coronavirus pour défaire Donald Trump en novembre, ils connaîtront le même sort que lorsqu’ils ont tenté de l’expulser du pouvoir avec le Russiangate et la procédure de destitution. Il s’agira d’une nouvelle défaite pour un parti enlisé dans le gauchisme qui n’a aucun nouveau projet pour l’Amérique.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Le camp du bien soutient donc un homme corrompu, pas étonnant après avoir soutenu la femme la plus corrompue des USA. Biden a même fait de l’abus de pouvoir en intervenant en Ukraine pour sauver son fils!
    Quand à Sanders c’est plutôt lui le danger pour son pays car on ne voit toujours pas en quoi Trump en serait un!

    • En bref, ils sont tous corrompus.
      Si j’étais états-unien, je me poserai la question en termes simples, binaires :
      – Vaut-il mieux un corrompu qui tienne le chômage sous la barre des 4 % ?
      – Vaut-il mieux un corrompu qui laisse exploser le chômage à l’instar de ce qu’il est en France ?
      Que la réponse est difficile !

      • Le choix est vite fait car seuls les résultats comptent. Celui qui est le plus utile à la population doit être élu !

        • Les gens aiment Trump parce qu’il n’est financé par personne alors que Biden doit déjà ajuster ses politiques pour tenter de gagner des électeurs 😉

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

Qui a encore en mémoire le documentaire Gasland ? Projeté en 2010 au festival de Sundance aux États-Unis son contenu s’était répandu comme une traînée de poudre dans le monde entier.

Véritable procès d’intention à l’encontre des exploitants américains de gaz et pétrole de schistes, le documentaire mettait en avant la question controversée de la pollution des nappes phréatiques par la méthode de la fracturation hydraulique. La célèbre image du « robinet en feu » laissant supposer une eau du robinet polluée par le gaz a fait le tour du m... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles