Donald Trump a raison de critiquer l’Organisation Mondiale de la Santé

L’OMS, qui se préoccupe davantage de ne pas froisser la Chine que de bien surveiller l’éclosion des pandémies, n’est pas un bon investissement.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Donald Trump by Gage Skidmore(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Donald Trump a raison de critiquer l’Organisation Mondiale de la Santé

Publié le 10 avril 2020
- A +

Par Daniel Girard, depuis les États-Unis

La crainte de l’OMS de déplaire à la Chine l’a rendue inefficace

Le directeur général de l’OMS ne manque pas de toupet.

Il a d’abord reproché au président américain de politiser le débat parce qu’il a critiqué l’OMS pour sa gestion du début de la pandémie du Covid-19 en Chine. Tedros Adhanom Ghebreyesus a ensuite renchéri en avertissant Donald Trump de faire attention à ne pas poser des gestes qui vont mener à plus de sacs mortuaires.

Le président américain est agacé. Alors qu’il ne ménage aucun effort pour contenir et affronter le Covid-19, il examine de plus près le début de la crise en Chine et les recommandations initiales de l’OMS.

Donald Trump affirme qu’il va réfléchir à l’investissement américain dans l’OMS, qu’il trouve très centré sur la Chine alors que les USA en sont le principal contributeur.

Tedros, le candidat de la Chine pour l’OMS

Tedros Adhanom Ghebreyesus, qui a été ministre de la santé (2005-12) et ministre des affaires étrangères (2012-16) pour l’Éthiopie était le  candidat de la Chine lors de l’élection à la tête de l’OMS en juillet 2017. Alors qu’il était en Éthiopie, la Chine a fait des prêts de milliards de dollars à son pays.

Peu de temps après avoir remporté le poste de directeur général de l’OMS, Tedros s’est rendu en Chine où il a décrit le système de santé chinois en des termes élogieux. Depuis ce temps, le nouveau directeur général de l’OMS n’a jamais manqué une occasion de dire des bons mots du système de santé chinois.

Transparence des dirigeants chinois ?

Dès le 10 janvier, à la veille du tout premier décès à Wuhan, l’OMS avait conclu, lors d’une enquête préliminaire en Chine, qu’il n’existait pas de transmission interhumaine significative du coronavirus, ce qui avait amené le directeur général de l’OMS à féliciter les dirigeants chinois pour leur transparence.

L’OMS avait conclu qu’il n’était pas opportun d’appliquer des restrictions aux voyageurs. Il a fallu attendre à la fin janvier, lorsque les premières infections au Covid-19 hors de Chine ont été signalées, pour que le dépistage commence dans les aéroports. Mais malgré la multiplication des infections, l’OMS a continué à désapprouver les restrictions aux voyageurs.

L’OMS a déclaré l’urgence sanitaire en Chine le 30 janvier après le signalement de 10 000 infections.

Fermeture de la frontière américaine à la Chine le 30 janvier

C’est à ce moment que Donald Trump a émis des restrictions concernant les voyageurs en provenance de Chine, ce qui avait occasionné des remontrances de la part du directeur général de l’OMS qui avait incité les autres pays à ne pas suivre l’exemple américain.

En se prononçant contre la fermeture des frontières pour les gens provenant de la Chine dès le début de la pandémie, l’OMS s’est vraiment plantée affirme Donald Trump.

Tedros avait alors déclaré que les infections hors Chine étaient bénignes et qu’il n’y avait pas matière à s’inquiéter.

Finalement c’est le 11 mars, après la propagation du Covid-19 chez 118 000 personnes dans 114 pays que l’OMS a déclaré le coronavirus pandémie mondiale.

Mais face à un virus très virulent et extrêmement contagieux le président Trump aurait aimé que l’OMS lui donne de bons diagnostics tout au long de la progression des infections mais cela n’a pas été le cas.

Les États-Unis ont fourni plus de 400 millions à l’OMS en 2019, comparativement aux 44 millions versés par la Chine. Donald Trump affirme qu’il n’a pas encore décidé s’il va geler sa contribution à l’organisme. Mais il estime avoir droit à un retour sur cet investissement.

Et une organisation qui se préoccupe davantage de ne pas froisser la Chine que de bien surveiller l’éclosion des pandémies n’est pas un bon investissement.

Voir les commentaires (32)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (32)
  • Bin oui si les chinois ont plus que fait du lobbying sur l’OMS c’est que Trump s’en foutait comme d’une guigne…!!!

    • Trump a été élu en janvier 2017. Son élection a aussitôt donné lieu à un « USA bashing » de la part de toutes les bonnes consciences occidentales. Ghebreyesus a été nommé en juillet 2017. Qui aurait voté pour un candidat soutenu par Trump à cette époque ?

  • Toutes ces organisations supranationales, OMS, OMC, ONU, UNESCO sont phagocytées par la Chine et les pays islamiques qui en détournent les moyens au profit des intérêts des oligarques des pays susnommés. Capitalisme de connivence internationalisé.

    • Elles étaient auparavant phagocytées par d’autres. Dès lors que ce sont des structures de pouvoir et qu’elles ont besoin d’être financées, elles deviennent un lieu de corruption. La solution serait de les remettre à leur place: des instances de dialogue, la décision politique revenant réellement aux Etats. Ce n’est pas le cas actuellement puisqye kes decisions de ces derniers leuvent être contestées par leurs propres instances judiciaires au nom des « injonctions » internationales.

      • La « désorganisation mondiale de la santé » ?
        A tout prendre une p’tite exsanguinotransfusion des membres de cette assemblée en envoyant d’autres mandants « frais » ? non ?

  • C’est une des rares fois où je suis d’accord avec Trump. Quand on voit la gestion de la crise par L’OMS et ses liens avec la Chine on ne peut y voir qu’une corrélation.

    Mais comme le dit très bien Sigmund, si les états unis ont effectivement délaissé l’organisation il est logique que la Chine s’en soit emparée

    • Je pense que l’OMS était loin d’être la priorité de Trump. S’il avait réduit le financement US de l’OMS, il se serait pris une nouvelle vague de protestation accusant Trump de vouloir « faire mourir » la population mondiale par manque de soins…etc
      De plus, je pense que si l’administration US a pu penser que l’OMS était un « machin » peu efficace, je pense qu’elle avait pu imaginer que son action pouvait être aussi délétère sinon elle aurait agit.
      Le côté positif de la situation, c’est que Trump a maintenant les mains bcp plus libres pour tailler dans la contribution US à l’OMS ou pour pousser cet organisme à la réforme. D’autant que vu la situation économique mondiale, il n’y a pas ou très peu de pays qui pourront augmenter leur contribution à l’OMS si les USA font défaut. 🙂

      • Alors là je suis tout à fait d’accord avec vous…une fois n’est pas coutume…

      • Vous avez raison de souligner le rôle de l’administration US , le président n’ a pas autant de pouvoirs qu’en France et il a des comptes à rendre au Congrés ce qui n’est pas du tout le cas en France.
        De plus l’administration US et le système judiciaire sont truffés de taupes démocrates.

      • Les Etats ne ont pas les principaux contributeurs
        L’actuel Groupe Consultatif Scientifique d’Experts de l’OMS (SAGE) est truffé de membres qui reçoivent des fonds « financièrement importants » soit des grands fabricants de vaccins, soit de la Fondation Bill et Melinda Gates (BGMF) ou du Wellcome Trust. Dans le dernier affichage par l’OMS des 15 membres scientifiques du SAGE, pas moins de 8 avaient déclaré un intérêt, de par la loi, pour des conflits d’intérêts potentiels. Dans presque tous les cas, le principal bailleur de fonds de ces 8 membres du SAGE était la Fondation Bill et Melinda Gates, Merck & Co. (MSD), Gavi, la Vaccine Alliance (un groupe de vaccins financé par Gates), le BMGF Global Health Scientific Advisory Committee, Pfizer, Novovax, GSK, Novartis, Gilead, et d’autres acteurs majeurs du secteur des vaccins pharmaceutiques. Voilà pour l’objectivité scientifique indépendante à l’OMS.
        Le fait que de nombreux membres du SAGE de l’OMS aient des liens financiers avec la Fondation Gates est très révélateur, même s’il n’est pas surprenant. Aujourd’hui, l’OMS est principalement financée non pas par les gouvernements membres des Nations Unies, mais par ce que l’on appelle un « partenariat public-privé » dans lequel dominent les sociétés privées de vaccins et le groupe d’entités parrainées par Bill Gates.

      •  » tailler dans la contribution US à l’OMS ou pour pousser cet organisme à la réforme. »
        Vous avez vu la taille du fromage et le nombre de rats qu’il abrite?

        • Oui bien sûr.
          Mais Trump n’a pas hésiter à se désengager du GIEC.
          L’OMS devrait s’attendre à qq soubresauts…

    • Les USA ne sont pour rien dans l’évolution des choses. C’est la Chine qui a fait un entrisme soutenu dans ces « machins », car elle y mène une guerre idéologique pour ses propres intérêts. Beaucoup plus qu’aucun autre pays ne l’a jamais fait.

  • Entre l’OMS de 2009 qui alertait à mauvais escient sur la gravité de la pandémie H1N1 (sans doute noyautée par des « experts » intéressés), celle de 2020 qui a nié l’évidence pour complaire à la Chine et les prises de positions pour le moins farfelues sur les OGM, la sécurité routière, etc. il va être temps de s’interroger sur bien plus que les crédits de cette organisation : sur son existence même !

  • Bouc émissaire : Personne à qui l’on attribue injustement la responsabilité de tous les torts, toutes les fautes.

    L’OMS n’est pas exempt de responsabilités bien sûr. Mais Trump, qui a longtemps minimisé l’importance du virus, alors que la Chine, l’Iran, l’Italie, la France, l’Espagne présentait déjà tous les signes d’une situation grave (ses tweets sont clairs et nets), cherche à se débarrasser de sa responsabilité. Entre lâcheté et folie, j’espère qu’il court à sa perte électorale. Un deuxième mandat lui libérerait les mains et avec un tel personnage, tout est possible; surtout le pire.
    (je parierais ma chemise qu’en cas de 2ème mandat, il essayerait de lever la limite de 2 mandats pour se la jouer Poutine).

    • Trump a fait fermer les frontières avec la Chine fin janvier… et avec l’Europe le 12 mars… quand Macron refusait résolument tout contrôle et/ou fermeture de nos frontières, allant jusqu’à laisser entrer chez nous 3000 supporters de la Juve alors que l’épidémie battait son plein en Italie… continuez de croire aux bobards des anti-américains primaires et autres militants de gauche déguisés en journalistes sévissant dans le PAF, c’est de votre niveau, manifestement.

      • Effectivement, fermeture des frontières dès janvier aux USA, comme en Italie d’ailleurs… avec le succès que l’on peut constater.

        Les nationalistes qui continuent de nous expliquer que la fermeture des frontières était la solution sont dans le déni le plus total. Ignorer les faits, c’est le propre des idéologues.
        https://www.contrepoints.org/2020/04/09/368580-le-nationalisme-est-il-bon-pour-la-sante

        • Cela n’a rien à voir avec le nationalisme, c’est du bon sens. L’Italie n’avait pas fermé ses frontières puisque la Slovénie s’est fait critiquer par l’UE quand elle l’a fait mi mars!

          • Informez vous. L’Italie a fermé ses frontières avec la Chine le lendemain de l’hospitalisation d’un couple de touristes chinois à Rome le 30 janvier.

            • L’Italie a fermé sa frontière avec la Chine trop tard : le Nouvel An chinois a eu lieu le 25 janvier, et beaucoup de Chinois vivant en Italie ont fait l’aller et retour en Chine à cette occasion.
              Par ailleurs, les 3 premiers cas recensés en France étaient des gens ayant séjourné en Chine.

          • Et ce n’est en rien une mesure de bon sens comme le prouve ce graphique.
            https://images.theconversation.com/files/325659/original/file-20200406-151304-127pan9.png

            Évidemment, les nationalistes préfèreront ignorer ces faits pour mieux s’enfermer dans leur idéologie.

            • Sauf que dans votre graphique sont commodément rangés sous la bannière de « fermeture de frontière » des choses très différentes.
              La Corée du Sud n’a jamais entièrement fermé ses frontières mais instauré des contrôles et mises en quarantaine.
              L’Italie a fermé tardivement ses frontières après qu’un important contingent de chinois soient revenus du nouvel An passé aux pays.
              L’USA ont complètement fermé leurs frontières aux chinois puis aux européens…etc
              Il serait intéressant de suivre l’évolution de ce graphique d’ailleurs car la Corée du Sud a déjà atteint son plateau alors que pour bcp d’autres cela continu de monter et dépasse maintenant allègrement le score de la CdS.

        • Fermer les frontières aux gens en provenance de pays à risques était certes une mesure imparfaite (le mieux étant de filtrer ces personnes comme l’ont fait certains pays, Corée du Sud ou autres) mais elle a permis de gagner quelques jours ; et quelques jours, cela peut être précieux avec ce type de maladie inédite.
          Du reste, les USA ont pour l’heure un taux de mortalité par million d’hab. très inférieur à celui de la France ou de l’Italie, qui ont refusé tout ce qui de près de loin pouvait ressembler à un contrôle des frontières.
          Ceci étant posé, le jour où les idéologues sans-frontiéristes béats nous expliqueront ce qu’il faut faire, plutôt que de critiquer de façon idéologique, on pourra commencer à discuter.
          Nous ferons les comptes à la fin de l’épidémie, mais je prends le pari que le pays de Donald Trump, que d’aucuns ici honnissent au motif qu’il serait « nationaliste », comptera in fine bien moins de morts par million d’hab. que le pays du sans-frontiériste idéologique Emmanuel Macron.

      • Vous semblez prompt à l’agressivité et aux insultes. Restons courtois svp. Pas d’anti-américanisme primaire, juste une critique sévère d’un président dont l’hyper-interventionnisme et la folie ne me conviennent pas.
        Il a fermé les frontières avec l’Europe le 12 mars SAUF le Royaume-Uni, par choix purement politique et de copinage (même l’Islande était concernée…).
        Entre les différents intervenants ici, je suis un peu perdu entre ceux, comme vous, qui aurait voulu une intervention de l’état empiétant sur la liberté beaucoup plus tôt (fermeture des frontières, ce qui veut dire limitation des déplacements), ceux qui comptent sur la magie pour dire que le confinement favorise l’épidémie, et ceux qui accusent à demi-mot des pays non-identifiés d’avoir créé l’épidémie.

        • « Vous semblez prompt à l’agressivité et aux insultes. Restons courtois svp. »
          … me dit le gars qui poste ces amabilités : « Entre lâcheté et folie, j’espère qu’il court à sa perte électorale. Un deuxième mandat lui libérerait les mains et avec un tel personnage, tout est possible; surtout le pire. »
          Montrez l’exemple, je vous suivrai. Autre interprétation : vous êtes bien douillet.
          J’aime beaucoup les gens qui critiquent hardiment comme vous le faites, et ne proposent rien à la place…
          Certes la fermeture des frontières n’est pas le top, c’est plutôt de contrôle (des porteurs du virus) qu’il faudrait parler ; et ne venez pas vous plaindre que c’est une mesure liberticide : le jour où un de vos parents ou amis, ou vous-même si vous faites partie des personnes « vulnérables » au Covid-19 (personnes âgées, personnes atteintes de comorbidité), succombera parce qu’un individu « épris de sa liberté » lui aura refilé le virus parce qu’il ne voulait aucune limite à ses libertés, on verra si vous tiendrez le même discours. Je vous rappelle qu’à la différence de la grippe saisonnière, nous n’avons pas de vaccin pour protéger les plus faibles.
          Pour finir, personnellement je suis pour la fin du confinement, et que les personnes non vulnérables puissent mener une vie normale, mais en évitant absolument toute relation avec les personnes vulnérables (ce qui n’est pas sans poser des problèmes).
          Pour les gens voyageant d’un pays à l’autre, il me semble normal que ceux porteurs du virus soient au minimum mis en quarantaine. Je sais que ça déplaît aux sans-frontiéristes béats, mais les gens d’un pays sont maîtres chez eux.

    • Que dire alors de Macron et les autres qui n’ont même pas fermé les frontières parce que l’OMS était contre!

  • On peut ajouter que ce monsieur, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a servi comme ministre de la santé dans le cadre d’un gouvernement (éthiopien) mené par Meles Zenawi, un cadre dirigeant du Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien, parti qui comme son nom l’indique a longtemps été d’inspiration marxiste-léniniste avant de virer, paraît-il, social-démocrate.

    Qu’on ait des idées de gauche voire d’extrême-gauche et qu’on ait des sympathies pour la Chine Communiste est-il si étonnant ? Nous en avons plein des comme ça, en France.

  • Les dirigeants de l’OMS sont semblables (et réciproquement) aux dirigeants parisiens de la médecine en France : plus intéressés qu’intéressants, plus carriéristes qu’honnêtes.

  • Et pas que. On peut ajouter les experts santé.

    Les modèles ont été systématiquement catastrophiques sur leurs prévisions. Or les chiffres réels arrivent… et – surprise – ils sont au moins 3 fois inférieurs.
    https://www.targetliberty.com/2020/04/look-at-how-ridiculously-wrong-all.html

    Que tout cela est rassurant pour l’avenir , avec les plans verts européens.

  • Si vous ne savez que penser des organismes internationaux et des créatures qui les habitent, je vous recommande la lecture du roman « Belle du Seigneur » de Cohen dont voici un extrait tout à fait savoureux :
    Les notes de Van Vries faisaient l’admiration des autres directeurs et le désespoir de ses collaborateurs. Il était en effet passé maître dans l’art de ne rien dire. Atteint de circonspection pathologique, ce fonctionnaire était capable d’aligner des douzaines de phrases paraissant pourvues de signification mais qui, relues attentivement, n’en avaient aucune et ne pouvaient donc engager sa responsabilité. C’était le talent de cet imbécile de savoir ne rien dire en plusieurs pages. » Voici également : https://www.theguardian.com/world/2020/mar/30/senior-who-adviser-appears-to-dodge-question-on-taiwans-covid-19-response

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
une personne en combinaison de prptection
2
Sauvegarder cet article

Commenter des images de France 24, la voix de son maître gouvernemental s’il en est, qui montre, à travers des images choquantes, les effets néfastes de la politique du zéro covid en Chine.

Pourquoi ?

Par exemple, la photo de droite montre le dos d’un travailleur qui escalade une clôture. Il s’agit du recadrage sur un travailleur d’un groupe de travailleurs de Foxconn, entreprise taïwanaise, filiale d’Apple, dont l’immense usine est située à Zhengzhou en Chine. Elle fabrique 70 % des iPhone de ce groupe (500 000 par jour). La lé... Poursuivre la lecture

photo de Donald Trump
1
Sauvegarder cet article

Hier, en sa fastueuse résidence de Mar-a-Lago, adossé à une forêt de drapeaux américains, fidèle à sa veste bleue, sa chemise blanche et sa cravate rouge, Donald Trump annonçait sa candidature à la prochaine campagne présidentielle.

Comme on pouvait s’y attendre, son discours long d’une heure a consisté à marteler ses thèmes favoris – immigration, sécurité, prospérité –, avec les formules-choc et le style qui ont fait sa gloire pour les uns, sa honte pour les autres. De toute évidence, Trump Saison 2 sera le sosie politique de Trump Sa... Poursuivre la lecture

C’est officiel, Donald Trump se représentera en 2024 à l’élection pour le poste de président des États-Unis. Depuis la station balnéaire de Mar-a-Lago à Palm Beach, l’ancien président a déclaré : « Nous sommes une nation en déclin », mais qu’heureusement, « le retour de l'Amérique commence dès maintenant ». Ça n’a pas l’air d’être l’avis de tous les conservateurs, qui craignent globalement que l’ancien serial winner, tombeur de la dynastie Clinton, ne soit devenu un boulet insupportable pour la droite.

Politiquement, le produit Donald ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles