Le virus rend encore plus fou un marché de l’électricité qui l’était déjà

La baisse de l’activité liée à l’épidémie du Covid-19 conduit à une baisse drastique de consommation d’électricité, ce qui désorganise encore plus ce qui était déjà un chaos devenu incontrôlé.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Anthony Indraus on Unsplash - https://unsplash.com/photos/Bb9jWuTMPUk

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le virus rend encore plus fou un marché de l’électricité qui l’était déjà

Publié le 10 avril 2020
- A +

Par Michel Negynas.

En France, 70 % de l’électricité est produite par EDF. Pour « libéraliser » le marché de l’électricité dans ces conditions, il aurait fallu vendre EDF par appartements.

Compte tenu de l’ambiance générale, (haro sur le nucléaire et sur les centrales thermiques en général) et de la santé financière de l’entreprise, on aurait eu du mal à trouver des amateurs ; de plus, cela aurait été purement et simplement spolier le consommateur et le contribuable français, puisque les installations sont amorties.

Vous avez dit « libéral » ?

On a donc choisi de construire une usine à gaz, par ailleurs grandement complexifiée par la réglementation sur la transition énergétique :

  • obligation d’achat par le réseau de l’énergie dite renouvelable à des prix exorbitants. (Vous avez dit « libéral » ?)
  • marché complètement artificiel de « certificats d’économie d’énergie » sans contrôles, un fromage crémeux pour escrocs en tous genres.
  • marché complètement artificiel de « certificats de capacité » pour les vendeurs d’électricité… On s’est aperçu, un peu tard en effet, que pour les opérateurs le système conduisait à fermer les centrales thermiques non subventionnées mais indispensables, pour privilégier les rentrées de subventions des énergies renouvelables, elles, parfaitement superflues. Ce qui revient à faire subventionner les centrales classiques par les énergies renouvelables…
  • marché complètement artificiel de « certificats d’énergie verte » vendus par les producteurs d’énergie renouvelable aux vendeurs voulant montrer que leur électricité est verte pour la vendre un peu plus cher.
  • on assiste ainsi à du trading en certificats de tout genre, certaines entreprises faisant plus d’argent sur les certificats que sur la vente de leur électricité.

Mais ce joyeux chaos ne serait rien sans le principe fondamentale de cette « libéralisation » : EDF, qui, seule, est vraiment l’opérateur et le producteur dans tout ce cirque, doit vendre une partie de son électricité à des concurrents qui n’ont jamais rien investi, à un prix fixé par l’État, bradé car calculé sur des installations nucléaires déjà amorties. (Vous avez dit « libéralisation » ?).

C’est le système AREHN. 60 % de l’électricité vendue par les opérateurs « alternatifs » provient de l’ARENH. Et ils en redemandaient !

Les concurrents d’EDF devaient donc s’engager sur un montant d’achat annuel à ce prix. Et ils ont souscrit le maximum, et pour cause, à 42 euros/MWh c’était particulièrement juteux.

Le virus change tout

La baisse drastique de l’activité liée à l’épidémie du Covid-19 conduit évidemment à une baisse drastique de consommation d’électricité, ce qui désorganise encore plus ce qui était déjà un chaos devenu incontrôlé.

Les « alternatifs » ont maintenant trop d’électricité à vendre. Ils doivent continuer d’acheter à 42 euros alors que le surplus fait chuter les prix à 30 euros…

Alors, sans vergogne, ils demandent de faire jouer une clause prévue dans la loi de « force majeure », ce qui leur permettrait d’acheter à 20 euros ! L’affaire va aller en justice, peut être au conseil d’État…

En cas de victoire juridique, le virus pourrait être une affaire juteuse pour les électriciens verts…

Le pire, c’est que de la même manière qu’ils affirment qu’il y a toujours du vent et du soleil quelque part, ils affichent un cynisme incroyable à défendre leur cause, appelant les pires poncifs écologistes à la rescousse, comme cette interview d’un manipulateur de certificats, vendeur d’électricité verte :

« Si le confinement est accepté, c’est parce que l’individu est touché à titre personnel, il voit qu’il peut mourir ou infecter des gens. Il est donc prêt à faire des sacrifices. Peut-être pourra-t-on créer un déclic pour faire comprendre que le changement climatique va aussi nous toucher à plus long terme. Et donc qu’il faut accepter des changements forts, qui soient mis en place en même temps dans le monde entier. Le chemin reste étroit mais un peu moins qu’avant. »

Et encore :

« Mais dans un contexte de déficit croissant, ne risque-t-on pas d’assister à un ralentissement des investisseurs publics dans les énergies renouvelables, au profit du nucléaire ou du charbon existants ?
Je pense que ce combat est déjà gagné depuis longtemps. Après, il faut laisser le temps à la transition : il faut encore améliorer les moyens de production et de stockage. La question aujourd’hui est de savoir combien de temps certains pays vont résister à cette vague – la France, par exemple, avec son nucléaire. Ils pourront la ralentir mais ils ne pourront pas l’empêcher »

Des affirmations audacieuses !

Alors que les ENR sont de l’épaisseur du trait par rapport à la consommation mondiale d’énergie ! Et « il y a juste à améliorer les moyens de stockage » !

Il faut de l’aplomb pour aller jusque là ! Aucune technologie n’existe encore à hauteur des enjeux, et quel serait le coût de ce stockage ?

« Quel est l’impact de la crise actuelle pour les fournisseurs alternatifs ?
La consommation de nos clients a baissé de 28 % la semaine dernière. Dans le même temps, nos coûts restent les mêmes. Et nous ne pouvons pas garder l’électricité que nous devons contractuellement acheter, et qui n’était pas consommée. Nous devons la revendre sur les marchés à prix cassé. Nous perdons beaucoup d’argent. Nous sommes en train d’étudier nos contrats pour savoir si on peut faire jouer la clause de force majeure, ce qui nous permettrait d’acheter moins d’électricité. La situation est difficile pour une entreprise jeune comme la nôtre. Nous essayons de voir quelles aides nous pourrons obtenir. »

« Le monde ne sera jamais plus comme avant… »

Après le mantra sur « le monde ne sera jamais plus comme avant » et la morale sur l’acceptation de mesures coercitives pour le climat, on revient au business sonnant et trébuchant ; à 20 euros, prix imposé en cas de force majeure, ça ira, il faudra même peut-être encore quelques subventions supplémentaires…

Pendant que certains luttent jusqu’au bout de leurs forces pour sauver des vies, les Jouzel, Hulot, Cochet, Latour profitent de « l’opportunité » de la pandémie pour pousser leurs agendas ridicules.

Et d’autres, encore, sans vergogne, profitent de la situation pour essayer de se remplir les poches.

Un monde vraiment fou.

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • « Et d’autres, encore, sans vergogne, profitent de la situation pour essayer de se remplir les poches. »
    le canular du réchauffement climatique ecolo vegan , n’a servi qu’a çà

  • Combinés de milliards engloutis dans des éoliennes, ponctionnés sur nos factures d’électricité?
    A cote de cela, pas de stocks de masques ou matériel médical en prévision…
    Au fait, je me demande quel est le niveau de notre stock stratégique de pétrole?

    • De ce côté là, pas de problème car c’est un problème potentiel identifié depuis belle lurette par les pouvoirs publics.

    • La loi impose trois mois de réserves en consommation courante.

    • Tous les milliards prévus pour nous mettre ces affreux moulins à vent qui nous coûtent un « pognon de dingue », pour enrichir des développeurs la plupart du temps étrangers, qui auront depuis longtemps disparus au moment du démantèlement et laisseront les factures pharaoniques aux Français, et bien mettons ces milliards pour redresser la France et sauver notre économie après cette pandémie.

  •  » un monde vraiment fou « ….plutôt un petit monde de profiteurs , de menteurs et de malhonnêtes ….

  • Le commerce sans les risques…
    Drôle de libéralisme en effet!

  • Il faut installer une Éolienne dans le fondement de chaque écolos, ainsi qu’un panneau solaire sur la tête en guise de chapeau. Leur multiplication et leur agitation, devrait permettre de fournir une Electricité gratuite pour toute la planète.

    • une plume au cul et qu’ils fassent l’avion avec ….ça nous reviendra moins chers….et ça polluera moins que les éoliennes….

  • Quand les bornes sont franchies il n’est plus de limite, disait le poète.
    Dans cette période économiquement dramatique, la ministre Borne n’a rien trouvé de mieux, comme première urgence, que d’injecter des milliards pour conserver la rente de situation de la filière des énergies renouvelables intermittentes (et ses achats de fourniture en Chine ou ailleurs).

  • Tant que l’escroquerie privée est inférieure à l’escroquerie d’état, y a pas de raison que cela change, c’est gagnant gagnant.. Et pour les perdants… Changez de camps camarades, de faibles soyez forts.

  • covid ou pas, les menteurs restent des menteurs : ils s’adaptent juste au contexte.
    Une seule solution : supprimer toute subvention et laisser la vérité des prix opérer.

  • Au moins, on ne voit plus la petite Covidée à tresse avec ses bananes bio-équitables de Suède. Plaisir cher payé, mais intense.

  • Attention à l’exaspération (les éoliennes) combinée à l’indignation (les masques pour dire vite), la combinaison des deux a toujours provoqué des révoltes voire des révolutions… qui ne rêve pas de voir Borne et son staff récurer des bauges industrielles et/ou des feuillées à la petite cuillère ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le réseau européen est fragile, et la guerre en Ukraine n’arrange rien mais n’en est pas la cause. Il le restera encore pour longtemps car le problème est structurel et découle directement de vingt ans d’incurie des dirigeants européens.

 

Qu’est ce qu’un black out ?

Comme son nom l’indique, un black out c’est la plongée dans le noir d’une zone géographique par une coupure générale du réseau électrique, avec une mise hors service de tout ou partie de l’appareil de production.

C’est un évènement accidentel, dû à une p... Poursuivre la lecture

Par Christian Harbulot et Michel Gay[1. Synthèse adaptée du dossier « J’attaque » de mai 2021 de l’École de guerre économique et intitulé « Comment l’Allemagne tente d’affaiblir durablement la France sur la question de l’énergie ».].

Un excellent document de l’École de guerre économique, publié en mai 2021, révèle les manipulations révoltantes de l’Allemagne à Bruxelles pour défendre ses choix énergétiques douteux et ses intérêts industriels aux dépens de l’Union européenne (UE), et notamment de la France.

Ce texte décortique cl... Poursuivre la lecture

Tétanisé par le spectre d’une catastrophe socio-économique sans précédent, le pouvoir panique.

Dans son courrier au PDG d’EDF daté de vendredi 4 novembre 2022, Agnès Pannier-Runacher lui demande « de tout mettre en œuvre pour dégager de nouvelles marges de manœuvre permettant de passer l’hiver », ce qui, selon elle, « passe par la maximisation de la production renouvelable de l’entreprise » et par un recours accru « de manière anticipée à une puissance des concessions hydroélectriques » jusqu’ici limitée par l’existence d’une redevance... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles