Médecins cubains : les esclaves de la dictature sont les bienvenus !

Il nous faut s’interroger sur l’indulgence de la France à l’endroit de Cuba, aujourd’hui encore une dictature féroce et calamiteuse, incapable de nourrir sa population, et qui continue à opprimer et à emprisonner ses dissidents.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
cuba source https://unsplash.com/photos/mByrOYaisIg

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Médecins cubains : les esclaves de la dictature sont les bienvenus !

Publié le 2 avril 2020
- A +

Par Michel Faure1.

La France a autorisé par décret, le 30 mars, l’arrivée de médecins cubains sur ses territoires d’Outre-Mer pour l’aider à maîtriser la crise du Covid-19. Déjà présents en Espagne, en Italie et en Andorre, ces médecins vont sans doute aider à sauver la vie de citoyens français. Dès lors il est jugé délicat de s’offusquer de leur présence et de leur soutien.

Pourtant, on peut poser la question de savoir pourquoi un pays démocratique comme le nôtre décide de faire venir ces médecins dont la qualité professionnelle n’est pas en cause, mais dont la situation est plus que problématique. Ils sont en effet exportés depuis des années par la dictature cubaine comme des marchandises.

Ils partent à l’étranger contraints et forcés, sans leurs conjoints ni familles retenus en otages dans l’île afin de dissuader les envies de défection. Ces toubibs sont surveillés de près par des « commissaires politiques » qui leur interdisent tout contact avec la population locale, à l’exception de leurs malades.

Des produits d’exportation très demandés

Ces « produits d’exportation » que sont les médecins cubains – l’écrire ainsi peut paraître brutal, mais c’est de cela qu’il s’agit – sont très demandés, et rapportent gros – en moyenne 11 milliards de dollars par an, selon des chiffres des statistiques cubaines de 2016, les dernières connues2. À titre de comparaison, les quatre millions de touristes venus à Cuba la même année se situent loin derrière, en deuxième position, avec 2,8 milliards de dollars. Viennent ensuite, plus loin encore, le sucre et le tabac.

Les salaires des médecins sont généralement alignés sur ceux de leurs confrères du pays d’accueil (sauf en cas de troc avec un pays ami, du pétrole au Venezuela, par exemple), des sommes versées directement aux autorités cubaines. Ces dernières reversent aux médecins un salaire cubain, c’est-à-dire une misère. Exploités, ces médecins sont des « esclaves modernes » de la dictature castriste.

Cependant, le gouvernement français décide de se rendre complice de cette exploitation et les invite chez nous, à la demande d’une vingtaine des quelques 70 députés qui ont jugé bon, allez comprendre pourquoi, de s’inscrire au groupe d’amitié France Cuba. Cette démarche et l’accord du gouvernement n’ont pas suscité la moindre indignation en France, ce qui révèle l’apathie politique dans laquelle nous nous trouvons.

D’autres renforts sont possibles

D’autres renforts étaient sans doute possibles, venant de pays européens mieux préparés, ou moins touchés que la France, mais le gouvernement français a opté pour Cuba. Dès lors, il nous faut s’interroger sur cette coupable indulgence de la France à l’endroit de ce pays aujourd’hui encore une dictature féroce et calamiteuse, incapable de nourrir sa population, et qui continue à opprimer et à emprisonner quiconque émet quelque réserve sur le régime castriste.

Il convient de se souvenir que notre ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, se montre tout fier d’être le premier membre d’un gouvernement de l’UE à rencontrer à La Havane le nouveau président Miguel Diaz-Canel, triste apparatchik, marionnette aux ordres de son vrai patron, Raul Castro, secrétaire général du Parti communiste cubain auquel la Constitution de l’île confère la direction suprême du pays. N’oublions pas non plus Ségolène Royal qui se précipite à Cuba pour les obsèques de Fidel Castro dont elle chante les louanges et nie l’existence de prisonniers politiques dans l’île.

Enfin, son ancien compagnon, François Hollande, une fois élu à l’Élysée, devient en mai 2005 le premier président français de l’histoire à se rendre à Cuba. Il pense en tirer gloire, probablement. Le 12 décembre 2015, le Club de Paris, présidé par la France, annule les intérêts de retard sur les 14,7 milliards de la dette cubaine dûs à la France et sur lesquels La Havane avait fait défaut en 1986. Neuf mois après la visite de Hollande à Cuba, ce dernier invite Raul Castro à Paris.

L’île doit encore 4,6 milliards d’euros à la France, mais Hollande décide de restructurer cette dette en investissements d’infrastructures à Cuba et de convertir 212 millions d’arriérés en un fonds franco-cubain finançant des projets dans l’île. Le gouvernement Hollande n’a jamais expliqué aux contribuables français pourquoi ils devaient être si généreux à l’égard d’une dictature.

 

  1. Michel Faure est l’auteur de Cuba en 100 questions, paru chez Tallandier.
  2. Il existe des chiffres de 2018, mais ceux concernant ces médecins n’apparaissent pas, et sont sans doute noyés dans la masse des « services à l’extérieur ». Voir http://www.onei.gob.cu/node/14211
Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • CUBA EST PAYS EXTRAORDINAIRE ET LES CUBAINS SONT MAGIQUES. LA CHINE EST AUSSI UNE DICTATURE ET POURTANT TOUTE LA PLANÈTE TRAVAILLE AVEC ELLE.! VOUS CROYEZ QUE L’ARABIE SAOUDITE EST EN MEILLEUR ÉTAT ? Cuba est un joyau, à l’image du Buena Vista social club alors arrêtez votre critique superficielle.

    • on ne parle pas des cubains, mais de la dictature cubaine ..
      et on trouve toujours pire en effet..
      reste que cuba est une dictature.

    • Nous avons affaire à un vrai marxiste qui au détriment d’un ensemble prolétarien, bien gros, bien gras. Cuba représente 60 ans de malheur d’un pays en ruines où l’on boit du ron à gogo.. le modèle à essaimé Nicaragua Venezuela
      Ne vous faites d’illusion les plages sont Médiocres à commencer par Varadero et tous les cocos de la terreu

    • Quel commentaire idiot. En tant que musicologue on peut effectivement louer les qualités rythmiques et harmoniques de la musique cubaine. Ça n’empêche pas de condamner le régime dictatorial cubain (et de condamner également certains musiciens cubains qui se sont compromis avec ce régime abjecte…).

  • Ce n’est pas parce que vous êtes confiné qu’il faut crier si fort – ça ne changera rien au statut d’esclave moderne de ces médecins, qu’il faut à juste titre dénoncer, du moins si vous croyez un petit peu aux droits humains.

    Je me permets de rappeler que le premier soulèvement contre l’URSS a eu lieu en 1953, à Berlin-Est,  » contre l’esclavage » en République Démocratique et Populaire d’Allemagne.

  • Il y a aussi , ces princes arabes qui requisitionnent un etage d’un hopital public qui partent sans payer la note..

  •  » nous sommes en guerre  » , nous a dit le charlot de l’Élisée ; une bonne excuse pour faire tout et n’importe quoi ; ça lui fait une belle jambe au poudré mignon que les médecins cubains soient traités ainsi ; ce type n’a pas de morale ;

  • De même qu’il est préférable de juger les gens sur ce qu’ils font et non ce qu’ils sont (ou ce que nous croyons qu’ils sont), regardons ce que font les Etats dans cette crise. Quels sont ceux qui aident les autres? D’où l’Italie a-t-elle reçu secours?

    • Je vous rejoins : où est la solidarité européenne dont on nous rebat les oreilles ?
      Qu’ont fait l’UE et les Etats européens pour aider l’Italie quand elle a été durement touchée ?
      Le roi est nu.

      • Il y a une équipe médicale de secours pour l’UE ? Faut arrêter de tous leur mettre sur le dos, c’est pas dans leurs attributions et heureusement.

  • Cuba exporte ses médecins.
    La dictature castriste a tout compris du système capitaliste et de la “médecine pour les riches” dont les médias gaucho -bobos nous ont rebattu les oreilles.
    C’est cocasse de voir cette théorie appliquée par une dictature communiste. “En même temps” (comme dirait Guignol), on n’entend plus les critiques de ces cerveaux bien-pensants.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jon Miltimore.

L'Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA) a annoncé la semaine dernière que les enfants de moins de 12 ans ne se verront plus proposer les vaccins Covid-19, à moins d'être estimés à haut risque.

La décision semble avoir irrité The Guardian, qui a cité plusieurs médecins l'ayant critiqué.

Tout en soulignant que les décès dus aux injections de vaccin covid sont rares, le professeur Christina Pagel, de l'University College London a déclaré au journal :

"Quand on sait qu'il existe un... Poursuivre la lecture

Les propos tenus par Joe Biden lors de l’émission 60 minutes sur CBS dimanche dernier ont provoqué quelques remous au sein du monde des médias comme de la santé.

 

“The pandemic is over. We still have a problem with COVID. We’re still doing a lot of work on it. But the pandemic is over,” President Biden tells 60 Minutes in an interview in Detroit. https://t.co/7SixTE3OMT pic.twitter.com/s5fyjRpYuX

— 60 Minutes (@60Minutes) September 19, 2022

« La pandémie est terminée. Nous avons t... Poursuivre la lecture

Elle est revenue. Avec une vengeance.

L'inflation est remontée à des niveaux inconnus depuis quarante ans un peu partout dans le monde. À plus de 9 % en rythme annuel en juin au Royaume-Uni et aux États-Unis, presque 8 % en Allemagne. En France, elle ne dépasse pas encore 6 %, au plus haut depuis quand même trente-sept ans, mais sa dynamique peut la porter vers 10 % d’ici la fin de l’année.

 

Inflation : le rôle marginal de la guerre en Ukraine

Quelles sont les causes, et donc sans doute les responsabilités de cette... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles