Covid-19 : les gesticulations de l’État-nounou

Madame tétine By: strelitzia --- - CC BY 2.0

Lorsque nous sortirons de ce pétrin, il faudra se poser les bonnes questions.

Par Marc André.

Affolé par l’engorgement des services de réanimation, l’État-nounou prend à la hâte et avec l’efficacité qui le caractérise une série de mesures toutes plus ubuesques les unes que les autres, avec le fol espoir que ces gesticulations permettront d’éviter à ses concitoyens financeurs de se poser trop de questions. Au grand dam de nos « autorités » les Français, « ces Gaulois réfractaires » n’en font qu’à leur tête et sortent tous à qui mieux mieux du confinement qu’elles tentent de leur imposer.

Pourquoi feindre de s’en étonner ?

Il est légitimement permis de douter de l’utilité des sanctions pécuniaires prises à l’encontre des contrevenants. En premier lieu parce que les modalités de mise en œuvre du confinement que notre martial Président n’a même pas daigné appeler par son nom sont totalement illisibles. Il en découle, assez logiquement, un manque de base juridique pour que ces PV tiennent la route.

J’en veux pour preuve cette magnifique auto-attestation de déplacement. Le simple fait de prévoir que l’on peut sortir de chez soi pour aller faire du jogging est une aberration totale et nous assistons, évidemment, à une explosion du nombre de personnes en tenue de sport qui ne se mettent à courir qu’à la vue de l’uniforme, et surtout par beau temps.

Acheter de la nourriture, des médicaments et promener son chien sont des motifs clairs et dont les forces de l’ordre peuvent aisément s’assurer du caractère local, sans recourir à ce stupide bout de papier. Courir dans tout Paris l’est en revanche beaucoup moins.

Surtout, je ne me lasse jamais de constater combien les apôtres du « vivre ensemble » qui refusent la sanction pénale car inefficace lorsqu’il s’agit de réprimer les trafics et les violences commises par les « jeunes », usent et abusent de la contravention pour les autres. Le tout en mettant la main sur le cœur pour nous convaincre qu’ils ne font pas ça pour l’argent… ben tiens !

Ce que nous vivons en ce début de confinement démontre surtout le discrédit total dont souffre la parole publique dans ce pays. Si les gens prennent ces consignes par-dessus la jambe, c’est que tout et surtout n’importe quoi a été dit par nos gouvernants, depuis le début de la crise.

Discrédit de la parole publique

À titre d’exemples (non exhaustifs) nous sommes passés du : le virus ne franchira pas les frontières qu’il est urgent de ne pas fermer au, comme pour les attentats, il est indispensable de continuer à vivre (et à voter) et aller au théâtre en toute décontraction comme notre Président.

Et d’un seul coup, l’hôpital consciencieusement mis en état de quasi-faillite par cette même bande donneurs de leçons contradictoires s’engorge et là, vite : tout le monde à la maison ! Comment croire un gouvernement Potemkine qui ne dit jamais totalement les choses ; et ce n’est pas l’état d’âme récent d’Agnès Buzyn qui va améliorer la situation.

La parole publique doit être rare et précise

Pour être entendue, la parole publique doit être rare et précise. Jacasser en toute circonstance pour « occuper l’espace médiatique » et donner l’illusion que l’on agit, c’est pour le Président et ses ministres n’être plus qu’un des éléments du bruit de fond… parmi les autres.

Lorsque nous sortirons de ce pétrin, il faudra se poser les bonnes questions.

Pourquoi la septième puissance mondiale n’a pas été capable de fournir des protections à tout son personnel soignant ? Pourquoi l’hôpital a-t-il été aussi rapidement débordé, alors que nous ne recensons que mille personnes en réanimation sur tout le territoire ?

Pourquoi n’avoir pas entendu les professionnels qui alertent nos énarques depuis des années sur l’état apocalyptique de nos structures hospitalières ? Pourquoi persistons-nous à former aussi peu de médecins depuis 1973 ?

Était-il si urgent, dans un pays qui produit plus de 75 % de son électricité de manière décarbonée, de construire des moulins à vent dans toutes nos campagnes qui valent bien, à l’unité, le prix de dix lits de réanimation et le salaire des soignants pour les rendre opérationnels ? La seule chose sensée qu’ait dite Emmanuel Macron lundi soir, c’est qu’après la crise, les choses ne seront plus comme avant… Espérons que lui au moins se soit écouté parler !

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.