Covid-19 : les gesticulations de l’État-nounou

Lorsque nous sortirons de ce pétrin, il faudra se poser les bonnes questions.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Madame tétine By: strelitzia --- - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Covid-19 : les gesticulations de l’État-nounou

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 20 mars 2020
- A +

Par Marc André.

Affolé par l’engorgement des services de réanimation, l’État-nounou prend à la hâte et avec l’efficacité qui le caractérise une série de mesures toutes plus ubuesques les unes que les autres, avec le fol espoir que ces gesticulations permettront d’éviter à ses concitoyens financeurs de se poser trop de questions. Au grand dam de nos « autorités » les Français, « ces Gaulois réfractaires » n’en font qu’à leur tête et sortent tous à qui mieux mieux du confinement qu’elles tentent de leur imposer.

Pourquoi feindre de s’en étonner ?

Il est légitimement permis de douter de l’utilité des sanctions pécuniaires prises à l’encontre des contrevenants. En premier lieu parce que les modalités de mise en œuvre du confinement que notre martial Président n’a même pas daigné appeler par son nom sont totalement illisibles. Il en découle, assez logiquement, un manque de base juridique pour que ces PV tiennent la route.

J’en veux pour preuve cette magnifique auto-attestation de déplacement. Le simple fait de prévoir que l’on peut sortir de chez soi pour aller faire du jogging est une aberration totale et nous assistons, évidemment, à une explosion du nombre de personnes en tenue de sport qui ne se mettent à courir qu’à la vue de l’uniforme, et surtout par beau temps.

Acheter de la nourriture, des médicaments et promener son chien sont des motifs clairs et dont les forces de l’ordre peuvent aisément s’assurer du caractère local, sans recourir à ce stupide bout de papier. Courir dans tout Paris l’est en revanche beaucoup moins.

Surtout, je ne me lasse jamais de constater combien les apôtres du « vivre ensemble » qui refusent la sanction pénale car inefficace lorsqu’il s’agit de réprimer les trafics et les violences commises par les « jeunes », usent et abusent de la contravention pour les autres. Le tout en mettant la main sur le cœur pour nous convaincre qu’ils ne font pas ça pour l’argent… ben tiens !

Ce que nous vivons en ce début de confinement démontre surtout le discrédit total dont souffre la parole publique dans ce pays. Si les gens prennent ces consignes par-dessus la jambe, c’est que tout et surtout n’importe quoi a été dit par nos gouvernants, depuis le début de la crise.

Discrédit de la parole publique

À titre d’exemples (non exhaustifs) nous sommes passés du : le virus ne franchira pas les frontières qu’il est urgent de ne pas fermer au, comme pour les attentats, il est indispensable de continuer à vivre (et à voter) et aller au théâtre en toute décontraction comme notre Président.

Et d’un seul coup, l’hôpital consciencieusement mis en état de quasi-faillite par cette même bande donneurs de leçons contradictoires s’engorge et là, vite : tout le monde à la maison ! Comment croire un gouvernement Potemkine qui ne dit jamais totalement les choses ; et ce n’est pas l’état d’âme récent d’Agnès Buzyn qui va améliorer la situation.

La parole publique doit être rare et précise

Pour être entendue, la parole publique doit être rare et précise. Jacasser en toute circonstance pour « occuper l’espace médiatique » et donner l’illusion que l’on agit, c’est pour le Président et ses ministres n’être plus qu’un des éléments du bruit de fond… parmi les autres.

Lorsque nous sortirons de ce pétrin, il faudra se poser les bonnes questions.

Pourquoi la septième puissance mondiale n’a pas été capable de fournir des protections à tout son personnel soignant ? Pourquoi l’hôpital a-t-il été aussi rapidement débordé, alors que nous ne recensons que mille personnes en réanimation sur tout le territoire ?

Pourquoi n’avoir pas entendu les professionnels qui alertent nos énarques depuis des années sur l’état apocalyptique de nos structures hospitalières ? Pourquoi persistons-nous à former aussi peu de médecins depuis 1973 ?

Était-il si urgent, dans un pays qui produit plus de 75 % de son électricité de manière décarbonée, de construire des moulins à vent dans toutes nos campagnes qui valent bien, à l’unité, le prix de dix lits de réanimation et le salaire des soignants pour les rendre opérationnels ? La seule chose sensée qu’ait dite Emmanuel Macron lundi soir, c’est qu’après la crise, les choses ne seront plus comme avant… Espérons que lui au moins se soit écouté parler !

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Je partage pleinement l’argument principal de l’article selon lequel c’est l’engorgement immédiat des services de réa qui a justifié que le gvt prenne enfin la mesure du problème… après l’avoir nié trop longtemps (volontairement ou involontairement).
    Sans cela, on continuait probablement sur la lancée avec Macron sur les marchés, Macron à la piscine, après Macron au théâtre. Avec en perspective le dessein à l’anglaise : l’immunité de groupe !
    Pour les masques, nous en avions près d’un milliard il y a 10 ans (au moment du H1N1). Pour des raisons purement budgétaires, il a été décidé de supprimer les stocks, en escomptant sur les fabricants français et surtout chinois pour les reconstituer en cas de besoin. Du coup nous n’avons plus que des masques chirurgicaux, totalement inefficaces ici.
    Effectivement, des leçons devront être tirées, et sans être méchant, des têtes devront tomber.

  • « Lorsque nous sortirons de ce pétrin, il faudra se poser les bonnes questions. »
    Ce sera trop tard. Si nous voulons sortir de ce pétrin, il faut se poser les bonnes questions maintenant. Trouver les responsables, et leur faire passer l’envie de reprendre des responsabilités analogues après la crise. Qu’ils servent de contre-exemples, faut de pouvoir servir d’exemples !

    • le sang contaminé n’a pas fait passé l’envie à Fabius et ses compères de reprendre des  » responsabilités  » ( encore faudrait-il s’entendre sur le sens du mot !!!) et les électeurs ne se sont pas montrés rancuniers : l’explication  » responsables mais pas coupables  » semble leur avoir suffi !!!!!

  • Il va leur falloir plus de temps pour fabriquer des masques et du gel qu’aux américains pour fabriquer des porte-avions en 1942.

  • Dans le genre gesticulations, je viens d’apprendre que cette crise a été encore l’occasion de la guéguerre public-privé (par une interview du président de la fédération hospitalière privée).
    Figurez-vous que les établissements privés, qui disposent d’au moins 4000 lits de réanimation vont juste commencer à intervenir sur cette crise sanitaire. Jusqu’à présent, on ne leur avat pas donné les masques qu’ils demandaient…
    Et on a déplacé en avion des malades alors que des cliniques proches auraient pu les accueillir…

  • « Pour être entendue, la parole publique doit être rare et précise. Jacasser en toute circonstance pour « occuper l’espace médiatique » et donner l’illusion que l’on agit, »

    cela ne date pas de la crise du coronavirus et je ne suis pas sûr que cela cesse après…

  • Il se trouve que j’ai un ami travaillant dans un hôpital, qui , non seulement a participé a un désormais célèbre rassemblement évangélique, mais a hébergé des participants italiens à ces cérémonies ( qui se sont révélés malades plus tard).
    Il a eu 3 jours de fièvre aux alentours du 9 mars puis, son état s’améliorant, est retourné bosser. Ses collègues, dont son chef direct, connaissant son parcours, ils lui ont demandé de rester à la maison.
    Encore sur le chemin du retour, la DRH l’a appelé pour lui intimer l’ordre de retourner au taf, il y est encore et va bien.
    Ce qui me chagrine dans cette histoire, c’est qu’à aucun moment il n’a été question de le tester ou même de passer un contrôle médical…
    Ceci explique peut être les quelques lacunes du système.

  • Lorsqu’on échange avec des professionnels de santé du secteur public, on apprend qu’en 25 ans les établissements hospitaliers se sont dotés – sous l’effet des normes- d’une armée mexicaine de personnel administratif (directeur de l’informatique, directeur des services techniques, directeur des services économiques….). Ces témoins de l’évolution de l’hôpital public estiment que tout ce « petit monde », avec les collaborateurs qui le composent, grève les budgets, fait perdre du temps aux soignants en partie occupés à remonter des infos comptables et statistiques. Une gabegie bien française qui mine l’hôpital !!!

  • Nous formons peu ou pas assez de médecins , soit mais il y en a encore trop puisqu’ils passent leur temps à la télévision ou à faire de la politique !!!!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
casier Législatives coute
0
Sauvegarder cet article

Ce n’est pas Macron, aujourd’hui, c’est la démocratie qui est en marche. Depuis l’heureuse surprise du deuxième tour de l’élection législative, nous retrouvons enfin un équilibre des pouvoirs tel que l’avait défendu Montesquieu dans L’Esprit des lois.

C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser, et pour qu'on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir.

C’est chose faite depuis le 19 juin.

Malgré la position privilégiée que ... Poursuivre la lecture

53,7 % de Français ont refusé de participer au second tour des législatives. Le message est on ne peut plus clair et limpide : 53,7 % des Français ne s’intéressent pas à la désignation du pouvoir.

On pouvait donc penser que le message soit entendu, que le pouvoir fasse preuve d’humilité, réfléchisse, se remette en question… Que nenni ! À peine le chiffre a-t-il été constaté qu’aussitôt, la fureur politicienne a repris le haut de l’affiche.

Il vient pourtant de se prendre une sacré claque, le « en même temps », le « dire une chos... Poursuivre la lecture

Pendant cinq ans le Président Emmanuel Macron a décidé seul de tout, avec une majorité de députés dociles. Il a été le Président Absolu de la République pour reprendre l'expression et le titre du dernier livre de Philippe Fabry.

Emmanuel Macron est donc le responsable au premier chef de la situation catastrophique dans laquelle se trouve le pays et qui a été occultée par les épouvantails Zemmour puis Le Pen pendant la campagne des présidentielles.

Après cinq ans de surdité, il a prétendu mercredi soir avoir entendu les Français.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles