Coronavirus : nos politiciens devraient être plus pragmatiques

Laissons chacun faire son boulot, les scientifiques donner leur avis de scientifiques et les politiques prendre ensuite les mesures nécessaires, la France ne s’en portera que mieux…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Coronavirus By : EpicTop10.com - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Coronavirus : nos politiciens devraient être plus pragmatiques

Publié le 11 mars 2020
- A +

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’Iref-Europe

Il devrait exister une règle pour interdire aux politiques de se mêler de ce qu’ils ne connaissent pas. La France est un pays où ceux qui sont au pouvoir se croient investis d’une mission divine, celle de sauver la nation. Le coronavirus leur en donne une merveilleuse occasion. Ils ont « pris les choses en main », ils ont rappelé l’importance de l’État et de ses administrations, ils sont descendus en roulant des pectoraux sur le champ de l’interventionnisme. Dans les médias, on les voit plus souvent que les médecins et les spécialistes.

En Amérique, face à l’épidémie qui devenait imminente, le président Trump a eu le bon sens de convoquer d’abord à la Maison Blanche les représentants des laboratoires pharmaceutiques. Ce sont eux, leurs chercheurs, qui vont découvrir les médicaments et/ou le vaccin qui viendront à bout du fléau. La Food and Drug Administration a déclaré qu’elle permettrait à des centaines de laboratoires hospitaliers de commencer à tester le vaccin et les médicaments anti-coronavirus. Il faudra plusieurs mois, probablement un an, avant que le premier ne soit commercialisé. Pour les médicaments, cela devrait aller plus vite.

La logique gouvernementale

En France, les politiques n’osent même pas prononcer les mots « laboratoires pharmaceutiques ». Ils préférèrent interdire les manifestations sportives et les rassemblements de plus de 1000 personnes. Ils ne doivent pas prendre le métro souvent. Aux heures de pointe, les rames sont bondées, des centaines de milliers de voyageurs y sont tous les jours serrés comme des sardines. Dans la logique gouvernementale, il faudrait donc supprimer les transports publics et obliger les Français à prendre leur voiture… Le président Macron a aussi demandé à ce qu’on « évite de voir les plus âgés ». Mais avec la fermeture des écoles, vers qui se tournent les parents pour garder les enfants, sinon… les grands-parents ?

On nous a dit aussi que cette épidémie serait le dernier avatar de la mondialisation. Comme si l’humanité n’avait jamais connu d’épidémies avant 2020 ! En fait, elle est surtout le révélateur des grandes faiblesses d’une dictature communiste, la Chine, et d’un État islamique en déliquescence, l’Iran, le pays qui déplore le plus de décès après la Chine. Les autorités de Téhéran ont d’ailleurs arrêté de communiquer leur nombre exact depuis quelques jours…

Nos politiques devraient être plus pragmatiques, plus honnêtes aussi peut-être, et se rappeler l’échec de l’État en 2003, lors d’une canicule pourtant annoncée : plus de 19 000 morts. Les urgences en sous-effectifs pour cause de vacances et de 35 heures, ont été submergées par l’afflux de patients.

Dans le cas de ce virus, la panique qu’ils alimentent plus ou moins (rappelons que la grippe saisonnière touche entre deux et six millions de personnes et fait plus de 10 000 morts en moyenne), qu’ils ne font en tout cas pas grand-chose pour tempérer, pourrait même causer plus de dégâts que l’épidémie elle-même. Dans l’économie d’abord, contrainte de tourner au ralenti, et dans la population ensuite, qu’on déresponsabilise et qu’on apeure terriblement. Laissons chacun faire son boulot, les scientifiques donner leur avis de scientifiques et les politiques prendre ensuite les mesures nécessaires, la France ne s’en portera que mieux… ou, en l’occurrence, considérablement moins mal.

Sur le web

Voir les commentaires (34)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (34)
  • 19 000 morts …….prématurées de la canicule… mais qui doivent correspondre à un recul de quelques années en terme d’espérance de vie..

    voyons l’esperance de vie en france
    https://www.google.com/search?q=sperance+de+vie+en+france&rlz=1C1CHBF_frFR823FR823&oq=sperance+de+vie+en+france&aqs=chrome..69i57&sourceid=chrome&ie=UTF-8

    globalement un recul d’un an..

    drame individuel , mais juste un événement détectable en terme de santé public..avec assez peu de poids..
    italie et allemagne ont aussi vu une baisse d’espérance de vie..

    pour le reste, le problème central est bel est bien de savoir s quand on prend une mesure elle n’est pas pire que ce qu’on souhaite éviter. bon.. il doit y avoir l’article de silberzahn…que je n’ai pas lu..

    il faut rappeler que ce virus a un fort potentiel meurtrier.. il est d’ailleurs un peu illusoire de penser que la chine l’a dompté pour le moment..

    en France nous sommes maudits sur un point, les gens attendent trop du gouvernement..

    • Un fort potentiel meurtrier, il faut lrécuser « par rapport aux virus de la grippe saisonnière habituels ». Objectivement, c’est environ 2%

      • Objectivement … on (c’est à dire ceux qui ont la compétence sur le sujet) ne sait pas.

        Si les politiques (y compris en Chine) sont prêts à risquer des troubles sociaux ou fâcher leurs électeurs, vous devriez considérer que les spécialistes leur ont fait craindre un impact supérieur à la grippe …

        • c’est ce que je me dis.
          si les chinois ont arrêté leur économie et confiné quelques centaines de millions de gens , ce n’est pas à cause d’un mauvais rhume.
          Que savaient-ils que nous ne savons pas ?
          ( même question pour les italiens )

          • « Que savaient-ils que nous ne savons pas ? »
            Pour les Chinois, il s’avère qu’ils ont appliqué la recommandation face à un nouveau virus grippal.
            La haute contagiosité et la non immunisation de la population fait que l’urgence est d’éviter une masse de malade qu’il sera difficile de traiter, comme toute la population finira par être contaminée. Il est impossible de se préparer avec un lit par habitant du pays. Donc, on freine la contagion par contact.
            Ce n’est ni plus ni moins que de la gestion de crue….

            • Il y a un certain nombre de points qui me « gênent » dans la « communication ».

              Par exemple pour l’étalement, on part du principe que l’épidémie est loin de contaminer toute la population, sinon à 2000 cas par jour, il faudrait étaler pendant 100 ans !

              De même, on nous dit que 80% des personnes ne présentent pas ou peu de symptomes. Mais dans ce cas, le taux de contagion réel serait 5 fois supérieur ?

              Je soupçonne que la différence de taux de mortalité de l’Italie vienne également d’une différence de comptage des contaminations et des décès.

              Je crains fort également que notre imperator navigue à vue (tout comme les autres) en priant pour une acalmie hypothétique au pringtemps. J’espère qu’ils ont commencé à engager la production de centaines de millions de masques – juste au cas où … L’étalement est un brassage d’air. Il faut prier ou stopper la progression.

              • La progression de la maladie est exponentielle, en gros un malade contamine 2 personnes. Si par quelque mesures on arrive à ce qu’un malade ne contamine que 1.5 personnes, tout le monde sera touché tout de même mais en plus de temps, ce qui permet de pouvoir gérer le flux de malade avec les moyens existants et d’attendre que les saisons chaudes marquent la fin du virus.

                • De toutes façons, avec une croissance exponentielle du nombre de malades et des malades qui restent une durée fixe à l’hôpital, un élève de première peut vous montrer que ça va pêter grave.

                  Ce n’est pas pour rien que les Chinois ont construit d’urgence un immense hôpital.

                • ce n’est jamais une croissance exponentielle, c’et une croissance bordelique qui traduit le fait que la contagion requiert un contact..
                  très vite vous avez un facteur limitant quand on est dans un centre de population donnée..et en outre vous avez des reprises quand un malade va contaminer un nouveau centre de population..

                  • Oui, c’est bien le problème. Au début de la contamination, le modèle mathématique n’est pas valable. En revanche, il y a une grande similitude dans les réponses apportées dans chaque pays et dans la façon dont la crise évolue. Partout on parle de « freiner » pour étaler. Cela a été un echec en Italie. Il est vraissemblable que la même chose se produise partout.
                    Avec un delai de 10 jours (incubation) pour valider des mesures prophylactiques pendant laquelle la contamination décuple, toute sous-estimation du problème est catastrophique.
                    Pourtant, si on s’inquiète à juste raison de la panique, celle-ci est secondaire : les gens paniquent pour ce qu’ils voient alors que la réalité est largement en avance sur le ressenti de la population et les dirigeants ne font que reculer pour mieux sauter : l’Italie est passé à la « médecine en temps de guère » et choisit les malades à soigner.

          • Que savaient-ils que nous ne savons pas ?
            Ils savaient que toute difficile qu’elle soit, plus la décision serait rapide et radicale, et mieux ils s’en sortiraient. Savoir couper ses pertes, savoir limoger sans états d’âme ceux qui ont failli malgré leurs protestations d’innocence et de bonnes intentions, et savoir organiser le combat, avec hôpitaux de campagne, masques, restrictions et réquisitions sans pitié, voilà ce qui nous manque.

      • « Objectivement, c’est environ 2% »
        Cela dépend pour l’instant de l’étendue des tests.
        – En Corée, ils ont fait des tests massifs, et donc la mortalité est descendue à 0.6%
        – Aux USA, tests plus rares, 5%
        Cela dépend aussi des moyens hospitaliers disponibles. D’où le graphique présenté par le ministre de la santé sur la nécessité de freiner la diffusion du virus …

  • les hommes politiques devraient être plus honnêtes , plus réalistes , et moins imbus de leur personne et de leur pouvoir ; cette manie qu’ils ont de s’insérer dans tout ce qui n’est pas de leur ressort , ça devient vraiment pénible .

    • non….il ne devrait sans doute pas y avoir d’hommes politiques mais des gens simplement élus..

      la politique n’est pas un metier ou ne devrait pas l’être..
      avec l’invention du metier de politique il y a eu la nécessite d’imaginer des « compétences »..

      justement non.. être élu ne rend pas compétent ..
      c’est à ce niveau qu’il faut lutter par sur l’illusion ..

      • en somme ce qui pose problème est l’existence d’un ministère ou d’une fonction..pas la probité de celui qui les gère..
        l’interventionnisme CRÉE la corruption..
        espérer des hommes politiques honnêtes c’est imaginer se passer de contre pouvoir…

      • oui, notre principal problème est bien cette classe politique professionnelle. ça va faire 50 ans qu’elle nous prouve tous les jours qu’elle est nuisible.

  • Le pragmatisme, d’une façon générale, n’est pas le fort de nos technocrates: ce qui prime, ce sont les systèmes conçus par leurs cerveaux forcément supérieurs. On peut en mesurer l’efficacité, dans tous les domaines.
    Et cela va empirer tant qu’ils s’obstinerint à ne pas voir, ou à voir très partiellement, les réalités de terrain: rien ne les limite quand ils cherchent à améliorer leurs constructions déconnectées du réel, rendant leurs processus de décision de plus en plus complexes…

  • Le probleme c est que si vous voulez etre elu, il faut que l electeur ait l impression que vous faites quelque chose. Par exemeple sous sarkozy c etait « un probleme -> un eloi ». Que la loi soit inapplicable etait secondaire.
    Comme on ne peut pas faire une loi interdisant le coronavirus, nos dirigeants vont s agiter histoire de montrer qu ils se preocupennet du sort de l electeur moyen (alors qu avec une mortalite d e2 % c est pas necessaire)

    Pour le reste, il faut quand meme signaler que la mondialisation a boosté la diffusion du virus (il y avait des epidemies avant mais elle se diffusait moins: Au 18 em la peste par ex a affecte marseille mais n est pas allee au dela d avignon et ca a pris un mois pour contaminer une ville a 100 km)
    Et surtout l impact economique est sans commune mesure: la chine etant l usine du monde, l arret des usines en chine a completement perturbe la production dans le monde entier. Inutile de dire qu aucun pays n avait un tel impact il y a seulement 30 ans

  • Dans le nuage de mots illustrant l’article, pas une seule fois apparaît le vrai nom du virus, à savoir virus Wuhan (comme il existe le virus Ebola par exemple).

    Edifiant exemple de manipulation mentale par les mensonges du politiquement correct.

    • J’ai cru comprendre que les Chinois faisaient tout leur possible pour réécrire l’histoire et qu’on ne leur attribue pas cette origine …

      • Quelle importance ? Le pragmatisme, c’est aussi lutter contre les fléaux et s’abstraire des responsabilités de ce qui est passé et donc impossible à changer. Nous savons bien qu’être libre et être responsable sont indissociables, alors ne regrettons pas que ceux qui n’étaient pas libres ne se soient pas montrés responsables, ça ne sert à rien maintenant.

  • ‘ Révélateur de la grande faiblesse de la Chine et de l’Iran ‘ ?

    Peut être bien, mais je préfère attendre la fin de la foire pour compter les bouses…

  • La panique pourrait causer plus de dégâts que l’épidémie.

    Cependant, la perception humaine est souvent logarithmique : « 10 morts » a le double d’impact de « 1 mort », « 100 morts » le triple …

    L’affirmation reste vraie dans le sens que l’épidémie a un impact surtout individuel alors que la panique a un impact surtout collectif.

  • Cette affaire de Coronavirus est en train de s’estomper. Après cette récréation bienvenue pour nos élites politiquement-médiatiques bavardes, il va falloir revenir au vrai problème qu’est l’islamisation du pays. On n’y échappe pas.

  • Il y a un ministre de la santé, médecin de surcroît, ce qui parait logique. Alors, pourquoi est-ce M. Macron qui n’y connait rien, qui se fait fort d’intervenir sur le sujet? Qu’i laisse la parole aux spécialistes!

  • Faudrait savoir!C’est juste une grippette p

    • quelques centaines de millions de chinois confinés pour une gripette .. y’a pas une incohérence quelque part ?

      • Et les hôpitaux italiens, après les chinois et sans doute avant les français, saturés pour une simple grippette…

  • « Ce sont eux, leurs chercheurs [… ] qui viendront à bout du fléau.  »
    Quel fléau ? Est-ce la peste noire qui s’abat sur notre planète ? Les dernières statistiques indiquent depuis le 1er janvier : primo, 33 décès en France pour une population de plus de 66 millions d’habitants ; secundo, 4000 morts dans le monde peuplé d’environ 7,55 milliards d’individus… Comme l’indique l’auteur, la canicule de 2003 a fait plus de 19 000 morts, cela devrait tempérer la névrose du covid-19 !
    « … ceux qui sont au pouvoir se croient investis d’une mission divine, celle de sauver la nation. Le coronavirus leur en donne une merveilleuse occasion. Ils ont « pris les choses en main », ils ont rappelé l’importance de l’État et de ses administrations, ils sont descendus en roulant des pectoraux sur le champ de l’interventionnisme. » Le cinéma à grand spectacle (enfumage comme de coutume) est à l’ordre du jour pour nos pantins gouvernementaux mais la réalité est nettement différente.
    Comme d’habitude les Urgences, déjà sous équipées et surchargées de travail, doivent faire face à une augmentation de consultations due à l’hystérie propagée. Le manque de matériels médicale conséquence d’irresponsabilité et d’incompétence de nos clowns à roulettes, qui ont vidé nos stocks, en envoyant le 16 février en Chine 17 tonnes de ce matériels nécessaires à nos médecins et hôpitaux. Magnifique témoignage du foutage de gueule envers le peuple français, le clou étant dans cette pagaille générale, l’abandon de poste du ministre de la santé qui préfère courir à la conquête de la mairie de Paris… Comme toujours c’est le grand n’importe quoi et surtout une superbe exemplarité de dévouement et responsabilité de la part de nos guignols !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À la suite de la réforme de la Constitution française de juillet 2008, des circonscriptions législatives sont créées à l'étranger pour permettre aux Français établis hors du pays d'élire des députés à l'Assemblée nationale, les Français hors de France n'étaient auparavant représentés qu'au Sénat.

Ces députés, au nombre de 11 (un par circonscription hors de France), ont été élus pour la première fois lors des élections législatives de 2012. Les Français établis hors de France ont voté pour la seconde fois lors des élections législatives... Poursuivre la lecture

Par Adelin Remy.

Le débat sur le voile (n’importe lequel, pas seulement le voile intégral) existe en France depuis 1989 : il est considéré comme un vêtement religieux et une marque de soumission de la femme, généralement musulmane, et son interdiction est vécue comme une agression par la plupart des femmes musulmanes qui revendiquent la liberté de le porter.

Le 24 octobre 2019, le président Macron a déclaré :

« Le port du voile dans l’espace public n’est pas mon affaire [...] Dans les services publics, à l’école, c’est mo... Poursuivre la lecture

Élisabeth Borne devient Premier ministre. Certains attendaient une révolution, ce fut surtout un jeu de chaises musicales.

Merci à @EmmanuelMacron de sa confiance et de l’honneur qu’il me fait en me nommant Première ministre.

Merci aussi à @JeanCASTEX pour son action ces deux dernières années.

Les défis devant nous sont grands. Je mesure pleinement cette responsabilité. pic.twitter.com/fZ9zxu5S5f

— Élisabeth BORNE (@Elisabeth_Borne) May 16, 2022

Ce lundi 16 mai, Emmanuel Macron a... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles