Écologie : youpi, un bon gros totalitarisme à visage humain !

Certains écologistes basculent doucement vers le totalitarisme et ne s'en cachent même plus, avec tout ce que cela comporte de violence et de destruction.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Écologie : youpi, un bon gros totalitarisme à visage humain !

Publié le 14 février 2020
- A +

par h16

Les derniers suffrages en France, les élections européennes, avaient assez facilement permis de dégager la tendance qui allait s’imposer pour les mois qui suivirent : dans une démarche époustouflante d’originalité devant le score tonique des écologistes, Macron allait faire assaut d’agitations cosmétiques autour de tous les sujets environnementaux possibles. Et malheureusement, ça n’a pas loupé.

Depuis, nous assistons donc à une succession de petits moulinets de bras, de propositions de lois plus ou moins loufoques, d’objectifs gouvernementaux affichés en vue de sauver l’Humanité d’une série de désastres tous plus horribles et imaginaires les uns que les autres.

Contraints par l’inamovible principe de réalité, les lois de la physique et une économie pas trop florissante, les politiciens ont cependant dû nettement calmer leur agitation et, fort heureusement, limiter autant que possible la concrétisation de leurs idées catastrogènes à la portion congrue…

Ce qui déclenche bien évidemment l’hystérie chez la plupart des écologistes qui, dès qu’ils le peuvent, empilent bricolages statistiques, mensonges éhontés et approximations biaisées montrant sans le moindre doute que non seulement, nous allons tous mourir, mais qu’en plus, c’est de la faute du gouvernement qui ne fait rien (ou en tout cas, vraiment pas assez) pour nous éviter ce sort funeste.

Avec la tenue cette semaine du Quatrième Conseil de Défense Écologique, bidule médiatique créé en avril 2019 pour tenter de récupérer une partir de l’électorat écologiste, Macron se retrouve bien évidemment en première position pour prendre en pleine poire la déferlante écologique médiatique qu’il entretient avec plus ou moins de sagacité.

Si l’évidence du but électoral ne fait pas débat, le bénéfice politique est difficile à établir, tant il apparaît clairement impossible de jamais satisfaire ceux qui réclament toujours plus de mesures, de restrictions, de taxes, de lois et de punitions (de préférence douloureuses) en faveur d’une nature, d’un environnement, d’un climat et d’une Gaïa complètement fantasmés et apparemment incapables de supporter les humains en général, et quelques paquets d’odieux Français pollueurs et ronchons.

Et c’est bien tout le problème de l’actuelle tactique macronienne : en voulant ratisser de plus en plus vert, le président ne semble pas s’apercevoir qu’il ratisse de plus en plus rouge et de plus en plus extrême. Ou s’il s’en aperçoit, il n’en montre rien et, pire, semble s’en accommoder avec un détachement qui frise la trahison tant toute cette agitation se traduit très concrètement à la fois par des mesures politiques désastreuses pour le pays, et par le renforcement idéologique voire la légitimation de groupuscules de plus en plus dangereux.

Je voudrais bien exagérer, mais très concrètement, différents signes permettent de comprendre la direction prise et elle ne fait pas le moindre doute : c’est ainsi qu’on découvre dans certains journaux qu’on se pose très sérieusement la question de savoir si, finalement, une bonne dictature écologique ne vaudrait pas mieux que cette bête mollesse démocratique qui refuse de sauver les ours, les pandas, les abeilles et la banquise.

Prétextant une « urgence à agir » qui repose toujours sur une exagération maintenant grotesque de données scientifiques parcellaires, plusieurs officines « écologiques » estiment que seul un régime totalitaire pourrait agir avec suffisamment de rapidité pour nous sauver la mise. Utilisant avec un toupet assez phénoménal les déclarations de Pékin sur la volonté chinoise de réduire son niveau de pollution, ces mêmes groupuscules et autres think-tanks subventionnés en arrivent hardiment à la conclusion qu’une dictature qui trotte va plus vite qu’une démocratie, même En Marche…

gifa hystérique écolo

Oui, apparemment, ce même régime communiste chinois qui vient de mettre 10 % de sa population sous quarantaine sans avoir réellement les moyens de la nourrir ou de la soigner, ce même régime chinois qui s’adonne presque ouvertement au trafic d’organes avec des prélèvements sur donneurs sains, ce même régime chinois qui multiplie les camps de concentration sur certaines de ses populations, bref, ce même régime semble soudainement tout à fait sympathique ou au moins apte à fournir un point de référence pour l’écologie de ces think-tanks et de ces groupuscules environnementaux.

Cela donne une idée assez précise de la décence, de la moralité et de l’humanisme de ces individus : non seulement la démocratie passe après l’environnement, mais l’humanité aussi. Une Terre saine est une Terre sans humains, et ces groupes, ces partis politiques, ces politiciens et ces porte-paroles ont apparemment une solution toute trouvée : de la bonne grosse dictature, avec réduction au silence des réfractaires par crise de saturnisme immédiat, je présume.

Et si des « philosophes » et autres penseurs se posent encore vaguement la question de savoir s’il faut conserver cette encombrante démocratie devant toutes ces « urgences » écologiques, d’autres, eux, ont largement dépassé le stade de la réflexion et sont joyeusement passés à celui de l’action.

On ne s’étonnera donc pas de retrouver la fine fleur des activistes les plus effervescents, notamment ceux d’Extinction-Rébellion, cette bande de clowns tristes et dangereux jamais embarrassés par la faible cohérence de leurs actions, dans le saccage de locaux et la séquestration de personnes qu’ils ont jugés – unilatéralement bien sûr – coupables de différents crimes écologiques imaginaires qui justifient commodément leurs dégâts et les pollutions qu’ils provoqueront donc (cohérence toujours).

On ne s’étonnera pas davantage de la réaction parfaitement lamentable de différents responsables politiques écoloïdes, délicieusement en phase avec l’idée générale qui consiste à user de la force pour nuire à ceux qui ne pensent pas comme eux, le débat s’établissant alors sur le degré de force à employer et non sur le principe même, évidemment acquis avec cette décontraction propre aux enfants que les révolutions les plus abominables mangent en premier.

C’est ainsi que l’occupation des locaux de Blackrock par les fascistes verts d’Extinction-Rebellion semble trouver grâce auprès de cette frétillante endive frisée de Julien Bayou même si, pour des raisons évidentes de mollesse intellectuelle, ce dernier ne peut se laisser aller à cautionner les destructions et les saccages. Le viol de la propriété privée, les séquestrations, ça va, mais les tags sur les murs et le matériel brisé, non, c’est un peu trop : le terrorisme intellectuel peut se permettre d’être concret, mais ne doit pas laisser plus que des marques psychologiques, voyez vous.

Tout ceci est une illustration dramatique de la pleutrerie de l’État français, des politiciens à sa tête et de leur extraordinaire médiocrité : en laissant agir ces groupuscules terroristes, en laissant ainsi croire qu’on peut cautionner ces exactions, en abondant dans le sens de ces hystéries écologiques comme le fait actuellement Macron avec ses Conseils de Défense idiots, on fournit clairement le carburant du prochain fascisme que la France se prépare avec gourmandise, comme si elle n’avait pas déjà suffisamment de populismes délétères à gérer, comme s’il n’y avait pas déjà d’autres problèmes plus prégnants à régler avant…

Non décidément, ce pays est foutu.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (36)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (36)
  • La dictature du prolétariat ayant lamentablement échoué, voici la nouvelle mouture avec les mêmes dans les rôles principaux: la dictature du rechauffariat. Comme tous les totalitarismes du XXème siècle, l’écologisme s’appuie sur des théories scientifiques hors de leur contexte de la part de gens qui ne sont guère des spécialistes. On en fait alors un dogme et on en tire une bouillie idéologique qu’il est interdit de critiquer et qui doit s’imposer à tous par la force, permettant au passage aux « militants » de devenir les puissants qui diront le vrai, qui accapareront les biens et qui élimineront les récalcitrants. Cela a été vrai avec le darwinisme qui se basant sur l’évolution des espèces mal digérée a engendré la monstruosité nazie et d’autres théories racistes. Cela a été vrai avec le marxisme qui plaçait l’économie et le social comme causes de l’évolution des sociétés et qui a engendré le totalitarisme communiste qui a lui aussi fait des millions de victimes. On sent aujourd’hui la même tendance avec l’écologie qui, devenant l’écologisme politique, porte en lui les mêmes germes du totalitarisme. Notamment, en proclamant comme seule et prinicpale (unique?) cause le réchauffement climatique (dû au CO2, ce qui est contesté par de très nombreux savants; dû à l’activité humaine???) alors que le problème n°1 de l’humanité est évidemment la croissance démographique exponentielle.

    • Tout était bon… et patatras, la dernière phrase est venue tout casser. Je vous invite, pour vous rassurer sur ce point, à vous renseigner sur la transition démographique – tous les pays riches y sont passés, la Chine a conduit la sienne au forceps, et l’Inde semble avoir entamé la sienne, avec une baisse très forte du taux de natalité dans la dernière décennie.
      Quant à l’Afrique, la seule condition pour qu’elle y passe aussi, c’est qu’on la laisse se développer. Le vrai défi du XXIe siècle est ici.

      • Tout à fait, c’est la pauvreté qui pousse à procréer comme des lapins. avec la prospérité les gens deviennent raisonnables. On prévoit un pic à 10 milliards d’humains suivit d’une courbe descendante!

        • On a le droit de se sentir plus au large avec un pic à 100 millions comme naguère; à défaut on s’adapte à l’ambiance clapier. Tôt ou tard, la nature choisira les siens, au hasard de la loterie immunitaire.
          Reboot …

      • « Quant à l’Afrique, la seule condition pour qu’elle y passe aussi, c’est qu’on la laisse se développer. Le vrai défi du XXIe siècle est ici. »
        Otez-moi d’un doute, l’Afrique serait encore sous tutelle coloniale? Sinon serait-elle peuplée de retardés incapables de se développer par eux-mêmes? Ou alors serait-ce un complot de l’Occident (bien sûr) attaché à la maintenir en servitude?

      • Je vous trouve très optimiste Anagrys sur la population mondiale. Pour avoir travaillé sur ces problèmes démographiques et de développement, notamment en Afrique de l’Ouest, je peux vous assurer que toutes les prévisions les plus modérées tablent sur une population à 4 Milliards d’habitants sur le continent d’ici 30 à 40 ans. Bien des pays africains c’est vrai se développent, mais trop d’autres demeurent englués dans la pauvreté (souvent à cause des guerres incessantes entre ethnies) sans parler de la religion islamique qui, en Afrique de l’Ouest, notamment permet à chaque homme d’avoir quatre épouses légitimes!

      • Je suis d’accord avec Anagrys (à la différence près que l’Afrique peut et doit se développer par elle-même).

        Sur lé démographie, les études montrent que plus un pays se développe économiquement, plus l’indice de fécondité baisse.
        Le monde ayant une nette tendance à se développer depuis plusieurs décennies (cf par exemple https://www.contrepoints.org/2020/01/01/276275-rejouissons-monde-plus-libre-plus-prospere ), l’indice global de fécondité, au niveau mondial, se rapproche de plus en plus de 2 enfants par femme.
        Les courbes de prévision de la population mondiale n’ont pas une forme exponentielle, mais tendent vers l’équilibre, pour les moyennes. cf par exemple https://www.researchgate.net/figure/Evolution-de-la-population-mondiale-depuis-1800-et-projections-jusquen-2100-dapres_fig3_235696699

        Nous avons tendance à voir les choses au travers du prisme africain, ce continent étant en effet à la traîne. Mais les autres continents sont tous plus ou moins engagés dans une bonne dynamique.

    • croissance exponentielle ???.
      ça signifie UNE chose..on peut décrire l’augmentation de la population humaine pas une fonction Po exp( a ( t-to)) un truc comme ça où t est le temps le reste est constant.. c’est pas le cas..la population humaine ne croit pas de façon exponentielle…
      alors pourquoi la décrire comme ça..

      la population humaine sera d’une façon ou d’une autre limitée si il existe des limites réelles à sa croissance.. ben ..évidemment!!!

      la question écolo est ailleurs…il faudrait ABSOLUMENT et pour certains au mépris de l’intérêt humain préserver une nature sauvage..

      la limitation de l’humanité EST le programme..

  • A trop vouloir faire son écolo, Manu Narcisse finira par se faire déborder par sa gauche verdâtre, l’électeur préférant l’original à la copie et le parti vert servant de catalyseur des déçus roses ou rouges. L’écologie, dernier avatar de l’idéologie, vaut bien les autres socialismes. Celui-là ou un autre…

    La probabilité d’une confrontation 2022 Bleu Marine vs Vert (de Gris) n’est pas nulle, ce qui serait la garantie que CPEF, pour de bon cette fois-ci.

    • « À trop vouloir faire son écolo, Manu Narcisse finira par se faire déborder par sa gauche verdâtre », surtout que comme on le sait, l’électeur préfère toujours l’original à la copie…

  • ne vote ps pour les verts et ils disparaîtront

    • Ne vous inquiétez pas pour les verts . S’ils avaient autant d’appui qu’on voudrait bien nous en convaincre il ne serait pas utile de continuer le battage médiatique que l’on subit aujourd’hui . Regardez l’abstention aux européennes, leur score, faites le ratio, souriez et envoyez les se faire voir à Mikonos chaque fois que l’occasion se présente, et l’affaire sera vite réglée .

  • COMME EN 14
    « C’est des hommes et d’eux seulement qu’il faut avoir peur, toujours. Combien de temps faudrait-il qu’il dure, leur délire pour qu’ils s’arrêtent épuisés, enfin, ces monstres ? Combien de temps un accès comme celui-ci peut-il durer ? Des mois ? Des années ? Peut-être jusqu’à la mort de tout le monde, de tous les fous ? Jusqu’au dernier ? » Céline, Voyage au bout de la nuit.
    La doctrine communiste est évoquée, le plus souvent, quand on aborde l’écologie moderne : un socle idéologique supposé cohérent et des activistes étriqués tels des religieux, incapables d’échanger sereinement ou de remettre un discours en question, prompts à brandir l’anathème, -dénialiste, sceptique, plus qu’à argumenter juste. Leur combat est idéologique, surement pas scientifique. Leur morale n’est en rien éthique (merci Arlette Guenaud)) : seuls leurs amis méritent considération, tort ou raison.
    Plus que l’horrible communisme, je songe à l’Europe de 1914, comme elle irradiait, alors, au faîte du faîte. Elle dominait, elle ouvrait la voie, elle conquérait, économie, science, art, culture. Belle Époque… Et là, comme d’autres le voudraient aujourd’hui, boum, suicide : elle a dressé sa jeunesse, l’a menée à s’étriper dans la boue et, ruinée, démoralisée, exsangue, n’a plus jamais été la même. Pour le coup, je serais un Jaurès plus qu’un Déroulède, concernant l’écolo-fascisme actuel et ses prétentions à anéantir la planète en reniant tout ce qui fait le génie humain. Hier, la France, sous l’impulsion d’un moustachu à l’étage supérieur en jachère, a anéanti les milliards de Limagrain et du pôle transgénique. Suicide : trente ans plus tard, tout ce que prédisait moustache était faux. Tant pis : trop tard. Je ne doute pas qu’il en sera de même avec le secteur automobile. Suicide, pour sauver la planète comme l’Europe de 14, pour l’honneur et les traités. Des cons, les mêmes….
    Alors je l’écris, ne serait-ce qu’à destination de mes hypothétiques descendants : par pitié, ne m’associez pas à ce monstre. Que chacun pense ce qu’il souhaite, certes mais la théorie du réchauffement anthropique est inepte, ses déclinaisons risibles et les soi-disant solutions pour « sauver la planète » insensées. Ça n’est pas parce l’époque déconne que tout citoyen mérite l’opprobre de l’Histoire… Arrière-pépé Denis, il en avait dans le cigare, qu’on dira en 2050.
    En attendant, à l’heure où le patron d’Extinction Rébellion se félicite de la Shoah, faudrait peut-être ouvrir les yeux, les amis… Denis DUPUY

  • Une dictature trotte-kyste verte pour aller plus vite vers le désastre. En marche, ce sont de tristes clowns.
    Quant à la crise de saturnisme de la victime, nos élites vont non seulement faire payer la balle à la famille, mais aussi la dépollution du site tellement ils sont propres et exigeants… On doit crever propre…

    Conseils de Défense
    Il est en guerre contre les français, il est givré.

  • « et la solidarité avec la gazelle on en parle? parce que le lion, dans sa vie, il va en tuer combien? n’est ce pas notre devoir d’homme d’empêcher ce zoocide? »
    « encore combien de déportations, de tréblinka (abattoirs)? de viols (inséminations bovines)?  »
    « L’esclavage le plus ancien, c’est l’élevage !! »
    Voila en brefs quelques propos réels d ‘antispécistes, militants animalistes. C’est cadeau, pour vous les amis.

  • Les communistes au 20éme siècle :

    Le capitalisme est tellement inefficace qu’il finira par s’écrouler sous son propre poids. Nous devons impérativement construire une société communiste pour plus d’efficacité économique !

    Les communistes au 21ème siècle :

    Le capitalisme est tellement efficace qu’il va épuiser toutes les ressources de la planète. Nous devons impérativement construire une société communiste pour moins d’efficacité économique !

  • Ah ah, aux dernières nouvelles, Griveaux est Grivois, du coup il se retire… à la retirette ? :mrgreen:
    Allez, à la revoyure 🙂
    Il reste le monsieur, médaille Fields, à l’air un peu ailleurs… dans ses équation ?

    • Sûr que les demandes de respect de la vie privée, venant de personnages dont la première préoccupation arrivés au pouvoir est justement de fourrer le nez de l’Etat sous de multiples formes dans la vie privée des citoyens, ça a un petit côté totalitaire surréaliste.
      D’où la conclusion : retirons les verts du nez !

  • macron est surtout en train de faire le grand écart , en galopant d’un côté après les électeurs verts et de l’autre après les électeurs bleus ( voui , il vient de s’apercevoir , au bout de 3 ans qu’il y a de l’insécurité en constante hausse en France ) ; le grand écart , quand on n’a pas l’habitude , ça peut occasionner des étirements des plus douloureux …..

  • Je pense que Macron sait parfaitement ce qu’il fait. Il a été choisi, puis élu pour faire avancer une dictature mondiale, dont l’UE est le premier « étage ».
    Et l’écologime est le cheval de Troie de cette dictature, censée être acceptée par les populations grâce à une propagande massive.
    Du point de vue concret, même en admettant la culpabilité du CO2 dans le réchauffement, rien ne tient tant il y a de contradictions.
    Il serait temps que les Français s’en rendent compte…

    • C’est en admettant la culpabilité du CO2, alors qu’il n’a quasiment rien à voir avec le changement climatique que vous donnez à ces pourritures le droit de continuer leurs escroqueries

  • Villani fait partie des mêmes cercles que Griveaux, un totalitarisme vert qui veut bien présenter…
    « Les méthodes d’exécution n’ont pas été à la hauteur [donc les idées étaient bonnes?], et en particulier, on est sur des sujets qu’il faut perfectionner: le suivi, la mise en oeuvre, et on doit s’appuyer sur des faits, des prédictions [les prédictions sont des faits?]. On a le devoir d’aller davantage vers une gestion rationalisée [on a affaire à un mathématicien…] dans laquelle les données, dans laquelle les simulations, qui prennent en compte les flux de voitures, les échanges d’énergie, d’air, de température, de pollution, [le nombre de rats ou de drogués dans la rue?] tout ça soit pris en compte et qu’on puisse prendre des décisions en connaissance de cause.»
    On l’aura compris: la vraie écologie selon Villani est une écologie qui emprunte les méthodes du GIEC: faire entrer des données dans un programme informatique ad hoc et en déduire une planification… Ça promet!

    • en fait c’est pas tout à fait ça…les scientifiques du giec doivent avoir une bonne connaissance des incertitudes;.. ce que beaucoup de scientifiques désirent est du pouvoir..
      c’est assez bien résumé dans la formule sidérante », il faut croire les scientifiques »… l’absence de réaction de la communauté scientifique en dit long…

      • Le GIEC n’existe pas, c’est la dénomination abusive d’un groupe de fonctionnaires dont la mission n’est pas de vérifier s’il y a ou non réchauffement mais qui tiennent pour acquis que réchauffement existe . Le fait que ce nid de vipères se retrouve sous le contrôle de l’ONU en dit très long sur la (les) dérive (s) de cette institution qui, malgré son inutilité et ses dérives essaie de se rendre indispensable pour ne pas se réformer ou disparaitre . Tous ces fonctionnaires internationaux, exonérés d’impots et de toute responsabilité juridique ont beaucoup à perdre . Quoi de mieux qu’une cause mondiale, même totalement fictive pour obtenir un peu plus de pouvoir avec la complicité de gouvernements en mal de pognon des autres . Simple conjonction d’intérêts communs à protéger sur le dos des peuples crédules ou réel complot? Je n’en sais rien, et en fait, cela importe peu . Ce qui importe c’est de trouver une solution pour que ces voyous cessent leurs magouilles

  • mais oukison ceuze qui taxaient quiconque qui osait rappeler la potentialité totalitaire évidente de l’ecologie politique de quasi demeurés??

  • Ce nouveau totalitarisme est bien décrit par Drieu Godefridi dans un récent ouvrage : « Si le CO2 est le problème, alors le vrai problème c’est l’homme lui-même », parce que toute activité humaine dégage du CO2. Les pères de l’écologie politique voient la planète comme un être vivant suprême, dont l’ennemi est l’homme. D’où la proposition de ne pas se reproduire, le soutien à l’avortement et à l’euthanasie, à une agriculture improductive produisant de la famine, le refus des progrès des sciences, etc.
    Pour marcher, un totalitarisme doit avoir un ennemi. Pour les nazis c’était le Juif, pour les communistes c’était le « bourgeois », pour les écolos… c’est nous tous !

    • A se créer trop d’ennemis, réels ou supposés, on peut aussi se faire ratatiner avant de l’avoir vu venir . Faisons confiance aux écolos pour que ce soit le destin qu’ils se seront dessiné sans s’en rendre compte ou trop tard . La bêtise n’a pas de limite mais la patience, elle en a .

  • Au stade de population humaine ou l’on se trouvera très prochainement, avec les besoins en énergie et nourriture que cela représente. Le fait de mettre des taxes sur l’Électricité ou le pétrole, ne changera strictement absolument rien a la température qu’il fera dans 50 ans. c’est une réalité une certitude absolue. Le recours au nucléaire pour préserver les ressources en hydrocarbures et Gaz, qui ont des applications spécifique, est aussi une évidence absolue.
    Les théories des écolos sont erronées d’un facteur mille a dix mille. Leur dictature ne pourrait mener qu’a la mort d’une grande partie de l’espèce. Ce qui risque d’arriver de toute façon, mais autant que ce soit fait intelligemment.

  • Si les Français sont 65% à penser qu’un effondrement va arriver, 27% seulement croient que la cause la plus probable sera le réchauffement climatique, la surconsommation et la disparition des espèces.
    J’aimerais croire que c’est le résultat d’une certaine rationalité scientifique, voir économique, mais c’est sans doute bien plus une indigestion de catastrophisme écologique et de sa compagne, la violence fiscale.
    .
    15% des sondés pensent que l’effondrement viendra d’une immigration incontrôlée et 14% que ce sera le résultat d’une guerre civile ou de tensions de plus en plus fortes dans la société civile.
    https://www.ifop.com/wp-content/uploads/2020/02/la-france-patrie-de-la-collapsologie.pdf
    .
    Le fossé entre les préoccupations des élites dorées et celles des peuples est en train de se transformer en gouffre. Les luttes à venir seront celles du verrouillage du pouvoir par les premiers contre sa reconquête par les seconds. Dans les pays à hiérarchie horizontale ça pourrait se traduire par la capacité de voter directement les lois et la fiscalité, en France, je ne sais pas, aucun sauveur ne se profile à l’horizon.
    cpef ?

  • Et comme disait l’autre, Macron prépare son élection de 2022 en disant que ses priorités sont l’écologie et le régalien, avec cette 2ème partie de son quinquennat en allant chercher et les écologistes et les RN, du en même temps dans toute sa splendeur.

    Je ne comprends que les Français soient devenus tout d’un coup des “moutons” écolos, bêlant, répétant bêtement ce que la propagande des journaux et médias leur répètent, à croire qu’ils un “petit pois” à la place du cerveau. Et nos présentateurs météo dont l’imbécile d’Evelyne Déliat ne sont pas en reste pour exploiter le moindre phénomène météo comme la preuve du réchauffement climatique!!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

L’ensemble de notre économi... Poursuivre la lecture

En France, nous serions tentés de dire Non, tant le battage médiatique incessant assimilant l’écologie à une posture étatiste, nécessitant de lourds sacrifices fiscaux et un contrôle renforcé de nos comportements et modes de vie est la norme.

 

Une autre écologie est possible

Et la bonne nouvelle, c’est qu’elle existe déjà… Malgré le silence des médias.

L’écologie véritable n’est pas particulièrement marquée politiquement. Étymologiquement, écologie signifie « économie de la maison »… Ce qui signifie tout simplement ... Poursuivre la lecture

En Occident, l’opinion est attentive à la préservation de l’environnement, et ce souci commence à gagner le reste du monde. La surpopulation et la limitation des ressources sont souvent accusées. Et si Malthus avait raison : allons-nous épuiser les ressources de la Terre du fait d’une surpopulation galopante ?

 

Malthus est-il toujours d’actualité ?

Cette crainte de la surpopulation a seulement deux siècles.

Auparavant, et depuis toujours, chaque que roi ou empereur recherchait l’augmentation du nombre de ses sujets,... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles