Engie vend les meubles sous couvert de partenariat « stratégique »

Comme la SNCF, Engie se met à vendre des actifs pour alléger de 0,4 milliard d’euros sa dette qui s’élevait fin 2019 à 25,5 milliards.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by bert sz on Unsplash - https://unsplash.com/photos/An47h8KcnaA

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Engie vend les meubles sous couvert de partenariat « stratégique »

Publié le 25 janvier 2020
- A +

Par Michel Gay.

Tout comme certaines retraites militaires en rase campagne devant l’ennemi sont « stratégiques », Engie recule « stratégiquement » dans le solaire en Inde. Le géant tricolore de l’énergie a annoncé le 22 janvier la vente de 74 % de ses actifs dans le solaire, soit 813 mégawatts (MW) installés, à Edelweiss Infrastructure Yield Plus Fund (EIYP), un fonds d’investissement indien.

Engie allège sa dette

Comme la SNCF, Engie se met à vendre des actifs pour alléger de 0,4 milliard d’euros sa dette qui s’élevait fin 2019 à 25,5 milliards.

Elle semble due à une mauvaise gestion, à des investissements douteux, et aussi au contrôle de l’État dont le rôle principal semble être de mettre des bâtons dans les roues des entreprises.

Ainsi, Engie annonce que cette « opération » (le mot « retraite » aurait été plus exact) marque le début d’un « partenariat stratégique » entre Engie et EIYP, dont l’objectif est de renforcer une plateforme solaire en pleine croissance…

Toutefois, Engie déclare que le Groupe restera en charge du développement, de la construction et de l’exploitation des centrales solaires actuelles et futures.

Cette stratégie subtile baptisée Develop Build Share Operate (DBSO) permet, selon Engie, de décupler l’impact du potentiel de développement solaire et éolien dans de nombreux pays.

Paulo Almirante, Directeur général adjoint et Directeur des opérations d’ENGIE a déclaré :

« Cette transaction nous permet d’accélérer la mise en œuvre de notre modèle stratégique dans les énergies renouvelables, et de libérer des capitaux afin de poursuivre nos investissements dans le marché solaire indien très dynamique. »

Engie emploie environ 1000 collaborateurs en Inde dans les services énergétiques et le Groupe annonce avoir encore en perspective plusieurs projets solaires… qui vont certainement alléger sa dette.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • je me demande ce que foutent ces société nationale renflouées en permanence par la taxe des français dans des aventures internationales..
    ce ne sont pas des entreprises normales

  • Qu’elle intérêt d’alléger la dette avec des taux d’intérêts négatifs ?
    Allo ! Y a un Énarque qui peut expliquer ???

    • Il me semble que même Engie n’a pas réussi à faire mieux que des taux nuls… Et sans être énarque, il me semble aussi que les risques liés à un endettement excessif ne disparaissent pas parce que les taux seraient temporairement négatifs.

  • Engie ne développe plus les centrales au charbon (et des centrales au charbon propres, cela existe ) et voilà maintenant la retraite sur le solaire. Ne parlons pas non plus des centrales micro-fissurées. L’action Engie brillante au firmament depuis de si nombreuses années a assurément encore de beaux jours devant elle. On en ch.. chez Engie.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
6
Sauvegarder cet article

C’est un sujet que j’ai déjà traité plusieurs fois et qui remonte à un audit de la dette française demandée en 2005 par Thierry Breton ministre des Finances sous le gouvernement de Jacques Chirac à l’ancien responsable de la BNP Michel Pébereau.

 

La situation en 2005

Le rapport, publié en 2006, indique un endettement de 1200 milliards d'euros mais il ne tient pas compte les dettes dites hors bilan qui incluent les engagements de l’État en ce qui concerne les retraites des fonctionnaires, les déficits des entreprises d’État... Poursuivre la lecture

La situation n’est pas réjouissante : alors que l’État français entend se mêler de tout et régir la vie de ses habitants presque dans ses moindres dimensions, non seulement cette prétention se fait au prix d’un endettement faramineux (choix de société, diront certains) et de déficits permanents, mais cette politique de gribouille se fait sans vision du lendemain, sans réelle perspective, et sans aucune rigueur ni efficacité.

Un constat accablant qui met en jeu tant le présent que notre avenir, qui s’en trouve lourdement hypothéqué.

... Poursuivre la lecture

Dans l’accumulation de désastres de ce premier quinquennat, notre sémillant ministre en a raté un : en plein confinement covidien le 23 mars 2020, il n’a pas écouté les appels à nationalisation lancés par M. Roux de Bézieux, président du MEDEF, principal « syndicat d’employeurs français ». Oui, dans notre douce France rongée par le libéralisme le plus sauvage, on ne dit pas un « syndicat patronal » mais un « syndicat d’employeurs ». Et M. Roux de Bézieux suppliait le ministre du « quoi qu’il en coûte » de songer aux nationalisations. Pour mém... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles