Greta Thunberg « personnalité de l’année » pour le Time : ne nous emballons pas !

Les ados activistes sont en colère à juste titre – mais une colère juste ne produit pas forcément une politique publique rationnelle.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Greta Thunberg Climate Change Rally In Denver Colorado 2019 by Anthony Quintano (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Greta Thunberg « personnalité de l’année » pour le Time : ne nous emballons pas !

Publié le 14 décembre 2019
- A +

Par Robby Soave.
Un article de Reason

La canonisation séculière de Greta Thunberg est accomplie. Le magazine Time l’a nommée personnalité de l’année 2019, en la préférant aux manifestants de Hong-Kong ou aux lanceurs d’alerte du gouvernement Trump.

« Personnalité de l’année » pour le Time

La désignation est plutôt arbitraire – comment mesure-t-on l’influence au juste ? – et ne devrait pas être prise trop au sérieux (en tout cas pas depuis 2006).

Bien que le ton de l’article de Time sur Thunberg soit largement hagiographique, cette nomination n’est pas forcément un soutien au vainqueur : Adolf Hitler était personnalité de l’année en 1939.

Tout ça pour dire que le fait de gagner le titre de personnalité de l’année n’a pas vraiment d’importance et personne ne devrait être trop contrarié que cette année ce soit une activiste du changement climatique de 16 ans.

Et pourtant, cette récompense renforce l’idée que Thunberg est quelqu’un dont la juste colère devrait être automatiquement transformée en politique publique.

Comme Nick Gillespie l’a fait remarquer dans un article sur son activisme, Thunberg est un avatar de la « pensée catastrophique » et porte un message de désespoir :

« Les représentations théâtrales de Greta Thunberg sont probablement sincères, mais ni elles ni les réactions déplorables qu’elle suscite ne sont un bon moyen de promouvoir une politique environnementale efficace dans un monde qui s’enrichit chaque jour davantage.

Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la moitié de la population mondiale appartient à la classe moyenne ou est désormais plus riche, et le taux de mortalité due aux catastrophes naturelles est bien inférieur à ce qu’il était il y a quelques décennies encore.

Protéger toutes ces avancées est aussi important que la protection de l’environnement et, plus important encore, ces deux objectifs ne s’excluent pas mutuellement. »

La place des ados

Après avoir considéré les enfants comme guère plus que des animaux de compagnie pendant des décennies, les médias accordent maintenant trop d’importance aux opinions d’adolescents activistes, en particulier lorsqu’ils manifestent pour des questions telles que le changement climatique, la violence avec armes à l’école, les inégalités de revenus, etc.

Comme Ilya Somin l’a écrit, les jeunes – même ceux qui peuvent revendiquer de façon crédible qu’ils ont été particulièrement lésés par une crise – n’ont généralement pas de vision particulière ni de forte connaissance en matière de politiques publiques.  D’après Somin :

« Les jeunes, en règle générale, en savent moins sur l’État et les politiques publiques que les autres tranches d’âges. C’est pourquoi ils sont aussi moins susceptibles d’avoir des idées valables pour traiter des problèmes difficiles. […]

Ce serait une erreur que de rejeter a priori les propositions politiques simplement à cause de l’âge des partisans.  Mais ce serait aussi une erreur que d’attribuer une sagesse politique particulière aux jeunes. Le fait que de nombreux jeunes soutiennent une cause politique n’ajoute pas grand-chose, voire rien du  tout, à ses mérites. »

Thunberg est la personnalité de l’année de Time mais cela ne rend pas ses affirmations concernant le futur de la planète moins fausses : nous ne sommes pas « au début d’une extinction de masse » et la fin du monde n’aura pas lieu dans 10-12 ans, même si nous n’adoptons pas ses idées radicales.

Traduction par fm06 pour Contrepoints de Here’s What’s Wrong with Time Declaring Greta Thunberg Person of the Year.

Voir les commentaires (45)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (45)
  • le « time » est un journal de gauche… au service des democrates.. alors

  • les jeunes sont aussi malléables que de la pâte à modeler ; ceci expliquant sans doute cela ;

  • Maintenant elle est bonne pour intégrer les « enfoirés » , ces hypocrites bien-pensants.

  • C’est mérité , quel talent de comédienne ..il parait que c’est inné chez elle , un peu comme macron, déjà bébé elle mimait la colère pour avoir son biberon en verre avec du lait bio !

  • Rien n’a changé depuis depuis que l’homme existe. L’humanité attend régulièrement son messie. Et il y a toujours un petit malin qui ,consciemment ou non, enfile le costume et empoche la mise.
    Aujourd’hui c’est une adolescente de 16 ans qui pourtant, quand on la regarde et quand on l’écoute, ne rassure pas sur sa modération c’est le moins que l’on puisse dire.
    Remarquons aussi que , dans l’histoire des civilisations, lorsque c’est la violence d’une jeunesse manipulée qui s’impose à la sagesse de l’age, les conséquences en sont souvent catastrophiques. Tous les totalitarismes s’en sont servis, nul doute que le fachisme vert a trouvé en Greta Thunberg son égérie. Verrons nous bientôt des cohortes d’adolescents brandissant un « petit livre vert » et accusant leurs parents « d’écocides » , nouveau concept juridique qui sera devenu « crimes contre l’humanité » ?
    Ne rions pas , nous n’en sommes peut etre pas si loin !

  • Rien que son nom mhoripile. Ce qui m’a frappé habitant Madrid est le peu de retentissement de cet événement qui s’essouffle
    La gamine est prétentieuse revenir sur un bateau coûtant des millions est un privilège de star
    Time à tous les droits. Nous avons le droit de ne pas le lire

  • Elle rejoint Pierre Laval, J Staline, A Hitler, Komeini, Andropov.. et nous tous.
    Elle est en bonne compagnie.

  • Hitler n’avait-il pas eu les mêmes honneurs, je ne saurai l’affirmer, mais il est sûr qu’i avait été nominé pour le Nobel de la paix.
    Alors ces médailles en chocolat ne valent rien du tout.

  • Les couvertures de Time Magazine à travers les années démontrent avant tout l’opportunisme de ce magazine. Il suffit de regarder les nombreuses couvertures alarmant les Américains et le monde sur le « terrifiant refroidissement (sic) climatique » qui va « décimer l’humanité si on ne fait rien » durant les années 1970-80 puis les mêmes alarmistes mais alertant sur le « terrifiant réchauffement (sic) climatique » depuis quelques années pour voir le « sérieux » journalistique de ce magazine.

  • Le choix de n’importe quelle autre personnalité aurait évidemment eu bien moins d’effets positifs pour la notoriété du Time. Y aurait-il un rapport ?

  • Tiens !! je n’ai entendu aucun écolo protester lorsque notre belle atmosphère a été polluée par des dizaines de tonnes de carbone et autres produits quand des grévistes ont fait brûler des montagnes de pneus, palettes et autres cochonneries, ni quand (je viens de le lire dans challenges) un joueur phare du PSG parcourt, pour les besoins de ses matchs, plus de 110 000 km en avion dans l’année.
    En revanche, si nous consommons quelques litres d’essence en trop …….
    Conclusion: les « fayots » comme le times,(mais il n’est pas le seul, voyez bon nombre de nos élus) se précipitent aux pieds des écolos pour si non obtenir leur soutien, tout au moins éviter leurs foudres.

    • La soupe étant bonne, quelques % de voix ne sont quelquefois pas à négliger si on veut se resservir quelques années de plus . Et, cerise sur le gâteau, quelques taxes de plus pour payer le homard sous les applaudissements des konkipayes

  • Adolph Hitler et Joseph Staline ont aussi eu droit, en leur temps, à la même reconnaissance. Il n’y a plus qu’à chercher le point commun de ces trois personnages: serait-ce l’avènement de « l’homme nouveau » par des politiques coercitives, lesquelles se terminent toujours dans la violence?

  • Staline et Hitler avait eu le droit à cette récompense….. comme quoi le TIME a au moins le mérite de voir les idéologies totalitaires avant leurs mises à exécution…

  • Cela démontre surtout l’incroyable connerie des journalistes de gauche. Greta l’hystérique personnalité de l’année! La civilisation occidentale est en pleine décadence pour cause de dégénérescence intellectuelle. Ce qui n’étonnera personne car on sait que pour être de gauche il faut être débile!

    • Il n’y a pas beaucoup de personnalités de son niveau ,mi ange et mi demon !

    • @Virgile Cela ne devrait pas empêcher les autres journaux et journalistes qui ne sont pas de GoooooooooooCHE de rédiger un article qui dénoncerait ce foutage de gueule. Seulement quand on se souvient qu’elle a été reçue au parlement comme le Messi

  • +1 à Nick Gillespie.

    Quant à Greta Thunberg, c’est une malade, qui a fait il y a quelques années de profondes dépressions, donc une personne particulièrement fragile, que ses parents devraient protéger et non encourager dans la voie catastrophiste et catastrophique où elle s’est engagée. À l’évidence, ils sont au moins coupables de négligence. Et dans leur entourage, il y a des gens coupables de manipulation d’enfant.
    Greta Thunberg devrait être protégée ET être scolarisée, pour son propre bien.

    Rappelons que les propres parents de Greta sont des activistes d’extrême-gauche, qui n’hésitent pas à arborer un t-shirt « antifa », voir https://i2.wp.com/www.bookwormroom.com/wp-content/uploads/2019/09/Stupid-Leftists-climate-change-Thunberg-antifa-family.jpg?resize=774%2C764

    Remarquons aussi que les thématiques portées par les médias, comme le note l’auteur : « le changement climatique, la violence avec armes à l’école, les inégalités de revenus » sont, comme par hasard, des thématiques de gauche. Médias impartiaux, vraiment ?

    Et pour finir, non la colère de Greta Thunberg n’est pas « juste » : non seulement on est loin d’un consensus scientifique sur la thèse selon laquelle le CO2 émis par les activités humaines entraînerait des catastrophes, mais si la démarche cette jeune fille était si « juste », elle irait défier les gouvernements chinois et indien, et non le gouvernement français, notre pays étant un des moins émetteurs de CO2 par habitant, du moins parmi les pays développés.

  • Les Ados ils nous emmerdent. Qu »lls travaillent ou finissent leurs études.Mais surtout qu’ils se taisent.

  • Tous les mensonges de nos fameux experts (comme moi je serai évêque)sont démentis tous les jours par d’autres experts aussi valables. En résumé c’est pour nous piquer du fric0

    https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/10/15/oui-le-rechauffement-climatique-actuel-s-explique-bien-par-l-activite-humaine_5369691_4355770.html

    • @Michel P, ayant eu des contacts avec amicaux, nos deux familles se fréquentaient, avec un sexologue, ce dernier me disait lors d’une conversation: je vais te dire comment sont nommé les « experts près les tribunaux ». Ont cherche le confrère, lors des réunions de la corporation, qui n’a aucune clientèle en cabinet qui le consulte et qui galère!
      Et c’est lui qui sera désigné ou « élus » expert….!

  • En voyant la liste des « personnalités de l’année » du Times depuis 1927, je ne serais pas rassuré d’en faire partie.

  • Je pense aussi que Greta Thunberg est sincère, passionnée, obsessionnelle et… monomaniaque, sa bible étant la parole du GIEC.
    Ce qui la rend à mes yeux passablement inquiétante : bien plus que la personne qui n’a pas d’idée, je crains celle qui n’en a qu’une !

  • Le magazine Time est dans son rôle : il met en avant la « personnalité » dont les médias ont statistiquement le plus parlé.
    En 2019, c’est Sainte Greta. En 1939, soit pile 80 ans après, c’était Hitler. Et alors ?

    Alors, tout est dans la manière.
    Car mettre en exergue tel élément qui, statistiquement, émerge, est une chose.
    Assortir cette mise en exergue d’un commentaire en est une autre.
    Examinons.

    En 1939, Hitler sort du « chapeau ». Mais le Time ne lui prodigue ni compliments, ni propos flatteurs. Il analyse la montée du nazisme, jouant parfaitement son rôle de journaliste.
    Le Time de 1939 pouvait représenter l’image d’un grande nation, égoïste et tournée vers elle-même, probablement (c’est une autre discussion), mais le magazine était dans son rôle, celui d’un pilier de la nation états-unienne.

    En 2019, Greta sort du « chapeau ». Mais le Time l’exprime avec des termes laudatifs, hagiographiques. Il n’est plus dans l’analyse d’un phénomène, mais dans l’accompagnement d’une phénomène.

    Le Time remplit d’aujourd’hui parfaitement son rôle. Mais c’est ce rôle qui a changé.
    Ce magazine participe aujourd’hui, est complice aujourd’hui, d’une large entreprise totalitaire.
    Le Time de 1939 fut une référence. Le Time de 2019 est un organe de propagande.

    C’est, je pense, ce que nous devons en retenir : le Time n’est plus la référence d’un grand pays, mais l’un des outils d’une entreprise mondiale d’assujettissement des esprits.
    Donc, ne lui accordons que l’importance qu’il mérite désormais.

    • c’est juste…la question étant …qu’est ce que ça peut faire que le times choisisse telle personne comme personnalité de l’année..????

      il ya une election miss france et les journaux en parlent…

      plus inquiétante est l’absence de pluralité de la presse sur les sujet environnementaux..

    • Le Time évolue comme toute la presse écrite, déstabilisée par la presse « gratuite » en ligne. Il a le choix entre ratisser large ou fermer boutique. Les meilleurs titres ont sombré, les autres ont dû se vautrer dans un populisme gauchisant.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
soupçon
2
Sauvegarder cet article

La politique du soupçon

Le gouvernant a toujours été présomptueux, par nécessité. Il faut toujours présumer de ses forces si l’on a pour ambition de réaliser l’impossible : le bien vivre ensemble. Présomptueux, mais pas impétueux, le gouvernant n’avancera que s’il est fourbi de certitudes. Son allant sera donc conditionné à la conviction qu’il administre la bonne politique, ce que l’on peut aussi appeler la tentation du bien.

 

Le fantasme du risque maitrisable

Mais le gouvernant n’est pas complètement débile non plus.

Il suffit de quelques... Poursuivre la lecture

Un article d'European scientist

Changement climatique, érosion de la biodiversité, fin du monde…

Les messages catastrophistes assiègent les Unes des médias. Parfois ils sont fondés mais le plus souvent cette mécanique sans discernement répand dans l’opinion une angoisse larvée. S’installe alors dans le public un manque de confiance en la science.

Et pourtant depuis quelques années maintenant, des voix différentes se font entendre qui cherchent à calmer la panique générale. Des experts prennent la plume pour résister aux a... Poursuivre la lecture

Par Gérard-Michel Thermeau.

Apocalypse Never de Michael Shellenberger est un livre événement comme on dit. Il pourrait être une bombe. J’ai bien peur qu’il ne soit qu’un pétard mouillé.

Dans un monde saturé d’irrationalité, où l’écologisme s’est érigé en religion dogmatique, où le catastrophisme est chéri et célébré sur tous les tons, le langage de la raison ne peut guère se faire entendre. Si on ajoute que l’auteur est un partisan du nucléaire, c’est une raison supplémentaire soit pour jeter l’anathème sur son livre soit pour l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles