Penser l’universel mais avoir honte constamment : l’écologisme de Greta Thunberg

Son avenir – et celui de la planète – n’a pas été « volé » et la meilleure façon d’aller de l’avant se fera par le biais de discussions politiques sérieuses et non par de la mise en scène.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Greta Thunberg at the Parliament By: European Parliament - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Penser l’universel mais avoir honte constamment : l’écologisme de Greta Thunberg

Publié le 26 septembre 2019
- A +

Par Nick Gillespie.
Un article de Reason.com

Tel un messie provenant tout droit d’un récit de science-fiction, l’activiste suédoise de 16 ans, Greta Thunberg, vient de livrer ce qui est sans conteste la plus intense lamentation aux États-Unis depuis Jonathan Edwards et la sortie de son livre Pécheurs entre les mains d’un Dieu en colère paru en 1741. Devant le parterre des Nations Unies, Thunberg, diagnostiquée avec le syndrome d’Asperger et qui a entamé sa lutte contre le changement climatique en 2017 en séchant l’école le vendredi, a déclaré que c’est l’Organisation qui est responsable de la destruction tant de sa vie que celle de notre planète.

« Vous avez volé mes rêves et mon enfance, avec vos paroles vides de sens. Et encore, je fais partie des chanceux. Des gens souffrent, des gens meurent. Des écosystèmes entiers s’effondrent. Nous sommes au début d’une extinction de masse. Et tout ce dont vous parlez c’est d’argent, du conte de fées d’une croissance éternelle. Comment osez-vous ? »

Thunberg – et autres catastrophistes – se méprennent à propos de la question environnementale et sur la meilleure façon d’atténuer les effets négatifs du changement climatique. Vous pouvez regarder son discours ci-dessous :

 

Dire que les réactions à Greta Thunberg sont aussi excessives que sa rhétorique est un euphémisme. Quand j’ai tweeté au sujet de ses remarques un peu plus tôt dans la journée, ma timeline s’est rapidement remplie de réponses telles que « Hitler aimait aussi utiliser des filles à nattes pour sa propagande » ou encore « Elle est un instrument utile à l’éco-communisme. C’est une icône de propagande qui doit être démolie. » Bien sûr, Donald Trump s’est emparé de l’histoire, en publiant un extrait de l’intervention, tout en commentant de manière sarcastique : « Elle me semble être une jeune fille très heureuse, et qui aspire à un avenir brillant et merveilleux. C’est bon de voir ça ! »

Mais en dépit du nombre et de la violence des attaques qu’elle a subies, il est d’une importance capitale que la vision du monde qu’elle représente et les mesures politiques qu’elle véhicule soient infirmées. Comme Alexandria Ocasio-Cortez, la sénatrice Elizabeth Warren et tout une multitude d’autres politiciens américains, Thunberg est convaincue que nous ne disposons seulement que de quelques années pour décider du destin de la planète, cette dernière idée étant le principe fondamental soutenu par tous les défenseurs du Green New Deal et par la plupart des candidats démocrates à la présidentielle de 2020. En fait, Thunberg estime qu’il est trop tard pour « réduire nos émissions de moitié en 10 ans », et que cet objectif, revendiqué par de nombreux environnementalistes, est désormais insuffisant. Elle affirme que seule une réduction drastique :

« nous laisse une chance sur deux de rester sous 1,5 degré d’augmentation (de la température) et d’éviter des réactions en chaîne irréversibles, hors du contrôle humain. Une chance sur deux, cela peut vous sembler acceptable. Mais ces chiffres n’intègrent pas les points de bascule, les boucles de rétroaction, le réchauffement supplémentaire caché par la pollution atmosphérique ou les aspect de justice et d’équité. Ils comptent aussi sur ma génération pour extraire des centaines de milliards de tonnes de CO² de l’air grâce à des technologies presque inexistantes. Un risque de 50 % n’est tout simplement pas acceptable pour nous, nous qui devons en supporter les conséquences. »

Une telle approche catastrophique s’apparente à la déclaration tout aussi apocalyptique d’Alexandria Ocasio-Cortez lorsqu’elle affirme que « le monde touchera à sa fin dans 12 ans », ou à la prédiction de Warren, qui déclare que « nous avons 11 ans, peut-être » pour réduire de moitié nos émissions et sauver ainsi la planète.

Comme Ronald Bailey l’a expliqué, ces prédictions découlent d’une très mauvaise compréhension du rapport publié en 2018 par le Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat (GIEC). Ce dernier présentait des prévisions sur la croissance de l’activité économique mondiale, la possibilité qu’elle soit affectée par le changement climatique et la façon dont la réduction des gaz à effet de serre pourrait accroître le PIB planétaire. Rien ne spécifiait l’éventualité d’une fenêtre de 10 à 12 ans après laquelle l’extinction ou l’amélioration est inévitable.

Pour Bailey :

« Si l’humanité ne fait absolument rien pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, le pire scénario serait que le PIB mondial en 2100 serait de 8,2 % inférieur à ce qu’il serait autrement. Concrètement, en supposant qu’il n’y ait pas de changement climatique et que le taux de croissance réel mondial soit de 3 % par an au cours des 81 prochaines années, l’économie actuelle de 80 000 milliards de dollars atteindrait un peu moins de 880 000 milliards de dollars en 2100. La population mondiale devrait environ être de 9 milliards d’habitants, si bien que le PIB suggère que le revenu moyen mondial serait à peu près de 98 000 dollars par personne. Dans le pire des scénarios, le PIB mondial ne serait que de 810 000 milliards de dollars et le revenu moyen ne serait que de 90 000 dollars par personne. »

En ce qui concerne le changement climatique, Bailey note qu’il n’y a pas de « date d’expiration » imminente. Ce point est partagé par Bjorn Lomborg, président du Copenhagen Consensus Center, un think tank danois qui a pour vocation la mise en œuvre de mesures économiques pour faire face au changement climatique, aux famines, aux maladies et aux autres enjeux mondiaux. Lomborg note que le GIEC lui-même :

« a conclu que les preuves ne permettent pas de soutenir que les inondations, les sécheresses et les cyclones sont en hausse. Les scientifiques ont déclaré qu’il y a un degré de confiance faible dans une tendance observée en matière de sécheresse à l’échelle mondiale, un manque de preuves concernant le signe d’une plus grande intensité et/ou de la fréquence des inondations à l’échelle mondiale et aucune tendance significative observée au cours du siècle dernier dans la fréquence globale des cyclones.

De plus, les scientifiques ont constaté que le réchauffement climatique actuel causé par l’Homme ne peut raisonnablement être lié à aucun de ces phénomènes météorologiques extrêmes – « globalement, il y a un faible degré de confiance dans l’attribution des changements dans l’activité (cyclonique) liée à l’Homme », « un faible degré de confiance dans la détection et l’attribution des changements dans la sécheresse » et « un faible degré de confiance dans le fait que le changement climatique anthropogénique a affecté la fréquence et l’intensité des crues ». Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de problème, mais seulement que les faits comptent. »

Il n’y a que des façons plus ou moins bonnes de réagir aux changements à venir. Contrairement à Thunberg, les meilleurs moyens ne diabolisent pas la croissance économique mais y voient plutôt une solution. « La caractéristique la plus inéluctable de la modélisation du changement climatique n’est pas l’avancée de la mer, mais la croissance économique régulière qui rendra la vie meilleure malgré le réchauffement climatique »écrit Will Boisvert, journaliste scientifique.

La Courbe environnementale de Kuznets, par laquelle les pays deviennent plus riches et leurs citoyens réclament un environnement plus propre, est la règle et non l’exception. Une telle dynamique repose sur l’innovation économique et technologique qui serait difficilement réalisable avec les réglementations promues par les Green New Dealers et les activistes comme Thunberg et Naomi Klein, qui veulent « désintégrer le projet néolibéral » au nom de l’écologisme.

Les biens communs environnementaux ont tendance à se détériorer à mesure que les pays commencent à se développer économiquement – mais une fois que le revenu par habitant atteint un certain niveau, le monde réclame une remise en état des lieux. C’est un modèle en forme de U : la croissance économique nuit d’abord à l’environnement, nous rappelle M. Bailey,

« mais après un certain temps, les choses s’améliorent. D’ici là, le ralentissement ou l’arrêt de la croissance économique retardera toute amélioration de l’environnement, y compris les tentatives visant à atténuer le problème du réchauffement planétaire d’origine humaine. »

Les représentations théâtrales de Greta Thunberg sont probablement sincères, mais ni elles ni les réactions déplorables qu’elles suscitent ne sont un bon moyen de promouvoir une politique environnementale efficace dans un monde qui s’enrichit chaque jour davantage.

Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la moitié de la population mondiale appartient à la classe moyenne ou est désormais plus riche, et le taux de mortalité due aux catastrophes naturelles est bien inférieur à ce qu’il était il y a quelques décennies encore. Protéger toutes ces avancées est aussi important que la protection de l’environnement et, plus important encore, ces deux objectifs ne s’excluent pas mutuellement.

Traduction Brice Gloux pour Contrepoints.

Sur le web

Voir les commentaires (93)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (93)
  • « La croissance économique régulière qui rendra la vie meilleure malgré le réchauffement climatique »
    Et en plus le réchauffement climatique aura aussi des effets positifs. Je pense même que le bilan sera globalement positif. Historique ment les périodes de réchauffement sont des ‘optimum’

    • c est sur que pour la russie ou le canada, le rechauffement est une bonne chose. Par contre pour les pays deja tres chaud, c est une catastrophe. De meme pour les Regions arides comme en espagne ou le sud de la France (ex plaine de la crau)

      A ca s ajoute le pb des vegetaux qui eux ne peuvent pas migrer pour retrouver des conditions favorables. Un sapin va simplement mourrir si il n a plus assez d eau et la temperature monte trop

      • Le réchauffement touchera surtout les latitudes polaires, les zones intertropicales quant à elles seront moins touchées. Quant à l’évolution des précipitations ont est dans le flou.. « on ne sait pas » est la bonne réponse scientifique.

      • Quant aux forêts, elles se portent comme un charme, la surface forestière est en augmentation depuis un siècle en Europe.

        • Malgré la déforestation en Amazonie ?

          • Malgré.
            La déforestation a diminué en Amazonie, et nombre d’endroits sont des zones protégées aujourd’hui.

            • « La déforestation a diminué en Amazonie, et nombre d’endroits sont des zones protégées aujourd’hui. »

              Mais sérieusement, ou est-ce que vous avez vu ça ? Y a jamais eu autant de déforestation qu’aujourd’hui ^^’

              Les zones protégées ne le sont que de nom, les autochtones se font massacrer par les ouvriers des boites exploitant illégalement ces forets et quand ca devient trop voyant, ils mettent le feu …

              • Vous devriez prendre les armes. Avec votre agressivité verbale on ose imaginer que vous pourriez faire reculer ce que vous prétendez qui soi. De quels éléments sérieux disposez vous ? Vous êtes un expert reconnu ? Quand on vocifère ainsi sans apporter de sérieux arguments, on est tout sauf crédible. Continuez à aboyer ainsi…

          • L’Amazonie a migré en Europe ?

        • Très bon rappel. L’équivalent du réchauffisme en astronomie serait de prétendre que la Terre va s’échapper de l’attraction du Soleil, en se fondant sur l’observation d’une partie seulement de l’orbite terrestre et en l’extrapolant avec une droite.

          Le plus triste dans cette histoire, c’est que lorsque le climat va refroidir, on n’aura plus que des éoliennes pour se chauffer. Autant dire qu’on va se les geler.

        • Whoa : « Quant aux forêts, elles se portent comme un charme, la surface forestière est en augmentation depuis un siècle en Europe. »

          Troll ? Les forêts meurent désormais sans action de l’homme à de nombreux endroits et les forêts dans le monde connaissent une chute vertigineuse de biomasse générale tant la déforestation est supérieure aux chantiers de reforestation.

          Les surface forestières augmentent en France du fait nottament des terrains industriels en friche et et la baisse de l’exploitation du bois.

          Les forêts Françaises en elle même voient une baisse drastique de biodiversité, animale comme végétale et si on parle de fôret naturelle, c’est à dire non exploitée par l’homme, le constat n’est pas si bon que ca en France.

        • Citer un « article » qui a été rédigé par deux gus dont l’un semble surtout connu chez contrepoints et l’autre dirige un groupe de conseil industriel, vraiment fiable comme papier.

          • le giec dit bien qu’il est incapable de simuler l’etat du climat..autrement dit il ne sait pas simuler les orages, la pluie grâce qu lois de la physique..trop chaotique et compliqué..
            il est obligé de bricoler…
            sinon d’ailleurs il n’y aurait qu’un modèle..
            on peut bricoler une météo de différentes façons.

          • Ben oui, quand on a plus rien a répondre, on essaye de mettre en cause la crédibilité des auteurs. Classique.
            Essayez donc plutôt de contre-argumenter si les éléments apportés par cet article sont si faux que cela. Mais de toute évidence, vous n’avez rien à dire!

      • Encore faudrait-il qu’il y ait réellement réchauffement. Quand on étudie l’évolution des températures par régions climatiques, certaines se rechauffent, d’autres se refroidissent. Et la température globale est une imposture.

        • « Et la température globale est une imposture. »
          Pas exactement. C’est une méthode de calcul, qui n’a rien à voir avec le court terme dont nous bassinent les pastèques et les médias . Sur le long terme, par exemple un million d’années, cette technique nous permet de constater une loi :
          Elle varie entre un maximum de 17° et un minimum de 6°, celle-ci correspondant aux périodes glaciaires qui se renouvellent périodiquement tous les 100 000 ans.
          Actuellement nous sommes dans une période inter-glaciaire de réchauffement, mais il nous reste de la marge puisque selon les mêmes méthodes notre température moyenne est de 15°.
          Il nous reste 2° à accumuler avant de plonger dans la prochaine période glaciaire.
          Il va sans dire que tout ça n’a pas grand chose à voir avec les activités humaines.

      • Les sapins seront remplacés avantageusement par des cèdres 😉
        Et M. Sapin changera son nom en M. Cèdre 😉

    • Bonjour,
      « Et en plus le réchauffement climatique aura aussi des effets positifs. Je pense même que le bilan sera globalement positif. Historique ment les périodes de réchauffement sont des ‘optimum’ » :
      Quels effets positifs ?
      Bilan globalement positif : développez svp
      Périodes de réchauffement sont des optimums : développez svp car trop facile d’avancer des vérités sans démonstration net exemples.

      • Bonjour gilbertliard
        Des effets positifs comme des hivers moins rigoureux (moins de dépenses de chauffage, moins de verglas). Des étés moins pourris (heliotropisme du tourisme). De l’agriculture favorisé par l’augmentation du CO2 et de la température. Etc..
        Historiquement, les optimun Minoen, Romain, Médiéval sont des périodes fastes, tandis que les périodes

        • ..Périodes glaciaires sont des périodes de famine et de souffrance de la population.

        • Sauf que le regime capitaliste ne se nourrit que de penuries ,les vaches grasses c’est un portefeuille maigre.

        • « Des effets positifs comme des hivers moins rigoureux (moins de dépenses de chauffage, moins de verglas). Des étés moins pourris (heliotropisme du tourisme). De l’agriculture favorisé par l’augmentation du CO2 et de la température. Etc..
          Historiquement, les optimun Minoen, Romain, Médiéval sont des périodes fastes, tandis que les périodes »

          Whoa okay, j’arrete la. Dire avec tant d’applomb autant d’aneries … et bien vous et vos fidèles pourrez continuer de polluer l’esprit tranquile, les générations futur risquent de ne pas avoir le temps de se venger de vous …

          • Bonjour Mr tea
            Revenez avec des arguments. Les périodes de réchauffement sont positifs historiquement pour l’homme et le petit âge glaciaire a entraîné de nombreuses souffrance (XV°-XVIII°).
            D’ailleurs le GIEC a toujours dit que c’était la vitesse de l’augmentation de température qui posait problème.

          • Qui est le troll, ici, Mr_Tea ?

            Vous qui confondez réchauffement climatique et pollution, vous avez besoin d’un petit rattrapage scolaire (niveau 4ème) : le GIEC accuse les GES – dont le CO2 – de provoquer un réchauffement climatique, pas « la pollution ».
            Personne ici n’a envie de polluer, rassurez-vous. Mais les gens n’ont pas pour autant envie de cesser de respirer, de circuler, de se chauffer en hiver, voyez-vous. Cela dit, si tel est votre cas, grand bien vous fasse.

          • Pas d’argument visiblement donc insultes, dénigrement et imprécations sur les « malheureuses » générations futures.
            Décidément, vous nous les faites toutes.

      • @gilbert comme par ex 2 récoltes /an comme en Afrique ? ça vous va comme réponse ?

        • Vous voulez dire comme en Afrique ou la désertification est galopante ?

          • Mon cher, depuis 30 ans qu’on nous parle de réchauffement climatique dû aux GES (réchauffement qui aurait débuté selon le GIEC il y a 150 ans au moins), la population mondiale a augmenté de plus de deux milliards d’habitants ; et pourtant, l’agriculture a réussi à faire face de manière remarquable, puis selon un rapport de la FAO datant de quelques années, le % de personnes souffrant de malnutrition au niveau global a sensiblement diminué.
            En clair : malgré le réchauffement climatique, les rendements agricoles n’ont cessé d’augmenter. Donc venir nous raconter que le RC entraînerait obligatoirement des baisses catastrophiques de rendement agricole est du trollage pur et simple.

          • @Mr tea bon : la Sibérie , le Canada, l Alaska cultivables ça vous semble un nouvelle de quel ordre ? un oeil distrait sur une mappemonde montre que les plus grandes terres émergées sont aujourd’hui …. vides et inexploitées …. bref le réchauffement …. c’est sûr que c’est une catastrophe, hein. D’un autre côté , le refroidissement que les écolos appellent de leurs voeux : 1km 5 de glace sur l’Europe c’est sûr que c’est top génial … no wait … facepalm

          • Lors de l’optimum holocène (-8000-3000 ans) où la température moyenne était comprise entre +4-5° au-dessus de la température actuelle, le Sahara était verdoyant.
            Donc vos prédictions de désertification…

      • Malheureusement, rechercher des effets positifs n’est pas dans le programme des sciences giecquiennes. Ce qui est en soi un gros biais, tout changement apportant des effets positifs et négatifs.

  • Il est assez significatif qu’alors que la petite gourde couine, victime de son incontinence, un président US parle des nations. Car c’est bien là le problème: les nations !

    En particulier, faire semblant d’ignorer la Chine, principal responsable aujourd’hui de la non maitrise de l’émission de CO2 (30% des émissions de CO2 sont chinoises, et on pourrait parler du riz, contributeur majeur aux gazs nocifs) est particulièrement stupide. Elle « bougerait » d’après Macron !

    En réalité, Greta appelle au meurtre: guerre immédiate à la chine, et destruction de ce milliard et demi de criminels !

  • Cette histoire de courbe en U ou on detruit l environnement pour le restaurer apres est certes un fait historique pour l europe. Mais comme je le dit a mes interlocuteurs chinois, etes vous oblige de copier les erreurs qu on a fait ?
    Detruire et essayer de reconstruire coute bien plus cher que preserver (surtout que le Resultat final est moins bon)

    • Sauf qu’on ne maîtrise pas tout, que ce soit en matière économique (le progrès économique commence par accroître les inégalités) , démographique (le progrès sanitaire commence par accroître la population) ou environnementale.

  • Avec des malades comme ca ,y a pas qu’elle ,il y a pas mal de debris a l’onu et dans toutes ces organisations dite humanitaires , c’est sûr que dans 12 ans il ne restera plus rien de vivant et sur deux pattes sur terre !

  • Comment des êtres apparemment intelligents et censés ont-ils pu inviter une gamine à l’ONU mais aussi à l’Elysées en janvier et à l’Assemblée nationale en juillet ?
    Je ne peux jamais me départir de la citation de Mark Twain :« Je me demande parfois si le monde est dirigé par des gens intelligents qui se moquent de nous ou par des imbéciles qui y croient vraiment ».

    • Il a aussi dit :

      ‘ Admettons que je soie un membre du congrès, et admettons que je soie un parfait imbécile,…
      Mais je me répète là ! ‘

    • Le monde est dirigé par des pervers qui se prennent pour une élite.

    • Cela prouve qu’ils ne sont pas intelligents mais démoniaques.

    • @goufio c’est un leurre, un piège à cons . Nos hommes politiques n’ont rien à offrir à 80% des jeunes . Avant, quand ça n’allait pas, les politiques inventaient un ennemi extérieur ou intérieur : les juifs , les riches ,les étrangers, les pays voisins . Ils ne peuvent plus car ces créneaux sont pris par les extrêmes. Alors l’écologie joue ce rôle. Ca occupe les jeunes et les moins jeunes décérébrés et ça permet de taxer . Ils useront cette corde jusqu’à la garde.

    • @goufio : Je pense que c’est Platon qui a le mieux cadré la gamine autiste, larmoyante et revendicatrice : « Lorsque les pères s’habituent à laisser faire les enfants,
      Lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles,
      Lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter,
      Lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu’ils ne reconnaissent plus au dessus d’eux l’autorité de rien ni de personne,
      Alors c’est là, en toute beauté et en toute jeunesse, le début de la tyrannie ».

  • Climat Environnement & Énergie a publié:

    Les « guerriers du climat » vaincus par la banquise

    Par Rémy Prud’homme, professeur des universités

    Tous les savants du monde, d’Al Gore à Greta, le savent et le disent : la banquise du pôle nord fond rapidement. En fait, elle a déjà fondu. En 2007, Al Gore, conjointement avec le GIEC, recevait le prix Nobel (de la paix, pas de science, mais passons), et il déclarait à Oslo : « La banquise est en chute libre … Une étude récente nous avertit qu’elle pourrait avoir
    complètement disparu l’été dans sept ans seulement. Dans sept ans. » En 2014 donc. Les membres du GIEC présents avaient chaleureusement applaudi ce magnifique discours prophétique.

    Armés de beaucoup de courage, et surtout d’argent, 17 guerrier/ère/s du climat (c’est ainsi qu’ils se nomment) ont donc, fin août 2019, affrété un bateau de croisière suédois spécialisé, le Malmö, fonctionnant au mazout, et sont partis vers le pôle nord. Ils voulaient voir par eux mêmes la mort de la banquise, et la filmer pour l’éducation des masses encore ignorantes.

    Ils ont vu.

    Arrivé aux îles Svalbard, à 1400 km du pôle, le Malmö a été bloqué, puis encerclé par les glaces, comme dans un roman de Jules Verne. La banquise-qui-n’existe-plus avait gagné. Plus moyen d’avancer, ni de reculer. Les ours blancs, qui-ont-également- disparu, nombreux dans ces parages, et affamés, pouvaient venir manger nos valeureux et savants combattants. Ces derniers ont du être secourus par hélicoptère (toujours au mazout). On ne sait pas si cette retraite stratégique a été filmée par l’équipe de cinéastes embarquée.

    Bien entendu, cette histoire hilarante ne prouve rien du tout sur l’évolution du climat à moyen ou long terme. Mais elle renseigne sur l’instrumentalisation de la science de l’environnement.

    L’évolution de la banquise arctique, qui est un phénomène complexe, est en fait étudiée et bien connue.

    L’Institut Météorologique Danois, ou le Centre de données sur la neige et la glace arctique de l’Université du Colorado, par exemple, permettent de suivre les évolutions en temps réel. Si au lieu de crier avec les loups nos militants cherchaient à s’informer, ils sauraient que la banquise du pôle nord, qui s’est beaucoup réduite dans les années 1990, a tendance à se stabiliser depuis une quinzaine d’années : en septembre 2019, elle est certes moins étendue qu’en 1990, mais elle est plus étendue (d’environ un million de km carrés, excusez du peu) qu’en 2012. Et ils auraient fait preuve d’un peu plus de prudence.

    La mésaventure du Malmö n’aura certainement pas entamée les certitudes de nos hélitreuillés. Comme dit

    Proust : « Les faits ne pénètrent pas dans le monde où vivent nos
    croyances, ils n’ont pas fait naître celles-ci, ils ne les détruisent
    pas ils peuvent leur infliger les plus constants démentis sans les
    affaiblir ».

  • instrumentaliser une jeune autiste malade de surcroît pour faire cracher au bassinet , faut etre bien pourri quand meme non?
    ces verdâtres me font gerber

  • Le système solaire se réchauffe en son entier, les calottes glaciaires sur Mars fondent, les autres planètes ce sont transformées en 30 ans, Pluton qui sort du système solaire a pris 6°. Mais nous on se réchauffe grâce au CO2 et les pets des vaches . Le CO2 est la conséquence du réchauffement, pas l’inverse, toutes les mesures empiriques sur des carotages de glace le prouve. L’humain est nombriliste.

    • François Gervais dans son ouvrage « L’urgence climatique est un leurre » démontre que le CO2 est la conséquence du réchauffement avec d’autres scientifiques dans le monde entier. Mais pas touche à la doxa écolo-médiatico-politico-socialo-colapsologue… car elle ne peut avoir tord puisqu’elle le dit.

  • La seule réaction sensée est de faire la grève de l’écoute de Greta, et pas seulement le vendredi après-midi. Du coup, tous ces prétendus problèmes restent dans les limbes, et l’on peut enfin profiter de la vie, bien meilleure que celle de nos parents, sans états d’âme.

  • A propos d’Alexandria Occasional Cortex et de Thunberg : Greta veut nous emmener à l’ère du GRÉTACÉ, une ère quasiment identique à celle du crétacé… Tandis qu’AOC veut en finir avec la reproduction humaine. (Parodie pour la première, pas pour la seconde non moins vénérée par les médias) :

    *
    https://www.facebook.com/realjohnausten/photos/a.1080285608822470/1213683945482635/?type=3&theater

  • Greta est l’hétitière du club de Rome qui tenait des discours catastrophistes contre la croissance dans les années 70, avec les mêmes idéologues malthusiens derrière.
    Entre temps, ils ont affiné leurs méthodes et pris la main sur la plupart des médias. Plus grave: sur certains milieux scientifiques et universitaires, et pas seulement en rapport avec le climat.

    • Vous avez oublié que le Club de Rome avait théorisé le Refroidissement climatique, qui n’a pas eu lieu, mais comme la mémoire s’affaiblie au delà de trois mois, les gens n’y verront que du feu ou de la glace.

  • J’ai déjà vu et entendu son discours … entre 2 biscottes. Nulle envie de répéter ce genre d’ânerie. Autre chose à faire 😉 Par exemple la voir manger des bananes bio de Suède 😉 Que c’est apaisant 🙂

  • « Les représentations théâtrales de Greta Thunberg sont probablement sincères, mais ni elles ni les réactions déplorables qu’elles suscitent ne sont un bon moyen de promouvoir une politique environnementale efficace dans un monde qui s’enrichit chaque jour davantage. »
    Faux ! les extremistes de tout poils usent et abusent de violence et de mensonges dans leurs inepties. Pourquoi ne pas utiliser le même verbiage puisque, trop souvent, la raison et le bon sens n’a aucun impact
    Ce sont toujours les faibles qui sont massacrés, les fanatiques s’en sortent toujours

  • Direct panier , d’ailleurs cela n’a pas fait meme un entrefilet dans nos journaux

  • @ Yvo
    N’avez-vous pas peur de balancer des infos scientifiques dans un monde pas préparé à les comprendre ?
    Souvenez-vous donc de : « et portant elle tourne ! » la vérité peut coûter très cher à celui qui la sort de son buffet le premier !
    Toutes vérités d’ailleurs !
    Quant à Greta, oui elle est sincère, elle ne peut mentir puisque seule comptent la vérité et la justice pour un Asperger, mais il faudrait se tourner vers ses parents, puisque Asperger aussi (génétique oblige),
    qui eux-mêmes devraient se tourner vers leurs parents… on n’en finirait plus.
    Greta a été biberonné à des théories de catastrophisme elle ne peut que les croire, et même les vivre, c’est son thème d’intérêt spécifique.
    (caractéristique du syndrome Asperger qui n’est pas une maladie ni psychologique ni psychiatrique)
    Les responsables de tout ce cirque sont ceux qui la mettent en avant, elle, avec ses petites nattes si touchantes, qui lui permettent de manquer l’école, qui lui paient les voyages pour ses représentations, ou les organismes (que cela arrange) qui invitent cette fillette à jouer sa partition mélodramatique.
    Elle-même n’est que la flèche, qui est l’archer ?
    Le(s) seul(s) à accabler ! Quel est son (leur) plan ? projet ? but ?

  • Cet article aurait été fondé sur quelque chose, si 24h plus tôt, le GIEC n’avait pas « encore » publié une étude alarmante revoyant « encore » à la hausse les dégats commis par l’Homme et leurs éffets dévastateurs.

    Mais j’imagine que quand le libéralisme aura permit de tout bétonner on évoluera naturellement vers une espèce d’humain mangeurs de béton ?

    • Comme dans l’ex URSS, au fut et à mesure qye la population était informée grâce aux dissidents, la propagabde s’accentuait. Greta est une grande opération marketing pour essayer de sauver le RCA.
      Remarquez bien qu’auparavant, on a enterré plus discrètement le trou dans la couche d’ozone, et plus encore avant, le refroidissement des années 70. Arguments différents, toujours les mêmes buts.

    • Le GIEC a encore trouvé une nouvelle méthode d’extrapolation, exponentielle d’exponentielle, qui devrait le discréditer auprès de n’importe quel esprit scientifique. Mais évidemment, les esprits genre tract de propagande à la Greta sont fermés à ça, et préfèrent le sentiment à la raison. Heureusement que l’esprit libre existe encore chez les Libéraux !

    • Bref, on va encore tous plus mourir !!!!

    • Les médias ont mis en avant le scénario le plus pessimiste, le RCP 8.5 avec un CO2 a 1200 ppm alors qu’il a augmenté de 80 en 50 ans. Pas très réaliste..
      Je vous rappelle que c’est le libéralisme qui vous donne les moyens de troller sur le net, mais le libéralisme donne la liberté d’opinion contrairement aux anti-liberaux .

      • C’est aussi le libéralisme qui a permit à la science de progresser, et de financer les scientifiques du GIEC.
        Combien de personne au GIEC proviennent de pays non capitalistes ?

    • Le CO2 n’est pas en cause.

    • La belle affaire! Un nouveau modèle à l’évolution encore plus catastrophique et toujours plus en décalage avec la courbe des températures moyennes réelles.
      Courbe des températures moyennes réelles que le GIEC est toujours incapable de modéliser 🙂 . Et il faudrait les croire quand ils prédisent des catastrophes…

  • Ces gens qui comme Greta Thunberg ou même le GIEC prétendent annoncer l’avenir dans 80 ans alors qu’ils ne savent pas ce qui va arriver dans une heure, encore moins prévoir le temps qu’il fera dans une semaine, sont aussi crédibles que Mme Irma.
    Sainte Gretirma Thunberg ferait mieux de retourner à l’école.

  • Je voulais poster ce lien, merci de l’avoir fait.

    500 scientifiques (et pas en bonne partie faux comme ceux figurant sur la liste des 15000 avancée par les climato-alarmistes) qui interpellent l’ONU, voilà qui devrait, sinon faire la Une de nos médias, du moins les intéresser, qu’il y ait un débat… mais non, les médias mainstream sont devenus de simples caisses de résonnance des gouvernants, telle la Pravda de sinistre mémoire.

  • Greta ne serait pas asperger !
    https://lesobservateurs.ch/2019/09/27/a-propos-du-syndrome-dasperger-de-greta-thunberg/
    Est-ce que maman a fait golo golo dans l’igloo ?

    • Votre article est un peu exagéré.
      Le terme « autiste » souvent employé dans les médias est trop réducteur. Le terme exact est Trouble du Spectre Autistique (TSA) qui englobe un ensemble de pathologies et symptômes du même ordre mais dont l’expression peut être (très) variable d’un sujet à l’autre allant des cas graves à la socialisation impossible (internement en maison spécialisée) aux cas bcp plus légers vivant presque normalement.
      L’Asperger est un petit sous-groupe des TSA. Comme pour les autres TSA, il y a des cas lourds et d’autres bcp plus légers
      Ce qui est exact, c’est que la prise en charge de ces cas devrait faire en sorte de les sortir de leur(s) idée(s) fixe(s) et de leur offrir d’autres perspectives en dehors de cette idée fixe. Ce qui n’est visiblement pas la préoccupation de l’entourage de GT, les enjeux idéologiques et financiers primant visiblement sur son futur équilibre psychologique et psychiatrique.

      • C’est bien de confirmer la qualité de l’article !

        • Ben non justement. Elle peut très bien être Asperger à un degré léger qui fait qu’elle peut s’exprimer devant une assemblée. Cet article est ridicule, écrit par qq qui « en a fréquenté beaucoup » et non par un neuropsy.

  • Qu’il est bô le monde de l’information=doxa ! L’avis des autres et la contradiction ne font plus partie de la démarche scientifique.
    Le monde bô-bobo, hérité de 68 qui est anti-capitaliste, car le travail est difficile, c’est la gauche qui le dit, il est aliénant, donc c’est vrai. Mais comme il faut du « pognon de dingue » pour vivre confortablement à ne rien faire, les besogneux sont nécessaires pour payer les taxes prévues par T. Piketty (jusqu’à 90 %). Mais au delà, sera t-il vraiment nécessaire puisqu’il vient d’être découvert la Nouvelle Théorie Monétaire qui consiste à créer du déficit et de la dette par les banques centrales pour financer tous les caprices et en premier la lutte contre le réchauffement climatique selon les programmes des démocrates US dont Alexandria Ocasio-Cortez (29 ans) et Bernie Sanders (78 ans) veulent imposer aux USA et commence à séduire notre grand pas-économiste/agrégé de lettres modernes Bruno Le maire

  • « Si l’humanité ne fait absolument rien pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, le pire scénario serait que le PIB mondial en 2100 serait de 8,2 % inférieur à ce qu’il serait autrement. »

    Ce passage est énorme.
    C’est confirmé, ceci, que le GIEC ne voit qu’un tel impact sur la croissance ? Et la mise à jour 2019 ?

    On est loin, mais vraiment loin de l’effondrement de la civilisation qui justifierait une décroissance dont on peut prédire que les conséquences seront dramatiques.

    Les générations futures ne seront juste que 10x plus riches.
    « Jeunesse et rêves sacrifiés », qu’elle disait…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Saul Zimet.

Les chiffres de la croissance économique pour le premier trimestre de cette année sont tombés, et ils sont lamentables. Dans l'économie très réglementée des États-Unis, nous en sommes venus à nous attendre à des taux de croissance faibles. Mais une croissance négative est particulièrement mauvaise, ne se produisant que dans des conditions économiques terribles. Et pourtant, décroître est précisément ce qu'a fait l'économie américaine au cours des trois premiers mois de 2022.

Selon un communiqué du département du ... Poursuivre la lecture

12
Sauvegarder cet article

Nouvelles gesticulations gouvernementales alors que des orages assez violents ont traversé la France il y a quelques jours : pour les ministricules de la République, pas de doute, voilà un nouveau signe du réchauffement climatique forcément anthropique contre lequel il faut lutter au quotidien, de préférence avec des petits gestes inutiles mais religieusement effectués pour apaiser Gaïa.

C'est ainsi qu'Amélie de Montchalin, propulsée ministre des Trucs Verts en Transition après cinq années de succès retentissants au service de la Macro... Poursuivre la lecture

À partir du moment où l’on admet qu’il existe des « limites à la croissance » comme l’a théorisé le rapport Meadows publié par le Club de Rome en 1972, ou lorsqu’on pense comme Jean-Marc Jancovici que « la planète n’acceptera pas d’avoir 10 milliards d’habitants », dans le droit fil des prédictions apocalyptiques sur l’impossibilité d’obtenir une production alimentaire en phase avec la croissance démographique formulées aux alentours de 1800 par l’économiste britannique Thomas Malthus, on en vient assez rapidement à vouloir imposer un mode de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles