40 ans de déficits publics en France

Un dîner-débat organisé par le Cercle Frédéric Bastiat ce week-end évoquera les 40 années de déficit public de la France.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

40 ans de déficits publics en France

Publié le 29 novembre 2019
- A +

Par le Cercle Frédéric Bastiat

Les comptes consolidés des administrations publiques (État, collectivités locales, sécurité sociale et établissements publics administratifs) n’ont jamais été équilibrés au cours des 40 dernières années. En conséquence, la dette publique est passée de 21 % du PIB à la fin de 1979 à 98 % à la fin de 2018.

Le déficit public s’est creusé pendant les périodes de récession ou de faible croissance du PIB, sous l’effet d’une baisse mécanique des recettes et de mesures de relance de l’activité, et il n’a jamais été suffisamment réduit pendant les années où la conjoncture économique y était plus favorable.

Les dépenses publiques sont passées de 45 % du PIB en 1979 à 56 % en 2018. Cette hausse résulte principalement des prestations sociales, plus particulièrement des retraites et des dépenses d’assurance maladie. Le taux de croissance des dépenses publiques a diminué dans les dix dernières années mais moins fortement que le taux de croissance du PIB.

Les prélèvements obligatoires (qui ne sont pas les seules recettes des administrations publiques) sont passés de 39 à 45 % du PIB entre 1979 et 2018. Les baisses des impôts et cotisations sociales n’ont jamais été accompagnées d’une baisse équivalente des dépenses publiques et, jusqu’à présent, ont toujours été suivies par des hausses des prélèvements visant à redresser les comptes publics.

La France est singulière sur de nombreux points : elle est, en 2018 et en pourcentage du PIB, au premier rang de l’OCDE pour les dépenses publiques et les prélèvements obligatoires, au troisième rang de l’Union européenne pour le déficit public. D’autres pays ont su redresser leurs comptes publics en réduisant sensiblement et durablement leurs dépenses.

En particulier, la situation des finances publiques était très proche en France et en Allemagne jusqu’au début des années 2000. L’Allemagne a alors réalisé des réformes difficiles que nous n’avons pas su faire. En conséquence, les dettes publiques des deux pays divergent fortement : alors que la dette de la France tangentait les 100 % du PIB à la fin de 2018, celle de l’Allemagne se rapprochait rapidement du seuil de 60 % fixé par le traité de Maastricht. Ces évolutions divergentes sont inquiétantes pour l’avenir de la zone euro.

Le dîner débat aura lieu

Le samedi 30 novembre 2019 à 19 h 30

À l’hôtel Sourcéo, à Saint-Paul-Lès-Dax

et sera animé par

Monsieur François Ecalle1

Ci-joint le bulletin d’inscription. Coupon d’inscription dîner débat 30 novembre 2019

Pour tout renseignement complémentaire, www.bastiat.net.
Pour contacter le Cercle à : cercle.bastiat@gmail.com ou au 05 59 45 36 47.

  1. François ECALLE est conseiller maître à la Cour des comptes, en situation de disponibilité (congé sans solde) pour présider l’association Finances Publiques et Économie (FIPECO) qui anime un site Internet sur les finances publiques. Il a été pendant plusieurs années responsable du rapport annuel de la Cour des comptes sur la situation et les perspectives des finances publiques et a été membre du Haut Conseil des finances publiques. Il est chargé d’un cours sur la politique économique à l’université Paris I.
Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • quand je vois mon salaire du mois d’août passé de passé de 1430 euros brut à 1104 euros net , ça fout un peu les boules surtout quand on sait comment est géré , si je puis dire , cet argent par l’état ;

  • Nos Élus de république devraient solliciter d’aide de leur(s) femme(s) de ménage pour établir les budgets… A priori, elle sont plus douées pour gérer leurs finances tout en étant payé au lance-pierre, elles n’ont pas accumulé 40 ans de déficits (sinon, elles seraient en prison à chez les alliénés depuis longtemps !).

  • « Débat animé par » ou « conférence de »? Ceci dit, François Ecalle est l’un des meilleurs spécialistes de la comptabilité publique. Son site fipeco est une mine de renseignements précieux sur ce sujet.
    Ne mélangez pas tout. Certes l’argent des contribuables est fort mal utilisé. Cela n’empêche pas de tenter de comprendre comment. Et sur ce comment, F. Ecalle est l’un , sinon le meilleur spécialiste.

  • aux déficits gigantesques cumulés correspond un accroissement gigantesque du nombre de fonctionnaires !
    1980 = 2,5 millions de fonctionnaires; 2015 = 6,5 millions !
    on se fout de la gueule de qui là ?

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

 « Le Maire demande de nouvelles coupes budgétaires après le dérapage du déficit. »

Bruno Le Maire ne comprend pas pourquoi le déficit 2023 a explosé. La réponse est qu’il est mauvais. Et cynique. Bruno Le Maire voudrait nous faire croire que Le Maire Bruno, son patron Macron et sa clique, qui depuis sept ans conduisent la France à l’effondrement pourraient nous en sortir.

Il veut donc faire des économies « massives »... dix milliards... C’est en effet impressionnant, rapporté aux 154 milliards d’euros du déficit 2023, au défic... Poursuivre la lecture

Un article de l'IREF.

En janvier dernier, dans un entretien accordé au Journal du Dimanche, le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, annonçait la fin du « quoi qu’il en coûte ».

L’examen parlementaire en cours des projets de loi de finances de fin de gestion pour 2023, et de loi de finances pour 2024 montrent à l’inverse que, loin d’être fini, le « quoi qu’il en coûte » se poursuit. Et ce en dépit d’un goulet d’étranglement appelé à se resserrer du fait de l’aggravation de la charge de la dette dans les prochai... Poursuivre la lecture

Un article de l'IREF.

En 2022, pour alimenter un fonds pour le climat et la transformation énergétique  – KTF – de 212 milliards d’euros, le gouvernement allemand avait puisé à due concurrence dans les réserves non utilisées d’un autre compte, constitué en 2021 pour contribuer à l’amortissement de l’impact du coronavirus. Mais celui-ci avait bénéficié d’une suspension des règles du « frein à l’endettement », en raison de la pandémie. Ce qui ne pouvait plus être le cas du fonds KTF.

La CDU/CSU, les conservateurs dans l’opposition... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles