Crise des urgences : les mauvaises solutions proposées par l’État (4)

Ce que prévoit le plan d’Agnès Buzyn pour désengorger les services d’urgences consiste à réinventer l’eau tiède, à singer le marché.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Crise des urgences : les mauvaises solutions proposées par l’État (4)

Publié le 17 novembre 2019
- A +

Par Patrick de Casanove.

Agnès Buzyn veut résoudre le problème de l’affluence aux urgences par la mise en place d’un plan de 750 millions sur trois ans.

Ce plan consiste à réinventer l’eau tiède, à singer le marché, savoir organiser ce qui auparavant se faisait spontanément, ou qui aurait pu se faire si la liberté de travail avait existé.

Ce qui va être fait

La grande nouveauté est à trouver du côté de la mise en place d’un « tout nouveau service public » d’ici à l’été 2020 avec la création d’un « service distant universel » dont le but est de « répondre à toute heure aux demandes de soins » des Français.

Son nom : le service d’accès aux soins (SAS).

En clair, ce service aux contours encore flous devant être éclaircis en novembre prochain, offrira au patient des « conseils », une « téléconsultation » ou encore des « télésoins »… Et lui permettra de prendre rendez-vous avec un médecin généraliste dans les 24 heures en fonction des troubles qu’il aura rapportés.

Son objectif est de venir à bout des 43 % de passages aux urgences présentés comme évitables si ce patient avait su à qui s’adresser pour se faire soigner, peut-on lire dans le dossier de presse présentant ces mesures.

Les détails de ce service d’accès aux soins (SAS) seront annoncés au mois de novembre.

Une mutualisation des numéros de téléphone d’urgence (15, 18, 112, 116, 117) pourrait également voir le jour.

Un service public pour sauver un service public c’est le serpent qui se mord la queue.

Le ministre veut aussi « renforcer l’offre de consultations médicales sans rendez-vous » : pour désengorger les services d’urgences, le plan d’Agnès Buzyn entend par exemple s’appuyer sur les communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS), dispositif né en 2016, destiné à regrouper les professionnels de santé d’un territoire autour d’un projet médical pour assurer des soins de base.

La nouveauté, à en croire la ministre, réside dans son déploiement ambitieux : « L’objectif étant de 1000 CPTS en 2022 ». Or, librement organisés, il y avait toujours une place pour une consultation urgente, ou non.

L’élargissement des compétences aux professionnels non-médecins : pour prendre en charge certains patients, des « protocoles de coopération » pourront voir le jour fin 2019 pour permettre d’une part aux kinésithérapeutes de prendre en charge les lombalgies et les entorses de la cheville et d’autre part aux pharmaciens et aux infirmiers de s’occuper des « pathologies simples ».

Les pharmaciens pourront également « renouveler ou adapter » des ordonnances prescrites.

Soit autant de dispositions déjà initiées par la réforme de l’hôpital de 2009 et réaffirmées par la loi Santé votée au mois de mars dernier.

On entre là dans la délégation de tâches.

Cette partie du dossier ne peut être traitée si l’on oublie que le médecin, aujourd’hui en France, est noyé dans des tâches non médicales et sous une paperasse sans cesse croissante.

La création du métier d’assistant médical, sa mise à disposition en tout petit nombre et sous conditions ne résoudra pas grand-chose.

Ce métier existe depuis belle lurette en Suisse, pour tous les cabinets et avec d’autres équipements que ceux de nos pauvres cabinets de médecine générale.

Bref, ce sont des réponses techniques à un problème politique, parce que les choix en matière de santé sont faits sur des critères politiques.

Ce qu’il faudrait faire

Il y a pénurie. Si la cause n’est pas clairement identifiée et traitée, la pénurie persistera.

Nous aurons une pénurie subventionnée, mais une pénurie tout de même.

C’est la même chose pour la pauvreté induite par le socialisme et abreuvée d’aides sociales. Les pauvres sont toujours pauvres, mais aidés. Or l’objectif devrait être qu’il n’y ait plus ni pénurie, ni pauvres.

La Sécurité sociale n’est plus qu’une entité administrative dont le but est de survivre.  » Il faut sauver la Sécu  » est le B.A-BA de la politique de santé en France alors que, pour le plus grand bénéfice des Français, il devrait s’agir de prendre « en charge leurs soins quelles que soient leurs ressources, leur situation ou leur état de santé. » comme rappelé supra dans les rôles dévolus à la Sécu.

Le système social français repose sur une erreur anthropologique qui consiste à croire que l’être humain est incapable de choisir avec discernement.

À partir de là les gouvernants, qui sont pourtant des êtres humains, décident pour lui. Ils lui enlèvent son libre arbitre et sa responsabilité. Ce faisant, ils détruisent son humanité.

« Ce n’est pas un moindre inconvénient à eux de détruire le principe de la responsabilité ou du moins de la déplacer. La responsabilité ! Mais c’est tout pour l’Homme : c’est son moteur, son professeur, son rémunérateur et son vengeur. Sans elle, l’Homme n’a plus de libre arbitre, il n’est plus perfectible, il n’est plus un être moral, il n’apprend rien, il n’est rien. Il tombe dans l’inertie, et ne compte plus que comme une unité dans un troupeau. » Frédéric Bastiat, Services privés, service public (1850)

Il n’est pas possible de corriger plus de 70 ans d’errements politiques sans aller plus loin que  verser 750 millions pour solde de tout compte.

Depuis 70 ans l’État a montré non seulement son incapacité à assurer une protection sociale pour tous mais aussi sa propension à aggraver le problème.

Le modèle social de 1945 est en faillite.

Disparition des incitations productives, nombre insuffisant de médecins formés, tout cela entraîne des pénuries dont les urgences, pour ce qui nous occupe aujourd’hui, ne sont qu’une des victimes. Les pénuries entraînent des rationnements.

Nous l’avons vu, mal-investissement, pénuries et rationnement sont des signes caractéristiques, pathognomoniques dirait un médecin, d’un système socialiste.

Pour venir à bout de la pénurie il faut créer l’abondance et la prospérité. Il faut donc sortir du socialisme et faire le choix d’un autre modèle social.

Il faut revenir sur le système des droits sociaux qui sont de faux droits. Ce ne sont que des droits de tirage sur la société, des droits-créances sur le travail d’autrui.

Il ne faut plus bâtir la société sur le vol, sous le fabuleux alibi de la solidarité. La première chose à faire sera de revenir aux droits naturels : rendre la liberté et respecter de la propriété privée.

La liberté de choisir

Ce choix de société doit revenir aux Français directement grâce à la liberté de choisir le service qui leur convient le mieux ; cela signifie que l’État doit se retirer pour qu’une protection sociale, un accès au soins de meilleure qualité, soient mis en place.

« C’est pourquoi, chaque fois que nous ne voulons pas qu’une chose soit faite par le gouvernement, il en conclut que nous ne voulons pas que cette chose soit faite du tout. Nous repoussons l’instruction par l’État ; donc nous ne voulons pas d’instruction. Nous repoussons une religion d’État ; donc nous ne voulons pas de religion. Nous repoussons l’égalisation par l’État ; donc nous ne voulons pas d’égalité, etc. C’est comme s’il nous accusait de ne vouloir pas que les Hommes mangent, parce que nous repoussons la culture du blé par l’État. » Frédéric Bastiat, La Loi (1850)

Pour que les Français exercent leur pouvoir d’achat ils doivent disposer de l’intégralité de leurs ressources : pour le salarié, recevoir son salaire complet, pour un pensionné l’intégralité de ses pensions, pour un non-salarié conserver l »intégralité de son chiffre d’affaires diminué des frais nécessaires à l’exercice de sa profession.

Ce dispositif est complété par une imposition simple, faible et proportionnelle pour remplacer le fatras étouffant actuel.

À partir de là, la protection sociale ne sera plus un monopole étatique mais sera ouverte à la concurrence.

Les Français auront la liberté de choisir entre la Sécurité sociale, les mutuelles ou les assurances. Ils n’auront qu’un interlocuteur au lieu de  deux actuellement.

Chacun choisira le contrat qui lui convient et pourra librement en changer.

Bien entendu personne ne sera, et ne pourra être exclu pour raison de santé. Il existera une grande souplesse dans les contrats. Puisque les assurances et les gens seront liés par des contrats ils seront obligatoirement respectés. Là est le rôle de l’État. Alors qu’aujourd’hui aucun contrat ne garantit au Français qu’ils seront remboursés. Le remboursement dépend du caprice du législateur.

Le prix des services médicaux sera libre. Les médecins organiseront leur cabinet comme ils l’entendent en horaires, personnel et matériel.

Ils ne seront plus soumis à des contrôles comptables, ni victimes de délits statistiques. Le contrôle qualité sera fourni, par exemple, par les sociétés savantes.

Grâce aux vertus de la responsabilité et de la concurrence, si le service rendu par le médecin convient, les honoraires demandés seront acceptés. Si le service ne convient pas la personne trouvera ailleurs le service qui lui convient, ou les honoraires seront revus à la baisse.

« La responsabilité, c’est l’enchaînement naturel qui existe, relativement à l’être agissant, entre l’acte et ses conséquences ; c’est un système complet de peines et de récompenses fatales, qu’aucun Homme n’a inventé, qui agit avec toute la régularité des grandes lois naturelles, et que nous pouvons par conséquent regarder comme d’institution divine. Elle a évidemment pour objet de restreindre le nombre des actions funestes, de multiplier celui des actions utiles ». Frédéric Bastiat, Responsabilité (1850)

La médecine générale comme la médecine hospitalière retrouveront leur attractivité.

Les besoins seront satisfaits par la merveilleuse loi capitaliste qui veut que si un besoin existe quelqu’un y rpondra dans un échange libre, pour un prix satisfaisant les parties.

Dans ce contexte, à partir du moment où un besoin de prise en charge des urgences existe, il sera pourvu au meilleur prix et sans gaspillages, et les médecins innoveront pour y répondre.

Voir les commentaires (25)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (25)
  • la solution est simple, simplissime..
    faire payer le patient!

    • Bah , il paie de sa personne..quand c’est gratuit….

    • Oui, à condition qu’on ne lui ait pas volé une (très grande) partie de ses ressources… (« Pour que les Français exercent leur pouvoir d’achat ils doivent disposer de l’intégralité de leurs ressources : pour le salarié, recevoir son salaire complet, pour un pensionné l’intégralité de ses pensions, pour un non-salarié -e. g. les agents de santé- conserver l’intégralité de son chiffre d’affaires diminué des frais nécessaires à l’exercice de sa profession. »), et que l’état ne se mêle pas -plus- de ce qui ne le regarde pas (l’organisation monopolistique du système de santé).

      • Ce n’est quand même pas le prix de la consultation qui gréverait le budget de la majorité de la population des urgences…sauf si il y a répétition des consultations et l’effet dissuasif empêcherait cette répétition…
        Une solution : payant et remboursement si la consultation aux urgences est justifiée. Exactement comme quand on va voir certains spécialistes sans être passé par son généraliste référent. Bon d’accord, vu l’ambiance explosive qui règne quelquefois aux urgences il faudrait un vigile en permanence à côté du guichet de caisse… On me dit dans l’oreillette que cela existe déjà…?

  • Bonjour,
    On le système actuel dérèsponsabilise les clients et les médecins, et personne n’a intérêt à contrôler les prix, sauf l’état qui ne peut pas faire grand chose, élections oblige.

  • Les Francais sont incapable d’imaginer leur vie sans la présence de l’état nounou partout. il n’y a qu’a les voir en demander et en redemander.
    Toutes ces belle théories sur les prises de conscience et la liberté sont superbe et j’y adhère, malheureusement , dans ce pays il n’y aura aucune réforme de fond possible, les esprits sont à tous les niveaux beaucoup trop marxistes,embrigadés depuis l’école maternelle jusqu’au cimetière.
    Nous finirons comme tous les pays marxistes, pauvres,ruinés et détruits mais fier de notre état qui lutte contre un libéralisme débridé grace à une nomenclatura qui elle ne manquera de rien.

    • Tout à fait, les gens (mon entourage) pensent que sans assurance maladie, on ne pourrait pas se soigner.
      Alors que l’état providence est récent et que des exemples étrangers montrent que cela fonctionne sans.
      C’est comme à l’époque du monopole d’Air-France, le discours sur les charters présentait ceux-ci comme dangereux.

    • Bravo, très bonne analyse. Je rajouterai juste volés.

  • L’observation et l’analyse des files d’attentes aux urgences contient, pour une bonne partie, la solution du problème. Le Numerus-clausus et d’autres multiples conneries décidées par nos élus ou se trouvait jusqu’à il y a peu une surreprésentation du milieu médical, explique le reste. Il n’y pas a se plaindre, les « symptômes » et les « remèdes » de la « pathologie » sont parfaitement et totalement connus et identifiés.

  • Il faut dire aussi que les mentalités ont bien changé en 60 ans: jadis un jeune médecin était fier de fixer sa plaque dans un endroit où il pensait rapidement établir une clientèle car il avait observé un certain manque de médecins dans la région. Et ce, même en pleine campagne.
    Aujourd’hui, nombre de diplômés ne rêvent que d’une chose: devenir salarié pour ne pas avoir la responsabilité qui incombre au médecin de famille, comme on l’appelait dans le temps.
    Cs bine un exemple de la marxis

    • C’est bien un exemple de la marxisation des esprits: plus peprsonne ne veut prendre de responsabilité. On rejette tout sur l’état anonyme.

  • et qui est LE grand PATRON de l’hôpital en France??? Martin Hirsch et devinez son statu « énarque » ancien directeur d’Emaus passé directement patron de l’hôpital français. Elle est pas belle la vie ???

  • D’autre part, ce qui interroge, c’est certes la population augment et donc mécaniquement la demande également. Cependant tous les jours …. la médecine progresse et parvient à guérir ce qu’elle ne pouvait il y seulement 50 ans en arrière. En conséquence ce que j’ai un mal fou à comprendre c’est que plus la médecine progresse plus le nombre de nécessiteux augment à une allure vertigineuse.
    La nouvelle réponse des » supérieurs intelligents » d’un coté la matraque les gaz lacrymo et les LBD dont les victimes achèvent leur journée aux urgences et est une nouvelle usine à gaz qui réclamera à cor et à cris des moyens supplémentaires et ainsi de suite jusqu’ à l’apocalypse. Nous vivons une époque moderne.

  • En fait, bien des gens vont aux urgences de l’hôpital faute d’avoir la possibilité de voir un médecin de ville. Privilège de l’âge, je me souviens bien d’un retour de vacances en 1972 (!) avec notre fille âgée de 4 ans qui avait une très forte fièvre (en fait un début de pneumonie). Nous nous sommes arrêtés dans le prochain village et sommes tout simplement entrés dans le cabinet du médecin du village qui nous a reçus et soignés. De même, dans les années 1980 à Lyon, je pouvais avoir un rendez vous d’urgence (le lendemain à 7.!!!) chez un urologue et aussi un dermatologue. Aujourd’hui, je cherche un RV de dermato pour une affection que mon médecin traitant n’arrive pas à bien cerner. Et seule possibilité dans tout Lyon et alentours…. avril 2020. A force de numerus clausus, de paperasseries et de directives de la Sécu, d’impôts, taxes, charges, on manque désormais gravement de médecins spécialistes et généralistes. Ce qui est certainement en partie en tout cas une des causes des engorgements des urgences

    • Oui, mais c’était une autre époque, les salariés travaillaient 48 h en 68, 3 semaines de vacances, retraite à 65 ans.
      Je ne dis pas que c’était mieux, on bossait à l’époque depuis l’âge de 16 ans.
      Les médecins d’aujourd’hui ont grandi dans la société des loisirs…

      • C’était surtout une époque où prendre ses responsabilités ne signifiait pas empiéter sur celles de l’état, où il y avait une douzaine de points de moins de prélèvements obligatoires, et où on ne désignait pas du doigt comme des lépreux et des malfaisants ceux qui avaient construit une véritable fortune en soignant leur prochain.

        • en ce temps là, ils portaient (l’instit, le médecin, le flic, ou le juge)les symboles de leur fonction.
          En ce temps là il ne serait venu l’esprit de personne de demander aux précités de justifier leur prétentions. Hélas depuis les pupitres à l’école qui instituaient une hiérarchie ont disparurent et le langage qu’utilisent les sachants ( supposé gardiens de l’orthodoxie ) s’apparente de plus en plus aux vocabulaire emprunté aux barbares . A.CAMUS disait: ne pas nommer les choses c’est ajouter du malheur au monde. mais c’était dans le vieux monde celui qui à l’époque donnait envie à la terre entière.

  • Alors qu’aujourd’hui aucun contrat ne garantit au Français qu’ils seront remboursés.

    Ah pardon, rien ne garantit qu’ils seront soignés, première partie du contrat ❗

  • amusant, le principe de la secu parle de besoin de soin..demande de soin ce n’est pas DU TOUT la m^me chose…

  • Vu hier le film « Première année » (de médecine pour ceux qui ne le connaissent pas. Où j’ai découvert que non seulement le nombre de reçus en 2e année est limité, Numerus Clausus oblige, mais qu’en plus le nombre de place en médecine est limité à cran en-dessous (les reçus choisissent médecine ou kiné, dentaire, sage-femme etc) ! Non seulement il faut réussir un concours mais ensuite il faut être dans les x premiers pour aller en médecine générale… vive la pénurie ! Et ensuite, pour gérer la pénurie, on veut obliger les médecins à aller dans telle région, faire des gardes etc. On est bien barés…

  • Dans un régime socialiste, c’est celui qui en fait le moins qui est gagnant. Pourquoi travailler pour les autres? Il vaut mieux faire semblant.
    La crise des urgences n’ a pas d’autre origine.

  • Juste une remarque. Personne n’a mentionné les Pharmaciens ? Je me souviens d’un temps (pas si lointain que çà) où nous allions d’abord chez le pharmacien. Hé! oui. Qui prodiguait quelques soins d' »urgence », pouvait fournir des médicaments autre que la poudre de Perlinpinpin qu’il est seul autorisé à vendre aujourd’hui sans prescription, pouvait orienter (pas grave si dans 2 jours etc) etc.. Voilà une profession (entre 6 et 9 ans de formation) qui en est réduite à prescrire …des produits de beauté. A mon avis, il y a aussi quelque chose à faire de ce côté là . Ps: Je ne suis pas Pharmacien.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie MP Meyer

« L’humain d’abord » – le slogan est connu. C’était celui de Jean-Luc Mélenchon pour les élections présidentielles de 2012, alors qu’il se présentait sous la bannière du Front de Gauche. Mais c’est aussi le magnifique objectif affiché de tous les gouvernements inspirés du marxisme-léninisme depuis la révolution d’Octobre 1917. De la Russie à Cuba, en passant par le Cambodge ou le Venezuela, les faits se sont chargés d’en démontrer la parfaite inanité, voire la criminelle fausseté. Mais certaines légendes ont la vi... Poursuivre la lecture

sécurité sociale
2
Sauvegarder cet article

Récemment, la Cour des comptes a refusé de certifier les comptes de la Sécurité sociale pour des raisons de fiabilité sur le montant de son déficit. Entre autres : un désaccord de près de 10 milliards d'euros sur le déficit du régime général entre 2020 et 2021… mais aussi des erreurs importantes sur le versement des prestations de retraite.

Cela n’aura échappé à personne : en plus d’être une gabegie financière, la Sécurité sociale souffre d’un cruel manque de transparence. Aujourd’hui, le niveau d’étatisation est tel que la France occu... Poursuivre la lecture

C’était une catastrophe annoncée. Le système sanitaire français s’effondre par pans entiers.

L’ensemble des secteurs sont concernés. La ville, la campagne, la médecine prétendument libérale, la médecine hospitalière publique ou privée, les EHPAD, etc.

Ce qui focalise l’attention des médias en ce moment est la fermetures des services d’urgences hospitaliers.

Malgré l’hospitalocentrisme qui a guidé la politique de santé française depuis des décennies, le secteur hospitalier français public est en grande difficulté. Le secte... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles