Mortiers et vivrensemble

Avec la multiplication des embuscades dans les banlieues, la presse semble se réveiller au problème d'insécurité latent qui y existe pourtant depuis 30 ans.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mortiers et vivrensemble

Publié le 4 novembre 2019
- A +

Il y a quelques jours de cela, je notais dans un précédent billet que le gouvernement, tendu comme un seul homme face aux problèmes du pays, s’était décidé pour prendre le problème de l’insécurité à bras le corps… En pourchassant les cueilleurs de champignons, en taxant le rosé-pamplemousse et en créant un poste d’officier LGBT à la préfecture de police de Paris.

C’était il y a cinq jours et devant la fermeté de cette action indispensable, le pays pensait pouvoir souffler un peu. C’était sans compter sur la vitalité véritablement survitaminée de notre jeunesse des banlieues qui n’aura pas hésité à faire appel à ses ambianceurs exotiques les plus frétillants pour mettre un peu de peps dans un pays par ailleurs très casanier voire – il faut bien le dire – un peu plan-plan.

On apprend en effet qu’après les soirées « barbecue festif » de Mantes-La-Jolie le 25 octobre dernier, c’est maintenant au tour de Chanteloup-Les-Vignes de proposer une nuitée pyrotechnique à nos forces de l’ordre et nos pompiers qui ont, comme les fois précédentes, été pris pour cible, dans une joie et une bonne humeur que le reste du monde nous envie.

En fait, après plusieurs semaines d’accumulation d’un même schéma, la presse finit par se réveiller et noter enfin qu’il y aurait comme un motif récurrent : manifestement, certaines banlieues se sont lancé des défis à qui fera la meilleure soirée incendiaire, à qui tendra la meilleure embuscade à la police et aux pompiers.

Petit à petit, les journalistes commencent à entrevoir une réalité qui ne dépassait pas jusqu’à présent l’étape du petit articulet malingre dans leurs colonnes, par ailleurs copieusement remplies des gémissements pénibles de toute cette myriade d’associations lucratives sans but réclamant des aides, de la considération et l’arrêt des amalgames et des stigmatisations (mais pas des financements publics, merci).

Petit à petit, les journalistes font mine de découvrir le fait que certaines banlieues connaissent de façon quotidienne des voitures qui brûlent, des caillassages de forces de l’ordre, une insécurité consternante, et des guet-apens mettant directement en danger la vie de personnels médicaux, de pompiers, de police (mais jamais d’inspecteurs des impôts qui ont la présence d’esprit de ne jamais y mettre les pieds, les malins !).

Petit à petit, l’information filtre selon laquelle des quartiers entiers sont maintenant rigoureusement hors d’atteinte des lois et des valeurs ♩ tagada ♪ de la République ♫ tsoin-tsoin ♬ …

L’accumulation récente des barbecues de cités est tellement visible qu’elle déclenche chez une intelligentsia qui en semblait immunisée une lente prise de conscience qu’une bonne partie du peuple français avait pourtant eue il y a déjà 20 ou 30 ans… On en arrive au point où d’intéressantes infographies permettent de retracer les quatre dernières semaines d’actions festives :

Ceux des journalistes qui lâchent le plus leurs élastiques vont même jusqu’à (accrochez-vous bien) tenter un petit recensement de la quinzaine commerciale sur les mortiers d’artifice et autres amusements pyrotechniques : Chanteloup-les-Vignes, Mantes-la-ville, Trappes, les Mureaux, La Courneuve, Bobigny, Clichy-sous-Bois, Étampes, Béziers, Tours, Champigny-sur-Seine, Chenôve, Émerainville, Limeil-Brévanne… Le lecteur innocent découvre ainsi, au travers de quatorze étapes pittoresques, une autre facette de l’actualité façon « Tour de France des Territoires Perdus de la République ».

On pourrait se réjouir qu’enfin la presse s’empare de ce problème qui existe depuis maintenant des dizaines d’années et qui n’a, pour le moment, reçu qu’une exposition particulièrement spartiate et orientée par ces mêmes médias, au-delà des semaines à thème comme en 2005. On pourrait.

Mais il faudrait avant ça que la presse prenne enfin la mesure de l’ampleur des dégâts dans l’esprit de certains, dont le témoignage laisse pantois :

Apparemment, cette enfilade d’embuscades parfaitement criminelles n’a lieu qu’en réponse à une méchante stigmatisation, cette vilaine habitude que la France, la société, la police ou plus généralement le blanc cis-mâle de 40 ans qui écoute Canal+ font subir à ces jeunes de banlieue qui, agacés d’être assimilés à des délinquants, choisiraient donc de multiplier les crimes et les délits pour donner tort à ces vilaines stigmatisations, je présume.

C’est d’une logique imparable, et gageons qu’elle aura l’oreille attentive de tous les peigne-culs aux commandes, les abrutis décisionnaires et autres sociologues de mon cul sur la commode finement payés par le contribuable pour pondre les âneries habituelles destinées à calmer ces banlieues : en jouant encore une fois le couplet des quartiers défavorisés, et moyennant quelques dizaines de millions d’euros supplémentaires dans l’une ou l’autre « association de terrain-perlimpimpin », on tentera de camoufler la multiplication des exactions de plus en plus graves que subit le pays.

Millions d’euros publics qui iront rejoindre les milliards injectés dans plus d’une dizaine de plans banlieue dont les résultats sont tous plus catastrophiques les uns que les autres.

Non, rassurez-vous : au-delà de la petite liste des exactions récentes, il est assez peu probable que cette presse se retrouve en proie à une fièvre informationnelle et décide d’abandonner son sacerdoce d’éducation et de conscientisation de ses lecteurs.

Il n’y a aucune chance que, subitement, cette presse tente de faire le bilan objectif de 30 ans d’une politique de la ville catastrophique et de la corruption qu’elle a entraîné, qu’elle s’essaie à une analyse complète et détaillée des maux des cités, qu’elle en décrive les dérives religieuses, politiques, économiques, qu’elle explique que les comportements observés sont le résultat de décennies d’entretien d’un discours lamentable de lâcheté et de perversion pour des buts purement électoralistes.

Il n’y a aucune chance que cette presse, touchée par la grâce ou l’envie de simplement faire son boulot, énonce quelques vérités bien senties comme l’impérieuse nécessité d’un retour à l’ordre dans ces cités, et par la force puisque c’est de cela qu’il s’agit et qu’elle en vienne, par conséquent, à demander des comptes aux autorités pour ces dérives consternantes.

Demander des comptes ? Vous n’y pensez pas, mon brave !

Cette presse qui a déjà été fort timide pour admettre les exactions policières lors des manifestations des Gilets jaunes sera, on peut le garantir, encore plus timorée lorsqu’il s’agira de suggérer que, peut-être, cette force qui fut fort mal dosée contre un peuple en souffrance pourrait l’être un peu mieux (enfin !) contre des groupes de dégénérés qui n’ont plus fait l’expérience de l’autorité de l’État depuis plusieurs générations et qui se réclament ouvertement contre ce peuple, contre cette autorité et contre cette République qu’ils n’en finissent pas de vomir – tout en se servant copieusement dans son portefeuille (qu’elle lui tend d’ailleurs avec cette commisération si spécifique des gauchistes patentés).

Cette presse ne se penchera pas plus sur le décalage maintenant effrayant entre ce que la République devrait être, et ce qu’elle offre vraiment, à savoir une absence complète de réponse adaptée à ce genre de débordements invraisemblables dans un pays qui fanfaronne d’être une puissance mondiale.

Non. Cette presse aura mieux à faire. Bien avant tout ça, elle ira rappeler l’insupportable calvaire de cette femme voilée dans un conseil régional, les insupportables discours d’Éric Zemmour, les insupportables livres de Laurent Obertone, et vous fera reprendre deux fois de la transition écologique nappée d’une louche de cette onctueuse nécessité d’augmenter un peu taxes et impôts pour garantir le vivrensemble.

Parce qu’il faut garantir le vivrensemble, pardi !
—-
Sur le web

Voir les commentaires (91)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (91)
  • comme disait Coluche : « cela se rapproche… » (il parlait de la guère en Orient).

  • Cette fRance rend tant plan plan …
    Du coup on est tous #Rantanplan, merci l’élite autoproclamée, bientôt elle sera autoprocalmée…
    Un avant goût de Syrie 🙁

  • Gérard Collomb : «Aujourd’hui on vit côte à côte… Je crains que demain on vive face à face»

    on y arrive !!
    et on comprend pourquoi Collomb s’était empressé de quitter son ministère

    • Ne vous y méprenez pas. Il n’y aura pas de guerre civile grandeur nature. Pour qu’il y ait guerre civile, il faut qu’il y ait volonté de faire la guerre, et idéal à défendre, au prix de sa vie. La plupart des français en sont totalement incapables: Petits bourgeois confits dans leur surpoids et leur petit confort matériel et intellectuel, jamais ils ne mourront pour des valeurs, même de mort lente. Ils ne se battrons même pas pour leurs enfants, qu’ils ont de toutes façons mal éduqués et surchargés de dettes publiques… Ma boule de crystal me dit que nous allons assister à une lente décomposition de la société, avec ses zones de « non droit », c’est à dire d’un autre droit, ses dépressifs drogués, ses débiles légers accros aux allocs et inemployables, ses prédateurs de haut vol (énarques et autres bobos parisiens par exemple, parasites ou saprophytes). Tout cela ne finira pas « mal », malgré quelques convulsions, mais finira dans un quasi néant gluant et nauséabond. Rome, déjà….

      • Au passage, H16 nous gratifie, une fois de plus, de son talent. Celui-ci, il me semble, est de plus en plus marqué par l’aphorisme: « l’humour est la politesse du désespoir ».

      • Une fois de plus, H16 nous gratifie de son talent. On dit que l »humour est la politesse du désespoir »

  • toujours plus facile pour l’Etat de taper sur le pauvre contribuable qui veut payer moins d’impôts que sur ceux qui n’en paient pas, sont des délinquants en puissance et foutent la merde en France..

  • Je me demande pourquoi on envoit nos paras supermusclés dans le sahel au lieu de les expedier dans nos banlieue enflammées..on les connait toutes , un incendie…on envoit nos pompiers de l’air comme dans apocalypse now ,sur un air de wagner taser au poing….ca va les calmer , j’en suis sur..si on a assez d’effectifs……

    • @reactitude
      Bonjour,
      L’Armée française pas à rétablir l’ordre : elle est là pour combattre des ennemis identifiés, (auto)déclarés et protéger le pays.
      Pour ce qui est des « territoires perdus de la République », on pourrait en prendre un, au hasard, le plus festif, et :
      – couper tous les accès routiers au dit territoire (puisqu’en sécession de fait.) ainsi que les trottoirs, suspendre les transports en commun ;
      – instaurer une « frontière » avec la zone en sécession avec taxe pour pénétrer sur le territoire de la République française ;
      – couper les alimentations en électricité, eau et gaz ;
      – ne plus envoyer d’agents publics dans ces zones en sécession ; ni police, ni pompier, ni SAMU, ni assistances sociales publiques ;
      – stopper les versements d’argent public de toute sorte ;
      – laisser passer les personnes avec une carte d’identité française, un passeport, ou une carte de résident, bref des papiers d’identité officiels en excluant le permis de conduire dans ce cas-là, pendant quelques jours ;
      – ne laisser aucun civil y pénétrer. Seuls le seront le Président de la République Française, le Premier ministre, les ministres de l’Intérieur et de la Défense ;
      – laisser mijoter.

      • Ah ? +2. Je m’attendais à être modéré au pire, au mieux à l’opposé et quelques commentaires contradictoires.

      • Il me semble que l’armée ne peut être utilisée sur le territoire national seulement dans certains cas très spécifiques ; intervenir dans une banlieue chic et remplie d’avenir de France n’en fait pas parti 🙂

        • @maniaco
          Bonjour,
          Parmi les derniers appelés et dans l’Armée de l’Air, mes classes ne m’ont pas inspiré que l’Armée devait être utilisée sur le sol national pour nettoyer le bordel politique. L’Armée est utilisée sur le sol national en cas d’invasion du dit territoire par une armée étrangère (telle que celles de 14 et de 39) , ou en cas de déclaration de guerre.
          Utiliser des soldats pour « sécuriser » des écoles, des gares, des zoos, est un non sens, qui de surcoît, épuise et diminue les effectifs, en les répartissant à des endroits non stratégiques militairement parlant. La sécurité des gares, des zoos des écoles, est un des rôles de la police/gendarmerie pas de l’Armée.

          • Ah je viens de me rappeler la sortie d’un élu démocrate californien concernant la possession d’armes à feu (et la constante attaque du droit qui va avec) : Les « gun owners » possèdent beaucoup d’armes, et si l’envie les prenait de défendre leurs droits avec ces armes, ils devraient se rappeler que l’Etat américain possède en grand nombre (voire trop) des armes nucléaires.

  • Ca devient critique… Comment seront les 10 prochaines années ?

    Je vote pour des mesures vraiment dissuasives (et trés méchantes), comme des expulsions du territoires (avec toute la famille) et perte de nationalité. Mais je sais que les traités européens sur les droits de l’homme ne le permettent pas… Donc, quelle sera la réponse de l’état ????

    • Pour les respecter, on place les juges et les suspects dans une salle d’audience et on récupère tout à la sortie, enfin ce qu’il en reste…

  • Sinon, il y a l’émigration. Laissons ces demeurés entre eux et partons.
    Enfin, moi c’est déjà fait et jamais je ne rentrerai en France car ce pays est foutu….

  • On est au bord de la guerre civile et les cons ne le voient pas?

    • @Virgile
      bonsoir,
      Les cons n’ont pas cru à l’essoir du IIIème Reich non plus, Hitler était un bon socialiste. Ils ne voulaient pas voir, ils n’ont donc pas pu.

      • Pourtant ce monsieur a appliqué avec un certain zèle votre recommandation de 13h44 a Varsovie en 40 et 43…

        • @Leipreachan
          A la différence que ceux qui y ont été mis, ils y ont été mis. Les juifs du ghetto de Varsovie n’ont pas mis le feu à des poubelles, ni à des écoles, ni à des agents de police pour « s’exprimer » ou se « défendre » (référence au terme utilisé sur ce fil par Ragoul). je n’ai pas le souvenir qu’ils caillassaient les pompiers ou les agents de police quand ils venaient leur porter secours avant l’avènement du parti socialiste national, ni qu’ils vivaient de larcins ou d’économie parallèle. De plus, la Pologne avait été envahie et vaincue.
          J’avoue que m’attendais à plus de commentaires dans ce sens en l’envoyant.

        • @Leipreachan
          Bonjour,
          « Hitler était un bon socialiste »
          je faisais référence au mot de Léon Blum au sujet de l’homme à la moustache qui faisait fureur.

    • Je crains qu’ils le voient mais que la seule technique que leur courage leur permet est de mettre un couvercle supplémentaire sur la cocotte minute.
      Leur vraie crainte c’est le populisme et le fait que beaucoup de personnes, lassées du vivrensemble, puissent finir par ne plus accepter la soumission.
      Et là…

    • Je pense qu’ils le voient très bien.

      Mais premièrement, les forces de police sont à déployer dans Paris quand la plèbe des campagnes vient rappeller qu’elle existe ou pou rassurer les bonnes gens quand le crime est déjà arrivé (attentats). On ne va pas déployer la police chez les gueux de la petite et grande couronne voyons.

      Deuxièment, dans leurs esprits puissants, et comme expliquer brièvement dans cette articcle, il ne s’agit que d’échauffourées de pauvres de couleur venus d’ailleurs, « sauvageons » mais pas coupables avec des ploucs blancs, nés ici, odieuses personnes coupables de racisme et non coopérante au vivrensemble et qui ont mérité ce qui arrive.

  • Excellent résumé de la situation et de comment Macron va « traiter » le problème : en appliquant les bonnes vielles techniques socialistes, c’est à dire déversement de millions dans des associations douteuses, discours de déresponsabilisation et de recherche d’excuses, délégation du rôle de l’état auprès d’association clientélistes ou religieuses (et quelque fois mêmes, les deux), une louche de discours sur le vivre ensemble et ça repartira pour un tour, jusqu’aux prochaines élections !

    • et tout ça en pressant comme des citrons les bons français qui paient des taxes,des impôts et des pvs..c’est ti pas beau .

  • Je voulais écrire un truc…mais à quoi bon ? Cpef

  • Je ne comprends pas leur peur stupide : ils ne savent pas qu’un politique sérieux qui parlera sans langue de bois sur ce sujet, nommera les choses comme elles doivent l’être, sera élu ? Sarkozy en 2007 (et 2012 s’il avait réussi à se faire entendre sur la crise), Fillon…

    • Certes. Mais cela nécessite: 1/ Du courage. 2/Une absence de cadavre ou tout simplement de casseroles dans son placard perso. Au vue de ce qui est arrivé à Fillon, il me semble que c’est LE facteur incontournable et qui semble limitant de la quasi-totalité de nos politiques…

      • Chacun sait que ce sont des paroles de politicien, et ce que ça vaut. Pour s’en sortir, il faudrait obtenir l’adhésion à un programme, sans attacher d’importance à l’homme qui l’incarne provisoirement. Mais qui accepterait d’incarner provisoirement un programme et de se mettre à son service ?

    • Sarkozy a été d’une efficacité totale.
      Les retours au pays sont restés très très faibles…Et il a même supprimé la « double peine ». Pas de kärcher !
      Résultat : 5 années de perdues.

      • Bien entendu : inefficacité totale…

        • Il a été élu sur ces vérités, sur son franc-parler, c’est le sens de mon commentaire. Après, c’est sûr qu’il serait bien d’appliquer les principes. Mais je me demande aussi à quel point l’Administration n’a pas fait en sorte de tout faire passer à la trappe.

  • L’incursion de la police dans des quartiers aspirant à s’affranchir de règles commerciales iniques, et de règles morales frisant le bolchévisme, freine l’apparition d’ordres spontanés dans ces lieux, et ne fait que créer du désordre.
    Laissons ces quartiers se développer naturellement, de manière libérale, pour qu’enfin ils puissent prospérer.

    • la première chose à faire est d’éviter de déverser des tombereaux d’argent public

      • Les habitants de ces villes sont spoliés par L’Etat. Ils se défendent.

        • @Ragoul
          Bah oui ! ils se défendent en cramant un cirque, des voitures.
          On disait aussi, il y a 20 ans, qu’ils « s’exprimaient » en brûlant des voitures, en détruisant des commerces, en tirant sur les pompiers.
          Ah bah non en fait. Ce ne sont pas des habitants de ville spoliés par l’Etat qui font de la « résistance » (terme que j’utilise avec ironie), vu que l’Etat y a engouffré des milliards depuis des décennies et que ces quartiers ont des tas d’installations : gymnases, terrains de streetfoot, parcs, aires de jeux pour enfants, locaux associatifs, zones franches (niches fiscales donc) pour inciter les commerçants soit à rester (ne pas fuir !) soit s’installer (et subir des braquages au mieux) etc… et vous prétendez que ce sont eux qui sont spoliés ! Ils ont été pris à qui les milliards déversés en vain pour « la paix sociale » ? Où la voyez-vous cette « paix sociale » ?

          • Je le maintiens : l’Etat nous spolie tous.
            Si vous vous sentez spolié par l’Etat, vous devriez vous défendre.

            • oui, l’état nous spolie pour acheter la paix sociale dans ces « quartiers  » peuplés de « jeunes  » et de quelques « déséquilibrés « 

            • En quoi des personnes qui pour la plupart :
              Ne travaillent pas.
              Vivent de trafics et de minimas sociaux.
              Sont logés à l’œil ou presque.
              Ne payent pas d’impôts.
              Ne sont que des consommateurs de biens publics sans aucune participation au système.
              Sont spoliés par l’état…???

                • @Ragoul
                  Bastiat préconisait-il de cramer des carosses comme acte de résistance ?

                  « L’Etat nous spolie tous. »
                  Oui mais certains sont spoliés plus que d’autres et n’ont pas la « paix sociale » qu’on leur a promise, pas plus que la « sécurité ».
                  « défendez-vous » : Brûler des voitures, m’en prendre aux gens et à leurs propriétés, ainsi qu’aux policiers, pompiers et SAMU n’est pas de la défense.
                  Par contre, garder les fruits de son travail, se passer de quasiment toutes les lois en vigueur, se passer du tiers étatique lors de transactions/commerce est une bonne idée de défense.

            • Là je suis d’accord. Quid de la révolte fiscale, mesdames et messieurs les libéraux blogueurs?

              • @Ragoul : soit vous n’avez pas compris ma question, soit vous ne savez répondre que vaguement en faisant référence à Bastiat (pourtant ma question est précise).
                C’est vous qui devriez relire Bastiat…. Il était plutôt critique des idées socialistes qui consistent à prendre l’argent des eux pour donner à quelques autres… C’est bien ce qui est fait dans ces quartiers

              • Oui pour ceux qui sont fiscalisés… Pour ceux qui , dans les « quartiers », sont destinataires de cet redistribution, je suis certain que leur « révolte » n’a pas pour cause le ras le bol de l’impôt

            • Ragoul, même si l’état nous spolie, je ne comprends pas votre logique ! vivre ensemble, c’est respecter des règles valables pour tous ! vous écrivez : « Laissons ces quartiers se développer naturellement, de manière libérale, pour qu’enfin ils puissent prospérer » . . . vous n’y êtes pas là! à moins que ce soit une plaisanterie ? ce sont des quartiers de zonards sans éducation donc le libéralisme, ils ne savent pas ce que c’est et là-bas, c’est « chacun pour soi » et c’est « c’est moi qui ai la plus grosse quéquette » , hein ? il n’y a pas plus facho (quelque soit sa couleur ) et con qu’un jeune zonard qui se prend pour le roi de son petit monde !

            • En cramant des écoles ❓

          • Mise à jour :
            « ils se défendent en cramant un cirque, des voitures, des poubelles, des écoles » comme l’école primaire de Béziers incendiée pour « Halloween ».
            Ici : « https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/incendie/incendie-d-une-ecole-a-beziers-un-adolescent-de-15-ans-interpelle-et-presente-a-un-juge_3686939.html »
            Pour l’instant la police a arrêté un jeune de 15 ans, qui, alors que la BAC surveillait l’école, n’a rien trouvé de mieux à faire que de leur jeter des pierres. Le jeune de 15 ans mettait le feu aux poubelles à 13 ans. C’est bien, il progresse.

        • Alors là, j’ai vraiment éclaté de rire! L’Islam est un grand libéralisme antiétatique, c’est bien connu.

        • Euh, ce chapiteau avait bien été construit avec l’argent spolié non ?

    • D’une certaine manière, c’est exactement ce qu’il s’y passe…
      Qu’avons-nous ? Un commerce assez florissant (celui de la drogue), une absence totale de taxes sur la circulation de ces produits, et la mise en place de « milices » destinées à combattre les forces de l’État tentaculaire et à les bouter hors du territoire.
      Un embryon d’anarcho-capitalisme, quoi !

  • « Des petites bandes d’imbéciles ! »… Dixit notre Premier Ministre pour dénoncer ces actes…
    Ca en dit long sur ce qui sera mis en place pour résoudre le problème…

  • L’auteur efface sur son blog les messages faisant la promotion de la liberté.

  • en attendant le RN.. apres çà va changer

  • pas de policiers , pas d’armée , ce qu’il faut c’est envoyé des mercenaires en grand nombre ; ceux là n’ont pas froid au yeux , et n’hésiteront pas à mettre une bonne branlée à tout ces merdeux qui n’ont rien d’autre à faire de leur vie que d’emmerder les autres ; ce serait triste d’en arriver là , mais au moins ça ferait un peu de ménage ; répondre à la violence par l’injection de millions d’euros n’ rien donné , alors…..

  • Ce qu ecrit H16 n est pas faux, mais accuser la presse est un peu court. Nos dirigeants ne sont ils pas elu ? N avons nous pas les dirigeants que nous meritons ? C est pas un accident, nous elisons des anes au moins depuis 81 (soit quasiment 40 ans !!!)

    Sinon une petite info a mediter. Il y a un endroit en France ou ce type d incident n existe pas. Et pourtant ou la population d origine immigree est a un % nettement superieure a l IDF. Cet endroit c est … la corse.
    Car si certains s amusent a attaquer les pompiers, les corses organisent une Expedition punitive. Ce que nos parigots sont bien incapable de faire

    • exact! en corse il y a encore des couillus…

    • Je crois que vous n’avez jamais été dans ces quartiers idf.
      J’y suis aller bosser, il y a quelque année venant de province, personnellement pas trop choqué , puisque je m’y attendais ayant vécu dans des pays bien plus difficile, mais sérieusement la seule et unique solution c’est la présence policière pendant des années et la réfection complète du quartier le reste c’est que du blabla.
      Après les expéditions punitive, faite moi rire sur des cités ou 5000 personnes vive de l’économie souterraine, ca finirait en bain de sang pour recommencer le lendemain sur le même ton. La seule et unique solution est d’empêcher les trafiquants de bosser, les utilisateurs de consommer et mettre de vrai moyen a la police pas à 5 dans une clio, d’avoir 5 vrai voiture équipé et du vrai matos.
      Le niveau de préparation des quartiers est telle qu’on n’imagine pas , j’étais frappé par le nombre de quetteur le niveau de ceux ci et la rapidité de mouvement, on est très très loin d’avoir les moyen de s’occuper de ces quartiers.
      Je crois qu’on a tous bonnement abandonné comme tous bon pays communiste.

      • « La seule et unique solution est d’empêcher les trafiquants de bosser, les utilisateurs de consommer »
        Ca fait juste 50 ans que l’Etat s’y emploie… avec le succès qu’on connaît.

      • La solution serait peut-être de justement laisser les gens bosser.

      • @M’enfin
        Ca c est sur que le mal est profond et que ca se resoudra pas en une seule frappe.
        Par contre sur une citee de 5000 personnes, combien y a t il de personne qui subissent car pas le choix, combien y en a t il qui sont des suiveurs, et combien y a til de meneurs ? A mon avis les meneurs c est 10-15 personnes au plus.
        Si vous arrivez a les mettre hors d Etat de nuire de facon disuassive (par ex comme en chine) vous allez aussi faire basculer les suiveurs

        PS:
        – je doute pas du professionnalisme des narcos. Par contre ils ont des handicaps par rapport a l Etat. Pas d acces a du materiel/arme de pointe. Pas d unite de commandement (chaque bande joue sa propre partition)
        – penser regler le Probleme en supprimant la demande de stupefiant est illusoire. On essaie depuis 50 ans … Les USA ont essaye aussi avec l alcool et ca a donné al Capone. Il faut au contraire legaliser et taxer. Du coup plus personne ira acheter chez les dealers (vous achetez votre pastis chez un bouilleur de cru vous ?)

        • « Pas d acces a du materiel/arme de pointe » bah oui bien sur ils ont tous et bien mieux equipés.
          « A mon avis les meneurs c est 10-15 personnes au plus. » Non mais vous etes fou des guetteurs a 200e/j ils n’ont pas intérêt à ce que ca change ca fait vire des familles entiere.
          On est plus dans les années 90, les gars sont fort très fort et je reste convaincu qu’on les connait fort mal

    • « nous élisons »??? faut arrêter avec ça le système est tronqué et mêem si vous ne votez pas vous vous faites avoir..c’est le système qui est a revoir et qui nous fout dedans, pas tous les gens..

    • C’est parce qu’ils ont pris le problème à la racine, dès le début. Quand l’arbre pousse tordu, c’est quand il est petit qu’il faut le redresser, après c’est trop tard, il est trop costaud. Au nom du vivrensemble de me.de, on a accepté tous pleins de petits pas et maintenant, les racines du mal sont tellement solides qu’effectivement il n’y a plus que l’armée qui pourrait en venir à bout.

      • Vu que ces endroits sont des territoires étrangers, on peut y envoyer l’armée. Ah mais non, les pleureuses vont s’insurger, comme quand Sarkozy avait osé parler de kärcher.

    • C’est parce que les Corses savent bien mieux s’affranchir de l’état inutile que les métropolitains.

      Quant aux dirigeants, élus avec quel score minable ❓

  • Force doit rester a la Loi. Un ministre de l’enterreur et un président digne de la république et de la démocratie doivent donner l’ordre aux forces de police d’utiliser leurs armes, après sommation, au premier mortier ou Cocktail Molotov, ou tire d’armes a feu. Celui qui attaque les représentants de la loi, avec des armes de guerre, sait qu’il commet un acte de guerre, et doit en assumer les risques. Macronouille serait bien inspiré d’expliquer ça dans son prochain Bla-Bla-Média.

    • et le lendemain vous faites quoi

      • @M’enfin
        Bonjour,
        Nous avons eu des policiers qui ont manqué de finir carbonisés dans leur voiture de patrouille par des jets de cocktails molotovs. Les policiers n’ont pas fait usage de leurs armes. Le lendemain, qu’ont-ils fait ?
        Vous ne croyez pas que si un des policiers avait utilisé son arme pour empêcher sa peau d’être cuite à l’alcool brûlé, ou celle d’un de ses collègues, il n’y aurait pas eu comme un message aux lanceurs de cocktails festifs ? Alors certes, il y aurait eu les sempiternelles pleureuses pour s’appitoyer sur des criminels, mais les autres, les criminels festifs n’auraient-ils pas un peu saisi le message ?
        J’ai raconté dans un autre commentaire sur un autre fil qu’un homme avait été abattu chez lui, après 20h, devant sa famille, par la police qui ne s’était pas annoncée, et qui a forcé sa porte d’entrée arme au poing. Elle a déclaré que l’homme avait un couteau. Donc, d’un côté, nous avons des policiers qui à peine entrés de force chez un « suspect » font feu, et de l’autre, d’autres qui sur le point de prendre feu, ne sortent même pas leurs armes de service légales dont le port leur est permis par l’Etat lui-même.

        Que faisons-nous tous les jours ?

        • Nous défendons le port du voile et du burkini, la suppression du porc, des crèches, de jours fériés, la mise à disposition de salles de prières, etc. Et nous combattons cette troporrible « islamophobie ».
          Et bien sûr nous lynchons publiquement les policiers ou simples citoyens qui se défendent, et laissons se dérouler des marches blanches en mémoire de délinquants….
          Voilà ce que nous faisons.
          Et ça me débecte…

          • Clair… les marches blanches en soutien à deux jeunes trous du cul qui ont failli tuer 10 personnes dans leur fuite… et pour demander quoi? Justice? Mais la justice est déjà trop molle à leur encontre.. ils marchent pour l’impunité oui.. pas grave si des gosses de flics ou de pompiers ne voient plus leurs pères

          • @RaphSud et Ragnarok
            Bonsoir à vous deux,
            Vous avez raison tous les deux : c’est ce que nous faisons tous les jours ; nous subissons le « vivreenensemble », nous subissons « la paix sociale » achetée à coups de milliards. Au final, nous tombons sous les coups de poings, de couteaux, feu et autres.
            J’utilise le « nous » car je m’identifie plus à des personnes telles que Adrien Lopez ou le colonel Beltrame qu’à des vandales encagoulés, des barbares, des meurtriers avec ou sans revendications, tous plus laches les uns que les autres.

        • Non non loin de mois l’idée de rien faire , je dis juste qu’il se passe rien, on tire avec un fusil a verrou , one shot . et ensuite le lendemain par faute moyen de courage de l’exécutif on laisse pourrir le truc…

      • On recommence. Cinquante ans de laisser aller…il faudra longtemps et beaucoup d’effort pour les « effacer’.

  • Bof! Pourquoi tant de pessimisme sur ce post et pourquoi s’alarmer du moment que « les sauvageons en marche » se limitent à des manifestations pyrotechniques dans les quartiers qui leurs sont dédiés…
    Il faut y voir simplement une volonté de ségrégation d’une partie du territoire français!….
    Que diable soyons généreux!…

    • Tant qu’il n’y a pas de poulet grillé, vive les barbecues à la bagnole, hein…

      • Les poulets grillés et les barbecues à la bagnole, ce sera pour la phase suivante que nous réservent les « sauvageons en marche ».
        Pour l’heure nous constatons, en temps réel, le résultat logique d’une politique immigratoire aussi illégale que volontairement laxiste!…
        Je pense que nous aurons à nous habituer à d’autres manifestations pyrotechniques qui risquent même de se produire en dehors des quartiers dédiés…

  • je ne sais pas si le pays est foutu mais le débat sur la délinquance est foutu… en gros les fascistes contre..les autres fascistes..

    on peut aller voir d’autres pays si ils font mieux..

    • Ceux qui ont fait et continuent de faire le lit des extrêmes sont les « modérés » (= mous) qui ont refusé par manque de courage de « faire le job » alors qu’ils étaient au pouvoir. Ils n’ont plus aucune crédibilité.

    • Donc pour vous, il y a un fascisme acceptable et pas un autre ? Le fascisme acceptable = les pauvres petits délinquants, victimes de la mondialisation des méchants blancs cisgenre colonisateur

  • Alors les « libéraux » ??
    Toujours aussi cons ou toujours aussi traitres ?

    Entre les deux mon cœur balance…

    • Je veux bien être qualifié de traître à la Nation.

      • @Ragoul
        bonjour,
        Vous avez grand tort. Les traîtres ne font généralement pas long feu, sont détestés par ceux qu’ils ont trahis et par ceux pour qui ils ont trahi.
        Les cons, une fois sur orbite n’en finiront pas de tourner.

    • Entre les cons et les traitres il y a le pouvoir normatif des « sauvageons en marche ».

    • Vous payez des impôts et des cotisations au moins pour sortir ce genre d’insultes gratuites ? 😉

    • @phatall
      Deux attaques gratuites ? pas mal.

      Personnellement, je n’aime pas être traité de « con ». Et j’aime encore moins, surtout de la part d’un couard caché derrière un écran, incapable de faire un raisonnement argumenté, qui après 5 mots lache une insulte, voir écrit « traître » à mon égard.

      Avec ce genre de « prose », je pourrais croire aux mots d’un antifa, fier et courageux derrière un écran comme il l’est quand encagoulé et entouré de ses pairs.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

La guerre de tous contre tous

par h16

La France semble avoir bien du mal à sortir de ses épidémies qui encombrent ses urgences : après celle de coronavirus dont les variants, chafouins, semblent se multiplier vigoureusement à mesure que la peur du public s'épuise, c'est maintenant une véritable épidémie de saturnisme fulgurant qui s'empare de certaines cités françaises dans une relative indifférence des médias d'habitude gourmands de ce genre de maladies pittoresques.

Car il faut bien admettre que c'est avec un certain détachement que la presse a récemment r... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

par h16

S'il ne fait plus aucun doute que les confinements ruinent le pays, au moins ceux-ci permettent-ils d'imposer une belle période de calme et de tranquillité dans le pays qui en manque parfois : grâce aux décisions intelligentes du gouvernement, au moins la délinquance et la criminalité ont nettement cédé le pas sur tout le territoire qui redevient un havre de paix. Ou presque.

Oui, soyons honnête : il y a tout de même quelques endroits qui sont un peu plus rétifs au retour à l'ordre. Si le vivrensemble y est partout céléb... Poursuivre la lecture

Par Erwan Le Noan. Un article de Trop Libre

En début de semaine prochaine auront lieu les épreuves du brevet, examen de fin de collège. Elles ne sont pas d’une difficulté abyssale. Pourtant, dans maints établissements de banlieue un peu délicats, elles sont un défi.

Choses vues et entendues dans un collège d’« éducation prioritaire », la semaine dernière : pour les élèves, réussir une petite dictée sans faire moins de huit fautes est une performance. Souvent, celles-ci trouvent leur source dans une insuffisante capacité à compre... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles