Espagne : sur le respect du droit en Catalogne

OPINION: intimidations, pressions sur les fonctionnaires et les policiers : les indépendantistes de Catalogne ont cherché à imposer la sécession régionale à une population qui n’en voulait pas.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Espagne : sur le respect du droit en Catalogne

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 30 octobre 2019
- A +

Par Nicolas Klein.
Un article de la revue Conflits

 

Aux mois de septembre et octobre 2019, l’Espagne commémorait le deuxième « anniversaire » de la tentative de sécession de la Catalogne qui avait alors agité tout le pays.

À cette occasion, la discussion sur la qualité de la démocratie espagnole a connu un regain d’intérêt de toutes parts.

L’Espagne : une démocratie contestable ?

Traditionnellement, les indépendantistes catalans expliquent que l’Espagne n’a de démocratique que les apparences puisqu’elle n’accède pas à leurs désirs, et refuse notamment la tenue d’un vote sur la question sécessionniste.

Les amalgames faciles parsèment allègrement les considérations de ce type.

Bien évidemment, les indépendantistes font l’impasse sur tous les classements internationaux qui, année après année, placent notre voisin ibérique parmi les démocraties les plus abouties au monde.

Ils font aussi peu cas des multiples études qui ont été menées sur le caractère à la fois illégal et antidémocratique des décisions prises par la Généralité de Catalogne ces dernières années ainsi que de son discours sécessionniste.

Par ailleurs, lorsque les plus hautes instances de l’Organisation des Nations unies (ONU) ou les divers tribunaux internationaux ont eu à se prononcer sur cette affaire, ils ont toujours donné tort au monde sécessionniste.

Les mêmes indépendantistes se font également très discrets sur leurs propres violations des droits des citoyens catalans.

Que ce soit les enfants en général, les élèves en particulier, les fonctionnaires, les juges, les artistes ou la population dans sa globalité, tous ceux qui ont le malheur de ne pas communier dans la « religion » séparatiste sont l’objet de harcèlements, de violences diverses et de mesures très éloignées de la conception de la démocratie que disent défendre les séparatistes.

Le Parlement catalan dans l’illégalité

Une illustration éloquente de cette conception du respect des libertés humaines au sein du monde séparatiste catalan a été donnée en septembre 2017.

Dans le contexte de l’organisation du référendum illégal du 1er octobre suivant, le Parlement régional (Parlament) a été utilisé à des fins pour le moins douteuses.

Il a en effet été amené à s’exprimer sur un texte nommé Loi de transition juridique et constitutive de la République.

Suspendu le 12 septembre 2017 par la Cour constitutionnelle espagnole en raison de ses multiples violations de la Constitution de 1978, ce texte se présentait comme une sorte de loi fondamentale provisoire de la future République catalane indépendante, dans l’attente de la rédaction et de l’adoption d’une nouvelle constitution.

Loi de transition juridique et constitutive de la République

Notons en premier lieu qu’il est curieux que cette loi ait été approuvée par le Parlament avant le déroulement du référendum du 1er octobre, comme si l’avis concret des citoyens catalans n’avait de toute façon aucune importance pour la Généralité et que seul le « oui » à la sécession était une réponse acceptable.

Mais il y a bien plus grave.

Ce texte a en effet été adopté en bafouant les droits de la minorité parlementaire régionale, notamment par une modification de dernière minute de l’ordre du jour qui a empêché tout débat.

C’est ce qu’ont affirmé par la suite la Cour constitutionnelle espagnole et bien des experts en droit politique.

De nombreux citoyens catalans eux-mêmes auraient pâti de la pleine application de cette loi, voyant leurs droits fondamentaux réduits à néant : les fonctionnaires, menacés de mesures de rétorsion s’ils n’obéissaient pas à des ordres manifestement anticonstitutionnels ; la justice, totalement subordonnée au bon vouloir de l’exécutif, ce qui aurait annulé le principe de séparation des pouvoirs ; le refus de la citoyenneté catalane aux anciens fonctionnaires d’État ainsi qu’à ceux qui s’étaient engagés dans l’armée ou les forces de l’ordre espagnoles, en faisant ainsi des étrangers dans leur propre pays ; l’interdiction de tous les partis politiques visant au retour d’une Catalogne indépendante dans le giron de l’Espagne (et donc de tout référendum d’autodétermination, ce qui est un comble), etc.

En somme, les responsables séparatistes catalans préparaient une république indépendante bien peu démocratique et totalement soumise à leurs desiderata.

Cela ne leur permet guère aujourd’hui de donner des leçons de démocratie à la terre entière – et en particulier à l’État espagnol…

Sur le web

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  •  » les responsables séparatistes catalans préparaient une république indépendante bien peu démocratique et totalement soumise à leurs desiderata. »
    ajoutez « les séparatistes de gauche »

  • Les indépendantistes catalan ont gangréné tout l’ enseignemnent par l’ intermédiare des profs gauchistes. Il en ressort toute une génération de jeunes nazillons décérébrés. Visitez une université à Barcelone, independance et socialisme s’ illustrent côte à côte.

    • Oui apparemment le PIB/hab de la Catalogne est 12% supérieur a celui du reste de l’Espagne. Pas mal, mais pas transcendant non plus, on est loin des slogans « on paye pour le reste de l’Espagne ». A mon avis les socialistes pensent encore au bouquin « Hommage a la Catalogne » écrit par E. A. Blair quand il était jeune.

  • Comme observateur local régulier, je confirme le climat d’intimidation visant à dissuader l’expression de toute personne non favorable à l’indépendance.
    L’ indépendantisme Catalan est composé d’un triumvirat, PdeCat (parti démocratique de Catalogne) au centre droit, ERC (Gauche républicaine de Catalogne) socialiste et la CUP de tradition néo-Stalinienne.
    Comme tout triumvirat, il est uni pour prendre le pouvoir mais fratricide ensuite.
    La conséquence de cette radicalisation intolérante est qu’on assiste aujourd’hui à une fracture en deux de la société Catalane et c’est ce qui va mener à terme à l’échec des indépendantistes car seuls des catalans unis auraient pu obtenir cette Indépendance.
    Comme toujours la devise « Diviser pour régner » va faire le bonheur de Madrid.

  • Tiens !!! ça me fait penser à nos écolos qui noyautent à tour de bras, y compris dans nos lycées, et qui cherchent à imposer systématiquement leurs idées, même et surtout s’ils sont minoritaires. Et, en plus, ils se prétendent démocrates !!!

  • Si il existe des séparatistes c’est sans doute qu’il y a un probleme de gouvernement central.. .l’eternel probleme de prendre aux regions riches pour donner aux regions pauvres sans discernement et privilegier la region qui gouverne !

  • L’obstination des indépendantistes à imposer le catalan, et surtout à interdire la langue espagnole (langue mondiale), les a conduits en pratique à s’exprimer…en anglais ! Où peuvent conduire la stupidité, et l’idéologie ?

    • Un pays , une langue , rien d’anormal , il suffit de voir l’ukraine supprimant le russe ou la belgique tentant de supprimer le francais…c’est comme cela qu’on fabrique un pays uni malgre les peuples ,en supprimant la culture de l’autre ….pas sympa du tout quand tu en es la victime et pour les catalans , ca dure….pour les basques les corses aussi !

  • Comme résident temporaire mais régulier, je confirme cette ambiance d’intimidation et non de dialogue.
    Le triumvirat indépendantiste regroupe PdeCat au centre droit (Parti Démocratique de catalogne), l’ERC socialiste (Gauche Républicaine de Catalogne) et la CUP néo-Stalinienne.
    Comme tout triumvirat, il est uni pour prendre le pouvoir mais se fracture une fois au pouvoir et même avant en cas de difficultés comme on le constate aujourd’hui.
    Le plus grave aujourd’hui est le clivage qui en résulte dans la société civile (Famille, entreprises, administration …) et qui entrave le bon fonctionnement quotidien au travail et dans la vie courante (Manifestation, violences, blocage d’autoroute et des chemins de fer …). Le déclin économique de la région étant revendiqué comme une stratégie par certains.
    Spectateur de la situation, Madrid observe à distance l’efficacité de la devise des Rois « Diviser pour régner »

  • La Catalogne a régréssé sur le plan économique à cause des indépendentistes………Madrid est aujourd’ hui la région la plus riche d’ Espagne.

  • Le problème de l’indépendance de la Catalogne ne fait pas exception à la règle : un petit nombre de personnes en pousse un grand nombre à demander l’indépendance en jouant sur des cordes sensibles bien connues ; et souvent ça marche. Vient ensuite l’indépendance, et le grand nombre s’aperçoit (mais trop tard) qu’il s’est fait avoir, et que l’objectif des meneurs, c’était tout simplement le pouvoir…pour eux…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

Le libéralisme est décidément une notion bien floue et très mal perçue par une grande partie des Français, nourris dès le plus jeune âge aux mamelles de l’État et qui sont persuadés, à tort puisqu’on le leur fait croire en permanence, que le libéralisme serait je ne sais quelle force occulte organisée qui les plongerait dans une sorte d’océan où ils se noieraient sans que personne leur vienne en aide. D’où la justification de l’interventionnisme et de l’État-providence, sans lesquels nous serions sans doute perdus.... Poursuivre la lecture

La démocratie est un sujet que nous avons souvent abordé, et qui a été étudié depuis fort longtemps par de très nombreux intellectuels. Loin d’être notre horizon indépassable, elle a donné lieu à un certain mysticisme.

Mise en cause dès ses origines, ayant rencontré des difficultés inhérentes à sa nature dès son apparition dans la Grèce antique, la démocratie semble une fois de plus à bout de souffle et menacée non seulement dans ses fondements, mais dans son existence-même. D’où l’intérêt du débat engagé entre deux philosophes contemp... Poursuivre la lecture

Dans une première partie, nous avions vu ce qui caractérisait une société de méfiance, à savoir :

centralisation administrative excessive, bureaucratie omnipotente, affaiblissement des initiatives, décharge de la responsabilité.

 

Dans cette seconde partie, il conviendra d’insister à la fois sur l’absence de responsabilité et sur les carences institutionnelles.

 

Une société de défiance caractérisée par une décharge de responsabilité

C’est le propre des systèmes centralisés où l’État oscille : trop faib... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles