Incendie de Lubrizol à Rouen : a-t-on suivi les règles élémentaires de sécurité ?

L’accident de l’usine Lubrizol de Rouen aurait pu être l’occasion d’analyses et de réflexions sur l’industrie, notamment chimique, mais on a encore assisté à une multiplication de communications farfelues et d’anathèmes à l’encontre de l’industrie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Incendie de Lubrizol à Rouen : a-t-on suivi les règles élémentaires de sécurité ?

Publié le 11 octobre 2019
- A +

Par Loïk Le Floch-Prigent.

L’industrie chimique a été de tout temps l’objet de peurs et de contrôles, à la fois pour les processus de fabrication et pour les produits qu’elle commercialise. La nécessité de fixer des normes strictes et des procédures au niveau de l’Europe est apparue après l’explosion d’un réacteur de l’usine chimique Icmesa proche de Seveso au nord de l’Italie le 10 juillet 1976. C’est une usine « Givaudan » du groupe suisse Hoffman-Laroche (médicaments et pesticides). L’herbicide s’est propagé dans toute la région, occasionnant un grand nombre d’hospitalisations des voisinages, mais surtout la mort de plusieurs dizaines de milliers d’animaux. C’est alors qu’un produit complexe se fait connaître, la « dioxine » dite « dioxine Seveso », devenue donc un gros mot !

Les pays européens se mobilisent et édictent une charte européenne contraignante, la directive Seveso du 24 juin 1982, qui sera révisée plusieurs fois en 1996, 2003, 2012 et 2015. Cette directive est d’autant plus prise au sérieux par l’industrie qu’un nouvel accident survient en Inde le 3 décembre 1984, à Bhopal, dans une usine de la firme américaine Union Carbide et qui provoque 3500 morts ; c’est une catastrophe.

Elle interroge alors tous les chimistes qui voyaient l’expatriation de leurs productions comme une libération des contraintes réglementaires ; désormais, on ne joue plus, on soigne la prévention autant que les procédures en cas d’incidents pour en réduire les conséquences.

En charge à cette époque de l’industrie chimique nationale avec la présidence de Rhône-Poulenc, je peux attester de la préoccupation quotidienne de tout mon personnel et en particulier de celui de nos concurrents allemands, suisses et britanniques avec lesquels nous entretenions des liens amicaux et constructifs.

C’est avec étonnement que les analystes financiers écoutent la présentation des comptes de l’entreprise en commençant par les taux de fréquence et les taux de gravité dans toutes nos usines, ils me trouvent « barbant » et attendent avec une impatience certaine les chiffres plus valorisants du chiffre d’affaires et des résultats.

Une direction Seveso très contraignante

La directive Seveso est très contraignante et mobilise une administration départementale et régionale qui a changé de nom au cours du temps, c’est désormais la « DREAL » Direction Régionale de L’Environnement, de l’Aménagement et du Logement, placée sous l’autorité du Préfet de Région.

Son directeur, ou ses services, a un droit de visite permanent et peut faire interrompre les fabrications en cas de nécessité. Il donne des avis qui sont en fait des ordres sur la prévention et les procédures en cas d’accident.

Il est concerné en particulier par le casse-tête de la politique d’urbanisation, puisque le personnel souhaite ne pas vivre trop loin de l’usine, les commerçants pas trop loin de leur marché… et ainsi de suite. On voudrait l’usine loin de la ville, mais la ville se forme autour de l’usine, quand l’usine disparaît, le désert économique s’installe.

La pluralité des textes nous amènerait trop loin et je vais donc à l’essentiel.

Le DREAL, informé de tous les produits achetés et fabriqués, est garant de toutes les mesures préventives : dans les raffineries, par exemple, il considère qu’il est nécessaire de disposer de pompiers et de camions dédiés.

La DREAL Normandie a en charge 86 sites Seveso dont 49 seuils haut, comme celui de Lubrizol. La première question qu’il faut se poser est la suivante : est-ce qu’il y a eu des investissements prévus dans l’usine de Rouen, ont-ils été réalisés, en particulier a-t-on ordonné l’installation de rampes d’arrosage comme c’est généralement le cas ?

Ensuite, en cas d’incident, le responsable de l’usine déclenche le POI, (plan d’opération interne) c’est-à-dire la tentative de régler en interne le feu. Au bout de 19 minutes pétantes, au cas où rien n’a été stoppé, il DOIT appeler le DREAL ou la personne d’astreinte préfectorale pour déclencher le PPI qui est du ressort de l’autorité préfectorale. Il s’agit, par expérience, hélas, d’interrompre la circulation, de demander à chacun de rester confiné chez lui, sur un périmètre total défini dans la procédure etc. C’est une mesure très contraignante mais indispensable si l’on veut limiter les dégâts humains !

Amateurisme et incompétence

J’ai beau lire et relire ce que veulent bien nous dire la presse ou les autorités responsables, je n’entends pas évoquer ces 19 minutes dans les communiqués.

Ensuite l’amateurisme et l’incompétence ayant pris définitivement le pouvoir, il ne reste plus que les incommodés par la fumée et les odeurs, les produits toxiques et cancérigènes… les peurs et les anathèmes avec des mots malheureux et inexacts à chaque instant.

À cet égard, il faut savoir que le Mercaptan dont il est beaucoup question est un additif au gaz de ville à l’origine inodore, destiné justement à lui donner une odeur nauséabonde et alerter en cas de fuite. Qu’il y ait du Mercaptan chez un spécialiste des additifs en matière pétrolière ne me semble pas anormal ni dangereux !

En tout état de cause je sais qu’un nuage au-dessus d’une usine chimique n’est pas agréable, que l’odeur du soufre est désastreuse, mais une communication responsable, documentée, compétente est-elle si difficile dans un pays regorgeant de personnes éduquées et de spécialistes ?

L’accident de l’usine Lubrizol de Rouen aurait pu être l’occasion d’analyses et de réflexions sur l’industrie, notamment chimique, mais nous avons encore assisté à une multiplication de communications farfelues et d’anathèmes à l’encontre de l’industrie chimique.

Si l’on est attentif à ce qui est dit il faudrait que les industries émigrent définitivement, en particulier celles qui utilisent des produits toxiques ou potentiellement toxiques, c’est-à-dire, tout bien réfléchi, l’intégralité du secteur productif. On a déjà beaucoup de mal à conserver une part de nos usines dans la compétition mondiale, la financiarisation des entreprises, les administrations soupçonneuses… et tout le reste. Un peu de recul est nécessaire ainsi que l’examen de ce qui s’est réellement passé à Rouen, les risques pris par la population et les enseignements que l’on pourrait en tirer, autres que des Commissions parlementaires augmentant la confusion.

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • « l’amateurisme et l’incompétence ayant pris définitivement le pouvoir, »

    grâce a l’influence délétère des khmers verts, manipulés par des « ONG » internationales aux objectifs obscurs..

    encore des industries qui vont quitter ce pays pour aller ailleurs ,..

  • il y a une VOLONTE d’etre inquiétant de la part des médias.
    On ira toujours chercher l’expert en toxicologie qui donnera les mots clef cancérogènes, probables perturbateurs endocriniens .. la belle affaire..

    Ceci dit .c’est un accident.. on ne connait pas exactement quels sont les substances disséminées..
    on a le droit d’etre inquiet.. mais il est curieux que par exemple pour la présence de mercaptan on ne dise pas simplement qu’à l’évidence l’odeur est « compréhensible » et pas vraiment inquiétante.

    assez curieusement..quand un incendie brûle un immeuble et fait de nombreux morts on n e parle pas des fumées ou des suies..

    Mais l’exploit est de réussir à convaincre les gens que les « scandales » sanitaires se multiplient sans que jamais on ne prenne le temps de compter!!! A l’instar du report minutieux de chaque cyclone et orage, chaque vague de chaleur..on discerne clairement chez les médias une volonté d’établir une conviction dans l’opinion qu’il est menacé d’une façon inédite.. les chiffres semblent montrer le contraire!!!

    les chiffres et leur mise en perspectives sont souvent absents..

    le terme contamination ou pollution est devenu synonyme de risque…
    j’ai beaucoup aimé le reportage télévisé on a retrouve 12,6 PICOgrammes ( au l? m3?) de je ne sais plus quoi dans une flaque d’eau je ne sais plus où..donc il y a lieu d’avoir peur…

  • « l’amateurisme et l’incompétence ayant pris définitivement le pouvoir, »
    Tous es dit à tous les niveaux , rendormez vous politicien et fonctionnaire…
    On en reparle dans 10 ans ou apparaîtra les Pic de pollution de certaine substance nocive ou pas.
    Dans tous les cas je suis bien d’accord, c’est juste encore une fois de l’incompétence de suivi, de connivence politique.
    La technique ca pardonne pas, tu finis toujours par payer tes erreurs soit en sécu soit en non investissement ….

  • Une grosse commission, c’est tout ce qu’ils sont capables de pondre 🙁
    CPEF

  • Tous ces directeurs hauts fonctionnaires inspecteurs des travaux finis n’ont aucune compétence ni aucune motivation à améliorer la sécurité de la production. Tous leurs actes ne tendent qu’à un seul but : ne pas se retrouver dans le viseur si ça se passe mal, en brouillant les pistes et en multipliant les alibis boucs émissaires. En réalité, la sécurité s’améliore par les comportements responsables, et les accidents qui se produisent néanmoins ne doivent alors pas donner lieu à chasse aux sorcières mais à amélioration des procédures pour l’avenir. Ce qu’un politicien, un journaliste, et un interviewé de micro-trottoir n’accepteront jamais dans notre société soviétique 2.0.

    • « société soviétique 2.0 »
      j’adore

    • Les deux actualités récentes, Lubrizol et PPP, montrent la chute de niveau dramatique des hauts fonctionnaires. Avant, ils devenaient incompétents par destination, en devenant fonctionnaires. Preuve est faite désormais qu’ils sont personnellement incompétents, peu importe leur statut professionnel.

      On arrive à ce genre de situation quand la compétence n’est plus le critère déterminant de la sélection dans la haute fonction publique et qu’on lui substitut la servilité à l’idéologie au pouvoir, la fidélité au parti unique de la pensée inique. Dans certains pays, on parle de marécage à ce propos, sans doute parce que l’incompétence mêlée au conflit d’intérêt ne sent pas bon.

      Réformer la France pour la sortir de sa crise socialiste perpétuelle nécessitera de changer l’ensemble de la haute fonction publique, en conviant ces braves gens à aller s’occuper de leurs jardins, sans indemnité.

    • C’est ce qui m’a interpellé dans cet article. Un fonctionnaire à qui l’ont confie des décisions industrielles… Perso je lui aurais remis une directive « Appel le 18, attendre le pinpon avant de raccrocher ! »

  • Heu , combien de morts combien de malades ?
    C’est dingue ,le propre d’un incendie est de tout bruler a tres haute temperature , c’est l’accident le moins grave pour une industrie Seveso . Un feu de foret est aussi dangereux voir plus !

  • L’essentiel c’est de faire passer à la caisse Monsieur Warren Buffet le patron de l’entreprise Lubrizol s’il est prouvé que c’est bien cette société qui est responsable de cet incident

    • De nos jours il n’est pas utile de prouver quoique ce soit , les reseaux sociaux decident ce qui est bien ou mal..d’ailleurs la societe l’a bien compris , elle indemnise et voilà.

    • WB, dont il est intéressant de lire les débuts, devrait être un modèle pour tous les ados et non un bouc émissaire.

  • Comment ne pas être surpris de voir une communication à sens unique ? JE NE ME SOUVIENS PAS D’AVOIR LU OU ENTENDU OU VU QUELQUE PART LA MOINDRE INTERVENTION DE CETTE SOCIETE FANTOME? je veux parler de LUBRIZOL.

  • On nous montre a la télé des abrutis qui pensent avoir trouver par terre un morceau de « tôle » de toiture fibrociment qui contiendrait de l’amiante. La seule question a se poser c’est y a t’il eu de violentes explosions sur le site et pourquoi, j’allais dire par qui ! ?
    Il faut savoir qu’ Un morceau de cette tôle cassée par terre ne représente strictement, absolument aucun danger, si il y a une fibre d’amiante dedans elle y reste sauf si on décide de le pulvériser en miettes infimes devant un ventilateur !

  • On attend toujours de savoir ou et comment l’incendie a démarré: étincelle de notre Dame ou bucher de Jeanne …
    Loïck: Ministre de l’industrie ça serait déjà un grand progrès !

  • « C’est avec étonnement que les analystes financiers écoutent la présentation des comptes de l’entreprise en commençant par les taux de fréquence et les taux de gravité dans toutes nos usines, ils me trouvent « barbant » et … »

    Qui était les « vrais » propriétaires d’une entreprise, selon un article passé sur Contrepoints ? Les A….
    Voila un petit rappel de leurs responsabilités par rapport à ceux qui y travaillent.

    PS. A propos de l’emplacement de l’usine, il est probable (?) que l’usine est là depuis des décennies, mais que la ville s’est étendue (permis de construire distribués et préfet au champ). Les photos depuis le centre ville sont impressionnantes mais la banlieue est principalement touchée.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour le porte-parole de l'Élysée Olivier Véran :

« Il faut réguler les jets privés […] les symboles sont importants… »

https://twitter.com/franceinter/status/1561966255179014144?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1561966255179014144%7Ctwgr%5E56ca06b3afddf835f84b43efe26250820d7e256a%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.radiofrance.fr%2Ffranceinter%2Fpodcasts%2Fl-invite-de-8h20-le-grand-entretien%2Fl-invite-de-8h20-le-grand-entretien-du-mardi-23-aout-2022-9777670

Je deviens très pessimiste quand j’e... Poursuivre la lecture

Depuis le 1er janvier 2022, les fournisseurs d'accès internet et opérateurs mobiles (Orange, Bouygues, Free et SFR) doivent communiquer aux consommateurs les émissions de gaz à effet de serre en lien avec leurs usages internet et mobile. Mais attention, sur-informer rime aussi avec danger !

Oui, Internet ça pollue !

À destination des abonnés (soit tous les consommateurs français), cette information doit servir un objectif de « sensibilisation à l'impact de leur activité et leur consommation numérique sur l'environnement et le climat »... Poursuivre la lecture

Par Janique Soulié et Pierre Mathieu. Un article de The Conversation

Conséquences cumulées de l’évolution du cadre réglementaire et de la crise sanitaire, le nombre d’accords et de chartes d’entreprises relatifs au télétravail connaît une croissance exponentielle ces dernières années. S’il est difficile d’évaluer précisément le nombre de chartes, préférées à un accord par les PME/TPE, ce sont désormais plus de 7000 accords télétravail (ou avenants à des accords existants) qui ont été déposés sur le site de Légifrance, dont près de 35... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles