Le réchauffement climatique rend fou

On le savait déjà un peu, tant les annonces liées au changement climatique défient parfois l’entendement.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
The Fright By: Neil Piddock - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le réchauffement climatique rend fou

Publié le 3 octobre 2019
- A +

Par Michel Negynas.

D’après la Une du Soir du 7 avril 2019 :

Désorientés par le réchauffement climatique, des morses se jettent du haut des rochers.

Les ours polaires ne sont pas les seuls à être touchés par le réchauffement de la planète. (…)

Parmi eux, les morses de l’océan Arctique. Les animaux se retrouvent désorientés par la fonte des glaces et grimpent sur des rochers beaucoup trop abrupts pour eux. Incapables de redescendre, ils se laissent tomber et se tuent. »

Après rapide enquête, l’affirmation est déduite d’une vidéo de morse tombant d’une falaise. Mais aucune étude quantitative ne vient étayer l’affirmation. Quant aux ours polaires, ils n’ont jamais été aussi nombreux. L’ironie est que la séquence semble avoir été tournée en 2017, alors que des morses tentaient d’échapper à un troupeau d’ours polaires.

Ainsi, comme l’ours blanc ne fait plus recette, sa population s’accroît au point qu’ils posent des problèmes de sécurité pour les villages inuits, le morse est en passe de prendre le relais de victime emblématique.

Mais il n’y a pas que les morses qui dépriment à cause du réchauffement : les chiens aussi.

D’un autre coté, si ça fait diminuer la population canine, c’est un bien, car : « chiens et chats sont de véritables machines à réchauffement global. » (New Scientist, it takes an estimated 1,1 hectare of land per year to create the chicken and grain that a large dog eats for its food. A Toyota Land Cruiser SUV, driven 10 000 kilometres a year, would use 41 hectares of land, less than half that of the dog. ). Nourrir un chien consomme plus de deux fois plus de terrain que faire 10 000 km en SUV.

Dans le genre scatologique, il y a aussi, de USA Today :

On a estimé que 66 tonnes d’excréments se cachent dans le mont Denali, en Alaska. Cette montagne est particulièrement connue des alpinistes pour sa difficulté, il faut 18 jours pour atteindre son sommet et revenir. La cause de cette quantité gigantesque d’excréments ? Les grimpeurs qui, depuis près d’un siècle, gravissent ce mont et laissent leurs déjections dans des crevasses de la montagne.
Seulement, ces excréments ne se décomposent pas, comme le pensaient les grimpeurs, mais gèlent. Et selon Michael Loso, glaciologue du Service des parcs nationaux américains, comme le glacier fond plus rapidement, les déjections refont surface et le contaminent, ainsi que les rivières et les ruisseaux.

Les crottes gèlent, mais le glacier fond… c’est bien compliqué tout ça.

Vous en voulez une autre ? Elle me plaît particulièrement, on la dirait sortie tout droit d’une parodie d’humoriste, mais non, c’est du sérieux :

« Glaciers, gender, and science: A feminist glaciology framework for global environmental change research »

Glaciers, genre et science : un cadre féministe de la glaciologie pour la recherche sur les changements environnementaux.

Résumé : les glaciers sont des icônes clé du changement climatique. Cependant, les relations entre genre, science et glaciers, en particulier concernant les questions épistémologiques sur la production de la  connaissance glaciologique, sont restées non étudiées… fusionnant les études scientifiques féministes post coloniales et l’écologie politique féministe, le cadre féministe de la glaciologie fournit une analyse robuste en termes de genre, de domination, et des épistémologies dans les systèmes dynamiques socio─ écologiques, conduisant ainsi à une science et à des interactions glaces/humains plus justes et plus équitables.

Mais finie la rigolade, il y a aussi du lourd

Naomi Oreskes est une historienne des sciences, pasionaria du climat. C’est elle qui a « inventé » le concept de « consensus scientifique sur le climat ». Dans un de ses derniers livres, un best seller, The Collapse of Western Civilization: A View from the Future, elle décrit notre futur :

En 2040, les vagues de canicules et les sécheresses furent la norme. Dans les pays prospères, les régions sujettes aux ouragans et tornades furent progressivement mais complètement désertées. Alors, l’été 2041 de l’hémisphère Nord, des canicules sans précédent dévastèrent la planète, détruisant les plantes nourricières dans le monde entier. Des paniques s’ensuivirent, avec des émeutes alimentaires pratiquement dans chaque grande ville. Des migrations de masse d’individus en sous nutrition et déshydratation, couplées avec un accroissement des populations d’insectes, conduisirent à répandre des épidémies de typhus, choléra, dengue, fièvre jaune, et des virus et rétrovirus jusque-là inconnus. L’Union européenne annonça également des programmes de relocalisation volontaire de citoyens éligibles des régions les plus méridionales vers la Scandinavie ou l’Angleterre…

Le livre est conçu comme de la science-fiction, mais les auteurs prétendent que c’est à partir de faits et d’études scientifiques réels… Cela a été écrit en 2014. Évidemment, quasiment tout est hautement improbable. En 2040, nous n’aurons pas encore doublé la concentration de CO2 dans l’atmosphère ; même le GIEC ne prévoit encore rien d’alarmant à cette date, avec guère plus que 1,5 degré de réchauffement (on en est à 1 degré actuellement).

Mais il n’est pas étonnant, dans ces conditions, que cela laisse des traces dans les esprits, particulièrement chez les jeunes. On commence à voir des jeunes couples qui décident de ne pas avoir d’enfants, soit parce qu’ils considèrent que nous sommes déjà trop nombreux, soit qu’ils sont effrayés de la description du monde dans lequel vivra leur progéniture.

Et si nous n’avons encore jamais vu de réfugiés climatiques, nous connaissons déjà un suicide climatique, comme cet avocat, « très engagé dans la protection de l’environnement chez « Bip Apple » », qui confirme s’être aspergé d’essence avant d’y mettre le feu, une métaphore de la destruction de la planète.

Les Échos s’inquiètent également de cette dérive :

Quand le changement climatique dérègle… les esprits

Dans le monde anglo-saxon, la recherche psychiatrique s’intéresse de plus en plus aux effets du réchauffement climatique sur la santé mentale. Un enjeu qu’il ne faudrait pas passer sous silence.

Les auteurs de l’étude dans « Nature Climate Change » ont calculé que si les températures continuaient à augmenter au rythme actuel ces deux pays, les États-Unis et le Mexique, pourraient connaître, d’ici à 2050, entre 9000 et 40 000 suicides supplémentaires : une vague comparable à celle qui suit habituellement une récession économique.

Mais ce n’est pas tout :

Car il existe un troisième niveau d’analyse, un troisième levier par lequel le dérèglement climatique agit sur la santé mentale. D’après les projections, la planète devrait compter quelque 250 millions de migrants climatiques d’ici à 2050. Or les migrants, quelle que soit la raison qui les a poussés à quitter leur région ou leur pays, sont toujours fragilisés sur le plan psychologique.

L’article démarre sur le cyclone Katrina, qui est un phénomène météo, et finit sur les migrants climatiques. Il remplit toutes les cases.

Alors l’anxiété monte

Ce ne serait d’ailleurs pas étonnant que certains dépriment :

Les psychologues et psychiatres placent leurs pions au travers de la publication d’un rapport sur la relation entre changement climatique et dépression, par une collaboration de 27 institutions académiques :

Climate change and related weather events have been linked to elevated rates of depression, anxiety, and pre-and-post-traumatic stress in Canada. The “Lancet Countdown: Tracking Progress on Health and Climate Change”, an international research collaboration between 27 academic institutions and inter-governmental organisations, has released a report on the relationship between climate change and depression, anxiety, and stress disorders. It was developed with the Canadian Medical Association and Canadian Public Health Association.

On notera une notion nouvelle : le stress pré-traumatique

On n’hésite plus à mettre en scène cette anxiété à travers des enfants malades, comme Greta Thunberg, autiste Asperger, en instrumentalisant un des symptômes de sa maladie, qui est de développer des idées fixes.

Mais bon sang, que fait la justice !

La justice réagit : elle invente le « préjudice d’anxiété ». Expérimenté sur les antennes téléphoniques, il s’applique maintenant au cas de l’amiante… Nul doute qu’on y viendra, concernant l’anxiété climatique. Vous pourrez alors porter plainte contre votre voisin dès qu’il achètera une grosse berline.

Les avocats ont de beaux jours devant eux ; associés à des organes de communication et des ONG, ils créeront des préjudices médiatiquement, au mépris de toute considération scientifique, pour mieux les plaider (du côté des victimes comme des méchants). Certains ont déjà tracé la voie en France, on les connaît.

Cette négation de l’acquis des Lumières, ce chaos mental, voir notre jeunesse manipulée, tout cela me plonge dans une profonde anxiété.

Du coup, je me demande si je ne vais pas porter plainte.

Voir les commentaires (30)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (30)
  • « des jeunes couples qui décident de ne pas avoir d’enfants, »

    Darwin fait le boulot. Remercions les pour leur participation active à l’amélioration de la race humaine en supprimant ses branches dégénérées !

    • C’est d’un égoïsme achevé. Ces jeunes couples accusent leurs ainés d’avoir préparer le chaos « après moi le déluge », mais eux préconisent le « après moi, plus rien ». Ils vivront vieux pour eux même à moins que dans un geste altruiste, ils décident de se suicider le plus tôt possible.
      Pendant ce temps, on votre la PMA, demain la GPA… L’Etat prépare sans doute des couveuses de gosses sans parents. Bienvenu dans Matrix.

      • Il y a une convergence profonde entre les réformes sociétales et le climat: briser les sociétés occidentales

      • Ils vivront vieux, et c’est les enfants des autre qui paieront leur retraites… l’égoïsme à l’état pur…

        • Hem, vous semblez oublier qu’ils auront tout de même payé toute leur vie pour la retraite de leurs aînés, mais aussi pour l’éducation et les allocs des enfants de leurs contemporains.

    • Bonne nouvelle, il vaut mieux qu’ils ne se reproduisent pas. Mais le suicide serait plus efficace! Curieusement ils s’y refusent. Pourtant des tarés ont annoncé la mort de la Planète en 2030. Qu’attendent-ils?

  • Bon si on arrive à traiter la peur climatique avec quelques antidépresseurs c’est un moindre mal pour la société. Pour les penseurs alarmo-réchauffistes je préconise les électro-chocs.

    • Mieux que l’électro-choc, réouverture de la corderie de Rochefort, pas besoin d’EnR

    • En fait, ils pourraient directement se suicider… Au lieu de laisser les pauvres migrants réfugiés pseudo climatique le faire (d’après les résumés d’articles).
      Car si j’étais eux, en voyant ce qu’il va se passer, je n’aurais même pas envie de vivre ! 🙂

  • « Le réchauffement climatique rend fou » Voila de l’info et enfin une explication.
    Depuis des années j’observe que tous les écolos sans exceptions sont devenus cons

    • Mais non, ils ne sont pas devenus cons. Ce sont simplement des communistes tendance trotskiste qui se sont reconvertis dans l’écologisme après la chute de l’URSS.
      Le seul vrai problème, c’est qu’ils ne représentent que 5 à 10 % de la population, mais 100 % de la politique gouvernementale. Ce qui est curieux dans une démocratie qui, en tant que telle, a la prétention d’être gouvernée par la majorité.

  • Très bon article!
    Le méli-mélo entre genre, féminisme et climat est croustillant. On en rirait s’il n’étzit pas si triste que certains prennent au sérieux de telles fadaises.

  • Tout cela alors que le CO2 n’y est pour rein. Quel délire.

  • ce qui est vraiment dangereux dans ce monde, c’est la connerie humaine !

    • Et elle a fait de sacrés dégâts. Des centaines de millions de morts depuis que l’homme existe, dont beaucoup à cause des écologistes et de leur opposition au progrès scientifique et technique!

  • Au moins, les écolos auront inventé la psychiatrie durable…

  • Sans doute que le climat n’y est pour rien ,il faut bien qu’une espece pas adaptée à son environnement finisse par disparaître..les hommes verts ne nous manquerons pas ,ni les feministes ni les socialauds

  • A propos des antennes-relais, prétendument dangereuses pour la santé, on voit au Maroc des nids de cigognes bâtis sur ces structures. Si les « ondes » émises étaient vraiment aussi sensibles et dangereuses, je doute que les cigognes y exposent leur progéniture !

  • Un bel exemple de mensonge éhonté fut trouvé sur le site du Figaro avec ce titre:
    « Réchauffement climatique: la côte méditerranéenne est rongée par les vagues ! » Par Guillaume Mollaret, Vincent-Xavier Morvan. Ces deux idiots ignorent-ils ou occultent-il l’érosion des sols par l’eau ? Que les vagues érodent le littoral depuis qu’il y en a sur Terre ? Le réchauffement n’a strictement rien à voir dans cette érosion. On constate qu’ils rejettent sur le réchauffement tout ce qu’ils peuvent. C’est de l’escroquerie à l’état pur ! Ils sont prêt à tout pour faire peur au public.
    Le lendemain, nouvelle tromperie avec cette perle : « La dégradation de l’habitat, les maladies invasives et le réchauffement climatique sont à l’origine des risques qui pèsent sur la forêt. » Curieux lorsqu’on sait qu’en Europe la forêt a gagné énormément de terrain. En France elle a même doublé sa surface. L’augmentation du CO² permet à la flore de se développer, c’est bien connu ! Sauf des journalistes dont l’inculture et l’ignorance sont effarantes.

  • Merci pour la correction, j’avais tiqué en lisant ce passage.

  • Superbe!
    Un homme pas trop bête (A.E.) disait que, seule la sottise humaine lui donnait une idée de l’infini. Les écolos lui donnent raison tous les jours.
    Si seulement on pouvait inventer un virus plus dangereux que le VIH qui n’attaquerait que les écolos pastèque!

  • ‘On commence à voir des jeunes couples qui décident de ne pas avoir d’enfants’
    Et bien, si des couples écolos décident de ne pas avoir une petite Greta, c’est une super bonne nouvelle…

  • pas que le changement climatique ,les gens ont la trouille..
    vous avez vu l’incendie de Rouen? depuis qu’il a eu lieu ..sans cesse est répété , y a t il un danger pour les populations… ?

  • Mais non vous ne comprenez rien…
    Demain je démarre mon horrible voiture diesel…
    Et ce sera l’effet papillon, la température va grimper soudainement de 40 degrés, les océans monter de 8 mètres , des milliers d’occidentaux vont fuir vers le pole nord emmenés par Greta en maillot de bain, montée sur un chameau.
    Le bidon de 5 litres d’eau potable vaudra soudain 100 000 euros, pour retenir ses concitoyens, le petit Emmanuel juché sur les épaules de Brigitte haranguera la foule des migrants climatiques et organisera une grande collecte pour les Énarques sans emplois faute de contribuables à pressurer.
    Faite attention, ça commence demain à 7h10…
    Ou pas… Comme les délires de Greta et consorts…

  • J’adore votre article! Il correspond à ce que je pense, ce qui me réconforte, mais il me fait désespérer de ceux qui vivent leur salut dans les promoteurs de cataclysmes!

  • Le phytoplancton, ainsi que son nom l’indique, est la flore des océans, et tout comme la terrestre il augmente en quantité avec la montée du CO2 dans l’atmosphère, qu’il absorbe en relâchant l’Oxygène! Il permet de nourrir le plancton, lequel nourrit à son tour la majorité des poissons! Plus il y en aura et plus il absorbera de CO2.

    • Bien sûr, mais Bopp indiquait clairement que cette capacité à absorber du CO2 (« puits de carbone ») doit être quantifiée, sous-entendant par là que les prévisions du GIEC sont fragiles ; ce qui de la part d’un des porte-voix du réchauffisme est un aveu révélateur.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
12
Sauvegarder cet article

Nouvelles gesticulations gouvernementales alors que des orages assez violents ont traversé la France il y a quelques jours : pour les ministricules de la République, pas de doute, voilà un nouveau signe du réchauffement climatique forcément anthropique contre lequel il faut lutter au quotidien, de préférence avec des petits gestes inutiles mais religieusement effectués pour apaiser Gaïa.

C'est ainsi qu'Amélie de Montchalin, propulsée ministre des Trucs Verts en Transition après cinq années de succès retentissants au service de la Macro... Poursuivre la lecture

Il est déjà communément admis que la guerre en Ukraine marque un tournant dans l’histoire. En l’espace d’une seule nuit – celle du 24 février –, nous aurions tourné la page sur le Covid-19 et un monde occidental depuis trop longtemps blotti dans un confort paralysant. Nous aurions subitement pris conscience du ridicule de notre réaction devant un virus finalement bien moins menaçant que le risque d’une catastrophe nucléaire.

L’Occident vivrait un grand réveil : la fin de l’histoire n’est pas advenue et nous aurions envie de redevenir c... Poursuivre la lecture

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

L’ensemble de notre économi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles