Comment le capitalisme familial déconstruit le mythe du « 1 % des plus riches »

Le nouveau vent du capitalisme qui souffle outre-Atlantique nous envoie des signaux, nous encourageant à ne pas condamner ces entreprises familiales, classées dans le lot édifiant du 1 %, alors qu’elles ont vocation à favoriser le bien-être social de 99 % !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
family business source https://unsplash.com/photos/HAe8lLfH02E

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment le capitalisme familial déconstruit le mythe du « 1 % des plus riches »

Publié le 28 septembre 2019
- A +

Par Rania Labaki et Gonzalo Jiménez-Seminario.
Un article de The Conversation

Les vertus du capitalisme familial reviennent aujourd’hui dans les débats, dans un contexte où le capitalisme financier classique, qui soutient la création de valeur actionnariale, semble muter vers un capitalisme qui soutient la création de valeur pour toutes les parties prenantes.

Aux États-Unis, 181 leaders de grandes entreprises, dont JPMorgan Chase, KPMG ou encore Blackrock se sont ainsi engagés en août 2019 à poursuivre la création de valeur pour « tous les Américains ». Cette déclaration de la « Business Roundtable », s’inscrit dans une rupture annoncée du paradigme « friedmanien » de la responsabilité sociale pour les actionnaires. Elle rapproche donc un peu plus les aspirations de ces entreprises de celles du capitalisme familial, représenté par des sociétés dont le capital est contrôlé par une famille et qui s’inscrivent dans une perspective de long terme.

Ce changement de posture semble prendre tout son sens face aux discussions idéologiques actuelles autour de la distribution de la richesse dans le monde, avec les mesures du président américain Donald Trump, l’avènement du Brexit, les Gilets jaunes en France ou d’autres mouvements anti-élites.

Publié quelques semaines plus tard outre-Atlantique, le livre Capitalisme et idéologie (Éditions du Seuil) de l’économiste Thomas Piketty prône plutôt un socialisme participatif, avançant des propositions sous l’angle du lien causal entre idéologies politiques et réduction d’inégalités, dans la continuité de son Capital au XXIe siècle. Dans cet ouvrage, Piketty avait déjà réussi à mettre des images illustratives au service de données dures en invoquant avec créativité et une élégante ironie des personnages légendaires sortant des plumes prodigieuses de Jane Austen et Honoré de Balzac. Il avait démontré que la rentabilité du capital a augmenté plus rapidement que la croissance économique, favorisant ainsi la concentration de la richesse, dans ce qui est désormais connu sous l’expression du « 1 % des plus riches ».

Les PME et ETIs au cœur du 1 %

À ce sujet, Thomas Piketty continue à militer en faveur de la taxation des « 1 % des plus riches », ce qui révèle une confusion sur les contours du capitalisme familial. En effet, un alourdissement de l’impôt en vue de lutter contre les inégalités ne risquerait-il pas plutôt de détruire de la valeur pour toutes les parties prenantes car il menacerait directement de nombreuses PME et ETI, qui sont le cœur du capitalisme familial ?

Pour bien le comprendre, il s’agit de démythifier cette expression du 1 %, qui fait désormais non seulement partie du vocabulaire des politiciens et des manifestants, mais aussi des entrepreneurs eux-mêmes, et petit à petit des citoyens ordinaires de la France et du monde entier.

Nos collègues, Michael Carney et Robert Nason de l’Université de Concordia au Canada, ont justement enquêté sur ceux qui composent le 1 % aux États-Unis – et qui, selon l’ancien président Barack Obama représente 40 % de la richesse totale du pays.

En se basant sur les données de l’enquête américaine Survey of Consumer Finance, ils soutiennent que le 1 % est composé d’environ 1,6 million de foyers actifs avec des patrimoines moyens autour de 29 millions de dollars. La principale source des revenus provient de la propriété et de la gestion active de petites et moyennes entreprises (selon la classification des PME de ce pays), correspondant majoritairement à des entreprises familiales dont la moyenne du chiffres d’affaires est de 13 millions de dollars et le nombre d’employés de 30 environ.

C’est ainsi que 76 % des personnes au sein du 1 % possèdent et gèrent au moins une entreprise, et 87 % ont des parts de capital dans une société active. En moyenne, chaque famille détient un portefeuille de près de cinq entreprises. En règle générale, elle contrôle directement trois entreprises et se place dans une position d’investisseur passif dans deux autres entreprises. Dans l’ensemble, cela représente plus de 90 % des biens de commerce des États-Unis.

Loin des classements Forbes

Cette prévalence des PME semble bien loin de l’image communément admise de ces 1 %, qui regroupent dans l’imaginaire des PDG surpayés, des rentiers à la retraite, des célébrités, des rock-stars, des financiers « masters of the universe » ou encore des petits génies de l’économie numérique. S’ajoute à l’effet de surprise le fait que la plupart des propriétaires de PME ne sont en aucun cas qualifiés pour figurer dans les listes de milliardaires de Forbes ou Fortune. Il s’agit plutôt d’entreprises familiales au modeste train de vie. On pense ainsi au Mittelstand, la nébuleuse d’entreprises familiales devenues parfois des championnes du monde dans des niches techniques, pointues voire hautement spécialisées, qui sont au cœur de l’économie allemande.

Les faits permettent donc de démythifier le 1 % de la richesse, en montrant qu’il ne représente pas nécessairement des magnats et des sommités fortunées, faciles à admirer ou à haïr, mais des familles plutôt ordinaires qui travaillent, avec les difficultés, les défis et les attentes de tout citoyen opérant dans un contexte en perpétuelle mutation. Ce sont finalement ces PME et ETI qui créent des emplois, contribuent à l’économie nationale et aux communautés au sens large.

Avec son approche inclusive de toutes les parties prenantes, il n’est donc pas étonnant de constater que le capitalisme familial inspire à l’heure actuelle le renouveau et la quête de sens du capitalisme financier classique ou à actionnariat dispersé qui atteint ses limites.

Des atouts, quelle que soit la taille

Si la durabilité et la résilience du capitalisme familial, face aux grandes crises n’est plus à démontrer, il opère principalement sous la forme de PME et ETI, comme un capitalisme fondé sur une vision humaine et à long terme, des actions citoyennes et un ancrage territorial déterminant pour le développement des communautés.

Les grandes entreprises familiales, reconnues comme étant les plus grandes contributrices dans le domaine philanthropique font également partie intégrante de cette vision.

C’est ainsi que des grands groupes côtoient des PME et ETI dans leur représentation d’un capitalisme moderne alliant responsabilité et performance. En aspirant à la continuité de l’œuvre familiale à travers les générations, les propriétaires familiaux œuvrent à la pérennité des écosystèmes avec lesquelles ils interagissent, au-delà des intérêts individuels de court terme caractérisant le capitalisme financier.

En attestent des entreprises françaises, quelle que soit leur taille.

Porté par les valeurs familiales de long terme depuis neuf générations, le groupe LISI se positionne par exemple aujourd’hui parmi les leaders mondiaux de fabrication de solutions d’assemblage et de composants à forte valeur ajoutée pour les secteurs de l’aéronautique, de l’automobile et du médical.

Présentation de présentation du groupe LISI (2017).

Tout en étant implanté dans 13 pays à travers les continents, le groupe demeure attaché à ses origines historiques. Le siège social de son holding, Viellard Migeon & Cie, est basé dans le territoire de Belfort où les affaires familiales ont commencé. L’entreprise œuvre à la compétitivité et au dynamisme du territoire en infusant son esprit entrepreneurial, attirant les talents et contribuant à l’emploi.

Autre exemple de PME durable : l’entreprise Lacquemant, reconnue pendant six générations pour la qualité de ses gaufres, croustillons et crêpes, qu’on retrouve aujourd’hui à Lille, rue de Béthune, ou sur les fêtes foraines et quelques marchés locaux. L’entreprise a l’intention de perpétuer le savoir-faire familial à travers les générations tout en étant ancrée territorialement, maintenant la qualité des relations que la famille entretient avec les parties prenantes qu’il s’agisse des clients avec la proximité et l’atmosphère conviviale, des salariés qui lui sont loyaux pour de nombreuses années, et des communautés environnantes avec les actes bénévoles qui lui ont même valu la médaille de l’ordre national du Mérite.

Présentation des Établissements Lacquemant (2018).

Quant au groupe Baudelet Environnement, une entreprise du territoire de taille intermédiaire à sa troisième génération, il a réussi à créer un écosystème régional dans les Hauts-de-France autour de ses activités de traitement des déchets, des ferrailles, métaux et matériaux. À la clé, des emplois de proximité et une collaboration dans la durée avec les instances publiques, communautés et autres partenaires locaux, le positionnant dans la voie d’un acteur leader de la valorisation des ressources dans la grande région au nord de Paris.

Présentation du groupe Baudelet Environnement (2015).

Ces exemples du capitalisme familial ont vocation à impacter les idéologies en lien potentiel, si l’on retient les assertions du dernier ouvrage de Piketty, avec la réduction des inégalités dans le monde. Comme l’ont rappelé il y a une dizaine d’années Christine Blondel et Anne Dumas dans leur ouvrage L’entreprise familiale sauvera-t-elle le capitalisme ?, nos entreprises familiales incarnent bien un antidote des dérives ou des excès du capitalisme.

Le défi de la transmission

Perdurer le capitalisme autour des entreprises familiales nécessite toutefois que celles-ci parviennent à relever le défi de la transmission. Il s’agit en effet d’un processus délicat qui menace directement leur survie, notamment compte tenu de dimensions à la fois psychologiques et fiscales. En particulier, la fiscalité affecte significativement les entreprises familiales en France, où les taux de transmission intrafamiliale sont parmi les plus faibles en Europe.

Quand les affaires vont bien et que les contraintes fiscales ne pèsent pas, ces entreprises transmises aux nouvelles générations vont en effet continuer à croître, se diversifier et créer des emplois dans la durée. Au bilan, leur réussite impactera non seulement leurs bien-aimés, mais aussi l’ensemble des parties prenantes et l’économie au sens large.

Quand on repousse les vilaines caricatures, on peut vraiment soupeser l’importance des entreprises familiales et la convenance que l’État reconnaisse, favorise et renforce leur professionnalisme et leur croissance par le biais de politiques publiques créatives, dynamiques et résolument favorables à l’entrepreneuriat et aux transmissions harmonieuses. Le nouveau vent du capitalisme qui souffle outre-Atlantique nous envoie des signaux, nous encourageant à ne pas condamner sans le vouloir ces entreprises familiales, classées dans le lot édifiant du 1 %, alors qu’elles ont vocation à favoriser le bien-être social de 99 % !

Rania Labaki, Directrice de l’EDHEC Family Business Centre, EDHEC Business School et Gonzalo Jiménez-Seminario, Professeur de management, gouvernance et innovation, Universidad Católica de Chile

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

The Conversation

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Ces entrepreneurs sont indispensables, ils sont comme les mitochondries des cellules. Je trouve qu’ils symbolisent parfaitement la maxime que le tout est supérieur à la somme des parties. Sans eux le talent et les compétences individuels resteraient dispersé et le progrès limité. La véritable richesse (pas seulement matérielle) pour l’homme est de laisser l’entrepreneur agir. A chacun sa fonction, il faut l’accepter.

  • Cet article est fondé sur une identification des mega-entreprises avec de petits groupes familiaux (29 millions de dollars de patrimoine, c’est minuscule). Or les deux ne sont pas assimilables. Les oligopoles, tels les GAFA, les trop grosses entreprises (type LVMH) n’ont rien à voir avec la liberté d’entreprendre . Tout au contraire, elles font tout pour supprimer la concurrence. Les très grosses entreprises (type encore Renault-Nissan) ne sont pas dirigées par des entrepreneurs, mais par des salariés, à l’abri de tout risque entrepreneurial. L’assimilation des entreprises familiales à vocation essentiellement patrimoniale au mega-entreprises à vocation court-termiste de profit est un sophisme.

    • Ce sont tous ceux qui parlent des « 1% plus riches qui détiennent 40% de la richesse » qui pratiquent ce sophisme, justement dénoncé par l’auteur de l’article.

    • 29 millions, c’est peut-être « minuscule » mais c’est pourtant la réalité du patrimoine moyen du fameux 1% tant stigmatisé, du moins aux USA. On évoque l’image du ruissellement à tort en pensant à la consommation des « riches ». Mais c’est une erreur car leur consommation est sans effet sur la prospérité générale, comme toute consommation d’ailleurs. S’il existe un ruissellement bénéfique à la collectivité humaine, c’est celui de leurs investissements, de leur travail, de leurs efforts persistant sur plusieurs générations.

      Que les mega-entreprises œuvrent pour supprimer la concurrence ne devrait pas trop vous inquiéter car elles perdent leur temps. Seul l’Etat a en effet le pouvoir de supprimer la concurrence. A ce sujet, vous devriez plutôt vous interroger sur la connivence entre certaines de ces mega-entreprises et les Etats obèses qui favorisent leur apparition. En France tout particulièrement, l’Etat a encouragé l’apparition de champions nationaux, sous condition qu’ils deviennent autant d’excroissances s’agrégeant à la puissance centrale. Par ailleurs, les GAFA n’ont-ils pas bénéficié d’avantages exorbitants durant l’ère Obama, en partie à l’origine de leurs positions dominantes aujourd’hui ?

      Si vous souhaitez que votre critique gagne en efficacité, c’est contre l’Etat obèse que vos reproches doivent se concentrer. A défaut, vous combattez les effets en ignorant la cause. Sans l’Etat obèse, les mega-entreprises ne sont rien. Ne vous trompez pas de cible.

      • oui …ceux qui disent qu’il n’y pas de ruissellement voudrait que le ruissellement soit une redistribution directe!!! qui conduirait à la fin des inégalités de richesses c’est très agaçant…

        • Ce qui ruisselle, ce sont les opportunités. Mais l’idée de la pluie d’or sous laquelle il suffirait de tendre la main ne parvient pas à disparaître, encouragée qu’elle est par toutes les aides aux plus démunis.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Dr Rainer Zitelmann. Un article de la Foundation for Economic Education

Le Chili a longtemps été considéré comme un pays capitaliste modèle en Amérique du Sud. Dans l'indice de développement humain 2022, le Chili se classe premier parmi tous les pays d'Amérique latine. Et dans l'indice de liberté économique 2022 de l’Heritage Foundation, il se classe 20e, devant les États-Unis et le Royaume-Uni. En 2018, le taux de pauvreté du Chili capitaliste était de 6,4 %, ce qui contraste fortement avec les 76,6 % du Venezuela socialiste.

... Poursuivre la lecture

Par Lipton Matthews. Un article du Mises Institute

 

Les intellectuels anticapitalistes ont imprégné le discours dominant de l'idée que la discrimination raciale est inscrite dans l'ADN du capitalisme. Habituellement, les preuves de disparités raciales dans les milieux professionnels sont citées pour étayer le récit selon lequel le capitalisme pénalise les groupes minoritaires. Bien qu'il soit devenu courant d'affirmer que les disparités constituent du racisme, la question est plus complexe.

La discrimination raciale... Poursuivre la lecture

Par Matt Hampton. Un article de la Foundation for Economic Education

 

Depuis des années, certaines personnes qui s'opposent à la censure sur les médias sociaux affirment que c'est à l'État d'y mettre fin. D'autres ont fait valoir que le marché libre est une meilleure solution que l'État, malgré le problème posé par des entreprises qui déforment le discours public.

La semaine dernière, l'achat de Twitter par le PDG de Tesla, Elon Musk, est l'exemple parfait pour illustrer que des acteurs privés peuvent apporter des c... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles