Comprendre l’après Brexit en deux croquis

Le Brexit se complique, et le gouvernement actuel n’a rien fait pour simplifier la tache du Royaume Uni comme de l’Union Européenne.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comprendre l’après Brexit en deux croquis

Publié le 12 septembre 2019
- A +

Par Thierry Godefridi. 

Je savais d’expérience que les Anglais étaient des gens compliqués. Ce sentiment est corroboré par d’autres qui les ont fréquentés encore plus assidûment que je ne l’ai fait les 25 ans pendant lesquels j’ai eu une entreprise au Royaume-Uni.

Il y a un peu plus d’un an, le Financial Times publiait un article de l’un de ses rédacteurs américains, Robert Armstrong, qui, sur le point de rentrer aux États-Unis, se demandait ce qui peut bien unifier un royaume qui agglomère treize façons – voire plus ! – différentes de parler sur un territoire dont la superficie ne représente qu’un tiers de celle de l’État du Texas.

L’hypothèse qu’avança le journaliste du grand quotidien financier est que les Britanniques sont, de manière générale, des emmerdeurs (« British are a pain in the arse »). « Les habitants de ces îles, écrivit-il, n’aiment pas qu’on leur dise ce qu’ils doivent faire. Ils sont butés, intraitables et arrogants. » Il ne le concevait pas comme une insulte, mais comme un constat au terme de cinq années d’observation rapprochée au quotidien.

Subversifs et anti-autoritaires

La phrase de quatre mots, sorte de refrain national, qui saisit le mieux le caractère subversif, anti-autoritaire, indolent des Anglais, est, selon le journaliste américain : « I can’t be arsed », « je n’en ai rien à f… » en quelque sorte et en guise d’ultime argument. Ajoutez-y que les Anglais n’ont pas la réputation d’être des « straight shooters » (d’aller droit au but)…

Le 14 novembre 2018, Theresa May obtint le soutien « collectif » de son gouvernement à l’égard de l’accord péniblement négocié avec l’Union européenne. Dès le lendemain de ce soutien supposé « collectif », quatre membres de son gouvernement, et parmi eux Dominic Raab, le secrétaire d’État précisément en charge du dossier du Brexit, démissionnèrent.

« Perfide Albion » ! Les quatre renégats n’avaient-ils pas eu la franchise de faire part de leur refus du projet d’accord lorsqu’ils se trouvaient en face de la Première ministre ? Un ami anglais me confia qu’il ne fallait jamais oublier que les Anglais étaient « double-faced », des hypocrites. « Et toi, lui demandai-je, naïf, l’es-tu aussi ? » « Bien sûr, me répondit-il sans ciller, je suis anglais ! » Comment ne verrait-on pas une manifestation de ce trait de caractère dans la démission de Raab et consorts à l’époque ?

Lors d’une conférence de Michel Barnier, invité par la Chambre de commerce et d’industrie France Belgique en mai dernier à Bruxelles, le négociateur en chef pour l’Union européenne dans le cadre des pourparlers en vue du Brexit souligna le sérieux et le professionnalisme de la Première ministre britannique madame May et des membres de son équipe de négociateurs.

Ensemble, ils réussirent presque à résoudre la quadrature du cercle, à savoir ici à éviter de rétablir une frontière entre l’Eire et l’Ulster tout en actant la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne et en préparant la suite des négociations économiques, compte-tenu des lignes rouges reprises dans le schéma ci-dessus (fourni par Michel Barnier) des possibilités de coopération future entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, cette dernière étant bien entendu tenue d’honorer ses engagements commerciaux antérieurs vis-à-vis de ses autres partenaires.

Les Britanniques, et les conservateurs anglais en particulier, s’étant surpassés entre-temps, l’on a vu ce qu’il en est advenu. Et, quant à envisager la suite de cette comédie shakespearienne, là encore un croquis vaut mieux qu’un long discours. Souhaitons aux Britanniques de ne pas tomber de Charybde en Scylla et de ne pas porter au pouvoir un gouvernement travailliste dont l’essentiel du programme porterait sur des expropriations et des confiscations ainsi que sur quelques autres diableries bien socialistes.

Quant à la possibilité de conclure un accord commercial avec les États-Unis, n’est-il pas prématuré de l’évoquer, étant donné ce qui précède, voire illusoire, étant donné la versatilité de l’occupant actuel de la Maison Blanche ?

 

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • merci de rappeler le cadre juridique et institutionnel en place…
    un cadre ça se casse néanmoins.
    ça ressemble un peu quand m^me au pouvoir ne nuisance de la bureaucratie…

    j’ai vu ce genre de diagramme dans le cadre de « danger grave et imminent » et la procédure à suivre pour qu’un salarié quitte son poste…selon les règles…

    je m’imagine anglais…à la premiere menace de sanctions de l’union européenne ma réaction est de m’en séparer brutalement…

  • « Ensemble, ils réussirent presque à résoudre la quadrature du cercle, à savoir ici à éviter de rétablir une frontière entre l’Eire et l’Ulster tout en actant la sortie … »

    La quadrature du cercle ?? L’auteur ne voit pas la poutre de complication qu’il a dans l’oeil pour en accuser les autres.
    Quand il dénonce une complexité des relations économiques, il prêche le faux. Les relations sont par nature complexes. L’UE est une fausse simplification.
    La vrai simplicité est de connaître parfaitement ses intérêts propres.

    PS: Je rappelle que l’auteur est un admirateur de Singapour : une ville état au régime politique simplissime, et aux relations commerciales complexes.

  • Le problème, c’est que cette palinodie ne vient pas des Anglais qui ont dit clairement qu’ils veulent sortir de l’UE, mais de l’UE via Barnier qui ont multiplié les chausses-trappes avec la complicité de Theresa May et des remainers qui veulent s’asseoir sur le vote populaire. L’UE ne veut rient renégocier, simplement faire plier la Grande-Bretagne pour éviter que d’autres ne fassent pareil en voyant que ça se passera mieux en dehors de l’UE !

    • Les véritables négociations débuteront après le brexit, une fois apaisées les tensions liées à la sortie. On n’imagine pas l’Allemagne, 3e exportateur mondial, renoncer à de juteux marchés à l’export, notamment GB et USA.

  • Dans les schémas, on comprend mal :
    – pourquoi il faudrait un nouvel accord avec l’UE avant le 19 octobre
    – pourquoi BJ devrait démissionner s’il ne demande pas à l’UE un report du Brexit
    – en quoi un accord commercial avec la Suisse, l’Ukraine ou la Turquie serait impossible

    • Pour ma part je comprend qu’il existe déjà différents « deals », acceptés par différents pays et que les anglais n’en veulent aucun

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La victoire écrasante de l’union des droites en Italie ce dimanche inquiète autant qu’elle réjouit. La percée de la droite radicale incarnée par Giorgia Meloni suit de près celle des démocrates de Suède (SD) survenue deux semaines auparavant. En France, la gauche hurle au (post)fascisme et l’extrême droite reprend espoir, y voyant une victoire par procuration. Le centre technocratique accuse le coup également mais dissimule mal son malaise.

La semaine dernière, madame Meloni a bénéficié d’un soutien particulièrement inattendu (et invol... Poursuivre la lecture

uerss
14
Sauvegarder cet article

La chute de l’UERSS

Article disponible en podcast ici.

 

De l'UE à l'UERSS

Il faut se remémorer l'UE libérale. Son histoire commence avec la communauté européenne du charbon et de l’acier en 1951. Son but figure dans le titre : créer une solidarité autour du charbon et de l’acier pour accroître les économies de chacun.

Cette vision libérale centrée sur l’économie est arrivée à son maximum avec Shengen en 1985 et l’ECU (ancêtre de l’euro) en 1979. L’UE voulait que l’argent, les citoyens, les entreprises et les idées circulent le plus li... Poursuivre la lecture

union européenne
3
Sauvegarder cet article

La gestion de la crise énergétique actuelle, la planification écologique, ou encore les récentes manifestations d’agriculteurs aux Pays-Bas posent de plus en plus la question du bien-fondé des politiques européennes. Si cela est particulièrement notable depuis la guerre en Ukraine, la plupart des pays européens subissent aujourd’hui les conséquences d’un système énergétique européen fragilisé depuis plusieurs années par des politiques expérimentales et des investissements dans des sources d’énergies peu fiables et résilientes.

L’engoue... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles