Écologie : le grand bal des hypocrites

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
La valse 2 by Valentin Hintikka (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Écologie : le grand bal des hypocrites

Publié le 8 septembre 2019
- A +

Par Nicolas Perrin.

Depuis les élections européennes, l’écologie a fait son grand retour sur le devant de la scène. Lors des dîners en ville, si vous ne témoignez pas désormais de votre éco-conscience et de votre admiration pour la prêtresse de « l’impératif écologique » à nattes et culottes courtes, vous avez vite fait de vous retrouver catalogué comme affreux réactionnaire.

Je vais donc vous proposer quelques éditos sur le sujet, tout en restant dans le cadre de l’actualité estivale. J’espère que vous y trouverez quelques réflexions susceptibles de clouer le bec à un encombrant voisin de table…

Jet set : bienvenue au bal des Tartuffes !

Pas d’édito spécial vacances sans rubrique jet set. Je vous avais promis la semaine passée de vous parler des vacances du sommet de la pyramide sociale : nous y voilà !

Le 30 juillet, le prince Harry était sollicité par son épouse Meghan pour intervenir dans Vogue UK, magazine dont elle était invitée en tant que rédactrice en chef le temps d’un numéro. Au détour d’une conversation avec une scientifique britannique, le duc de Sussex a fait part des choix du couple en matière de descendance. Ce sera donc « deux enfants, maximum ! »

Et le cadet du prince Charles de poursuivre :

« Aussi intelligents que nous sommes, ou aussi évolués que nous sommes tous supposés l’être, nous devrions pouvoir laisser quelque chose de mieux pour la prochaine génération. »

Derrière cette bouillie écolo-béate, celui qui occupe la sixième place dans l’ordre de succession au trône britannique émet une conviction limpide : il est très intelligent et responsable, et les gens très intelligents et responsables savent l’état catastrophique dans lequel notre planète se trouve, et ont conscience du fait que l’empreinte carbone d’un être humain rapproche inéluctablement la Terre de l’issue fatale.

Or, comme « chaque action compte », les gens très intelligents et responsables se doivent de ne pas faire plus de deux enfants. CQFD.

Par Saint-Georges, quel sens du sacrifice, n’est-ce pas ?

Je vous laisse en juger au vu du moyen de locomotion choisi par ce si adorable couple, à peine 15 jours plus tard.

Peut-être Harry et Meghan avaient-ils leurs royaux derrières posés sur des sièges en coton biologique ? Il n’en reste pas moins que l’une des caractéristiques de la jet set, c’est qu’elle a du mal à voyager autrement qu’en jet privé.

Bien sûr, comme l’a rappelé Elton John – grand ami de feu Lady Diana (je vous avais prévenu qu’aujourd’hui, c’est people) –, le couple royal avait besoin d’être en sécurité pour rejoindre la demeure niçoise du Crocodile Rocker.

Je partage l’avis de ce dernier – avec deux réserves, cependant.

Tout d’abord, il existe des moyens beaucoup plus écolos de voyager en toute sécurité, même lorsque l’on est une personnalité très en vue. Cependant, du point de vue de ce qui reste de l’aristocratie européenne (étymologiquement censée être le « gouvernement par les meilleurs »), il semble que les sacrifices ne soient plus l’apanage que des manants.

Ensuite, chacun a le droit de faire le nombre d’enfants qu’il souhaite (le sens des responsabilités à cet égard aurait à mon avis moins à voir avec l’empreinte carbone ainsi engendrée qu’avec le fait de ne pas compter sur l’argent des autres pour élever ses bambins).

Cependant, lorsque nos prétendues convictions et nos actions sont diamétralement opposées, on ne la ramène pas avec des leçons de morale.

Mais avant même que la tartufferie de ce couple emblématique ne soit dévoilée au grand jour, il était évident que nous avions affaire à deux parfaits hypocrites. En effet, admettons un instant que le postulat malthusien de Meghan et Harry soit valide, à savoir qu’un être humain de plus sur Terre rapproche d’autant la planète de la catastrophe.

Si cette conséquence leur brisait réellement le cœur, l’unique décision conséquente aurait alors été de renoncer à avoir des enfants, ainsi que de tirer un trait sur les mondanités. C’est d’ailleurs ce que font certains militants dénatalistes qui ont au moins le mérite de la cohérence dans leur nihilisme.

Or en se cantonnant à deux enfants, Meghan et Harry s’imposent un niveau de sacrifice nul par rapport au mode de vie d’un couple occidental standard en ce début de XXIe siècle. Bref, ils surfent sur le politiquement correct pour satisfaire la seule chose qui compte réellement à leurs yeux : le gouffre sans fond de leur vanité.

Le Tartuffe écolo existe aussi en version française

Que nos lecteurs britanniques se rassurent : nous avons le même genre de Tartuffe à domicile. Le 22 août, Raphaël Glucksmann a gagné ses galons de général en chef des hypocrites éco-conscients de France et de Navarre.

Comme je n’aime pas les citations tronquées, je vous en propose le verbatim. Accrochez-vous, ça pique !

« Ce qu’on imagine, comme société, c’est une société où ceux qui ont trop vont devoir rendre, plus, au commun, que… C’est une société où, finalement, ceux qui prennent l’avion pour partir en week-end à Barcelone ne le feront plus, ou alors le paieront très cher, c’est une société où les gestions collectives des biens communs s’imposeront face aux gestions privées, c’est une société qui reviendra sur les privatisations, c’est une société par exemple qui ne privatise pas ses aéroports, c’est une société où, finalement, on a réhabilité ce qui a été la grande débâcle des 40 dernières années, c’est-à-dire l’idée que le collectif, le peuple assemblé, l’État, la cité, a son mot à dire sur le destin commun. C’est donc une société aussi du retour d’une forme de contrainte – il ne faut pas avoir peur de le dire –, d’une forme de contrainte collective qui s’exerce sur les désirs et les libertés individuels. »

Mais dites-moi, cher lecteur… ce grand projet plein de bonnes intentions ne vous rappelle-t-il pas quelque chose ? C’est bête, je l’ai sur le bout de la langue, mais je ne le retrouve plus… Ah, merci Géraldine Woessner !

Pour une fois, Ze New Bigoudi n’a pas été très patient – on le comprend…

Mais quel est le rapport entre les velléités totalitaires de Raphaël Glucksmann et la tartufferie du couple royal britannique, vous demandez-vous peut-être ?

Eh bien, un autre problème est que le 19 août, soit trois jours avant de passer sur France Inter, le leader du parti Place publique était en Grèce, et avait son derrière posé sur un buggy en compagnie de son bambin, comme en atteste cette photo (toujours en ligne) postée sur Instagram par sa compagne, Léa Salamé.

Et Ze New Bigoudi de contextualiser cette suite d’événements pour le moins inopportuns :

Bref, on a donc affaire à un type qui part en vacances à trois en Grèce pour y faire notamment du buggy et qui, à peine atterri en France, se précipite à la radio où travaille sa compagne pour nous expliquer qu’il veut interdire aux autres de prendre l’avion parce que ça pollue.

Question : selon vous, cher lecteur, on se situe à quel niveau sur l’échelle du dégueulasse ?

Si vous en doutiez encore, voilà qui devrait vous convaincre que Raphaël Glucksmann incarne le communisme dans toute sa splendeur. Nul doute qu’il se vivrait très bien en Léonid Brejnev, lequel se faisait péter le gosier et la panse en expliquant au peuple qu’il devait se soumettre.

Je vous quitte sur cette archive à mourir de rire, et je vous dis à bientôt pour d’autres démontages de charlatans à la clé de 12.

Pour plus d’informations, c’est ici.

Voir les commentaires (81)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (81)
  • le couple princier n’aura donc que deux enfants ? la belle affaire , pendant ce temps , d’autres  » familles » vont en pondre quinze à la douzaine , sans s’occuper de savoir si c’est bon pour Gaïa ou pas …..

    • ça, c’est un article que je vais conserver dans mes archives !!!!

    • Si je comprends bien, 2 parents + 2 enfants, ça fait 4 personnes, donc 2 de trop. Si les parents veulent vraiment rétablir l’équilibre écologique, il ne leur restera plus qu’à se suicider. Même suggestion à M. Glucksmann; ça nous aidera à sauver la planète en économisant l’énergie et le papier utilisés pour étaler ses stupidités (je dis stupidités parce que je suis poli, mais j’ai vraiment envie de dire autre chose de bien plus grossier).

      • Non ces 2 personnes + ces 2 personnes, ca fait 4 personnes de trop.
        Eux vivent et 4 autres doivent mourir ou se restreindre. Elle est là leur logique.
        Vous prenez nos gouvernants et nos apprentis dictateur pour des altruistes égarés qu’on pourrait remettre sur la voie de la raison avec des arguments. C’est peine perdue, ce sont des psychopathes.

      • L’ideal pour la planete serait des couples d’homosexuels cela eviterait de tuer les filles a la naissance pour limiter la population !

      • l’idée reste de stabiliser la population…

        en fait ces andouilles ignorent que en moyenne c’est déjà ce qui se passe en moyenne dans le monde… et la population augmente essentiellement par accroissement de la longévité.. l’affreuse longévité qu’il faudra aussi « contrôler » mon cher harry…

        le bal des hypocrites..en effet…

        pour etre franc on passe pour un méchant …sauf au milieu de gens dont on connait le mode de vie..sinon ils changent vite de sujet…

        • l’affreuse longévité qu’il faudra aussi « contrôler » mon cher harry…

          Une balle dans la nuque à 70 ans, les khmers verts feront comme les rouges…

        • Et deux gosses c’est plus que la moyenne en grande bretagne, cette andouille fait PIRE dans sa propre métrique que le britannique « moyen »…

    • Vite une loi qui nous règle vite ce problème de gens qui font des gosses sans y penser, surtout si ils sont pas de chez nous. Non je rigole.

      Suppression de toutes les allocations, suppression de l’école « gratuite, plus aucun appartement subventionné à loyer modéré, etc…aucune aide autres que celles des personnes privées.
      Bref, suppression de l’Etat providence, on y réfléchira à deux fois avant de faire un enfant.
      Ça rend responsable la liberté.

      • @aerosolkid
        excellent +100

      • +1000
        On se moque de ceux qui prennent le jet privé pour leurs vacances et veulent interdire l’avion aux autres, mais on oublie toujours de ridiculiser ceux qui prônent la décroissance et soutiennent toutes les allocations natalistes.

      • Pourquoi s’arrêter en si bon chemin, suppression de tout état-providence (une certaine forme de corruption en fait). Chacun organise sa charité selon ses goûts et ses moyens.

    • Hypothèse: Il y a deux sortes d’humains, ceux qui servent et ceux qui taxent au sens large (qui bouffent tout en tirant au flanc, à tous les niveaux de la société).
      Si la théorie malthusienne était vraie, ce devrait être les décervelés du bulbe qui pondent une quirielle d’enfants sans chercher à en faire des humains éduqués que l’on devrait restreindre dans leur frénésie reproductive, au motif que plus on est éduqué et plus on a de chances de servir car c’est en servant que l’on ne spolie pas la communauté dans un système redistributif, car c’est dans ce désir de servir que l’on est créatif et que l’on crée de la valeur, pour soi d’abord et pour les autres ensuite.

      • Nimp, il n’y a qu’une sorte d’humain: l’homme.

        « C’est dans le désir de servir qu’on devient créatif », c’est ce que je dis tous les jours à mes esclaves, ils ne comprennent rien à rien et ne prennent aucune initiative. Je dois ordonner pour qu’ils me distraient correctement, c’est pénible à la fin.

        « C’est en servant qu’on ne spolie pas la communauté ».
        Nan mais sérieux, vous rendez vous compte de ce que vous écrivez ?
        Y’a des libéraux ici, pensez à leur santé mentale. Lol.

        De toute façon la théorie malthusienne est fausse alors par conséquent votre hypothèse…
        C’est quoi ? C ’est un troll ? Rassurez moi, vous ne pensez pas réellement ce que vous écrivez, cela n’a aucun sens.

        • Aerosolkid, vous avez enfin mis le doigt sur un paradoxe, une contradiction que j’ai déjà remarqué plusieurs fois dans le discours de certains commentateurs ici : « « C’est en servant qu’on ne spolie pas la communauté ».
          Oui oui, travailler au maximum pour créer de la valeur au maximum pour que la croissance croisse et que les gens vivent dans l’opulence. Vous n’avez pas le choix ! Travailler ou mourir n’est pas un choix. Allez hop, à la mine !

          • Ah, si vous le dites, alors à la mine et la bonne 😉

          • Hélas, vous n’avez rien compris et c’est pas faute d’expliquer mais vous ne lisez pas.
            Dans « travail » vous inférez immédiatement « mine » dans un réflexe rétrograde temporel. Il n’y a plus de mine en France.
            Il est question de remplacer le travail musculaire partout par un travail intellectuel; pour accroitre la productivité par les machines et innover par l’humain.
            Le rêve vendu par les cocos : la fin du travail et les besoins de tous satisfaits.
            Faut être croyant…

            • Il n’y a plus de mine en France…

              Pourtant, il y a tellement de gens qui font mine de travailler…

              (Surtout au gouvernement)

              • AlfredSG, Leipreachan : vous ignorez qu’il existe encore des mines en France métropolitaine ? C’est dommage.
                Et en Guyane ? C’est la France, non ? Pas de mines ?
                Les communistes n’ont JAMAIS prôné la fin du travail. Permettez moi de couper court à cette discussion, elle n’a aucun intérêt vu votre pauvre maîtrise du sujet.
                Et je réponds à mon camarade STF ici aussi : je vous ai connu plus inspiré.. Arbeit macht frei ? Mais.. pourquoi vous sortez ça ici ? Aucun rapport..
                Et des gardes armés ? Je dois vous remettre le lien de Ouest-France sur les cris des syndicats de police dénonçant le sous-investissement chronique des forces de l’ordre ? Les taux de suicide chez les policiers ? L’état de délabrement des commissariats ?

                • @Hors du Bocal
                  « vous ignorez qu’il existe encore des mines en France métropolitaine ? C’est dommage. »
                  Oui, il y a des mines… d’exploitation non énergitique. une vingtaine.
                  « C’est le sel qui concentre l’activité en métropole la quasi totalité des concessions, en 2017 prés de 4,2 millions de tonnes de sel ont été extraites du sous-sol, la majeure partie de la production s’effectue par dissolution excepté 160 000 tonnes extraites par travaux miniers souterrains), suivi par la bauxite (deux exploitants dans l’Hérault), puis les schistes bitumineux (une mine) et la fluorine (un projet de mine en développement). La france produit un peu de tantale, du niobium et de l’étain dans une carrière à Echassières (Alllier) qui dispose d’une autorisation spéciale. »
                  Deux permis ont été délivrés pour de l’exploration.
                  « http://www.mineralinfo.fr/page/mines-0 »

                  • oui, je sais. J’ai tiré mes infos de la même source. Et donc il y a encore des mines. Vous vous rappelez le mélodrame que vous m’avez fait quand j’ai eu le malheur de dire « il n’y a pas de tueries en Europe » alors qu’il y en a quelques unes très rarement ? Ben ici, c’est pareil, vous ne pouvez pas dire « il n’y a pas de mines » car il y en a un touuuut petit peu 🙂

                    • @Hors du bocal
                      WHAHAHA ! mélodrame !!
                      Vous aviez fait une belle phrase :
                      « En France, en Belgique, en Allemagne, dans plein de pays à peu près civilisés, les profs ne sont pas armés ET il n’y a pas de tueries.. »
                      Mais il fallait deviner « En France, en Belgique, en Allemagne, dans plein de pays à peu près civilisés, les profs ne sont pas armés ET il n’y a pas de tueries en général… » Lecture divinatoire que vous n’appliquez pas à AlfredSG ni à Leipreachan.
                      Ce que vous êtes drôle !
                      J’ai été dans votre sens pour une fois, et ça vous perturbe semble-t-il.
                      J’avoue que pour l’info sur les mines, j’ai été scotché. Sur Wikipédia, il est noté qu’il y a une mine d’exploitation d’or dans le Sud. Le fait qu’exploitation et exploration restent soumises à autorisation (par des concessions) de l’Etat m’a moins choqué.

                      « Arbeit macht frei » Pourquoi je sors ça ici ? Ben parce que: « Travailler ou mourir n’est pas un choix. Allez hop, à la mine ! » – Hors du Bocal, 8 sept. 2019, 10h49.
                      Quant aux syndicats dénonçant des manques de moyens, on est au courant, depuis des lustres, c’est leur refrain annuel. Alexandre Langlois, que j’ai déjà cité sur un autre article, parle d’un problème de missions. C’est plus ce problème de dévoiement des forces de police qui mine les policiers.
                      Concernant des gardes armés par des gouvernements, qui chatouillent les côtes des « travailleurs libres », vous savez combien de chiens de berger il faut pour guider un troupeau de chèvres à un enclos ? Un seul. Ce qui fait que le troupeau suive, ce sont les crocs du chien de berger. Il PEUT s’en servir et le troupeau le sait.

                    • STF, je n’ai pas tapé sur la tête des 2 sieurs juste pour cette erreur. C’est juste une précision car ils voulaient me corriger.
                      Pour le travailler ou mourir, je pense aux gens constamment sous pression, aux effectifs réduits, à ma cheffe qui est partie en burn-out jeudi passé, etc.
                      Faut vraiment que je m’en tienne à sujet-verbe-complément sans métaphore, périphrase, antiphrase, etc..

                    • @Hors du bocal
                      Bonsoir,
                      « car ils voulaient me corriger »
                      Un peu de la même façon que vous quand vous m’avez sorti cette phrase.

                      « Pour le travailler ou mourir, je pense aux gens constamment sous pression, »
                      L’Homo Sapiens vit sous pression depuis des millénaires. La première de ces pressions était de trouver de quoi de rester en vie. Chasser, cueillir, cultiver, travailler, rien de nouveau en fait.
                      Votre chef n’a pas, ou n’a plus, les épaules, voilà tout. Il y a beaucoup (trop) de personnes à des postes de chef qui n’ont pas les épaules : elles veulent bien le poste, la paie, l’autorité, mais ne veulent pas des responsabilités, et je ne parle là pas des politiciens mais des chefs que l’ont trouve dans toute entreprise organisée. J’étais pompier sur base pendant mon service militaire. Bien que je n’ai jamais eu à intervenir réellement, j’étais conscient que lorsque le klaxon sonnait, nous partions pour une catastrophe active ou imminente. (petit rappel : Se préparer pour le pire ; espérer le meilleur. Si on part pour un bobo, alors qu’on a un bâtiment, rempli de munitions, en feu, on risque d’avoir bobo pour le coup.) La pression, je savais déjà la gérer avant d’être pompier de l’Air. Quand on part pour une catastrophe, type crash d’avion, bâtiment en feu, la pression concerne la vie humaine. Plus tard, en tant que salarié, quand j’entendais mes chefs me parler de « pression » je souriais, sans tirer au flanc, ni bâcler mon taff. Mes expérience personnelle et militaire m’ont permis de supporter la pression professionnelle dûe au genre de travail, somme toute facile. La plus difficile est celle de gérer la pression inutile, négative, produite par des encadrants ne gérant pas leur, soit par incompétences, soit par manque d’épaule, l’une et l’autre effaçant leur crédibilité.
                      Pour revenir à votre chef, le climat professionnel ambiant ne l’aide pas évacuer le stress qu’elle éprouve, puisque ses voies de recours sont restreintes, ce qui n’était pas le cas avant 1974. (la crise pétrolière ayant touché tous les pays). Dans un climat plus ouvert, ses options seraient plus nombreuses. … mais pour cela, il faut de la liberté économique, et d’entreprise, du capital qui découlent de la Liberté.

                    • STF, ma cheffe a repris, contrainte, son poste et celui d’une autre personne en janvier. 200% de travail pour 100% de disponibilité.

                    • @Hors du bocal
                      Bonjour,
                      « STF, ma cheffe a repris, contrainte, son poste et celui d’une autre personne en janvier. 200% de travail pour 100% de disponibilité. »
                      « Contrainte » dites-vous au sujet de votre chef et de sa reprise de travail :
                      – son supérieur direct, ou plus haut placé, est-il allé lui mettre des fers pour la traîner à son lieu de travail ? (je pense que non.)
                      – démissionner de son travail est-il compliqué par le manque d’emplois dans la branche et à son poste de qualification ?
                      – démissionner de son travail est-il compliqué par le chômage de masse ?
                      J’espère pour votre chef qu’elle a eu l’idée d’etre mieux payée, 200% en plus, pour le taff qu’elle produit.
                      Votre petite description de poste ressemble à celle d’un assistant ministériel, de ceux qui font tourner la « boîte », pas de ceux qui se la coulent douce.
                      Quelques unes de mes collègues, pas chef du tout, ont aussi eu un burn-out l’année dernière, en même temps après une période très tendue, avec des heures sup’, non récupérables, non payées, etc… La partie « gestion administrative », partie quasi vitale pour le reste de l’établissement, de leur poste reposait sur elles. Ce fut un joyeux bordel pendant leur absence. Elles ont repris et la direction a été un peu plus souple avec elles ; mes colllègues ont un peu levé le pied pendant quelques temps, niveaux cadence, implication, tolérance (des cadres), tempérance. Le manque de personnel déjà criant, le fut encore plus.
                      Plus tard dans l’année, il a été demandé à tout ce secteur de faire des heures après leur service, heures non récupérables au final, et non payées, mais effectuées par esprit professionnel. Ce que je n’aurais fait sous aucun prétexte. Si j’avais été un des membres de ce poste, une fois clair que rien ne me serait payé, j’aurais envoyé tout les cadres paître, et aurais eu ma soirée comme d’habitude.
                      Je bosse pour l’EDNat.

          • @Hors du bocal
            Bonsoir,
            « Travailler ou mourir n’est pas un choix. »
            Surtout quand on a des gardes armés par un gouvernement qui vous pressent à coups de crosse. (Les S.T.O, les goulags, le travail forcé sauce Maduro, c’était génial !) Ah tiens ! je vous fais un rappel : « Arbeit macht frei »

            • Je vous ai répondu ci-avant. Pourquoi les gardes armés de milices privées ne vous font pas peur ? Vous savez, comme dans certaines mines africaines ?

              • @Hors du Bocal
                « Pourquoi les gardes armés de milices privées ne vous font pas peur ? Vous savez, comme dans certaines mines africaines ? »
                Peut-être parce que ces milices sont en Afrique ? Vous avez des pays libres, d’état de droit, là où sont ces mines ?
                Mine de rien, en Europe, il existe encore un semblant d’état de droit, en lambeau fantômatique, certes, mais il en subsiste un peu.
                Les S.TO, les goulags, le travail forcé sauce « Maduro », n’ont pas été encadrés par des milices privées mais par des agents du gouvernement.
                Si ces milices privées vont jusque chez les gens pour les amener dans la mine, nous sommes dans un autre régime, qui n’a d’ailleurs rien à voir avec le libéralisme, ni avec le capitalisme.
                Ces mineurs aficains, n’ont-ils pas des lois ? un Etat ? Une police ? Une Justice ? Ont-ils le droit de s’armer pour se protéger ? Pour cette dernière question, la réponse est « non ». Pour les précédentes, la réponse est « oui », enfin… normalement.

                • si vous utilisez les notions d’Etat, de police, de justice selon l’acceptation occidentale, vous êtes mal barré pour comprendre ce qui se passe dans certains coins d’Afrique. Avoir le droit de s’armer dans certains contrées est une chose, mais s’il n’y a personne pour faire respecter le droit, faut pas chercher loin. Bref, Je ne suis pas expert en question africaine, mais se dire que des citoyens armés est gage de sécurité en Afrique, c’est délirant.
                  Sinon, j’ai pensé à vous en lisant un article : une école du Michigan construite en tenant compte de la possibilité d’un school shooting (oui, c’est un terme précis dans la littérature scientifique qui étudie la violence, ses causes et conséquences et qui… ah mais oui c’est vrai, comprendre c’est déjà pardonner, vous ne vous abaissez pas à cela, inutile donc de vous parler de ça). Mais donc cette école est pensée avec des abris, une architecture, des lignes de fuite pour limiter les morts en cas de school shooting.

                  • @Hors du bocal
                    « ah mais oui c’est vrai, comprendre c’est déjà pardonner, vous ne vous abaissez pas à cela, inutile donc de vous parler de ça »
                    Vous pensez donc que ces scientifiques « pardonnent » les mass shootings qu’ils étudient. Quand les mass shootings, mass murders, serial killers, active shooters, seront compris, ils seront pardonnés. Comme c’est miiiiiiignon !

                    Cette école est donc dans le Michigan, état le plus restrictif concernant les armes à feu, en interdit le port, bien que délivre au compte goutte des permis. La ville la plus emblématique du Michigan est Détroit, soit une des villes les plus criminogènes du pays, figurant parmi le top 5 des villes où se produisent les plus de meurtres. Cette ville qui construit cette école s’adapte. Si elle ne voit jamais de school shooting la frapper, au moins elle aura eu une option, voire plusieurs. Si jamais elle en subissait un, elle aurait un plan. Peut-être pourriez-vous aller dans cette ville et certifier, garantir, au maire, aux parents d’élèves, aux professeurs que JAMAIS leur école ne subira une quelconque tuerie, puisque l’état du Michigan interdit de se ballader avec une arme sur soi à tous les résidents de l’état, criminels patentés compris ainsi qu’aux profs, et qu’il interdit le meurtre d’enfants et d’adultes.
                    En France, dans les établissements scolaires, nous avons des protocoles en cas :
                    – d’incendie ;
                    – de tremblements de terre ;
                    – de problème de fuite ou d’explosion chimique ;
                    – d’attaque terroriste (comprend aussi un school shooting).
                    3 consistent à se mettre sous une table et à fermer la porte. Pour l’incendie, on fait sortir les personnes des bâtiments, tout en comptant qu’une bonne âme ait attaqué les flammes le plus tôt possible avec les extincteurs placés dans les couloirs.
                    Dans l’établissement où je travaille, notre direction nous a confirmé le risque terroriste élevé, et que PERSONNE ne pouvait prédire que l’établissement était hors de danger. Une des mesures, nouvelles, pour parer à une catastrophe terroriste est de réduire voire supprimer la « cible » soit les élèves. Il leur a été ordonné de ne plus s’attrouper devant les grilles ; ils doivent se disperser, ailleurs (s’attrouper ailleurs mais pas devant, ni autour). Rien n’a été prévu, ni pensé, pour éviter qu’ils se fassent tirer dessus au niveau de la même grille, quand ils sont en récréation ou en rangs.
                    Le but de cette école du Michigan, est de limiter au plus possible le nombre de victimes, et de cibles lors d’une probable attaque, en rendant les élèves moins accessibles, et somme toute avec des abris, protégés. C’est aussi le but des citoyens armés : qu’il y ait le moins de victimes lors d’un mass shooting, dans la rue, dans un parking, dans un salon de couffure, dans une école, dans une boîte de nuit, un bar, sur des terrasses de café… afin que ce mass shooting ne devienne pas un Mass Murder et que le tueur en activité augmente son compteur avec lequel il pourra faire le malin en prison ou sur les réseaux sociaux, ou devant celui qui le jugera dans l’au-delà.

                    Je comprends ce qui se passe en Afrique parce que ces notions occidentales n’y sont pas appliquées, et c’est pour ce manque de notions que l’Afrique est telle qu’elle est. (La Namibie, au Sud-Ouest de l’Afrique, dans sa pointe, niveau liberté d’expression est classée nettement mieux que la France.). Je comprends, je ne « pardonne » pas.
                    Quand les lois ne sont appliquées par personne, justement, comment vous faites sans citoyens armés ou voisins armés pour défendre vos vies, vos terres, contre des ennemis, des milices privées ou non, des mercenaires/révolutionnaires venant vous prendre tout ce que vous avez, jusqu’à la vie ? (la loi du plus fort donc.)
                    Petites citations :
                    «  »Cette loi (la légitime défense) dit que tout moyen est honnête pour sauver nos jours, lorsqu’ils sont exposés aux attaques et aux poignards d’un brigand et d’un ennemi : car les lois se taisent au milieu des armes ; elles n’ordonnent pas qu’on les attende, lorsque celui qui les attendrait serait victime d’une violence injuste avant qu’elles pussent lui prêter une juste assistance » – Ciceron. (premier siècle avant J.C)
                    « L’emploi des armes est le dernier et nécessaire recours de quiconque est agressé. » – Vladimir Volkoff. (1932 – 2005)

                    • STF… c’est vous qui avez écrit un jour au sujet des criminels et du « laxisme socialiste » et des sociologues/criminologues que « essayer de comprendre, c’est déjà pardonner ».
                      Vous écrivez « Détroit, soit une des villes les plus criminogènes du pays », donc vous admettez (enfin) que la société est en partie responsable de la criminalité ?
                      Pourquoi les élèves ne peuvent pas être armés également ? A partir de quel âge ont-ils le droit de se défendre ? Quid si l’agresseur est un prof armé face à 25 élèves désarmés ? Un enfant de 15 ans peut manier une arme sans problèmes; un enfant de 12 aussi sans doute. Ya pas de raisons de limiter aux adultes.
                      Il faudrait donc que les hôpitaux, cinéma, centres commerciaux, café, restaurants, parcs, esplanades, supermarchés, etc soient conçus dans la même optique que cette école ? Vive Vauban !
                      (mais quid des immeubles privés ? Ils ne rentrent pas les stats pour les mass shootings donc on ne fait rien ?)
                      Idéalement, il faudrait supprimer les fenêtres et les toits, ça laisse trop de perspectives aux snipers.
                      Vous ne souhaitez pas une société de paix, vous souhaitez une société en défense constante, non pas que l’attaque soit constante, mais la menace est présente.
                      Vous êtes une victime du terrorisme. Ils ont gagné face à votre esprit.

                    • @Hors du bocal
                      « c’est vous qui avez écrit un jour au sujet des criminels et du « laxisme socialiste » et des sociologues/criminologues que « essayer de comprendre, c’est déjà pardonner »
                      HOP HOP HOP LA !
                      Je n’ai pas écrit que pardonner était pardonner. C’est vous qui avez utilisé cet argument en premier. quand vous étiez Madelon et je vous l’ai resservi.
                      « Cependant, si on réfléchit en terme de société, avec la pauvreté, inégalités, corruption, violence endémique, économie souterraine, etc, un tableau plus large, plus exhaustif permet de mieux comprendre la criminalité. Mais comme un grand esprit l’a dit « comprendre c’est déjà pardonner », il vaut mieux rester dans son bocal de pensées. » – Malin Madelon 27/08/2019, 10h32, article Quand les armes empêchent les crimes.

                      « Pourquoi les élèves ne peuvent pas être armés également ? »
                      Les élèves ne sont pas des citoyens : ils ne sont pas majeurs. Ils sont sous la responsabilité de leurs parents. Reponsabilité que les parents confèrent aux professeurs. Les parents ont aussi le devoirde protéger leurs enfants, et quand ils les laissent dans un établissement ils les espèrent en sécurité.
                      Comme je vous l’ai dit dans un autre fil, les élèves venaient à l’école jusqu’au lycée avec leurs carabines pour y apprendre le tir et le maniement des armes et la sécurité relative à celles-ci.

                      « Quid si l’agresseur est un prof armé face à 25 élèves désarmés ? Un enfant de 15 ans peut manier une arme sans problèmes ; un enfant de 12 aussi sans doute. Ya pas de raisons de limiter aux adultes. »
                      Si l’agressseur est un prof, un autre prof armé le stoppera, ou un employé de l’établissement, ou une femme de ménage armée elle-aussi.
                      Le fils de Kate Middleton, 3 ans, sait comment se tient un pistolet et ce qu’il fait. S’en servir correctement s’apprend.

                    • @Hors du Bocal
                      Suite.
                      « ah mais oui c’est vrai, comprendre c’est déjà pardonner, vous ne vous abaissez pas à cela, inutile donc de vous parler de ça » – Hors du bocal, 10/09/2019, 10h05.

                      « Un enfant de 15 ans peut manier une arme sans problèmes »
                      Les fils de samurai devenaient majeurs à 15 ans. Dès lors, si un faisait n’importe quoi avec son katana, il jetait l’opprobe sur sa famille, et sur son Daimyô… ce qui pouvait lui couter la vie.

                       » vous admettez (enfin) que la société est en partie responsable de la criminalité ? »
                      Toujours pas.
                      Ceux qui subissent les crimes et les délits ne sont responsables en rien de la criminalité et de la délinquance. Ceux qui commettent des délits et des crimes sont responsables des délits et crimes ; ils sont responsables de chacun de leurs actes et des conséquences qui en découlent.

                      « Il faudrait donc que les hôpitaux, cinéma, centres commerciaux, café, restaurants, parcs, esplanades, supermarchés, etc soient conçus dans la même optique que cette école ? Vive Vauban ! »
                      Vauban vivait dans son époque ; il l’avait comprise. Une personne comme vous aurait laissé les châteaux ouverts, les cités ouvertes, sans protection. A cette époque, une personne comme vous aurait été mise aux oubliettes.
                      Ce n’est pas moi qui veux une société sur la défense constante. L’ambiance est à la violence, plus qu’elle ne le fut à l’époque médiévale d’ailleurs. Comme vous le signalez, la menace est présente. Tout comme elle l’était sous Vauban.
                      La sécurité n’existe pas. Aucun Etat/gouvernement ne peut faire régner la sécurité absolue, pas même les plus totalitaires. Quand un Etat sécuritaire se troue, ceux qui rammassent sont ceux qui n’ont pas d’autre choix que de se reposer sur la protection assurée par celui-ci, ou qu’il clame assurer. Quand un citoyen armé se troue, c’est lui seul qui se troue, pas l’Etat.
                      Il y a des gardes armés dans les hôpitaux aux U.S.A, ainsi que dans les supermarchés/centres commerciaux, certaines écoles. Quant aux parcs et esplanades il y en a aussi : ce sont des policiers.
                      J’ai appris qu’en Suisse, la construction d’un abri anti-atomique était obligatoire lors de la construction d’un lieu d’habitation immeuble, maison. Les Suisses sont-ils fous ?

                      « mais quid des immeubles privés ? Ils ne rentrent pas les stats pour les mass shootings donc on ne fait rien ? »
                      Je vous renvoie à ce que je vous ai répondu dans votre exemple « théorique » où vous deveniez un mass murderer en tuant 150 habitants de votre immeuble théorique.
                      « il faudrait supprimer les fenêtres et les toits, ça laisse trop de perspectives aux snipers. »
                      C’est sûr ! Les « chasseurs de bécasse » sont ceux qui commettent le plus de tueries.

                      « Vous êtes une victime du terrorisme. Ils ont gagné face à votre esprit. »
                      C’est aussi stupide que si je vous disais que vous êtiez un complice du terrorisme. De plus, c’est insultant envers les VRAIES victimes de terrorisme.

                    • Je n’ai pas écrit que comprendre était pardonner.

          • C’est ça qui est dangereux avec les assistés : ils pensent que l’argent tombe comme par magie…
            Le terme « servant » ici ne correspond pas à « être esclave » mais servir au sens apporter quelque chose à la communauté : en effet, travailler, gagner de l’argent (ou tout élément qui permet de faire du troc et de vivre) est l’objectif minimum… Et celui qui ne souhaite pas travailler (je parle bien de celui qui ne SOUHAITE pas travailler, et non pas celui qui ne PEUT pas travailler), c’est son problème, mais qu’il n’ennuie pas la communauté en lui demandant de l’aide dans ce cas…

      • d’autant plus que les communistes agissent pour beaucoup dans le DESIR souvent sincère de rendre service aux autres…ils croient souvent à leur idéologie..dont un des postulats rarement énoncé est que les autres sont des andouilles…qui ne savent pas ce qui est bon pour eux.

    • 2 enfants ..et 25 personnels de maison plus une dizaines de chiens nains,..avec 3 enfants cela serait bien pire ..bravo le couple princier !

    • Et pendant ce temps… Victor Orban vient d’organiser dans son pays, ce jeudi 5 septembre, une réunion internationale visant à promouvoir le modèle de la famille traditionnelle. Lors de ce « sommet démographique, le chef d’État hongrois n’a pas hésité à qualifier « d’idiote » et de « contre nature » l’idée même d’avoir moins d’enfants pour sauver la planète…
      https://www.valeursactuelles.com/politique/viktor-orban-se-pose-en-leader-des-conservateurs-pro-famille-110521

  • Même s’il peut être parfois amusant d’être pris pour un con par un parfait abruti qui se prend pour un génie il arrive un moment où l’envie de mettre des claques devient plus fort que l’envie de rire et il devient de plus en plus difficile de se retenir

    • « Etre pris pour un imbécile par un sot est pour moi plaisir de fin gourmet »
      « Je suis économe de mon mépris, il y a tant de nécessiteux »

  • L’avenir appartient aux audacieux et aux fourbes,si vous n’etes pas audacieux soyez fourbes ,menteurs ou et faites de la politique

    • Voilà. Un commentaire qui me met en joie. Merci réactitude, j’étais en train de mourir.

    • le constat semble correct..

      je mets plus 1

      mais je vais me battre pour le rendre erroné.

      • Votre commentaire me fait penser à ce passage dans Candide de Voltaire :

        – Croyez−vous, dit Candide, que les hommes se soient toujours mutuellement massacrés comme ils font aujourd’hui ? qu’ils aient toujours été menteurs,fourbes, perfides, ingrats, brigands, faibles, volages, lâches, envieux, gourmands, ivrognes, avares, ambitieux, sanguinaires, calomniateurs, débauchés, fanatiques, hypocrites et sots ?
        – Croyez−vous, dit Martin, que les éperviers aient toujours mangé des pigeons quand ils en ont trouvé ?
        – Oui, sans doute, dit Candide.
        – Eh bien ! dit Martin, si les éperviers ont toujours eu le même caractère, pourquoi voulez−vous que les hommes aient changé le leur ?

        • parce que la civilisation ça existe…il faut juste ne mais oublier que la bestialité est en nous pour toujours la contenir..

    • Vous aviez une note de +3, je viens de vous doter d’un +1 et cela fait 6. Cela me gêne, Contrepoints devrait faire attention cela se voit il n’y a pas d’intention gratuite. Ça me gêne vraiment

      • Il faut aussi à Contrepoints un mathématicien médaillé Fields pour expliquer comment d’autres peuvent faire tourner à votre insu les compteurs entre le moment où vous les regardez pour la première fois et celui où vous cherchez à y voir l’effet de vos actions…

  • C’est du même ordre que les communistes qui prêchent l’égalité… sauf pour eux

  • et là encore….les médias….

    un journaliste normalement constitué devrait pouffer de rire derrière son micro quand le prince harry lui parle de sobriété…

    ben NON…il fronce légèrement les sourcils…et opine du chef… et cruficie du regard le « beauf réactionnaire planetocide « qui se marre dans l’audience »…

    • on hallucine…un peu de dissonance cognitive ok ça aide à ne pas porter les malheur du monde sur ses épaules….. mais vivre en dissonance cognitive c’est autre chose…

  • Ya pas eu encore récemment des commentaires critiquant la propension naturelle des Français envers les nantis, les gens riches, les gens qui ont réussi, les gens qui ont de l’argent ?
    Quel bel exemple de déterminisme social !
    Ce prince et sa compagne n’ont pas choisi d’être riches, en vue, contraints de voyager d’une certaine manière aussi; ils ont été habitués depuis tout petit à vivre dans l’opulence. (Quoique la princesse non).
    Je note ici que beaucoup aimerait les dépouiller (à mort la bourgeoisie) avant de les autoriser à avoir des idées écolo/sociales/autres.
    Est-ce qu’il y a un patrimoine maximal pour être autorisé à défendre des idées sociales ?
    Je suis blanc, suis-je autorisé à lutter contre le racisme envers les noirs ? Je suis hétéro, suis-je autorisé à défendre les droits des LGBT ? Apparemment non. Pas selon les commentateurs de CP.
    Seuls les gens végan en sandales de bambou bio sont autorisés à avoir des idées écolos.
    Et si je faisais l’inverse ? Allez hop les gens, tout le monde me montre met son patrimoine sur la table. Les gens ne possédant pas au minimum 10.000 euro d’actions côtés en bourse sont interdits de libéralisme !

    • Oui, on peut être Blanc et dénoncer le racisme. Ce qui est dénoncé ici, c’est un comportement personnel inverse à celui qu’on voudrait imposer aux autres. En résumé, Glucksmann part où il veut en vacances, par les moyens de son choix … Mais il ne vient pas nous dire que NOUS on n’a pas le droit de faire comme lui parce que ça pollue. C’est exactement comme si un Blanc venait nous faire la morale sur le racisme tout en s’attaquant à un Noir parce qu’il est Noir. Concernant les riches qui nous font la morale avec des idées sociales, ça n’est pas qu’ils soient riches le problème, c’est qu’ils devraient aussi commencer par eux-mêmes et distribuer leurs richesses aux plus pauvres. Là aussi, un peu facile de dire aux autres de faire ce qu’on est incapable de faire pour soi-même. Quant à avoir 10 000 euros d’actions côtées en bourse pour être libéral, sincèrement, je ne vois pas le rapport. Visiblement vous avez besoin d’informations sur le libéralisme.

      • Je ne comprends pas pourquoi vous voulez forcer ces personnes riches à distribuer leur argent. J’ai des sous, je prône une réduction des inégalités salariales et sociales (réduction ne veut pas dire suppression ou interdiction), dois-je distribuer mon argent ? Non. Aucune raison. Strictement aucune raison. Je souhaite que la société soit plus égalitaire (ce qui veut dire aussi plus libertaire), que plus de gens aient des sous.
        Si vous dites que ces gens doivent distribuer leur argent pour enrichir d’autres, cela signifie que le fameux gâteau n’est pas extensible. Or, dans toute la réflexion économique libérale, ce gâteau est extensible.

        • Gâteau ? Gâteau gâté pour gâteux :mrgreen:
          Chacun ses idées fixes…

          • Il fût un temps où vous étiez constructif.
            Et je ne pédale pas hors de MON bocal, je pédale hors du bocal. Nuance (oups, c’est un gros mot ici, désolé).

        • Vous ne lisez en fait rien des commentaires ici…
          Vous venez seulement flatter votre complexe de supériorité rêvé en venant débiter des conneries en croyant, en plus, les avoir inventées.
          Pa-thé-ti-que.

        • @Hors du bocal
          Bonsoir,
          « vous voulez forcer ces personnes riches à distribuer leur argent. »
          Alix ne parle pas de « forcer ». Elle dit que les gens riches, ainsi que ceux qui prônent la redistribution des richesses, devraient être les premiers à le faire avant de l’ouvrir et de l’imposer.

          « J’ai des sous, je prône une réduction des inégalités salariales et sociales (réduction ne veut pas dire suppression ou interdiction), dois-je distribuer mon argent ? Non. Aucune raison. »
          Ce que vous prônez est une rengaine socialiste, un des ses fondements. En bon socialiste, vous ne voulez pas que cette réduction des inégalités touche, grignotte votre pécule. C’est la Société qui doit raquer.

          « Je souhaite que la société soit plus égalitaire (ce qui veut dire aussi plus libertaire), que plus de gens aient des sous. »
          Libertaire ne veut pas dire libéral. Ces termes ne sont pas synoymes. Vous souhaitez que les gens aient plus de sous, mais vous ne voulez pas distribuer les vôtres.
          Comment feriez-vous alors ?
          Vous décrèteriez que tout un chacun soit payé tel un grand patron ? Ou que les patrons soient payés comme les ouvriers ?
          Ce que vous prônez comme société égalitaire, réduction des inégalités sociales, c’est comme faire une dalle. Pour faire une dalle, il faut couler du béton. Il y a des inégalités de niveau. Pour les égaliser, on passe une règle, qui remplit/comble les creux, et écrase/élime les sommets.

          « Si vous dites que ces gens doivent distribuer leur argent pour enrichir d’autres, »
          Ceux qui le prônent la redistribution des richesses sont les seuls qui devraient redistribuer. Ils devraient y être obligés, puisqu’ils veulent forcer ceux qui n’en ont pas envie ainsi que ceux que cette lubbie met en difficulté financière à le faire.

          « cela signifie que le fameux gâteau n’est pas extensible. »
          Si le gâteau n’était pas extensible, il aurait gardé la même taille depuis le début de la civilisation, ou du commerce.

          « Ce prince et sa compagne n’ont pas choisi d’être riches, en vue, contraints de voyager d’une certaine manière aussi ; ils ont été habitués depuis tout petit à vivre dans l’opulence. »
          Vous savez que la Reine Elizabeth II a recadré ce même prince il y a quelques années, parce qu’il s’était permis une virée en hélicoptère de l’Armée de Sa Grand-Mère, alors que l’Angleterre, et le reste du monde, avaient pris une crise économique de plein fouet ? Elle lui a dit qu’il devait faire profil bas.
          Une princesse de Belgique, celle qui a été détroussée sur une autoroute en France, n’avait pas voyagé en jet privé. Elle aurait peut-être dû. Cependant, elle n’a pas fait de buzz en clamant partout qu’il fallait faire moins d’enfants, moins faire de voyage en jet ou en convoi automobile pour moins polluer la Terre. Il me semble avoir lu que vous étiez belge. Vous devez avoir de meilleures informations à son propos.

          • J’ajoute que ce que nous promettent ces « sauveurs », c’est que pour qu’ils gardent leur faste, frivolité, mondanité, et autre superflu, nous devrons nous passer de l’essentiel. (Aldo Stérone le dit mieux dans sa vidéo « Greta à l’Assemblée Nationale, sur YT.)

          • Vous écrivez « Vous souhaitez que les gens aient plus de sous, mais vous ne voulez pas distribuer les vôtres. Comment feriez-vous alors ? » => donc si ce que je souhaite n’est pas possible sans distribuer mes sous, c’est que le gâteau n’est pas extensible.
            Vous écrivez « sont les seuls qui devraient redistribuer. Ils devraient y être obligés », donc vous voulez les forcer. Quand toute la société redistribue en fonction de ses moyens, en fonction des besoins, non pas pour lisser la dalle, mais pour remonter les gens les plus au fond, toute la dalle en profite.
            Vous écrivez « Vous décrèteriez que tout un chacun soit payé tel un grand patron ? Ou que les patrons soient payés comme les ouvriers ? » => non, je n’ai pas dit ça. C’est le souci d’avoir un logiciel binaire comme le vôtre, les nuances disparaissent.
            Je n’aurais pas dû utiliser le mot « libertaire » en effet, mais « libre ». Sans égalité, pas de liberté.

            • @Hors du bocal
              Bonsoir,
              « donc si ce que je souhaite n’est pas possible sans distribuer mes sous, c’est que le gâteau n’est pas extensible. »
              Et vos sous, ils ont toujours été dans vos poches, ou vous les avez gagnés/créés ?
              Avant de distribuer quoique ce soit, il faut le créer.

              « donc vous voulez les forcer. » Puisqu’ils veulent, eux, forcer les autres, oui : qu’ils se forcent entre eux. Qu’ils s’appliquent leur propre médecine, sans la dispenser obligatoirement aux autres. De plus, c’est exactement votre propre cas. Vous voulez garder vos sous, mais vous voulez que le gâteau soit partagé, redistribué, sans y participer. Du coup, votre propre gâteau grossirait. Malin l’Ama-Morris-Madelon-du-Bocal !

              « => non, je n’ai pas dit ça. C’est le souci d’avoir un logiciel binaire comme le vôtre, les nuances disparaissent. »
              Du coup, sans loigiciel binaire, vous ne pourrez que produire des programmes foireux. L’égalité, la vôtre, est soit alignée sur le top, soit alignée sur le plus bas. Il n’y a rien entre les deux. (sauf pour les parasites systémiques lesquels récupèrent et profitent du surplus de béton.). Vos « nuances » ne sont en fait que des inégalités camouflées.

              « Toute la dalle en profite ».
              Ah oui, les crêtes érodées par la règle en profitent c’est certain.

              « Sans égalité, pas de liberté. »
              La Liberté est un Droit fondamental, au même titre que la Propriété, la Sûreté, la Résistance à l’Oppression. (Vous êtes belge, donc je comprends que ces concepts vous dépassent quelque peu.)
              L’égalité, celle des libéraux, n’est rien d’autre que l’égalité en ces 4 Droits. Ce qui signifie que chacun A ces Droits. La D.D.H.C stipule aussi que ces Droits doivent être « conservés » par les « associations politiques », et qu’ils sont « garantis » par la « Force Publique ».

              Pour votre « égalité » (sociale, salariale, etc…), il faut rogner un de ces 4 Droits, les ronger un peu chacun, voire aller jusqu’à les supprimer tous. (vu et revu, fait et refait.)
              Comme l’a écrit Marx : il faut des « violations despotiques du droit de propriété » qui seront de toute façon « insuffisantes ».

              Je vous laisse savourer le Préambule qui nous prévient de ce qui se passe quand les Droits « inaliénables de l’Homme » ne sont pas respectés par les gouvernements.
              « Les Représentants du Peuple Français, constitués en Assemblée Nationale, considérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de l’Homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements, ont résolu d’exposer, dans une Déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l’Homme, afin que cette Déclaration, constamment présente à tous les Membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs ; afin que les actes du pouvoir législatif, et ceux du pouvoir exécutif, pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés ; afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et au bonheur de tous. »

              • Qui a parlé d »égalité salariale et sociale ? Les communistes ? Oui. Moi ? Non.

                • @Hors du bocal
                  « Qui a parlé d »égalité salariale et sociale ? Les communistes ? Oui. Moi ? Non. »
                  « J’ai des sous, je prône une réduction des inégalités salariales et sociales (réduction ne veut pas dire suppression ou interdiction), dois-je distribuer mon argent ? » – Hors du bocal, 8/09/2019, 19h09, réponse au commentaire d’Alix du 8/09/2019, à 10h50.

                  • Vous êtes chou.
                    Donc, comme vous le mentionnez si bien, je ne prône pas l’égalité salariale. Mais la réduction des inégalités.
                    Je vais utiliser des mots plus clairs : réduction des inégalités. Ou d’autres synonymes encore plus limpides : réduction des inégalités. Je ne sais pas quelle tournure est la plus simple pour vous faire comprendre que je souhaite la réduction des inégalités.
                    (oui, je me moque. Parce que là, vous abusez)

                    • +1
                      Vous avez raison : je suis un demeuré. DUH !
                      Votre « réduction des inégalités salariales, sociales », ne peut être effectuée qu’avec de grosses doses d’égalitarisme, lequel consiste en l’égalité dans la misère, vice inhérent au socialisme d’après W. Churchill.
                      Votre propre phrase montre que vous ne voulez pas réduire votre niveau de vie (inégalité sociale) par rapport à un autre. Pour paraphraser Coluche : vous êtes plus égal qu’un autre.

        • libertaire et égalitaire.. ça va pas ensemble.. la liberté est l’opposé de l’égalité.

    • 10000 € ? Beaucoup de ceux qui ne les ont pas les refuseraient si on les leur donnait !
      Il y a eu cette semaine une remarquable intervention de Guillaume Richard, président-fondateur du groupe Oui Care, aux experts de BFM TV, expliquant qu’il avait offert à ses 400 plus anciens salariés de leur donner 2 à 3000€ d’actions du groupe, avec d’excellentes perspectives de plus-value, et que la moitié ont refusé principalement parce que ça les rendrait inéligibles aux aides sociales. Donc, voilà, le seuil en patrimoine existe, et la politique sociale de l’Etat le renforce. Si vous voulez exprimer un certain type d’idées et que vous êtes du mauvais côté du seuil, commencez par faire disparaître ce seuil de l’inconscient collectif. Lutter pour le droit de vous exprimer comme si vous étiez de l’autre côté ne vous mènera à rien, à mon avis, hein !

    • « Les gens ne possédant pas au minimum 10.000 euro d’actions côtés en bourse sont interdits de libéralisme ! » rarement vu un exemple aussi con pour expliquer des idées aussi confuses. Ce que souligne l’article et les commentaires est le désalignement lunaire entre les paroles et les actes de ces individus. Leur classe social, entregent et pognon n’ont rien a voir avec le sujet.

    • être riche et prétendre vouloir sobrement est incohérent tandis qu’il n’y a aucune incohérence à lutter contre le racisme et être blanc ce qui est d’ailleurs une remarque assez raciste au sens classique!!!! puisque ‘lle sous entend que les blancs sont raciste par nature..ce qui est certes conforme à la nouvelle definition du racisme..

      ça me fait penser à votre pseudo..

      qui suggère que moi je suis dans un bocal… et que c’est moins bien que d’etre dehors..
      vous auriez du choisir je suis plus intelligent que vous..au moins c’est clair..
      mais vous n’impressionnez guère par vos raisonnements..

  • L’avantage en ne faisant que deux chiares,c’est qu’ils n’auront pas besoin d’un gros jet privé,et donc petite empreinte carbone

  • J’ ai énervé ( gentillement) un pote hier soir parce que je lui soutenait l’ idée que l’ écologie politique était un nouveau socialisme, que vouloir combattre 2° était aussi présomptueux envers la nature que de l’ exploiter à mort. Je lui ai donc demandé de ne pas trop se fatiguer à essayer de me convaincre de la nécessité d’ une prise de conscience, lui qui s’ apprêtait aujourd’hui à faire 40 kms sur nos petites routes pour chercher du jambon chez le meilleur charcutier de la région.
    « Cher ami, profite encore de ta capacité à mettre de l’ essence dans ta bagnole et ne crois pas qu’ il y ai une si grande différence entre ta manière de te déplacer et ce que tu condamnes avec l’ autre folle dingue à couettes ».

  • J’ai eu récemment une conversation téléphonique avec le Climat, Il m’a dit ceci : « Je ne veux pas que vous soyez désespérés, je veux que vous paniquiez. Je veux que vous ressentiez la peur qui m’habite chaque jour et que vous agissiez, comme s’il y avait le feu, parce que c’est le cas. […] Il y a encore une petite chance de stopper les émissions de gaz à effet de serre afin d’éviter des souffrances pour une grande partie de la population de la planète. »- Greta Thunberg – Davos déc 2018
    Alors j’ai raccroché
    Je me suis ensuite rapproché d’une citation que j’emploie souvent dans un autre domaine et que je vais plagier : « Il n’y a que deux sortes de prévisionnistes, ceux qui ne savent pas et ceux qui ne savent pas qu’il ne savent pas » je présente mes plus plates excuses à feu John Kenneth Galbraith

  • C’est vrai il y a beaucoup d’hypocrisie ches les écolos politiques ou non d’ailleurs, ils ne sont pas les seuls, beaucoup d’idéalistes le sont. Je n’aime pas l’hypocrisie. Mais je dois avouer qu »elle est bien utile, parce que s’ils ne l’étaient pas, la situation réelle pourrait être pire.

  • Hypocrisie et présomption !
    Ce que je constate depuis le début de cette épidémie écolo-bobo, fléau gangrénant les neurones au point de les bloquer à toute réflexion sensée, c’est cette outrecuidance de l’être humain… qui s’imagine agir sur l’évolution de notre planète !!!
    Prenons du recule : ce petit microbe, l’Homme (homme, femme pour éviter l’étiquette discriminatoire !), qui déambule sur Terre, perd tout notion de modestie voire d’humilité. Il oublie que notre Planète a existé et subi des changements souvent très violents bien avant sa venue, et qu’elle poursuivra (même après sa disparition) son évolution selon des lois physiques que les scientifiques (les vrais !) commencent à découvrir. Ce n’est ni le matraquage verbale tout azimute, ni l’adulation inconditionnelle des propos à l’emporte-pièce d’une gamine totalement irresponsable qui aura une quelconque influence sur son devenir. Soulignons au passage que la « prêtresse à nattes » (qui mange des bananes écolo « cultivées » en Suède et se déplace -aux frais de la « princesse »- en voilier « écolo » !?) comme tous les « gourous » de la dogmatique écolo-bobo, regorgent d’incohérences, d’hypocrisie et de foutage de gueule !
    Le plus cocasse de ce nouvel endoctrinement est tout même « réduisons la natalité » pour sauver la planète… en poussant à cet argument à l’absurde : supprimons l’humanité pour sauver la Terre… risible, non ? L’Homme a décidément perdu tout notion élémentaire de bon sens. En admettant même que l’humanité disparaisse, l’évolution de la Terre se poursuivra inéluctablement selon les lois et les influences physiques auxquelles elle est soumise : l’énergie considérable émise par le soleil en premier, puis celle des autres planètes de notre système. Quel est le rôle, voire l’influence de l’Homme dans ce macrocosme ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand on est jeune étudiant d'Agrotech Paris, filière de formation pour ingénieur dans l'agriculture et l'agroalimentaire, il n'est pas toujours simple de faire le buzz. Reconnaissons cependant une belle réussite à l'exercice mené par un petit groupe d'entre eux pour exprimer leurs soucis.

C'est une vidéo qui a largement fait parler d'elle ; c'est normal, elle a tous les bons ingrédients de la recette pratique pour une viralité d'actualité : tombée à un moment plutôt creux sur le plan politique (la campagne électorale n'intéresse perso... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore.

Le jour de la Terre, Wynn Alan Bruce, un écologiste et photographe du Colorado âgé de 50 ans s'est immolé devant la Cour suprême des États-Unis.

À la suite de sa mort, ses amis ont déclaré qu'il s'inquiétait du changement climatique. Kritee Kanko, la scientifique en chef de l'Environmental Defense Fund a déclaré :

« Ce gars était mon ami. Ce n'était pas un acte de suicide. C'est un acte de compassion profondément intrépide pour attirer l'attention sur la crise climatique. »

T... Poursuivre la lecture

Gimmick électoral, surenchère écolo-vertueuse pour attirer les électeurs de la France insoumise au second tour de l’élection présidentielle et faire barrage à Jean-Luc Mélenchon qui ambitionne de devenir Premier ministre de cohabitation à l’issue des législatives de juin ? À l’évidence. Après tout, c’est dans l’entre-deux tours et à Marseille, terre assez nettement mélenchonienne, qu’Emmanuel Macron a soudain repris le concept de « planification écologique » porté par le leader insoumis.

Et puis c’est tout à fait dans le style beaux di... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles