Les « Tulipes » de Jeff Koons : le cadeau empoisonné dont les Parisiens paieront le prix

Le contribuable français risque de payer une partie du « bouquet de tulipes » estimé à plusieurs millions d’euros « offert par l’artiste Jeff Koons à la mairie de Paris. Retour sur les tulipes encombrantes. Replay.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Tulipes de Jeff Koons au musée Guggenheim, Bilbao by Jean-Pierre Dalbéra (CC BY 2.0) -Une version un peu différente de la version parisienne en hommage aux victimes du Bataclan

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les « Tulipes » de Jeff Koons : le cadeau empoisonné dont les Parisiens paieront le prix

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 25 août 2019
- A +

Par Christine Sourgins.

Le nouvel adjoint à la maire de Paris, Christophe Girard, vient d’annoncer une sortie de crise pour Mme Hidalgo, empêtrée dans l’affaire Jeff Koons : la Ville de Paris a enfin trouvé où planter les encombrantes tulipes de l’artiste américain : aux alentours du jardin du Petit Palais.

À quelques jours de la Fiac, alors que la ministre de la Culture, peu diligente envers ce pauvre Jeff, est menacée par un remaniement ministériel, Mme Hidalgo reprend l’avantage quitte à faire enrager ceux qui avaient pétitionné, en début d’année, pour que ce bouquet de la discorde ne vienne pas dépareiller les abords du Palais de Tokyo.

On sait que Jeff Koons avait décidé d’offrir à Paris un hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015, une offre aussi monumentale qu’empoisonnée, car c’est un cadeau payant : l’artiste ne donnait que l’idée, à charge pour la Ville de financer sa réalisation.

La mairie de Paris s’empressa d’accepter, arguant que « cela ne coûtera rien à la Ville puisque le mécénat est privé ». Peu convainquant : ces charitables mécènes vont pouvoir défiscaliser à hauteur de 66 % de leur « don ». C’est donc le contribuable français qui risque de payer une partie de ce bouquet estimé à plusieurs millions d’euros.

La bronca du monde de la Culture a porté sur l’emplacement : Koons exigea d’abord le Palais de Tokyo… qui n’a rien à voir avec les attentats. S’ensuivit une errance du projet, proposé et refusé ici ou là, l’emplacement le plus pertinent restant Disneyland. Car la plastique de l’œuvre fut aussi mise en cause : trop lisse et clinquante, trop kitsch. Cette esthétique de la société de consommation  parut inappropriée, voire obscène, pour l’évocation d’une tuerie.

Koons incarne un art industriel, m’as-tu-vu et spéculatif, qui ne sied pas au tragique des attentats. De plus, la stylisation des tulipes n’est pas sans ambiguïté ; pour certains, ce bouquet s’inspire du fouet BDSM et d’un sex toy de type fist, d’autres y voient d’obèses bâtons de dynamite munis d’une mèche. Un comble quand on entend consoler la population d’une vague d’explosions criminelles. Ces lectures sont licites puisqu’en Art contemporain ce sont « les regardeurs qui font les tableaux ».

Enfin, l’hommage fut perçu comme insincère et vénal tant la démarche de Koons ressemble à celle d’un produit de placement ; le Palais de Tokyo ou le petit Palais sont en effet des lieux historiquement chargés, avec une grosse visibilité internationale, ce qui vaut de l’or… Koons devrait plutôt payer pour avoir le droit d’y exposer.

Je ne vous offre pas des fleurs. Payez-les !

Or Monsieur Girard vient de confirmer que Jeff Koons « n’est jamais venu avec l’idée de ne pas être dans le centre de Paris, » Koons occupe donc le terrain avec la bénédiction de la mairie, ce qui pose un problème de démocratie : placer une œuvre aussi encombrante, dans un lieu prestigieux, ne devrait pas déroger à l’appel à projets, aux concours (non truqués si possible), en usage dans la République Française, quand il s’agit d’un espace public et, qui plus est, historique. Les 10 mètres de haut et les 33 tonnes du bouquet ne sont absolument pas en harmonie avec l’architecture du Petit Palais, ils vont perturber ses abords pour longtemps, forte leçon de discordance transmise aux générations futures.

Non seulement les Parisiens n’ont pas été consultés mais la prise de position du monde culturel est comptée pour rien. Ce mépris contraste avec le souci du  mécénat privé, dorloté par M. Girard : Mme Hidalgo serait-elle aux ordres de financiers, qui attendent un retour sur investissement, qu’elle ne s’y prendrait pas mieux.

Mais depuis quand serait-on obligé d’arborer une défroque sous prétexte qu’on nous la donnerait ? Car le cadeau payant nous est présenté désormais comme un cadeau forcé. Continuer de le refuser friserait l’incident diplomatique. L’amitié franco-américaine serait menacée car les tulipes ont le soutien de l’ancienne ambassadrice des États-Unis en France, Jane Hartley.

Koons en terrain conquis ?

La servilité de la mairie de Paris relève-t-elle alors d’une forme de colonisation culturelle ? C’est ce que pensent certains observateurs qui rappellent qu’autrefois le colonisateur envoyait ses soldats cachés derrière les missionnaires mais qu’aujourd’hui, il missionne des hommes d’affaires dissimulés en artistes, ce dont Koons semble la caricature vivante.

Sous couvert de bienfaisance, le colonisateur s’installe en terrain conquis et y prodigue ses valeurs en remplacement de celles du colonisé ; en France, les cadeaux sont  gratuits et on n’a jamais vu un homme offrir un bouquet et exiger qu’il soit placé au milieu du salon. Koons, tout sourire, nous rééduque à rebours. Enfin, le colonisé finit souvent content de l‘être, il échange tous ses biens contre de la pacotille ; dans les cas extrêmes, le colonisé se colonise tout seul…

Or ici, l’ancienne ambassadrice Jan Hartley n’appartenant pas à l’administration Trump, aucun risque de voir le bouillant président américain s’émouvoir. Madame Hidalgo déploie donc un zèle que personne ne lui demande…

Article initialement publié en octobre 2018.

Voir les commentaires (20)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (20)
  • Les Parisiens ont voulu Hidalgo mais là c’est tous les Français qui en pâtissent . Merci

  • C’est drôle, après l’article qui encense le GIEC, voici un article qui critique l’art industriel, la colonisation culturelle américaine, la dictature financière et la prédation de l’argent public par des intérêts privés. On se croirait sur l’Humanité!

  • Heureusement que « l’auteure « est spécialiste de l’art contemporain .

    Un article affligeant ,les libéraux avec des amis comme « ça » n’ont pas besoins d’ennemis…

    • Ce n’est pas parce qu’on déteste quelque chose qu’on en devient forcément un spécialiste…

      • Je faisais mention du cartouche énonçant ses qualités . De plus je l’ai déjà vu sévir.

        Pour vos autres commentaires j’abonderais dans votre sens…

  • « Peu convainquant : ces charitables mécènes vont pouvoir défiscaliser à hauteur de 66 % de leur « don ». C’est donc le contribuable français qui risque de payer une partie de ce bouquet estimé à plusieurs millions d’euros. »
    Curieux argumentaire sur un site libéral. D’ordinaire, ici, on rappelle que toute baisse d’impôt n’est ni un cadeau ni une charge pour autrui mais la juste réduction d’une ponction toujours trop élevée.
    Faut-il à ce point détester l’art contemporain pour en arriver à oublier ses gimmicks ?!

    • Bizarre ce com. Il n’y a pas plus Anti libéral qu’une niche fiscale. Et L’art contemporain à haut niveau est devenu un mariage incestueux entre politiques et mecenes, se promouvant mutuellement.

      • « Et l’art contemporain à haut niveau est devenu un mariage incestueux entre politiques et mecenes, se promouvant mutuellement »

        « Devenu » est de trop (« incestueux » aussi) ; il en est ainsi depuis plusieurs siècles. Depuis que le mécénat existe. Rien de nouveau. Cette critique n’est donc pas pertinente.

        • Ah oui les mécènes du XVIeme siècle défiscalisaient..LOL faut il aimer béatement l’art contemporain pour ne pas voir que son prix n’a plus rien à voir avec sa valeur.

          • Votre réflexion est anachronique. La valeur vénale d’une oeuvre ne saurait être corrélée à une valeur « artistique ». le prix « en art » est vraiment la demonstration du psychologique (associée souvent à une histoire) dans sa formation.

  • Les français votent a gauche ! Pourquoi voulez vous les priver des conséquences?
    c’est cruel

  • la pantalonnade pseudo culturelle serait comique si elle ne coûtait rien , et encore

  • Bin non, rien à voir avec une colonisation où le colonisateur paie et entretient ce qu’il apporte.
    Il s’agit plutôt d’un cas de vassalisation par rapport à l’empire, où le vassal est à contribution direct, terme d’ailleurs bien connu de notre président.

  • Il ne faudrait pas oublier une chose: si la mairie de Paris a accepté que cette chose soit déposée par ce businessman, c’est qu’ils l’ont bien voulu, et même qu’ils y ont vu un intérêt.

    La mairie aurait parfaitement pu refuser, les parisiens, ce n’est pas accessoire, aurait pu, et pourrait toujours refuser, tout ce beau monde pourrait dire à Jeff Koons « on ne veut pas de votre machin, vous venez le reprendre à vos frais », mais personne ne le fait.
    Alors cette histoire je m’en bas l’oeil et la fesse droite, qu’ils assument leur connerie à la fin!

    • Laissons faire. Laissons parler. Tout ceci est de la médisance de jaloux et d’envieux.

      Je viens d’apprendre que Koons a épousé, il y a longtemps, La Cicciolina. C’est pas donné tout le monde.

      Que les pisse-froid aboient. La caravane continue de passer…

      L’art est au-dessus de toutes les critiques.

    • Entièrement d’accord. Koons est un créateur businessman, un producteur. Mais perso, je déteste sa démarche pseudo-artistique.

  • Honteux! Ces tulipes ne sont même pas de l’art!

  • Honnêtement, le Palais de Tokyo et le Trocadéro, c’est moche et de mauvais goût, comme beaucoup d’éléments parisiens surfaits, alors pourquoi pas une m… au milieu des b… ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Christine Sourgins, historienne de l’art et esprit indépendant, est notamment connue pour ce courageux essai réédité en 2018. Un essai critique sur ce que l’on nomme l’Art contemporain, dont elle dénonce les mirages et vacuités.

Le terme « Art contemporain » lui-même résulte, selon elle, d’une manipulation de langage, qui vise à rendre dominante une partie de l’art vivant, s’en prétendant la totalité. À ne pas confondre avec l’Art moderne, qui en est d’une certaine manière l’antithèse, bien qu’il tienne de lui (et qu’il a détrô... Poursuivre la lecture

8
Sauvegarder cet article

Chaque jour qui passe - et à plus forte raison lorsque c'est un jour de forte chaleur - est une ode, que dis-je, un poème raffiné dédié à l'organisation minutée et cadencée de nos infrastructures de transport, notamment en Île-de-France et en particulier à Paris. Il ne se passe pas une journée sans qu'il faille louer avec force l'organisation minutieux des usagers pour parvenir à se rendre sans encombre du point A au point B de la première région de France.

Manque de bol, parfois, ça ne se passe pas comme prévu.

C'est ai... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Anne Hidalgo se voit comme l’une des rares femmes au monde à exercer le pouvoir politique au plus haut niveau. Selon elle, sa réélection triomphale à Paris est là pour témoigner que ses administrés adorent tellement son travail à la tête de la capitale qu’ils en redemandent. Quant à son programme présidentiel pour 2022, on chercherait longtemps avant de trouver engagement plus résolu en faveur du progrès social et écologique.

Et pourtant, malgré toutes ces belles qualités auto-proclamées, les nuages persis... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles