Art contemporain : la bulle cherche de nouveaux gogos

Le marché de l’art contemporain est biaisé par des professionnels qui en maîtrisent et la distribution et la communication. A éviter.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Jackson Pollock : number 19, 1948

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Art contemporain : la bulle cherche de nouveaux gogos

Publié le 19 mai 2013
- A +

Le marché de l’art contemporain est biaisé par des professionnels qui en maîtrisent et la distribution et la communication. A éviter.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Jackson Pollock : number 19, 1948

Vous voyez régulièrement fleurir des articles vous vantant les performances de l’art contemporain. Lu par exemple ici

« Une vente d’art contemporain a battu tous les records mercredi soir chez Christie’s à New York, confirmant l’engouement des super-riches pour cette période de l’art. La vente a rapporté un montant total de 495 M$ (385 M€), commissions incluses, et les œuvres de Jackson Pollock, Roy Lichtenstein ou Jean-Michel Basquiat ont atteint de nouveaux sommets. Seuls quatre des 70 lots à la vente, ou 6 % du total, n’ont pas trouvé preneur. « Nous sommes entrés dans une nouvelle ère du marché de l’art », a commenté, enthousiaste, le président de Christie’s Europe Jussi Pylkkanen, attribuant notamment le phénomène à l’intérêt croissant manifesté par les riches pour l’art. « Il y a une concurrence mondiale qui ne s’était jamais vue auparavant dans le monde de l’art. » La vente record de la soirée a été obtenue par « Number 19, 1948 », de Jackson Pollock, pour un montant de 58,4 M$, près de deux fois l’estimation initiale. « Woman with Flowered Hat » de Roy Lichtenstein, estimé au-dessus de 30 M$, est parti à 56,1 M$ et « Dustheads » de Basquiat a été adjugé 48,8 M$. Au total, quinze des quarante artistes représentés ont établi de nouveaux records de vente, dont Piero Manzoni, Richard Serra, Philip Guston ou encore Joseph Cornell. »

Extrêmement spéculatif, l’art contemporain attire effectivement bon nombre de milliardaires, en particulier chinois. Nous l’évoquions déjà il y a un an. Néanmoins, pour ce qui nous concerne, nous ne recommandons absolument pas ce type d’investissement à nos clients et lecteurs. Ces artistes sont l’objet de bulles créées artificiellement par un certain nombre de professionnels qui maîtrisent les canaux de distributions et de communication. Celui qui plonge dans ce circuit et n’en maîtrise pas les rouages est forcément le dindon de la farce.

Le marché de l’art, le vrai, celui qui concerne des objets dont la valeur croît régulièrement sans pour autant faire la culbute tous les ans jusqu’au pigeon final existe, mais il nécessite un petit peu de patience. Son rapport, d’autant plus si vous tenez compte de la défiscalisation particulièrement favorable en France, est probablement ce qui se fait de mieux actuellement.

Sur le web

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Bien d’accord, ce marché est fait de bulles gonflées artificiellement.

    Premier conseil : n’achetez pas un nom, mais uniquement ce qui vous plait. Même si l’achat ne prend pas de valeur, vous en aurez au moins le plaisir.

    Puis, orientez-vous vers l’ancien de qualité, relativement bon marché pour l’instant. Les modes changent, votre petit maître du XIXème siècle ne pourra que prendre de la valeur, parce qu’il n’a aucune concurrence et ne peut se multiplier. Patience.

    Les intérieurs surgelés, minimalistes, ornés d’un seul tableau blanc avec deux lignes de couleur et des placards en guise de meubles n’auront qu’un temps : le réchauffement est bien plus probable en décoration qu’en termes climatiques …

    • Commentaire plein de bon sens !
      Achetez d’abord ce qui vous plait. J’ai plusieurs photos d’artistes réputés, quelques tableaux et sculpture, toutes ont vu leur valeur augmenter significativement. Mais je m’en moque totalement car tout ceci n’a été acheté que dans deux buts: défiscaliser (je suis libéral) et surtout, prendre du plaisir à regarder les oeuvres, tous les jours. La plus-value n’est que la cerise sur le gâteau (mais peut-on parler de plus-value pour des oeuvres que je n’ai de toute façon aucune intention de revendre ?

  • Un commentaire parallèle récent de Drieu Godefridi :
    http://www.lalibre.be/debats/opinions/article/810173/recto.html

    auquel j’adhère totalement…

    • et si on cassait la croute ?

      • Pollock, Lichtenstein, Basquiat, est-ce encore de l’art contemporain ?
        Je pense que votre analyse peut être pertinente pour des artistes jeunes, qui produisent toujours et dont la côte atteint aussi quelques sommets.
        C’est vrai qu’un Basquiat au prix d’un Picasso, ça peut faire réfléchir, même si sa peinture est fantastique et que c’est un des grands peintre de la fin du 20ème siècle.
        Je ne comprends pas cependant le message que vous cherchez à faire passer, qui achète des tableaux à plusieurs de dizaine de millions de dollars pour investir ? Personne !
        A ce niveau il n’y a pas de gogo, il n’y a que des amoureux.
        Mais je répète pour des peintres plus récents et des prix qui se comptent en millions et pas en dizaines de millions, il y a surement des gogos.

        • Mon message (par trop subliminal dirait on 🙂 ) est de dire : « Vous lisez dans la grande presse (ce ne sont pas les lecteurs de OF, de 20mn, du Parisien etc… qui achètent des tableaux à plusieurs millions d’€, vous petes d’accord avec moi?) que l’art contemporain explose, pulverise chaque années se records… Si vous lisez cela, c’est qu’il a des organismes (en huit lettre, ça commence par « art », par exemple) qui organisent ce genre de campagne de RP pour venir derrière vous proposer telle ou telle « oeuvre » d’art « contemporain » pour des montants qui vous sont accessibles. C’est bidon, vous allez vous faire avoir… » Voilà, c’est plus mieux clair comme ça?

          • Oui je comprends votre point de vue et j’approuve, Pollock Lichtenstein et surtout Basquiat (à mon goût) sont de grands peintres….

          • Moi je trouve Basquiat absolument hideux, et je n’en voudrais pas pour décorer mes toilettes. Lichtenstein (ou Warhol) c’est ludique et Pollock c’est (parfois) joli, mais appeler cela de l’art… Quand je passe à Pompidou après avoir fait un tour à Orsay ça remet vraiment en cause ma foi dans le progrès.

            Enfin bon les goûts et les couleurs…

            • Basquiat, c’est la prévalence de la médiocrité mise en avant par des déconstructeurs idéologues de la société bourgeoise.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
guerres culturelles
0
Sauvegarder cet article

Par Christine Sourgins.

Avant nos guerres culturelles, a sévi la « guerre froide culturelle » formule de G. Orwell en 1945 : Moscou est vainqueur, son réalisme socialiste a défait le réalisme rival nazi ; l’autre géant, les USA, est un pays neuf réputé sans culture.

Au milieu, l’École de Paris, internationale, croit à la libre coopération des cultures. L’État s’étant alors désengagé de la direction de l’art, elle se soucie peu de géostratégie. La guerre nouvelle est d’abord sémantique : au « pour la paix contre le fascisme » des... Poursuivre la lecture

L’Autre Art contemporain, vrais artistes et fausses valeurs est un petit livre clair et direct de Benjamin Olivennes. Il vient de paraître et affirme ce que peu de Français savent : il existe toujours une grande peinture française, aujourd’hui.

Son livre apporte un point de vue particulier, devenu rare : celui de l’amateur cultivé, de celui qui aime et a besoin de cet art pour le bonheur de sentir mais aussi de comprendre le monde, la vie. Trente ans, philosophe, normalien, enseignant  à l’Université de Columbia à New York, il se prése... Poursuivre la lecture

Par Aude de Kerros.

Le haut marché de l’Art contemporain est global tout comme le Covid-19 est pandémique. Le premier virus à contamination instantanément planétaire aura-t-il des conséquences sur un marché dont la valeur de ses produits se crée grâce à leur circulation internationale ? État des lieux en septembre 2020.

Bilans du marché de l’AC[1.AC, acronyme de « Art contemporain ». Il ne désigne pas tout l’art d’aujourd’hui mais l’Art, généralement conceptuel, produit par les acteurs et institutions du haut marché international.]... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles