Retraites (2) : Delevoye, le grand magicien

Le rapport Delevoye sur la réforme des retraites réalise un tour de magie : tout le monde sort gagnant !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Seniors Retraités (Crédits Patrick, licence CC-BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Retraites (2) : Delevoye, le grand magicien

Publié le 16 août 2019
- A +

Par Gérard Maudrux.

La réforme des retraites a pour but de redistribuer les cartes à enveloppe constante, non de régler le problème de fond du financement afin de garantir le niveau des retraites face à la baisse constante du rapport démographique. Redistribuer les cartes pour davantage d’équité, et à enveloppe constante car il n’est pas question de déboucher sur une augmentation significative des cotisations, ni sur une baisse des retraites, du moins dans un premier temps, car après se posera toujours le problème d’équilibre.

Si on ne touche pas aux recettes globales et que l’on gomme les inégalités dans la redistribution, comme « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme », la logique veut que si certains perdent, d’autres gagnent et vice versa. Or le HCRR a réussi un exploit : tout le monde gagne, il n’y a pas de perdant. Nous ne pouvons tous qu’applaudir et accepter rapidement cette réforme providentielle.

Le rapport se veut pédagogique et à la portée de tous, et pour expliquer des mesures et leur résultat, il donne des exemples pratiques.

Deux chances sur trois de gagner

Pages 122 et suivantes, on a droit à 9 exemples, de Martine développeuse web de 22 ans à Julien, adjoint administratif dans la fonction publique, en passant par Leila au Smic, Lisa qui devient cadre, Laurent qui a une carrière en dents de scie, Inès qui est à mi-temps et d’autres dont plusieurs fonctionnaires. Sur ces 9 cas, aucun perdant : il y a 3 neutres et 6 gagnants. Quelle que soit votre situation, quelle que soit votre carrière, vous avez deux chances sur trois de gagner, et dans le pire des cas, rien ne change.

Cerise sur le gâteau, devinez qui gagne le plus ? Ceux qui sont dans la fonction publique ! Moi qui croyais qu’ils étaient des privilégiés qui percevraient davantage, qu’à cotisation égale ils percevaient trois fois plus et que la fin des privilèges leur poserait problème, eh bien non. Je dois remettre en question mes idées fausses sur le sujet. Ceci dit, Leila n’est pas en reste, assistante de direction au SMIC (sic), sa retraite va passer de 77,4 % du dernier salaire à 91,2 % (tout en restant en montant 30 % en dessous d’un poste inférieur dans la fonction publique… ). Je croyais le système actuel inégalitaire avec nombre de privilèges à supprimer, ces calculs montrent qu’il n’en est rien car personne ne sera pénalisé, au contraire. Et puis il y a Karim, étudiant (18 ans), suivi de David, 62 ans, et Louison. Plus loin Céline (27 ans), Sarah (35 ans), Paolo (49 ans), Michel, Yves, Selma (72 ans), Marc et Anita…  Qu’ils sont beaux et heureux tous ces citoyens, tous gagnants, alors que l’on croyait que la situation allait de plus en plus mal.

Prenons le cas de Céline, 45 ans, à mi-carrière lors de la mise en place et qui, suite à la démonstration de son cas, peut penser qu’elle va percevoir 68 % de son salaire actuel tout comme David, salarié, 62 ans, qui va percevoir 70 % net de son dernier salaire. Moi qui croyais, au vu des publications CNAV et AGIRC-ARRCO concernant salaires et retraites moyennes qu’on approchait les 50 %, je suis agréablement surpris.

La mariée est trop belle

À la lecture de ce rapport, n’y comprenant rien à la retraite, si je prends mon propre cas, je ne peux que souscrire. Par contre, connaissant un peu les retraites, je me demande si la mariée n’est pas un peu trop belle, mais c’est toujours le cas après passages chez le couturier, le coiffeur et le maquilleur. 

Dans le prochain épisode, je vous donnerai les trucs de magie, je vous expliquerai comment décrypter, tourner les chiffres pour les rendre présentables, car ici ils ne sont pas trafiqués, tous les calculs sont justes. Enlevez la robe, le maquillage, décoiffez, il peut y avoir des surprises. Excusez-moi mesdames pour l’exemple, mais je vous rassure, c’est pareil chez les hommes. Ils ne sont pas toujours aussi présentables qu’on peut le croire, loin de là.

(à suivre…)

__

Réforme des retraites : (re)lisez le premier article de Gérard Maudrux.

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Il me parrait evident que tant ue les fonctionnaires n’auront pas une
    cotisation « employeur » au moment ou ils travaillent (embaucher un fonctionnaire sera beaucoup plus coûteux pour celui qui le fait a l’instant ou il le fait)ce sera un marché de dupes..
    on va distribuer des points ‘gratuits’ a gogo, et laisser le contribuable de 2050 se démerder..
    seule la reforme du statut des non régaliens en CDI est la solution… mais çà.. pas touche…
    puis viendra la manipulation ultime la valeur du point

    la répartition seule n’est pas viable, une répartition de base a 1000 euros pour tous… puis des systèmes privés et basta

  • Bof, il fallait bien trouver un baratin nouveau avant que les jeunes ne s’a perçoivent qu’ils seront les dindons de la farce et décident de virer les parasites tels Delevoye à coup de pompes dans le train.

    • vu la Demographie il est evident qu on ne peut raser gratis. apres reste a savoir si on doit faire payer les jeunes (option retenue) ou les retraités actuels (qui apres tout on une binne part de responsabilite dans le marasme de la France: qui a vote Mitterrand et Chirac ?)

      • Vous ne croyez pas que c’est un peu facile de stigmatiser tous les retraités actuels.
        Ils ont fait des études plus difficiles que vous (il fallait être bon pour aller ne serait ce qu’au lycée ou collège), ils ont travaillé plus longtemps que vous (40 heures c’est 3 et 1/2 ans de travail en plus sur une vie), ils ont largement cotisé (je parle pour le privé) et ils ont subi les aléa politiques du pays… Pour le dernier vote présidentiel je suppose que c’est grâce à votre judicieux bulletin de vote que nous avons ce merveilleux gouvernement…

  • Un régime de base universel à 1000 euros, et c’est tout. C’est-ce qu’ont réclamé la totalité des caisses de retraite, et après on parle (je vous en parlerai) de « concertation » pendant des mois.

    • C’est beaucoup plus que ce que l’économie française peut supporter. 500€ de pouvoir d’achat au maximum, et même probablement moins au final.

      • bas is on largue tus ces cassos y a de la marge

      • Baisse de la rente indexée sur la hausse de la dette, hausse indexée sur la baisse de la dette. Cela nous évitera toutes ces promesses éhontées des polytocards qui devront revoir leur pub.

  • Ce rapport est en effet dur à lire pour qui se souvient des documents du bloc communiste et de ses lendemains qui chantent. En revanche, il me suggère une idée :
    Puisque le point cotisé de 10€ offre une rente de 0.55€, créons un « chèque-retraite » qui donne la possibilité, dans une certaine proportion (mettons 10%) de confier un certain nombre de ces 10 euros cotisés (pas ceux reçus en don, n’exagérons pas !) à l’organisme de son choix en échange du renoncement à 0.55€ de rente, avec l’engagement de cet organisme de servir la rente qu’il propose au moment de la retraite.

    • L’euro cotisé qui rapporte 0,055€ correspond à un rendement inférieur à 0,5% sur la durée de vie de l’épargne.

      Il s’agit d’un rendement déjà scandaleusement faible à la base. Mais progressivement, le pouvoir d’achat des 0,055€ sera dégradé par rapport à l’inflation. A terme, le rendement de l’euro cotisé sera négatif. Il correspondra à une perte sèche en capital.

      Spolier le maximum d’argent aux Français pour leur servir finalement une retraite misérable (sauf aux copains du pouvoir) est la condition impérative de la pénible survie du système collectiviste par répartition et de l’enrichissement sans cause d’une toute petite minorité.

      • Tout à fait. Les établissements financiers se battraient pour offrir bien mieux, comme le montrerait la liberté de contracter avec eux pour une partie de sa retraite. Mais il faut éviter l’effondrement trop rapide du système par répartition, donc on pourrait admettre que l’Etat limite à une faible part ce qui pourrait, volontairement, leur être confié. Comme vous le dites, celui qui renoncerait à 0.055€ de rente pour placer 1€ chez qui lui en proposerait bien plus serait ultra-gagnant, il démontrerait ainsi sans coercition et de manière éclatante l’intérêt de la capitalisation.

  • Il était évident dès la campagne présidentielle que Macron était un bonimenteur. Tout est à l’avenant.
    Le problème est qu’il a tous les grands médias à sa botte, et l’enfumage passera comme lettre à la poste. Quand le réel se pointera, il ne sera plus au pouvoir.

    • C’est exactement pur ca que je n’aime pas les mandats présidentiels courts, ca brouille pas mal les cartes , surtout pour le lambda qui n’a rien compris à l’histoire.

  • A 72 ans que fait -il encore là?Il n’a vécu que sur la bête ,député,sénateur,ministre,maire et autres mandats …. président du CESE qui est une usine à gaz sans équivalent dans d’autres pays ,elle doit être belle sa retraite avec tout ces cumuls de la grande époque,payée par nos impôts ! Plus sûrement une belle rémunération à la JOUANNO pour ce poste et nous expliquer la vie!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nicolas Marques. Un article de l’Institut économique Molinari

Comment se comparent les rendements de la répartition et de la capitalisation ?

Pour répondre à cette question, le concept de taxation « pure » ou « implicite » est utile. Il repose sur une comparaison entre le rendement de la répartition et celui de la capitalisation.

À prestation égale, la capitalisation permet au futur retraité de cotiser moins qu’en répartition pure puisque les versements produiront des intérêts permettant de bonifier les retraites.

... Poursuivre la lecture

Candidat déclaré depuis peu, Emmanuel Macron a commencé à divulguer son programme en vue d’un second mandat présidentiel. Au menu, une réforme des retraites qui passerait par le recul de l’âge légal de 62 à 65 ans. Interrogé à ce sujet dans Marianne, l’économiste atterré Henri Sterdyniak a expliqué que ce projet revenait ni plus ni moins à « faire payer le quoi qu’il en coûte aux travailleurs ».

Disons qu’il n’a pas complètement tort.

Oh, bien sûr, la formulation « faire payer aux travailleurs », lourde d’indignation, renvoie i... Poursuivre la lecture

Évidemment, en France, ce titre risque d'être considéré comme une provocation. C’est un peu comme si on ouvrait un parapluie à l’intérieur d'un logement, ou si on proférait des injures à l’égard d’un défunt dans la chambre mortuaire.

La répartition est injuste

Aussi, dois-je m’efforcer de présenter immédiatement, non pas les excuses que certains lecteurs attendent peut-être, mais des arguments sur ce que j’avance.

Les voici :

Le système de retraite par répartition consiste à payer les retraites des pensionnés en prélevant... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles