Véhicules diesel : l’État persiste dans l’obsolescence programmée

Des millions de véhicules diesel encore en état de marche, dont une partie est bien moins polluante que la moyenne du parc, sont destinés à une casse prématurée.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Véhicules diesel : l’État persiste dans l’obsolescence programmée

Publié le 20 juillet 2019
- A +

Par Michel Negynas.

Dans un précédent billet, j’avais montré que l’annonce de l’interdiction du diesel entraînait une perte virtuelle instantanée de 130 milliards, qui se traduirait, au fil du temps, et si les interdictions deviennent effectives, par une perte réelle. Or la prime à la conversion, décidée en catastrophe lors de la crise des Gilets jaunes, pouvait s‘appliquer sous certaines conditions à des véhicules diesel récents. Elle transférait des ménages vers les contribuables (ou vers la dette de l’État) une partie de cette perte : il y a, en effet, toujours quelqu’un qui paye quelque part, même quand c’est cadeau.

Le problème c’est que le dispositif à très bien fonctionné. Il a déjà coûté 500 millions, et, dans les conditions initiales, l’État a calculé qu’il lui coûterait 900 millions en année pleine.

Rendre le dispositif moins attractif

Donc l’État va « l’améliorer » : comprenez, le trafiquer non pas pour qu’il soit plus juste et plus efficace, mais pour qu’il soit moins attractif et moins coûteux pour lui.

Le dispositif initial était bien pensé, dans la mesure où il n’excluait pas une conversion d’un véhicule très polluant vers un véhicule d’occasion peu polluant, la limite étant 122g/km en CO2. Il ciblait surtout le « changement climatique ». Il atténuait en fait l’effet « perte de valeur » évoqué plus haut, en incluant les voitures diesel très récentes.

Quelles sont les nouvelles dispositions ?

  • les plafonds de ressource sont révisés ;
  • les véhicules de plus de 60 000 euros seront désormais exclus du dispositif.
  • révision à la baisse du plafond d’émission de CO2 : les voitures devront afficher au maximum 117 grammes de CO2 par kilomètre, contre 122 grammes jusqu’à présent. Certaines voitures des classes populaires sont désormais exclues.─
  • les véhicules classés en vignette Crit’air 2 et immatriculés avant le 1er septembre 2019 ne seront plus du tout éligibles à la prime à la conversion, excluant donc du dispositif tous les diesel immatriculés avant cette date. En plus du critère CO2 qui était le motif initial censé atténuer la contribution carbone, le paramètre Crit air introduit un critère « particule ».

Le problème est que le classement en Crit’air 2 des véhicules diesel récents est complètement injustifié car ils sont beaucoup plus propres que la majorité des véhicules en circulation.

Le risque d’acheter un véhicule diesel d’occasion, qui est à terme de se voir refuser l’accès en ville, était un peu compensé par la prime pour les véhicules récents. Mais c’était effectivement incohérent, dans l’esprit de la croisade contre le diesel.

Maintenant c’est clair. Des millions de véhicules diesel encore en état de marche, dont une partie est bien moins polluante que la moyenne du parc, sont destinés à une casse prématurée. Le programme d’obsolescence est bien bouclé.

Voir les commentaires (39)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (39)
  • Paradoxalement on veut faire acheter des voitures , car les nouveaux véhicules sont increvables..les autres sont invendables a cause des contrôles techniques, ils iront faire le bonheur des africains, (polluer là bas ce n’est pas meilleur pour la plante mais on s’en tape)
    il y a 50 ans une bagnole était morte a 100 000 kms, aujourd’hui on peut faire 500 00 kms sans probleme pour peu qu’on s’écarte des voitures françaises ,))(ha!ha!ha!)
    la prime a la casse? n’excède pas le montant de la TVA.. vous parlez d’un cadeau, si on y ajoute les taxes de cartes grise et les malus.. jackpot!

    Courrez les benêts !
    encore mieux prenez votre voiture en LLD, le prix annoncé se fait autour d’une utilisation minimale ( genre 800 kms/mois)..
    vous payez pendant 60 mois , et vous rendez une voiture dont vous payerez la remise en état qui sera revendue a prix d’or sur le marché de l’occasion,,,,
    et hop! a vous les vacances de riche!

    • C’est surtout la faux-culterie érigée en art suprême: emmerder les automobilistes européens pour refourguer nos anciens diesels qui iront rouler encore des décennies en Afrique avec du carburant soufré qui pollue dix fois plus . Ils méritent le piloris, nos connards de technocrates!

    • En fait, l’écologie prescrit de ne pas gaspiller, mais il faut continuer à vendre des voitures…

  • Il y a encore des gens pour acheter des voitures ?
    on ne connait que sa valeur de location et comme il n’y a plus de marche de l’occase..a quoi bon ,seul un ct de connivence est possible ,il sera impossible de rouler avec de jour seulement la nuit lorsque les poulets sont gris…

    • Pourquoi y a des ( – ) ?
      Les arguments se tiennent…

      • Et oui , c’est bizzare .je dois changer de voiture mais comment acheter un truc qui sera obsolete dans deux ans ou trois et sns possibilite de revente , je ne vois pas a part une camionette peut etre.

        • Un tracteur ❓ Pas facile à garer à Pantin, mais au moins vous ne craignez pas les beugnes dans les portières…
          Et on voit mal l’écolo-bobo interdire le tracteur sur tout le territoire.
          Pour rappel, ce bon monsieur Cochet compte sur le tracteur de son voisin paysan…
          Ira-t-il jusqu’à se tirer une balle dans le pied?
          Patience, l’avenir nous le dira.

    • oui j’achète mes voitures

      • Moi aussi d’ou mon probleme purement financier ,dois je acheter une occase comme d’habitude et la mener jusqu’a sa mort ou louer,…chez leclerc ou tout et pas cher ?
        Je ne sais pas encore , sans doute un velo electrique plus une location selon besoin.

  • « Le problème est que le classement en Crit’air 2 des véhicules diesel récents est complètement injustifié car ils sont beaucoup plus propres que la majorité des véhicules en circulation. »
    Ils sont même plus propres que les véhicules essence récents qui eux bénéficient de la vignette crit air 1.
    D’où le lancement d’une étude à la demande du gouvernement pour établir ce que tous les experts auto savent déjà…

    • non crit air un c’est au minimum hybride, crit air 2 c’est essence recent

    • On a le même genre de contradiction pour le logement avec la pénalisation du chauffage électrique alors que notre électricité est largement décarbonée…
      Les objectifs idéologiques, politiques et économiques sous-jacents sont en parfaite contradiction avec ceux qui sont affichés…

    • En plus dire qu’une voiture diesel est plus propre qu’une voiture équivalente essence n’est pas forcément vrai, en fonction de l’étude regardée… En gros, on en sait rien…

  • le point fort de toute politique écologique est la COHÉRENCE, non je déconne…
    on va traverser cette époque avec des yeux ronds, un air incompréhension halluciné sur la figure, une bouche entrouverte, lançant des « hein », « quoi », « c’est quoi ces conneries »..

    • Tous. Les. Jours.
      Je fais tellement de facepalms quotidiens que je suis sans doute en train de tuer mes neurones à petit feu, ce qui finira bien par me permettre de trouver cette époque formidable et de joindre le culte de Gaïa.

    • Enfin là je crois c’est plutôt des petits arrangements avec l’industrie automobile, avec le drapeau écologistes pour faire bonne figure. Entre ça, les contrôles techniques, la hausse de l’essence. C’est un peu gros.

  • Si l’objectif (injustifié mais admettons le quand même) était uniquement de réduire le CO2 émis par le parc, il suffirait de n’avoir comme critère que le taux d’émission (en incluant bien sur la fabrication du véhicule et les activités minières en amont). Admettons que l’on veuille également réduire d’autres polluants (particules fines…). La logique serait alors d’avoir un panier de critères objectifs contrôlables. En revanche faire entrer des critères comme l’age du véhicule et les revenus du propriétaire est contraire aux objectifs. Pourquoi cela serait il plus efficace d’inciter les pauvres à être moins polluants alors que les riches ne seraient pas incités ?
    A noter aussi que si il n’y avait que des critères calés sur les objectifs (essence/diesel n’est pas un tel critère) et s’il n’y avait pas l’épée de Damoclès de changements futurs arbitraires, on pourrait compter sur un effort de recherche plus intense des constructeurs pour améliorer encore leurs modèles. Je serais étonné en particulier que la technique ait dit son dernier mot pour réduire les particules fines des diesels. Mais engager un gros effort de R&D et au final se voir imposer des règlements qui rendent cet effort obsolète peut décourager les meilleurs bonnes volontés.
    On est là en plein dans les effets pervers des lois/règlementations qui ne sont pas murement réfléchies. Contrairement aux souhaits de nos gouvernants qui veulent pouvoir pondre des lois de circonstance immédiatement applicables pour en tirer un avantage électoral immédiat, la production de la loi devrait passer par des filtres multiples (d’où l’intérêt du Sénat dont les pouvoirs devraient être accrus plutôt que rognés) et s’étager sur plusieurs législatures pour les lois les plus structurantes de la société.

    • Les particules fines, et même ultra-fines sont l’argument destiné à remplacer peu à peu le CO2, dont l’argumentation de fond commence à prendre l’eau. Mais les buts de l’écologisme demeurent….

    • Comme contre pouvoir normalement il y a le conseil constitutionnel encore faudrait il qu’il soit saisi.
      Une énigme : c’est quoi un diesel ?
      Sur votre carte grise c’est à la case carburant qu’il est écrit « Diesel ».
      Mais si le gas-oil permet de faire facilement le cycle Diesel, il n’est pas le Diesel. Alors ces lois visent qui et quoi ?

  • Ces calculs d’apothicaire destinés à impressionner la population et à lui faire accepter son asservissement, laissent songeur.
    https://m.youtube.com/watch?v=xPw90SO2LTo

  • Je suis partiellement d’accord avec votre commentaire sauf celui concernant les voitures Françaises. Vous ne suivez pas l’actualité Automobile car vous êtes resté aux voitures d’il y a 30 ans qui n’étaient en effet pas très fiables. Maintenant, les voitures Françaises sont aussi fiables que les étrangères et souvent meilleures. Reste encore des petits ajustements concernant la finition qui sont en train de se résorber à grands pas ( voir la nouvelle Clio, le 3008, le DS7, le C5 Aircross, ces voitures n’ont pas à rougir de leur finition. Que reste-t’il aux étrangères souvent plus chères? Pas grand chose, à part le snobisme de dire que l’on n’a pas la voiture de M. tout le monde. Le monde évolue, l’Automobile aussi, renseignez vous avant d’avancer des arguments obsolètes.

    • « Reste encore des petits ajustements  »
      hé les étrangères sont souvent MOINS chères , c’es meme a çà qu’on les reconnait

    • Désolé mais question prix, les françaises affichent un prix de base correct mais quand vous rajoutez les options…
      Et c’est aussi la réputation qui joue: il faut 20 ans pour corriger une mauvaise réputation sauf à sortir un modèle exceptionnel aux résultats commerciaux exceptionnels.

  • Pour revenir sur la question du Diésel, les pouvoirs Publics ne sont pas plus bêtes que nous, ils savent très bien ( à part les écolos qui ont une idéologie imbécile anti diésel ) que les nouveaux Diésels depuis septembre 2019 polluent moins que les essences qui émettent plus de CO2. Mais c’est comme pour le 80 km/h une question de gros sous. Une essence consomme environ 25 à 30 % de plus qu’une Diésel, donc c’est 25 à 30 % de plus de recettes pour l’Etat. C’est à nous de ne pas nous laisser berner par leurs arguments fallacieux.

    • Plus bête, on a jamais dit cela. malhonnêtes, hypocrites, certainement.
      Il faut bien justifier l’augmentation des taxes.

    • Sauf que leurs arguments fallacieux ont un impact financier. Vivez dans un grande ville et achetez un diesel, vous prenez le risque de ne plus pouvoir vous servir de votre voiture comme vous le souhaitez qq années plus tard!

  • C’est vrai que construire une voiture (neuve) pour remplacer une voiture qui fonctionne n’est pas du tout polluant !

  • Décidément, il faut être pauvre pour consommer beaucoup.

  • Tout ce que touche l’Etat obèse menace de se transformer en désert. Les secteurs laminés par l’impéritie étatique sont de plus en plus nombreux : éducation, agriculture, logement, énergie, transports, construction automobile…

    Si l’Etat persiste à saboter l’économie française, le chômage ne manquera pas de dépasser les 10 millions de victimes dans très peu de temps.

    • Oui mais on aura des millions de retraites heureux d’etre a egalite dans la misere , des sdf logés dan nos monuments historiques( plus possible de construire ,ca pollue) , et le joint disponible en superette par paquet de 4 !

    • Cela ne touche pas que la France, le nombre de Capitales à interdire le diesel est en progression vertigineuse, en Europe mais pas que !
      Ce n’est même plus une question d’emprise de l’Etat, c’est un mouvement plus général, un air du temps. Il n’y a qu’à voir le nord de l’Europe. Le constructeur Volvo a décidé de supprimer le diesel dans sa gamme pourtant majoritaire.

      • La grande faute de l’Etat n’est pas tant de décourager le diesel que de l’avoir favorisé avant. On ne peut avoir aucune confiance dans cet Etat obèse, inconstant et incompétent, qui revendique fièrement sa nullité crasse.

      • Oui, le londialisle est une affaire… mondiale.
        Donc l’écologisme qui est son cheval de Troie actuel, également.

  • Ecouter et appliquer bêtement les conseils d’un gouvernement qui ne propose que des solutions incohérentes en la matière, sans se renseigner auprès de spécialistes, aboutit toujours à des déceptions. On a trop vite jeté l’opprobre sur le diesel.
    Quand on veut lutter contre les émissions CO2 , on n’oblige pas à « sauter » sur l’essence sans indiquer qu’a puissance égale, un moteur essence consomme 15 à 20% de plus qu’un diesel , et quelquefois beaucoup plus en utilisation urbaine. Incohérence… incohérence. Ce n’est pourtant pas le fait d’avoir averti. Voir cet article de 2015. https://www.challenges.fr/automobile/dossiers/particules-l-essence-et-l-hybride-pire-que-le-diesel_12344

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand vient le temps de trouver de nouvelles sources de revenus, les politiciens ne manquent jamais d’idées. Après tout, il est plus populaire de demander aux « riches » de payer leur « juste » part – jamais définie objectivement – que de couper dans les dépenses excessives, comme celles de la Défense. Ou de comprendre l’importance capitale des incitations dans les actions des agents économiques.

Il semble que, malgré son âge avancé, Elizabeth Warren ne comprendra jamais ce dernier point. À l’instar de son défunt programme présidentiel... Poursuivre la lecture

Quels sont les candidats qui augmenteront le plus les impôts ? Telle est la question que tout électeur français devrait se poser, faute de ne plus avoir eu l’occasion, depuis longtemps hélas, de pouvoir se poser la question inverse : quels sont les candidats qui les baisseront le plus ?

Si l’on considère la situation économique et sociale de notre pays, c’est pourtant cette seconde question qui devrait nous obséder. Quoi qu’il en soit, détecter les candidats les plus dangereux en matière de pression fiscale représente un véritable espo... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP.

Il n’est pas simple de nager à contre-courant. Cela demande des efforts particuliers qui, bien souvent, ne reçoivent en retour que méfiance et hostilité. C’est déjà ce que remarquait Jacques Rueff en 1934 alors qu’il s’adressait à ses camarades polytechniciens dont il observait que les travaux économiques ne se développaient guère « dans un sens purement libéral » :

Je me sens donc parmi vous en état de singularité, et je vous prie de croire que je n’en éprouve nul plaisir, car ce n’est pas un mol oreiller que l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles