Non, les Gilets jaunes n’ont pas transformé la France

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Les Gilets jaunes by Patrice Calatayu(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Non, les Gilets jaunes n’ont pas transformé la France

Publié le 16 juillet 2019
- A +

Par Philippe Bilger.

Le président de la République, affichant trop vite sa certitude que les Gilets jaunes n’ont plus de « débouché politique », est tout entier tendu vers les élections européennes du 26 mai. Au point d’être devenu, de manière dangereusement partisane si les suites ne correspondaient pas à son engagement ostensible, la véritable tête de liste de LREM, Nathalie Loiseau, mauvais choix, en demeurant la responsable nominale. Comment Emmanuel Macron, déchaîné contre le RN, fera-t-il demain pour concilier honnêteté démocratique et défaite politique si celle-ci survient ?

Pour la liste des Républicains, je suis frappé par l’étrange abstention de Nicolas Sarkozy qui retarde l’expression d’un soutien clair et explicite. Je n’ose croire qu’il pourrait être tenté de traduire sa complicité amicale renouvelée avec Emmanuel Macron, sinon par un aval ambigu, en tout cas par une prudence publique ?

Le président de la République considérant que les Gilets jaunes n’ont plus d’avenir politique prend évidemment acte de la baisse quantitative, chaque samedi, du mouvement et du fait que l’adhésion publique à cette effervescence durablement inédite n’a cessé de décroître.

Ce constat peut être fait par quiconque même si artificiellement certains, focalisant leur hostilité sur la police et le ministre de l’Intérieur — « à coups de com’ et de matraques »—, prolongent ce désordre créatif au-delà, aujourd’hui, de son intensité réelle.

Les Gilets jaunes ont sonné le réveil

Ce qui manifeste le déclin des Gilets jaunes et la lassitude républicaine à leur égard tient d’abord au fait qu’on n’hésite plus à s’interroger sur eux comme s’ils appartenaient au passé et autorisaient déjà l’établissement d’un bilan.

Dans une émission récente des Vraies Voix de Sud Radio, nous nous sommes questionnés ainsi : « Les Gilets jaunes ont-ils transformé la France ? »

J’ai tenu la position, accordée avec celle d’Ivan Rioufol intervenant téléphonique, qui consistait à souligner que les Gilets jaunes n’ont pas transformé la France mais qu’ils l’ont réveillée.

Cette interrogation postule évidemment que la France aurait eu besoin d’être transformée. Si on accepte cette pétition de principe, ce n’est pas minimiser le rôle politique et social des Gilets jaunes, dans leur définition acceptable, que de leur prêter seulement une influence et pas du tout une action. S’ils ont contraint le président à mettre en oeuvre et en dialogues le Grand débat national et à proposer des mesures qu’il estime décisives, ils n’ont pas à proprement parler accompli autre chose que d’inciter la France à réfléchir sur elle-même.

Ils ne l’ont pas transformée ou seulement de telle manière qu’après eux, elle ne pourra plus laisser de côté l’ensemble des problématiques et des enjeux — des plus quotidiens aux plus proches des phénomènes de pouvoir — qui ont bouleversé notre pays, son esprit public.

Un rôle utile, mais insuffisant

Les Gilets jaunes ont troublé, inspiré, dénoncé, indigné, ému et questionné. Ils ont été le caillou obsessionnel dans la chaussure nationale, l’épine dérangeante dans le doigt républicain, la globalité triste, amère, désespérante, vindicative, parfois violente apposée sur une France indifférente ou oublieuse de certains de ses enfants, un cri résonnant trop fort pour qu’un silence, ensuite, puisse lui succéder sans éprouver de la mauvaise conscience.

C’est beaucoup ; mais non, ils n’ont pas transformé la France. Ils n’auraient pas pu le faire d’ailleurs.

Le président de la République a, en anticipant l’absence de débouché politique, feint de négliger que, même s’il ne leur suffit pas — j’en doute un peu car ce pourra être leur première démarche d’opposition concrète vraiment préjudiciable au pouvoir —, le scrutin européen sera, pour les Gilets jaunes, le défouloir de pouvoir dire non à Emmanuel Macron, qui a fait du 26 mai une affaire personnelle.

Eux aussi.

Cet article a été publié une première fois en mai 2019

Sur le web

Voir les commentaires (30)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (30)
  • C’est vrai, les GJ ont sonnés le reveil…le réveil de la lutte socialo marxisme qui manquaient bien évidement dans ce pays ravagé par le turbolibéralisme et le kapitalisme apatride sans visage

    (je pense que j’ai tous les mots épouventails du bingo socialiste)

    Il suffit d’aller lire les propositions sur le site du grand débat, c’est le concours de « plus socialiste que moi tu meurs »

    Et pour ceux qui rétorquent que le mouvement des GJ a commencé par une fronde fiscale qui dénonçait le poids de l’état, c’est vrai mais…

    La frondre fiscal a durée 1 semaine, et le mouveau actuel socialiste des GJ (pas assez d’impots pour les sales riches, il ne faut pas toucher aux services public etc…) dure depuis 25 semaine.

    Ca donne à peu pret le rapport de force entre (vaguement) libéraux et socaliste dans ce pays…1 a 25.

    Les GJ n’ont fait que reveiller les ardeurs socialistes et égalitaristes bien françaises.

    ce pays est foutu

    • claude henry de chasne
      20 mai 2019 at 7 h 31 min

      pas mieux

    • La petite bête
      20 mai 2019 at 11 h 17 min

      Du tri a été fait sur le site du grand débat. Certaines personne ont vu leur contribution disparaître.

    • Il n’y a pas de poids de l’état mais la très lourde pesanteur d’une corruption profonde amenant aux pires monarchies dans un pays qui se prétend démocratie. Les opposants à ce régime ne font que réclamer l’existence d’un droit qui n’est que proclamé pour justifier tou un système devenu vérolé force de personnes viles intéressées.

  • Ci-dessous : le discours des « Gilets Jaunes », Place de l’Opera, Samedi 15 décembre 2018.
    Verbatim et lien vers les enregistrements vidéo.
    https://sites.google.com/site/breizh06/home/gilets-jaunes

    Extrait :  » .. nous ne voulons pas vivre de vos aides. Nous ne voulons pas vivre au crochet d’un état boulimique qui nous prend toujours plus et nous redonne toujours moins.
    Nous voulons vivre Libre. Libre de nos droits, de pouvoir réellement jouir du produit de notre travail. Libre de pouvoir créer et inventer, sans voir fondre sur nous la patte terrible de l’administration et des impôts.
    Libre de pouvoir payer des impôts raisonnables afin d’aider nos compatriotes dans la difficulté. .. « 

    • claude henry de chasne
      20 mai 2019 at 8 h 58 min

      ceci menaçait l’administration et les politiques.. donc tout a été détourné par les organisations de gauche pour finir avec l’anticapitalisme radical…
      Mais le message primaire subsiste dans les tètes et çà signera la défaite de macron et de son refus de baisser dépenses publiques et taxes , en pompant le citoyen .. il est mort

      • Oui, surtout après le passage suivant :
         » … ou diable va cet argent ? .. cet argent part dans des privilèges indus. Des commissions, des copinages, des retraites éternelles, des serviteurs à gogo, etc.
        Il est de l’argent public. L’injustice est aujourd’hui criante, alors que nous, français, sombrons dans la détresse économique. Nous n’acceptons plus cette situation… « 

      • Oui, et je voudrais rappeler un extrait d’article de bdvoltaire de début février:
        Gilets jaunes: les menaces qui pèsent sur vous:
        1) La récupération par l’extrême gauche. Elle dispose des structures et des cadres pour cela, mais on la reconnaît à son marxisme latent qui oppose les riches aux pauvres et à son culte des immigrés, dont elle veut faire son nouveau prolétariat.
        2) Le désamour des classes moyennes que l’on obtient systématiquement en provoquant le désordre (et le gouvernement n’a cessé de l’encourager) ou en perturbant l’économie, ce qui menace leurs économies. Du jour où ils perdront ce soutien, les gilets jaunes auront tout perdu.
        3) Les manœuvres du pouvoir qui, du grand débat à un possible référendum, tente de reprendre la main en neutralisant le mouvement.
        C’est exactement ce qui s’est passé.
        Les problèmes demeurent.

    • Vrai que les impôts sont déraison en France pour ce qu’ils en font et vrai aussi que nos administrations se trouvent parfaitement aptes à violer le droit qu’elles ont en charge d’exécuter. Dans ce pays d’insécurité morale, financière, matérielle, économique, les ‘gouvernants’ et leurs vassaux sont nommés en fonction de leur aptitude à la perversité, l’intérêt privé, à ne pas avoir d’autres idées que celles de taxer autrui. Ils se regroupent en sectes, notamment d’hypocrites franc maçons,ne partent pas à la retraite tant l’affaire est dorée.

  • Non, les GJ n’ont ni transformé ni réveillé la France mais instauré une certaine forme de chaos avec l’aide du gouvernement, des lobbys et des syndicats.

    J’en veux pour preuve les 34 listes (+ la liste virtuelle de l’abstention) pour les européennes aux programmes / revendications tous plus débiles les uns que les autres …

  • Les Gilets Jaunes font régner dans notre société ce que soulignait 200 ans avant notre ère le philosophe Grèc Polybe, l’ochlocratie (la loi de la populace). Ce qu’a déjà connu la Révolution Française avec le passage de la « Terreur ».

    • C’est aussi caricatural que de dire que nous vivons dans un régime ultralibéral ou communiste.

      • @buckyhorsy

        Je n »ai jamais dit que nous vivons (hélas) dans un monde ultralibéral et heureusement que nous vivons pas dans un monde communiste, quoique le socialisme de Macron n’en est pas loin mais la caricature c’est vous qui la représentée.

        • Macron n’est pas plus socialiste qu’Hollande. Les imbéciles et les méchants portent des étiquettes pour masquer ce qu’ils sont et sévir au plus haut en servant leurs intérêts. Trop de menteurs, prétentieux, arrogants se font de fonctions usurpées que nous payons à grands frais pour nous amener au chaos.

    • La petite bête
      20 mai 2019 at 11 h 20 min

      Lors de la Terreu, la « populace » a été instrumentalisée. Ce carnage a été prévu et pensé plusieurs années avant. Lisez Augustin Cochin par exemple sur la préparation de la Révolution.

      • @La petite bête
        Nous n’avons ps du lire les mêmes oeuvres de Augustin Cochin mort en 1916 à la bataille de la Somme, qui lui déclarait les idées sociétales avaient changées par l’influence de la franc-maçonnerie et que avec la « Terreur » en 1793 les plus débrouillards avaient survécus uniquement en raccourcissant les autres. Et il nomme comme exemple Robespierre qui pour moi est loin d’êre un modèle de démocratie. Ce serait plutôt le copain de J.L.Mélenchon

    • @Michel P. Les GJ ont certainement fait peur à nos gouvernants qui dès le départ du mouvement, tremblants de peur, les ont assimilé (bêtement) à la peste brune afin -par cette stigmatisation- s’allier l’opinion publique mais ils n’ont pas fait peur à la population dans son ensemble qui jusqu’à 80% ont soutenu ce mouvement.

  • Etes vous allés à la première manif des GJ? Il y avait là toute sorte de gens: des jeunes, des vieux, des familles, des ouvriers, des patrons, des chômeurs, et tout ça de gauche, de droite, du centre.. La meilleure expression pour désigner ceci, c’est « la France de Johnny », peut-être pas très futée, mais courageuse, bien que méprisée par tous ceux qui se targuent d’avoir un petit bagage intellectuel.
    La récupération se mesure aux soutiens du mouvement: souvenez vous, au début, ce n’était qu’un ramassis de beaufs, de fachos, de semi débiles sans dents. Aujourd’hui, même les artistes (la cuultuure madame) sont GJ. C’est dire à quel point ça a été pourri.
    Mais ceux du début sont toujours là. Ils n’ont peut-être pas transformé la France, mais ils ont rendu une bonne part des français fiers de l’être.

    • Vous avez oublié dans votre liste les fumeurs et les conducteurs au diesel. 😀

      C’est curieux d’être soudainement devenus fréquentables par ceux qui crachaient leur fiel haineux dans la figure.

    • Ceux du début sont toujours là, bien à la disposition de qui voudrait les manipuler encore.

    • les gilets jaunes ont rassuré sur la capacité des françois à réagir quand on les trait. Tant va la cruche à l’eau qu’elle se brise. Les autres, non opposants au pire des ‘monarchies’ actuelles qui s’empilent et énoncent constamment un droit qu’elles ne respectent pas ni comprennent, hélas se croient à l’abri, ignorent le niveau d’abjection qui sévit, ou opportunistes participent au chaos.

  • La petite bête
    20 mai 2019 at 11 h 16 min

    « ils n’ont pas à proprement parler accompli autre chose que d’inciter la France à réfléchir sur elle-même. »
    C’est le préalable indispensable à toute transformation.

    • Encore faudrait-il que la réflexion soit autre chose que le ressassement des slogans socialistes et écologistes.

  • Bien sûr que si les GJ ont transformé ce pays : encore plus d’impôts (17 milliards rien que pour eux), encore plus de dettes, encore plus de socialisme.

    Combien de GJ pour dénoncer la prochaine hausse du prix de l’électricité ?

    • La petite bête
      20 mai 2019 at 15 h 19 min

      Le socialiste, c’est d’abord Macron. Il a répondu en bon socialiste aux demandes des GJ.

      • Il faut quand même une bonne dose de naïveté pour imaginer qu’un autre président français aurait répondu autrement !

    • @Théo. Les GJ sont découragés et ils vont s’adapter à la situation jusqu’à ce qu’on les nargue et les méprise une seconde fois d’une manière brutale. Les 17 milliards c’est de la poudre aux yeux puisque de nouvelles taxes ont été instaurées, que plus d’un million de chômeurs auront une baisse de leurs allocations, que certains remboursements de la sécu n’auront plus lieu, que les parlementaires en pleine crise des GJ se sont octroyé une augmentation, etc. Non les GJ n’ont rien transformé.

  • Que Sarkozy ne soutienne pas la liste LR n est pas forcement plus mal. Hollande apporte son soutien a Glucksman qui le pauvre n a pas besoin de ca pour etre plombé

    Bellamy apparait comme un homme neuf, donc le soutient de Giscard Chirac et Sarkozy n est pas franchement un plus 😉

    Les GJ n ont en effet pas transformé la France certes. Mais ils ont quand meme mit un coup d arret a un certain type de gouvernement/politique. Lequel considerait que les ploucs n avaient qu a se taire et payer. Car avant les GJ qui au niveau politique s interessait aux gens qui n etaient pas des immigrés, ne vivaient pas dans des metropoles et qui voyait le revenu de leur travail s evaporer en depenses contraintes (je parle pas uniquement des impots ici, mais aussi par ex du logement) ?

  • Leur résultat aux européennes ont remis les pendules à l’heure.

  • Il a été un mouvement enfin rassurant sur la réactivité de certains français à la baisse du pouvoir d’achat, du pouvoir vivre suite à un long endormissement. Je regrette que les Gilets la plupart ne sachent pas à quel point est la corruption ici très bas; celle des politiques que l’on attrape parfois, celle de hauts fonctionnaires leurs ‘collaborateurs’ les suivant, celle des magistrats, des huissiers, des notaires qui peuvent vous voler en toute impunité,sans contrôle de leurs con frère. Le droit y est, La morale n’y est pas. L’argent, les avantages et les pseudo passe droits attirent nombre de pervers, d’incompétents, de dociles valets, l’ensemble reposant sur des annonces mensongères dites ‘communication’. L’ensemble nous mène au chaos.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

C’est le 9 octobre 2021 qu’Édouard Philippe a officiellement lancé son propre parti, Horizons. L’ancien Premier ministre a présenté celui-ci comme étant destiné à favoriser la réélection d’Emmanuel Macron. Mais il semble que les critiques qu’il a émises concernant « la gestion de la dette et le probable report de la réforme des retraites » n’aient pas été appréciées par le président. Ainsi, Horizons a très vite été perçu comme une menace potentielle pour LREM.

La sanction ne s’est pas fait attendre : la récente proposition de Philippe ... Poursuivre la lecture

Ce 19 janvier, Emmanuel Macron a pris la parole au parlement européen pour faire un discours dans le cadre de la présidence européenne de la France.

Arrivé de Macron au parlement... pic.twitter.com/rBEkIdJfG6

— Esposito Corinne (@coconuts1315) January 19, 2022

Le propos s’est concentré sur les valeurs qu'il souhaite défendre. Il a été critiqué par les représentants français des groupes européens de l’opposition comme Jordan Bardella du RN, Yannick Jadot d'Europe Ecologie les Verts, François-Xa... Poursuivre la lecture

À l’heure où la Guadeloupe connait de nouvelles restrictions sanitaires, on peut se demander si ses habitants ne sont pas perçus par le gouvernement comme des citoyens de seconde zone. Les propos de Macron de la semaine dernière mettent en avant la volonté d’une société discriminant les non-vaccinés qui ne seraient plus des citoyens. Une discrimination qui se veut sanitaire. Mais quand on regarde qui sont les populations non-vaccinées, on s’aperçoit que le discours du président Macron va avoir un impact sur des catégories de populations bien ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles