La droite a-t-elle encore un avenir ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La droite a-t-elle encore un avenir ?

Publié le 7 juin 2019
- A +

Par Erwan Le Noan1.

Les résultats des élections européennes ont été une déroute pour Les Républicains, arrivés en quatrième position et sous la barre symbolique des 10 % : c’est un cuisant échec pour un parti qui prétendait s’être reconstruit et incarner la seule alternative démocratique à la majorité en place.

Qu’il soit de leur fait ou, comme ils le prétendent en se soustrayant un peu vite à leurs responsabilités, une conséquence de la stratégie de polarisation du débat par le président de la République, ce résultat indique que la ligne stratégique et idéologique choisie n’était pas la bonne. La candidature de François-Xavier Bellamy était le fruit d’un long travail de la droite conservatrice (qui l’a conduit à dominer un parti hier réformateur) ​; sa campagne a été dynamique et son discours a marqué l’opinion par sa structuration ​ ; mais l’offre proposée n’est visiblement attractive que pour une toute petite minorité de l’électorat.

Plusieurs questions se posent dès lors.

D’abord ​: comment en sont-ils arrivés là ​?

Cette désagrégation du vote pour le parti de droite tient à une raison conjoncturelle ​: la recomposition électorale à l’œuvre depuis 2017 autour de LREM, parti au milieu de l’échiquier qui parvient à attirer autour de son bloc centriste des électeurs de gauche ou de droite selon les scrutins. Cette disruption n’a cependant été permise que par un échec structurel des acteurs déjà en place ​: installée dans une logique de rente consistant à se partager le marché politique en son sein et avec la gauche, la droite a cessé de renouveler son offre. Elle n’a su ni valoriser ses actifs humains, ni faire fructifier ses idées. Comme une entreprise qui n’a plus rien à vendre, elle a fait faillite dès lors qu’a émergé une proposition alternative, même imparfaite mais meilleure aux yeux des électeurs.

La ligne politique défendue par Les Républicains s’est ainsi non seulement réduite, pour se limiter à une frange restreinte de l’électorat de droite, mais elle a en outre brillé par son incohérence ​: comment la droite qui promettait la « ​rupture ​» avec les politiques passées, quand Nicolas Sarkozy était candidat, a-t-elle pu en arriver à défendre la hausse du SMIC ​? Comment ceux qui vantaient la réforme radicale de l’État, dans la campagne de 2017, sont-ils parvenus à s’opposer aux privatisations ​?

Ensuite ​: la droite a-t-elle un avenir ​?

La question anime Les Républicains pris de panique depuis une semaine. Les derniers rescapés s’inquiètent pour leur survie aux prochaines échéances ​: un échec aux élections locales marquerait non seulement une disparition dans les urnes mais également dans les institutions, avec la perte consécutive du Sénat.

S’il est compréhensible que dans la tempête chacun s’accroche à son rocher avant de sombrer dans l’abîme, raisonner en ces termes n’est certainement pas une garantie de sauvetage. Car les responsables des Républicains semblent oublier l’essentiel ​: sur un marché électoral en concurrence, un acteur n’existe que s’il a une offre à proposer. Or, quelle est celle de la droite aujourd’hui ​?

La droite n’a pas, par principe, vocation à perdurer. Pour y parvenir, elle a devant elle un énorme travail à accomplir. Il n’y a que de cette façon qu’elle peut espérer, peut-être, remettre un jour en cause le duopole entre LREM et le Rassemblement national, qui a ceci d’inquiétant que si le premier parti faillit, le second triomphe…

  1. Texte initialement paru dans L’Opinion.
Voir les commentaires (50)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (50)
  • claude henry de chasne
    7 juin 2019 at 7 h 40 min

    Il n’y a pas de Droite en france depuis Pompidou..
    Ce qu’on appelle LA DROITE dans ce pays a depuis bien longtemps renoncé a défendre le libéralisme pour faire des politiques de centre mou et de renforcement administratif et centralisateur..
    C’est le RN qui représente la droite désormais ( meme si d’aucun
    prétendent que ce mouvement a donné l »impression de tentations a gauche défendue par philipot le gaulliste devoyé) .

    La question qui reste c’est quid du barrage idéologique et de la manipulation médiatique qui diabolise un parti qui s’avère etre le premier de france aujourd’hui..

    Le FN fausse les élections depuis 40 ans , grâce au scrutin uninominal a 2 tours..
    je persiste a croire qu’installé au pouvoir il démontrera tout seul son incapacité a faire ce qu’il promet .. redeviendra un parti comme les autres .. ce qui permettra de nettoyer les écuries d’augias, pour revenir a une democratie parlementaire

    • Ah comme c’est original ! Un petit commentaire quotidien de propagande pour RN de Claude Henry de Chasne….

      Vous êtes au courant que les élections européennes sont terminées ? Et si vous arrêtiez de saouler les lecteurs libéraux de Contrepoints avec votre rengaine idéologique et liberticide ?

      • claude henry de chasne
        7 juin 2019 at 9 h 22 min

        vous confondez analyse politique et propagande!mais je ne vous en veut pas je vois vos limites.
        ceci dit le libéralisme ne remet pas en cause la premiere des libertés individuelles , la liberté d’expression..
        Qui etes vous pour décider qui a le droit de s’exprimer ou pas?
        la gepeou? la stasi? la gestapo?
        allez vous cacher

        • Il a tout autant le droit de vous dire de la fermer que vous avez celui de lui dire d’aller se cacher.

          Manifestement, les subtilités de la liberté d’expression semble autant vous échapper que le caractère profondément soviétisant du RN ; avec ou sans le bouc émissaire qu’est Philippot (et dont le procès que vous lui faites ressemble fort bien à celui des trotskistes par les « stalinistes » …).

        • « analyse politique »…

          Mouahaha ! 😆 😆

          Venir chaque jour sur Contrepoints pour poster des messages prosélytes du genre « Votez RN ! », Votez RN ! », ça passe peut-être pour de l’argumentation chez les nationalistes, mais pour des libéraux ce n’est pas de l’analyse, hein…

          • Que Claude Henry de Chasne promeuve des idées libérales au RN est une excellente chose. Car en substance il a raison, le peu de « droite » qu’il reste en France est dans ce parti. Beaucoup de gens de Contrepoints ont voté pour Macron qui a fait reculer les libertés comme jamais aucun président avant lui de n’avait fait.

            • Vous devez être bien jeune pour écrire ça.

              Macron est nul, c’est entendu. Mais la France a déjà connu bien pire (les politiques menées par le gouvernement Mauroy de 1981 à 1982 sous la présidence Mitterrand, par exemple, c’était vraiment du socialisme dur qui, en seulement 2 ans, a totalement ruiné la France). Et la voie du pire est toujours possible (et à mon avis arrivera malheureusement, vu que tous les opposants de Macron sont encore plus anti-libéraux que lui…).

              • claude henry de chasne
                7 juin 2019 at 20 h 58 min

                et vous par exemple vous militez pour quoi?( oui parce que vous vus militez vous n’augmentez rien)

              • Encore et toujours les mêmes poncifs…
                La loi « fake news », c’est qui ? La loi « anti-casseurs », c’est qui ? La loi sur commande, dédicacée Notre-Dame, c’est qui ? Les réglementations diverses et variées pour la « transition écologique », c’est qui ? Etc, etc…
                Et vous la ramenez encore avec les autres, qui seraient « encore plus anti-libéraux » ? Sur quelles bases ? Même Mauroy n’a pas attenté autant aux libertés. Vous n’avez strictement aucun argument, mais vous adorez faire peur. Normal, c’est la stratégie classique de tous les régimes totalitaires, ils se construisent sur la peur.

                • « Même Mauroy n’a pas attenté autant aux libertés. »

                  Ah d’accord. Niveau crédibilité, vous faites fort, là !
                  Macron plus socialiste que Mauroy, qu’est-ce qu’il ne faut pas lire…

                  Franchement, allez donc ouvrir un livre d’histoire. Le programme commun de la gauche, appliqué durant deux années, visiblement ça ne vous dit rien.

    • Au passage, les libéraux pourront s’amuser de la grande logique de votre commentaire :

      « Ce qu’on appelle LA DROITE dans ce pays a depuis bien longtemps renoncé a défendre le libéralisme (…)
      (…) C’est le RN qui représente la droite désormais. »

      Mouahahahaha ! 😆 😆

      • claude henry de chasne
        7 juin 2019 at 9 h 23 min

        vous êtes définitivement un handicapé de la comprenette

      • MLP a un programme économique digne du parti communiste, pas encore digne de Lutte Ouvrière mais cela ne saurait tarder si c’est un gain électoral, qui joue sur les peurs et a une pensée complètement simpliste compréhensible pour les attardés mentaux français!
        Je ne voterai jamais pour elle ni pour Macron,un manipulateur, mondialiste, multiculturaliste, libertaire, n’ayant pour seules valeurs que le fric et le pouvoir et traître à la France

    • « Il n’y a pas de Droite en france depuis Pompidou.. »

      Je dirais même qu’il n’y a jamais eu de droite en France.

      De Gaulle, avec ses grandes institutions étatiques et ses grands groupes d’État a fait une politique comparable à celle des Soviets.

      Pétain, n’en parlons pas.

      Blum, inutile de s’étaler davantage.

      En fait, quand on remonte la liste de tous les gouvernements qui se sont succédés depuis l’avènement de la République, on ne trouve quasiment que des gouvernements de gauche !

  • LR n’est pas un parti de droite, c’est un parti conservateur au niveau sociétal, et un parti étatiste au niveau économique.

    • « c’est un parti conservateur au niveau sociétal, et un parti étatiste au niveau économique »

      C’est donc bien un parti de droite.

    • « c’est un parti conservateur au niveau sociétal »
      Dans les mots de certains membres du parti, dans les faits ils se couchent devant les gaucho assez facilement de peur de passer pour des méchants

  • Peut être faudra-t-il poursuivre l’œuvre de démolition encore un peu (aux municipales pas exemple), histoire de liquider ces barons (et baronnes, suivez moi regard) sans colonne vertébrale idéologique, qui ne pensent qu’à leur gamelle.
    Wauquiez, je l’ai croisé aux Universités de la Liberté, aux côtés de Virginie Calmels. Il était venu nous draguer de manière éhontée. Déjà, le jour même, j’avais eu des doutes (je n’étais pas le seul dans cette salle de la Maison des Travaux Publics…), et il n’a pas fallu longtemps pour que Wauquiez oublie tout ça pour en revenir à un bon vieil étatisme bien basique. C’est l’archétype du politique dont on ne veut plus : beau parleur mais menteur comme un arracheur de dents et sans la moindre conviction.

  • La droite est étatiste, la gauche n’en parlons pas, LREM est dirigé par des haut fonctionnaires (et le chef de l’état en est un). La vie politique de ce pays est controlée par l’état qui la finance et qui tient dans sa main le train de vie des élus, des partis politiques (meme microscopiques) et leur multiples petits avantages. Ceux ci ne l’oublient jamais, on ne peux pas leur en vouloir.
    La solution ? Ben yen a pas !

    • Se barrer … La voilà, la solution.

      Partir avec ses talents et son argent. Moins il y aura de forces vives, plus vite ce pays ,devenu un pays de parasites, s’écroulera. Plus vite arrivera la chute, plus vite une éventuelle reconstruction pourra avoir lieu.

      Si vous aimez la France, il faut la quitter (d’autant plus que vous créez de la richesse). C’est la conclusion à laquelle j’en suis venu.

  • La petite bête
    7 juin 2019 at 9 h 32 min

    C’est surtout son incohérence entee les paroles et les actes que la droite a payé. Et l’hétérogénéité de la luste Bellamy. Et les votes récents au parlement européen. Ça fait beaucoup.
    L’électeur de droite est attaché à la liberté et la souveraineté. Or la droite a depuis longtemps délaissé l’une et l’autre. Ce qui est reproché le plus souvent à Sarkozy, c’est la trahison du vote de 2005.
    La gauche, elle, a trahi la classe ouvrière avec le même résultat.
    Ces abandons et ces trahisons sont dus à une allégeance progressive des politiciens (au pouvoir ou pas) à une oligarchie supranationale, financière davantage que capitaliste, antidémocratique plutôt que libérale.
    Macron le mindialiste a simplement fait un hold up sur les traîtres des formations dites de droite et de gauche, ce qui va les obliger à revenir à leurs fondamentaux. Ou àvmourir.

  • Personnellement jamais je ne voterai pour un manipulateur, Macron, mondialiste, multiculturaliste, libertaire, n’ayant pour seules valeurs que le fric et le pouvoir et traître à la France, ni pour MLP qui a un programme économique digne du parti communiste, pas encore digne de Lutte Ouvrière mais cela ne saurait tarder si c’est un gain électoral, qui joue sur les peurs et a une pensée complètement simpliste compréhensible pour les attardés mentaux français!

    J’attends que les esprits aient repris leur calme et que la raison et la responsabilité soient revenues chez certains cadres de LR qui ont encore le sens du service, le sens de travailler pour le Bien commun et non pour leur propre ambition personnelle comme Pécresse et tous ces renégats qui vont “à la soupe” de Macron ou qui sont prêts à renoncer à leurs propres valeurs si tant est qu’ils en aient, pour avoir un poste d’élu.
    J’attends qu’une véritable place chez LR soit faite à F X Bellamy qui a redonné à la politique un vrai sens et ses lettres de noblesse ainsi qu’à ses idées.
    Le spectacle de LR et de ses cadres, ces derniers jours, a été une honte, comment des cadres ont osé dire ce qu’ils ont dit, ne se cachant pas de leurs propres ambitions personnelles, le parti LR et ses sympathisants n’étant que des marchepieds, des moyens, ils ont été à vomir!!!

    Marion Maréchal est au RN, il ne faut pas l’oublier et prendra la place de sa tante en cas d’échec de cette dernière. Elle est un cheval de Troie pour phagocyter LR. Or je crois davantage dans les idées et la ligne politique de Bellamy que dans celle de Marion Maréchal.

    • claude henry de chasne
      7 juin 2019 at 10 h 26 min

      LR c’est aussi mort que le ps point

      • Je vois votre « tactique » électorale vers le chaos. le chaos est toujours incertains par définition et « l’ordre naturel » met du temps à ce reconstruire, voir ne se construit pas.
        Le RN peut très bien au pouvoir mener une politique étatiste sociale et économique et tenir … Colard, l’avocat député vient de suggérer de nationaliser Général Electrique.

        • claude henry de chasne
          7 juin 2019 at 11 h 48 min

          tenir? avec une administration politisée a gauche?

        • « Je vois votre « tactique » électorale vers le chaos. »

          Ne soyez pas naïf.

          Claude Henry de Chasne est un nationaliste anti-libéral.

          Sa « tactique » est d’enfumer les libéraux sur Contrepoints et de faire une promotion très grossière pour Le Pen.

          • Ma « naïveté » est de résumé sont propos . La suite de mon commentaire prouve le contraire . J’essaie la courtoisie , ce qui sur un site libéral me semble congru .

          • claude henry de chasne
            7 juin 2019 at 17 h 11 min

            vous croyez que les résultats de RN aux européennes on dependu des tactiques de commentateurs comme moi?
            vous êtes un rêveur

        • nationaliser?comme si une nationalisation changeait les problème industriels et commerciaux d’une entreprise..maintenir aux frais des contribuables une entreprise défaillante est toujours un pari perdu

  • Entre la gauche et la droite ,il y a le centre…la politique francaise n’est qu’une boule puante d’entre soi .et il y a les extremes , les recalés , pas tres nets dans leurs baskets. …je vais pas dire qu’on est foutu ,il y a un espoir , macron ,pour le seisme final.

  • LR mort oui PS mort oui LREM mort oui
    Il arrête pas de mentir de tricher et de pas faire le taffe.
    Quel-qu’il soit il vont tous mourir et pendant ce temps ils vont vivre sur le dos de la bête pendant de nombreuse année

  • La « Droite ».? Mais de qu’elle « Droite » peut-on parler encore aujourd’hui? Il n’en reste plus que des « Charognards Politiciens » en train de se battre entre eux pour en récupérer les débris.

  • Le libéralisme inquiète. Les dirigeants modérés des deux bords de l’échiquier politique en France craignent d’utiliser le mot. Le libéralisme, non seulement, offre une promesse de libération et de prospérité, mais il est aussi le meilleur antidote contre la prédation de rentes par certaines catégories du corps social.
    Le personnel politique et technocratique a une vue incomplète de la structure et de la situation économique du pays en raison d’une forme de l’inculture de connaissances économiques, hélas largement répandue dans toutes les sphères de la société même au plus haut niveau. «Le libéralisme serait aussi désastreux que le communisme». Ces propos pour le moins surprenants sont ceux de Chirac irrité par «l’affaire» de la directive Bolkestein. Rappelons qu’en en 1995 le Président disait «Il n’y a pas d’autre choix que le libéralisme. Plus exactement, le libéralisme n’est pas un choix mais une nécessité…». Bien que les cimetières en soit plein, les politiques français sont irremplaçables. Oscar Wilde disait : « Certains apportent du bonheur en arrivant et d’autres en partant ». Il est grand temps de limiter le nombre de mandats politiques pour une personne à deux durant sa vie comme c’est le cas dans nombreux pays démocratiques, mais pas dans un pays aux institutions monarchiques comme la France.Il est donc démontré que plus un pays, quel que soit le poids de son État à un moment donné, s’ouvre au libre-échange mondial, déréglemente son économie interne, baisse ses impôts, remplace les choix collectifs par les choix individuels, sécurise les droits de propriété, privatise les entreprises publiques, plus ce pays connaîtra une progression rapide de son bien-être économique.

  • Si vous parlez de « droite » comme « droite libérale », non seulement elle n’a pas d’avenir, mais elle n’a même pas de présent. Et mieux encore, elle n’a pas de passé (si ce n’est quelques égarements reaganiens à la fin des années 80).

  • Le libéralisme c’est dans le champ politique le scepticisme quant à la nature humaine confrontée au pouvoir. Dès lors, pourquoi attendre un sauveur ? La seule option est de choisir le moins pire au regard des libertés individuelles, car tous seont atteint de la corruption du pouvoir, qui est interventionnisme et étatisme. Quel est le moindre des maux, c’est la seule question qu’un libéral doit se poser, et non pas « qui est le meilleur pour défendre les idées libérales  » car il n’existera jamais, par l’essence même du pouvoir politique.

  • la Droite n’a plus d’avenir, elle n’est pas d’accord sur le contenu de sa doctrine ….ni de sa définition majeure/le mix traditionnelle est pris par Macron et le thème de immigration par lepen.
    plus les problème causés par des migrants refusant de s’assimiler deviendront visibles plus la balance penchera vers Lepen …bref nous aurons le choix entre l’internationalisme humain interchangeable ,la disparition progressive des classes moyenne ou le protectionnisme autoritaire anti individualiste Lepen….ça fait bander

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La campagne de Valérie Pécresse semble piétiner, après que sa victoire au congrès des Républicains a fait remonter sa cote. Mais celle-ci est depuis un peu retombée, elle est maintenant au coude-à-coude avec Marine Le Pen et Éric Zemmour.

Il est évident que la candidature d’Éric Ciotti a été un catalyseur pour LR et les a encouragés à un programme davantage axé sur la sécurité.

Mais il manque à cette campagne une autre priorité : l’économie.

Les choix étranges de LR

Pour des raisons qui restent obscures LR a tout fait pou... Poursuivre la lecture

Par Pascal Salin.

La préparation des élections régionales et de l’élection présidentielle 2022 créent beaucoup d’incertitudes sur la nature et le rôle de la droite et de plusieurs partis politiques.

Comme on le sait bien, certains candidats essaient d’appartenir à la fois au parti LREM d’Emmanuel Macron et, par exemple, au parti Les Républicains ou de constituer un parti politique réunissant tous les politiciens considérés comme appartenant à la droite. Ces préoccupations actuelles prouvent bien qu’il n’y a pas une définition pr... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Tout le monde veut battre Emmanuel Macron.

À gauche toute, parce qu’il est le président des riches et de la casse du service public, sans oublier sa scandaleuse indifférence face aux charmes de l’intersectionnalité inclusive des luttes décoloniales et féministes (pas complètement sûre de l’ordre des mots, mais vous me comprenez) ;

Chez les écologistes, qui sont aussi à gauche, pour toutes les raisons précédentes et parce qu’il persiste à trouver quelques vertus à la croissance et, nouveau et passabl... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles