La crise au Venezuela s’aggrave, mais Maduro s’accroche au pouvoir

Blâmer l’impérialisme américain, comme certains le font, c’est simplement rejeter la responsabilité de Maduro et fermer les yeux sur une autre catastrophe socialiste.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La crise au Venezuela s’aggrave, mais Maduro s’accroche au pouvoir

Publié le 7 mai 2019
- A +

Par Julio Araujo.

« Alors que des affrontements éclataient à Caracas, des véhicules blindés de la Garde nationale ont heurté des manifestants et plusieurs ont été tués dans les jours qui ont suivi. »

Le chef de l’opposition et président autoproclamé du Venezuela, Juan Guaidó, a appelé les Vénézuéliens à protester contre le président Nicolás Maduro qui serait illégitime. Il l’a appelée « opération liberté », un effort commun contre l’oppression du régime. Guaidó, qui est apparu dans une vidéo aux côtés des forces militaires, a basé son discours sur l’hypothèse que l’armée vénézuélienne – cooptée par Maduro – était maintenant aux côtés du peuple. Il a cependant découvert que ce n’était pas vrai ; partant, ses actes en ont subi les conséquences.

Les manifestations ont été suivies d’actions répressives et les images choquantes de véhicules blindés renversant des manifestants à Caracas ont montré au monde le visage autoritaire du régime. En effet, certains soldats étaient aux côtés de Guaidó et cela peut montrer qu’il existe une résistance croissante au sein des forces de sécurité ; mais les plus hauts gradés au Venezuela soutiennent toujours le président bolivarien.

Les forces de sécurité attentistes

Comme l’élite gouvernementale connaît le rôle que jouent les forces de sécurité dans le maintien du statu quo, des ressources ont été fournies pour l’armée (nourriture, eau, argent, armes, etc.). À ce stade, il n’est pas intéressant pour elles de simplement quitter Maduro et de risquer leur propre sécurité ainsi que celle de leur famille.

Les critiques qui accusent Guaidó de tenter un coup d’État contre le gouvernement du Venezuela ne semblent pas comprendre ce qui se passe sous un régime autoritaire et fermé au dialogue. Il ne s’agit pas d’une démocratie menacée par l’opposition. En fait, il n’y a aucune démocratie et la crise humanitaire semble être pire qu’avant.

L’hyperinflation est déjà supérieure à 1 million de pour cent et plus de 5 millions de personnes pourraient être contraintes à immigrer en 2019, selon l’Organisation des États américains (OEA). Ce nombre pourrait atteindre 8 millions en 2020 s’il n’y a pas de changement dans le scénario politique, soit environ 25 % de la population totale. Le rapport souligne également le fait qu’une partie de ces immigrants souffre de problèmes nutritionnels.

Pannes et censure

Néanmoins, ce ne sont pas les seuls problèmes qu’ils ont connus ; les pannes sont devenues constantes à mesure que le système électrique du Venezuela commençait à s’effondrer. Parallèlement à ces coupures de courant, Internet est la cible de la censure depuis des mois et CANTV, une chaîne publique, a « bloqué l’accès aux médias sociaux ».

Cette catastrophe n’est pas due aux sanctions imposées par les États-Unis, comme on peut le penser, mais à une série de politiques et de choix économiques terribles au cours des deux premières décennies du XXIe siècle. Blâmer l’impérialisme américain, comme certains le font, c’est simplement rejeter la responsabilité de Maduro et fermer les yeux sur une autre catastrophe socialiste.

Les efforts des États-Unis et du Groupe de Lima, une association de pays d’Amérique latine créée pour discuter d’une solution pacifique à cette crise, sont plus que valables et n’ont rien à voir avec la souveraineté du Venezuela. L’Amérique du Sud souffre des conséquences des actions de Maduro et elle portera un fardeau de plus en plus lourd à mesure que la situation s’aggravera. Participer dans ce contexte est aussi un moyen d’éviter que la situation ne dégénère trop vite en génocide, comme ce fut le cas au Rwanda en 1994.

Cette crise humanitaire touche tous les pays susmentionnés qui devraient prendre des mesures pacifiques et diplomatiques pour aider à la résoudre. Ce n’est même plus une question d’idéologie. Plus c’est grave, plus les gens souffriront et mourront des mains d’un gouvernement autoritaire.

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • il n’empêche , pendant que les gens crèvent de faim , maduro et ses proches ont le ventre plein ; c’est éffroyable une telle situation ; je ne sais pas si le mouvement végan existe la bas because pour manger , les citoyens s’en prennent aux animaux des zoo , car ils n’y a plus de quoi nourrir ses pauvres bêtes ; ha il est beau le socialisme dans le monde , il ne crée que le malheur ;

  • « Et plus de 5 millions de personnes pourraient être contraintes à immigrer en 2019, »

    Fichtre, 5 millions de personnes veulent rejoindre le paradis bolivarien. Immigrer, c’est venir dans un pays, émigrer, c’est le quitter. Cela dénature le texte et prête à confusion.

  • Vivement que tout cela se termine ,cela ira tellement mieux apres avec le president auto proclamé , le dollar va couler a flot.

    • Tout dépend de ce qui suivra après la chute. Le venezuela pourrait devenir le pays le plus riche et puissant d’Amérique du Sud, ou remplacer une dictature par une autre.

      Wait and see.

  • C’est comme à Cuba : pendant que la population crevait de faim avec la « libreta » pendant la « période spéciale en temps de paix » (periodo especial en tiempo de paz), initiée après la chute du mur de Berlin, Fidel Castro se gobergeait dans une de ses luxueuses villas de l’ile ; la Nomenklatura locale se portait également bien. Merci.

    Et en France, le Pouvoir en place faisait des mamours au dictateur cubain, surtout Madame Mitterand.

    • Dans la Russie de 1920, les communistes organisaient d’immenses orgies de nourriture pendant la population crevait la dalle.

  • Blâmer l’impérialisme américain, comme certains le font, c’est simplement rejeter la responsabilité de Maduro et fermer les yeux sur une autre catastrophe socialiste…
    Non, c’est plus compliqué. Il y a une imbrication de causes, intérieures et extérieures pour aboutir à un « changement de régime » exactement comme en Libye, en Syrie et ailleurs.
    Cela fait partie d’une stratégie plus globale
    http://www.voltairenet.org/article197539.html

    • Ah ok, Réseau Voltaire, Thierry Meyssan, celui qui professait que les attentats du World Trade Center était commandité par le gouvernement US. Y’a plus fiable comme source quand même.

      • Thierry Meyssan est depuis des années l’un des chantres de la propagande syrienne, pays hautement démocratique où il s’est « réfugié », pays qui est sous la tutelle de la Russie, l’un des rares pays au monde à soutenir Maduro.

        Le prendre comme référence ne relève plus de l’absence de fiabilité mais, au choix, de la stupidité profonde ou de la mauvaise foi à toute épreuve motivée par des ressorts bien peu reluisants.

  • Lorsque les hauts gradés touchent beaucoup d’argent du régime ils le soutiennent. Dès que celui-ci n’en aura plus ils le lâcheront !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lawrence Reed. Un article de The Foundation for Economic Education

Cet automne marquera le trentième anniversaire du départ du 10 Downing Street de Margaret Thatcher, première femme à la tête du gouvernement britannique et Premier ministre qui sera resté le plus longtemps à ce poste au XXe siècle. Quels mandats stupéfiants !

 

De la dépendance à l’autonomie

En 1979, la Dame de fer est devenue Premier ministre d’un pays tourmenté par des conflits sociaux, bloqué par la stagflation et ruiné par des décennies d’État... Poursuivre la lecture

Par Dr Rainer Zitelmann. Un article de la Foundation for Economic Education

Le Chili a longtemps été considéré comme un pays capitaliste modèle en Amérique du Sud. Dans l'indice de développement humain 2022, le Chili se classe premier parmi tous les pays d'Amérique latine. Et dans l'indice de liberté économique 2022 de l’Heritage Foundation, il se classe 20e, devant les États-Unis et le Royaume-Uni. En 2018, le taux de pauvreté du Chili capitaliste était de 6,4 %, ce qui contraste fortement avec les 76,6 % du Venezuela socialiste.

... Poursuivre la lecture

Dans son sketch sur les sens giratoires et les sens interdits, le génial Raymond Devos dénonçait il y a plus de 50 ans quelques-unes des contradictions du mode d’administration de notre économie. Enfermé dans un système circulaire dont il ne peut plus sortir, son automobiliste est sommé par un agent public de payer une taxe de séjour…

Depuis, les ronds-points ont proliféré et les choses ne se sont pas du tout arrangées.

La France, pays du fromage et du vin est aussi devenu celui des ronds-points. On sait qu’il y en avait 12 000 ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles