Bruno Le Maire sanctionnera le non respect des quotas de femmes

Quand Bruno Le Maire fait part de ses « convictions » sur la parité…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Bruno Le Maire by Fondapol (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bruno Le Maire sanctionnera le non respect des quotas de femmes

Publié le 25 février 2019
- A +

Par Nathalie MP.

Coucou, qui revoilà ? C’est Bruno Le Maire, plus corseté que jamais dans ses mines d’enfant de chœur et sa propension obsessionnelle au contrôle social millimétré de tout ce qu’il touche. Entreprises, tremblez ! Bruno Le Maire veille tellement sur vous qu’en fait, il vous surveille !

Il fallait le voir au dîner de l’association Financi’Elles qu’il présidait cette semaine à Bercy : là où ces dames militent pour encourager la mixité dans les entreprises et soutenir les ambitions professionnelles des femmes – activité parfaitement légitime tant qu’elle ne débouche pas sur une quelconque coercition, le ministre de l’Économie n’en finit plus de taxer, sanctionner et interdire tout ce qui ne cadre pas avec ses « convictions » les plus « arrêtées » (vidéo du tweet ci-dessous, 41″) :

Oui, vous avez bien lu : avec la loi PACTE, cette loi qui nous est hypocritement présentée comme devant aider les entreprises à grandir, les décisions prises au sein d’un conseil d’administration qui ne respecterait pas parfaitement les quotas de parité homme-femme seront purement et simplement annulées !

C’est Bruno Le Maire qui le veut, point ! Bruno Le Maire qui n’a pourtant jamais mis les pieds dans une entreprise, qui ignore tout de l’angoisse du chiffre d’affaires et qui n’a jamais pris la moindre décision où il risquait autre chose que l’argent des autres.

Législation de petit chef. Infantilisation complète du rapport entre l’État qui sait tout et les citoyens qui ne savent rien : tu ne quitteras pas la table tant que tu n’auras pas mangé tous tes épinards, tu n’iras ni à l’école ni à l’anniversaire de Pimprenelle. Ce qui peut se comprendre dans une perspective d’éducation des jeunes générations prend des allures de diktat dès lors qu’on l’applique à des individus libres et responsables. Libres et responsables d’entreprendre et de faire leurs choix économiques, notamment.

Comme si l’objectif ultime d’une entreprise était d’avoir un conseil d’administration composé précisément de 40 % de femmes ! Il faut le répéter, l’objectif d’une entreprise – et, in fine, son rôle social fondamental – consiste à dégager du profit. Oui, PRO-FIT !

Loin de représenter le vol odieux que lui reprochent en permanence une stupide brochette de politiciens démagogues et de syndicalistes encroûtés dans leurs privilèges et leur ronron collectiviste, le profit est le signe que l’entrepreneur a su combiner avec bonheur une judicieuse utilisation de ses ressources et la satisfaction du consommateur.

Si, pour être obtenue, cette satisfaction conduit à monter la part des femmes dans une entreprise spécifique à 50, 60 ou 100 % car seules les candidatures féminines offrent les compétences recherchées, eh bien, soit. Mais seul le marché pourra le dire, certainement pas une loi fondée sur un égalitarisme formel sans rapport aucun avec les préférences et les choix individuels des personnes concernées.

Mais il est vrai que la loi PACTE a aussi pour objectif de « repenser le rôle social » des entreprises. Au train où vont les choses, force est de constater que ces dernières sont priées – que dis-je, obligées ! – d’être de moins en moins des entreprises et de plus en plus des annexes des pouvoirs publics dont elles doivent adopter sans rechigner tous les volontarismes idéologiques.

Or les politiques dites volontaristes ne font que refléter la faible adhésion qu’elles suscitent dans la société, au point qu’il faut les imposer pour tenter de les faire vivre. Concernant justement l’égalité homme-femme qui figure très haut dans la liste des priorités gouvernementales, on ne compte plus les études bidons qui font état d’écarts de salaire aussi colossaux que mal calculés.

Mais si l’on se réfère à des enquêtes plus sérieuses menées à grande échelle sur des populations représentatives, il apparaît que les écarts résiduels entre les salaires ou le niveau de carrière des hommes et des femmes ne résultent pas d’une quelconque volonté machiste d’écarter les femmes – pourquoi, d’ailleurs, si elles sont moins chères et plus susceptibles de générer du profit ? – mais de leurs propres choix dans l’existence, choix essentiellement liés au fait que l’idée de concilier carrière et famille est plus présente chez elles.

Tout cela échappe totalement à Bruno Le Maire qui, en plein délire normatif, ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Dorénavant, c’est la stricte parité dans l’entreprise qu’il faut viser :

Manifestement, Bruno Le Maire n’a pas reçu de note sur la dominante féminine dans certains secteurs et la dominante masculine dans certains autres. Envisage-t-il de traîner les femmes par les cheveux comme au bon vieux temps des cavernes pour les forcer à devenir chauffeurs routiers contre leur volonté ? À moins qu’il ne souhaite réaliser la parité dans les entreprises de transport en les obligeant à truffer leurs services centraux de personnel féminin sans nécessité, au risque de détériorer salement leur compétitivité ?

Heureusement qu’il prend toujours la précaution de préciser qu’il ne souhaite qu’une chose, faire grandir les entreprises – cette fois, c’est sa secrétaire d’État Agnès Runacher qui s’en est chargée – car ces propositions venant après son hostilité au travail du dimanche et son projet d’introduire un salaire maximum, on jurerait qu’il veut les couler toutes.

Si les membres de Financi’Elles semblent très satisfaites du magnifique volontarisme de Bruno Le Maire ainsi qu’en témoigne la pieuse reprise de toutes ses déclarations oiseuses dans leur fil Twitter, ce n’est pas le cas des sénateurs qui se sont prononcés en début de mois contre la nouvelle sanction envisagée par le ministre (vidéo, 02′ 22″) :

Nouvelle sanction, car avec la loi Coppé-Zimmerman de 2011, il est prévu qu’à partir du 1er janvier 2017, les conseils d’administration des sociétés cotées et des entreprises de plus de 500 salariés et plus de 50 millions de chiffres d’affaires comportent au moins 40 % de femmes, sous peine de voir les nominations non conformes annulées et les jetons de présence suspendus. On voit déjà le ramdam.

Mais avec l’idée d’ajouter une sanction portant sur l’activité même de l’entreprise, c’est tout simplement la pérennité de l’entreprise qui est atteinte, avec toutes les conséquences néfastes que cela entraînera obligatoirement sur l’emploi, les salaires, les prix et la croissance.

Les sénateurs ont donc voté avec raison contre cette folle disposition, sans parvenir à entamer le moins du monde la belle assurance du ministre :

« Oh moi, je n’ai pas besoin de réfléchir beaucoup parce que mes convictions là-dessus sont arrêtées depuis longtemps. »(au Sénat)

« Cette disposition a été supprimée par le Sénat, je la rétablirai à l’Assemblée nationale. » (Dîner Financi’Elles)

Autrement dit, moi, Bruno Le Maire, j’ai dépassé le stade de la réflexion pour vous imposer mes convictions politiquement correctes qui valent dogme irréfutable. Vos choix, vos préférences ? Hors sujet. Quant aux députés, qu’ils ne s’embêtent pas à réfléchir non plus. En tant que panache blanc infaillible du camp du bien, je dicte ma loi à l’Assemblée.

Bref, on nage en plein délire constructiviste, version progressisme à marche forcée.

Il serait agréable de penser qu’avec Bruno Le Maire, on tient un spécimen particulièrement gratiné, incontestablement navrant mais unique en son genre, de dirigeant politique totalement dominé par l’hubris qui s’empare si facilement des puissants.

Malheureusement, c’est bien l’ensemble de l’exécutif qui est atteint. Derrière les proclamations enflammées sur la nécessaire libération des énergies et la printanisation du pays, c’est Macron lui-même, entouré de tout son gouvernement, qui nous fomente une réalité législative plus idéologiquement encadrante que jamais.

Au lendemain de l’élection présidentielle, l’adhésion populaire envers le nouveau président n’était pas renversante mais il était de bon ton de « donner sa chance à Macron » malgré quelques signes avant-coureurs inquiétants. Deux ans après, on voit le fabuleux résultat : en France, on a peut-être trop de chômage et pas assez de pouvoir d’achat, mais au moins, si la parité homme-femme n’est pas scrupuleusement respectée, les entreprises coupables seront impitoyablement empêchées d’avancer !

Franchement, qu’est-ce que le peuple peut bien vouloir de plus ?

Sur le web

Voir les commentaires (82)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (82)
  • Pourquoi pas rendre obligatoire un mandat présidentiel sur deux une femme présidente ? Après Macron laissons la place à une femme, n’acceptons que les candidatures féminines. Cette idée ne ferait pas rire Le Maire, je parierai qu’il n’y a même pas pensé.

    • Je pense tout de suite à Martine Aubry, Ségolène Royale, Cécile Duflot, Anne Hidalgo …c’est un premier jet

    • Votre proposition démontre de maniéré absolue la connerie de toutes formes de discrimination Moralo-Idéologique. Contraire aux fondement des droits de l’homme (Français), et de notre république Laique. La république doit faire en sorte par ‘l’école principalement et surtout le rejet hors du cadre sociale des religions totalitaires, c’est a dire la Laïcité, d’assurer a chacun , indépendamment de sa nature, la possibilité de faire ce qu’il souhaite, de son existence.

      • « le rejet hors du cadre sociale des religions totalitaires, c’est a dire la Laïcité, »
        Ah parce que la laïcité ne serait pas une religion? Première nouvelle.

        • Ah parce que la laïcité ne serait pas une religion?

          Loi de 1905 article 1: « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l’intérêt de l’ordre public. »

          Il ne faut pas confondre la laïcité avec l’athéïsme (qui est une croyance) ou l’anti-cléricalisme (qui est une sensibilité politique).

          • La laïcité à la française est une partie du dogme religieux socialiste. Mais sa pratique est à géométrie variable à l’approche des élections.

          • L’athéisme n’est pas une croyance, c’est l’absence de croyance. « Éteinte » n’est pas une chaîne de télé.

            • Vous faites confusion avec l’agnosticisme, qui lui est l’absence de croyance. L’athéisme est la croyance que Dieu n’existe pas.

              • Il est vrai qu’on parle d’athéisme aussi bien pour le refus des croyances (l’incroyance, dont je parlais dans mon commentaire) que pour la négation des croyances.
                En revanche, l’agnosticisme, c’est plutôt le refus de se prononcer, c’est renvoyer dos-à-dos l’incroyance et les croyances.

                • Oui, justement, l’agnosticisme c’est l’absence de croyance. « Je sais que je ne sais rien », comme dirait l’autre…
                  C’est parce que vous avez une définition erronée du terme « croyance » que vous faites cette erreur. Il n’y a pas plus d’arguments rationnels ou scientifiques pour soutenir la croyance d’un athée que celle d’un religieux.

                  • Oui, ben non. C’est votre définition du mot « croyance qui est erronée ». Pour croire, il faut croire à quelque chose d’improuvable, la définition même de la foi. Affirmer que quelque chose n’existe pas, parce qu’on ne peut pas prouver qu’elle existe, n’est pas une croyance. C’est juste une affirmation, au pire une opinion, mais pas une « croyance ». Parole d’agrégé de Lettres …

    • Et le genre 3 ou genre 0, vous y avez pensé ❓
      Y a pas de raisons…

  • sanctionner , punir , taxer…..ce gouvernement n’a que la menace et le chantage à la bouche ; ce pays n’est pas prêt de sortir de l’ornière ;

  • Je ne comprends pas cet olibrius…
    Dans mon entreprise les membres du comité Directeur:
    1) doivent se présenter…Faudrait-il obliger des femmes à se présenter ?
    2) doivent être élus par l’assemblée générale des actionnaires…
    Doit on obliger les actionnaires à voter pour les femmes ?
    C’est donc « juste impossible »…
    Rien n’empêche les femmes de se présenter, ni d’être élues.
    Donc où est le problème ??

    • @Balthazar le problème est qu’ils ne veulent pas l’égalité des chances mais l’égalité des résultats. Je doute cependant qu’ils militent activement pour l’égalité homme-femme pour le ramassage des poubelles

    • En plus avec la théorie du genre les choses se compliquent. Qui est homme, qui est femme ? Il va falloir trouver des critères…

      • Au contraire cela pourrait simplifier les choses:  »
        -Bon, votre profil me plait bien, juste une chose, il faudrait que vous changiez de sexe.
        -Pas de problème, je passe à la mairie, dès demain ce sera fait.
        -Ok, à demain pour la signature de votre contrat d’embauche »

      • Mon argument préféré, qui illustre à merveille notre époque céphalograde (comprenez : « qui marche sur la tête »). Pourquoi s’échiner à mettre en place des législations alambiquées qui reposent sur l’égalité entre « homme » et « femme », puisque ce sont (paraît-il) des conceptions rétrogrades vouées à disparaître ?

  • Avant de sanctionner les entreprises privée..
    je suggère à B le Maire de balayer devant sa porte ..dissoudre l’Assemblée Nationale et que les femmes soient au nombre de 288 ..et de dissoudre le Sénat pour le même motif ..
    ensuite revoir tous les ministères bref du bla bla .. je suis effaré qu’il faut une loi pour que les femmes pour le même emploi qu’un homme ,touchent le même salaire … j’ai travaillé dans une entreprise ou femme et homme toucher le même salaire pour un emploi identique et cela n’a posé aucun problème …

    • Ah non, vous n’y êtes pas, ce sera comme aux conseils départementaux, on rajoute une femme à la candidature masculine, comme ça, ça nous fera plus de 1000 députés

  • L’inquisition incarnée par un enfant de choeur, nous ne sommes pas revenus au soviétisme mai au moyen âge… De plus, le ministre du culte est un ministre des finances, on a le droit de faire ce qu’on veut quand on est au gouvernement !
    Et pendant qu’ils nous amusent, la Chine travaille…

  • Ce combat semble un peu en retard sur la société ou les hommes sont parfois des femmes et les femmes des hommes allez savoir comme tester la chose devant un tribunal pour échapper à la taxe !

  • Il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin avec des mesures seulement contre la discrimination sexuelle. Il faut lutter contre toutes les discriminations: par exemple entre les imbéciles et les autres et en tout domaine. Question: les imbéciles sont-ils sous- ou surreprésentés? à l’Assemblée, au gouvernement…?

  • Répétez après moi : Bruno cuit, Bruno cru, B…

  • J’hésite entre Wesley Mouch et le Dr Robert Stadler de Atlas Shrugged d’Ayn Rand, non Bruno n’est pas Robert car celui-ci est scientifique (de pacotille) mais Wesley est tellement dogmatique qu’en France ce qui n’a pas marché ailleurs va forcément réussir. Mais Bruno devra rééquilibrer les effectifs très déséquilibrés en faveur des femmes à l’éducation nationales (66,6% d’après infos emploipublic.fr) chez les magistrats 66% aussi ! (j’allais écrire les magistrates)

  • Vu le nombre d’impairs du personnage, on peut comprendre son attirance pour la parité. On comprend moins que quiconque attache de l’importance à ses impairs.

  • Bruno Le Maire incompetent le petit bouffon du roi qui après l’avoir démonté avant les présidentielles , s’est rangé a ses cotés pour une place de ministre , passer d’un bord a l’autre ne l »a pas dérangé ;et quand on veut nous faire croire que ces minables travaillent pour nous! petits, mesquins, sans aucune morale, sans envergure voila ceux qui nous dirigent depuis 40 ans , un vrai panier de crabes contaminés par le fric uniquement !
    on ce demande quel est leur QI et leur niveau intellectuel pour être au ras des pâquerettes et sortir une co…ie nouvelle par jour. a croire qu’on les a sorti d’une asile de fous .

  • Voilà donc en plus de la fiscalité confiscatoire une autre incitation à délocaliser les entreprises chez des voisins un peu plus attirants.

  • Après ce qu’il a fait après la primaire de la droite et les présidentielles, on ne peut plus avoir confiance dans un tel personnage. S’il devient de plus en plus autocrate, ne va-t-il pas se faire recadrer par son nouveau chef?

  • Au lieu se se préoccuper du sexe des administrateurs des entreprises, où il n’a pas à intervenir, Bruno Le Maire qui est je crois aussi Ministre des Finances, devrait s’intéresser au déficit des comptes publics et à la dette. Il serait en plein dans sa mission. Il faut croire que réduire les dépenses publiques demande plus de courage et de volonté que réglementer le sexe des administrateurs.

    • certaines décisions demandent de l’analyse, du courage, de la performance ; qualités que ce gnome n’a nullement !
      l’amateur croyant être devenu vedette est resté petit amateur !
      il aura la médaille des délocalisations !

    • @Jacques +1 « Alors que les forces turques s’apprêtaient à entrer dans la ville, les religieux byzantins étaient occupés à discuter de la question théologique du sexe des anges, facilitant la prise de Constantinople »
      Bon aujourd’hui, laïcité oblige,on discute du sexe des conseils d’administration.

  • Toute entreprise, toute entité qui sélectionne sur un autre critère que l’excellence, court à sa perte.
    Lea liberté et l’égalité en droit ne sont pas seulement des principes républicains, ce sont aussi des fondements civilisationnels. Les sacrifier est un mal absolu, le faire au nom d’un prétendu bien est une perversion.

    Le but des énergumènes qui nous dirigent, ou plutôt de ceux qui dirigent les énergumènes qui nous administrent, est l’abolition des Etats-nations. Corruption et subversion des élites d’un côté, abolition de ce qui fonde l’Etat de droit de l’autre.

  • Le plus surprenant est que le MEDEF ne réagisse pas ; c’est pourtant son rôle.

  • Reste a déterminer les proportions des autres « Genre ». Et la façon d’effectuer les contrôles.

  • La Maire, et le Père de la connerie personnifiée, Il arrive des « Républicains » et fait des propositions dignes de Pol Pot Mao , ou Chavez.

    • a la « médaille de la connerie personnifiée »
      j’accrocherai une palme , si, si , il la mérite + un gps car il ne sais pas trop ou il habite !

  • Je lis sur leur site que Financi’elle « s’est donné pour mission de contribuer à améliorer et surtout accélérer l’accès des femmes au sommet des organisations du secteur de la finance. »
    Si je créée demain une association dont le but ouvertement revendiquer est de favoriser l’accès aux hommes au sommet des organisations du secteur de la finance, serais-je simplement ostracisé ou également poursuivi pour discrimination ?

    Sinon, j’attends toujours les féministes pour se plaindre du manque de parité dans les prisons (97% d’hommes). Elles ont bien obtenu la parité pour les récompenses (50% de femmes aux promotions de la Légion d’Honneur par exemple), pourquoi pas alors 50% de femmes pour les sanctions ?

  • Il est fidèle à lui-même, son côté petit chefaillon, dictatorial m’avait déjà frappé lors des primaires de la droite.

    Je me souviens d’une séquence où les candidats étaient interrogés sur le terrorisme et l’état d’urgence, les réponses de M. Le Maire m’avait glacé : privation de liberté administrative, rétention administrative des personnes fichées S, etc.
    Le pire est, je pense, qu’il est persuadé d’avoir raison, d’être son droit car c’est pour « le bien », « le progrès », donc c’est qu’il est à forcément raison !

  • Et les femmes à couilles, il les décompte où ?
    Je vous prie de m’excuser par la vulgarité du propos, mais je crois que c’est du niveau de ce genre d’ânerie.

  • Dans un pays qui a connu des Talleyrand, des Tocqueville, des Bastiat, quelle décadence de voir de pareilles nullités au gouvernement.

  • Venant d’une girouette sans aucune conviction, appliquant aujourd’hui une politique contraire à ce qu’il préconisait lors de sa campagne présidentielle, cela fait doucement rigoler tous ceux qui s’en souviennent. Ce type est une pute!

  • Argh Bruno, le Maire de tous nos maux….

  • C’est dingue, ce type réussit à dire soit des énormités liberticides, soit de nouveaux impôts à quasi chaque discours.

  • La France est bien la digne héritière de l’URSS

  • je pense qu’il y a erreur sur son QI, un zéro de trop .un QI de 19 est largement suffisant pour dire de pareilles » stupidités » de maniére répétitive !

    • Les haut responsables de l’URSS avaient probablement un très haut QI, ça ne les a pas empêché de précipiter leur pays dans la catastrophe.

  • Merci pour vos commentaires dont pas un n’a dénigré les femmes style « si elles veulent accéder aux hautes fonctions qu’elles se bougent ». Personne n’a mélangé proposition stupide de Le Maire (reprise par des feministes) et réalité des attentes des femmes : pas du tout une quelconque parité obligatoire ! Juste la liberté d’étudier ce qu’elles veulent et d’accéder aux emplois sans discrimination inverse, ce qui est le cas en France.
    Encore une fois, les quotas ne font que discréditer un peu plus les femmes : est-elle à ce poste parce qu’elle est compétente ou à cause de la parité ? C’est réellement pénible…
    Bon sang, lâchez-nous, ce combat était important lorsque les femmes étaient empêchées par la loi (interdiction du travail de nuit, port du pantalon interdit) mais c’est fi-ni. Alors Le Maire, occupez-vous plutôt de faire en sorte que les entreprises croissent et embauchent facilement, vous n’avez que ça à faire et vous n’y arrivez déjà pas, ne vous mêlez surtout pas d’autre chose !

  •  » Oh moi, je n’ai pas besoin de réfléchir beaucoup parce que mes convictions là-dessus sont arrêtées depuis longtemps.  »

    Il a des convictions ce mec qui tapait sur Macron pour se rallier ensuite à lui

  • J’ai vu récemment la gueule des nouveaux conseillers au plus proche de Macron : ……… pas une seule femme…………

    Et dans son ministère, c’est comment ?

  • Impossible !

    une très grande part des tests de Q.I. font appel à la logique et a l’analogie, une grande partie sur les choses simples de la vie.

    Comment quelqu’un qui ne comprend ni ce qu’il voit ni ce qu’il entend pourrait avoir un Q.I. élevé ?

    Il doit y avoir des tests ‘spécial énarque’, basés sur la capacité à singer la posture d’homme politique…

  • Il ne faut pas s’étonner de son score à l’investiture de droite à la dernière présidentielle.
    Merci Nathalie de dénoncer ce surréalisme dans votre article qu’il importe de diffuser chez le plus grand nombre pour que les électeurs sachent bien dans l’avenir de se passer d’un tel Ministre de l’Economie.

  • et le 3eme sexe ?rien? enfin on va pouvoir retrouver un boulot à Taubira , Lauvergeon n’est pas prête d’être sortie d’un Conseil d’administration malgré son extraordinaire prestation managériale

  • le plus beau est que si vous dites qu’un homme est différent d’une femme on vous tape sur les doigts désormais.. sexiste!!
    pour autant il faut scrupuleusement les compter…
    donc on s’assoit..on se tait et on regarde ses gens qui se boufferont eux m^me au bout d’un moment quand il s’agira de ses confronter à leur incohérence.

  • Pourtant ce transfuge a du talent pour parler pour ne rien dire

  • Les sociétés étatistes, très controlées, souvent de type « socialistes », inventent toujours des « combats idéologiques », qui ne sont rien d’autres que des petites « guerres civiles » internes. Racisme, sexisme, etc … permettent de mettre une partie de la population, celle qui est visée par ces campagnes, (en ce moment les hommes, blancs bien sur), sur la défensive. Pendant ce temps là on oublie la réalité de la situation du pays. Un vieux truc, qui marche toujours, Miterrand était un virtuose dans ce domaine.

  • Pour info, les tests de QI sont censés être conçus de façon que la distribution des scores soit normale (gaussienne) avec une moyenne de 100 et un écart-type de 15. La probabilité d’atteindre 190 (6 fois l’écart-type) est de 1 sur 1milliard soit 6 ou 7 individus dans l’espèce humaine. Une « élite » qui prétend être de ce niveau doit être extrêmement stupide.

  • « Nouvelle sanction, car avec la loi Coppé-Zimmerman de 2011, il est prévu qu’à partir du 1er janvier 2017, les conseils d’administration des sociétés cotées et des entreprises de plus de 500 salariés et plus de 50 millions de chiffres d’affaires comportent au moins 40 % de femmes, »
    Combien y a-t-il d’entreprises réunissant ces critères en France ? Combien y en aura-t-il une fois cette stupide loi passée par un petit 49.3 de derrière les fagots ?
    En plus, il leur suffit de se « décôter » de la bourse, de virer une personne pour n’avoir plus que 499 personnes, et faire moins de 49,9999 millions d’euro de chiffre d’affaire annuel. La seule « entreprise » qui va grossir c’est Pôle Emploi.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans cette période difficile que nous traversons, une dizaine de bombes à retardement nous menacent à plus ou moins brève échéance. Je les traiterai individuellement dans de prochains articles.

L'une d'entre elles va prochainement éclater qui, malheureusement, ne fait pas la Une des médias. Il s’agit des entreprises dites zombies, celles qui ne sont pas ou plus viables, mais surtout celles qui ont artificiellement été maintenues la tête hors de l’eau avec le « quoiqu’il en coûte » mis en place à l'occasion du covid.

 

U... Poursuivre la lecture
impôts de production bruno le maire
9
Sauvegarder cet article

Mardi 26 juillet 2022, l’Assemblée nationale n’a pas pu trouver un accord pour voter la Loi de finance rectificative. En clair, un texte qui avalise que la loi de finance initiale a dérapé et que donc le déficit sera revu à la hausse. La Loi pouvoir d’achat ayant été votée par les députés, l’adoption de la PLFR bute sur le dossier de la renationalisation d’EDF (une bricole à 9,7 milliards d'euros qui viendra s’ajouter à un océan de dettes de 2900 milliards).

« Débats interminables », « pure politique politicienne », s’agace le ministre... Poursuivre la lecture

Déjà en 1978, le prix Nobel d’économie Milton Friedman alertait sur les causes de l’inflation : due aux politiques monétaires des banques centrales, celle-ci est principalement liée à trop de création monétaire et trop de dépenses publiques.

Concrètement, les banques centrales créent de la monnaie ex nihilo pour financer ou racheter la dette publique des États surendettés, ou encore accorder des crédits aux banques. L’injection d’une nouvelle masse monétaire dans l’économie induit, à terme, une baisse de la rareté de la monnaie, et don... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles