Comment les écologistes préparent une monstruosité législative

Diviser par 8 nos émissions de CO2 d’ici 2050 ? Une impossibilité économique, physique, et démocratique !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
François de Rugy by FDR (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment les écologistes préparent une monstruosité législative

Publié le 18 février 2019
- A +

Par Vincent Benard.

Le ministre français de la Transition Écologique et Solidaire, François de Rugy, a annoncé via Twitter que le gouvernement souhaitait inscrire dans la loi une division par 8 (huit) des émissions de CO2 françaises pour 2050.

L’objectif de cet article n’est pas de rallumer le débat scientifique « climato-alarmistes contre sceptiques », la « pertinence climatique » des objectifs affichés par le ministre ne sera donc pas traitée ici. Que l’on croie ou non à l’utilité de telles réductions d’émissions pour le climat planétaire, nous pouvons d’ores et déjà démontrer que ce vœu, pardon, cet objectif législatif, est totalement irréalisable.

Relation entre CO2, PIB, utilisation de l’énergie et population : l’équation de Kaya

Nous allons partir d’une égalité difficilement contestable et d’ailleurs utilisée par le GIEC lui-même, appelée équation ou égalité de Kaya, du nom de l’économiste japonais Yoichi Kaya, qui l’a popularisée. Cette équation donne la relation entre émissions de CO2, consommation d’énergie, PIB et population.

Cette égalité est toute simple :

CO2 = (CO2/énergie) * (énergie/PIB) * (PIB/Population) * Population.

Cette égalité est vraie quelles que soient les valeurs des facteurs, puisque équivalente à CO2=CO2. (Par la suite, j’utiliserai l’acronyme NRJ pour l’énergie utilisée)

L’égalité de Kaya comporte donc 4 facteurs :

  • Le premier facteur, (CO2/NRJ), représente l’intensité en émissions de CO2 de l’énergie que nous utilisons.
  • Le second, (NRJ/PIB), la quantité d’énergie utilisée par point de PIB généré.
  • Le troisième est le bien connu PIB/Habitant.
  • Le 4e, la population, c’est vous et moi.

Bien sûr, le GIEC utilise l’équation au niveau mondial, mais monsieur De Rugy affirme vouloir réduire les émissions françaises d’un facteur 8 en 31 ans, disons 30 pour simplifier, et il ne peut évidemment agir que sur la législation française. Nous regarderons donc l’impact de son vœu sur chaque facteur pour la France, mais le raisonnement serait évidemment, en toute rigueur, à conduire au niveau mondial.

Variation des 4 facteurs de Kaya entre 2020 et 2050 pour atteindre l’objectif de François de Rugy

Comparons donc l’équation de Kaya aujourd’hui et en 2050 selon l’hypothèse de réduction d’émissions de notre ministre.

Pour ce faire, nous diviserons l’équation « 2050 » par l’équation « 2020 » pour analyser la variation de chaque terme de l’équation. Dans ce cas,

Variation (CO2) = Var. (CO2/NRJ) * Var. (NRJ/PIB) * Var. (PIB/hab) * Var (Hab)

Pour que le vœu, pardon, l’objectif de monsieur de Rugy soit atteint, il faudrait que :

Variation (CO2) = un huitième = 0,125

D’après l’INSEE, notre population devrait passer de 66 à 74 millions d’ici à 2050. Sauf choc démographique majeur non prévisible (guerre, afflux de réfugiés ou fuite massive de population, épidémie non maîtrisable), hypothèses espérons-le peu probables et de toute façon imprévisibles, on peut considérer la prévision comme assez fiable, les tendances démographiques étant bien documentées.

Donc Hab (2050) =1,12 hab (2020).

Donc l’objectif « un huitième » suppose que :

0,125/1,12 = 0,111 = Var (CO2/NRJ) * Var (NRJ/PIB) * Var (PIB/hab)

Or, le ratio NRJ/PIB varie de façon assez linéaire de 1,3 % par an depuis 31 ans,

Source: http://observatoire-electricite.fr/

Cela nous conduirait à une amélioration d’environ un tiers (32,5 % précisément) de notre efficacité énergétique en 30 ans. Pas mal, mais il n’existe aucune raison de penser que nous puissions significativement changer ce rythme, car le progrès technologique ne se décrète pas. D’une façon générale, nous pouvons raisonnablement compter sur un progrès technologique linéaire engendré par l’amélioration continue des technologies existantes, mais un changement de rythme significatif supposerait l’apparition de ruptures technologiques substantielles qui sont par nature totalement imprévisibles, et sur lesquelles nous ne pouvons donc fonder aucune prévision raisonnable.

Donc notre égalité devient :

0,164 = Variation (émissions CO2/NRJ utilisée) * Variation (PIB/hab)

L’ingénieur très médiatique et très peu suspect de climato-scepticisme Jean-Marc Jancovici (mais très sceptique sur l’intérêt des énergies dites renouvelables) note qu’au niveau mondial, la réduction du ratio CO2/NRJ a été également d’environ 30 % en 30 ans, du fait du développement de l’électricité nucléaire principalement.

Si la France reproduisait la même performance sur les 30 années suivantes – ce qui n’est pas facile, car nous avons déjà largement opéré notre conversion à l’électricité décarbonée avec le nucléaire – alors notre égalité deviendrait :

0,164 = 0,7 * variation (PIB/hab)

Donc il faudrait que le PIB/habitant soit multiplié par 0,164/0,7=0,234 pour atteindre l’objectif énoncé par François de Rugy.

Vous avez bien lu : il faudrait que le PIB/habitant soit DIVISÉ PAR 4.

De Rugy veut-il diviser le PIB par habitant par 4 ?

Soyons sérieux, et considérons une hypothèse plus réaliste.

Diviser le PIB/habitant par 4 en 30 ans constituerait un appauvrissement sans précédent de la population française, du même ordre que celui qu’est en train de vivre le Venezuela, ce qui ne fera rêver que les plus aveugles des électeurs de Jean-Luc Mélenchon. Cela reviendrait à une décroissance annuelle de 4,5 % pendant 30 ans.

Pour donner une idée de ce que cela implique en termes de niveau de vie, imaginez que c’est à peu près l’appauvrissement qu’a connu la Grèce pendant 4 ans entre 2010 et 2014, avec des conséquences sociales tout à fait dramatiques. Et rappelons que la croissance, au niveau individuel, est un objectif parfaitement désirable, et que ce désir est ce qui a nourri les progrès matériels dont nous bénéficions à ce jour.

Une telle décroissance ne peut, de toute façon, se décréter arbitrairement. Les entreprises ne vont pas se saborder pour faire plaisir à François De Rugy, et aucun pouvoir ne pourrait imposer de façon dirigiste un massacre économique d’une telle ampleur à sa population dans un pays où la tradition démocratique est tout de même bien installée. Enfin, espérons-le.

Mais rassurez-vous, il est absolument impossible d’imaginer que nous puissions à la fois nous appauvrir et améliorer notre efficacité énergétique, donc la technologie afférente. En effet, les investissements nécessaires pour décarboner l’énergie que nous utilisons supposent que nous continuions à créer de la richesse. Sans quoi comment financer le remplacement de nos chaudières, de nos voitures, de nos hauts- fourneaux ?

Et puis les différentes variables de l’équation de Kaya ne sont pas réellement indépendantes. En fait, la croissance de notre PIB est étroitement liée à notre capacité à mieux utiliser notre énergie. Et vice versa.

Il est donc raisonnable de penser que si nous souhaitons continuer d’améliorer notre efficacité énergétique à raison de 1,3 % par an, nous devons améliorer notre PIB/habitant sur le même rythme que les années précédentes. Soit, selon la Banque mondiale, environ 1 % par an. Soit 35 % en 30 ans.

Donc, en réintégrant cette variable dans notre égalité de Kaya, il faudrait que :

Variation (CO2/NRJ) = 0,164/1,35 = 0,12

Soit à peu près le même ratio que celui de la réduction des émissions, un huitième.

Autrement dit, il faudrait que nous utilisions 8 fois moins de CO2 dans 30 ans pour produire un Kwh d’énergie utilisable, alors que notre performance depuis 30 ans n’a été « que » de -30 % (cf. Jancovici, voir plus haut).

Il faudrait donc que nous réduisions la part des énergies fossiles dans notre utilisation d’énergie 5,83 fois plus vite, disons 6 fois, qu’actuellement. Là encore, cela suppose des ruptures technologiques absolument impossibles à prévoir raisonnablement.

En effet, nous utilisons l’énergie non seulement pour produire de l’électricité (déjà largement décarbonée en France), mais aussi pour produire nos biens de consommation et de production (exemple : importantes quantités de CO2 dégagées pour fabriquer du ciment, de l’acier, des plastiques), pour nous chauffer, et pour nous déplacer, ainsi que nos marchandises.

Il faudrait donc que nous puissions, dans tous ces domaines, diviser en moyenne par 8 l’utilisation d’énergie fossile par rapport à actuellement en 30 ans.

Bien sûr, certains imaginent que nous pourrons tous rouler en voiture électrique et voler en avion du même courant, que la production d’électricité par fusion thermonucléaire sera opérationnelle, que tous nos chauffages au gaz ou au fioul pourront être remplacés par des appareils électriques, et que nos cimenteries, aciéries, ou pétrochimie pourront fabriquer les matériaux que nous utilisons (notamment pour renouveler tous les équipements précités) sans avoir besoin d’immenses chaudières pour produire de la chaleur. Climat ou pas, certaines de ces évolutions seraient d’ailleurs pour la plupart très bénéfiques, reconnaissons-le.

Mais là encore, de tels progrès ne sont pas envisageables aussi rapidement par simple amélioration incrémentale des technologies existantes. Les moyens de transport électrifiés ont encore trop de progrès à faire pour être utilisables dans des conditions économiquement acceptables, et nous continuerons de produire des choses très « CO2-gènes » dans tous les domaines pendant encore longtemps.

Enfin, si l’on sort du cadre français, les atouts purement économiques des énergies fossiles traditionnelles font qu’elles continueront d’être massivement privilégiées par les pays moins riches que ceux du G20, sauf, là encore, apparition de technologies nouvelles non prévisibles dans le domaine de la production d’électricité.

Bref, dans une société en croissance normale, les moyens d’atteindre l’objectif d’une division par 8 de nos émissions de CO2 sont rigoureusement inimaginables, sauf par recours à la pensée magique.

Inscrire l’impossible dans la loi, la porte ouverte à une société de coercition environnementale ?

Par conséquent, on se demande sur quoi se fonde M. De Rugy pour formuler une telle proposition.

Si de tels propos n’avaient été tenus par un ministre de l’Environnement en exercice, nous pourrions nous en tenir là. Mais ils l’ont été, et de surcroît dans le gouvernement d’un président qui semble littéralement obsédé par la question climatique, au point de sembler prêt à y sacrifier une part importante de notre bien- être et de nos libertés.

Et l’on voit mal comment l’inscription d’un objectif « impossible à atteindre » dans une loi pourrait ne pas se traduire par des mesures d’application concrètes extrêmement coercitives.

J’exagère ?

La publication par Novethic d’un article pour le moins très polémique détaillant une liste de mesures pour le moins extrêmes pour réduire des deux tiers les émissions de CO2 au niveau mondial d’ici 2050 montre qu’il existe un courant de pensée prêt à imposer des mesures très autoritaires pour parvenir, même partiellement, à cet objectif.

Novethic n’est pas une structure anodine. C’est une émanation du premier groupe financier public français, la Caisse des Dépôts, 120 000 salariés et plusieurs centaines de milliards d’investissements dans des milliers de sociétés de nombreux secteurs. Novethic est « l’accélérateur de développement responsable des entreprises » du groupe Caisse des Dépôts.

Naturellement, Novethic précise que le catalogue de mesures présenté n’est pas « réalistement applicable », mais cite le bureau d’étude qui a réalisé l’analyse sans le moindre recul critique, et notamment cette perle :

… il ne faut pas baisser les bras car chaque dixième de degré compte pour conserver des modes de vie décents à moyen terme nous évitant d’entrer dans l’inconnu. C’est une véritable économie de guerre qu’il faut mettre en place, une économie de rationnement, d’efforts intenses qui nous sort de notre monde de confort. Cela demande un effort important de la part de tous sur une décennie ou deux.

« Conserver un mode de vie décent », pour ces gens, consiste à (liste non exhaustive) :

  • Réduire la mobilité de 76 % notamment en interdisant la vente de voitures neuves aux particuliers ;
  • Interdire dans quelques années de chauffer nos logements la nuit et apprendre à vivre à 17° (!!) dans les logements ;
  • Interdire de construire autre chose que des logements collectifs, au maximum de 30m2 par personne ;
  • Rationner drastiquement les voyages aériens ;
  • Diviser par 4 notre consommation de viande, avec obligation de consacrer tout jardin aux productions vivrières ;
  • Etc.

Bien sûr, face aux réactions provoquées sur les réseaux sociaux par leur « étude », Novethic et BL évolution, le bureau d’étude à l’origine de cette prose, se sont confondus en explications ampoulées, affirmant que bien sûr cette publication n’était pas un catalogue de mesures réalistes mais uniquement « destinée à faire réagir » et « réveiller les consciences », explications commodes en la circonstance.

Ce thread de « précautions de lectures » posté sur Twitter par un de ses auteurs fait d’ailleurs encore plus froid dans le dos que l’étude elle-même : nous y apprenons que les rédacteurs ont « écartées d’emblée » des mesures encore plus radicales, notamment relatives à la démographie, parce que leur mise en œuvre se révélait vraiment trop irréaliste. Ouf, on respire.

Mais ce délire (il n’y a pas d’autre mot pour caractériser une telle production intellectuelle) n’est pas important seulement pour ce qu’il dit, mais surtout pour d’où il vient.

Et la concomitance de la parution d’une telle « étude » promue par un acteur public à la puissance financière considérable, et des propos du ministre de l’Environnement François de Rugy, laisse craindre qu’inscrire dans la loi un objectif hallucinant de réduction des émissions de CO2 n’ouvre la voie à un travail de sape médiatique pour faire accepter à la population non pas le catalogue de mesures extrêmes ci-dessus (aucun gouvernement n’y survivrait), mais des mesures plus « subtiles » allant dans le même sens, avec par exemple, au niveau des entreprises, le conditionnement des cadeaux de l’État et de l’assistance de ses bras armés (Caisse des Dépôts, mais aussi BPI et autres satellites de l’investissement public français) à l’inscription dans leur gouvernance d’objectifs de développement durable (ODD, acronyme officiel) particulièrement contraignants, et aux effets économiques potentiellement désastreux.

Tout comme le communisme, l’idéologie de la décroissance écologique, et son « véhicule opérationnel », la lutte contre les émissions de CO2, suppose un contrôle très fort des États sur les actions individuelles, et donc une restriction massive de nos libertés. Mais comme le note judicieusement le philosophe polémiste belge Drieu Godefridi :

Au moins le communisme promettait-il – à tort – l’abondance, l’écologie politique, elle, n’a rien d’autre à offrir que la misère.

Voilà pourquoi il faudra que nous soyons plus que vigilants, et peut-être même combatifs, pour que les annonces de M. De Rugy ne se transforment pas en monstruosités législatives.

Voir les commentaires (125)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (125)
  • On peut se rassurer en se disant qu’en France, on adore faire des lois dans tous les sens, mais que de toute façon, elles ne sont jamais appliquées…
    Dans le cas qui nous intéresse, c’est toujours le même rêve, à savoir de penser « qu’une autre croissance est possible »… Il y a grosso-modo, 2 approches de la croissance. Celle que personnellement je pense être exact et qui considère que croissance et consommation d’énergie sont indissociables et comme le montre l’article, c’est le délire, la dictature, la misère et les guerres à grande échelle.
    L’autre qui pense que « l’économie de la connaissance », la « croissance verte », etc…, permet de dé-corréler la création de richesse de l’énergie. Elle a l’avantage que, comme on ne sait pas ce qu’il y a dedans, elle va magiquement éclairer les maisons les nuits sans vent, fabriquer des chaises pour s’asseoir et amener des légumes (bio) dans l’assiette (recyclable) de chacun…
    L’écologie est un sujet trop sérieux pour le laisser aux mains de pareils crétins…

    • crétins , vous étés gentil le mot est faible !

    • On peut se rassurer en se disant qu’en France, on adore faire des lois dans tous les sens, mais que de toute façon, elles ne sont jamais appliquées…

      Eu si, quand il s’agit de taxer et surtaxer, cela fonctionne bien, aucun souci.

  • J’en ai plus que marre que plus personne ne conteste la soi-disant nocivité du CO2, parce que le GIEC l’a dit (je vous rappelle que le mandat du GIEC, c’est : « «prouver qu’un changement de climat peut-être imputé directement ou indirectement à une activité humaine modifiant la composition de l’atmosphère et s’ajoutant à la variabilité naturelle du climat». Autrement dit, ils sont grassement payés pour dire que leur poste est indispensable, sinon, ils disparaissent ! Et vous allez croire ces clowns qui n’étudient le climat que sur 200 ans ?
    Le CO2 est indispensable à la nature et la terre absorbe beaucoup plus de CO2 qu’elle n’en produit naturellement !!!!
    L’équilibre est rétabli par la consommation humaine de charbon et fuel.
    Mais quand de vrais experts vont-ils rétablir cette évidence avant qu’on ne dépense des milliards et qu’on ne mette en danger la nature ?

    • Bonjour. Je vous rassure, de nombreux articles sont déjà parus sur contrepoints pour expliquer que le CO2 n’est pas un poison. Mais cet article étant déjà long, j’ai évité de rajouter une digression sur ce thème. Il y en aura d’autres.

    • Hélas… Si le GIEC dit des bêtises, vous en dites d’encore plus grosses.

      Énoncer que le charbon et le fuel « rétablissent l’équilibre »… Cela signifie que sans ça la nature serait « déséquilibrée » ? Et ce depuis des milliards d’années ?

      • Cependant, la remarque est intéressante : la nature enfouit du carbone depuis des millions d’années. Et il en reste assez dans l’atmosphère pour « nourrir » la végétation.

        Cela montre à mon avis l’énormité des réserves de CO2 de l’océan – et donc de sa faculté à réabsorber tout ce qu’on libère.

        Bien sur il peut y avoir un problème de dynamique. Mais cela montre que les hypothèses simplistes à destination des masses sont de la propagande.

  • et je le répète ce qui’n’est pas un point de détail il s’agit de s’aligner sur une trajectoire 1,5°C….
    je n’ai toujours pas lu le détail, mais il me semble que ça implique bel et bien que une fois en faisant cela, que la planète entière en fasse autant en admettant que les modèles soient valides, que nous pouvons toujours avoir une probabilité significative que la temperature augmente de plus de 1,5°C..En général dans le nouveau monde , bien qu’il faille admettre pour des raisons obscures qu ‘un ensemble de modèles distincts ait une signification probabiliste, les décisions sont prises de façon curieuse en admettant que le futur est la « probabilité maximale »..
    alors que dans un monde faisant sens éviter 1,5° C n’est pas possible on ne peut que se contenter d’en limiter la probabilité…

    et si on est simplement logique…ces gens devraient dire en faisant ces actions la probabilité que l’augmentation de temperature est de x….
    je ne suis pas absolument certain que ce le choix fait… mais comme d’hab je parie pour le pire…parce que c’est la constante, l’ambiguité du langage est la règle…

    • quoique je ne me parierais pas un bras là dessus je suis pratiquement certain que c’est gens n’éviteraient m^me pas leur 1,5°C et donc la catastrophe…

    • « s’aligner sur une trajectoire… »
      La solution est évidemment dans ces mots eux-mêmes. La loi à voter devrait se contenter de nous obliger à ne pas trop nous écarter de la trajectoire moyenne mondiale … des dépenses et contraintes faites et imposées chez les autres.

      • A michel O.
         » La loi à voter devrait se contenter de nous obliger.. »
        Encore une loi ? Encore un interdit ? Il n’y a aucune loi à voter, car tout ce cirque du changement climatique (et de la transition écologique) n’est qu’une vaste fumisterie, une mise en scène indécente pour nous soutirer des taxes supplémentaires et financer une bande de clowns comme Novethic qui s’imaginent pouvoir « sauver » la planète… pourquoi pas notre système solaire, et l’univers pendant qu’ils y sont ? Croyez-vous vraiment que des lois édictées en France, minuscule pays en regard du monde, puissent infléchir en quoique ce soit l’évolution climatique de notre Terre ? Ridicule, grotesque et stupide !
        Que les écolo arrêtent de nous bassiner par leur délires apocalyptiques… il y a des asiles pour les soigner !

      •  » La loi à voter devrait se contenter de nous obliger.. »
        Encore une loi ? Encore un interdit ? Il n’y a aucune loi à voter, car tout ce cirque du changement climatique (et de la transition écologique) n’est qu’une vaste fumisterie, une mise en scène indécente pour nous soutirer des taxes supplémentaires et financer une bande de clowns comme Novethic qui s’imaginent pouvoir « sauver » la planète… pourquoi pas notre système solaire, et l’univers pendant qu’ils y sont ? Croyez-vous vraiment que des lois édictées en France, minuscule pays en regard du monde, puissent infléchir en quoique ce soit l’évolution climatique de notre Terre ? Ridicule, grotesque et stupide !
        Que les écolo arrêtent de nous bassiner par leur délires apocalyptiques… il y a des asiles pour les soigner !

        • Allons, je suis bien d’accord sur le principe, mais soyons réalistes : une loi sera sans doute aucun votée, et notre rôle devrait être de la détourner afin qu’elle soit inoffensive parce que ça n’est pas avec nos fractions de % de sympathisants dans l’opinion que nous pourrons nous y opposer frontalement. De plus, une loi qui obligerait à ne rien faire de plus ou de pire que le reste du monde dans son ensemble serait, à mon avis, un piège efficace contre les écolos. Oui, je crois qu’une loi édictée en France pourrait forcer la France à rester à sa place, tout en ayant l’air de satisfaire les écolos (ne serait-ce qu’à voir votre réaction 🙂 !). Et ne rêvons pas, les asiles sont déjà trop pleins pour accueillir les incendiaires, alors les écolos…

    • Tout cela relève du sexe des anges puisque l’absorption d’énergie dûe au CO2 est déjà saturée, ce qui fait qu’on peut doubler, tripler la concentration de CO2 dans l’atmosphère, cela ne fera même pas monter la température de 0,0001°C.

  • on verra la performance des écologistes aux européennes..si ils se ramassent une pelle , c’est fini

  • « Voilà pourquoi il faudra que nous soyons plus que vigilants, et peut-être même combatifs »

    Les Gilets jaunes et leurs disciples s’en chargeront pour nous tous. Il suffit de voir ce qu’une seule petite taxe a généré comme em…des pour le gouvernement pour bien comprendre que le chemin tracé dans le ciel par Novethic et consorts est pavé de situations infernales qui feront tomber 10 voire 100 gouvernements d’ici 2050 !

  • Au secours, ils sont devenus fous! Comment peut-on être débiles à ce point?

  • Ce qui magnifique avec les moyennes c’est que il peut y avoir des écarts importants entre les au dessus et au-dessous…donc les decideurs seront toujours au-dessus..ce qui laisse présager qu’il est possible de diviser par huit ou plus le CO2 des francais ,sauver la planète les ours blancs et même nos moustiques pour que les hirondelles annoncent toujours le printemps….enfin si les gilets jaunes ne se transforment pas en tenue kaki et armes par…la Russie ,c’est toujours la faute des Russes.

    • Encore une fois, le CO2 n’y est pour rien dans un éventuel réchauffement. A votre disposition pour la démonstration physique, qui nécessite un peu de connaissaances en themodynamique.

  • Puisque la température de la plupart de mes pièces chez moi n’ excède pas 17°, je vais me faire l’ avocat du diable mais pour d’ autres raisons bien moins avouables.
    Je pense en effet que la plupart de nos politiciens ont jeté l’ éponge, puisque l

    • je reprends: puisque la situation est devenue plus que complexe: inextricable. Et cela ne concerne pas seulement la France en Occident. Bref, il faut donner du sens à notre inéluctable et long appauvrissement, et un écolo centriste réversible à souhaite comme de Rugy l’ a très bien intégré dans son petit logiciel de politicien qui tient absolument à ce que le petit système étatique français perdure dans ce merdier.
      Voilà. Ceci étant dit, quand je vois à l’ aide de mon Flight tracker le nombre d’ avions lowcost qui volent quotidiennement vers Palma de Majorca, je me dis qu’ effectivement il y a une forme de gabegie collective particulièrement immorale, car ce ne sont tout de même pas les plus pauvres d’ entre nous qui profitent de ce système ou d ‘un AR Paris New York à deux balles.

      •  » ne sont tout de même pas les plus pauvres d’ entre nous qui profitent de ce système ou d ‘un AR Paris New York à deux balles »
        un peu quand même: les vols low cost ont permis de faire prendre l’avion à des millions de personnes qui n’y avaient jamais mis les pieds, car trop chers à l’époque. Je pense ainsi à ma voisine, qui, avec sa petite retraite, peut désormais aller voir sa fille et petits enfants , à 45 mn de vol à prix raisonnable. Sinon, c’est 6 heures de train.

      • Qu’y a-t-il d’immoral à ce que ceux qui ont gagné honnêtement de l’argent puissent le dépenser à ce qui leur fait le plus plaisir : aller chercher la chaleur là où elle se cantonne encore aujourd’hui ?

        • Vous ajoutez de l’ honnêteté à la question alors que je ne mettais pas du tout cette qualité en question. Mais maintenant que vous le dites…
          Le problème est d’ ordre moral (à mon sens) s’ agissant de ce surplus de traffic aérien, car justement son intensité a un impact sur l’ environnement et qu’ il profite à une certaine classe sociale qui se lave bien les mains des effets pervers. Encore une fois qui profite du vol low cost, des vols à prix réduits à la dernière minute si ce n’ est une certaine classe sociale qui est indirectement détaxée sur le carburant qu’ elle consomme? Qui se paye un weekend aux Baléares pour avoir chaud ( très chaud) aux miches? Mais parlons d’ une autre forme de tourisme à la gomme, celui des croisières lowcost qui pollue les centres ville portuaires pour un tourisme à valeur zéro pour le lieu d’ accueil. Même clientèles, all inclusive, mais avec un certains coûts tout de même que les comités d’ entreprise arrivent encore à faire baisser et qui laisse dehors le moindre smicard, tant mieux pour lui.
          Voilà pourquoi c’ est immoral, parce que le prix n’ est pas tant démocratique et qu’ il impacte sur toute la planète.

          • Je refuse de raisonner en « classes sociales ». Il n’y a que des individus, qui sauf dans l’esprit français, interagissent avec leurs semblables, s’enrichissent, s’appauvrissent, ont de bonnes idées, des mauvaises, etc. Ce qui est pervers, c’est d’associer une morale de comportement à une classe. Et ça c’est condamnable indépendamment de prétendus effets invérifiables sur l’environnement ou de la « moralité » de payer des taxes pour calmer les envieux qui préfèrent appauvrir les riches plutôt que chercher à s’enrichir eux-mêmes.

          • Quelle « classe sociale » selon vous profite des vols low cost voyons ?
            Et allez demander aux commerçants de ma ville ce qu’ils pensent des touristes que les paquebots déversent régulièrement !
            Je re-entend ces jeunes l’une des 1ères fois où j’ai pris l’avion, en classe éco dans les années 80, fustigeant le fait qu’en 1ère classes, on servait du champagne aux « riches », oubliant par leur jalousie que si eux-mêmes payaient un tarif « éco » c’était parce que ces riches payaient une partie de leurs billets. Mais bon, il est difficile d’argumenter contre la jalousie, déraisonnable par définition.
            Le tourisme, n’est-ce pas ce qui permet à nombre de pays pauvres de se développer ? Grâce aux riches ou aux smicards ?
            Effectivement, toute la planète est « impactée » par cette entrée de devises…

            • Je réfléchissais justement que les retraités et comités d’entreprises d’EDF et de la SNCF doivent bien contribuer à remplir les vols vers les Baléares…

              • Oh oui ! J’ai fait quelques années en agence de voyages parisienne, agence orientée politiquement, l’une des 1ères à avoir organisé des voyages dans les pays de l’est, vous voyez donc l’orientation. Notre principal client : le CCAS d’EDF…

      • Les écologistes font parti de l’extrême centre : il détestent les riches ET les pauvres.

        Il veulent donc interdire les diesel à la campagne mais autoriser les week-end aux Baléares. Interdire la finance, mais financer des éoliennes. Interdire la viande, sauf quand elle est Halal …

  •  » impossibilité économique physique et démocratique « ….certes , mais je vous laisse imaginer les montagnes de pognon que l’on va taxer aux citoyens sur le très long terme et pour quel résultats , ça , ça reste un mystère ;

  • Ce qui me sidère et me désole, dans cette « affaire », c’est que ces saltimbanques du gouvernement, MM. Macron et Philippe en tête, s’entêtent à croire que la France (avec ses 7 millions d’habitants, soit à peu près 1% de la population mondiale) a seule vocation de sauver la planète ! Pendant que j’écrivais cela, je pensais que nous sommes en pleine « campagne » (pré-campagne) électorale pour les européennes de mai 2019, alors le bonimenteurs de la République cherchent à ratisser large. Ils font des « annonces » destinées à rassurer une partie de leurs électeurs qui ont pris leur distance !

    • La France n’est pas seule au monde hein.. Je sais que vous adorez vous regarder le nombril, mais non.. pleins d’autres pays sont sur cette voie. Vous allez dire « pas l’Inde, les USA, et la Chine alors moi je ne veux pas bouger ». Bel exemple de suivisme; Mais la Chine bouge à vitesse grand V, les USA, en dépit de Trump, bougent au niveau local et fortement. L’Inde je ne pense pas, ils sont pas trop dans ces objectifs.

      • Et les Africains, ils doivent faire quoi ? Rester pauvres, régler leur différents de façon traditionnelle à la machette, ou s’installer chez nous ?

        • Donc le développement économique et social est obligatoirement nocif pour l’environnement ? On est en 2019 hein. Pas en 1950. Comme dirait l’autre : un autre monde est possible.

          • En tous cas, les subventions sont extrêmement nocives dans les pays qui ont encore peu de développement économique et social : elles finissent sur des comptes en Suisse …

      • Tout ce qui est dépensé pour réduire le CO2 l’est en pure perte. Cela ne sert strictement à rien.

  • Ce n’est pourtant pas bien compliqué de se mettre à la place de ces gens. François de Rugy est né en 1973. En 2050 il aura 77 ans – l’espérance de vie actuelle lui donne de bonnes chances d’être encore là, mais il est fort probable (voire souhaitable) que d’ici là il ait pris sa retraite. Qui ira lui chercher des noises sur une petite crotte législative pondue 30 ans plus tôt…?

  • Tout écolo qui respire dégage du CO2 !
    Un moyen de commencer à réduire les émissions de CO2 me parait évident. L’avez vous trouvé ?

    • C’est vrai que si on ne devait pas tenter de vous expliquer 300 fois la même chose et démontrer que vous avez tort, on dégagerait moins de CO2.

    • Le CO2 que les hommes et les animaux expirent n’est qu’un recyclage du carbone alimentaire qu’ils ont absorbé et qui lui-même résulte de l’absorption du CO2 atmosphérique par le truchement de la photosynthèse. C’est un cycle « vertueux » à somme nulle, exactement comme la combustion du bois de chauffage, contrairement à celle des hydrocarbures fossiles qui augmentent le taux de CO2 atmosphérique.

      • Les hydrocarbures contiennent du Carbone qui fut produit a partir du CO2 il y a quelques millions d’années, c’est ballot a cette époque il n’y avait pas d’écolos pour tenter d’arrêter ces cycles infernaux.

        • Il semble vous échapper que la combustion d’hydrocarbures fossiles aura renvoyé dans l’atmosphère en un siècle autant de carbone que le sous-sol en aura séquestré en quelques millions d’années.

          • Et après? Le CO2 n’a plus aucun effet sur la température de la planète.

            • ben si.. Que vous croyiez ou non en l’influence de l’homme sur le climat ou quoique ce soit, le C02 est un gaz à effet de serre, donc augmentation des températures.

              • Non, car à partir d’un certain seuil, l’effet de serre, bien réel aux faibles concentrations, sature. Toute augmentation est totalement sans effet. Or nous sommes actuellement bien au delà, de l’aveu même du GIEC (dans la partie scientifique, qui dit souvent le contraire de la partie politique, la seule que lisent les journalistes car la science, il ne savent pas…

            • Peut-être, je n’en sais rien et vous non plus. Je me suis contenté comme souvent de rectifier une erreur de raisonnement pour améliorer un peu la crédibilité du forum.

    • A Esprit critique.
      Excellent !

    • @Esprit critique
      Bonsoir,
      En plus, ce moyen, les écolos l’expriment clairement sur des pancartes : « Save the planet ! Kill Yourself ! »

  • Diviser par 4 votre revenu en 30 ans … Eh, pas seulement le vôtre, mais pas non plus seulement celui « des autres ».

    Diviser par 4 le revenu « moyen » … bien sûr, sauf celui des apparatchiks et des forces de répression du soulèvement populaire à côté duquel les « gilets jaunes » passera pour un chahut de collège.

    Si vous êtes d’accord sur cet objectif, vous pouvez même aller beaucoup plus vite : le Venezuela du très sympathique Nicolás Maduro vous tend les bras.

    Si vous n’êtes pas d’accord, tant pis pour vous. Vous n’auriez pas dû confier le pouvoir à une bande de cinglés qui ont décidé que c’était le prix à payer pour « sauver la planète ».

    Merci Vincent pour cette brillante démonstration.

  • Discussion stérile, L’Agenda 21 est l’Agenda 21. Tous les pays du monde sont signataire de ce merdier. inutile de discuter de ce que Rugy veux ou pas, c’est pas lui qui veux, ni les écolos. C’est juste l’application de l’Agenda 21, veuillez lire ce texte avant toute discussion, lire aussi les infos sur les smarts grids, smart city, ma santée 2020 aussi. Globalisation trotsko libérale eugénique dans toute sa splendeur.

    • Je vous ai suivi au début. Et puis quand vous avez dit « trosko libérale eugénique », j’ai buggé. C’est comme diviser par 0…

      • En fait je crois que le trotsko-libéralisme se prétend être le libéralisme, mais n’y ressemble pas en réalité.
        Le courant mondialiste – qui oeuvre à un gouvernement mondial de type dictature administrative planétaire – a des racines idéologiques communes avec le trotskisme. Il avance masqué en prônant un (faux) libéralisme qui n’est en réalité qu’un mercantilisme généralisé gangréné par les connivences.
        Du moins c’est ainsi que je comprends le commentaire précédent.

      • Il vous faut pas grand chose pour être choqué : Hillary Clinton et tous les néocons se déclarent trotskyste mais aussi libéral, c’est officiel. Un mec comme Bill Gate est eugéniste, çà ne choque aucun libéral.

        • #syntaxerror
          Nan mais naaan… vous ne pouvez pas mettre Clinton, troskyste et libéral dans la même phrase. C’est ridicule là.

          • @Amady oui vous devriez revoir votre syntaxe 🙂 . Et je plussoie à Cyde . Le mot liberal a une signification totalement antagoniste selon si elle est prononcée ici ou de l’autre côté de l’Atlantique. Cette ambiguïté est un vrai problème car elle nuit à la cause libérale.

            • Merci Val (et merci Cyde ci-après) mais je ne suis pas ignorant. Mais dire que « libéral américain » est compatible avec le trotskisme, c’est encore un raccourci commode mais impossible. C’est comme si je disais qu’une personne promouvant la dérégulation de l’économie était un anarchiste. Ya un énorme fossé entre ces deux positions. Tout comme entre le libéralisme américain et le trotskisme (et même le simple socialisme classique). Vous êtes terriblement binaires.. manque de nuance, aveuglément idéologique. Alalalala… dur dur

        • « liberal » aux USA veut dire gauche/socialisme.
          Cela n’a rien a voir avec le libéralisme selon la définition française.

  • Il faut pas s affoler, De Rugy ne represente que lui meme et n a aucun pouvoir. Il est devenu ministre juste pour donner une caution ecolo a Macron. Mieux il fait parti des gens qui sont toujours pret a aller a la soupe et n ont aucune conviction. donc faire un plan a 30 ans quand on saitbien qu on sera plus ministre dans 5 ans max, c est comme promettre de se baigner dans la seine si on est elu maire de paris (promesse de Chirac dans les annees 70)

    PS: quand j etais gamin les chambres n etaient pas chauffees. en savoie en hiver il faisait certainement pas 17 deg…

  • Encore de savants calculs faits par les Verts et leurs Adeptes pour accoucher de véritables conneries à la charge du Contribuables bien sur.

  • Puisque CO2 = x * Population, x étant > 0, la solution unique pour avoir CO2 = 0, c’est population = 0.

    Et François de rugir ses conneries ❗

    Les Français n’avaient pas voulu du FN. Ils ont le FNV (FN vert). 🙁

    • @MichelC
      Bonsoir,
      De Rugy a écrit :
      « les diviser par 8 pour atteindre ZÉRO émissions nettes en 2050. » [en plus, y a pas de « s » puisque c’est ZERO.]
      Il est fortiche en maths le ministre : Qu’est-ce qu’il divise par 8 pour obtenir ZERO ? (x/8=0)
      Parlerait-il de notre 0,9% d’émission mondiale de CO2 ?

  • Merci Monsieur Benard. Au delà la prise de conscience scientifique, il s’agirait de fabriquer des gardes fous contre ces politiques à long terme – dans la constitution et dans les lois. La séparation des pouvoirs n’est plus donnée. Que Rugy me donne un point godwin si cela lui fait plaisir, mais cette escroquerie est dans la ligne directe de ce que Arendt a appelé la « banalité du mal » au vu de la ruine criminelle de l’Allemagne mise en oeuvre par les burocrates Eichmann et Co… Nous entrons dans Le Règne de l’imbécile arriviste anonyme.

  • On peut simplement se réjouir que l’écologisme dévoile enfin ses vraies finalités anti-humaines. Comme l’exprimait un ardent défenseur de l’idéologie mondialiste dont l’écologisle n’est qu’un aspect:
    «Le problème principal, c’est celui de la croissance de la population. (…) Il n’y a que deux manières d’éviter un monde de 10 milliards d’individus. Ou l’on fait baisser rapidement les chiffres actuels de la natalité, ou l’on fait augmenter les chiffres de la mortalité.» (Robert Mc Namara, ancien ministre de la Défense et ancien président de la Banque mondiale)
    C’est par de tels personnages que nous sommes dirigés…

  • Le CO2 est sympa puisqu’il fait pousser les plantes. Qu’ont-ils donc tous contre les plantes et une planète verte?

  • « aucun gouvernement n’y survivrait »

    Et alors ? Si on considère que le gouvernement n’a plus réellement le pouvoir et que ce dernier est aux mains d’administrations coalisées indifférentes à l’alternance démocratique, il est indifférent de changer de majorité tous les 6 mois. Cet Etat profond peut sacrifier des gouvernements à la fureur populaire mais, caché derrière l’apparence démocratique superficielle, continuer à faire progresser son agenda inchangé, coûte que coûte, quels que soient les évènements, échappant à tout contrôle démocratique.

    Les changements de gouvernements et de majorités parlementaires ne suffisent plus à faire vivre la démocratie. Désormais, il importe également de purger l’Etat profond en son cœur, statuts et positions acquises. A défaut, le débat politique est vain, voile dissimulant le véritable pouvoir.

    • Je vois plus un discours ambiant servant à nous faire accepter notre appauvrissement et notre déclassement par rapport aux autres pays.
      C’est une façon de nous vendre notre faillite économique en la parant de vertus écologiques.
      « vous pouvez plus payer EDF ?, pas grave, faut pas se chauffer pour sauver la planète… »
      Quelque chose me dit par contre que l’élysée, matignon et bercy seront toujours chauffés.. avec mise à disposition de pantoufles a l’entrée.

    • Tout à fait d’accord. Les sponsors de ces idéologies ne cachent d’ailleurs pas que pour se « libérer » des « contraintes démocratiques », il faut s’appuyer sur le maillage local: collectivités, ONG, agences, administrations etc. Une sorte de néo féodalisme comme le pratique par ex Hidalgo à Paris, quitte même à aller au delà de ce que la loi l’autorise à faire en tant que maire.

  • Les plans de réduction du CO2 ne sont, à tout prendre, qu’une variante moderne des plans industriels quinquennaux de l’URSS. Même croyance aveugle en une planification centralisée, même volonté sous-jacente de mettre sous coupe réglée l’ensemble de l’économie et de la société… Et bien sûr mêmes résultats prévisibles.

  • La Bruyère, traitant des hommes, dans Les Caractères, a ce mot crucifiant : « À quelques-uns l’arrogance tient lieu de grandeur. »Jamais, peut-être, parole n’a été autant justifiée que sous la république de Macron.
    L’arrogance est l’arme des incompétents ; les autres cherchent à convaincre.
    Arrogant le ministre qui s’occupe de l’Éducation nationale : tenue en laisse par les pédagos cinglés,il a raison contre tout le monde, y compris 80 % des profs.
    Arrogant, le ministre de l’intérieur, incapable d’essuyer la moindre critique, tout raide dans sa victimisation permanente ses mensonges et ses certitudes laxistes dont personne ne veut.
    Arrogante, agnés Buzin l’extatique ministre de la Santé, qui détricote la médecine, en fait une médecine style lURSS, contre l’avis de la majorité des médecins généralistes et des patients.
    Arrogant, le , Bruno Le Maire, incapable, et incompétent , le seul à voir la France se redresser là où tout le monde regarde, effaré, le gouffre s’ouvrir.
    Arrogant, ce Premier ministre qui pioche dans nos porte monnaie et en demande toujours plus pour en dépenser toujours plus.
    Arrogants, ces députés LREM qui comme certains ministres croient en leur impunité absolue malgré leur nullité, leur défauts rugueux , leur mépris du peuple, leurs mensonges sur leurs diplômes et leurs déclarations fiscales holé, holé !.
    avec l’arrogance des écolos nous sommes au sommet, sur le toit du monde en contre vérité, méconnaissance scientifique, formatage idéologique type stalinien ,explication bidon, et c….e on ne peut faire mieux.
    la France de Macron en marche vers le désastre !

    • Voilà, il n’y a que duglimbule qui n’est pas arrogant, mais alors pas du tout?.

      • non ce n’est pas de l’arrogance cher « écrivain public » mais un constat , voila toute la différence mais encore faut il pouvoir réfléchir a ce que ‘l’on peut lire pour être capable d’une critique pertinente ! vous devez certainement aimer ces abrutis pour les défendre et leur trouver quelque qualité ?
        vous devriez regarder la définition du mot arrogant et de l’arrogance peut être apprendriez vous quelque chose !

    • @duglimbule  » « L’orgueil précède le désastre, et un esprit arrogant précède la chute » Proverbes (Matthieu 23.12).

    • Le ver qui se retrouve par hasard dans la pomme de la connaissance en devient arrogant au point de se prendre pour un serpent…

  • De toute façon si on n’émet pas de CO2 la mer se chargera de rétablir l’équilibre…les terres émergées ne sont pas aussi nombreuses que ça ,elles sont en minorites ,quelque soit son état de surface des biches ou des hommes ne feront pas de différence !

  • on remarquera que Rugy a oublié que les dépenses publiques en France représentent 57% Du PIB et que si celui ci est divisé par 4, sachant que ni la gauche no la droite ne sont parvenus à les faire baisser, on arrivera à 200% du PIB, battant ainsi les records de l’URSS? de la Corée du Nord ou du Venezuela … Rugy pire que Staline, Chavez ou Pol Pot

  • je recycle ma conjuration des imbéciles https://www.facebook.com/denis.dupuy.98499/posts/2425991157628155 et mon Bové les verts ne sont pas mûrs… https://www.facebook.com/denis.dupuy.98499/posts/2411354992425105 toute cette daube dessert la cause de l’écologie et elle contribuera à rendre la parole de la science suspecte quand la supercherie apparaîtra dans son évidence (souvenez vous de la vache folle…)

  • vouloir décreter l’indécretable n’est-il pas l’essence même du crétinisme et de la démagogie réunies ?

  • montée des eaux en Bretagne (site mégalithique de Carnac), des menhirs sont actuellement sous la mer du fait de la montée des eaux avant même Jésus Christ ! donc aucune activité humaine peut expliquer cela sinon les phénomènes géologiques et variations solaires.
    lire notamment https://www.plongee-infos.com/une-pyramide-engloutie-en-bretagne/

    • Merci pour cette curiosité archéologique. Mais faites attention en postant ceci ici, quelques esprits faibles et fragiles (et pauvres en arguments) pourraient être tenter de prendre cela comme exemple pour réfuter l’influence anthropique sur le changement climatique.

      • @AmaDy.
        L’insulte et le mépris vous tiennent de plus en plus fréquemment lieu d’argumentaire. In fine, c’est une belle preuve du manque de profondeur de ce dernier…

        • J’avoue qu’il y a des jours je craque… C’est assez épuisant d’être sain d’esprit au milieu de fous :-). Je me faisais la réflexion récemment que je cédais parfois au commentaire provocateur facile (mais justifié). Je vais tâcher de faire attention, il est de mon devoir moral de continuer à (tenter de) vous expliquer que vos arguments ne tiennent pas la route. Allez.. bisou ?

          • Je me permets de mentionner que je vous ai parfois pris pour un troll pas très futé, mais que vos remarques récentes m’ont détrompé et donné une excellente impression de vous, même si nous ne sommes pas d’accord sur tout.

            • votre presque-compliement flatte mon ego ! Et je peux vous le retourner car je vous ai parfois mis un +1 car je trouvais votre point de vue ou votre réflexion intéressante et constructive, bien que rarement en accord avec mes idées.

  • Je serai centenaire ( peut-être ) en 2050 et j’espère seulement que ce ne sera pas nos retraites qui , avec ce genre de pignoufs,seront divisées par 8 !

  • ce monsieur de RUGY après ses études secondaires au lycée Gabriel-Guisthau de Nantes, puis il a suivi les cours de l’Institut d’études politiques de Paris, dont il est diplômé en 1994 dans la section Communication et ressources humaines
    les seuls diplômes en sa possession et il nous la joue en expert climatique ?.
    aucune connaissance scientifique pas plus non plus en physique , chimie, climatologie un politicard formaté a la communication des politicards qui essaient de vendre ce qui ne connaissent pas !
    et sa joue les gros bras !

    • et ça joue les ….. mille excuses

    • Pour soutenir la doxa climatiste, être instruit en sociologie ou en journalisme suffit. (Idem pour les vaccins.)

      Pour contester un quelconque aspect d’un prétendu « consensus » sur le climat (ou les vaccins), ni un médecin, ni un mathématicien, ni un physicien ne peut avoir un avis valable s’il n’est pas adoubé par la clique consensuellaliste.

  • Quelques pas de plus vers la dictature qui s’annonce…Normal dans un pays qui n’a de démocratique qu’une chambre d’enregistrement.

    • C’est vrai que le libertarisme (comme le communisme) nécessite une organisation totalitaire pour fonctionner.

      • Vous avez lu cela dans l’Humanité? C’est une bonne référence dans le domaine du totalitarisme. Par contre, pour vous informer sur le libéralisme, préférez d’autres sources! 🙂 🙂 🙂

        • Camarade Cyde, je ne lis pas l’Huma car j’évite les médias trop orientés et de gauche trop à gauche parce qu’ils sont 1) orientés et 2) de gauche. Mais encore une fois, vous voulez me catégoriser de communiste pour me discréditer.
          Je vais tâcher de vous expliquer mon raisonnement :
          Le libertarisme ne pourrait pas fonctionner si certains individus dans cette société décidaient de soustraire au marché et à la notion de propriété privée une partie de cette société en la mettant au service du bien commun / de la communauté sans possibilité d’aliénation / d’accaparement. Par exemple la mise à disposition gratuite et inconditionnelle d’outils de production (genre machines à tisser); cela introduirait une distorsion de la concurrence, et industriels du tissu ne pourraient pas me contraindre à changer sans violer ma liberté. Ou alors, et on tombe dans le totalitarisme, mon choix est de facto interdit.
          Ce n’est pas le meilleur exemple mais c’est une réflexion pas facile et qui peut sembler contre-intuitive, mais je vous prie d’y réfléchir un moment. Vous n’arriverez pas à la même conclusion sans doute, mais peut-être que vous envisagerez les choses un peu autrement.
          Ça me permet de placer une autre réflexion que j’ai depuis quelques jours : selon moi, la liberté ne peut exister que à l’intérieur d’un cadre défini. Je m’explique : un homme seul au milieu de la Creuse sera libre de se balader tout nu, de faire des bisous aux chèvres et de construire son unité de fabrication de mercure bien polluante vu que personne n’est là pour l’en empêcher (car personne ne sait où est la Creuse). Mais est-il libre ? Pas au sens « noble » du terme selon moi. Car s’il désirait voyager, il n’a pas d’aéroport. S’il désirait apprendre le judo, il n’a pas de prof de judo. S’il désirait jouer au foot devant 10000 personnes, il n’a ni coéquipiers, ni stade. Ce sont des bêtes exemples, mais ce que je veux dire, c’est que l’individu ne peut être libre que dans une société lui donnant des moyens pour exercer ses choix. Que ce soit en construisant un stade, en organisant des cours de ceci ou cela ou juste en mettant des infrastructures à disposition, des bibliothèques etc… Libres aux gens de s’allier pour construire des choses bien sûr, mais il est selon moi impératif qu’une autorité publique / de bien commun / au-dessus des individus régulent les libertés des uns pour préserver celles des autres.

          • Si vous mettez en commun votre métier à tisser, il sera à l’usage d’un groupe, et non de toute la collectivité, pour la bonne et simple raison que tout le monde ne voudra probablement pas de votre mode de fonctionnement.
            Cela est votre droit le plus strict et personne n’aura l’idée de vous en dissuader.
            Par contre, si vous voulez (vous personnellement et/ou la communauté avec laquelle vous avez fait le partage) vivre de cet outil, il vous faudra bien échanger avec les autres les produits de votre travail.
            Qui va s’en soucier que vous représentez un individu, dix, ou mille ? Personne. Vous serez donc un acteur sur le marché et in fine votre machine à tisser fera bien partie du marché, contrairement à votre voeu initial de l’en soustraire. Et nul besoin de coercition pour cela.

            Pour la fin, l’autorité dont vous parlez est l’Etat de Droit, ni plus, ni moins. Ce que tout libéral appelle de ses voeux. Déléguer des responsabilités dans un but précis à cet Etat, comme construire une autoroute ou un stade, pourquoi pas, mais avec des conditions contractuelles bien définies et limitées dans le temps et dans l’espace. L’Etat ne peut décider de rien, car il n’existe pas en tant que tel, seuls les humains existent.

            • Durru, c’est pour cela que je disais que mon exemple n’était pas le meilleur, mais c’était juste pour illustrer le principe. C’est vrai que je garderais la propriété tout en cédant l’usage à titre gratuit. Si je prends un autre exemple, cela va peut-être aider à comprendre ce que je veux dire.
              Disons que je suis très riche et que j’ai envie d’aider mon prochain en mettant à la disposition de tout un chacun des laveries automatiques pour laver le linge et ce entièrement gratuitement. Mes installations couvrent un territoire donné de 100.000 personnes. De facto, je pousse à la faillite toutes les personnes possédant des laveries automatiques sur ce territoire, en interdit de facto l’installation de nouvelles et aucun Darty/Vandenborre de la région ne vend plus de machine. C’est quand même problématique. (un autre but pourrait être simplement que je veux pousser les concurrents à la faillite en vendant à perte car je peux me le permettre et instaurer un monopole). C’est ballot..
              Vous parlez d’Etat de droit et je suis entièrement d’accord avec vous, mais là on est dans du libéralisme de bon aloi. Perso, je cherche à réfléchir plus loin et tenté de comprendre le libertarisme, cet étrange idéologie politique dont beaucoup ici se réclament. C’est à eux que je montre cet exemple bien théorique.

          • J’aime bien votre raisonnement sur la liberté et le bonhomme tout nu qui se promène dans la Creuse (c’est où ?). Effectivement, pour être libre de ne pas faire quelque chose, encore faut-il pouvoir disposer de cette chose.
            Cela me rappelle cette question du prêtre pendant la préparation au mariage, il y a 20 ans (wouaf) : avez-vous pris librement la décision de vous marier ? Et pour expliquer « librement », il a indiqué que se marier parce qu’on attend un enfant, par exemple, c’est ne pas se marier librement. A l’époque, j’étais un chouïa jeune et ce raisonnement m’a marquée parce que, pour moi, décider de se marier parce qu’on est enceinte reste une décision libre. Mais en fait, non.

            • « pour être libre de ne pas faire quelque chose, encore faut-il pouvoir disposer de cette chose. » => votre phrase résume parfaitement ce que je veux dire ! Merci !
              Cela me rappelle également une émission de France Culture (que j’ai malheureusement pu écouter que d’une oreille). Ils expliquaient comment, lors de la professionnalisation des armées, de l’introduction du service militaire, etc au XVIII je pense, la question des droits et devoirs envers la Nation (concept émergent) se posait. Pour punir les gens qui refusait de s’engager lors des guerres etc, il fallait leur donner quelque chose à leur enlever : leurs droits civiques et politiques. (je ne raconte pas bien mais je n’ai pu que saisir grossièrement l’histoire).
              Le mariage permet une bonne réflexion sur la liberté individuelle : chacun choisit et accepte l’aliénation d’une partie de sa liberté individuelle pour en construire une nouvelle qui devient la liberté du couple. Couple qui est plus que la somme de deux individus. C’est beau l’amour !

      • @Amady
        Ah ? Où ça ? Dans quel(s) pays ? (Veuillez éviter, s’il vous plaît, de citer les pays d’Asie du Sud-Est, la Chine, et les pays politiquement instables d’Afrique)

        Carl Friedrich ou Zbigniew Brzezinski ont établi une liste de six critères permettant de définir le totalitarisme :
        – 1) Une idéologie officielle à laquelle chacun est supposé adhérer au moins passivement ;
        – 2) Un parti unique avec à sa tête un homme susceptible d’être considéré comme un dictateur ;
        – 3) Un système de terreur ou de pression soit physique, soit psychique ou morale, dirigé non seulement contre les adversaires déclarés du régime mais aussi certaines fractions désignées de la population ;
        – 4) La mainmise sur les médias ;
        – 5) Le monopôle de l’utilisation des armes à feu ;
        – 6) Une direction centralisée de l’ensemble de l’économie.
        Nous avons atteint le 6/6.

        LES 10 MESURES DU COMMUNISME (‘Le Manifeste du Parti Communiste’, K. MARX et F. ENGELS)
        « Le prolétariat se servira de sa suprématie politique pour arracher petit à petit tout le capital à la bourgeoisie, pour centraliser tous les instruments de production entre les mains de l’Etat, c’est-à-dire du prolétariat organisé en classe dominante, et pour augmenter au plus vite la quantité des forces productives.

        Cela ne pourra naturellement se faire, au début, que par une violation despotique du droit de propriété et du régime bourgeois de production, c’est-à-dire par des mesures qui, économiquement, paraissent insuffisantes et insoutenables, mais qui, au cours du mouvement, se dépassent elles-mêmes et sont indispensables comme moyen de bouleverser le mode de prouction tout entier.

        Ces mesures, bien entendu, seront fort différentes dans les différents pays.

        Cependant, pour les pays les plus avancés, les mesures suivantes pourront assez généralement être mises en application :

        1. Expropriation de la propriété foncière et affectation de la rente foncière aux dépenses de l’Etat ;
        2. Impôt fortement progressif ;
        3. Abolition de l’héritage ;
        4. Confiscation des biens de tous les émigrés et rebelles ;
        5. Centralisation du crédit entre les mains de l’Etat, au moyen d’une banque nationale, dont le capital appartiendra à l’Etat et qui jouira d’un monopole exclusif ;
        6. Centralisation entre les mains de l’Etat de tous les moyens de transport ;
        7. Multiplication des manufactures nationales et des instruments de production ; défrichement des terrains incultes et amélioration des terres cultivées, d’après un plan d’ensemble ;
        8. Travail obligatoire pour tous ; organisation d’armées industrielles, particulièrement pour l’agriculture ;
        9. Combinaison du travail agricole et du travail industriel ; mesures tendant à faire graduellement disparaître l’antagonisme entre la ville et la campagne ;
        10. Education publique et gratuite de tous les enfants. Abolition du travail des enfants dans les fabriques tel qu’il est pratiqué aujourd’hui. Combinaison de l’éducation avec la production matérielle, etc. »

        Le libéralisme consiste à respecter les libertés individuelles ou les droits fondamentaux, de chacun et de soi, tels que décrits dans la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789. Ces Droits sont au nombre de 4 : Liberté, Propriété, Sûreté, et Résistance à l’Oppression.

        • Quand vous dites « nous avons atteint le 6/6, vous parlez de la France ? » La France est totalitaire ? waouh… je savais pas. Personne ne le sait d’ailleurs. A part vous. Vous devez vous sentir seul…
          – idéologie officielle : juste des valeurs communes de liberté, égalité, fraternité et de vivre ensemble qui sont régulièrement bafouées lors des incidents dans les quartiers sensibles, les agressions racistes, les polémiques plus ou moins dégoutantes lancées par des polémistes de droite ou de gauche.
          – parti unique : ben le PS s’est pris une claque, la droite s’est choisie un dirigeant euh.. bref…, le RN a fait un beau joli score aux présidentielles, Mélenchon ne compte pas pour des prunes, les Verts (communistes vous allez dire) sont nul part. LREM est encore assez nouveau et difficile à classer sur le spectre politique classique. Macron en Jupiter ? Ben perso je vois juste un président qui tient la cap annoncé lors de la campagne. C’est pas toujours terrible mais bon.. Il ne va pas céder à la pression de la rue quand même (ces vils communistes prolétaires qui veulent renverser le pouvoir..)
          – système de terreur : sérieux ??? Je n’en dis pas plus
          – Mainmise sur les médias. Le fait que Contrepoints ou Rivarol ou Breuz ou que une multitude de chaîne YT existent et que les GJ aient largement accès aux médias suffisent à rejeter votre argument.
          – Monopole des armes à feu : ben oui, l’état doit disposer du monopole de la violence légitime comme disait je sais plus qui
          – direction centralisée de l’économie : dans un pays aux autoroutes concédées ? qui va revendre/louer la FDJ, ADP, les chemins de fer ? Dont les secteurs nucléaires, énergétiques et des télécoms ne sont plus étatiques depuis bien longtemps ?
          Allons allons… revoyez votre notre cher camarade.

          • « des valeurs communes de liberté, égalité, fraternité et de vivre ensemble »
            Merci pour la bonne tranche de rigolade. Vous arrivez dans votre vie privée à faire la différence entre vos désirs et la réalité ? Je l’espère pour vous, en tout cas.
            Bah, là c’est pareil. De quelle liberté peut-on parler lorsqu’on peut se retrouver en GàV pour avoir un couteau dans sa voiture et se diriger dans la mauvaise direction ? De quelle égalité peut-on parler lorsque des multi-récidivistes se trouvent dehors (et le plus souvent récidivent), tandis que des primo-délinquants reçoivent des lourdes peines de prison ferme pour des petits délits ? De quel « vivre-ensemble » peut-on parler lorsqu’il y a des pans entiers du territoire où même les forces de l’ordre (sans parler des services vitaux) ont du mal à pénétrer ? Ce ne sont que des tout petits exemples, on peut faire des longues listes, avec des cas bien plus graves.

            Vous pouvez nous indiquer le cap que Macron tient ? Ca serait d’ailleurs très utile de le lui indiquer également, car il ne doit pas le connaître, à voir les agitations de poulet sans tête du gouvernement depuis de bons mois. La seule partie de son « programme » qui lui tient à coeur est de rassembler tous les courants politiques autour de lui, car les vieux concepts, gauche, droite, sont périmés, n’est-ce pas ?

            Vous devriez faire l’effort pour comprendre que la terreur n’est pas seulement physique. Quoi que, on nous avait déjà avertis qu’il faudra s’y habituer (à celle physique, justement) et le cap n’a pas l’air de changer (Strasbourg, par exemple).

            Avez-vous entendu/lu les déclarations on ne peut plus sérieuses de Macron qui veut faire financer par l’Etat des organismes de contrôle des médias ? C’est peut-être qu’il trouve que la mainmise est trop importante, c’est ça votre avis ?

            Armes à feu : Les gouvernements sont établis parmi les hommes pour garantir ces droits, et leur juste pouvoir émane du consentement des gouvernés. Toutes les fois qu’une forme de gouvernement devient destructive de ce but, le peuple a le droit de la changer ou de l’abolir et d’établir un nouveau gouvernement […] On le voit avec les GJ ce que ça donne si le peuple est désarmé…

            57% du PIB qui est directement sous le contrôle de l’Etat (« stratège », s’il vous plaît), et il n’y a pas d’économie centralisée ? Je trouve votre exemple des autoroutes très mal choisi, un monopole même pas déguisé, une rente de situation aussi bien pour les concessionnaires que pour l’Etat, qui décide de tout, depuis les investissements publics jusqu’aux prix, pas du tout de marché.

            En gros, sur les six critères nous ne sommes pas encore à 100% (et heureusement), mais nous n’en sommes pas très loin, sur aucun.

            • 1. Ce qui était vrai il y a vingt ans l’est de moins en moins. Dans les pays communistes aussi (peut-être pas l’URSS, et encore…) les gens étaient libres de se déplacer, d’acheter, etc. Tant qu’ils ne dépassaient pas les limites établies d’en haut. Qui sont, en France aussi, de plus en plus restrictives (loi « renseignement », état d’urgence, loi « fake news », etc, etc).
              2. Le problème de la justice est « vieux » ? Ah bon, d’accord, alors on peut l’oublier. Ben non, c’est fondamental. Deux divorces, à quelques mois d’intervalle, au même tribunal. Le premier, le père arrive, il traverse une mauvaise passe, il est au chômage. Le juge : « Monsieur, vous comprenez, vous n’avez pas les moyens matériels d’entretenir vos enfants, c’est la mère qui reçoit la garde. » Le deuxième n’a pas ce souci, il a un emploi stable. Le juge : « Monsieur, vous comprenez, vu votre travail, vous n’avez pas le temps de vous occuper des enfants, c’est la mère qui en aura la garde. » Egalité mon oeil. Cela n’existe pas. Et c’est du vécu, pas pris dans les « médias ».
              3. Non, tout ne se passe pas bien. Dans le centre ville, si je croise des habitants de vos QPV, je dois me faire tout petit, au risque de ma peau. Des agriculteurs se font détruire leurs cultures sous les yeux des gendarmes, mais s’ils sortent le fusil, c’est eux qu’on retrouve en prison. Des commerçants se défendent, c’est toujours eux en prison, pas les agresseurs. Etc.
              4. Les monopoles sont la marque de fabrique du socialisme (et du capitalisme de connivence). C’est une conséquence directe, ce n’est pas un hasard.
              5. Admettons que la situation aujourd’hui en France soit (encore) acceptable. Vous n’acceptez pas le principe énoncé dans la Constitution US ? Si oui, comment le mettre en application avec une population désarmée ? On vous parle de principes là, que diable…
              Et pour répondre à votre dernière question, c’est assez simple. Si tout le monde est armé, ceux qui pourraient avoir des idées (disons, les GJ) savent que les autres sont armés aussi et ils ne lanceraient pas une guerre civile qui, de toute façon, n’arriverait pas si une assez large majorité était en accord avec le pouvoir. Si la question arrive à se poser, c’est que forcément la situation inverse se présente, où le pouvoir ne représente plus qu’une minorité. Malheureusement, c’est largement le cas. Sans qu’il y ait de majorité cohérente en face, certes.

  • Divisions la population par 8.

  • Merci M. Benard pour votre article et tous ces calculs !
    Il y a une excellente série de livres (les Enfants de la Terre) de Jean M. Auel extrêmement bien documentés sur la vie préhistorique : le 1er tome c’est Le Clan de l’Ours des Cavernes, j’en garde de doux souvenirs. Nul doute qu’en 2050 nous expérimenterons cette vie, grâce aux escrolos.

    • @RaphSud
      Bonsoir,
      « Le Clan de l’Ours des Cavernes, j’en garde de doux souvenirs. Nul doute qu’en 2050 nous expérimenterons cette vie, grâce aux escrolos. »
      Oui ! c’est tout à fait cela : « l’avènement de l’Homme nouveau » ! Heureusement, il n’y a plus d’ours des cavernes.

      • Attention à l’escrolo des cavernes : il vous interdira de faire du feu parce que ça déplaît à Gaïa.

        • @Cavaignac
          Bah du coup, il vaudrait mieux qu’il y ait réchauffement climatique, parce que même lui, il va se peler en hiver. A moins qu’il ait pu migrer vers des cieux plus climatologiquement clément. genre Andalousie, Sicile, Grèce, ou sur la rive Sud de la Méditerranée.

          • Ah non, lui aura le droit de faire du feu. Parce que… parce qu’il le mérite bien. C’est l’élite, vous comprenez.

            Quand les escrolos prétendent interdire la vente de voitures aux particuliers, ils espèrent être les seuls à pouvoir utiliser les voitures de fonction officielles disponibles, payées par nos impôts, les routes étant enfin libérées des charrettes puantes de la piétaille populeuse.

            Retour aux routes réservées aux membres du parti de l’ex-URSS. Les voitures équipées de gyrophares qu’on croise tous les jours en Ile-de-France notamment préfigurent ces lendemains escrologistes qui chantent.

      • Bonsoir STF, rassurez-moi, plus de Mammouth laineux non plus (en dehors de l’EdNat ?) ?

  • Mais c’est déjà fait et inscrit dans la loi, le conditionnement d’aides publiques au truc écolo :

    https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?id=JORFTEXT000038021073

  • Chauffer son logement à 17° c’est un effort ?
    Et beh c’est pas gagné !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par François Brunschwig et Michel Gay.

 

Les récentes déclarations de la ministre Agnès Pannier-Runacher lors de son interview le 3 novembre 2022 par la chaîne Public Sénat et quelques jours plus tard lors de l'examen devant le Sénat de la loi d'accélération des énergies renouvelables, interrogent sur les intentions du gouvernement.

 

Des slogans pour arguments

La ministre traduit-elle une manipulation habile de l'opinion publique (qui manifestement fonctionne) et un piège tendu aux sénateurs (dans lequel... Poursuivre la lecture

C’est devenu une tradition. Chaque nouvelle conférence internationale sur le climat est précédée d’un intense brouhaha écolo-médiatique visant à dénoncer la criminelle inaction des États face au risque imminent de fin du monde du fait du réchauffement climatique anthropique provoqué par l’utilisation persistante des énergies fossiles.

La COP27 qui s’est tenue ce mois-ci à Charm el-Cheikh n’a pas dérogé à la règle (ici, ici), mais elle fut néanmoins l’occasion d’une nouveauté militante aux allures de pandémie : le lancer de broyats alim... Poursuivre la lecture

On ne parle plus guère d’Al Gore. Il s’est médiatiquement discrédité par son train de vie luxueux, son enrichissement via des sociétés liées fortement à l’affaire climatique et à ses démêlés publics et croustillants autour de son divorce. Il n’en reste pas moins qu’il est toujours actif et a construit une organisation impressionnante constituant une véritable structure de lobby mondialisée avec des méthodes sophistiquées de communication et d’infiltration des cercles influents.

Tout est transparent, il suffit de visiter les sites de l’... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles