Transition énergétique : quand l’irrationalité l’emporte

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
brain By: Mandie S - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Transition énergétique : quand l’irrationalité l’emporte

Publié le 14 février 2019
- A +

Par le minarchiste, depuis le Canada.

Leurs requêtes se sont diversifiées et demeurent incohérentes, mais il n’en demeure pas moins que c’est l’augmentation de la taxe carbone, laquelle fait grimper entre autres les prix de l’essence, qui a déclenché la révolte des Gilets jaunes.

Presque personne n’est contre la vertu et l’amélioration du bilan environnemental de la société, mais il faut réaliser qu’à un certain moment quelqu’un doit payer. La lutte contre les changements climatiques a un coût et ce coût ne se mesure pas qu’en termes de PIB ; il se mesure aussi en qualité de vie.

Et dans une société comme la France, qui est déjà l’une des plus taxées et redistributives au monde (en pourcentage du PIB), ce ne seront pas que les riches qui vont en souffrir, les moins nantis aussi paient ces taxes en plus de subir des tarifs d’électricité plus élevés qu’ils ne devraient l’être.

Au Québec, les taxes vertes sur l’essence ont aussi augmenté, mais ici nous avons le plein emploi et même des pénuries de main d’œuvre, donc pas le temps d’aller manifester, d’autant plus que nous avons très peu de carrefours giratoires et un seul pont à péage dans toute la province !

A-t-on vraiment besoin de la transition énergétique ?

Ces taxes vont dans le Fonds Vert du Québec, qui sert à financer la transition énergétique entre autres, mais comme 100 % de notre électricité est soit hydroélectrique ou éolienne, on se demande bien si nous avons vraiment besoin d’une transition…

Or, nous apprenions en décembre dernier qu’un rapport du Conseil de Gestion du Fonds Vert mentionnait que plus de la moitié des 185 actions devant favoriser la transition devraient être abandonnées et qu’un virage majeur s’impose ! Autrement dit, ce Fonds ne fait que gaspiller de l’argent durement gagné par les contribuables.

Plusieurs ministères pigent dans le Fonds Vert en utilisant des subterfuges pour arrondir leur budget. Il n’y a aucune reddition de compte ni imputabilité, c’est un bar ouvert fiscal. Donc, ces taxes ne permettent qu’au gouvernement de grossir, sans faire grand-chose pour l’environnement.

Au Québec, on finance aussi l’achat de véhicules électriques, dont la fabrication pollue jusqu’à deux fois plus que celle des voitures à essence et avec lesquelles il faut rouler au moins 50 000 km avant de faire mieux que la voiture à essence en ce qui concerne les émissions de GES et 90 000 km avant de présenter un meilleur bilan pour la santé humaine (ces chiffres sont pour le Québec, où 100 % de la production d’électricité est hydroélectrique et éolienne). La production de lithium pollue beaucoup et ces batteries ne sont pas recyclables.

En ce début 2019, l’entreprise montréalaise de taxis électriques Téo Taxi a déclaré faillite, elle qui a pourtant reçu un total de 60 millions de dollars en aides gouvernementales diverses. Même en utilisant les chiffres optimistes du PDG, le coût pour le gouvernement par tonne de GES évitée était beaucoup trop élevé pour en valoir la peine.

Ras-le-bol des hausses de tarifs

Le fondateur et dirigeant de l’entreprise, Alexandre Taillefer, mentionnait étrangement que les diverses réglementations gouvernementales impactant l’industrie du taxi lui ont énormément nui, notamment au niveau de l’augmentation de ses tarifs, du nombre de véhicules et du choix de modèle.

En Ontario, où la population en a ras-le-bol des hausses de tarifs électriques, le nouveau Premier ministre Rob Ford s’est fait élire en promettant une réduction de 12 % des tarifs électriques dans la province. Ce politicien que l’on surnomme parfois le « Trump du Canada » est le frère de l’ancien maire de Toronto décédé il y a quelques années et rendu célèbre grâce à une vidéo où on le voyait fumer du crack.

En juillet dernier, Ford a fait annuler pour 758 MW de contrats concernant des projets d’énergie renouvelable. L’un de ces projets était déjà en construction, ce qui signifie que la province devra rembourser l’entreprise pour plus de 100 millions de dollars.

Les prix de l’électricité en Ontario ont été très élevés au cours de la dernière décennie en raison du FIT program, qui garantissait des prix très élevés pour les énergies solaires (192 dollars à 311 dollars par MWh) et éoliennes (125 dollars par MWh), alors que les prix au marché se situaient entre 20 dollars et 35 dollars le MWh.

Au Royaume-Uni, une étude récente publiée par la Global Warming Policy Foundation a analysé la transition énergétique. En 2017, le réseau électrique de ce pays avait une capacité de 100GW, incluant 33GW de renouvelables, lesquels ont nécessité d’importants investissements en transmission et le maintien en fonction de centrales aux énergies fossiles pour assurer la stabilité du réseau.

L’auteur a calculé que si les investissements avaient été faits dans des usines au gaz naturel plutôt qu’en renouvelables, le Royaume-Uni aurait pu accomplir la même réduction des GES, mais avec des prix d’électricité de 30 % inférieurs ! Cela aurait permis des économies de plus de 90 milliards de livres sterling entre 2003 et 2017. La construction de centrales au gaz est moins chère par MW produit, ce qui permet de retirer davantage de centrales au charbon.

Notez que les résultats de ces calculs dans plusieurs autres pays incluent la France, l’Allemagne et les États-Unis.

Cependant, il est beaucoup plus sexy politiquement de financer des investissements en éoliennes plutôt que de faire ce que la raison suggère.

Conclusion

Il y a quelques années, j’avais publié un article intitulé « Le Réchauffement Climatique en Questions ». Peu importe ce que vous répondez aux 6 premières questions, le moment de vérité arrive à la dernière d’entre elles : quel est le meilleur moyen de réduire les GES au meilleur coût possible ?

Malheureusement, la manière avec laquelle les politiciens ont abordé cette question est complètement irrationnelle. On se précipite sur ce qui paie le plus politiquement plutôt que sur ce qui est plus approprié. On boude les centrales au gaz naturel, alors qu’il s’agit d’une excellente technologie de transition. On se sauve de l’énergie nucléaire alors que c’est une solution élégante pour se débarrasser du charbon tout en fournissant une électricité stable et prévisible.

Pourquoi de telles décisions ? Cui Bono…

Sur le web

Voir les commentaires (20)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (20)
  • claude henry de chasne
    14 février 2019 at 7 h 38 min

    ben non , l’objectif est de pomper un maximum de fric.. c’est en bonne voie

    • « Pourquoi de telles décisions ? »
      Puisque vous balayez RC d’un revers de main, il y a d’autres arguments responsables : Diminution inéluctable des ressources fossiles, accroissement de la demande.
      Vous avez d’autres solutions durables que le renouvelable ?
      Le nucléaire ? fossile également et pas assez pour satisfaire la demande mondiale en énergie non plus.
      Suivons votre logique passons tout au gaz, qu’il s’épuise plus vite et comme ça on passera rapidement au charbon, et enfin à la reforestation totale.
      Mais non le génie humain est tellement génial qu’on trouvera des solutions qu’on utilise pas maintenant parce que ce serait trop intelligent.
      A vous suivre, la meilleure solution risque d’être d’apprendre a s’en passer, d’énergie…

      • La question est : faire rapidement n’importe quoi à n’importe quel coût ou bien se donner le temps d’avoir une stratégie cohérente et viable.

  • 700 millions d’euros vont être débloqué sur cinq ans pour la transition énergétique ; ce n’est qu’un début et autant dire que les Français n’ont pas fini de banquer , car cet argent là , ils ne l’ont pas et il faudra bien le prendre quelque part ; devinez ou …..

  • Un fait:

    pour une consommation de 17.85 euros d’électricité j’ai payé 151 euros, la différence entre 151 euros et 17.85 euros sont des taxes, abonnements.
    Cherchez l’erreur!!!
    J’ai traité Engie de voleur.

    • J’espère qu’Engie retransmettra à Bercy…

    • euh…non…vous devez reconnaître que POUVOIR allumer des appareils avec une puissance de tant de Watt est déjà un service qui se paye…à l’évidence ça ne peut pas être payer à la consommation d’énergie, vous « consommez aussi du réseau..m^me si vous n’utilisez pas d’appareil..

      et vous avez signé un contrat…

      Ségolène royal par contre…

  • On nous dit que cela (la « transition énergétique « ) va dans le sens de l’histoire. Quiconque le conteste est un négationniste ou un passéiste. Désolant !

  • Les politiciens sont soumis à une idéologie. Je pense que leur liberté de ne pas s’y soumettre est réduite: ils sont pris dans l’engrenage du projet mondialiste dont la lutte contre le (pseudo) réchauffement est devenue l’acmé. (A problème mondial, gouvernement mondial…)

  • « ce ne seront pas que les riches qui vont en souffrir, les moins nantis aussi paient  »

    Ce qui m’agace prodigieusement, c’est cet angle mort que représente la classe moyenne ! L’auteur (le minarchiste) parle et donc ne s’intéresse explicitement qu’à 2 groupes : les riches et les pauvres.

    La justification est simple et simpliste : les riches parce qu’ils sont censé être le moteur de la société (Atlas, etc…), les moins nantis parce que « plus pauvres, tu meurs », et que cela serait vraiment triste de ne pas avoir de coeur !

    Mais quid de la classe moyenne, qui ne peut progresser et voit son capital s’éroder ? Quid de leurs espoirs et de leurs droits ? Non, ils ne sont pas que des consommateurs ou des collaborateurs des riches. Et ce n’est pas parce qu’ils ne meurent pas encore qu’ils doivent être transparents.

    • La société est comme un citron :
      – les pauvres c’est l’écorce : ils sont secs, rien à en tirer
      – les riches c’est les pépins : ils sont durs et bien protégés
      – la classe moyenne c’est la pulpe.

      Et on presse, on presse, on presse …

  • La France a déjà fait sa transition énergétique, dans les années 70 et 80, en développant le nucléaire. Pas besoin de recommencer aujourd’hui.

    • Voir l’excellent résultat de cette politique en matière d’émissions de CO2 et de consommation d’énergies d’origine fossile : https://www.electricitymap.org/?page=highscore&solar=false&remote=true&wind=false&countryCode=PT Peut-on faire mieux avec les ressources que l’on a ?

      • Votre carte est intéressante, mais n’en est pas moins biaisée, si vous « grattez » un peu le vernis des couleurs.
        Prenons tout simplement le cas de la Norvège, pays « merveilleux » en terme d’énergies renouvelables.
        D’une part, l’énergie renouvelable dont il est question n’est quasi aucunement le solaire ou l’éolien. La Norvège est alimenté à 90% par une électricité d’origine hydraulique grâce à ses cours d’eau et un important réseau de barrage. Ce type d’énergie, sans être parfait, peut en partie de moduler selon la demande, grâce à des systèmes de retenue et de lâchers d’eau. C’est donc un système bien plus intelligent et performant que le stupide solaire et éolien qui n’est pas modulable et je rappelle à cet égard toute la difficulté (et le coût faramineux) du stockage électrique.
        D’autre part, la Norvège réalise la moitié de son produit intérieur brut, grâce à ses ventes de pétrole et de gaz naturel !!!!! qu’elle exporte largement. Marrant Non !

  • Bonjour,
    J’ai une question très sérieuse à ceux qui savent.

    J’ai entendu dire que l’écologie ou la transition blabla couterait 50 milliards d’euros par an, et d’autres 5 milliards d’euros toujours par an.

    C’est beaucoup de « pognon » quoi qu’il en soit, mais qu’en est-il ?
    5 ou 50 ? 5 Mds, est-ce juste le coût des éoliennes et 50 Mds le coût du ministère complet ?

    J’essaye de convaincre à mon humble niveau et ce serait dommage d’avancer des « fake ».

    Merci d’avance pour votre honnêteté.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’intérêt pour Emmanuel Macron de choquer par ses propos sur les non-vaccinés est évident. Il en va même de sa survie politique. Profitant de la visibilité de sa fonction, il a provoqué un séisme politico-médiatique lui évitant que les résultats de son mandat s’invitent dans la campagne.

Difficile en effet de trouver quelque chose de positif dans son bilan. Certes, la suppression de l’ISF et le lent démarrage de la baisse des impôts des entreprises sont des mesures tout à fait bénéfiques, de nature libérale. Mais comment les considérer... Poursuivre la lecture

Entretien exclusif avec Vincent Geloso, professeur à l'université George Mason aux États-Unis. Il vient de publier un papier universitaire sur les liens entre liberté économique et mobilité économique pour le Journal of Institutional Economics dont le contenu à été résumé dans une publication de l'IEDM dont il est chercheur associé.

Vincent Geloso est titulaire d’un doctorat en histoire économique de la London School of Economics and Political Science et d’une maîtrise en histoire économique du même établissement.

 

... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Charles Julien.

Les pays industrialisés font tous face au même défi : la globalisation génère de nouvelles concurrences et chacun d’entre eux a besoin d’entreprises capables de s’imposer sur leurs marchés respectifs. Le Canada ne fait pas exception et une nouvelle coentreprise majeure devrait bientôt voir le jour.

La rumeur enfle, même s’il n’y a encore rien d’officiel : un géant canadien devrait naître dans les semaines ou les mois qui viennent, réunissant le leader national du BTP Pomerleau, Opsis (une filiale du groupe He... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles