États-Unis : la Bourse et l’emploi repartent à la hausse

Malgré le shutdown, les créations d’emplois en janvier ont dépassé toutes les prévisions aux États-Unis : 304 000, dont 296 000 dans le secteur privé, alors que les économistes en prévoyaient moins de 140 000.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Wall Street By: Tripp - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

États-Unis : la Bourse et l’emploi repartent à la hausse

Publié le 5 février 2019
- A +

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’Iref-Europe

Elles ont été importantes dans la plupart des industries, notamment dans la construction (52 000) et la fabrication de biens durables (20 000). Dans le secteur manufacturier, elles ont augmenté de 261 000 en 2018, dont 80 % dans les biens durables. La hausse de l’emploi a été en moyenne de 234 000 par mois au cours des 12 derniers mois et de 241 000 au cours des trois derniers mois. Cela a contribué aussi à une nouvelle hausse du taux d’activité, qui a atteint 63,2%, soit une hausse de 0,5 point l’année dernière.

Les gains horaires moyens ont progressé légèrement de 3 cents, portant l’augmentation générale annuelle à 3,2 %. Ce chiffre évolue à la hausse, les employeurs se faisant concurrence pour attirer un nombre de travailleurs en diminution. On s’attend à ce qu’il approche 3,5 % ou plus d’ici la fin de 2019. En même temps, le Dow Jones a dépassé 25 000 points et a réalisé le meilleur mois de janvier depuis 30 ans.

Malgré le plus long shutdown de l’histoire des États-Unis, les oppositions systématiques des Démocrates et un ralentissement de l’économie mondiale, la machine américaine de créations d’emplois continue sa route. Il serait dommage de l’arrêter. Le plus gros problème politique est maintenant le commerce international. Si le président Trump retire sa menace des taxes sur les voitures, remplit sa promesse de négocier dans le cadre du nouveau Nafta pour éliminer les tarifs sur l’acier et l’aluminium à l’encontre du Canada et du Mexique et conclut un nouvel accord commercial avec la Chine, la croissance pourrait même s’accélérer.

Sur le web

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Enorme gifle (une de plus ^^) dans la tête des démocrates et de Pelosi. Sans compter que les demo(c)rats accumulent les conneries symboliques, dans leur fureur médiatique dictatoriale, de démoniser tous ce qui touche de prèt ou de loin à Trump (Covington boys). Heureusement que la loi sur la possibilité d’avorter jusqu’au 9ème mois n’est pas passée en Virginie, je crois que ça aurait tabassé fort. Les conservateurs sont de plus en plus excédés par la connerie idéologique des démocrates, et là-bas, ils ne jouent pas avec des lances pierres…
    Quoi qu’il en soit, merci pour ce rayon de soleil et cette preuve que moins d’état, c’est plus de réussite.
    Vive les USA, vive Trump, vive la Liberté !

  • Incroyable Amérique, ce sera toujours le Pays de l’espoir et de l’homme libre. Le Pays où vous êtes à terre aujourd’hui mais vous aurez le droit et toutes les chances de vous relever demain.

  • Not impressed. Dollar gratuit imprimé à outrance. Il suffit que les Chinois n’achètent plus les bonds et tout s’écroule. Les libéraux ne sont pas spécialistes de politique monétaire… dommage.

    • Et vous encore moins. Ce n’est pas la machine à billet qui crée des emplois mais la croissance de la demande due aux baisses d’impôts et de règlements. Trump est un homme d’affaire, donc pragmatique, et non un idéologue de gauche. Il sait comment fonctionne l’économie contrairement aux profs de droit et aux avocats. Les gens ont repris confiance, les emplois augmentent, les salaires suivent et la pauvreté diminue!

  • Trump s’appuie clairement sur la position impérialiste américaine vis à vis du reste du monde. Ils visent même à imposer leur lois aux autres pour faire main basse sur ce qui les intéresse.
    Là nous devrions en prendre de la graine, c’est d’arrêter de jouer aux bisounours et de nous focaliser sur les choses vraiment utiles…

  • La presse française s’inquiète de façon unanime de la vacuité de l’agenda de Donald Trump !!!

    Je suppose que l’économie et le chômage sont des choses secondaires, qu’il ne se passe rien en France en ce moment, et qu’en outre il faut lever le pied sur les rapports entre l’entourage de Trump et les Russes – ça ferait de la peine à Monsieur Benalla et Monsieur M. Ainsi qu’aux procureurs …

    • Vous savez bien que le chômage n’a jamais préoccupé nos élites. C’est bien pour ça qu’elles n’ont toujours rien fait pour le résoudre en 40 ans!

  • Il est nécessaire de pondérer l’enthousiasme réjouissant de cet article.

    Les bourses mondiales évoluent en fonction des bilans des banques centrales. La corrélation des deux indicateurs est véritablement saisissante. Ce sont typiquement des marchés de flux, des marchés complètement absurdes où le risque n’existe plus, des marchés reposant sur le sable de l’artifice monétaire. Trump n’y est pour rien (le phénomène a commencé bien avant son élection), tandis que les banquiers centraux jouent avec le feu d’une politique monétaire suicidaire dont ils n’arrivent pas à se dépêtrer. Normal, il n’y a pas de bonne solution. Il faudra à un moment donné sacrifier quelque chose, le prix à payer douloureux de cette politique néfaste. Il ne fallait pas commencer.

    La croissance économique US et la hausse de l’emploi sont financés par la dette. Trump a fort justement baissé les taxes. MAGA ! Mais il a malencontreusement oublié de baisser les dépenses publiques en regard (pas MAGA du tout). La contradiction est manifeste au vu de la courbe des taux désormais difforme. Financer le surplus de dette implique d’attirer des capitaux. Injecter de la monnaie sans contrepartie affaiblit la monnaie. Une monnaie faible n’attire pas capitaux. Tôt ou tard, entre croissance et dette, Trump devra choisir. Il y a fort à parier qu’il choisira de sacrifier le reste du monde pour maintenir la croissance de son économie : dollar fort, bourses en chute libre, refuge des capitaux vers la dette US.

    Enfin, plus de 2 millions d’emplois ont été créés à taux de chômage et démographie relativement constants, preuve que le chômage officiellement mesuré ne reflète pas la réalité. Il existe une armée cachée de main d’œuvre disponible, inconnue des statistiques (mais pas des statisticiens).

  • Non, je ne crois pas que les conditions qu’il présente soit bonnes pour la croissance US. Il faut obliger la Chine à respecter la liberté du commerce, cesser le dumping et le protectionnisme!

  • « Enfin, plus de 2 millions d’emplois ont été créés à taux de chômage et démographie relativement constants, preuve que le chômage officiellement mesuré ne reflète pas la réalité.  »

    Oui. L’auteur de l’article ne semble pas intéressé par le réservoir de travailleurs locaux, l’amélioration de son état, de ses compétences. Il est prêt à les abandonner à leur sort.

    « Le nombre … diminue », écrit-il. Faux.

  • Il y a plusieurs choses qui me chiffonnent:
    – il y a des dizaines de millions d’américains bénéficiaire de bon de nourriture (pour un pays en plein emploi et un salaire qui augmente légèrement, je me demande comment c’est possible).
    – Ensuite, cette croissance et ce plein emploi n’est il pas la conséquence d’un creusement énorme de la dette (en plus de la baisse de charges et règlementations)?
    – Si Trump est un homme pragmatique, pourquoi se borne t-il à construire son mur, alors que tout semble croire qu’il sera inefficace?

    Ce n’est pas une critique mais juste un questionnement ^^

  • Toutes les analyses de news ou de datas (fondamentaux) sont biaisées pour coller à la direction des marchés. C’est une activité sans aucun mérite. Actuellement, je dirais que l’or en dollar a fini son cyle haussier (du 15 aout 2018 – au 31 janv 2019), donc côté USA ils ne devraient pas avoir trop de mal à continuer à jouer la pièce de théatre qui se déroule.

  • comme c’est curieux ça correspond juste au moment ou les banques centrales ont décidé de ne plus augmenter les taux d’interêts.. bref il y a des munitions pour un tour de manège boursier

  • Nos gauchistes qui prévoyaient avec délectation une chute de la croissance à cause du shutdown ce sont encore trompés! Caramba!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Chelsea Follet. Un article de Human Progress

 

Aujourd'hui marque le lancement d'une nouvelle série d'articles par HumanProgress.org intitulée "Les centres du progrès". Où le progrès se produit-il ? L'histoire de la civilisation est à bien des égards l'histoire de la ville. C'est la ville qui a contribué à créer et à définir le monde moderne. Cette chronique bi-hebdomadaire donnera un bref aperçu des centres urbains qui ont été le théâtre de progrès décisifs dans les domaines de la culture, de l'économie, de la politiqu... Poursuivre la lecture

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles