Le Canada moins compétitif face aux États-Unis

Le FMI recommandait au Canada en juin dernier de revoir sa fiscalité des entreprises. Les gouvernements canadiens vont manquer le bateau s’ils ne baissent pas le impôts. La pression compétitive américaine pourrait s’avérer fatale…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Canada moins compétitif face aux États-Unis

Publié le 9 août 2018
- A +

Par Mathieu Bédard.
Un article de l’Institut économique de Montréal

Depuis que les États-Unis ont abaissé leur impôt fédéral sur le revenu des entreprises, faisant passer leur taux combiné moyen de 39 à 26%, le Canada, dont le taux combiné moyen est à près de 27%, est beaucoup moins compétitif. Lorsque les investisseurs vont hésiter entre des projets canadiens ou des projets américains, ce dernier l’emportera plus souvent que par le passé.

Tout ça alors que l’investissement au pays est déjà morose : l’investissement des entreprises en pourcentage du PIB continue d’être un des plus bas de l’OCDE.

Le ministre des Finances Bill Morneau veut faire une annonce au sujet de la compétitivité lors du prochain énoncé économique, cet automne, mais il semble préférer des mesures ciblées pour favoriser l’investissement au lieu de baisser de cet impôt. C’est une erreur. Plusieurs fiscalistes canadiens, ainsi que plusieurs organisations internationales, recommandent plutôt d’abolir ce genre de mesures, qui sont coûteuses et entraînent toutes sortes d’effets pervers.

Bien entendu, le gouvernement fédéral n’est pas le seul concerné par la compétitivité de notre système fiscal. Le taux d’imposition provincial moyen des entreprises est d’un peu plus de 13%, alors qu’il est d’environ 6% pour les États américains. Il n’y a pas plus de grand débat à ce sujet dans les provinces. Bien qu’Ottawa et Québec aient diminué le taux de l’impôt pour les petites entreprises, et que ces taux baisseront encore l’an prochain, c’est le silence radio pour le taux général, celui qui est véritablement important pour la compétitivité.

Pourtant, le temps passe et la pression ne viendra pas seulement des États-Unis. Comme le fait remarquer Jack Mintz, l’un des plus importants fiscalistes canadiens, le taux d’imposition des entreprises en France passera de 33,33 à 25% d’ici 2022, et de 34 à 25% en Belgique sur une période similaire; le gouvernement australien a l’intention de réduire son taux de cinq points de pourcentage; et le taux suédois passera de 22 à 20,6%.

Et ce n’est probablement qu’un début. Les pays se font concurrence pour attirer les investissements et, dépendamment de la méthodologie utilisée pour les projections (certes imparfaites), le Fonds monétaire international chiffre la baisse moyenne de cet impôt d’un à trois points de pourcentage à l’échelle de la planète. Et il ne s’agit que de la première vague de réductions, puisque les gouvernements vont aussi réagir aux ajustements dans les pays voisins.

Le FMI recommandait d’ailleurs au Canada en juin dernier de revoir sa fiscalité des entreprises. Les gouvernements canadiens vont manquer le bateau s’ils ne baissent pas eux aussi ces taux d’impôts.

Une marge de manœuvre

L’OCDE faisait le même constat quant à l’importance de baisser l’impôt des entreprises, rappelait qu’il s’agit d’un impôt peu efficace, et suggérait d’appliquer le même taux aux grandes et aux petites entreprises, ce qui comporte des avantages évidents, notamment en évitant la désincitation à la croissance (nous suggérons de ne conserver que le taux des petites entreprises, plus faible).

L’OCDE a par ailleurs rappelé que «les impôts et taxes sont légèrement supérieurs au niveau nécessaire pour financer les dépenses et faire en sorte que le ratio dette/PIB reste inchangé à long terme». En somme, cela signifie que l’on dispose même d’une marge de manœuvre pour se permettre de faire diminuer les recettes de cet impôt.

Au Québec, la commission Godbout recommandait aussi d’alléger l’impôt des entreprises. Même le comité de réflexion économique du gouvernement fédéral, le Conseil consultatif en matière de croissance économique, jugeait en décembre dernier qu’une réforme du fardeau fiscal des entreprises était nécessaire.

Il est navrant que les débats économiques n’aient pas encore intégré la gravité de la situation. À Ottawa, on semble privilégier d’autres mesures et à Québec, le débat est tout simplement absent. Les baisses d’impôts américaines, combinées à la déréglementation dans plusieurs secteurs, font que le Canada est beaucoup moins compétitif qu’il ne l’était par le passé.

Alors que les experts sont unanimes, les gouvernements canadiens ont un train de retard.

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • La France ne baissera pas le sien!

    • Je pense aussi. La fiscalite est beaucoup plus favorable au Canada, notamment sur les gains en capital.
      Le probleme c’est qu’avec les reformes de Trump: energie, dereglementation, impots, on a perdu nos avantages comparatifs en l’espace de 9 mois….
      Aucune reaction du cabinet Trudeau evidemment, alors que les taxes augmente, et qu’il applique la taxe carbone 🙁
      Je commence a penser a faire mes bagages et fuir cet endroit.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Brad Polumbo.

L'adoption généralisée du bitcoin et d'autres crypto-monnaies a laissé de nombreux fonctionnaires à l'écart. Pour tenter de participer à l'action, de nombreux gouvernements ont lancé l'idée d'une "monnaie numérique de banque centrale" (CBDC), c'est-à-dire une crypto-monnaie émise par le gouvernement et utilisant la technologie blockchain. Le président Biden a demandé au gouvernement fédéral d'explorer cette idée, et de nouveaux rapports suggèrent que l'administration Biden pourrait bientôt faire avancer les efforts po... Poursuivre la lecture

Quand vient le temps d'afficher sa vertu, la Californie crie toujours présent. Malheureusement, ladite vertu est presque toujours un mal net, particulièrement pour les plus pauvres que le gouvernement (surtout démocrate) prétend avoir à cœur.

La dernière trouvaille : bannir les voitures à essence d’ici 2035. Dès 2026, 35 % des nouveaux véhicules devront être « zéro émission », même si chacun sait qu’une telle énormité serait qualifiée de pants on fire si les fact-checker étaient sérieux. On accorde toutefois une grâce en autorisant les... Poursuivre la lecture

Par Emma Camp.

Mercredi, la Foundation for Individual Rights and Expression (FIRE) a publié son classement annuel des universités en matière de liberté d'expression. Ce classement est issu d'une enquête menée auprès de près de 45 000 collégiens dans plus de 200 universités aux États-Unis. L'enquête est menée depuis 2020 et permet de recueillir un large éventail d'informations sur le climat politique du campus dans un éventail d'universités.

Reason Sean Stevens, chercheur principal de FIRE explique :

"Les écoles dont l'adm... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles