Glyphosate : le Journal de 20 h de France 2 et ses choix regrettables d’illustrations

Pommier by Phil(CC BY-NC-ND 2.0) — Phil, CC-BY

Les images illustrant un reportage sur le glyphosate montrent qu’à France 2 il n’y a personne qui ait des connaissances élémentaires en science et en agriculture.

Par Wackes Seppi.

Un reportage sur le glyphosate au Journal de 20h montre de curieuses illustrations.

Le verger de pommiers arrosé de glyphosate

Que nous montre-t-on pour illustrer le recours au glyphosate ? Un traitement de verger de pommiers avec un produit inconnu !

Serait-ce un vilain pesticide de synthèse ? Un gentil pesticide « naturel » autorisé et déployé en agriculture biologique, à tout hasard de l’azadirachtine toxique pour la reproduction, susceptible de nuire au fœtus, très toxique pour les organismes aquatiques, etc. ?

Ou encore un ultra-gentil (là ce n’est pas de l’ironie) produit de biocontrôle comme la carpovirusine, laquelle nous permet d’évoquer des maintenant anciens « commentaires [qui] sont une pure trahison et d’une malhonnêteté intellectuelle peu courante » fondés sur une visite de l’exploitation de M. Daniel Sauvaitre et proférés par une tordeuse de vérité.

Capture d’écran
Capture d’écran
Capture d’écran

Ces images, suivies par celle de trois pommes semble-t-il mouillées (alors que les feuilles en arrière plan semblent sèchent) sont aussi l’expression d’une « pure trahison et d’une malhonnêteté peu courante » – et pas seulement le reflet d’une déconnexion totale des réalités de l’agriculture.

Ce traitement ne peut pas être fait avec du glyphosate… qui détruirait la récolte et endommagerait sévèrement les arbres. Mais il y a pire dans le bidonnage : le traitement qui nous est montré a manifestement lieu à une époque où les fruits ne sont pas encore formés !

S’informer pour comprendre de quoi il s’agit

De la même manière, la séquence dont est tirée l’image ci-dessous ne porte pas sur un désherbage au Roundup.

Prise dans son ensemble, la séquence est informative et équilibrée. Les dérapages dans l’utilisation d’images d’archive n’en est que plus regrettable. N’y a-t-il plus personne à France 2 avec des connaissances élémentaires en science et en agriculture ?



Sur le web