Le krach du bitcoin est anecdotique

Bitcoin a chuté de plus de 80%. Pourtant ce krach doit être remis en perspective. Il n’est pas plus grave que celui des « dot.com », qui n’a pas empêché Amazon de survivre.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Piggy bank with silver Bitcoin By: Marco Verch - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le krach du bitcoin est anecdotique

Publié le 21 décembre 2018
- A +

Par Damien Theillier.

Jamie Dimon, le PDG de JP Morgan Chase, avait affirmé au sujet de Bitcoin :

« Si vous êtes assez stupide pour en acheter, vous le regretterez un jour ».

Étant donné que sa société est une grande banque multinationale, dépendante du dollar et impliquée dans la crise financière de 2008, ses propos ont été reçus avec un certain scepticisme.

Mais Peter Schiff, un investisseur célèbre pour avoir prédit la crise hypothécaire de 2008, demeure pessimiste au sujet du Bitcoin. Même s’il pense que la technologie de la blockchain est fiable, il doute que Bitcoin reste le leader des cryptomonnaies. De son point de vue, le bitcoin n’est populaire que parce qu’il a été le premier mais rien n’empêche qu’une autre devise prenne le relais.

Or depuis son plus haut historique de décembre 2017, le bitcoin a chuté de plus de 80% pour s’établir entre 3 000 dollars et 4000 dollars. Les media grand public s’écrient une nouvelle fois que « le bitcoin est mort ! » et sur les réseaux sociaux on discute de la fin d’un « montage à la Ponzi ».

Bien que cette volatilité des prix soit difficile à vivre sur le plan émotionnel, prenez du recul et évaluez l’état actuel du marché par rapport à son passé. Le bitcoin s’est crashé à plusieurs reprises au cours des dernières années.

Le site web howmuch.net a répertorié chacune des corrections du bitcoin par date d’occurrence. Il a établi également le pourcentage de perte de valeur et la durée de la correction en nombre de jours :

  1. 12 janvier 2012 – 27 janvier 2012, -30 %, 16 jours
  2. 17 août 2012 – 19 août 2012, -57 %, 3 jours
  3. 6 mars 2013 – 7 mars 2013, -33 %. 2 jours
  4. 21 mars 2013 – 23 mars 2013, -35 %, 3 jours
  5. 10 avril 2013 – 12 avril 2013, -83 %, 3 jours
  6. 19 novembre 2013 – 19 novembre 2013, -50 %, 1 jour
  7. 30 novembre 2013 – 14 janvier 2015, -87 %, 411 jours
  8. 10 mars 2017 – 25 mars 2017, -34 %, 16 jours
  9. 25 mai 2017 – 27 mai 2017, -33 %, 3 jours
  10. 12 juin 2017 – 16 juillet 2017, -39 %, 35 jours
  11. 2 septembre 2017 – 15 septembre 2017, -40 %, 14 jours
  12. 8 novembre 2017 – 12 novembre 2017, -30 %, 5 jours
  13. 17 décembre 2017 – ????, -82 %, ???? jours

On le voit, cette dernière correction du prix du Bitcoin n’a rien d’exceptionnel. L’histoire montre que le bitcoin a subi des pertes beaucoup plus rapides au cours d’une période plus courte lors de son histoire. Pourtant cela n’a pas découragé les investisseurs.

Retour sur la bulle Internet des années 1990

Il est également intéressant de faire une comparaison entre le marché baissier actuel des cryptomonnaies et la bulle Internet (dot.com bubble) des années 1990.

À l’époque, beaucoup de start-up dans le domaine des nouvelles technologies étaient surévaluées, avec des business models peu durables. On a compté que 210 dot.com avaient fait faillite.

Il en va de même dans ce jeune marché des cryptomonnaies. On a vu des ICO mal préparées, sans réel projet, sans véritable utilité, quand il ne s’agissait pas tout simplement d’arnaques.

Déjà, lors de la bulle Internet, les régulateurs avaient menacé de répression. Or il semble que les craintes d’une forte tension réglementaire soient à l’origine du krach du bitcoin, fin 2017. Un an après, les menaces proférées par les gouvernements américain, sud-coréen et chinois ne se sont pas vraiment concrétisées.

Au cours de la bulle Internet, à la fin de 1999, le prix de l’action Amazon a culminé autour de 90 dollars. Presque deux ans plus tard, au creux de la vague, on pouvait acheter Amazon à 6 dollars par action. Il a fallu attendre fin 2007 pour qu’Amazon dépasse à nouveau les sommets atteints en 1999.

Mais tout ceci est de l’histoire ancienne et les rescapés de la bulle sont devenus des géants, parmi lesquels Google, Yahoo, eBay et Amazon. De même les sites web Myspace, LinkedIn et Facebook ont tous émergé dans la période 2002-2004, alors que l’Internet renaissait enfin de ses cendres. Et si l’on regarde le cours d’Amazon jusqu’à ce jour, toute ces turbulences sont à peine visibles. Il est donc probable que certaines cryptomonnaies auront dans quelques années un graphique similaire.

Les fondamentaux du bitcoin sont solides

Lorsqu’un nouveau secteur émerge, il est normal que le prix connaisse de telles fluctuations. Mais les fondamentaux du bitcoin n’ont pas changé.

Tout d’abord, son invention est une réponse à l’inflation et aux échecs des monnaies fiduciaires. En effet le bitcoin n’est pas un actif traditionnel, c’est une monnaie décentralisée.

Cela signifie qu’elle ne peut pas être exploitée par le pouvoir à des fins de spoliation. Sa valeur est déterminée par le consensus de l’ensemble du marché, et non par un « planificateur central ». Il n’y a donc pas de risque d’inflation imprévisible puisque la planification financière ne dicte ni sa valeur, ni son volume.

Par ailleurs, c’est une monnaie libre : vous pouvez choisir de l’utiliser ou pas.

Contrairement aux monnaies fiduciaires, il n’y a pas de pénalité si vous décidez de ne pas l’utiliser. Contrairement aux comptes bancaires classiques, vous seul avez accès à vos bitcoins.

Pour toutes ces raisons les fondamentaux sous-jacents de la blockchain Bitcoin décentralisée sont en pleine croissance, malgré la baisse du prix actuel. 

Cinq données qui plaident en faveur de solides fondamentaux

 

  1. Le nombre d’utilisateurs de wallets Bitcoin continue d’augmenter de façon spectaculaire au cours des deux dernières années et dépasse les 31 millions
  2. Le coût par transaction continue de diminuer jusqu’à ce jour ;
  3. Les transactions ne cessent de se multiplier ;
  4. Sur une échelle linéaire, la puissance de calcul allouée a approximativement quadruplé au cours de la dernière année ;
  5. Il y a également eu une augmentation de 98 % du nombre de nœuds du réseau Bitcoin au cours des deux dernières années, selon Bitnodes.

Lorsqu’on replace les choses dans leur contexte, il semble que beaucoup des craintes suscitées par ce dernier krach de Bitcoin soient sans fondement et que le marché soit capable de se remettre d’un krach plus brutal encore.

Le prix n’est qu’une mesure de la valeur d’un actif. Bien qu’il soit important, ce n’est pas une mesure suffisante de sa valeur future.

Pour plus d’informations, c’est ici.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Merci pour l’article, mais il me semble que je l’ai lu sur investing il y a qq mois déja ?
    sinon vous auriez du insister sur la comparaison actuel avec le dollar ….ou la monnaie est crée ex nihilo depuis 2008 par la FED avec le déversement ( avec le Fameux QE ) de 50 à 100 mds $ par mois, la masse monétaire n’à jamais été aussi grosse …. le bitcoin est A TOUT JAMAIS bloqué sur 21 Millions de BTC en circulation ! Le BTC est aussi un façon de se protégé de la justice américaine, qui avec son extraterritorialité peu poursuivre une société étrangère qui utilise le $ comme moyen de paiement avec un pays subissant un embargo des US ( la Société Générale et Total en ont fait les frais, AIRBUS est dans le collimateur ) … c’est NIXON qui avait dit « le $ est notre monnaie, mais c’est votre problème. » !

    • @ ligo83
      Oui, vous dites l’essentiel et le point important est la limitation intrinsèque du bitcoin en nombre d’unités, contrairement à toute autre monnaie (or excepté). Cette limite quantitative offre donc la liberté à chaque unité de ne voguer qu’au gré du « marché » et de rien d’autre. C’est un gros avantage mais aussi un risque: nous aurons encore besoin des monnaies fiduciaires habituelles encore un bon moment!
      Avec la chute du cours (vs l’€ par exemple), les pessimistes chercheront à quitter le système, les optimistes achèteront! Peu d’autres monnaies ont cette « liberté »!

  • Article très intéressant . Merci

  • Je ne comprends pas comment on peut comparer le krash du Bitcoin et celui des dot.com .
    D’un coté on a des entreprises qui sont potentiellement génératrices de profit important (alors certes les opérateurs ont été bien trop optimistes pendant un moment) et de l’autre une monnaie. Et bien que celle-ci aspire à être une monnaie d’échange réelle, elle ne génèrera jamais de profit en soi.
    Je ne m’aventurerais pas à donner des prévision sur l’éventuelle fluctuation du cours du Bitcoin en dollar ou en Euros mais cette comparaison avec le krash des dot.com est un non-sens.

    • @ pady
      Il est comique de prétendre que le bitcoin, qui génère et générera forcément des échanges (de bitcoins contre une monnaie banale, dans un premier temps), ne créera aucun profit. Demandez aux premiers clients de bitcoins, si ils n’ont rien gagné!

  • la speculation c’est simple
    1) valoriser quel que chose avec des gains irrésistibles
    2) entraîner le tout a la hausse pour attirer ceux qui pensent pouvoir s’enrichir
    3) vendre au plus haut
    4) racheter au plus bas
    et hop , le pigeon est plumé

  • @nanard on en reparlera après le relèvement des taux par la fed…du même acabit dans dollar il y a doll…

  • « Sa valeur est déterminée par le consensus de l’ensemble du marché, et non par un « planificateur central. » Je suis d’accord, mais avec une petite nuance tout de même: actuellement, ce sont les Chinois qui font la pluie et le beau temps sur le Bitcoin .

  • Le bitcoin est un système hautement spéculatif, il n’a aucune garantie de valeur ! ce n’est pas une monnaie, c’est un produit de boursicoteur . . .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Kristoffer Mousten Hansen et Karras Lambert.

 

Les amateurs de crypto-monnaies apprécient généralement beaucoup l'école autrichienne d'économie. C'est compréhensible puisque les économistes autrichiens ont toujours défendu les mérites de la monnaie produite par le secteur privé et échappant au contrôle de l'État.

Malheureusement, une compréhension erronée du développement et des fonctions de la monnaie est apparue et devenue de plus en plus dominante chez au moins certains partisans du bitcoin - un récit qui est ... Poursuivre la lecture

Vinted, Leboncoin, eBay, Airbnb… vous avez pris l’habitude de vendre ou même louer sur ces sites d’intermédiation ? Cette année, les montants de vos transactions apparaissent sur votre déclaration de revenus pré-remplie.

C’est le fruit de la réglementation qui depuis 2020 oblige ces plateformes de mise en correspondance de communiquer à l’administration française l'identité des personnes cumulant plus de 3000 euros annuels de ventes ou effectuant plus de 200 ventes annuelles. Pour les locations meublées, le plafond est fixé à 365 euros... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Article disponible en podcast ici.

On dit qu’une blockchain est sûre, que personne ne peut voler vos cryptos sur blockchain. Alors pourquoi les personnes de Celsius ont perdu leur argent ? Pourquoi les personnes de Voyager ont perdu leur argent ? Pourquoi les utilisateurs de Slope ont perdu leur argent ? Pourquoi les utilisateurs de Terra ont perdu leur argent ?

Depuis quelques semaines, les failles et les faillites se succèdent et les victimes se comptent en nombre. Une blockchain est sûre à condition de bien s’en servir !

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles