L’assassinat du bitcoin

Les banques centrales cherchent à capitaliser sur la popularité des cryptomonnaies afin d’avancer vers leurs propres objectifs.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
"Crime Scene Do Not Cross" tape By: Tex Texin - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’assassinat du bitcoin

Publié le 14 décembre 2018
- A +

Par Dan Denning.

Le bitcoin a-t-il été assassiné par les autorités financières internationales ? C’est selon moi une explication plausible de l’écroulement récent des cryptomonnaies.

Pourquoi les autorités financières voudraient-elles éliminer le bitcoin ?

Les cryptomonnaies ont apporté la preuve qu’il existe un appétit du grand public non seulement pour un système de paiement électronique, mais aussi pour des actifs numériques. Les banquiers centraux et les élites financières ont compris que le bitcoin pourrait se mettre en travers du chemin du nouvel ordre financier mondial qu’ils cherchent à nous imposer.

Leur objectif est d’obtenir le contrôle politique total sur la vie et les choix des milliards d’individus qui peuplent cette planète, au travers d’un nouveau système monétaire entièrement virtuel et totalement centralisé. Ils avancent leurs pions en ce moment même pour établir ce nouvel ordre financier.

Le premier coup de poignard d’une attaque coordonnée porté par la Banque d’Angleterre

Une attaque coordonnée contre les cryptomonnaies s’est déroulée entre le 13 et le 15 novembre. En l’espace de seulement trois jours, le bitcoin a enfoncé brutalement son niveau de support majeur à 6 630 dollars, pour ensuite s’effondrer jusqu’à 5 508 dollars où il s’est brièvement stabilisé, avant de reprendre sa descente aux enfers.

Que s’est-il passé ? Et à quoi faut-il s’attendre par la suite ?

Le premier coup contre le bitcoin a été asséné par la Banque centrale anglaise au travers de son blog, Bank Underground. D’après l’article publié par John Lewis, qui travaille au sein du club de recherche économique de la Banque d’Angleterre, le bitcoin souffre de sept défauts structurels qui lui seront fatals.

Parmi ces défauts structurels, le chercheur pointe du doigt le fait que 97 % des bitcoins sont détenus par moins de 4 % des utilisateurs, limitant la liquidité du bitcoin et donc sa viabilité en tant que système de paiement.

En voici un autre : Bitcoin ne peut gérer que sept transactions à la seconde, quand Visa est capable d’en gérer 24 000 par seconde.

Et un dernier : les innovateurs qui construisent des solutions sur les fondations posées par la technologie Bitcoin vont, par définition, permettre de l’améliorer et à terme de le remplacer. L’obsolescence du bitcoin et un jour sa destruction pure et simple est donc la conséquence inévitable de son propre succès.

Le FMI plaide pour la création d’une nouvelle monnaie numérique

Christine Lagarde, présidente du FMI, a déclaré le 14 novembre dernier à Singapour que les banques centrales devraient créer leurs propres monnaies numériques et jouer un rôle majeur dans le fonctionnement des systèmes de paiements internationaux, y compris en ce qui concerne le règlement des transactions. Elle souhaite qu’un tel système soit conçu dans le cadre de partenariats public/privé entre les banques commerciales et les banques centrales.

Cependant, l’élément important à retenir est que Christine Lagarde a exprimé publiquement l’idée que les banques centrales, et non le secteur privé, devraient créer et gérer elles-mêmes des monnaies numériques. Le contrôle n’est possible que dans le cadre d’un système centralisé. La décentralisation nous en protège.

Le bitcoin est un monstre à combattre, selon Benoît Cœuré

Le bitcoin était une idée ingénieuse, mais ce n’était pas pour autant une bonne idée de le créer. Pire que cela, il s’agit d’un “monstre” engendré par la crise financière de 2009. C’est ce que pense Benoît Cœuré, membre du comité exécutif de la Banque centrale européenne.

Benoît Cœuré a cité les propos d’Agustín Carstens, directeur de la Banque des règlements internationaux, qui décrit le bitcoin comme étant « la combinaison d’une bulle, d’une chaine de Ponzi, et d’un désastre environnemental ».

Dans son discours, Benoît Cœuré a également appelé à mener des recherches plus avancées concernant le sujet de la création d’une monnaie numérique émise par les banques centrales, tout en admettant qu’il faudrait au minimum 10 ans avant de réaliser un tel projet.

Pourquoi avoir mené une telle attaque coordonnée contre le bitcoin à ce moment précis ? Parce qu’il représente une menace pour les autorités ? Parce qu’il est particulièrement vulnérable à une perte de confiance du grand public ? Ou parce qu’il s’agissait d’une opportunité parfaite ?

Chacune de ces réponses contient une part de vérité, mais plus particulièrement la troisième. Il est exact de dire que le bitcoin a été conçu comme une réponse à la crise financière de 2009 ; il s’agit d’une réponse parfaitement rationnelle à un système géré par des élites financières qui vous empêchent de disposer librement de votre argent, qui détruisent par l’inflation le pouvoir d’achat de votre épargne, et créent un enchaînement de bulles suivies de krachs qui déstabilisent en profondeur la société ainsi que nos systèmes politiques et économiques.

Qui n’aurait pas envie d’avoir la liberté de retirer son argent d’un tel système ?

L’idée que les cryptomonnaies pourraient permettre de créer un système de paiement et une classe d’actifs entièrement décentralisés et garantis par la blockchain ressemble à une utopie libertarienne, un paradis pour tous ceux qui croient en la nécessité de restaurer une monnaie saine et honnête.

Tout système décentralisé est une menace pour les étatistes

Le problème, c’est qu’à la minute où un tel système décentralisé devient une menace sérieuse pour le système monétaire contrôlé par les banques centrales, il est inévitable que les États souverains et les banques centrales fassent tout ce qui est en leur pouvoir pour le détruire. C’est exactement ce à quoi nous avons commencé à assister.

Le bitcoin est-il vulnérable à une perte de confiance du grand public ? Une très large part de la population ne comprend toujours pas ce qu’est le bitcoin. L’intérêt qu’il a suscité l’année dernière était purement spéculatif.

Les gens ne se sont pas intéressés au bitcoin en tant que nouvelle technologie disruptive, ou en tant que système de paiement alternatif. Ils essayaient simplement de gagner de l’argent rapidement et sans effort. Soit dit en passant, pour réaliser une plus-value de cette façon, cela implique à terme de revendre vos bitcoins contre une monnaie fiduciaire telle que le dollar, l’euro, le yen ou la livre.

Il ne reste que la dernière hypothèse. L’attaque contre les cryptomonnaies décentralisées est intervenue à un moment où la tendance du marché était déjà à la baisse. Elle intervient également au moment précis où les banques centrales sont prêtes à défendre l’idée de la création d’une monnaie numérique officielle. Les banques centrales cherchent à capitaliser sur la popularité des cryptomonnaies afin d’avancer vers leurs propres objectifs.

Pour plus d’informations, c’est ici

 

Voir les commentaires (27)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (27)
  • Le BTC restera le Roi des cryptos. Mais il y a en ce moment des manipulations. Les USA ont certainement une grande responsabilité dans l’histoire. Mais l’avenir sera Asiatique. La Corée et le Japon passeront aux cryptos officiellement. Dans les salaires et les ATM. Je crois qu’ils veulent éviter une hémorragie des capitaux vers les cryptos. Mais faisant baisser les prix de celles ci c’est encore plus attractif !

    • « Le BTC restera le Roi des cryptos » : affirmation gratuite qui tient de la religion. Tant que Bitcoin n’aura aucune gouvernance intégrée, il pourra être détrôné.

  • Le coût de minage du BTC et de l’ETH est devenu plus important que le cours sur le marché. Il est très avantageux en ce moment de vendre à 10 puis d’acheter à 9. Le nombre d’utilisateurs monte sans faillir. Mon avis est que c’est au contraire le moment idéal pour devenir millionnaire !
    J’ai la foi, je suis un believer. HODL. 2019 sera extraordinaire pour les cryptos !

  • Normal ! Dans un premier temps les gogos se jettent dessus alléchés par des gains potentiels irréalistes. Puis quand le fruit est mur ceux qui avaient acheté au début (et qui se doutaient bien que cela finirait de cette façon) réalisent leurs gains et cette profusion de vendeurs effondre le prix de marché. C’est très similaire à une pyramide de Ponzi. Il faut être dans les premiers acheteurs et il faut fuir avant l’écroulement.

    • La caractéristique d’une authentique pyramide de Ponzi, c’est qu’elle vous promet des retours irréalistes (exemples bien connus ici : la Sécurité sociale, les retraites…). Bitcoin et les cryptomonnaies, *en elles-mêmes* (je ne parle pas des *acteurs* qui gravitent autour), ne promettent pas de retour irréaliste. Les crypto ne promettent qu’une monnaie et un système de paiement décentralisés. Leur valeur est là, peu importe qu’elle se traduise en un cours faible ou élevé exprimé en monnaie fiduciaire.

  • Bizarre cet article ! On parle d’attaque verbale mais c’est pas la première fois. La relation de cause à effet ne me saute pas aux yeux.

  • Bof, on peut toujours voir des complots partout, mais en l’occurence il n’était pas très secret puisque les banques centrales ont toujours indiqué officiellement et publiquement qu’elles considèraient le bitcoin comme extrêmement spéculatif et déconseillaient aux particuliers de prendre des positions.
    Par ailleurs, les arguments de la Banque d’Angleterre, repris ici, sont plutot justes.

    L’effondrement actuel du Bitcoin marque tout simplement l’éclatement de la bulle. Si le produit est sain, il reprendra sa m

  • Quand une innovation disruptive arrive l’humain la rejette toujours. Comme le train. C’était dangereux inutile etc… après les 2 premières phases il y a la 3 eme: la chose devient indispensable. Les banques centrales et les Etats savent que c’est la monnaie de demain. La bourse de NY à officiellement autorisé le BTC dés début 2019. Ce qui ce passe aujourd’hui en douce est un changement de répartition du BTC. Les baleines (usa? Cia?) rendent le produit populaire et bon marché. Certains spéculateurs qui voient justes et loin savent que le BTC dépassera allègrement son cout de minage. C’est obligatoire ne serait-ce que pour l’aspect historique de la chose. 21 millions à partager en plusieurs milliards d’individus. Un seul BTC vaut bien 500000€ si on y pense…

  • Btc est mort pas le bitcoin

  • depuis law , il y a toujours eu des charlataneries sur la monnaie
    çà continue.. tout est normal , on piège les gens qui cherchent a s’enrichir , puis on tire l’échelle , gros classique des pièges a gogos

    • @ claude henry de chasne
      Ben non! Le Bitcoin est complètement inédit, apatride, virtuel et garanti par la block chain et sa quantité limitée: il n’est pas certain du tout qu’une banque centrale (nationale? continentale? mondiale?) puisse un jour offrir toutes ces caractéristiques, même dans 10 ans, sans arnaquer les propriétaires actuels, en rachetant tous les bitcoins sans en faire monter le prix, ce qui serait contradictoire.

      • Quantité limitée ? N’importe qui peut créer une monnaie similaire concurrente !

        • Argument débile. Une monnaie est un moyen d’échange. Pour réaliser un échange, il faut être deux, et que les deux acceptent le moyen de paiement. Vous pouvez créer autant de monnaies que vous voulez rien ne garantit qu’elle sera acceptée par l’autre partie comme moyen de paiement^^. Gardez votre monnaie de singe.

      • cela a t il empêché de plumer les gogos?

  • @chdc, non, je pense que vous n’avez jamais essayer de miner chez vous avec votre ordinateur. Perso c’est une histoire de foi. Je ne crois plus à la monnaie de singe et je veux être propriétaire de mon argent. Ça associé avec la beauté de la cryptomonnaie ! C’est une invention libérale n’espérons pas que les socialistes y adhèrent. Voilà 😉
    Le Bitcoin était le 1er et il est largement dépassé techniquement parlant par ETH ou ADA. Nous passons à la blockchain d’une façon universelle. L’individu lui même sera une blockchain à la naissance. C’est obligatoire.
    Flippant, mais on y va.

  • @D.F, oui, je le dis non ?
    J’ai la foi. Et les milliards des cryptos qui sont tradés chaque jour sont indexées sur le BTC. Non ?
    Le BTC tombe, les autres aussi. Il suffit donc aux autres d’acheter du BTC pour augmenter leur valeur 😉

  • Le BTC était du bitcoin, le lightning network n’est pas du peer to peer mais un réseau mesh donc centralisable et peu libéral pour le coup…

  • Pourquoi maintenant?
    Parce qu’il y a sans doute une prise de conscience de l’effondrement imminent du système monétaire international, constitué essentiellement de fausse monnaie conséquence lointaine de l’abandon de l’étalon-or facilitant la boulimie des états-pillards. Les tentatives de monnaie de réserve alternative au dollar ayant été durement réprimées y compris par l’assassinat (Mattei, Halfon, Margerie, DSK, …), on se doute bien qu’on ne va pas laisser quelques canots de sauvetage cryptologiques récupérer la confiance de tous les possédants de la planète. Il suffit de les couler après s’être approprié leur procédé dûment falsifié pour surveiller les transactions. Reste à savoir si l’astucieuse sphère internet saura se défendre pour imposer une monnaie incorruptible immunisée contre les malversations étatiques .

  • Le btc avec le lightîng network est une bulle économiquement non fiable car la confiance va s’effondrer avec l’adoption massive. Là où le gouvernement voit dématérialisation de la monnaie tout en gardant la main mise sur l’émission de la monnaie, le libéral voit le bitcoin comme un système économique incitatif, transparent et pseudo-anonyme. Ce sont ces derniers point qui a fait le succès initial du bitcoin comme monnaie de confiance, ce n’est pas la blockchain en elle même.

  • Le cours a toujours raison, et aucun mouvement ne se produit sans sa création technique en amont. vous voyez une manipulation et des attaques ? lol, je vois deux top espacés de 4 ans avec une précision d’une semaine. ( si je me souviens, je ne le trade pas). et le prochain bottom arrivera dans le tf qui l’a décidé il y a des mois ou des années.

  • L’analyse technique c’est bien beau mais le cours n’est que le reflet de comportement humain. C’est très bien au mieux pour shorter mais pour le reste c’est de la pure divination. L’explication a posteriori est forcément toujours la meilleure.

  • @chdc : quitte à ce que la monnaie soit dématérialisée, autant qu’elle soit saine…
    https://coin24.fr/bitcoin/white-paper/
    C’est ça qui a fait de bitcoin un succès, pas un effet de mode éphémère basé sur des bulles spéculatives, même si la spéculation en soit n’est pas mauvaise, si le jeu n’est pas truqué dès le départ.
    Tout miser sur btc serait à mon avis une erreur, car lorsque la bulle explosera pour des raisons techniques parfois prises par pur esprit de contradiction par certains développeurs dont l’ego a été écorné, on aboutit à de la merde en barre. Quand la bulle explosera toute la philosophie sous-jacente sera attribué à des ultra libéraux qui voulaient voler l’argent des honnêtes gens..,

  • « C’est exactement ce à quoi nous avons commencé à assister. »

    La bataille des états contre les cryptos ne date pas du mois dernier. Le refus du statut de monnaie étant probablement la principale et la plus efficace du fait des conséquences fiscales induites.

    Le meilleur moyen de se battre est d’utiliser au maximum les cryptos, de ne faire que du change fiduciaire vers crypto et jamais crypto vers fiduciaire.

  • le bitcoin n’est pas une monnaie, c’est un moyen effréné de spéculation.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Article disponible en podcast ici.

On dit qu’une blockchain est sûre, que personne ne peut voler vos cryptos sur blockchain. Alors pourquoi les personnes de Celsius ont perdu leur argent ? Pourquoi les personnes de Voyager ont perdu leur argent ? Pourquoi les utilisateurs de Slope ont perdu leur argent ? Pourquoi les utilisateurs de Terra ont perdu leur argent ?

Depuis quelques semaines, les failles et les faillites se succèdent et les victimes se comptent en nombre. Une blockchain est sûre à condition de bien s’en servir !

... Poursuivre la lecture

L’inflation est là, et prête à durer si rien n’est fait pour la contrer. Dans le même temps, l’action correctrice des Banques centrales ne doit pas engendrer ce que l’économiste Friedrich Hayek appelle une dépression secondaire, c’est-à-dire un second choc négatif à la crise présente, engendrant ainsi un processus cumulatif.

 

Les constats sur l'inflation

Posons un constat : l’inflation est monétaire principalement, c’est-à-dire qu’elle résulte d’un excès de création monétaire par rapport à la demande de monnaie, en même te... Poursuivre la lecture

Elle est revenue. Avec une vengeance.

L'inflation est remontée à des niveaux inconnus depuis quarante ans un peu partout dans le monde. À plus de 9 % en rythme annuel en juin au Royaume-Uni et aux États-Unis, presque 8 % en Allemagne. En France, elle ne dépasse pas encore 6 %, au plus haut depuis quand même trente-sept ans, mais sa dynamique peut la porter vers 10 % d’ici la fin de l’année.

 

Inflation : le rôle marginal de la guerre en Ukraine

Quelles sont les causes, et donc sans doute les responsabilités de cette... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles