L’allocution de Macron vue de Suisse

Certains accusaient Macron d’être un Hollande bis… On peut difficilement leur donner tort aujourd’hui.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Emmanuel Macron by #G7Charevoix (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’allocution de Macron vue de Suisse

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 14 décembre 2018
- A +

Par Frédéric Duval, depuis la Suisse.

Comme beaucoup de Français, j’étais devant mon écran à 20 h lundi soir pour écouter le président de la République répondre aux manifestations populaires des Gilets Jaunes.

Macron a parlé avec un ton empathique et ferme.

J’ai pensé qu’il s’adressait aux Français comme on parle à une classe d’élèves chahuteurs.

Cependant, je ne vais pas m’attarder sur la forme. Les politiciens passent leur temps à soigner leur apparence et à travailler leur charisme.

Macron est sans aucun doute un bon orateur.

Mais ça ne l’intéresse pas quand il s’agit de réformer l’État.

C’est là que le bât blesse : son discours est plus un exercice de style pour préserver la paix sociale qu’un projet de réforme profonde pour sauver un pays à la dérive.

L’État d’urgence économique et sociale

C’est la première annonce : nous passons en « urgence économique et sociale ».

Certains accusaient Macron d’être un Hollande bis… On peut difficilement leur donner tort aujourd’hui.

Décréter cet état d’urgence ne sert strictement à rien. Nous ne sommes pas davantage dans l’urgence qu’il y a quatre ans : la France doit se réformer depuis un moment !

Décréter des mesures ineptes aux noms ronflants pour se donner l’air grave ne marche qu’avec les crédules.

La liste du Père Noël

Passons en revue les cadeaux de notre Jupiter Noël en cette fin d’année 2018 :

  • Suppression de la taxe carbone (ça on le savait déjà)
  • Augmentation du SMIC de 100 euros
  • Défiscalisation des heures supplémentaires
  • Défiscalisation des primes de fin d’année
  • Annulation de la hausse de la CSG
  • Mettre fin aux évasions fiscales des grandes entreprises, Amazon en tête

Une chose me choque : l’appareil d’État ne fait AUCUN effort !

Il va certes percevoir moins d’entrées fiscales, surtout en annulant les hausses prévues ou en revenant de quelques années sur des taxes nouvellement créées, mais il ne dit pas où il va couper pour compenser le manque à gagner.

En gros, ce n’est pas une réforme : c’est du maquillage superficiel pour acheter l’ordre public.

La perte de rentrée fiscale sera compensée par un déficit public supplémentaire.

L’Union Européenne s’interroge déjà sur le dépassement budgétaire de la France.

Cette dernière suivra-t-elle l’Italie dans le clan des mauvais élèves ?

Le casse-tête de l’exil fiscal

Le problème de l’exil fiscal revient sans arrêt. Ce n’est pas nouveau. C’est un problème complexe et, à moins de fermer les frontières et de construire des murs hérissés de pics, on n’aura jamais de solution parfaite à ce problème.

Les solutions « d’harmonisation fiscale » européenne ou mondiale me font doucement rigoler : autant demander la création d’un État mondial.

Ça ne se fera pas… bien heureusement.

Ce qu’on peut faire c’est avoir une fiscalité simple et égalitaire plutôt qu’un monstrueux labyrinthe administratif dont les puissants peuvent en exploiter les failles.

Mais là aussi c’est le cul-de-sac… malheureusement.

Au final, la seule mesure proposée par Emmanuel Macron pour renflouer les caisses de l’État est de poursuivre les multinationales qui jouent avec les règles.

Soyons réaliste : c’est une déclaration d’intention, rien de plus ! On a de la peine à voir ce qu’il y a de nouveau dans ce dossier qui revient perpétuellement sur la table depuis des décennies.

C’est d’autant plus comique quand UNE heure avant son allocution, le Sénat votait pour abaisser « l’exit taxe ».

Dans les faits, il n’y aura strictement rien à attendre de ce côté-là.

Nouvelle augmentation des dépenses

Macron cache que nous avons ici des propositions qui alourdiront le budget de l’État de 8 à 10 milliards.

Alors que c’est précisément un des principaux problèmes de la France comme je l’avais présenté précédemment.

Son équipe s’est mise en marche… pour ne rien changer.

On lance un os au peuple pour qu’il arrête de manifester.

Mais il est hors de question de baisser les dépenses somptuaires de l’État.

Réforme institutionnelle ? Que nenni !

Dans son discours, il y a quelques mots sur le problème de la centralisation du pouvoir. Je dois dire que j’étais content de l’entendre.

Mais là encore… aucune solution annoncée !

Alors que les Gilets jaunes insistent pour créer un referendum d’initiative citoyenne (RIC), le sommet de la nation n’a pas daigné réagir.

C’est bien simple : le gouvernement n’a pas la capacité de faire quoi que ce soit de décisif. Il est pris dans une structure rigide et il ne jouera que sur la minuscule marge de manoeuvre qui ne froissera personne.

Cette fois, c’est certain.

L’homme providentiel qui réformera la France n’est pas Emmanuel Macron.

Voir les commentaires (43)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (43)
  • Et Macron lui même a du arriver a la même conclusion depuis un moment déjà , ne le disons nous pas très très intelligent…comme son predecesseur ?
    Bah , il ne lui reste plus qu’a préparer sa retraite dorée en remerciant ses sponsors et quitter la scène.

    • C’est dans les mesures décidées que l’on reconnaît l’intelligence! Car cela nécessite une analyse correcte de la situation et trouver ce qui cloche.
      Tous deux en sont incapables, donc pas intelligents!

    • Je ne me lasse jamais de le redire: le plan retraite de macaron, c’est la couronne du saint empire européen. Ou au moins une baronnie.
      Et continuera de bosser dans ce sens. Antipathique, sûr, mais pas feignant.

  • vue de Suisse ou de France on voit bien la même chose !

  • « Les solutions « d’harmonisation fiscale » européenne ou mondiale »…
    Macron peut commencer le travail, en alignant la fiscalité française sur la fiscalité allemande, suisse, britannique ou irlandaise…

    • Ouais mais il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs..il fait commencer par les dépenses ,plus de marges d’emprunt pour baisser les impots

    • Il urge en effet de réduire ou supprimer durablement les prélèvements qui dissuadent d’entreprendre, d’investir ou de prendre des risques: ISF, double imposition des dividendes et plus-values, progressivité délirante de l’IR, rapacité des « droits » de succession …
      Ceci présente deux difficultés majeures:
      1- le dépassement immédiat des 3% de déficit budgétaire qui oblige à convaincre les microcéphales de Bruxelles que ce sera largement compensé en 2 ou 3 ans par une vigoureuse reprise d’activité donc de recettes budgétaires,
      2- la jalousie atavique des français qu’il faut arriver à persuader que la fortune créée par les plus doués percole rapidement dans tout le corps social ; les exemples ne manquent pas.

    • Quand vous voyez les doux âniers à la frontière franco-suisse, on peut se poser des questions…

  • LeGoret , enfin , vous vous êtes relu ?
    dire que le morveux est incompétent , vous n’êtes pas drôle !!! Il va remettre la guillotine !!! je plaisante !! SVP les Gilets Jaunes par pitié nos force de l’ordre sont épuisé…

  • Bonaparte a fait pschitt… Grosse déception, malgré sa jeunesse, son vernis brillant et sa prétendue inappartenance politique, Macron n’est à l’usage qu’un technocrate prétentieux, bien formaté, dans cette tradition politicienne qui laisse le pays dériver à la catastrophe depuis des dizaines d’années… Alors qu’il pourrait au moins commencer par tirer les conclusions des rapports de la Cour des Comptes. Les problèmes sont connus, on espérait un homme d’action. Plus grand monde n’a confiance en lui, y-aurait-t-il un véritable homme d’État dans la salle ?

    • « on espérait un homme d’action. » C’est un homme d’action, mais il na pas été placé là pour agir, mais pour exécuter les ordres de ses Grands Electeurs.

  • Et dire que c’est cet incompétent (à la tête d’une horde d’incompétents à sa solde, d’ailleurs !) qui traite un certain autre parti politique politique d’incompétent ! Le problème pour lui et les affidés, ils ont beau compulser les Journaux Officiels et autres documents de même nature, ils n’arrivent (et n’arriveront jamais) à dénicher un seul texte (législatif, gouvernemental, ministériel, préfectoral ou autre) qui démontre l’incompétence de cet « autre parti politique ». Les faits sont têtus : tous les textes dont il s’agit publiés depuis les années 1970 émanent exclusivement de ces minables incompétents de l’UMPS-LREM ! Alors, oon se rabat sur des noms d’oiseaux : « populistes », « nazis », ‘fauteurs de troubles », « inconséquents », etc… C’est minable (je l’ai dit) et c’est triste à mourir ! Quand, donc, les Franaçises et les Français prendront-ils conscience de la réalité politique française ?

  •  » Les solutions « d’harmonisation fiscale » européenne ou mondiale me font doucement rigoler : autant demander la création d’un État mondial.  »
    C’est exactement l’utopie que poursuivent certains… E. Macron fait partie de cette élite transnationale qui rêve de globalisation autoritaire. Pourquoi autoritaire? Parce que, lorsqu’une élite pense qu’elle est si éclairée qu’elle doit décider partout et pour tout le monde, ça se termine toujours comme ça.

    • Remarquons que s’il y avait harmonisation mondiale des taxes, cela ne pourrait se faire que vers le bas, en effet nous sommes les champions des taxes. C’est non pas l’harmonisation qu’il souhaite, simplement que les autres pays augmente de beaucoup leurs taxes pour nous rattraper.

  • Il ne s’agit pas de 8 à 10 milliards mais de 13 à 15 voir 18 milliards d’alourdissement du budget de l’État, source la directrice de l’IFRAP entre autres.

  • Sur le referendum d’initiative citoyenne (RIC) il ne faut pas se faire d’illusions sur sa faisabilité en France. Il suffit de voir comment l’oligarchie en place et sa caste médiatique font tout pour le dénigrer avec des arguments tous plus spécieux les uns que les autres.
    Il en va de la survie de leurs pouvoirs et de leurs privilèges. Pas question de donner le pouvoir au peuple…
    Et quand un politicien comme Sarkozy fait mine de le mettre en place c’est pour mieux le discréditer et le rendre impossible (cf. 4,5 millions de citoyens signataires exigés et accord de 185 députés et sénateurs).
    Il faudra une révolution pour que le RIC soit institué

  • @Roven , la cour des compte est un avis consultatit , peut donner des corrections qui en réalité, ne sont jamais pris en compte donx encore une institution qui ne sert à rien..
    A supprimer , par contre les salaires gratifiant
    ou alors mettre dans la constitution , apres audit de la cour des comptes , mettre Bercy à
    exécution…mais là , c’est en rêve !!! des Enarques qui notent Bercy ( énarques ) de leurs incompétence !!!

  • je crains que ce ne soit pas le probleme d’un homme , quel qu’il soit.
    Le malade est a l’agonie économique , il est très âgé et ne supporte aucun traitement médicamenteux qui a été utilisé dans le passé..il survit grâce aux assistances , respiratoires, sanguines etc..
    il convulse.; d’aucun pensent a la chirurgie mais la gangrène touche tous ses organes , d’autres pensent a atténuer la douleur
    par des sédatifs sociaux..
    La guérison n’est pas envisageable , son Systeme est obsolete La question de l’euthanasie est posée..

  • « n’a pas dénié réagir. »
    Pauvre Education Nationale. Pauvre France…

  • Le plus mauvais élève en Europe, après la Grèce, c’est la France, pas l’Italie!

    • Quoi que, l’élève a dépassé le maître…

    • L’Italie a tout un secteur économique qui échappe au fisc et qui fait vivre cette nation. C’est cela qui l’a toujours sauvé. En France il est infiniment plus petit…

      • Hé oui, en Italie, comme en Grèce, Espagne et autres pays du sud, vous aurez toujours une forme d’entraide familiale, un grand père ou un oncle qui fait de l’huile, du fromage, du salami ou des œufs, en mesure de vous aider.
        Nous, nos vieux sont soit surimposés, soit sous perfusion sociale, en majorité dépossédés des moyens de partager avec les plus jeunes…

        Pire, pour pouvoir ponctionner deux fois, l’état prélève chez les jeunes pour ‘aider’ les vieux (tarif: 2 euros prélevés pour 1 redistribué)

  • vous passez à côté de l’essentiel….les médias sont ils meilleurs en orthographe sous Hollande ou sous Macron? « l’état d’urgence économique et social » ou bien « l’état d’urgence économique et sociale »…..

  • La grandiloquence Macronienne vue de Suisse est considérée comme un épi-phénomène de l’histoire de France.
    Dans un avenir proche, il n’y aura ni baisse des dépenses de l’État ni partage du pouvoir décisionnel dans le cadre d’une répartition fédéraliste du pouvoir ni, encore moins, de possibilité d’instituer une possibilité de de référendum d’initiative citoyenne.
    Le Bonapartisme Étatique est une calamité Franco-Française dont on n’est pas prêt de se débarrasser car, elle représente un poids électoral difficile à éluder. La preuve en est que la totalité des hommes « providentiels » de remplacement rêvent tous de conquérir un trône impérial….

    • ‘trône impérial’
      Comme vous y allez !
      Aujourd’hui les ‘va-nu_pieds’ en lice ont simplement la bave de l’envie aux lèvres, celle de saisir les manettes du ‘Sim-city’ français…

  • juste une petite remarque de forme : « n’a pas dénié » –> « n’a pas daigné ». C’est mieux d’utiliser le bon participe passé, ça évite les contresens…

  • mais Macron n’est qu’un Socialiste qui a foutu dehors un autre Socialiste qui s’appelait Hollande.! Mitterrand à succédé à Mitterrand et Jospin a perdu le pouvoir à cause de son passé « Trotskiste. Maintenant nous avons dans la même ligne Mélenchon qui « Guette au Trou » l’occasion manquée en 2017.

  • Déclaration de revenus pour tout le monde avec les avantages sociaux. plafonnement du revenus »aides sociales »plafonnement
    des allocations de chômages degressivité ciblée de ces allocations.
    Controle stricte des allocations et retraites versées à l’étranger.conditionnement sévère des aides aux migrands,suivi journalier de leur évolution sociale,par un controle rigoureux
    engageant l’initiative du migrand lui même sous conditions
    d’attribution des aides.sélection sévère des associations subventionnées choix d’un intéret collectif justifié avec controle
    des comptabilités et de l’utilisation des subventions reçues et biens sur rechercher tout ce qui n’est pas officiel .

  • Suppression de la taxe carbone ?
    La hausse d’octobre est toujours là ! L essence a un peu baissé suite a la baisse du prix du baril, c’est tout.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
boomers non-travail orpea actionnaire
6
Sauvegarder cet article

Mais puisqu'on vous dit que Macron, c'est Le Grand Réformateur ! Puisqu'on vous dit qu'il n'a pas arrêté de réformer, d'affûter avec habileté la France pour la prochaine décennie ! Les petits dérapages budgétaires n'y changeront rien : les réformes sont sur des rails, elles passeront. Quoi qu'il en coûte.

C'est sans doute dans cet esprit que l'actuel gouvernement planche à nouveau sur la réforme des retraites qui avait été subrepticement mise en pause suite à la déclaration de guerre (non, pas contre Poutine, contre le virus il... Poursuivre la lecture

3
Sauvegarder cet article

Telle est la conclusion que l’on peut tirer de la publication par le Bureau des Statistiques de l’ONU d’une étude sur l’évolution des PIB par habitant de divers pays, examinée sur une longue période. Ce n’est d’ailleurs pas surprenant car l’on voit bien que tous les clignotants de l'économie française sont au rouge, et que la dette de la France ne cesse de croître, d’année en année. Et l’on voit les habitants  réclamer en permanence une amélioration de leur pouvoir d’achat.

 

L’observation des données sur le temps long

Pour... Poursuivre la lecture

libéralisme
0
Sauvegarder cet article

Par Alain Laurent.

Tandis qu’un récent sondage (Harris Interactive) nous apprend que 54 % des Français souhaitent l’élection d’un « président libéral », un autre (vague IFOP 2021) révèle que pour 60 % des 18/30 ans le mot libéralisme est positivement connoté et le deuxième dans leurs préférences lexicales. Voici qui surprend heureusement, alors que de toutes parts est annoncé que « le libéralisme est une idée du passé qui va probablement connaître une longue éclipse » (François Lenglet) ou qu’il est victime d’un « krach idéologique » (... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles