Éducation : après les élèves et les profs, l’école elle-même doit être évaluée

Jean-Michel Blanquer by Institut des Amériques(CC BY-ND 2.0)

Evaluer c’est bien mais réformer c’est encore mieux. On attend toujours les actes de M. Blanquer.

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’Iref-Europe

Un rapport parlementaire rendu public fin septembre et plusieurs déclarations du ministre Jean-Michel Blanquer ont provoqué pas mal d’agitation à l’Éducation nationale et suscité beaucoup de réactions dans les médias. Il s’agit de plusieurs pistes et propositions afin de mettre en place une évaluation des élèves, des enseignants et des établissements. À première vue, l’idée semble très séduisante dans un pays où l’on ne cesse de recenser les défauts de l’Éducation nationale. Sauf que derrière les bonnes intentions se cachent souvent les mauvaises solutions. Il existe déjà une évaluation régulière de notre système éducatif faite par des organismes internationaux dont le célèbre test Pisa.

L’évaluation interne ne résout rien

Le ministre a tort lorsqu’il affirme que « Ce n’est pas très agréable pour la France d’avoir des évaluations qui viennent de l’extérieur et qui font, de temps en temps, l’effet d’une douche froide. Je préfère que nous ayons notre propre système d’évaluation ». Mettre en place une évaluation interne ne va pas guérir l’école française. Des enseignants français évalués par d’autres enseignants français, cela risque de fausser les résultats. Puis, une évaluation impartiale et efficace ne serait possible que dans les conditions d’une véritable autonomie scolaire, avec des établissements dotés de budgets propres et des directeurs d’école jouissant de vrais pouvoirs. Les (très) nombreuses études comparatives internationales ont montré que les systèmes éducatifs les plus libres et les plus autonomes obtiennent aussi les meilleurs résultats.

Si l’école britannique a beaucoup grimpé dans les classements internationaux, c’est parce qu’elle a été réformée : adoption de charter schools, d’autonomie et financements variés. Les directeurs sont devenus de véritables chefs d’entreprise. La concurrence entre les écoles se fait naturellement et les parents choisissent les meilleures. En Allemagne et aux Pays-Bas, pas d’évaluation nationale non plus, les classements internationaux leur suffisent. Mais la plupart des enseignants allemands et néerlandais n’ont pas de statut de fonctionnaire. Les directeurs des écoles sont libres d’embaucher et de débaucher selon les besoins et les compétences.

De nombreux rapports, y compris ceux de la Cour des comptes, et des dizaines de livres, ont déjà évalué en détail l’Éducation nationale. Un ancien proviseur, Jérôme Logre, vient de publier un livre intitulé La vérité sur votre école : il ne voit pas d’autre solution que l’implosion du ministère car l’Éducation nationale est « obèse, ingérable et inefficace ». Ce qu’il faut, c’est « l’autonomie et la décentralisation ».

Evaluer c’est bien mais réformer c’est encore mieux. On attend toujours les actes de M. Blanquer.

Sur le web