Et bientôt, « le fisc est votre ami » ?

Vautour by Patrick Marioné (CC BY-NC-ND 2.0) — Patrick Marioné, CC-BY

« Le fisc est votre ami » pourrait aussi clamer Macron.

Par Emmanuel Bolling.

Après avoir osé –car il faut oser–, déclarer, sans rire, aux entrepreneurs que l’URSSAF était leur « amie », on est à nouveau effaré de constater, avec cette déclaration, que Macron et son équipe d’énarques hors sol, n’ont jamais mis les pieds dans une entreprise quelconque.

Vivre aux crochets des contribuables, les trois quarts d’une vie, dans une bulle de fumée de communication ne doit pas rendre très réaliste, et le mot est faible.

Nos énarques réussissent le tour de force de ne rien comprendre à rien et d’avoir fait de la France, en quelques décennies, le pays champion du monde des taxes et des impôts sur les sociétés.

L’un n’allant pas sans l’autre, nous avons aussi la médaille d’or mondiale pour l’exportation de nos millionnaires qui fuient notre beau pays que le « monde entier nous envie ».

Grâce à nos super-cerveaux, nous sommes la lanterne rouge de la croissance en Europe et nos entreprises sont la proie de la dictature de Bercy et d’autres administrations aussi néfastes telles que l’URSSAF (notre amie, donc).

Bercy et l’URSSAF sont les plus grands fossoyeurs des entreprises françaises. Ce sont nos deux plus grands fléaux. Vous pouvez les avoir séparément ou en même temps, mais vous n’y échapperez pas. Un jour ou l’autre, ils « s’inviteront » dans votre entreprise pour vous ponctionner au nom « du Bien Commun ». Formule fourre tout, qui légalise leur vol. Ce sont nos Charybde et Scylla, nos deux monstres dévoreurs d’entreprises jamais rassasiés.

J’attends avec impatience le jour ou notre grand président, dans une logorrhée de paroles ronflantes mais creuses osera, affront suprême pour les entreprises, clamer à celles-ci que le fisc est leur ami.

Moi, qui ai connu les deux, un seul conseil : courage, fuyez ! (si vous pouvez avant)

Sur le web