Marcher pour la planète c’est bien. Dans la bonne direction, c’est mieux

Les « marches » se succèdent. Mais les manifestants ont-il compris contre quoi ils luttent ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
punho by Pedro Figeiredo(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Marcher pour la planète c’est bien. Dans la bonne direction, c’est mieux

Publié le 14 octobre 2018
- A +

Par Gérard Petit.

Désormais, l’opinion se fait à l’idée que les calamités (inondations, incendies, sécheresse cyclones…) qui ont frappé pendant les dernières saisons, australes et boréales, ont été causées par un dérèglement climatique généralisé.

Les médias ont donc logiquement relayé les nombreuses marches organisées ce week-end, pour tenter de rendre plus visible une inquiétude qui gagne face à un climat qui perd. Pour attirer l’attention des décideurs politiques et économiques, lesquels, tancés sur les pancartes, n’auraient pas encore pris la vraie mesure du problème.

À l’appui de la cause du climat, le fait que les émissions de gaz à effet de serre (GES) soient clairement à la hausse au plan mondial ne plaide guère pour rassurer sur le management global du péril, largement inexistant malgré l’illusion donnée dans les COP successives.

Candides et pertinents

Plus qu’aux ténors de la cause, c’est aux marcheurs néo-concernés, souvent jeunes, que les médias ont d’abord tendu les micros. Le message recueilli, même sommaire, y a gagné en poids. Ces jeunes, en disant s’être joints à la marche parce qu’ils réalisaient qu’ils étaient eux-mêmes concernés — et pas seulement les générations à venir —, tenaient des propos certes candides. Mais mobilisateurs.

Gageons que les calicots repliés et les hauts-parleurs rangés auront vocation à resservir si, dans l’intervalle, les marcheurs n’ont pas abdiqué devant l’inaction ou le fourvoiement des décideurs.

Un principe d’exclusion

Mais une ambiguïté fondamentale plane sur ces rassemblements le plus souvent organisés par les tenants du soleil et du vent, présentés comme un Graal en matière de lutte contre le réchauffement. En général, une opposition virulente au nucléaire fait partie du kit de campagne. Car protéger la planète c’est aussi d’abord, pour ces avertis-concernés, éloigner le péril nucléaire.

La « bien-pensance » verte a percolé dans les esprits, au point qu’elle érige une véritable barrière d’espèce à tout argument qui pourrait plaider pour le recours au nucléaire.

Pour s’en convaincre, il suffit d’aller sur le site de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et regarder les commentaires postés lors des consultations publiques concernant l’EPR, CIGEO… c’est édifiant !

Mais si on croit vraiment que les GES qu’on dénonce sont la cause majeure du réchauffement et que ce danger est premier et global, n’est-ce pas une faute lourde devant les générations futures, si souvent convoquées, de continuer à exclure cette technologie de la palette (pourtant fort réduite) des leviers efficaces pour les réduire ?

Frugalité, relativité, priorité

Si l’on peut à l’évidence diminuer notre consommation énergétique — tant aujourd’hui est grande la prodigalité dans nos sociétés dites avancées —, l’effet n’en serait pourtant que marginal au regard de l’augmentation d’autres postes liés à des facteurs économiques et démographiques planétaires que sont l’élévation du niveau de vie des pays émergents et l’accroissement inertiel des populations.

Ne pas vouloir regarder cette réalité en face, c’est voir le sort du monde au prisme de la préservation d’un petit pré carré vert garanti sans intrants et le présenter comme le modèle universel.

S’atteler à cette rationalisation des appétits reste un devoir. À condition de la regarder comme une contribution et un exemple à suivre, ne serait-ce qu’eu égard à la prétendue finitude des ressources. Mais il est surtout urgent, avant tous les autres considérants, de décarboner l’énergie mise à disposition.

En effet, si l’on croit à l’origine anthropique du réchauffement climatique, c’est bien ainsi que le problème se pose et c’est là et maintenant qu’il faut l’attaquer sérieusement, c’est-à-dire efficacement.

Décarbonez, décarbonez…

Évidemment le nucléaire, non émetteur de GES (ce que d’aucuns contestent, mais sans aucun fondement) ne peut être à lui seul la parade. Mais producteur à grande échelle et à la demande, il fait déjà partie de la solution. Il pourrait contribuer encore davantage via le transfert massif d’usages domestiques et industriels vers l’électricité décarbonée, à condition de le développer plutôt que de rechercher son attrition, comme tant s’y entendent.

En plus de compter sur la réduction volontaire, drastique et tous azimuts des consommations carbonées (directes ou indirectes) parfaitement irréaliste, sauf à être la conséquence d’une pénurie généralisée, il n’y a en effet pas d’autre solution que de décarboner au maximum l’énergie à la source et accessoirement d’imaginer un slogan pour les futures marches : décarbonez, décarbonez, il en restera sûrement quelque chose de positif !

Jeu de piste trivial

« Alors développons les renouvelables ! », disent en cœur ceux qui jusque-là ont adhéré au raisonnement, puisque tout le mode se lance et que leur compétitivité serait déjà acquise, sauf que le compte n’y est pas et n’y sera probablement jamais à l’horizon de l’irréversibilité des tendances climatiques.

À supposer, mieux qu’à l’allemande, qu’on couvre crêtes et plaines d’éoliennes et qu’on remplisse les espaces disponibles de capteurs solaires, le gigantesque parc créé n’en resterait pas moins un fournisseur aléatoire, dont le talon de production minimal (dû au foisonnement) restera marginal et qu’il faudra suppléer la plupart du temps.

C’est donc sur un parc « bis » capable de couvrir la totalité du besoin en toutes circonstances qu’il faudra compter. Ce qui peut déjà s’observer exactement en Allemagne, banc d’essai grandeur nature, dont on se refuse idéologiquement à regarder les piètres résultats pour ce qu’ils sont.

« Alors développons le stockage-destockage d’énergie ! », disent toujours en cœur, ceux qui acceptent l’objection précédente. Las, pareille technologie, à l’échelle de besoins gigantesques et exigeants, n’existe pas et n’existera probablement pas avant que nous ne soyons en état de surchauffe irréversible. Ce qu’on entend dire sur la question, malgré les recherches actives qui sont menées et les nombreux prototypes est pur « wishful thinking ». On peut le regretter, mais il faut surtout en tirer les conséquences.

« Alors couvrons la planète de réacteurs ! », pour espérer un effet significatif, persiflent en cœur les contempteurs du nucléaire et ce faisant, vendons notre âme au diable en créant la certitude statistique d’un nouvel accident nucléaire.

Les tenants de la filière sont beaucoup plus modestes, suggérant seulement de pouvoir continuer à apporter une pierre au maigre tas des solutions possibles.

Les 450 réacteurs qui fonctionnement sur la planète fournissent aujourd’hui environ 12% de l’électricité, c’est-à-dire autant que toute l’hydroélectricité, la notion de marginalité du nucléaire est donc bien relative et puisqu’il s’agit de réduire impérativement les émissions de GES, cet impact positif est de premier ordre et pourrait donc croître encore avec le développement de politiques favorables au nucléaire.

À l’Est du nouveau

Inde, Chine, Russie vont clairement dans ce sens et ces pays qui mettent en service des réacteurs technologiquement avancés (EPR, AP 10001, VVER-TOI2…), poursuivent aussi les recherches sur d’autres filières. À valeur d’illustration, la Russie, que les déboires de Creys-Malville n’ont jamais fait douter, vient d’ailleurs de mettre en service BN 8003, un réacteur à neutrons rapides de grande puissance.

Les adversaires du nucléaire pointent avec raison un probable déclin historique à moyen terme, même l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique (AIEA) semble faire le même constat. La raison en serait le non renouvellement à l’Ouest des flottes vieillissantes, insuffisamment compensées par les importants développements entrepris à l’Est.

Mais cette marginalisation relative n’est pas écrite et en la matière, il ne faut surtout pas insulter l’avenir, surtout quand celui-ci pourrait bien devoir s’appuyer encore plus franchement sur l’atome.

Article initialement publié en septembre 2018.

  1. AP 1000 : réacteur REP avancé -design Westighouse-Toshiba.
  2. VVER-TOI : réacteur REP avancé de 1200 MW -design Russie.
  3.  BN 800 : réacteur RNR de 800 MWe – design Russie.
Voir les commentaires (80)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (80)
  • combien le lobby du nucleaire vous paie il pour débiter de pareilles sornettes?
    j’attends la réponse que je ne croirai pas ..
    et ça m’évitera d’avoir à démontrer que vous racontez des sornettes…car je traire par le mépris tout propos tenu par un vendu.

    il est là le dégât causé par l’ecologie politique.
    je peux être d’accord avec un défenseur réel de l’environnement, et surtout , je peux discuter avec lui… avec un écologiste politique c’est peine perdue.

    • Qui est vendu à qui ?
      Je n’ai rien à voir avec le « lobby » nucléaire (comme l’auteur de l’article) mais je suis un écologiste pronucléaire qui essaie, comme l’auteur de cet article, d’ouvrir les yeux de mes concitoyens sur les erreurs et les mensonges des « écologistes politiques » qui conduisent les Français dans le mur des réalités physiques.
      J’ai même écrit trois livres sur ce sujets et plusieurs articles sur Contrepoints https://www.vive-le-nucleaire-heureux.com/

      • « écologiste pronucléaire » : oh mon Dieu !!! Ooooh ! LE blasphème ! Il va y avoir des pétages de plomb en série dans les petites cervelles fragiles des adaptes de la religion verte.

      • Ecologiste pro-nucleaire, ça a quand même un petit côté novlangue 1984, comme « la guerre c’est la paix »…
        J’ai bien compris à vos articles que vous êtes pro-nucléaire, moins ce qui, au-delà du nucléaire, vous caractérise en tant qu’écologiste.

      • je parodiais une réponse d’un intranucléaire de base.
        j’ecris d’ailleurs çcar ça m’evitera de dméintrer que vous racontez des sornettes…

        ET arrêtez de penser devoir vous qualifier d’écologiste ça ne veut rien dire…car ça veut dire trop de chose…

        ceci dit monsieur gay vous avez absolument tort quand vous faites la promotion politique du nucléaire…et souhaitez une politique pronucléaire…

        • si vous voulez l’intervention des politiques dans votre secteur vous faites une grave erreur, il reste ensuite à prier pour que les politiques ne cèdent pas ou n’adhèrent pas aux opinions qu’on peut mettre dans le tête des gens.

          il faut plutôt se battre pour que le nucleaire mais aussi le fracking ne puissent pas être interdit… je suis un anti-antinucléaire et pronucleaire en ce sens qu’en tant que consommateur je ne boycotterais certainement pas ce mode de production… et c’est ainsi que le consommateur doit voter , par ses achats….
          c’est le marché qui sait faire.

    • chaque kWh produit par l’homme à un impact sur la nature et engendre une pollution et des nuisances pour l’environnement ; l’énergie verte n’existe pas.
      Même si tout le monde voudrait croire aux nouvelles ENR y compris moi, n’allez pas croire qu’elles ont un avenir ; leurs intermittences et l’absence de solution de stockage très grande échelle en fond une impasse certaine.
      En tant qu’écologiste convaincu, l’énergie nucléaire est l’énergie qui a l’impact minimal sur la biosphère et son avantage réside dans l’extrême densité de ces déchets qui de ce fait peuvent être stockés dans un environnement contrôlé à l’inverse de toute les autres sources de production y compris les ENR qui engendrent une pollution diffuse et non maîtrisée.

    • @ jacques lemière
      Combien le lobby de l’intermittent vous paye pour débiter VOS sornettes?
      Vous savez ce que le terme intermittent veut dire? Il vous arrive de réfléchir parfois avant de débiter vos préjugés écolos? On ne peut compter sur le vent et le soleil pour s’éclairer et se chauffer! Surtout si on doit passez aux voitures électriques.
      Quant a vos accusation ridicules, habituelles chez cette clique, elles trahissent vos déficiences intellectuelles!

      • Le partenariat de Greenpeace avec Vestas, la multinationale de l’éolien, montre où se situent les intérêts de cette ONG soit disant écologiste. Vu le nombre de personnes qu’elle emploie on comprend qu’il lui faut des causes pour survivre et continuer de leur verser leurs salaires. Cela n’est rien d’autre que de la corruption!

        • @ jacques lemière
          Voici ce que vous écriviez en 2016:
          tout le monde sait bien que le changement climatique est une menace pour l’humanité, et tout le monde sait bien que les renouvelables ont déjà des coûts de production largement inférieurs à ceux du nucléaire ou du gaz et du charbon, tout le monde sait bien que la finance internationale et les lobbys pétroliers empêche la transition énergétique pour de sombre raison financières mais aussi le développement de technologie prometteuse comme le moteur panettone, alors monsieur vous n’êtes pas tout le monde!
          Le réchauffement n’est pas une menace, car il y en a eu déjà de nombreux sur Terre dans le passé. Mais il faut être instruit et cultivé pour connaître l’histoire de la planète!
          Tout le monde n’est pas aussi ignorant et hystériquement paranos que les écolos menteurs.
          La finance n’est pas contre puisque cela lui permet de prêter d’énormes sommes aux entrepreneurs et industriels du secteur éolienne et solaire (dont Al Gore), ce qui lui rapporte d’énormes bénéfices.
          Les lobby pétroliers s’en contrefichent car ils savent très bien qu’avant que leur pétrole ne soit plus vendables il sera totalement épuisé des profondeurs de la Terre.
          Vous croyez ces gens complètement idiots pour ne pas prévoir l’avenir? Ils investissent dans les recherches pour des productions d’énergies alternative en prévision de l’épuisement du pétrole.
          Enfin vous et vos illuminés n’êtes pas tout le monde!

          • « renouvelables ont déjà des coûts de production largement inférieurs à ceux du nucléaire »

            Pour mémoire :
            1 GW de PV produit 1 TWh par an, intermittent.
            1 GW d’éoliennes produit 2 TWh par an, intermittent.
            1 GW de nucléaire produit entre 6 et 7 TWh par an, constant.

            Les deux sources prétendument renouvelables ont produit 32 TWh en 2017, contre 380 TWh pour le nucléaire, pour pratiquement le même budget d’investissement initial, alors que la puissance installée dans le renouvelable représente 1/3 de la puissance installée dans le nucléaire. Enfin, il ne faut pas oublier dans l’équation la durée de vie des installations PV et éoliennes, plus de 2 fois plus courte que celle du nucléaire.

            Un MWh produit par le nucléaire coûte 35 euros. Vous payez votre électricité environ 170 euros le MWh. L’écart représente les 400% de taxes environ que vous payez pour financer la gabegie injustifiable des renouvelables, entre autres coûts annexes parfaitement justifiés par ailleurs.

            Les renouvelables ne peuvent pas concurrencer le nucléaire en termes d’efficacité, de fiabilité et de coût. C’est tout simplement impossible. Prétendre le contraire est un mensonge. Même l’EPR, malgré son coût scandaleusement élevé (pour des raisons politiciennes notamment), reviendra moins cher sur la durée.

            Il faut mettre un terme à la folie du renouvelable, notamment en empêchant les projets d’éoliennes en mer d’aboutir.

          • lisez mon intervention elle est une parodie et contient même explicitement la raison pour la quelle une telle réponse est sans valeur..

        • Virgile, vous ne croyez pas si bien dire!
          http://seppi.over-blog.com/2018/09/opinion-greenpeace-et-la-terrible-realite-de-l-activisme-anti-science.html
          Cela fait même plusieurs années que Patrick Moore ancien fondateur de GP accuse son « ancien bébé » d’être devenu une machine a fric qui est même capable de laisser mourir des enfants de carences en Vitamine A en alimentant la guéguerre anti PGM en bloquant le développement du riz doré.Avis partagé par 138 PRIX NOBELS qui ont signés une lettre de leurs noms pour le même sujet, ou ils demandent à tous les chefs d’états « combien de millions de morts d’enfants faudra t il pour condamner une ONG comme Green Peace de CRIME CONTRE L’HUMANITE pour ses actions mensongères malhonnêtes anti PGM.
          Site créé par les Nobels:
          http://supportprecisionagriculture.org/
          Ils sont discret sur les sujets agricoles les « fan……atiques » de Gp depuis quelque temps (pour ce faire oublier peut être sur ce sujet), mais il faut bien « d’autres sujets » a « brasser » pour alimenter la machine a cash qu’est la recherche de « cotisations ».
          Comment donner de l’intérêt à quoique se soit provenant de ce type de chose/ong.?
          Même les PRIX NOBELS n’arrivent pas à ce faire entendre contre ce type de « religions »!

    • Bonjour Monsieur,
      J’expose un point de vue, chacun est libre d’y adhérer ou non et je ne qualifie aucun argument contraire de sornette.
      Mes convictions, car il s’agit bien de cela et non de l’exercice d’un quelconque mandat, sont fondées sur une longue expérience pratique qui me fait considérer le bilan avantage / inconvénients du nucléaire comme positif et pas seulement s’agissant de la dimension climatique, d’où mon engagement.
      Aucune idéologie là dedans, désolé…

      • relisez mon intervention ne la trouvez vous pas curieuse?

        • en fait je trouve votre article plutôt bon et drôle…sauf que vous ne convaincrez jamais un antinucléaire, il faut comprendre mon post comme ça..c’est la tactique utilisée..vous serez qualifié de vendu… et ils passeront à autre chose.
          les ecolos parlent entre eux.

          et j’écris explicitement que cette tactique est le vrai cancer de l’ecologie politique…qui est un idéologie… les gens sortent de l’ecologie comme du collectivisme..il faut un truc qui les marque et serve d’apocalypse..et tout le bel édifice s’effondre.

      • et mon cher monsieur je vais vous dire un truc..
        vos arguments je l’es ai moi même utilisés il y a plus de 10 ans sur des sites comme agoravox ou rue89, je me suis fait traiter de vendu aussi… et je répondais ben non..je ne suis pas vendu…et soyons clair à ce moment je pensais avoir gagné le débat sur le plan de la raison : argument ad hominem affirmations sans preuve… …
        j’avais m^me une pensée assez similaire à Monsieur gay..et j’ai évolué..

        je pense avoir compris que l’opposition au nucléaire est bien une opposition..au nucléaire et ne résulte de la conviction que le nucléaire ‘est un mauvais moyen de produire de l’électricité.

        argumentez tant que vous voulez vous ne pouvez pas convaincre une personne qui a fait de son opposition au nucleaire un totem de sa pensée.
        peser avantages et inconvénient ne sert à rien.

        et cette diabolisation du nucleaire ajoutée à l’intervention politique dans le domaine de la production électrique conduit au hulotisme…

        et si au bout de tant d’années si peu de monde ne bouge sur ces sujets et bien soit passes vous du nucléaire si ça vous chante… l’expérience va être amusante.

        et que ce soit sur l’huile de palme, les pesticides ou les ogm c’est pareil..les avantages inconvénients ne servent à rien.. je répète le dégât de l’écologie est là…la fin du discours de progrès.

        il y a néanmoins un différence, je n’ai pas de problème avec des gens qui boycottent une marque pour des raisons qui leur sont propres et parfois loufoques..j’ai beaucoup de mal avec une interdiction qui repose sur des preuves loufoques…

        croyez vous vraiment que les bureaucrates et politiques ayant entériné le retrait du nucléaire au moins en parole ne sont pas au courant? mais ce n’est juste par leur pognon…leur pognon c’est d’e convaincre les gens qu’ils ont utiles en la matière..
        je mets donc une politique pro nucleaire ou anti nucléaire sur le m^me plan au point de vue des libertés…certes pas au niveau des conséquences..

        si au moins gay commentait par dire en admettant qu’ne politique energetique soit necessaire…et pas invoquer des sujets d’inquiétude..choisis.

        croyez vous que gay pense qu’il a tort sur ce point.?..non pour gay la balle doit être mise dans le camp des politiques donc des électeurs et donc c’est donner un avantage aux démagogues;.. quoique je pense du nucléaire je ne peux pas être d’accord avec ça.. et je ne peux m^me pas raisonner en théorie en admettant qu’une politique energetique doit être possible sans en connaitre les objectifs…

        je me trompais auparavant là dessus car je pensais qu’une politique énergétique devait assurer une production électrique à bas coût en minimisant les conséquences sanitaires et environnementales et qu’il y avait consensus là dessus …vous pensez, je présume, la même chose… or des gens pensent autrement notamment que la politique energetique doit interdire le nucléaire et bas coût etc……et je suis désolé..en démocratie un cote stupide compte comme un vote intelligent…
        foutu…le politique est esclave de l’opinion et l’opinion n’est pas basé sur le rationnel…la peur est un outil extraordinairement efficace…

        • et pour « défendre » le nucleaire ce n’est pas sur contrepoint qu’on doit aller mais sur des sites où sont assénés des mensonges caractérisés..

    • Bonjour Monsieur,
      J’expose un point de vue, chacun est libre d’y adhérer ou non et je ne considère aucun argument contraire comme une sornette.
      Mes convictions, car il s’agit bien de cela et non de l’exercice d’un quelconque mandat, sont fondées sur une longue expérience pratique qui me fait considérer le bilan avantage / inconvénients du nucléaire comme positif et pas seulement s’agissant de la dimension climatique, d’où mon engagement.

    • on ne plaisante pas avec le chaos climatique voyons, pensez aux enfants

    • Je ne suis pas payer par des lobby mais je suis géologue. l’homme ne fait qu’appliquer les techniques naturel du soleil qui fonctionne par l’énergie nucléaire. Alors si vous n’aimez pas la nature et le soleil, allez vivre dans une grotte bien profonde et laissez les scientifiques améliorer nos conditions de vie

    • Je ne connais pas vraiment le lobby du nucléaire. Par contre, celui des renouvelables inefficaces et des khmers verts est particulièrement actif et sait faire marcher ses convertis!

    • Et vous à qui donc êtes vous vendu pour débiter vos mensonges? Al Gore, qui soit dit en passant n’a ni éolienne ni panneau solaire sur sa propriété de 9 millions de $? Ces accusations classiques chez les écolos trahissent la déficience intellectuelle et la vilenie de ces hystériques!

  • Première mesure qu’il faut prendre pour être logique : suppression des la climatisation très grosse consommatrice d’électricité . Facile et sans risque . Alors ?

    • Ouais , surtout dans les maisons de retraite…….pas dans les immeubles 4 étoiles …et les pauvres particuliers évidemment.

    • Retrouvons le mode de vie de la Corée du Nord. Souffrons la chaleur et le froid pour que vive notre grand rêve idéologique.
      Non je veux que ma petite fille vive encore mieux que moi. Et je suis sur que la technique et le développement économique vont le lui permettre.
      Non aux Savonaroles d’aujourd’hui.

      • J ai grandi vers Marseille et nous n avions pas de climatisation (perso je deteste ca, car c est la meilleure facon d attraper froid en plein ete). Mais de la a interdire les climatisations, nous ne sommes pas en coree du nord !

    • selon quelle logique? la logique collectiviste est de déterminer les besoins du peuple de planifier et de rater lamentablement..
      la logique écologique est de réussir à entraver le nucleaire et à causer de la nécessité que NOUS soyons sobres..surtout en désignant des gens qui doivent être sobres avant nous m^me… …en pratique les écolos se bouffent entre eux…parce que l’écolo qui a la clim va dire à l’ecolo qui n’a pas isolé sa maison ou voyage en kangoo toi en premier..

    • Alors non. Je garde ma clim, et j’em. bête les collectivistes.
      La « nature » n’existe pas.
      Le réchauffement n’est pas forcément anthropique et n’est pas une mauvaise chose.
      Le CO2 n’est pas le diable.
      Et la pseudo religion Gaïa-esque peut aller pourrir dans les poubelles de l’histoire.

  • La maladie écologique n’atteint que la vieille Europe et semble ne pas être contagieuse , ouf,après tout nous aussi on pourra immigrer ailleurs quand le mal sera devenu insupportable.

  • Bon article intéressant.

  • Ces manifestations surfent sur une confusion volontairement entretenue entre:
    – L’écologie qui est la gestion responsable des ressources et des déchets.
    – L’écologisme qui est l’instrumentalisation de la raréfaction des ressources pour promouvoir une politique malthusienne. Ce discours, très en vogue dans les années 70 a fait long feu et a été remplacé pur l’imposture du réchauffement climatique dû à l’homme. Avec la même finalité, naturellement.

    • Sur l’imposture du réchauffement climatique Il convient de rappeler que
      – Le climat dépend de la combinaison de deux cycles solaires (11 et 150 ans) et marginalement de l’effet de serre,
      – L’effet de serre lui-même dépend pour 1% du CO2 mais essentiellement de l’eau vapeur atmosphérique et un peu du méthane (putréfaction des forêts tropicales, bétail…),
      – La part humaine dans le CO2 est marginale, ce dernier provenant du dégazage des océans quand la température augmente (loi de Henry).

      Dès lors
      – Que les perroquets cessent de proférer leurs âneries,
      – Attendons-nous à avoir moins chaud dans quelques années pour 50 années ou plus (après 10-15 ans d’inertie des océans).

      Vous prenez dix incompétents qui profèrent une ineptie scientifique, ça reste une ineptie scientifique.
      Vous prenez dix millions de perroquets qui profèrent la même ineptie scientifique, ça devient une vérité universelle.

      Ceci étant, si l’homme ne peut rien faire pour le climat, il peut en contrepartie beaucoup pour l’air des villes, la biodiversité des campagnes, les rejets dans les océans…

      Et tant pis pour les certitudes des moutons consentants victimes de la pensée dominante…

      • Il faudrait faire la différence entre 2 choses:
        -L’existence du réchauffement climatique. C’est un sujet scientifique, des arguments devraient donc paraitre dans des revues scientifiques. Je vous invite donc à en écrire et soumettre un.
        -La pertinence de la lutte contre le réchauffement climatique. J’aimerai voir le calcul de TRI de politiques climatiques. A part le rapport Stern largement bricolé, je n’en connais pas. Cela pourrait être un bon sujet pour Contrepoints, au lieu de nier/défendre l’existence du réchauffement.

        • Les revues scientifiques publient des faits et des théories. Elles ne sont pas l’endroit où discuter de comment ces théories et ces observations doivent être prises en compte ou pas dans les choix de la vie. En particulier, un écolo y trouvera toujours des arguments pour régir la vie des autres, un libéral, en l’état actuel de ce qui est publié, n’y trouvera aucune raison d’aller au-delà d’une ligne de conduite personnelle raisonnable et surtout aucune justification pour s’en prendre à l’argent ou au comportement d’autrui.

      • « Le climat dépend de la combinaison de deux cycles solaires » . En fait quatre, déterminés par Milankovic :
        1/ La précession des équinoxes, variation rotatoire de la terre autour de son axe avec une période moyenne de 23 000 ans.
        2/ L’obliquité de cet axe sur l’écliptique, période de 41 000 ans accentuant plus ou moins l’intensité des saisons, chaudes et froides.
        3/ L’excentricité de l’orbite terrestre autour du soleil, circulaire ou elliptique, avec trois périodes de 95, 125 et 400 000 ans.
        Si l’on rajoute les variations d’activité solaire (11 et 150 ans), on aboutit à une période de glaciation tous les 100 000 ans. Nous venons de quitter la dernière, qui a eu son pic il y a 22 000 ans. Nous sommes actuellement en période inter-glaciaire de réchauffement climatique.
        Les activités humaines n’ont rien à y voir, car la concentration en CO2 dans l’air est insuffisante (0.04 %) pour y créer un effet de serre qui, de toute façon, serait en contradiction avec le premier principe de la thermodynamique qui a une portée universelle (le transfert d’énergie ne peut se faire que d’un corps chaud vers un corps froid, jamais l’inverse)..

        • J’aimerais bien connaitre vos sources pour affirmer de telles choses. Mais si j’en réfère à mon bon sens puisque nous sommes en période de réchauffement depuis 22 000 ans, je comprend mal pourquoi ce fameux réchauffement s’accélère nettement depuis plus d’un siècle. Quand à votre théorie de la thermodynamique, j’aimerais bien savoir pourquoi elle ne s’appliquerait pas à une simple serre.

          • Les sources!? J’ai été prof de physique et de thermodynamique, ce qui vaut certes mieux que le « bon sens ». Désolé.

          • « ce fameux réchauffement s’accélère nettement depuis plus d’un siècle »

            Où?
            Combien?
            Comment le savez-vous?

          • @Tricky
            1/ Le réchauffement ne s’accélère pas!
            2/ Vous oubliez le Petit âge glaciaire qui a refroidi la Terre, depuis 1850 la température remonte pour revenir à la normale;
            Au printemps vous allez accuser l’homme de réchauffer le climat?

        • Le CO2 a un effet certain. La Lune sans atmosphère, voit la température la plus haute à 123 degrés la plus basse à -233 degrés.
          Sans atmosphère sur la terre, on pourrait s’attendre à quelque chose proche de 23 degrés à l’équateur, grâce à la rotation de la terre, peut-être pas loin de 0 à l’équateur. De mon avis, on aurait une boule de glace.

          Vie => O2 (isolant) plus méthane et CO2 en quantité grandissante.
          A une période de l’existence de la terre, c’est le méthane qui a refroidit la terre.

          • Le CO2 (440 ppm et 100 fois moins efficace que H2O vap en tant que GES) ne représente rien dans l’atmosphère.

            • D’accord avec vous : je dis bien que le méthane a refroidi la planète. C’est un fait avéré. Donc comment peut-on et refroidir et réchauffer en même temps ❓

              J’attend la démonstration, comme sœur Anne…

            • j’ai trouvé ça :
               »
              La vapeur d’eau est le troisième gaz le plus abondant dans l’atmosphère et le premier gaz à effet de serre. C’est ce qui est clairement démontré à partir des mesures et des modèles de transfert radiatif évoqués plus haut. Cependant, ces mêmes modèles montrent que la contribution du dioxyde de carbone est loin d’être négligeable malgré sa concentration plus faible. En effet, le CO2 absorbe le rayonnement infrarouge à des longueurs d’onde différentes de celles de la vapeur d’eau. Par ailleurs, la concentration de la vapeur d’eau dans l’atmosphère est très variable et décroît rapidement lorsqu’on s’élève en altitude. Ainsi, en altitude, l’absorption du CO2 est dominante et vient modifier le bilan radiatif de la planète.
               »
              la
              http://www.climat-en-questions.fr/reponse/mecanismes-devolution/vapeur-deau-effet-serre-par-francois-marie-breon

               »
              La vapeur d’eau n’est pas le moteur du réchauffement climatique, mais elle y participe par un effet amplificateur. En effet, l’augmentation des concentrations des gaz tels que CO2 et CH4 conduit à une amplification de l’effet de serre, et donc une élévation des températures. Or, dans une atmosphère plus chaude, il peut y avoir plus de vapeur d’eau. L’élévation des températures conduit donc à une augmentation des concentrations de vapeur d’eau atmosphérique. Puisque la vapeur d’eau absorbe le rayonnement infrarouge, on a alors un renforcement de l’effet de serre, qui conduit à une augmentation supplémentaire des températures.
              « 

          • Y a un mec qu’est sur la Lune… Qu’il y reste :mrgreen:

            • @MichelC: Il doit se faire …. 😉
              Sinon, pour la planète « boule de glace », il faudrait connaître aussi à l’époque la masse de l’atmosphère et la densité à la surface. Cela me semble aussi important que la composition.

        • Exact.
          je n’ai pas parlé de Milankovic pour simplifier et parce que ce n’est pas la même échelle de temps.
          Nous avons eu à -8000 et -3000 des périodes plus chaudes, et pourtant il n’y avait personne sur les autoroutes et l’effet de serre ne s’est pas emballé comme certains naïfs croient qu’il s’emballe actuellement.
          Il y a eu aussi des accidents de parcours comme la période froide du Drias récent entre -12800 et -11600 à la suite de la chute de la comète dans l’hémisphère nord. Mais la Terre s’est heureusement réchauffée toute seule…

          • Tout à fait : il y a environ -8000 ans, il a fait si chaud que des arbres ont pu pousser vers les 2500 m altitude. Or qu’observe-t’on aujourd’hui à 2000 m ❓ des arbustes chétifs.

            Que l’on me démontre la présence d’extra-terrestres ou la remontée brutale des Alpes.

            • Sans compter les million de tonnes de charbon* sous les pieds des ours blancs faméliques du Spitzberg, symboles médiatiques du réchauffement…
              *issus de milliards de m3 de végétation tropicale

        • « le premier principe de la thermodynamique qui a une portée universelle (le transfert d’énergie ne peut se faire que d’un corps chaud vers un corps froid, jamais l’inverse) »

          « J’ai été prof de physique et de thermodynamique, »

          :O

          • tiens j’ai l’impression d’etre d’accord avec corrector ..une surprise pour moi..

            les échanges de chaleur …pas d’energie…

        • donc si un méga volcan se réveille pas de changement climatique? si on se prend un comète itou.. ou si les petits bonhommes émus par votre théories veulent prouver en cramant tout sur terre pour voir si contrairement à ce que vous pensez ça pourrait pas agir sur le climat?

          c’est déjà beau d’avoir trouvé les grandes lignes de relation entre la mécanique planétaire et le climat, il faut rester modeste.

          • il faut attendre Yellowstone qui a prit pas mal de retard vis à vis de ses habitudes passées!!! il s’agite depuis 2000 et est en surveillance renforcé car « ça bouge »…..
            Un super volcan comme celui la, avec un diamètre (suivant biblio.) de 60 à 80km de diamètre évitera les pb de réchauffement pour quelques temps! Plus de pb de surproduction alimentaires non plus!

  • Quand il y a une urgence on pare au plus pressé, sans trop se soucier du plus tard. Ainsi, s’il y a urgence à réduire les émissions de CO2, alors on devrait utiliser les méthodes les plus efficaces. Cela n’implique pas que l’éolien/solaire ne rentre pas dans l’équation, mais cela implique que le nucléaire ne doit pas en sortir. J’en déduis que pour le parti « les verts », il n’y a pas d’urgence climatique. C’est et resté le parti anti-nucléaire, ils ont pris le sujet « réchauffement climatique » au passage, mais ce n’est pas leur priorité.

    • Très juste, si le réchauffement était vraiment un problème qui les préoccupait ils envisageraient TOUTES les solutions, y compris le nucléaire. Mais leur but n’est en aucun cas de réduire les émissions de CO2, mais de supprimer le nucléaire, le réchauffement étant le prétexte trouvé pour atteindre ce but. D’où leur obstination pathologique à refuser le nucléaire!

    • foutaise et démagogie .. il n’y a pas ce qu’on appelle une urgence..à « réduire » les émissions de CO2…
      urgent c’est pas des plans pour 2030 et moins 0,0001% c’est une réduction…
      reformulez.

  • Ce sont les mêmes « écoconsients » qui utilisent à longueur de journée leur trottinette électriques et qui, continuent leurs gesticulations tant que ça ne remet pas en cause leur mode de vie urbain et confortable.
    Ont ils une seconde de la considération pour les habitants de la France périphérique à la campagne qui sont obligés de rouler longuement chaque jour pour aller travailler ? Non, ils préfèrent faire la morale, demander la taxation de l’essence et du gasoil, tout en prenant l’avion pour aller en vacances en Californie, où ils vont pouvoir s’immerger dans cette culture encore plus progressiste et écoresponsable….

    • Les écolos sont des bobos citadins, ne connaissant strictement rien à la nature, et qui par conformisme intellectuel adoptent des opinions qui n’ont rien à voir avec la réalité du terrain.

      • Si les bobos étaient conformistes ils adopteraient le nucléaire comme la majorité des français. Ils sont justes soucieux de leur cadre de vie et de leur santé indépendamment de tout le reste. D’ailleurs les mêmes qui sont pour les éoliennes lorsqu’ils sont citadins, deviennent des opposants combatifs une fois installés à la campagne (en rejoignant les écolos environnementaux).

  • Nier que le nucléaire , qui n’émet aucun GES ,fait partie de la solution au supposé effet carbone sur le réchauffement planétaire,est manifestement la démonstration que l’idéologie , comme la religion, est néfaste a la réflexion en en limitant la capacité d’analyse.
    Oui , le nucléaire fait partie de la solution au probleme de la creation d’energie non carbonée.
    mais au delà de çà, imaginons que la france n’émette plus aucun
    GES , quel impact sur la planete? 0,001%?
    que pèsent 85 millions d’hommes face a la chine, l’inde, les émergents etc.. rien
    Donc arrêtez de nous bassiner avec un sujet qui n’est là que pour justifier les taxes et autres prélèvements qui vont tout droit dans le tonneau des danaïdes administratif

    • Le nucléaire n’est pas la sultion pour les verts-rouges, parce que leur but réel n’est pas de saver la planète, mais la décroissance de la population qui, pensent-ils, résultera de la baisse d’énergie disponible et plus généralement de l’idéologie anti-progrès qu’ils imposent aux médias et aux politiques.

  • il est possible qu’un mini age glaciaire se profile pour les prochaines années ; vous verrez , dans ce cas , les anti nucléaire remercier le ciel à genoux de l’existence des centrales nucléaires ….

  • Ces débats sur l’énergie sont toujours très rigolos…m’enfin les écolos du nord et du sud n’ont pas les mêmes problèmes ni ceux des villes ou des champs ou tout simplement les riches et les pauvres.
    Allez , je vais de ce pas couper du bois avec ma tronçonneuse solaire , il fait beau.

  • « la Russie, que les déboires de Creys-Malville n’ont jamais fait douter, »
    Le surgénérateur de Creys-Malville n’a pas été abandonné pour ses déboires, mas par coup de force des escrologistes et soumission de Jospin.

  • Les marches pour la planète mobilisent peu de monde, mais ont toutes les faveurs des médias, pour tenter de camoufler le déclin de l’adhésion à l’imposture climatique.

  • il est utile de remarquer qu’en France l’électricité ne représente que 25% de la consommation énergétique globale (et pour le monde entier le pourcentage est plus faible), donc les 5 à 6 % de renouvelables ce n’est que 1,25 à 1,5% de notre consommation énergétique soit peanuts (deux à trois fois la progression annuelle de la population. On limite les considérations énergétiques à l’électricité parce que c’est un secteur étroitement réglementé et quasi nationalisé, alors que le reste est difficilement contrôlable.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Michel Gay et Jean-Jacques Nieuviaert.

 

Selon un rapport du 28 avril du « Centre for Research on Energy and Clean Air », bien que les volumes de ventes aient diminué, la Russie a presque doublé ses revenus issus de la vente de combustibles fossiles à l'UE pendant les deux mois de guerre en Ukraine grâce à la flambée des prix. La Russie a perçu sur cette période environ 62 milliards d'euros de ses exportations de pétrole, de gaz et de charbon, dont environ 44 milliards vers l’UE, ... Poursuivre la lecture

12
Sauvegarder cet article

Nouvelles gesticulations gouvernementales alors que des orages assez violents ont traversé la France il y a quelques jours : pour les ministricules de la République, pas de doute, voilà un nouveau signe du réchauffement climatique forcément anthropique contre lequel il faut lutter au quotidien, de préférence avec des petits gestes inutiles mais religieusement effectués pour apaiser Gaïa.

C'est ainsi qu'Amélie de Montchalin, propulsée ministre des Trucs Verts en Transition après cinq années de succès retentissants au service de la Macro... Poursuivre la lecture

La réponse est simple : par bêtise et par dogmatisme. L’Union européenne, notamment l’Allemagne qui défend son industrie, veut écarter le nucléaire par dogmatisme politique vert antinucléaire en s’ingéniant à effrayer les citoyens.

Ses « élites » utilisent les grands médias pour distiller régulièrement une peur irraisonnée parmi la population, d’autant plus facilement que le sujet est compliqué.

Que l’Allemagne assume ses choix, mais qu’elle veuille les imposer à tous les autres devient insupportable.

De plus, certains pr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles