Le revenu médian est revenu à son niveau d’avant la crise

thumbs up By: Sarah Reid - CC BY 2.0

La France est revenue au revenu médian d’avant la crise : c’est une bonne raison de se réjouir.

Par Vladimir Vodarevski.

L’INSEE vient de dévoiler une nouvelle sensationnelle, dont on s’étonne qu’elle n’ait pas fait la Une des médias. En cette période néfaste pour la cote d’amour présidentielle, pourquoi l’État n’a-t-il pas fait la propagande de cette bonne nouvelle à la fois politique et sociale ? Peut-être parce qu’elle arrive bien tard.

Quelle est cette nouvelle ? Faisons durer le suspense, roulement de tambour… C’est une nouvelle très importante pour le commun des mortels. Le niveau de vie médian calculé par l’INSEE a retrouvé un niveau équivalent à celui d’avant la crise. Un niveau équivalent. Il ne le dépasse pas. C’est peut-être là le problème.

Le niveau de 2009 en 2016

Rappelons que le revenu médian divise la population en deux parties. D’un côté les foyers qui gagnent plus que le revenu médian. De l’autre les foyers qui gagnent moins que le revenu médian. D’après l’INSEE, ce revenu médian a atteint le niveau de 2009, en 2016…

Bien sûr, un pays comme le Royaume-Uni, fortement touché par la crise et affaibli par la politique expansionniste des travaillistes de Gordon Brown, a aussi mis du temps à retrouver le revenu médian d’avant la crise. D’autant qu’il a fait face à une immigration importante, qui limite les hausses de salaires. Mais le revenu médian a dépassé celui d’avant la crise dès 2014. Alors que, c’est bien connu, une politique d’austérité telle que celle menée par le Royaume-Uni est, selon les critères keynésiens, inefficace. Et pourtant…

La France a un problème de croissance, comme cela a déjà été démontré. Elle a un marché du travail calamiteux, comme cela a déjà été démontré. Et pourtant, la politique keynésienne est appliquée à la lettre, avec un pourcentage de dépenses publiques, et un taux de déficit public, important depuis… On ne sait plus.

Savourons néanmoins cette bonne nouvelle. Certes, la France est en retard, la France est au ralenti, la France ne supporte plus la comparaison avec le reste de l’Europe, excepté l’Italie. Mais ça reste une bonne nouvelle. Réjouissons nous, avant une détérioration.

Sur le web