Comment Clara Morgane a affolé le milieu libéral cette semaine

Ces derniers jours, les libéraux ont été tout émoustillés. Pas tant par Clara Morgane que… par le livre posé à côté d’elle.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Clara_Morgane_1-Photographie issue du Calendrier 2007- (CC BY-SA 3.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment Clara Morgane a affolé le milieu libéral cette semaine

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 14 août 2018
- A +

Par Phoebe Ann Moses.

Le nom de Clara Morgane vous dit sans doute quelque chose. Ces derniers jours, les libéraux ont été tout émoustillés. Pas tant par Clara Morgane que… par le livre posé à côté d’elle.

Évidemment, le seul fait d’évoquer le nom de Clara Morgane suffit à faire dresser… l’oreille des internautes, et des libéraux en particulier.

Postant régulièrement des photos de charme, elle a récemment posté sur Instagram une photo d’elle en noir et blanc. Mais ce n’est pas tant l’art de la photo ou la plastique de la jeune femme qui ont affolé le milieu libéral. Non. C’est… le livre négligemment posé à côté d’elle.



Le livre à lire absolument. Et à côté, une jeune femme.

Clara Morgane lit-elle La Grève ?

Nul ne sait si c’est délibérément qu’a été choisi ce livre en particulier : La Grève d’Ayn Rand (Atlas Shrugged). Le fait est que c’est bien ce livre, au contenu libertarien, qui figure à côté de Clara Morgane, semblant indiquer que c’est sa lecture du moment.

On pourrait tenter d’interpréter ce choix : s’agit-il de faire valoir les qualités d’entrepreneur ? De prouver qu’on est responsable de ses décisions et des choix que l’on fait ? De sous-entendre que nulle loi n’est légitime pour encadrer l’exercice d’une profession, quelle qu’elle fût ? À moins que ce ne soit un plaidoyer pour « l’érection du capitalisme libéral », comme l’analysait Thierry Guinhut dans les colonnes de Contrepoints ?

Le livre le plus excitant pour l’esprit

La Grève est le livre le plus lu aux États-Unis, où il se vend toujours à 100 000 exemplaires chaque année. Les lecteurs reconnaissent tantôt qu’il a eu un impact positif sur leur vision du monde, tantôt qu’il les a changés ; lire La Grève, c’est pour un esprit rationnel, l’orgasme intellectuel assuré.

Bref, pour le milieu libéral, la photo a fait l’effet d’une bombe. On pourra certes faire remarquer que décidément, les libéraux sont de purs esprits qui ont une propension à la masturbation intellectuelle : le livre d’Ayn Rand a finalement plus retenu leur attention que la jolie femme allongée à côté du livre.

Ceux qui défendent la liberté d’entreprendre, de faire ou/et de regarder du porno, qui s’opposent aux lois restreignant ce genre d’activité, qui défendent la liberté de se prostituer ou de fréquenter de près cette profession ne peuvent, dès lors, que se réjouir de cette jolie mise en valeur d’un livre qui représente les valeurs de liberté et de responsabilité.

Voir les commentaires (27)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (27)
  • De savoir qu’Ayn Rand est sortie des milieux intellectuels autoproclamés pratiquant la masturbation intellectuelle à longueur de journée, cela me change de « miroir, suis-je le plus beau ».

    Il ne m’en faut pas davantage pour passer une bonne journée…

  • J’adore la conclusion de votre article ! C’est mon crédo pour un monde plus heureux !

  • On sait depuis longtemps que l’épiderme est un excellent argument de vente.

  • Question sur le livre : est-ce que la traduction française vaut le coup, ou faut-il préférer la version anglaise ?

    • Toujours lire en version originale, même si cela demande un effort supplémentaire. Non valable pour le chinois, du moins en ce qui me conerne.

    • Si vous maîtrisez très bien la langue anglaise, préférez l’original. En particulier quand il y a des expressions courtes, genre slogan, importantes dans un texte, elles perdent de leur force dans une traduction, même de qualité. Les références à des grands textes y sont reprises suivant leur traduction officielle, alors que le contexte de traduction est totalement différent, et une grande partie des sous-entendus et subtilités est perdue. Des ouvrages comme Animal Farm, Brave New World, 1984, Farenheit 451, etc. sont infiniment meilleurs en v.o.

      • Tout-à-fait d’accord avec vous. C’est également valable pour les films en V.O. qui perdent énormément en subtilité lorsqu’ils sont doublés.

        • ils perdent peut être en subtilité, mais ils gagnent des lecteurs et des téléspectateurs.

          • Ah non, une version doublée, c’est du massacre, c’est un traitement indigne pour le film et son public! A défaut de bien comprendre la langue, toujours préférer le film en V.O. sous-titrée pour au moins entendre le son original!

          • Je ne sais pas. Même pour une langue qu’on ne comprend pas, lire le sous-titre rappelle à chaque instant que ce n’est qu’une approximation grossière de l’original qu’on a sous les yeux. Regardez un épisode de feuilleton sur CCTV, maintenant qu’ils sont doublés et non plus sous-titrés, vous verrez ce que je veux dire…

    • @AxS

      Oui, en version française, cela vaut le coup aussi. Outre l’histoire captivante, Ayn Rand prend son temps pour développer et défendre ses idées.

    • Evitez la version « pirate » en pdf qui est sortie avant la parution en français. C’est celle que j’ai lu, et c’est une très mauvaise traduction. Mais je n’avais que celle-là à me mettre sous les yeux 🙁

  • A quand un article de Clara Morgane sur Contrepoints ?

  • Il faudrait demander au photographe pourquoi, lui (ou elle), a construit son plan en posant un livre, celui de Rand, aux côtés de Clara Morgan. Ca fait une vente de plus pour les Belles Lettres.

    • C’est sans doute parce que la grève évoque la plage et le farniente. Si le titre avait été traduit par « Et Atlas haussa les épaules, je doute qu’il aurait été sur la photo, mais ne boudons pas notre plaisir.

      • Non, ça ne semble pas être fortuit… À coté de cette photo postée sur instagram un hashtag #aynrand a été ajouté. Et surtout sur son compte twitter, elle vient de relayer cet article de Contrepoints en commentant : « Non, ce livre n’a pas été posé négligemment… ».

  • Cela aurait été le top si elle avait posée sur une ligne de chemin de fer.

    • Hmm, en voyant du négatif, je me demande si finalement, le choix du livre n’était pas plutôt par rapport à certains aspects de la vie en France… comme les grèves.

      Donc, non je ne faisais pas référence à cela mais bien au contenu de l’oeuvre de Rand. Mes détracteurs n’auront qu’à la lire ou à se renseigner.

  • Ayn Rand était contre le porno cela dit 😉

    « I want to state, for the record, my own view of what is called “hard-core” pornography. I regard it as unspeakably disgusting.  »
    http://aynrandlexicon.com/lexicon/free_speech.html

  • L’érection du capitalisme libéral amène l’orgasme intellectuel…. Ai-je bien compris?

    • @ Gada

      Je préfère dire que le libéralisme est capital :-), pour la suite cette discipline est réservée aux étatistes dont le pouvoir commence à fléchir.

  • Lisez la Grève, c’est plus excitant le Kamasutra.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lawrence Reed. Un article de The Foundation for Economic Education

Cet automne marquera le trentième anniversaire du départ du 10 Downing Street de Margaret Thatcher, première femme à la tête du gouvernement britannique et Premier ministre qui sera resté le plus longtemps à ce poste au XXe siècle. Quels mandats stupéfiants !

 

De la dépendance à l’autonomie

En 1979, la Dame de fer est devenue Premier ministre d’un pays tourmenté par des conflits sociaux, bloqué par la stagflation et ruiné par des décennies d’État... Poursuivre la lecture

Par Dr Rainer Zitelmann. Un article de la Foundation for Economic Education

Le Chili a longtemps été considéré comme un pays capitaliste modèle en Amérique du Sud. Dans l'indice de développement humain 2022, le Chili se classe premier parmi tous les pays d'Amérique latine. Et dans l'indice de liberté économique 2022 de l’Heritage Foundation, il se classe 20e, devant les États-Unis et le Royaume-Uni. En 2018, le taux de pauvreté du Chili capitaliste était de 6,4 %, ce qui contraste fortement avec les 76,6 % du Venezuela socialiste.

... Poursuivre la lecture

Le titre du dernier ouvrage, considérable et remarquable de par l'ampleur et l'érudition, de Jean-Philippe Delsol, Civilisation et libre arbitre, peut paraître quelque peu sévère, mais réfléchissez-y, c'est là que tout se joue, s'est joué et continuera à se jouer, à moins que l'on n'interrompe la partie, qui est la nôtre et explique pourquoi l'Occident est différent.

Réfléchissons-y, car cela ne va pas de soi. Dit sans fard, la grandeur de notre civilisation réside dans l'idée que l'Homme dispose du pouvoir et de la liberté de penser e... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles